Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Épistémologie

Guillaume Provencher, Droit et communication. Liaisons constatées. Réflexions sur la relation entre la communication et le droit

Bruxelles, Éd. modulaires européennes, coll. De Lege Ferenda, 2013, 204 pages
Tiphaine Zetlaoui
p. 388-389
Référence(s) :

Guillaume Provencher, Droit et communication. Liaisons constatées. Réflexions sur la relation entre la communication et le droit, Bruxelles, Éd. modulaires européennes, coll. De Lege Ferenda, 2013, 204 pages

Texte intégral

1Guillaume Provencher examine la manière dont le droit et la communication se rencontrent en s’interrogeant sur la nécessité d’envisager et d’étudier leurs points d’articulation et d’intersection. L’auteur s’engage en ce sens dans une réflexion d’ordre épistémologique qui le conduit à dégager les fondamentaux théoriques et les modèles de pensée structurant ces deux champs disciplinaires à l’aune de leurs ressemblances. Plus précisément, c’est en mettant en avant – et c’est peut-être là que l’originalité de l’ouvrage est la plus probante – les zones de tension intrinsèques de chacune de ces deux sciences que l’auteur saisit la similarité de leurs enjeux heuristiques.

2Selon lui, la scission qui s’exerce au sein des disciplines juridiques se manifeste à travers deux types de courants qui opposent les « positivistes légalistes » aux « jusnaturalistes » (pp. 26-27). Les premiers défendent une conception objective et universelle de la loi. Les textes doivent être appliqués sans qu’aucune liberté d’interprétation n’infléchisse sur la décision finale du juge qui agit en neutralisant ses propres croyances. Au contraire, pour les seconds, la pratique du droit implique une part de subjectivité puisque la décision du juge dépend de son interprétation de la loi et de ses convictions morales. Non seulement son jugement diffère de celui de ses pairs, mais les décisions qu’il prend ne sont pas identiques d’un cas à l’autre.

3Pour Guillaume Provencher, ce type de divergences se retrouve au sein même des sciences de l’information et de la communication (sic). Pour établir sa démonstration, l’auteur prend appui sur les travaux de certains chercheurs comme Lucien Sfez (Critique de la communication, Paris, Éd. Le Seuil, 1988) qui a modélisé la réalité communicationnelle en utilisant des métaphores. Sa conceptualisation du réel se réalise comme suit. D’un côté, le réel communicationnel est envisagé par le prisme de la linéarité et de l’extériorité ; l’individu émet des messages par l’intermédiaire d’une machine qu’il dirige et représente. Les acteurs entretiennent alors une relation d’indépendance, le récepteur ne pouvant interférer sur la décision de l’émetteur. D’un autre côté, la réalité est perçue sous le mode de l’expressivité et de l’immanence ; l’individu interagit au sein d’un environnement ou d’un organisme dans lequel s’exerce un brouillage des frontières, en l’occurrence des rôles de chacun. Ici, émetteur et récepteur s’influencent mutuellement.

4Selon l’auteur, les professionnels et les théoriciens du droit comme ceux de la communication sont ainsi confrontés dans leurs activités aux mêmes types de problématiques sachant qu’ils opèrent à partir d’une donnée centrale : l’information. Les uns comme les autres s’intéressent à la manière dont une information doit être traitée, codée, transmise ou encore mobilisée pour servir l’intérêt individuel ou général.

5Ce champ d’observation conduit Guillaume Provencher à positionner sa démarche. Ainsi se présente-t-il comme un conciliateur d’extrêmes. Il explique qu’« il faut garder en tête qu’un dualisme est toujours une question d’équilibre. Il ne s’agit pas de choisir une conception au détriment de l’autre, car ce qui fonde un dualisme, c’est justement la dualité et l’opposition. En d’autres mots, ce n’est que lorsque les conceptions dualistes sont traitées en parallèle, en reconnaissant leurs besoins et leurs apports mutuels, que nous sommes en mesure de dégager un sens utile à leurs analyses » (p. 31). Ce jeu d’articulation doit se réaliser à la fois sur les plans intra et interdisciplinaire. Pour étayer sa thèse et démontrer que c’est possible, Guillaume Provencher se réfère à certains travaux de Jürgen Habermas (Théorie de l’agir communicationnel, trad. de l’allemand par Jean-Louis Schlegel, Paris, Fayard, 1987 [1981]) connu pour avoir envisagé l’intersubjectivité sous le prisme de l’objectivité en élaborant une éthique de la communication selon des règles de droit qui prennent en compte les intérêts de chaque individu à l’aune de ceux de la collectivité.

6En définitive, l’ouvrage de Guillaume Provencher fait prendre conscience de la nécessité d’aborder les disciplines juridiques et communicationnelles de manière à les rendre complémentaires. Animés par des préoccupations communes, les théoriciens de ces disciplines doivent travailler ensemble afin de questionner et de définir au mieux l’autonomie ou l’identité du sujet et d’ainsi œuvrer à la consolidation du lien sociétal qui structure le comportement des citoyens. Il en va de l’amélioration des conditions de fonctionnement organisationnel de la démocratie.

7Si l’ambition de Guillaume Provencher n’est pas dénuée d’intérêt ni de pertinence, elle semble pour le moins ardue. La comparaison entre sciences juridiques et communicationnelles est réalisée par le prisme d’un schématisme qui semble ne plus être en phase avec la réalité à la fois du monde scientifique et des sociétés modernes. L’hypercomplexité des sociétés technocrates et technologiques est telle qu’il est difficile aujourd’hui de croire en la possibilité de catégoriser le réel. Peut-on réellement savoir si les systèmes de réglementations et de procédures communicationnelles sont arbitrés de manière objective ou subjective ? Comment concilier des réalités antagonistes qui sont, de fait, difficiles à identifier ? Par ailleurs, si l’entreprise de l’auteur semble innovante, les catégories auxquelles il se réfère paraissent pour le moins obsolètes. La césure dont il fait part entre représentation et expression ou linéarité et interactivité d’une réalité juridico-communicationnelle est aujourd’hui d’autant plus difficile à circonscrire que la réalité peut être appréhendée selon des processus qui juxtaposent de manière simultanée ces pôles d’opposition. Cet état de fait est notamment permis par la capacité des technologies numériques à virtualiser le réel et à localiser l’inlocalisable. La métaphore quantique semble alors probablement la plus à même de circonscrire l’intrication de ces niveaux de réalité contradictoires puisqu’il est désormais possible, par son intermédiaire, de conceptualiser le fait d’être et de ne pas être à la fois. Ce n’est alors pas tant la question d’un équilibre à trouver entre des antagonismes qui se pose, mais plutôt la question des modalités de définition et d’appréhension de ces niveaux de réalités qui ne sont plus distinguables bien que contraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Zetlaoui, « Guillaume Provencher, Droit et communication. Liaisons constatées. Réflexions sur la relation entre la communication et le droit », Questions de communication, 25 | 2014, 388-389.

Référence électronique

Tiphaine Zetlaoui, « Guillaume Provencher, Droit et communication. Liaisons constatées. Réflexions sur la relation entre la communication et le droit », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9124

Haut de page

Auteur

Tiphaine Zetlaoui

CIM, université Sorbonne nouvelle – Paris 3, F-75000
tiphainezetlaoui@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page