Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Thierry Groensteen, éd., M. Töpffer invente la bande dessinée

Paris, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflections faites, 2014, 320 pages
Éric Dacheux
p. 339-340
Référence(s) :

Thierry Groensteen, éd., M. Töpffer invente la bande dessinée, Paris, Éd. Les Impressions nouvelles, coll. Réflections faites, 2014, 320 pages

Texte intégral

1Consacré à l’inventeur et premier théoricien de la bande dessinée (bd), Rodolphe Töpffer, l’ouvrage est une édition revue et augmentée d’un texte antérieur (Groensteen T., Peeters B., 1994, Töpffer. L’invention de la bande dessinée, Paris, Hermann). Il est édité par Thierry Groensteen, ancien directeur du musée de la bande dessinée d’Angoulême et auteur d’une vingtaine d’ouvrages dédiés au neuvième art. Il comprend quatre parties. Une première (pp. 19-64), historique, montre à la fois comment Rodolphe Töpffer s’inscrit dans une tradition de la narration en images et comment sa « littérature en estampe » marque une rupture essentielle qui en fait le père de la bd. Plus technique, la deuxième partie (pp. 65-98) s’intéresse à la technologie d’impression spécifique utilisée par Rodolphe Töpffer, l’autographie (variante de la lithographie qui permet, avantage majeur, de travailler à l’endroit) et revient sur la question récurrente de la définition de la bd en s’appuyant sur les réflexions écrites de l’auteur genevois. La troisième (pp. 99-160) analyse la poétique töpférrienne, tandis que la quatrième (pp. 161-202) s’intéresse aux héritiers de l’auteur des Amours de monsieur Vieux Bois (1837), dans l’espace francophone : Gustave Doré, Christophe, F’Murr, etc. Stimulantes et abondamment illustrées, ces quatre parties sont complétées par six textes de Rodolphe Topffer lui-même, permettant ainsi à chacun d’accéder directement aux écrits théoriques du maître.

2Ce livre est écrit dans un style clair et offre l’opportunité rare d’accéder à des illustrations du siècle dernier. Il s’appuie sur une grande érudition, évite une analyse franco-française en s’appuyant sur des théoriciens étrangers et propose une riche bibliographie (pp. 308-315). Surtout, il défend, de manière convaincante, sa thèse centrale : « C’est grâce à Töpffer que la bande dessinée a reçu, pour la première fois, une revendication de paternité, un nom (la littérature en estampes), partant, une existence sociale, une identité culturelle, une conscience de soi. Töpffer a établi la bande dessinée comme une nouvelle forme de littérature, au service de l’invention frictionnelle, et il l’a introduite en librairie, puis dans la presse (L’illustration, dont le tirage, considérable pour l’époque, était de 20 000 exemplaires). Il l’a érigé en média autonome. Ce sont autant de gestes inauguraux que personne n’avait accomplis avant lui » (p. 27).

3Bien sûr, on pourra toujours reprocher à l’auteur de critiquer les définitions de la bd données par d’autres théoriciens (en particulier David Kunzle, 1973, History of the Comic Strip, Berkeley, University of California Press) sans lui-même définir ce qu’il entend précisément par ce terme. De même, si nommer est, comme l’affirme l’auteur, un moment essentiel, il aurait fallu faire de l’inventeur du terme « bande dessinée », le père de la bd, ou, tout du moins, expliciter en quoi ce terme renvoie, effectivement, à la littérature en estampes, alors que la production de Rodolphe Töpffer (autographie, noir et blanc) semble très différente de celle actuelle (numérisation, album couleur). Mais ces reproches ne sont rien à côté de la grande qualité des propos tenus et de l’immense plaisir du temps passé avec un génie, Rodolphe Töpffer, encore trop méconnu. À lire absolument.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Dacheux, « Thierry Groensteen, éd., M. Töpffer invente la bande dessinée », Questions de communication, 26 | 2014, 339-340.

Référence électronique

Éric Dacheux, « Thierry Groensteen, éd., M. Töpffer invente la bande dessinée », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9379

Haut de page

Auteur

Éric Dacheux

Comsol, université Blaise Pascal Clermont Ferrand, F-63000
eric.dacheux@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page