Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Josepha LAROCHE, La Grande Guerre au cinéma. Un pacifisme sans illusions

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Chaos international, 2014, 149 pages
Aurélio Savini
p. 380-381
Référence(s) :

Josepha LAROCHE, La Grande Guerre au cinéma. Un pacifisme sans illusions, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Chaos international, 2014, 149 pages

Texte intégral

1Choisir d’analyser une vingtaine de films évoquant la Grande Guerre sous l’angle du pacifisme est l’objectif ambitieux du bref ouvrage de Josepha Laroche : « Dire l’indicible sur la Grande Guerre – dans une approche pacifiste certes désenchantée –, s’engager à rebours de toutes les doxas pour oser désacraliser le patriotisme (I), et mieux souligner le triomphe de la brutalisation (II), telle nous est apparue la thèse commune à toutes ces œuvres » (p. 32).

2À travers un aperçu historiographique très clair, cette mise en avant de la « vitalité paradoxale du pacifisme » (p. 22) se trouve bien argumentée par cette auteure spécialiste de relations internationales et professeure de science politique. L’argumentation s’avère beaucoup moins précise dès qu’il s’agit d’analyse filmique, sans doute en raison d’un curieux postulat qui considère les publications sur le cinéma « écrits le plus souvent par des cinéphiles pour des cinéphiles […]. Il ne s’agit en fait la plupart du temps que d’études sui generis où dans une circularité commode, les références cinématographiques appellent les références cinématographiques au point de bâtir grâce à elles un semblant de système explicatif » (p. 24). Pourtant, le savoir cinématographique comme le savoir en science politique n’est-il pas la base de la connaissance ? Le jeu et les enjeux comparatistes des références seraient efficaces en géopolitique mais pas en cinéma ? Un peu de cinéphilie aurait toutefois sans doute conduit utilement l’auteure à s’intéresser au film d’Howard Hawks Les Chemins de la gloire (The Road to Glory, 1936) via Les Croix de bois (1932, Raymond Bernard) dont Darryl Zanuck à la Fox avait racheté les droits, et que Josepha Laroche aborde en racontant la fameuse scène où les soldats français « entendent les Allemands creuser un tunnel sous leur propre tranchée pour y déposer une bombe destinée à les anéantir » (p. 134). La même scène se retrouve chez Howard Hawks, mais mont(r)ée différemment ; la mise en scène a créé un autre type de spectateur, un autre type d’émotion. L’esthétique est aussi une condition de la mémoire.

3De même, le film de Lewis Milestone À l’Ouest rien de nouveau/All Quiet on the western front/Im Westen Nichts Neues (1930) se trouve vite réduit au résumé de son scénario sans aucune référence aux multiples censures parfois contradictoires subies par cette production de Carl Laemmle, allemand fondateur d’Universal ; alors que l’étonnante gamme d’émotions travaillée par ce grand styliste d’Ernst Lubitsch est à peine évoquée dans les quatre pages consacrées à L’Homme que j’ai tué (1932). Par ailleurs, ces films du début des années 30 font une utilisation particulière du nouvel élément sonore et donc de l’écoute du spectateur, cet aspect du langage cinématographique va bien au-delà des paramètres purement narratifs privilégiés tout au long de l’ouvrage.

4La volonté de repérer des personnages emblématiques paraît parfois trop mécanique sauf, naturellement, lorsqu’il s’agit d’évoquer cette icône de Charlie Chaplin qui fait de son personnage un principe moteur de la mise en scène, mettant en crise toutes les représentations institutionnelles. Josepha Laroche peut alors écrire avec justesse que Charlot soldat (1918) « ridiculise constamment l’institution militaire et désacralise la défense de la patrie. Il réduit à néant toute légitimité qui pourrait s’attacher à la guerre, guerre qu’il présente comme un jeu grotesque, dépourvu de sens » (p. 74).

5Plus globalement, la liste des 20 films aura le mérite de susciter quelques réminiscences bienvenues chez le lecteur : on peut avoir vu tous ces films, en avoir quelques souvenirs sans en saisir toujours l’unité. Or, la simple juxtaposition des titres de films – tous judicieusement sélectionnés – permet de leur redonner toute leur singularité. Sans doute plus efficaces dans son domaine de prédilection, les courtes synthèses de Josepha Laroche peuvent alors synthétiser le sujet de chacune des œuvres pour en dégager la portée politique. Par exemple, quand elle aborde en contrepoint des Sentiers de la gloire (1957, Stanley Kubrick) la « question de la réhabilitation des fusillés pour l’exemple » (p. 44) en relevant les propos du Premier ministre Lionel Jospin en 1998 et leur résonnance pour aujourd’hui : « Quel sort réserver aux quelque 740 soldats français fusillés entre 1914 et 1918 […]. Faut-il les réhabiliter ? Et si oui, comment » (p. 45) ? L’auteur revient avec raison sur la question, du côté britannique cette fois, avec le film de Joseph Losey King and Country (1964), le film préféré de Marc Ferro sur le sujet. Elle précise que, contrairement aux initiatives de quelques conseils généraux français, « le gouvernement britannique a demandé – par voie législative – la réhabilitation des 306 soldats fusillés pour “désertion, mutinerie ou refus de combattre” pendant la première guerre mondiale » (p. 50). En revanche, a contrario de ce qui est affirmé, le film de Stanley Kubrick est loin d’avoir reçu « un accueil critique unanimement favorable » (p. 41) lors de sa sortie.

6Finalement, l’intérêt de l’ouvrage réside moins dans l’analyse de chacun des films que dans cette juxtaposition, mieux, ce voisinage thématique combiné à une pluralité des temporalités qui permet de rapprocher des œuvres « tournées soit au sortir immédiat de la Grande Guerre (La Grande parade, Verdun, visions d’histoire), voire avant même l’armistice (Charlot soldat). D’autres ont été réalisées dans l’entre-deux-guerres (Buster s’en va-t’en guerre, No Man’s land, J’ai tué un homme, Quatre de l’infanterie, À l’Ouest rien de nouveau, Les Croix de bois), soit juste avant la Deuxième Guerre mondiale (La Grande Illusion, J’accuse) » (p. 30). D’autres films évoqués ont été produits « alors que faisaient rage certaines luttes d’indépendance nationale […] (Les Sentiers de la gloire, King and Country, La Grande Guerre, Les Hommes contre, Johnny got his Gun, La Victoire en chantant). Enfin, trois d’entre elles datent de ces dernières années (La Vie et rien d’autre, Capitaine Conan, Les Fragments d’Antonin) et nous offrent une approche rétrospective, mais qui n’en est pas moins tout aussi percutante » (p. 31). Un encouragement donc à revoir ou découvrir ces films ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélio Savini, « Josepha LAROCHE, La Grande Guerre au cinéma. Un pacifisme sans illusions », Questions de communication, 27 | 2015, 380-381.

Référence électronique

Aurélio Savini, « Josepha LAROCHE, La Grande Guerre au cinéma. Un pacifisme sans illusions », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9911

Haut de page

Auteur

Aurélio Savini

CinéDV
aureliosavini@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page