Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Amzat Boukari-Yabara, Africa unite! Une histoire du panafricanisme

Paris, Éd. La Découverte, coll. Cahiers libres, 2014, 318 pages
Kouamé Adou
p. 388-390
Référence(s) :

Amzat Boukari-Yabara, Africa unite! Une histoire du panafricanisme, Paris, Éd. La Découverte, coll. Cahiers libres, 2014, 318 pages

Texte intégral

1Alors que de nombreux ouvrages ont été publiés en langue anglaise sur le panafricanisme, très peu d’études retraçant l’évolution de ce mouvement, qui apparaît comme une énigme historique, sont présentement disponibles en langue française. Cet ouvrage de l’historien Amzat Boukari-Yabara vient réduire le fossé qui existe entre francophones et anglophones sur l’histoire de ce mouvement perçu par certains analystes comme un concept philosophique et par d’autres comme un mouvement sociopolitique ou une doctrine de l’unité politique du continent africain. S’il est difficile de le définir et d’indiquer avec certitude sa date et son lieu de naissance, Boukari-Yabara note dans l’introduction (pp. 5-12) que, à la source de l’idée et du mouvement, il y avait les captifs africains déportés aux Amériques entre le xvie et le xixe siècle dans le cadre de la traite transatlantique qui sont considérés comme « les pionniers d’une histoire vagabonde, qui se déplace et se transforme en s’adaptant aux défis de chaque lieu et de chaque époque » (p. 5). Toutefois, comme le souligne l’auteur en reprenant une idée émise par l’historien congolais Elikia M’Bokolo (« George Padmore, Kwame Nkrumah, Cyril L. James et l’idéologie de la lutte panafricaine », Codesria, Accra, 2003, p. 6), pour mieux cerner l’élan panafricain, il est indispensable d’étudier conjointement le rapport entre l’Afrique et ses diasporas car « on ne saurait, sans courir le risque de briser l’élan panafricain, séparer l’Afrique de ses diasporas : sans l’Afrique, les diasporas africaines n’ont pas d’identité ; sans les diasporas, l’Afrique perdrait de vue aussi bien l’ampleur de sa contribution passée et actuelle à notre monde que l’étendue mondiale de ses responsabilités » (p. 5).

2Amzat Boukari-Yabara annonce son objectif : éclairer certains mots et concepts d’ordre mobilisateurs tels « retour en Afrique », « L’Afrique aux Africains » ou « États-Unis d’Afrique » qui reviennent sur le devant de la scène après avoir été popularisés pendant deux siècles de lutte pour « la dignité, la justice et l’indépendance » (p. 11). Pour mieux restituer le contenu et les origines anglophones du panafricanisme, l’auteur a fait le choix de conserver en anglais les slogans utilisés pour constituer chacune des trois grandes parties de l’ouvrage : « Back to Africa » (pp. 14-119), « Africa for the Africans » (pp. 121-212) et « Don’t agonize, organize » (pp. 213-285) ; ceux-ci sont toutefois accompagnés de sous-titres en français, ce qui permet au lecteur de bien comprendre l’orientation qu’il veut donner à chaque partie de son analyse.

3La première partie de l’ouvrage, « “Back to Africa”. Du pan-négrisme au panafricanisme (de la fin du xviiie siècle aux années 1930) » (pp.14-119) retrace les prémices du panafricanisme dans le pan-négrisme, cette idéologie qui traduit la prise de conscience de l’oppression par des peuples asservis. L’auteur passe en revue l’histoire de la déportation des Africains aux Amériques et les expériences de retour en Afrique illustrées par les cas spécifiques de la Sierra Leone (1787), d’Ayiti (1804), du Liberia (1820) et de l’Éthiopie. Ces exemples, qui montrent la soif de liberté des peuples noirs à travers le globe, n’occultent pas pour autant leur malaise récurrent à vivre dans un monde qui les oblige constamment à avoir, selon les termes du philosophe et activiste des droits civiques et du panafricanisme W. E. B Du Bois, « une double conscience », c’est-à-dire « cette tension irréconciliable entre l’identité noire et l’identité américaine, qui condamne de manière métaphorique le Noir à voir le monde, et à être vu, derrière le voile de la couleur de peau » (p. 35). De ce sentiment de mal-être naîtra le panafricanisme, mouvement de solidarité des Noirs dispersés dans le monde entier qui, sous l’impulsion du Jamaïcain Marcus Garvey, prendra forme dans les années 20-30 dans les milieux populaires et se définira progressivement dans le sens d’une solidarité de tous les Noirs.

4La deuxième partie de l’ouvrage, « “Africa for Africans”. Les rêves de libération et d’unité (des années 1940 aux années 1960) » (pp. 121-212) met l’accent sur la contribution du panafricanisme à la lutte de la décolonisation du continent africain. En effet, si cette idéologie est née hors d’Afrique des premières luttes de la libération de l’homme noir confronté aux affres de l’esclavage, elle a atteint une autre dimension sur le sol africain, en particulier lorsque la traite transatlantique s’est muée en colonisation, traduisant ainsi une hégémonie presque permanente de l’Occident sur l’Afrique. Pour Amzat Boukari-Yabara, nul n’incarne le panafricanisme dans la mémoire collective contemporaine mieux que Kwame Nkrumah, l’homme qui libéra le Ghana de la joute coloniale et qui le dirigea de 1957 à 1966. Riche de son expérience aux États-Unis d’Amérique en au Royaume-Uni, Kwame Nkrumah retourne en Afrique avec l’intention d’émanciper non seulement la Gold Coast mais aussi l’Afrique tout entière. Ce faisant, il fait d’Accra, la capitale du Ghana, la plaque tournante de la libération de l’Afrique et la base arrière pour les militants antillais et afro-américains (le plus connu étant W. E. B. Du Bois) qui souhaitent retourner en Afrique. Il prône l’unité politique de l’Afrique, car pour lui, ce continent doit « s’unir pour résister ensemble aux nouvelles formes de prédation qui se dessinent derrière les indépendances » (p. 143). À travers l’exemple de Kwame Nkrumah et de bien d’autres figures emblématiques de l’unité africaine (Cheikh Anta Diop, Frantz Fanon, Joseph Ki-Zerbo par exemple), Amzat Boukari-Yabara souligne l’apport de l’intelligentsia africaine qui, malgré l’eurocentrisme, a su définir une politique anticoloniale et nourrir le rêve de l’unité politique africaine qui sembla malheureusement prendre fin avec le renversement de Kwame Nkrumah en 1966.

5« “Don’t agonize, organize !”. Espoirs et désillusions du panafricanisme de 1960 à nos jours » (pp. 213-285) constitue la troisième et dernière partie de l’ouvrage. L’auteur y met l’accent sur la nouvelle génération des panafricanistes qui a émergé après celles de W. E. B Du Bois et de Marcus Garvey. L’objectif n’est plus seulement de faire savoir au monde que les Noirs existent et qu’ils ont des droits mais aussi et surtout de lutter activement et efficacement contre la ségrégation et les discriminations raciales dont les minorités noires sont victimes un peu partout, en particulier dans des pays tels que les États-Unis et l’Afrique du Sud. Ainsi note-t-on une interaction entre le mouvement du Black Power, au cœur des revendications civiques aux États-Unis, et la dynamique panafricaine insufflée par les mouvements de libération nationale. De même, l’auteur souligne la contribution des leaders noirs tels Martin Luther King et Malcolm X dont le dynamisme et le rayonnement vont booster l’internationalisation de la question noire. Dans une démarche originale, Amzat Boukari-Yabara sort des sentiers battus en ne limitant pas son analyse à ces figures charismatiques mondialement connues. Il montre la contribution des festivals culturels et des chants de libération des artistes musiciens tels le Jamaïcain Bob Marley, dont la chanson « Africa Unite » constitue le titre de l’ouvrage, et la Sud-Africaine Miriam Makeba dont l’apport idéologique est aussi crucial que le Black Consciousness de Steve Biko ou l’ouvrage Africa Must Unite (1963, New York, F. A. Praeger) de Kwame Nkrumah.

6Par ailleurs, il est utile de souligner que, en marge de l’évocation de l’influence des personnalités politiques telles Kwame Nkrumah, l’apôtre du concept philosophique de la personnalité africaine et de l’unité continentale, et Nelson Mandela, l’icône de la renaissance africaine, ou Barack Obama, le premier président noir des États-Unis qui plaide pour des institutions fortes en Afrique, l’auteur souligne de fort belle manière l’apport de certains porte-voix marginaux qui ont émergé après les années 70. Il s’agit notamment de l’artiste nigérian Fela Kuti qui, après avoir constamment placé l’Afrique au « centre du monde », a également « chanté en soutien aux mouvements de libération africains, faisant applaudir le projet d’États-Unis d’Afrique de Nkrumah et la philosophie du Black Power » (p. 246), de Thomas Sankara qui s’est clairement positionné comme un héritier visionnaire du panafricanisme avec son projet d’une « société nouvelle, débarrassée de l’injustice sociale et de la domination impérialiste » (p. 253) et de Mouammar Kadhafi qui, pendant les dernières années de sa vie, tenta de donner un souffle nouveau à l’élan panafricaniste à travers l’Union africaine et l’actualisation du projet des États-Unis d’Afrique.

7Enfin, notons que ce bel ouvrage, qui constitue une véritable percée dans l’historiographie du panafricanisme en langue française, a le grand mérite de permettre d’historiciser et de contextualiser les déportations, les migrations et les allers-retours de la diaspora noire, concepts majeurs qui constituent le mouvement forcé, contraint ou volontaire qui a vu naître le panafricanisme. Se lisant facilement et pourvu d’un index, il vient combler un vide dans les études diasporiques, en particulier dans les rapports entre l’Afrique noire et sa diaspora dans la mesure où aucun ouvrage majeur n’a été publié en français dans ce domaine depuis Le panafricanisme de Philippe Decraene (1959, Paris, Presses universitaires de France) et Le Mouvement panafricaniste au vingtième siècle, recueil de textes publié en 2006 par l’Organisation internationale de la francophonie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kouamé Adou, « Amzat Boukari-Yabara, Africa unite! Une histoire du panafricanisme », Questions de communication, 27 | 2015, 388-390.

Référence électronique

Kouamé Adou, « Amzat Boukari-Yabara, Africa unite! Une histoire du panafricanisme », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9926

Haut de page

Auteur

Kouamé Adou

Université Alassane Ouattara, Bouaké, CIV
kouame.adou@sfr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page