Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Guy Achard-Bayle, Si quelque chat faisait du bruit… Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive

Metz, Université de Lorraine/Centre de recherche sur les médiations, coll. Recherches linguistiques, 2012, 296 p.
Julien Longhi
p. 420-423
Référence(s) :

Guy Achard-Bayle, Si quelque chat faisait du bruit… Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive, Metz, Université de Lorraine/Centre de recherche sur les médiations, coll. Recherches linguistiques, 2012, 296 p.

Texte intégral

1L’ouvrage fait la synthèse de plus de dix ans de travaux menés par Guy Achard-Bayle, en les articulant à la problématique générale de la polyphonie et, plus généralement, aux textes hybrides. Le vers de La Fontaine qui constitue une partie du titre éclaire le projet de l’auteur car c’est celui-ci qui a, le premier, permis de découvrir le style indirect libre (sil) :

« Tout le jour il avait l’œil au guet ; et la nuit,
Si quelque chat faisait du bruit,
Le chat prenait l’argent »
(La Fontaine, Le Savetier et le Financier).

2Grâce à ces vers, l’auteur va développer une véritable théorisation de linguistique textuelle d’inspiration cognitive : à cet égard, la présentation de l’ouvrage est très instructive car elle permet de comprendre l’entrelacement théorique et la cohérence finale interne de l’étude proposée par l’auteur. En effet, c’est par l’interaction avec plusieurs pôles de linguistique textuelle, discursive, pragmatique ou cognitive, que le projet de l’auteur s’est finalisé. Dans le premier chapitre (pp. 17-34), il aborde la question du choix du déterminant anaphorique dans un exemple de discours indirect libre (dil). Il note que c’est Mikhaïl Bakhtine qui, le premier, a permis une analyse pertinente du sil/dil, car il « a eu le mérite de présenter le sil/dil sous un jour positif » (p. 21). Selon Guy Achard-Bayle, des instructions d’ordre linguistique (pragmasémantique) sont données au lecteur pour faire l’interprétation « discordante » : « c’est qu’en effet dans notre monde de référence, et dans le lexique-grammaire qui va avec, il n’y a pas de chat dont on peut prédiquer qu’il vole de l’argent. C’est donc à ce niveau lexical et pragmatique qu’il y a “discordance”, et celle-ci est bel et bien inscrite dans le texte par la construction sn + sv [syntagme nominal + syntagme verbal] » (p. 27). Pour cela, il doit exister deux espaces ou modèles de représentation, ce qui ne peut se faire qu’en considérant la (re)connaissance, l’identification ou la catégorisation d’un référent. À propos du vers de Jean de La Fontaine, le sn défini fait passer en douceur le point de vue du narrateur, alors qu’un démonstratif passerait mal car il reviendrait à « dédire », car « si le défini permet de rebondir sur le contexte situationnel (l’histoire), le démonstratif, lui, focaliserait sur le contexte discursif (l’objet du discours), donc sur l’énonciation et sa source » (p. 34). L’auteur introduit de manière pertinente et originale certains aspects de la cognition, à travers la sémantique cognitive dite « californienne ». Il s’agit d’explorer le domaine de la représentation des paroles et des pensées en terme de cognition (de mélange et d’intégration), et de réévaluer ainsi les premières analyses du dil au regard des opérations cognitives. L’association faite entre un espace mental (em) et un espace discursif est particulièrement stimulante. Pour aller plus loin, il introduit la notion de réseau d’em, capital dans la double perspective polyphonique et textuelle : dans le vers de Jean de La Fontaine, des instructions d’ordre pragmalinguistique sont données au lecteur pour qu’il en fasse une interprétation discordante. Dans notre monde d’expérience, dans notre représentation de ce monde et dans notre lexique-grammaire, c’est l’incompatibilité identifiée qui déclenche un processus de démêlage : « l’attribution de voix (et de leurs croyances divergentes) […] repose sur un processus préalable de restitution ou de recomposition référentielle, lui-même déclenché par la discordance sémantique et pragmatique que présente un tel sn avec un tel sv » (p. 48). Ce processus d’intégration conceptuelle (ic) projette deux em en un même espace d’intégration (ei) ; en outre, il faut imaginer un espace générique (eg) qui permet de les mettre en relation, précisément celui de l’expérience humaine commune. Ce sont ces aspects qui fondent l’intérêt des linguistes pour le dil et qui justifient, pour l’auteur, le recours à une démarche textuelle, inspirée par Jean-Michel Adam (La Linguistique textuelle, Paris, Nathan, 1999), qui privilégie spécifiquement la notion d’instruction : Guy Achard-Bayle conclut à une manipulation textuelle opérée par l’effet de narration et, plus généralement, de plaide pour une approche orientée vers la « grammaire » du texte, dans laquelle l’opposition langue/discours n’a plus de sens puisque les opérations n’agissent pas indépendamment, à deux niveaux.

3Après cette première partie très riche qui aborde surtout la question du déterminant et de l’anaphore dans le vers de Jean de La Fontaine, l’auteur se penche dans les chapitres 4 à 18 sur la question du « si ». Par là même, l’auteur élargit son traitement aux sujets de la polysémie et de la polyfonctionnalité. Après avoir présenté un panorama des emplois de si, et des approches diverses utilisées par d’autres linguistes, il propose « l’hypothèse d’une continuité, sinon d’une unité, entre si polysémique et si polyphonique : l’hétérogénéité discursive de si expliquerait, du moins en partie, la polysémie – autrement dit la plasticité, la malléabilité que l’on aurait jusqu’ici, et peut être même “dangereusement”, considérées comme soit strictement sémantiques, soit à l’aune seule d’une valeur conditionnelle “standard” » (p. 69). Il avance qu’il y a deux sens de Si P (protase) imbriqués dans l’exemple de Jean de La Fontaine et qu’il n’y a donc pas incompatibilité entre condition et polyphonie : cela ouvre la voie vers l’hypothèse d’une convergence polysémie-polyphonie de si. Pour cela, le linguiste élargit le contexte théorique à la sémantique textuelle et invite à voir en si une valeur instructionnelle, qui démarginaliserait l’interprétation polyphonique pour la rapprocher des emplois dits standards. Plus largement donc, cette étude de la polyphonie de si « permet de reconsidérer et de réduire sa polysémie » (p. 90).

4La suite du propos recontextualise le vers dans le cadre des Fables et l’auteur se demande si on peut « sérieusement » s’y étonner d’une étrangeté. En reprenant le vers qui précède celui sur lequel s’est focalisé l’attention, « Si quelque chat faisait du bruit », il remarque qu’il présente trois morphèmes « instables » (« si », « quelque » et l’imparfait) ; en outre, avec « l’argent », on a la présence d’une anaphore associative, créant un schéma liant « bruit », « vol » et « argent ». On retrouve l’importance des espaces génériques, des croyances partagées dans l’activation des effets polyphoniques. Le premier cadre ouvre un espace stéréotypique dans lequel les deux univers de croyance (narrateur-personnage) sont en accord, le désaccord s’installe à l’ouverture du second et il se fait entendre au vers suivant. Ayant examiné tous ces emplois de si, l’auteur résume les approches ancrées dans la logique : si ouvre un espace conditionnel et hypothétique, en termes de vériconditionnalité, mais aussi en termes discursifs et cognitifs de véridictionnalité, un espace de validation pour la validation d’une assertion présentée comme supposée. Aussi, il est possible de « concilier fiction et diction » (p. 123) et l’un des enjeux de la lecture est de résoudre, pour commencer, l’énigme qui consiste en l’ellipse de tout un contexte amont, ou un contexte extérieur mais antérieur, auquel le connecteur fait référence. Finalement, l’auteur propose une analyse de Si P qui réconcilie la lecture discursive et la lecture logicosémantique, avec un aller-retour entre amont et aval du contexte. S’ensuivent deux chapitres sur la portée de si (chapitres 11 et 12 ; pp.129-139 et pp. 137-147), au prisme de la linguistique textuelle, à partir de concepts tels la connexité et la séquentialité et des notions de portée et de cadre : ainsi vérifie-t-il, à partir des portées de si, l’explication de la discordance (théorie des espaces mentaux) en termes d’introducteur, de portée et d’espace discursif.

5Après un important examen de diverses structures introduites par si, les Si P discursives (Si tu veux de la bière, Q – apodose) et les hypothétiques, il conclut qu’il reste des Si P « moyennes », comme S’il entendait du bruit, c’était un voleur, qui correspondent à un cas de double portée. Il propose une analyse aspectuotemporelle de Si P, Q, plus précisément de l’imparfait : pour lui, il faut « convenir à la fois que c’est le contexte qui sature d’un point de vue logicosémantique telle ou telle corrélation P, Q, et que le rôle de Si P de ce fait est plus véridictionnel que vériconditionnel… Autrement dit que la diction l’emporte sur la fiction » (p. 156). Le chapitre 14 (pp. 163-169) s’attaque à une approche syntaxique traditionnelle de la subordination pour aboutir, au chapitre 15 (pp. 171-187), à une perspective fonctionnelle de la phrase. À partir de l’examen des zones de confusion entre la condition et l’interrogation, l’auteur détermine qu’il y a des limites à la polyvalence de si (plasticité syntaxique et discursive/pragmatique), notamment dictées par le lexique-grammaire des verbes qui permettent d’introduire une complétive et/ou circonstancielle. Mais, selon Guy Achard-Bayle, « il y a un marqueur si qui participe à la fois de l’expression de l’interrogation et donc du doute, et de l’expression de l’hypothèse, ou de la condition, ce qui est une autre forme du doute » (p. 181). Certaines formes fréquentent les zones de confusion où l’on hésite entre deux interprétations. À ce stade, le chapitre propose une synthèse à travers la « polysémie, polyphonie et polyvalence de si ». L’auteur réaffirme la continuité entre la valeur logicosémantique de si et la valeur discursive/échoïque centrée sur la reprise citationnelle et conditionnelle.

6À partir de la linguistique des frames & spaces (« cadres et espaces »), et de celle des cadres et des portées, comme si doit s’analyser par la voie de la dissociation puis de la conjonction : « il faut se situer à l’interface de la syntaxe et de la sémantique » (p. 200). Les opérations cognitives et linguistiques de fictionnalisation (comme les propositions conditionnelles, mais aussi les métaphores) « permettent à la fois d’instaurer et de combler des distances » (p. 209). C’est parce qu’il y a un ordre et un ordonnancement des parties dans un tout que l’on peut imaginer des contreparties et, finalement, comme si intervient comme « marqueur » ou « symptôme » d’une plus grande désorganisation, mais aussi comme l’outil de sa réparation, comme outil de remédiation. Comme si crée un nouvel espace, mais y ajoute la dimension métalinguistique de la représentation en tant que telle. En passant par l’analyse de Faire comme si, l’auteur montre que les deux plans convoqués dans comme si « se rejoignent dans une perspective fonctionnelle de la phrase, c’est-à-dire au niveau de la structuration informationnelle de l’énoncé et du texte » (p. 223). Il envisage donc la dimension hybride de comme si : il parle de « puissance 2 » car les deux opérations conjuguées font autre chose que se suivre : « De ces deux mélanges résulte un mixte-blend qui crée finalement un sens analogique en même temps que contrefactuel, et plus exactement encore : contrefactuel parce qu’analogique » (p. 229).

7La conclusion générale souligne la spécificité d’une approche cognitive de la linguistique textuelle, qui démontre l’implication des univers de croyance dans leurs images, pour valider la complémentarité disciplinaire entre texte et cognition. Cette conclusion illustre bien l’apport essentiel de l’ouvrage : par le croisement de théories distinctes mais complémentaires, Guy Achard-Bayle réussit le pari de construire, au fil des analyses, une théorie linguistique textuelle et cognitive. Selon moi, un des apports moins visible est l’intérêt qu’il y a à confronter les concepts opératoires de la linguistique textuelle, de la sémantique, de la pragmatique et de la linguistique cognitive : les outils de chaque domaine s’enrichissent au contact de ces fructueuses discussions, pour gagner en précision analytique et en assise épistémologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Longhi, « Guy Achard-Bayle, Si quelque chat faisait du bruit… Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive », Questions de communication, 23 | 2013, 420-423.

Référence électronique

Julien Longhi, « Guy Achard-Bayle, Si quelque chat faisait du bruit… Des textes (aux discours) hybrides. Essais de linguistique textuelle et cognitive », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/8526

Haut de page

Auteur

Julien Longhi

CRTF, Université de Cergy-Pontoise, F-95011
julien.longhi@u-cergy.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page