Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Isabelle Gaillard, La télévision. Histoire d’un objet de consommation, 1945-1985

Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques/Institut national de l’audiovisuel, coll. cths Histoire, 2012, 352 pages
Pierre Leroux
p. 414-415
Référence(s) :

Isabelle Gaillard, La télévision. Histoire d’un objet de consommation, 1945-1985, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques/Institut national de l’audiovisuel, coll. cths Histoire, 2012, 352 pages

Texte intégral

1Avec cet ouvrage issu d’une thèse soutenue en 2006, Isabelle Gaillard, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Pierre-Mendès-France de Grenoble, revient sur une période de l’histoire de la télévision qui, sans être éloignée dans le temps, fonctionnait selon des logiques totalement différentes – et souvent antinomiques – avec celles qui domineront « la télévision » par la suite.

2En effet, l’ouvrage trouve son unité conceptuelle en délimitant une période qui va de l’après-guerre au milieu des années 80, c’est-à-dire des premières émissions de la télévision française à la fin du monopole étatique avec la création des premières chaînes privées. Ce découpage n’a rien d’arbitraire ni d’anecdotique : bien plus que le récit du passage d’une invention à son institutionnalisation, la période examinée tient sa cohérence d’un principe (le monopole), sur lequel veille de tous les points de vue (développement, économie, missions) un opérateur quasi unique : l’État. Mais l’ambition n’est pas d’apporter sa pierre à une histoire du monopole d’un point de vue politique et institutionnel (histoire déjà très bien documentée, comme le souligne la bibliographie). Il s’agit plutôt de se demander « Comment la “boîte aux images” ignorée par neuf Français sur dix en 1949 est-elle devenue en une trentaine d’années seulement la “télé” pour plus de 90 % des foyers français ? » (p. 17), en dépassant les limites des approches empruntées auparavant par les historiens de l’économie et les historiens des médias. À partir d’un angle original, l’auteure parvient à analyser l’institutionnalisation de « la télévision » dans toutes ses dimensions : son encadrement, sa dimension industrielle et technique (très prégnante dès lors qu’il s’agit de fabriquer en grande série l’objet télévision et de relever les défis que posent des innovations techniques), son appropriation par les consommateurs et sa progressive banalisation dans les foyers français.

3S’il ne manque pas de rappeler de nombreux points de repères chronologiques et les étapes d’une histoire bien connue (au moins dans ses grandes lignes), l’ouvrage se structure habilement autour de thématiques qui lui permettent d’éviter de relater une à une les chronologies parallèles de cette histoire en posant, conformément à la problématisation générale annoncée dans le titre, la télévision comme « objet de consommation ». Avec une grande fluidité qui rend la lecture passionnante, il sait mettre en perspective des enjeux de divers ordres. Au fil des parties et chapitres, sont traitées les dimensions techniques de l’implantation de la télévision, la progression de l’équipement, le rôle de l’État dans différents domaines (industriels, missions, programmes… sans oublier le crédit à la consommation qui participe à la croissance de l’équipement des ménages), l’outil industriel qui contribuera – et parfois fera obstacle – à de nombreuses transformations, la banalisation de l’appareil de « télévision » et de la consommation de programmes et, enfin, les ultimes évolutions de la télévision qui préparent, dès la fin des années 70, la transition vers le modèle de fonctionnement qui se mettra en place au milieu des années 80.

4Tout l’intérêt de l’ouvrage d’Isabelle Gaillard est de rompre avec une vision monolithique de la télévision de monopole, en articulant les jeux de différents acteurs, groupes, institutions, de mettre en valeur leur poids variable en fonction des époques. Si, à travers les décisions politiques, l’État apparaît bien comme un acteur particulièrement présent dans les grandes orientations de la période considérée, le livre démontre qu’il ne saurait conditionner à lui seul l’implantation de « la télévision » en France. Revenant sur quelques idées reçues, il souligne avec pertinence les spécificités du développement de la télévision en France en exhumant des données peu utilisées auparavant ou en mettant en perspectives des archives, en présentant des comparaisons avec les pays voisins de la France, et en faisant une analyse fine de l’économie de ce « nouvel » équipement. C’est donc un tableau plein de nuances qui est brossé, grâce à une argumentation appuyée sur de nombreuses données et archives, en intégrant les transformations de la télévision dans l’évolution globale de la société française. Si le livre vient rappeler les quelques grands principes directeurs de la télévision pendant cette période, la mission culturelle dont elle est investie, une conception des goûts du téléspectateur qui est définie par l’offre, certaines croyances – au moins au début – dans son « pouvoir », l’auteure sait aussi rendre compte d’une révolution culturelle silencieuse qui contribuera à la banalisation du poste de télévision et de la consommation massive des programmes. Enfin, le grand mérite du volume est de réunir les qualités d’un ouvrage de synthèse (l’auteure sait rendre compte de la complexité sans noyer le lecteur sous la masse des informations dont elle dispose) et la densité d’un travail de référence. En 300 pages environ, il réussit à rendre compréhensible et vivante la logique d’un média dans son époque sans jamais céder aux facilités de l’anecdote et de la simplification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leroux, « Isabelle Gaillard, La télévision. Histoire d’un objet de consommation, 1945-1985 », Questions de communication, 25 | 2014, 414-415.

Référence électronique

Pierre Leroux, « Isabelle Gaillard, La télévision. Histoire d’un objet de consommation, 1945-1985 », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9158

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

CRAPE, UCO/L’UNAM, F-49000
Pierre.Leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page