Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Frédérick Bastien, Tout le monde en regarde. La politique, le journalisme et l’infodivertissement à la télévision québécoise

Québec, Presses de l’université Laval, 2013, 216 pages
Pierre Leroux
p. 406-408
Référence(s) :

Frédérick Bastien, Tout le monde en regarde. La politique, le journalisme et l’infodivertissement à la télévision québécoise, Québec, Presses de l’université Laval, 2013, 216 pages

Texte intégral

1Frédérick Bastien est enseignant et chercheur au département de science politique de l’université de Montréal. L’ouvrage prolonge une thèse soutenue en 2007 qui prenait elle aussi comme objet « l’infodivertissement », désignation pratique de ces émissions aux contenus hybrides devenus très présentes sur les chaînes généralistes dans de nombreux pays, étudiées dans ce livre dans le contexte de la télévision au Québec. Le mélange « d’information et de divertissement prend place dans l’hybridation générale des genres à la télévision » (p. 6) et, selon l’auteur, « ambitionner de revenir à une situation où tous les genres seraient hermétiquement cloisonnés par rapport aux autres – si tant est qu’une telle division ait jamais existé – est un vœu pieux » (ibid.). C’est donc à l’étude de cet objet situé entre les émissions « d’affaire publiques » (dans la tradition du questionnement journalistique) et les purs divertissements (dominés par leur ambition distractive) que s’intéresse l’auteur. Au Québec, même si le mélange de l’information et du divertissement apparaît dès les années 60, il prend un nouvel essor lorsque la télévision publique (Radio-Canada) met en place ses premières émissions au début des années 90. Par la suite, son développement a « plutôt eu lieu sur les chaînes généralistes – notamment à la télévision publique – qui semblent y avoir vu un moyen de limiter l’érosion de leur auditoire sous la pression des chaînes spécialisées » (p. 31) devenues très nombreuses dans les années 2000.

2Pour qui connaît un tant soit peu le sujet – ne serait-ce qu’à travers une lecture régulière de la presse quotidienne – l’introduction (pp. 1-12) ne surprend guère. Les débats publics mettant en cause ce type d’émission prennent – au Québec comme ailleurs – à peu près les mêmes contours : on reproche à l’infodivertissement (on parlerait en France des talk shows recevant des politiques) la faiblesse de son traitement des enjeux politiques et le privilège accordé à la mise en valeurs de la « personnalité » des invités politiques reçus ; la légèreté et la superficialité caractériseraient les émissions d’infodivertissement et le traitement des « questions et débats de fond » serait l’apanage des journalistes et des émissions qu’ils animent.

3Loin de se contenter d’un examen des thèses clivant le débat sur ces émissions (parfois alimentées par certaines analyses scientifiques que l’auteur examine et discute avec mesure dans le chapitre 5 intitulé « L’influence mesurée du divertissement », pp. 118-138), Frédérick Bastien entend procéder à une étude rigoureuse de son objet. D’abord, dans le premier chapitre (« Des couche-tard à Tout le monde en parle », pp. 13-45), il se livre à une interrogation sur le concept d’infodivertissement en croisant la dimension divertissante des programmes avec leur teneur variable en information politique. Ensuite, au chapitre 2 (« Les appelés et les élus », pp. 47-59), il examine le recrutement des invités politiques de ces émissions. Celui-ci n’apparaît pas si différent de celui des émissions d’information : les occupants des plus hautes fonctions – y compris le Premier ministre – participent au Québec à ces émissions, et la représentation des différents camps partisans y est sensiblement équivalente. Enfin, l’analyse des sujets abordés dans les deux catégories d’émissions montre que si les enjeux politiques occupent bien une place supérieure (en temps) dans les émissions d’information et que, à l’inverse, les aspects liés à la personnalité et à la vie privée des invités politiques sont majoritaires dans l’infodivertissement, pour le panel d’émissions étudiées, il s’agit d’un éventail de nuances plus que de deux formules opposées. Ainsi le traitement des enjeux est-il loin d’être absent des émissions de divertissement (plus de 40 % du temps en moyenne contre plus de 60 % pour les émissions d’information, p. 67). L’examen des sujets et l’adéquation entre les questions et la pertinence des réponses (avec d’éventuelles relances) montre là aussi que, contrairement aux idées reçues, les différences entre le travail des journalistes et celui des animateurs de divertissement ne sont pas flagrantes.

4Partant de ces constats, doit-on déduire – comme l’ont fait des chercheurs dont Matthew Baum  (notamment « Soft News and Political Knowledge : Evidence of Absence or Absence of Evidence ? », Political Communication, 20, 2003, pp. 173-190) – que l’infodivertissement participe efficacement de la « politisation » d’un public peu intéressé par les émissions affichant ouvertement leur dimension « politique » ? L’auteur va à l’encontre de cette affirmation en revenant sur les modèles classiques de persuasion de l’information politique. Il en arrive à la conclusion que l’infodivertissement a « une probabilité plus grande [que les émissions d’information] d’influencer des gens peu attentifs à la politique » (p. 131), bien que les capacités des médias dans ce domaine soient très limitées (comme l’ont montré de nombreuses études citées par l’auteur). En définitive, le tableau dressé par l’auteur permet d’approfondir – à propos du cas québécois – des questions soulevées depuis l’apparition de l’infodivertissement.

5L’auteur cite de nombreux extraits d’émissions qui permettent d’illustrer les arguments, et de souligner les apparences extrêmement informelles des échanges au sein de l’infodivertissement québécois. De ce point de vue, qu’en est-il de la spécificité québécoise ? Quels effets sur les « traditions » antérieures de l’échange politique ces émissions ont-elles eues ? La perspective d’étude étant principalement centrée sur la période récente, l’auteur ne donne pas de réponse à ces questions. Quel rôle joue le modèle télévisuel des États-Unis et du reste du Canada au Québec ? Il est vrai que sur ce dernier point, de façon plus ou moins directe, les États-Unis demeurent en matière télévisuelle les inspirateurs de la plupart des « innovations » en la matière, quel que soit le pays. Le lecteur français ne pourra s’empêcher de faire un parallèle avec le cas français. Il tirera de la comparaison de nombreux enseignements : l’articulation de phénomènes souvent identiques conduit, en fonction des contextes culturels, politiques et médiatiques différents, à des représentations médiatiques distinctes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leroux, « Frédérick Bastien, Tout le monde en regarde. La politique, le journalisme et l’infodivertissement à la télévision québécoise », Questions de communication, 25 | 2014, 406-408.

Référence électronique

Pierre Leroux, « Frédérick Bastien, Tout le monde en regarde. La politique, le journalisme et l’infodivertissement à la télévision québécoise », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9148

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

CRAPE, UCO/L’UNAM, F-49000
Pierre.Leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page