Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, langue, discours

Wolf Lepenies, Auguste Comte. Le pouvoir des signes

Trad. de l’allemand par Didier Renault, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2012, coll. Bibliothèque allemande, 130 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 356-357
Référence(s) :

Wolf Lepenies, Auguste Comte. Le pouvoir des signes, trad. de l’allemand par Didier Renault, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2012, coll. Bibliothèque allemande, 130 pages

Texte intégral

1Le volume est la traduction – excellente d’ailleurs, par Didier Renault – de l’ouvrage que Wolf Lepenies, sous le titre Auguste Comte. Die Macht der Zeichen, avait tiré en 2010 d’une série de conférences données sur le père du positivisme. La non moins excellente préface de Jean-Louis Fabiani (pp. vii-xi) remet parfaitement en perspective le propos d’un auteur que l’on connaît comme l’un des meilleurs spécialistes de la vie intellectuelle en France au xixe siècle sous l’angle de la sociologie historique. En tant que sociologue de formation, il était normal que Wolf Lepenies en vienne à consacrer une étude approfondie à celui qui usait, en 1820, de l’expression de « physique sociale » pour approcher l’objet qui, à partir de la 47e leçon du Cours de philosophie positive, se nommerait « sociologie » (p. 12). C’est ainsi que l’auteur voit en Auguste Comte le premier sociologue du xxie siècle (pp. 9-16). La démonstration de cette affirmation sans équivoque réside dans l’organisation du volume. La méthode choisie par Wolf Lepenies consiste à esquisser une série de portraits des familiers d’Auguste Comte à partir de l’observation que la myopie de ce dernier l’a empêché de donner au dessin toute la part qu’il fallait dans l’instruction et les apprentissages d’un polytechnicien. Ce qui n’est pas sans un drastique paradoxe pour le penseur qui souhaitait donner à l’image toute sa place et qui ambitionnait de fonder la communication de sa pensée sur la représentation figurée de son corpus doctrinal : emblèmes, insignes, médaillons, portraits, armoiries, drapeaux, etc. Élargissant l’analyse à partir de ces portraits donnant naissance à de multiples scènes de la vie quotidienne du philosophe, l’auteur procède alors à la reconstitution des cercles dans lesquels s’est diffusé le positivisme professé par celui qui avait fait sa devise de l’ordre et du progrès, et qui voyait en Paris la capitale mondiale de sa doctrine. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi et comment la personnalisation de la méthode a pu contribuer à faire de lui le « pape » de la religion de l’Humanité (sociologique, finale). Félix Bracquemond (p. 21), Antoine Etex (p. 30), Caroline Massin (p. 46), l’épouse d’Auguste Comte, Clotilde de Vaux (p. 73), son égérie et sa muse, Fabien Magnin (p. 74), le menuisier propagandiste, Émile de Girardin (p. 83), Émile Littré (p. 84) en dépit de sa scission, mais également Georges Eugène Haussmann (p. 86), Charles Meryon (p. 89), le graveur, Antoine-Édouard Foley (p. 95), le café Voltaire (p. 102) comme lieu de rencontres, bénéficient tour à tour d’éclairages particulièrement révélateurs qui contribuent à illuminer notre perception du microcosme évoluant dans l’ombre d’Auguste Comte, au 10 rue Monsieur le Prince, quartier de l’Odéon.

2Initialement favorable à un processus de centralisation dont Paris bénéficierait (pp. 74-88), Auguste Comte prend progressivement en considération l’importance de la province et propose une réorganisation de la France (pp. 98-103) dans laquelle le rétablissement des anciennes provinces couvrirait la subsistance des départements issus de la Révolution et assurerait la notoriété du cœur parisien de la doctrine. Les domiciles du philosophe et sa politique du logement (pp. 106-108) sont analysés avec beaucoup de finesse par Wolf Lepenies qui montre les conséquences déjà formulées par Auguste Comte de la transformation forcée, sous Napoléon iii d’une « ville du travail » en « ville du luxe et du plaisir » (p. 108).

3Considérant l’œuvre « philosophique » d’Auguste Comte comme un monument à part entière, Wolf Lepenies consacre – juste retour des choses – la dernière section de son ouvrage (pp. 109-117) aux monuments commémorant son travail et sa personne avec une présentation particulièrement savoureuse des tentatives du ministre Claude Allègre (p. 115) pour éliminer la statue du philosophe de la place de la Sorbonne, et de leur échec, puisqu’il ne réussit qu’à lui faire faire à peine un demi-tour, et tourner le dos à la vénérable et antique institution du savoir !... En fin de volume, un index nominum permet de retrouver facilement les 229 personnages auxquels l’auteur fait référence dans les 122 pages de son étude. Allié à un nombre important d’illustrations (en noir et blanc) de qualité, cet ensemble d’analyses et de portraits constitue un remarquable kaléidoscope d’une communauté philosophique, scientifique et sociale qui a marqué le xixe siècle même si, aujourd’hui, sa postérité peut sembler largement discutée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Wolf Lepenies, Auguste Comte. Le pouvoir des signes », Questions de communication, 25 | 2014, 356-357.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Wolf Lepenies, Auguste Comte. Le pouvoir des signes », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9086

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87000
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page