Skip to navigation – Site map
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Annette Becker, Voir la Grande Guerre. Un autre récit (1914-2014)

Paris, A. Colin, 2014, 256 pages
Dominique Ranaivoson
p. 387-388
Bibliographical reference

Annette Becker, Voir la Grande Guerre. Un autre récit (1914-2014), Paris, A. Colin, 2014, 256 pages

Full text

1Ce bel ouvrage labélisé par la mission du centenaire de la Première Guerre mondiale traite des diverses expressions visuelles de la guerre. L’auteur précise que cette « difficile représentation de la violence » par des moyens variés et utilisés par toutes les populations concernées atteste que « la très longue mémoire du conflit et ses refoulements continuent de hanter l’imaginaire collectif » (p. 188). Spécialiste de la Grande Guerre et déjà auteure de nombreux ouvrages sur des acteurs de la période (Guillaume Apollinaire, Maurice Halbwachs), Annette Becker a déjà exploré les mentalités des soldats et civils par le biais des monuments aux morts et des objets religieux. Elle explique vouloir cette fois se « placer à hauteur d’œil, voir ce qui a été senti, perçu, restitué du conflit » (p. 12). Le volume est organisé en quatre chapitres qui sont autant de pôles à partir desquels se déploie son analyse. Consacrés tour à tour à la photographie (pp. 15-64), aux caricatures (pp. 65-114), au camouflage (pp. 115-160) et aux objets manifestant le deuil (pp. 161-212), ils présentent de nombreuses reproductions de photographies, d’albums, de tableaux, de dessins et de monuments. Annette Becker décrit et analyse ces sources sans les hiérarchiser dans le but de comprendre comment ils rendent compte de la perception de la guerre de leurs auteurs. Par exemple, elle s’intéresse moins au simple sujet d’une photo isolée qu’aux conditions dans lesquelles celle-ci a été prise (marque des appareils, moments au front, choix des points de vue), par qui (le soldat, sa famille), quand (pendant ou après la guerre), à la façon dont elle est mise en valeur (dans un portefeuille, un tableau brodé, un album, un journal), aux lettres et légendes qui l’accompagnent ou la commentent. Elle compare aussi les objets issus des camps opposés ; les photos ou les caricatures attestent des antagonismes aussi bien que de la similitude des attitudes (l’animalisation de l’ennemi pour le ridiculiser, l’expression de l’horreur ou du deuil, le démantèlement des formes pour dire la perte de sens). Cette manière d’analyser un objet, de le remettre en contexte pour comprendre son auteur puis de créer des séries qui aboutissent à des conclusions plus générales est une formidable illustration de la méthode historique énoncée par Marc Bloch, lui-même combattant, et rapportée par l’auteure : « L’historien choisit et trie. En un mot, il analyse » (p. 26). Mais, dépassant l’illustre maître, Annette Becker réussit à concilier la rigueur de l’analyse dans une mise à distance de son objet et une compréhension qui voisine l’empathie et replace au centre de son étude des personnes et non des faits. Le chapitre « Deuils » s’ouvre par exemple sur l’analyse des œuvres de l’artiste allemande Käthe Kollwitz qui a expérimenté diverses techniques durant plusieurs années avant d’aboutir en 1932 à une œuvre sculptée monumentale qu’elle estimait digne de rendre compte de sa douleur à la suite de la perte de son fils au front en 1914. Le chapitre intitulé « Le camouflage comme guerre, la guerre comme camouflage » surprend par le sens large donné au terme et à ses conclusions. Bien sûr, la « méthode de guerre » aussi vieille que le cheval de Troie avec ses diverses techniques pour masquer des hommes ou des monuments est analysée, mais l’auteure prend aussi en compte tous les « pièges visuels », les « phénomènes de subterfuges » (p. 119) employés par des soldats et des artistes pour rendre compte de la guerre sans la décrire. Et l’analyse de se déplacer du champ de bataille où les artistes acquièrent une place particulière (ils peignent les objets, dessinent les décors) à la scène (les objets détournés de Marcel Duchamp vus comme « camouflés », p. 151) ou dans la littérature (le cubisme vu comme « camouflage intellectuel » et « arme de guerre », pp. 135-136). Combattants ou non, les artistes déploient diverses stratégies esthétiques pour camoufler l’horreur de la mort qui rôde. Cette approche aboutit à qualifier la guerre « industrielle » d’« immense Ready made où les objets de la vie ordinaire sont décontextualisés, camouflés et renommés dans une autre langue » (p. 152). Enfin, le dernier chapitre, « Deuils », reprend des éléments plus connus comme les monuments aux morts, les vitraux et les tableaux, mais toujours comme des témoignages de la disposition d’esprit de leurs auteurs. Les dernières pages rendent compte des œuvres commandées très récemment par les pouvoirs publics pour continuer à exprimer la mémoire de cette guerre qui, depuis, peut être vue comme la première d’une série hélas inachevée. Des sculptures au Chemin des Dames aux diverses installations contemporaines, les projets les plus inattendus se multiplient (moignons d’arbres en bronze, œuvres-barbelés, boîtes de camembert, sculptures en biscuits…) et s’internationalisent. Ils témoignent de la mémoire toujours vive de cette Grande Guerre et montrent que la question de la représentation de la violence reste aussi difficile qu’indispensable : « internationalisation de l’art contemporain qui vient s’articuler sur la mondialisation du conflit désormais centenaire » (p. 207).

2Avec ce riche et lourd volume aux allures de catalogue d’exposition, Annette Becker offre une approche des diverses sources qui décloisonne les arts et les périodes. Conformément au sous-titre, elle entreprend un « autre récit » de la Première Guerre mondiale en rassemblant et analysant les objets qui expriment l’état d’esprit de ceux qui l’ont vécue et de ceux qui en portent encore les traces. Même si l’on peut s’étonner de l’absence de quelques artistes attendus (comme Francisque Poulbot parmi les caricaturistes ou Pierre Albert-Birot parmi les cubistes), on saura gré à l’auteure d’avoir franchi les frontières nationales et génériques pour donner une nouvelle place à des objets considérés soit isolément, soit dans d’autres séries déterminées par l’histoire de l’art ou la littérature. Enfin, bien que d’une rigueur toute professionnelle, elle-même comme Pierre Bergounioux dans la postface (pp. 213-220) avouent être parmi ces « porteurs de traces » et illustrent la citation d’Apollinaire : « Personne ne peut se défaire du poids des morts » (p. 187). Elle dédie l’ouvrage à ses « grands-mères, jeunes femmes de guerre » et Pierre Bergougnioux rappelle que son père était « Pupille de la nation » (orphelin de guerre, p. 220). S’il en était besoin, ce volume prouve que l’immense matériau issu d’une période que l’on croit connaître peut encore être réinterrogé, réorganisé et réinterprété par l’historien qui est aussi l’héritier.

Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Ranaivoson, « Annette Becker, Voir la Grande Guerre. Un autre récit (1914-2014) », Questions de communication, 27 | 2015, 387-388.

Electronic reference

Dominique Ranaivoson, « Annette Becker, Voir la Grande Guerre. Un autre récit (1914-2014) », Questions de communication [Online], 27 | 2015, Online since 01 September 2015, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9923

Top of page

About the author

Dominique Ranaivoson

Écritures, université de Lorraine, F-57000
ranaivoson-hecht@wanadoo.fr

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page