Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Philippe Hamman, Sociologie des espaces-frontières. Les relations transfrontalières autour des frontières françaises de l’Est

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Études alsaciennes et rhénanes, 2013, 243 pages
Isabelle Pigeron-Piroth
p. 400-402
Référence(s) :

Philippe Hamman, Sociologie des espaces-frontières. Les relations transfrontalières autour des frontières françaises de l’Est, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Études alsaciennes et rhénanes, 2013, 243 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu du mémoire d’habilitation à diriger des recherches en sociologie de Philippe Hamman. Très bien documenté et structuré, ce livre pose les jalons d’une sociologie des espaces-frontières (terme préféré à celui plus juridique de zone frontalière), et souligne tout l’intérêt d’étudier de tels espaces, du fait de leurs propriétés et des dynamiques qui s’y réalisent. Par une approche socio-spatiale et pluri-échelles, il fait vivre ce sujet qu’il maîtrise parfaitement. Ce travail est illustré par de nombreuses citations d’acteurs du transfrontalier (responsables syndicaux, personnes politiques…) ou extraits de magazines de travailleurs frontaliers, et possède une vaste bibliographie pluridisciplinaire, à la fois de langues française, allemande et anglaise. L’analyse a pour champ les espaces frontaliers d’Alsace et de Lorraine (notamment la Grande Région Saar-Lor-Lux et l’Eurorégion du Rhin supérieur), intéressants à plusieurs titres : par leur histoire conflictuelle ayant généré plusieurs modifications de tracés, et par leur implication dès la fin des années 60 dans des coopérations transfrontalières (pour faire face à des défis communs dépassant les limites nationales).

2Le regard du sociologue se porte principalement sur les dynamiques et réalités socio-économiques, ainsi que sur les coopérations politiques au sein de ces lieux entrelacés. L’étude se situe dans le cadre de la construction européenne et ses effets sur la nature et le rôle des frontières. De frontières-barrières, on est passé à des « espaces-frontières, plus larges et plus flexibles » et aussi plus complexes, selon Philippe Hamman. Car les frontières institutionnelles cohabitent avec des frontières économiques, mouvantes et liées aux pratiques de mobilités.

3L’ouvrage est organisé autour de quatre grands chapitres. Le premier, « Faire la sociologie des espaces-frontières : une construction conceptuelle et méthodologique » (pp. 15-55), explicite la construction conceptuelle et méthodologique de la sociologie des espaces-frontières, à partir des travaux conduits par l’auteur depuis une douzaine d’années. Il s’agit d’un chapitre de problématisation et de définition des concepts clés qui « permet d’aborder les recompositions socio-économiques et d’action publique autour des frontières françaises de l’Est à la fois en termes de développement territorial et dans le rapport à la construction européenne » (p. 15). Après un passage en revue des principaux concepts (espace, territoire…), la multiplicité des définitions (polysémie) de la frontière prend tout son sens. Loin de disparaître, les frontières se transforment (au niveau européen, par les coopérations transfrontalières…). Les espaces-frontières se caractérisent par l’intensité (et la proximité) des échanges (de travailleurs, de capitaux…) qui s’y développent. Lorraine et Alsace sont ainsi les deux principales régions françaises concernées par ce phénomène (101 500 travailleurs frontaliers en Lorraine en 2012, et 64 000 en Alsace en 2008). L’auteur privilégie une approche comparative, avec des éclairages sur d’autres territoires, soulignant l’existence de situations diversifiées en matière de pratiques, d’histoire, d’institutionnalisation... Il insiste également sur la pertinence de la réflexion en termes d’échelles dont on ne peut faire abstraction, car elles déterminent non seulement le périmètre de l’action publique, mais aussi l’espace de référence des acteurs, les identités territoriales… Par ailleurs, toute modification d’échelle a des effets sur la réalité observée. Dans ce cadre, l’approche par les transactions sociales, comme « processus de socialisation et d’apprentissage de l’ajustement à l’autre dans un univers structuré par des couples de tensions opposées » (p. 46), e