Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Gaël Villeneuve, Les débats télévisés en 36 questions réponses

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. Politique en plus, 2013, 136 pages
Guillaume Garcia
p. 423-425
Référence(s) :

Gaël Villeneuve, Les débats télévisés en 36 questions réponses, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. Politique en plus, 2013, 136 pages

Texte intégral

1Les débats télévisés constituent un objet social étonnant. Symptomatiques de la médiatisation de l’espace public, points de focalisation des critiques de la politique, ils sont souvent perçus comme un condensé des évolutions du système démocratique. « Genre » ou « programme » en perpétuel renouvellement et toujours menacé, ils sont convoqués en tant qu’analyseur des tensions consubstantielles de la représentation à l’ère médiatique (Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995). Ces émissions sont réputées avoir participé à la transformation de la représentation médiatique de la politique, à sa désacralisation, à sa banalisation, en donnant davantage de place – ce point étant contesté – aux citoyens dans les débats qu’elles organisent. Mais cet objet social est aussi un objet scientifique particulier, écartelé entre plusieurs disciplines. Investi de manière privilégiée par l’histoire ou la sociologie des médias, ou encore les sciences de l’information et de la communication (sic), il est moins traité par la science politique, malgré quelques travaux éminents de politistes (par exemple, Érik Neveu, Brigitte Le Grignou, « Intimités publiques. Les dynamiques de la politique à la télévision », Revue française de science politique, 6, vol. 43, 1993, pp. 940-969 ; Éric Darras, « Un paysan à la télé. Nouvelles mises en scène du politique », Réseaux, 63, 1994, pp. 75-100 ; Érik Neveu, « Des questions “jamais entendues”. Crise et renouvellements du journalisme politique à la télévision », Politix, 37, 1997, pp. 25-56), et en dépit de la dimension éminemment politique qu’il recèle.

2L’ouvrage de Gaël Villeneuve, version fortement condensée et remaniée d’une recherche de doctorat en science politique (Faire parler le public. Ethnographie comparée des débats politiques à la télévision, thèse en science politique, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, 2008), se propose de contribuer à combler ce manque, et ce de manière originale. Publié dans la collection « Politique en plus » aux Presses universitaires de Grenoble, collection qui s’adresse aux étudiants de sciences sociales et à un public élargi de non-spécialistes, cet ouvrage a été configuré dans une posture résolument vulgarisatrice, entre manuel et version simplifiée de la thèse. Cette dernière s’appuyait sur une série d’observations conduites entre 2004 et 2006 sur les plateaux et dans les coulisses d’émissions de débats en France et au Royaume-Uni, ainsi que sur une trentaine d’entretiens avec des journalistes, des techniciens et des invités de ces émissions. Dans un format très court, l’auteur rend compte des évolutions et des formes des débats politiques à la télévision, depuis essentiellement les années 2000, bien qu’il fasse çà et là quelques mises en perspective historiques – sont ainsi évoqués la période des grandes transformations induites par l’irruption en politique de la télévision dans les années 60, des émissions canoniques des années 80 comme 7 sur 7 (1981-1997, tf1), ou encore les grands duels télévisés du second tour des présidentielles. Son étude porte essentiellement sur la France, même si quelques comparaisons avec le cas du Royaume-Uni sont proposées, essentiellement à la fin de l’ouvrage. Ce faisant, l’ouvrage ambitionne de dévoiler les « dessous » de ces émissions, et cherche à faire entrer le lecteur dans les coulisses de ces débats télévisés et à identifier leurs mutations.

3Les développements sont organisés autour d’une série de 36 fiches, rédigées sous forme de questions-réponses. Ces fiches sont regroupées dans des chapitres très courts, de l’ordre d’une dizaine de pages, eux-mêmes rassemblés dans quatre parties qui décrivent successivement la conception de l’émission (pp. 17-44), le choix des invités (pp. 45-68), le déroulement du débat (pp. 69-98) et la relation au téléspectateur (pp. 99-124). L’originalité du format choisi consiste à poser à chaque début de fiche une question courte, formulée de manière vulgarisée, suivie d’une réponse concise en une à trois lignes, elle-même prolongée par un développement plus fouillé en deux ou trois pages. L’auteur livre ses explications en articulant sa propre expérience de certaines émissions (notamment Mots Croisés, diffusée sur France 2 depuis 1997), des exemples repérés par ailleurs dans la masse des émissions du paysage audiovisuel français (Paf), et en mobilisant d’autres travaux consacrés à ces questions.

4L’ouvrage est concis et, dans l’ensemble, répond bien à l’objectif affiché, c’est-à-dire vulgariser sans sacrifier démesurément sa dimension académique. Compte tenu de ces contraintes, l’auteur réussit à embrasser un spectre très large de questionnements et de réponses, aussi bien théoriques que pratiques, articulant des considérations très générales sur le fonctionnement du système médiatico-politique et d’autres, plus précises, portant sur l’organisation et le déroulement des débats. Parmi les chapitres les plus intéressants, on remarque notamment l’utilisation du prisme du cadrage (selon la perspective développée par Erving Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris, Éd. de Minuit, 1991) pour analyser la tension qui règne sur les plateaux de débat (pp. 80-83), la mobilisation de la notion d’auto-contrôle (au sens de Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1973) pour expliquer le fait que les débatteurs s’astreignent à la courtoisie (pp. 86-89), ou encore une relativisation historique de la posture de neutralité journalistique qui apparaît aujourd’hui – faussement – évidente (pp. 95-98).

5Cependant, l’ouvrage présente certaines limites. Plusieurs sont induites par les contraintes imposées par le format éditorial. On n’y reviendra pas, d’autant plus qu’elles sont déjà pointées – et relativisées – dans la préface rédigée par Érik Neveu (pp. 7-12). D’autres sont plus directement liées à des choix de l’auteur. D’abord, le choix de la formulation des questions peut interpeller. L’auteur explique avoir choisi ces questions parce qu’elles sont récurrentes dans les discussions quotidiennes, dans la presse ou sur les forums internet (p. 15), mais nous aurions aimé en savoir plus sur ce point. De même, on peut s’interroger sur ce qui semble être un excès de formalisme dans l’agencement du plan (chaque chapitre étant formé de trois fiches, chaque partie étant à son tour constituée de trois chapitres). Le manque de profondeur historique – beaucoup de transformations ayant eu lieu dans les années 80-90 ne sont qu’évoquées – peut également étonner. En effet, ce manque se justifie davantage pour une thèse à visée contemporaine que pour un ouvrage visant la forme « manuel ». Dans la même veine, le manque de comparaison plus systématique avec d’autres pays se fait ressentir. L’auteur sous-utilise manifestement les enseignements qu’il aurait pu fournir au lecteur à partir de l’exploitation de son terrain britannique, alors même que cet aspect est annoncé en introduction comme un apport important de la thèse. Certes, des éléments de contextualisation sont distillés çà et là, mais la dimension comparative n’est jamais vraiment restituée de manière spécifique.

6De surcroît, des références bibliographiques incontournables sont pourtant absentes, alors même qu’elles auraient pu être mobilisées utilement dans le sens d’une mise en perspective historique (Noël Nel, À fleurets mouchetés, Paris, Ina/Documentation française, 1988 ; Sébastien Rouquette, Vie et mort des débats télévisés, Paris/Bruxelles, Ina/De Boeck, 2002 ; Christian Delporte, Les grands débats politiques, Paris, Éd. Champs, 2012) ou bien comparative (Guy Lochard, dir., Les débats publics dans les télévisions européennes, Paris, Éd. L’Harmattan, 2006 ; Patrick Amey, Pierre Leroux, dirs, L’échange politique à la télévision. Interviews, débats et divertissements politiques, Paris, Éd. L’Harmattan, 2012). Ce trait a sans doute à voir, plus globalement, avec le fait que la description des résultats de la thèse soit diluée dans l’ensemble de l’ouvrage. Un mode de restitution plus ramassé, dans un chapitre préliminaire par exemple, aurait sans doute permis de mieux comprendre la richesse de son enquête empirique, de mieux situer le point de vue de l’auteur, et donc la manière dont il peut se positionner par rapport à d’autres travaux et, in fine, en faire sens.

7Au-delà de ces critiques, on peut regretter que l’auteur ne déconstruise pas suffisamment la catégorie des « débats télévisés », qui sont d’emblée assimilés aux débats politiques, du moins à des débats sur « des thèmes d’intérêt public ». Or, cette dimension politique aurait pu être avantageusement interrogée et creusée sur au moins deux plans, qui s’articulent en pratique. Le premier concerne l’immixtion fluctuante du « public », c’est-à-dire des acteurs issus de la société civile organisée, voire des simples citoyens, dans des configurations qui mettent aux prises les journalistes avec les professionnels de la représentation, c’est-à-dire les membres de la sphère politique institutionnelle. Le second interroge l’évolution du périmètre des « questions » ou des « thèmes » débattus dans ces émissions ; cette évolution manifeste la participation des médias à l’émergence et à la cristallisation des problèmes publics, an d’autres termes l’accession de problématiques tantôt « sociales », « sociétales » ou « économiques » au rang des problèmes sociaux dignes d’être discutés dans ces arènes.

8Toutefois, ces limites ne remettent pas en cause la qualité et les apports de l’ouvrage, dont l’intérêt majeur réside dans le fait qu’il contribue à ancrer un peu plus l’analyse de cet objet dans une perspective de science politique. Celle-ci permet de dépasser le seul prisme des contraintes techniques, du dispositif ou d’une démarche strictement sémiologique par exemple, et d’intégrer des questionnements en termes de rôles politiques, de carrières ou de capital politique et médiatique par exemple. La valeur ajoutée de l’ouvrage, et de la recherche qui la sous-tend, repose également sur l’expérience ethnographique de la thèse, qui permet à l’auteur d’injecter des analyses à teneur ethnométhodologique ou configurationnelle, généralement absentes des publications consacrées à cet objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Garcia, « Gaël Villeneuve, Les débats télévisés en 36 questions réponses », Questions de communication, 25 | 2014, 423-425.

Référence électronique

Guillaume Garcia, « Gaël Villeneuve, Les débats télévisés en 36 questions réponses », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9167

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page