Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Philippe J. Maarek, dir., Présidentielle 2012. Une communication politique bien singulière

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2013, 232 pages
Pierre Leroux
p. 348-349
Bibliographical reference

Philippe J. Maarek, dir., Présidentielle 2012. Une communication politique bien singulière, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2013, 232 pages

Full text

1Professeur à l’université Paris-Est et directeur du Centre d’études en communication politique de l’Association internationale pour les études et recherches en information et communication (Ceccopop), Philippe J. Maarek présente, avec cet ouvrage collectif contenant 13 contributions écrites par 21 auteurs, différents éclairages sur la campagne présidentielle française de 2012 qui a conduit à la victoire de François Hollande contre son adversaire du second tour, Nicolas Sarkozy, qui se présentait pour un second mandat. L’ouvrage est divisé en quatre thématiques qui ne sauraient couvrir tous les aspects de la communication politique de cette élection présidentielle, mais qui, comme l’indique le sous-titre du livre, s’intéressent à des aspects singuliers de cette campagne. Pour Phillipe J. Maarek, la communication politique de la campagne de 2012 est « singulière sous trois aspects : institutionnel, conjoncturel et communicationnel » (p. 7). Institutionnel parce qu’il s’agit de la première fois qu’un président sortant se représente dans le cadre du mandat réduit à cinq ans ; conjoncturel parce que, pour l’auteur, « il est clair que la personnalité de Nicolas Sarkozy a considérablement plus pesé sur l’élection de 2012 que celles de ses prédécesseurs sur les précédentes campagnes » (p. 9) ; communicationnel, enfin, parce que « la campagne a été marquée par un éclatement considérable des modes de communication politique employés par les candidats » (p. 12). Ce sont les conséquences de ces différentes singularités que le livre se donne pour tâche d’examiner.

2De la première partie intitulée « Personnalisation, peopolisation, la nouvelle construction de la légitimité » (pp. 19-54), on retiendra en particulier la contribution de Jamil Dakhlia (pp. 43-54) qui note « une teneur en people […] beaucoup plus réduite » (p. 47), et que la « peopolisation continue son cours, mais de manière bien plus subtile que pendant l’emballement de 2005-2008 » (ibid.). L’auteur renvoie à des raisons essentiellement conjoncturelles (contexte de crise et d’affaires ayant joué à l’encontre de l’exploitation de la vie privée comme l’affaire Strauss-Kahn, condamnation de l’usage de la peopolisation par Nicolas Sarkozy dans la première partie de son mandat). Pourtant, selon l’auteur, cette relative modération, cette « discrétion sur leurs affaires privées » (p. 47) en accord avec des partis pris de modestie (Nicolas Sarkozy) et de normalité (François Hollande) n’est marquante que chez les deux principaux candidats, d’autres ayant plus ou moins instrumentalisé des éléments de leur intimité dans le cadre de la campagne.

3La deuxième partie, « De l’élection primaire à la réalité » (pp. 55-133), est abordée sous un angle plus politique avec la contribution d’Éric Treille (pp. 57-69) qui revient sur les primaires socialistes à l’origine de changements majeurs dans le rapport que le parti socialiste entretient avec ses militants et l’importance qu’il a réussi à donner à ses « sympathisants » mobilisés lors de la primaire. Ce changement politique, dont on ne mesure pas encore toute les conséquences sur l’ensemble de la vie politique et le rapport des organisations partisanes à la vie politique, est aussi remarquablement analysé par Éric Treille sur le plan de la communication politique. Dans une partie de l’étude soulignant « le déplacement des scènes de l’affrontement intra-partisan » (p. 67), l’auteur souligne avec beaucoup d’acuité les ambiguïtés de l’externalisation de la désignation du candidat à la présidentielle. Il conclut en relevant la difficulté à trouver un équilibre – l’analyse de la future et éventuelle application à droite fournira sans doute d’autres éléments de réflexion – et que, grâce à la primaire, « la logique présidentielle et la logique partisane se sont confortées l’une l’autre » (p. 69). Philippe J. Maarek et Brigitte Sebbah s’intéressent à ce qu’on pourrait qualifier d’objet délaissé : la campagne officielle à la télévision, comme « révélateur des potentiels des candidats » (pp. 97-110). Ils soulignent comment ces productions télévisuelles sont révélatrices de positionnements politiques, des forces et des faiblesses des candidats. Cependant, on émettra une réserve : regrouper sous le terme « marketing des populistes » la communication des candidats Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen paraît abusif. Comme l’ont souligné de nombreux auteurs, le terme « populisme » est très ambigu, et son utilisation n’est ici pas explicitée par les auteurs.

4La troisième partie, « Tweet, Tube et Like : la campagne électorale à l’aune des réseaux sociaux » (pp. 135-214), est la plus homogène. Quatre contributions abordent la question de l’utilisation en campagne de « nouveaux » outils (au sens où ils n’avaient quasiment pas été mobilisés dans les campagnes précédentes) mis au service de la relation entre candidats et citoyens. Frédérick Bastien et Gersende Blanchard (pp. 137-148) utilisent le terme « campagnes post-modernes » et s’intéressent spécifiquement à l’attitude des citoyens à l’égard des moyens de communication et de leurs usages par les candidats. Procédant à une enquête minutieuse auprès d’utilisateurs de l’internet pendant la campagne, dans la tradition des enquêtes sur les usages et les pratiques d’information, les auteurs concluent que le réseau n’a pas pris la place de moyens plus anciens d’information et que « les fonctions d’interaction et de mobilisation […] ne sont pas perçues comme étant les plus importantes » (p. 147), et même chez ces internautes (fortement intéressés par la politique), c’est surtout l’information qui est recherchée. Ces conclusions viennent en écho de la contribution de Karolina Koc-Michalska, Darren Lilleker et Perle Bagot (pp. 149-164) qui analyse les stratégies interactives des candidats à travers notamment Facebook et Twitter, soulignant, au terme de leur étude, à la fois le côté provisoire de leur conclusion et les distinctions importantes nécessaires à l’appréhension scientifique de la création de « communautés », « d’adhésion » et « d’interaction » trop souvent considérées comme allant de pair avec l’usage de ces outils. En étudiant les contenus et usages des tweets en relation principalement avec les débats télévisés, Arnaud Mercier (pp. 165-200) relativise l’importance de ces outils tout en soulignant la part croissante qu’ils occupent pour les candidats et les stratégies de mobilisation qu’ils utilisent. Mais, comme le souligne l’auteur, Facebook et Twitter renouvellent en partie l’approche traditionnelle de la communication politique : les émetteurs sont multiples et les hiérarchies ne sont pas simplement calquées sur le champ politique, la dimension très réactive rend possible la contre-argumentation ou le pointage d’erreurs (grâce au fact checking), mais aussi la désacralisation des acteurs du débat public (politiques, partisans, mais aussi journalistes).

5C’est avec la dernière partie consacrée à une ouverture sur « La campagne vue de l’étranger » (pp. 215-241) que se termine l’ouvrage : les apports salutaires de regards sur la campagne à partir de l’Allemagne et du Québec relativisent les bouleversements de cette élection attendus à l’étranger : l’interrogation sur l’avenir du « couple franco-allemand » (en Allemagne) et sur le bilan du candidat sortant (au Québec) ne sont somme toute pas fondamentalement neufs, la dimension économique qui les sous-tend rappelle la domination de ce type d’enjeux et d’approche dans le discours politique et journalistique actuel.

6En terminant l’ouvrage, on n’est pas totalement convaincu par l’argument éditorial de la « singularité » de la campagne présidentielle de 2012 (une partie des auteurs relativise ces éléments de singularité ou ne s’appuient pas sur les axes présentés au début de l’ouvrage), ce qui ne retire rien à l’intérêt des contributions de l’ouvrage. Par ailleurs, les communications apportant le plus du point de vue de la connaissance scientifique sont sans doute celles qui articulent des éléments d’analyse politique avec une approche de la communication politique (presque essentiellement limitée dans l’ouvrage à des pratiques visibles auxquelles les chercheurs ont eu un accès relativement facile). Les contributions axées sur les seuls contenus diffusés pendant la campagne s’inscrivent dans une approche qui paraît plus datée et souvent heuristiquement limitée, alors que celles qui font dialoguer mutations des usages et des pratiques (des citoyens et des acteurs politiques) prennent date dans l’histoire des contributions à l’analyse de l’évolution de la communication politique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Pierre Leroux, « Philippe J. Maarek, dir., Présidentielle 2012. Une communication politique bien singulière  », Questions de communication, 26 | 2014, 348-349.

Electronic reference

Pierre Leroux, « Philippe J. Maarek, dir., Présidentielle 2012. Une communication politique bien singulière  », Questions de communication [Online], 26 | 2014, Online since 31 December 2014, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9387

Top of page

About the author

Pierre Leroux

Crape, Uco/Unam, F-49000
Pierre.Leroux@uco.fr

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page