Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Christophe Bonneuil, Pierre-Benoît Joly, Sciences, techniques et société

Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2013, 126 pages
Sara Ben Larbi
p. 394-397
Référence(s) :

Christophe Bonneuil, Pierre-Benoît Joly, Sciences, techniques et société, Paris, Éd. La Découverte, coll. Repères, 2013, 126 pages

Texte intégral

1C’est parce que Christophe Bonneuil et Pierre-Benoît Joly ont choisi de placer au cœur de leur réflexion trois concepts clés – sciences, techniques et société – qu’ils se sont imposés par leur pensée prégnante. Le premier est historien au Centre Alexandre Koyré (Centre national de la recherche scientifique – cnrs –, École des hautes études en sciences sociales – ehess) et le second est économiste, directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et directeur de l’Institut francilien Recherche innovation société (Ifris). Leur discours se caractérise par la concision. L’ouvrage de 126 pages se lit rapidement, car il porte en lui la légèreté. Il est à double voix. D’emblée, il annonce que ce domaine a évolué depuis les années 70, puisqu’il occupe maintenant une place privilégiée en tant que domaine de recherche et d’enseignement supérieur.

2Pourquoi un tel livre ? Placées au cœur du social, les sciences et les techniques se focalisent sur la relation entre les façons de savoir et les formes de pouvoir, les identités, les imaginaires, les enjeux du changement climatique, les nouvelles pratiques communicationnelles et de circulation de connaissances sur l’internet. Une facette de la modernité voit le jour : les sciences et les techniques deviennent les piliers de celle-ci. On peut de noter que les deux auteurs, argumentant en faveur de ce champ interdisciplinaire, montrent que le mythe de la modernité – reflet de la dichotomie entre nature et société, ou « science » et « société » selon la perspective des sciences sociales – s’est effondré, idée que les auteurs étayent en se référant notamment à l’ouvrage de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes (Paris, Éd. La Découverte, 1991). La tâche incombant aux chercheurs du domaine « sciences, techniques et sociétés » (sts) consiste à démêler les façons dont nous connaissons et nous représentons le monde et les manières dont les études des sciences et des techniques, les objets et les connaissances investissent l’action collective : supports de la perception et des interactions interindividuelles, équipements pour la construction des marchés, métrologies… Pour les auteurs, dorénavant, il est difficile d’envisager les sciences sociales sans ces appareillages conceptuels forgés au cours des 30 dernières années. Ils posent alors la question suivante : comment analyser les rapports entre notre connaissance du monde, notre souhait d’y faire et la façon dont on le gouverne ? Selon eux, les théories et les approches dominantes abondent : l’économie, la sociologie, l’histoire ou la science politique, mais de toutes, aucune n’a pu démêler le fil de ces enchevêtrements complexes. L’ouvrage présente ce champ, sts, dont l’objet d’étude est les transformations des façons de savoir, des formes d’expertise, des marchés, des espaces publics, des formes de gouvernement. Les auteurs défendent leur champ interdisciplinaire en cernant les objectifs de leurs idées-forces qui se résument en ces termes : « Le domaine sts s’attache donc aujourd’hui à l’étude de cette matrice commune dans laquelle se fabriquent et s’éprouvent l’ordre social, l’ordre naturel et l’ordre technique, l’ordre des pouvoirs et l’ordre des avoirs. Il offre une palette d’outils théoriques et méthodologiques pour analyser les transformations de cette matrice à travers l’espace et le temps. Cet ouvrage n’a d’autre but que de présenter cette palette, afin qu’étudiants, enseignants et toute une diversité d’acteurs sociaux puissent se l’approprier pour mettre les sciences en démocratie » (p. 20). Toutefois, les auteurs ont réussi à atteindre leur objectif, convaincre qu’un tel domaine se clarifie. De plus, onze encadrés illustrent chaque chapitre.

3L’ouvrage comporte une introduction et une conclusion appuyées par cinq chapitres articulant cinq thèmes. Le premier est : « Les sciences, innovation et économie : des sciences néolibérales ? » (pp. 11-29) ; le deuxième porte sur « l’opinion publique et la science : le progrès n’est plus ce qu’il était » (pp. 30-62) ; le troisième renvoie aux « sciences et gouvernement des risques : la fabrique de l’expertise » (pp. 63-86) ; le quatrième est « mettre les sciences en démocratie ? (pp. 87-104) ; le cinquième, « les politiques de la participation » et le retour à l’amateur » (pp. 105-123). Le tout se termine par une bibliographie (pp. 124-126) mentionnant des ouvrages divers et variés dans leur datation comme dans le choix des auteurs (français, britanniques et américains).

4Le livre s’organise en deux parties : la première comporte trois thèses, celle proposée par le courant dominant des sts dans les années 90, « mode de production des connaissances », celle née en 2000, « régime de production des savoirs », spécifiant le régime néolibéral de production des savoirs et celle illustrée par la new production of knowledge (Londres, Sage, 1994) grâce à Michael Gibbons, Helga Nowotny et leurs collaborateurs. Cette dernière thèse est focalisée sur le changement des façons de connaître.

5Cependant, la deuxième partie est consacrée à la fabrique de l’expertise. En effet, l’expertise scientifique est analysée d’un point de vue de technologie de pouvoir. L’ouvrage de Sheila Jasanoff (The Fifth Branch : Science Advisers as Policymakers, Cambridge, Harvard University Press, 1990) est pris comme exemple, car l’auteure y discerne les processus de construction de la crédibilité de l’expertise. Christophe Bonneuil et Pierre-Benoît Joly observent : « En France et en Europe, ces vingt dernières années sont donc celles d’une transformation structurelle de l’expertise scientifique et du gouvernement des risques dans les domaines divers : santé, environnement, social… On passe d’une période où l’expertise était enchâssée dans les structures du pouvoir administratif et politique à une nouvelle ère, celle des agences sanitaires affirmant compétence, transparence, indépendance comme maîtres-mots de l’expertise » (p. 59). Placée au cœur de l’ouvrage, la problématique est la suivante : « Comment interpréter les changements et leurs effets sur le gouvernement des risques ? L’expertise scientifique a-t-elle gagné en “pureté”. Est-elle plus ouverte ou est-elle au contraire enchâssée dans un nouvel univers bureaucratique ? » (p. 60). La technicité de l’expertise est mise en relation avec le politique. Pour Philippe Roqueplo, « l’expertise scientifique à finalité politique a ainsi été définie comme une activité de médiation entre science et politique » (cité p. 60) ou comme « un domaine transscientifique » (Alvin Weinberg, ibid.) ou pour « construire une forme d’autorité proche de celle de la science » (Jasanoff, ibid., 1990). Cependant, le modèle pragmatique de Jürgen Habermas (p. 61) influencera les travaux ultérieurs des sts dont principalement ceux sur l’expertise.

6L’ouvrage évalue aussi les risques ou plutôt l’expertise scientifique comme une technologie du pouvoir, il cerne l’enjeu et les possibilités d’une démocratisation de l’expertise. Si les savoirs liés à l’expérience se distinguent à bien des égards des savoirs de laboratoire, quelle est la procédure pertinente à insérer afin de démocratiser l’expertise ? Quels sont les objectifs poursuivis ? Les auteurs abordent les rapports entre science et politique à l’aune de l’expertise dans une perspective comparative et transnationale en mettant l’accent sur les politiques des risques et le principe de précaution. Depuis les années 2000, les chercheurs en sts renouvellent les approches comparatives en intégrant les interactions entre les pays. L’analyse de Sheila Jasanoff (States of Knowledge : The Co-Production of Science and the Social Order, Londres, Routledge, 2004, p. 21) a montré comment trois États (États-Unis, Allemagne et Grande-Bretagne) « ont construit des rapports différenciés à l’égard de plusieurs domaines d’application des biotechnologies ». Les auteurs s’interrogent : quels sont les emprunts, les transferts entre les pays ? Comment circulent-ils, comment sont-ils adaptés ? Une série de problématiques émerge : quels standards de preuve, quelles formes de raisonnement et quels dispositifs d’expertise peuvent être acceptables pour justifier des décisions globales ? Les controverses sur des questions scientifico-techniques ont conduit les pouvoirs publics à mettre en place un large spectre de dispositifs délibératifs réservés aux experts ou participatifs ouverts à des citoyens. Le plaidoyer pour la démocratie technique rejoint des réflexions perçues dans la démocratie délibérative. Les auteurs se posent la question : entrons-nous dans le siècle du « sacre de l’amateur » (Patrice Flichy, Le « sacre de l’amateur », Paris, Éd. Le Seuil, 2010) qui devient acteur de la science et de l’innovation ? Les travaux en histoire, en sociologie se sont multipliés sur la diversité des façons de produire des connaissances, sur les tensions politiques, sur la place des praticiens et des citoyens dans la production des savoirs et dans l’histoire.

7Les auteurs confirment leur thèse : « À l’aube d’une société de masse régie par des modèles organisationnels magistraux, délégatifs et tayloristes, le concept de “vulgarisation” l’emporte sur celui des “lumières” actives de Kant ou de “science populaire” d’Arago. L’utilisation de ce terme indique que le public de la science ne joue plus qu’un rôle récipiendaire passif, il est renvoyé à la notion de vulgus, foule indistincte et inculte » (p. 95). Ce mouvement de division du travail entre concepteurs, exécutants et usagers s’est accompagné de la perte de savoirs populaires et pratiques. C’est entre 1945 et 1968 que la science s’impose comme professionnelle et que les amateurs sont disqualifiés. Les auteurs présentent trois arguments pour expliquer cela : l’approche marxiste de la division du travail, l’approche sociologique et enfin celle de Bruno Latour (La science en action, trad. de l’anglais par Michel Biezunski, Paris, Éd. La Découverte, 1987 [1989]). Ce dernier décrit la science comme une dynamique d’accumulation : « Les scientifiques accumulent dans leurs laboratoires des objets rapportés de leurs “terrains”, mais aussi des ressources matérielles […] et humaines (assistants, doctorants, techniciens) qu’ils s’efforcent de convertir en publications, donc en “crédibilité” et, par suite, en de nouveaux financements pour leur laboratoire, qui seront convertis en nouvelles publications, et ainsi de suite » (p. 96). L’amateur et l’innovation en réseau ont été à la base du renouvellement des théories de l’innovation chez les économistes et les sociologues. Nous apprenons à évaluer ces théories grâce à « une société de la connaissance distribuée » (Patrice Flichy, 2010 ; Christophe Bonneuil, « Les transformations des rapports entre sciences et société en France depuis la seconde guerre mondiale : un essai de synthèse », pp. 15-40, in : Joëlle Le Marec, Igor Babou, dirs, Sciences, Médias et Société, Lyon, École normale supérieure-Lettres et Sciences humaines, 2005 ; accès : http://sciences-medias.ens-Ish.fr/​IMG/​pdf/​actes.pdf ; consulté le 16/06/14). Les praticiens et les citoyens collaborant à la production des savoirs, ce que Christophe Bonneuil et Pierre-Benoît Joly qualifient de « sapere aude : ose savoir par toi-même sans t’en remettre aux autorités », qui devient un droit et un devoir du citoyen (p. 94).

8Toutefois, l’ouvrage se révèle d’une grande utilité pour les étudiants, les enseignants, les chercheurs quels qu’ils soient, historiens, sociologues et/ou économistes qui pourront approfondir certaines pistes de réflexion tissées à la fin du livre. Comment se présente la nouvelle facette du capitalisme ? Quel est donc ce nouvel esprit du capitalisme incarné dans l’innovation ouverte ? Les pouvoirs économiques scientifiques ont créé de nouvelles interfaces pour les essaims de cerveaux bénévoles en réseau et ont réussi à « s’enrichir grâce à ceux qui travaillent gratuitement » (Time, 26/02/07, cité p. 107).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sara Ben Larbi, « Christophe Bonneuil, Pierre-Benoît Joly, Sciences, techniques et société », Questions de communication, 25 | 2014, 394-397.

Référence électronique

Sara Ben Larbi, « Christophe Bonneuil, Pierre-Benoît Joly, Sciences, techniques et société », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9135

Haut de page

Auteur

Sara Ben Larbi

CREM, université de Lorraine, F-57000
benlarbisara@rocketmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page