Navigation – Plan du site
Échanges

Penser le sensible et l’émancipation

To Think the Sensible and Emancipation
Christian Ruby
p. 263-279

Résumés

Bienveillante ou non, la lecture de l’article du sociologue Éric Maigret (2013) oblige à se poser deux séries de questions. La première concerne l’ordre d’exposition privilégié par l’auteur et la défense et illustration des cultural studies entreprise par lui. La seconde concerne les classifications mises en œuvre. Il n’empêche, il s’avère aussi que, du point de vue philosophique qui est le nôtre, son article réveille des questions centrales posées par et dans notre travail portant sur la constitution de soi comme « spectateur » dans une histoire culturelle européenne du spectateur, et la critique des assignations esthétiques. Relevant d’un champ d’études désormais de plus en plus important, ce travail ne se préoccupe pas de savoir s’il relève de la science ou non, ou de quelque modèle de scientificité. Il se préoccupe plutôt d’essayer de faire voir, avec circonspection, ce que nous pensons être un élément de discussion négligé dans le champ des sciences, de la politique et de l’art, la question du sensible.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Politique d’un discours
Des questions vives
-logie ou study ?
Une construction
Des obstacles 
Des explorations
Un résultat : sensible et émancipation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Par cet extraordinaire tissage de références destiné à attirer l’attention du chercheur sur les « événements » réputés majeurs de la vie scientifique de ces dernières années, par lequel il espère renverser les raisons de la critique « continentale » adressée aux cultural studies, le sociologue Éric Maigret (2013), spécialiste de « médiaculture », cherche à donner à chacun une place dans un spectre épistémologique au risque de légitimer des partages de frontières dans la pensée – méritant plutôt prise de distance et écart – bien dans l’air du temps. En nous incitant à le dénouer de manière critique, les éditeurs de son propos nous placent devant une autre difficulté : relever le défi de l’exposé d’une bataille intellectuelle, censée faire époque, évidemment sans prendre l’approbation ou la critique de cet exposé pour une approbation ou une critique de son objet, les cultural studies.

D’abord, remercions l’auteur d’avoir présenté une scène sachlich, dirait-on en allemand, qui lie obje...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Ruby, « Penser le sensible et l’émancipation », Questions de communication, 25 | 2014, 263-279.

Référence électronique

Christian Ruby, « Penser le sensible et l’émancipation », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9039 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9039

Haut de page

Auteur

Christian Ruby

École internationale bilingue
Observatoire des politiques culturelles (Grenoble)
F-75008
christianruby1@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page