Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jean-Marie Klinkenberg, Petites mythologies belges

Éd. revue et considérablement augmentée, Bruxelles, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2013 [2009], 176 pages
Katherine Rondou
p. 403-404
Référence(s) :

Jean-Marie Klinkenberg, Petites mythologies belges, éd. revue et considérablement augmentée, Bruxelles, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflexions faites, 2013 [2009], 176 pages

Texte intégral

1Docteur en philosophie et lettres, Jean-Marie Klinkenberg a longtemps enseigné les sciences du langage à l’université de Liège. Il a publié de nombreux ouvrages, consacrés à la sémiotique et à la littérature belge. Avec humour et une pointe d’ironie, Petites mythologies belges combine ces deux angles d’étude : l’auteur s’interroge sur l’existence d’une culture belge, distincte des cultures française ou néerlandaise, et présente régulièrement les paramètres étudiés (le cyclisme par exemple) par un parallèle savoureux avec une figure de style (par exemple, l’évolution, dans la rhétorique sportive, de la métaphore du combattant isolé vers celle de l’armée organisée).

2À travers une vingtaine de chapitres, chacun consacré à un item de « culture belge » – « Un pays né d’une côte » (pp. 5-12), « Rouler à vélo » (pp. 13-18), « Applaudir Eddy (ou Jacky, ou Jean-Marie, ou Kim et Justine) » (pp. 19-31), « Ovationner le roi » (pp. 32-40), « Monter à Paris » (pp. 41-51), « Pincer son français » (pp. 52-63), « Dire les choses comme elles (ne) sont (pas) » (pp. 64-70), « Trouver un compromis » (pp. 71-77), « Être raisonnable » (pp. 78-80), « Savoir rire de soi » (pp. 81-83), « Être petit » (pp. 84-90), « Rassurer les autres » (pp. 91-93), « Trouver les institutions compliquées » (pp. 94-101), etc. –, Jean-Marie Klinkenberg démontre l’existence d’une culture propre à la Belgique. L’auteur ne cherche pas à alimenter le débat qui oppose les partisans d’une Belgique éternelle – dont l’avènement dans le monde sensible consacre, sur le plan politique, une évidente cohérence géographique, économique et culturelle – à ceux qui considèrent la Belgique comme la réunion artificielle (obsolète ?) de la Wallonie et de la Flandre. L’auteur souhaite étudier en quoi cette union – une réalité historique qui s’impose aux Belges depuis 1830 – et les réactions qu’elle a suscitées (affirmations et dénégations) ont pu influencer les représentations mentales de la population. Adhésion ou résistance, l’attitude du Belge envers la réalité « Belgique » a immanquablement façonné la trame de son existence intime quotidienne. Que ce soit dans la positivité ou la négativité, la Belgique s’est constituée un mode de décodage du réel, autrement dit une culture, si nous entendons par culture tout ce qui, dans une société donnée, donne un sens aux rapports entre les humains, et aux relations entre ces derniers et leur environnement.

3L’intérêt de l’étude ne réside pas dans les paramètres analysés en eux-mêmes (le chocolat, la cave-cuisine, etc.), mais dans l’observation du mécanisme qui a permis à ces éléments d’acquérir une valeur d’emblèmes nationaux. Petites mythologies belges envisage les identités – et c’est là son principal intérêt – comme un processus, en raison de leur sujétion au dynamisme de la vie sociale. Par conséquent, dans l’essai, l’étude des identités consiste à analyser leur construction, leur formulation, leur déconstruction, leur reconstruction et leur reformulation. Selon l’auteur, la constante métamorphose des identités correspond à l’aboutissement d’un processus symbolique complexe, en trois phases. Dans un premier temps, la culture belge s’appuie sur un substrat objectif (un cadre de vie géographique commun, des conditions climatiques communes, etc.), au sein duquel il convient ensuite de sélectionner certains traits, désormais signes de démarcation. Enfin, cette identité doit être communicable, autrement dit, se manifester clairement aux yeux de la collectivité concernée. Le dépassement du substrat objectif, auquel se limitent nombre d’études du genre, constitue sans nul doute l’apport fondamental de Petites mythologies belges.

4Par son approche originale du problème, fondée non plus sur l’essence (le simple substrat) mais sur la formalisation (l’ensemble des mécanismes de sélection et de formulation nécessaire à la définition des identités), l’ouvrage de Jean-Marie Klinkenberg se dégage donc des multiples publications récentes, qui tentent elles aussi de percer le secret de la culture belge. En étudiant non la chose, mais la manœuvre qui lui a donné du sens, l’auteur propose donc au lecteur un nouveau type de réflexion, non dépourvu d’intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Jean-Marie Klinkenberg, Petites mythologies belges », Questions de communication, 25 | 2014, 403-404.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Jean-Marie Klinkenberg, Petites mythologies belges », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9144

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page