Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Claire Despierres, Mustapha Krazem, éds, Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement

Limoges, Lambert-Lucas, 2012, 240 pages
Driss Ablali
p. 349-352
Référence(s) :

Claire Despierres, Mustapha Krazem, éds, Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement, Limoges, Lambert-Lucas, 2012, 240 pages

Texte intégral

1La notion de genre de discours a donné lieu à des prises en charge théoriques variables, voire divergentes, et rares sont les disciplines des sciences humaines à n’y avoir pas recouru. C’est aussi une question longuement débattue en théorie littéraire, alors qu’en linguistique, elle fut jugée, durant une bonne partie du siècle dernier, comme dénuée de sens. Évoquer la question du genre, c’est nécessairement s’installer dans la pluralité des disciplines et des points de vue. En sciences du langage, la notion est floue et instable, et soulève encore de nombreuses difficultés théoriques et épistémologiques dans des domaines aussi variés que l’analyse du discours, la sémiotique, la psychologie du langage, la pragmatique, la sociolinguistique et la didactique. Différents paliers de la textualité sont convoqués pour explorer l’impact des genres sur les textes : l’ancrage social, les régularités syntaxiques, énonciatives et stylistiques, les marqueurs discursifs et lexicaux, les caractéristiques compositionnelles, les contraintes situationnelles, etc. C’est à partir et autour des questions de grammaire que les auteurs de Quand les genres de discours provoquent la grammaire... et réciproquement ont choisi d’étudier la catégorie du genre. L’angle d’attaque est précisé par les éditeurs dans la présentation du livre : « Certes, depuis un demi-siècle que la linguistique s’intéresse – de façon croissante – aux genres de discours comme objets d’étude, le role central constructeur, de la perception grammaticale intuitive que les locuteurs ont de ces productions de langage marquées par l’usage social ou communicationnel n’avait pas échappé aux chercheurs. Pourtant, la dimension grammaticale ne semble pas avoir été la plus étudiée, et peu de théories se réclamant d’un champ de la grammaire en ont fait un pilier théorique. Si l’articulation entre genres de discours et faits de grammaire est si peu évoquée, c’est sans doute parce que ces derniers sont souvent perçus d’emblée comme les indicateurs stables d’identification des premiers » (p. 7). Sans prétendre rendre compte, dans cette note de lecture, de manière exhaustive de toute la richesse de cet opus, nous nous contenterons de résumer les grandes lignes de chaque contribution avant de faire une remarque conclusive sur ce que les rapports entre grammaire et genre engagent comme autre type de relations.

2Après une présentation, par les éditeurs, de la thématique de l’ensemble du livre et des genres de discours retenus, Jean-Michel Adam (pp. 9-26) ouvre l’opus avec une contribution intitulée « Grammaire, généricité et textualité dans les contes de Perrault : l’exemple de la place de l’adjectif dans le groupe nominal » (p. 9) pour montrer que certaines unités grammaticales peuvent être érigées en marques d’un genre « conte merveilleux » ou plus particulièrement « conte-de-Perrault ». Signée Sophie Anquetil (pp. 27-36), la deuxième contribution s’éloigne du conte pour nous plonger dans le discours de la presse à travers l’examen des phénomènes de co-illocution dans les éditoriaux. Dans « Comment les genres de discours construisent des phénomènes de co-illocution : le cas de l’éditorial », Sophie Anquetil cherche à « valider l’hypothèse selon laquelle le figement de la cooccurrence illocutoire n’est pas aléatoire : des valeurs illocutoires seraient inscrites dans les genres de discours et elles favoriseraient l’émergence des co-illocutions » (p. 29). La lecture de l’article suggère une remarque que nous formulons après la lecture d’une partie de la conclusion : « En conclusion, l’analyse des visées attribuables au locuteur permet de dessiner une armature illocutoire propre aux genres de discours » (p. 38). Il est très difficile de conclure ainsi sans passer par l’examen d’un corpus « r