Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Patricia von Münchow, Les journaux télévisés en France et en Allemagne. Plaisir de voir ou devoir de s’informer

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, 258 p.
Laurianne Perbost
Référence(s) :

Patricia Von Münchow, Les journaux télévisés en France et en Allemagne. Plaisir de voir ou devoir de s’informer. Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, 258 p.

Texte intégral

1Patricia von Münchow est maître de conférences en linguistique générale et appliquée à Paris 5-René Descartes et travaille sur les genres médiatiques, la linguistique de discours comparative, les types textuels et le discours rapporté. Elle est membre des laboratoires dynalang-pavi et syled-cediscor et reprend ici une partie de sa thèse, soutenue en 2001 à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, présentant une étude comparative des journaux télévisés (JT) français et allemands. Ce livre apporte un nouvel éclairage sur ceux-ci, ce qui relancera – espérons-le – une recherche comparative trop rare des JT dans ces deux pays frontaliers, culturellement et historiquement différents, tant du point de vue des discours que de l’organisation. Par une étude linguistique et, dans une moindre mesure, iconique, elle tente de décrire et d’analyser les « ressemblances et [les] variabilités dans un ensemble de JT français et allemands et [de] les mettre en rapport avec les réalités qui les influencent [...] » (p. 17).

2Pour cette recherche, l’auteure s’est intéressée aux JT français et allemands, publics et privés, de début et de milieu de soirée, ne demandant pas d’abonnement au câble. Elle en a donc étudié dix, dont quatre pour la France (le 19/20, Soir 3, le 20 heures de France 2 et le 20 heures deTF1) et six pour l’Allemagne (Heute, Tagesschau, Heute journal, Tagesthemen, RTL Aktuell et SAT.1-News). Étant donné le nombre important de journaux à comparer – 30 –, elle a opté pour une approche partielle, sans prédilection pour un thème particulier. Pour cette étude, la chercheuse définit son cadre théorique « comme se situant au carrefour de l’analyse du discours française et de la linguistique textuelle d’origine allemande » (p. 21). En appliquant cette approche aux champs contrastifs, elle a délimité son objet autour de la linguistique de discours comparative qu’elle conçoit comme « la comparaison descriptive et interprétative de genres discursifs d’au moins deux communautés ethnolinguistiques » (p. 49).

3Au premier abord, le cadre théorique et méthodologique peut sembler sommaire – des définitions du genre JT et du dispositif médiatique assez succinctes, pas réellement d’historique sur les constructions médiatiques dans les deux pays – mais, à la lecture, ce choix se révèle vite pertinent car, au lieu d’alourdir l’entrée en matière par des considérations historiques et culturelles, l’auteure les fait apparaître au fil du texte, lorsque cela est nécessaire pour expliciter les nombreuses différences.

4Pour cette comparaison à plusieurs niveaux, Patricia von Münchow privilégie une approche progressive qui permet une analyse de plus en plus fine, partant du général pour aboutir au particulier. Elle commence par étudier les différents types séquentiels et les discours rapportés qui sont présents dans les journaux des deux pays, ceci en faisant ressortir les traits généraux. Elle met en perspective une forte présence des séquences descriptives, argumentatives et métatextuelles ainsi que l’emploi fréquent des discours rapportés directs et indirects. Dans la description de ces caractéristiques, elle aborde d’abord le niveau linguistique et y intègre ensuite le niveau iconique qui, de fait, prend une place secondaire. D’ailleurs, cette dimension sera mise peu à peu de côté. En ce qui concerne la question délicate du discours rapporté direct, Patricia von Münchow assimile les cas où le discours autre se trouve intégré par imitation dans celui du journaliste (reproduction du propos fait à l’intérieur de sa propre énonciation), et les cas où le discours autre se trouve intégré par l’apparition du locuteur à l’écran en voix in. La question du rôle de l’image dans le discours direct arrivant secondairement dans son analyse, Patricia von Münchow assimile la polyphonie linguistique du discours direct et la polyphonie situationnelle liée au dispositif médiatique, autrement dit, elle ne prend pas assez en compte les contraintes liées au dispositif du JT. Ce choix est largement assumé par la chercheuse, qui s’en explique, mais la discussion sur ce point ne semble pas close.

5Puis, après avoir montré les particularités des JT franco-allemands, Patricia von Münchow entame une étude comparative plus précise. À la suite du relevé des constantes, elle souligne les contrastes plus nombreux qui se matérialisent, notamment par le fait que les journaux français utilisent plus de discours rapportés directs. Ce qui entraîne des effets de monstration, de dramatisation et d’authentification. En revanche, les journaux allemands privilégient les discours indirects qui donnent des effets de maîtrise et de sobriété. De manière très habile, l’auteure met ceci en relation avec la dimension culturelle qui semble agir sur la représentation du travail journalistique et la prise en compte de l’information. En effet, elle souligne que les journalismes allemands et français sont des journalismes d’opinion, mais tournés vers une perspective personnelle en France alors qu’en Allemagne il s’agit d’une approche critique. Avec cette conséquence : en France, est privilégiée l’utilisation de séquences descriptives avec un effet de réel et de mise en évidence du média, alors qu’en Allemagne priorité sera donnée aux séquences argumentatives et à la mise en évidence du médiateur. Cette dimension culturelle entraîne une différence remarquable en ce qui concerne la présentation de l’information qui est vue comme une perpétuelle répétition en Allemagne, sur le mode du « toujours ainsi », alors qu’elle est systématiquement conçue comme nouvelle en France, sur le mode du « jamais vu ». Une même information va être davantage présentée comme habituelle en Allemagne et nouvelle en France.

6Si ces contrastes mettent à jour certaines caractéristiques culturelles, l’auteure montre néanmoins les limites d’une analyse de ce type. Aussi invite-t-elle le lecteur à passer à un autre palier de comparaison, celle des JT des chaînes publiques et privées, qui fait intervenir une dimension historique, elle aussi très intéressante. L’auteur montre que si les JT privés des chaînes françaises ou allemandes utilisent davantage de séquences prédictives et méta-textuelles, en revanche, le rapport entre les JT publics et privés n’est pas le même dans les deux pays ; il y a moins de différences en France entre les chaînes des deux secteurs qu’en Allemagne. Elle explique ceci par la dimension historique et la construction des chaînes privées dans les deux pays. En effet, TF1 est une chaîne qui a été privatisée alors que RTL aktuell ou SAT.1-News sont des chaînes privées dès leur création et ne subissent donc pas l’influence d’un long passé « public ».

7Cette recherche fait à la fois ressortir des caractéristiques communes et des différences, et met au premier plan le poids de la culture et de l’Histoire dans la construction du discours d’information. Mais elle peut tout aussi bien inspirer d’autres études comparatives, qu’une recherche qui concernerait les JT d’un seul et même pays. En outre, ce travail offre un bon panorama des JT français et allemands. Enfin, il contribue à consolider les ponts entre la linguistique, l’analyse de discours et l’étude des médias, permettant ainsi d’élargir le champ de recherche dans chacune des disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurianne Perbost, « Patricia von Münchow, Les journaux télévisés en France et en Allemagne. Plaisir de voir ou devoir de s’informer », Questions de communication [En ligne], 11 | 2007, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/7411

Haut de page

Auteur

Laurianne Perbost

CELTED, université Paul Verlaine-Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page