Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Vincent Goulet, Christoph Vatter, dirs, Champs médiatiques et frontières dans la « Grande Région » SaarLorLux et en Europe/Mediale Felder und Grenzen in der Großregion SaarLorLux und in Europa

Sarrebruck, Universaar, 2013, 298 pages
Jean-Michel Rampon
p. 429-432
Référence(s) :

Vincent Goulet, Christoph Vatter, dirs, Champs médiatiques et frontières dans la « Grande Région » SaarLorLux et en Europe/Mediale Felder und Grenzen in der Großregion SaarLorLux und in Europa, Sarrebruck, Universaar, 2013, 298 pages

Texte intégral

1Les textes de ce livre prennent place dans un objectif large de compréhension des modes de circulation transfrontalière des informations ou nouvelles médiatiques. Issu du programme de formation et recherche de la Maison des sciences de l’homme Lorraine « La circulation transfrontalière des informations médiatiques dans la grande Région » (Infotransfront), le contenu de ce travail à la fois collectif, bilingue et plurinational (France, Allemagne, Luxembourg et Suisse) vise à « situer la question des médias dans un contexte européen » (p. 15) et, de façon plus originale, à « esquisser quelques problématiques » et à « questionner les approches comparatistes, en particulier franco-allemandes » (ibid.). Sur les onze textes qui composent le volume, introduction comprise, cinq sont en français, trois en allemand et trois dans les deux langues, afin de favoriser un échange scientifique sur des méthodes et concepts comme « B/ordering » ou « champ journalistique ». De ce point de vue, on peut se demander s’il ne s’agit pas là, par-delà une démarche méritoire, d’un vœu pieux, tant les espaces où ces concepts prennent leur origine relèvent pour une bonne part d’écosystèmes culturels et académiques spécifiques.

2Voici comment la traductrice Sophie Salin recourt à une note autonymique pour permettre à la première de ces notions de « franchir la frontière » : « Nous traduisons ici le terme “b/ordering par voisinage et arrangement socioterritorial pour transposer le jeu de mot anglais faisant allusion non seulement à ce qui fait office de “frontière” : “bordering” et de “order” qui peut signifier, entre autres, “ordre”, “agencement”, “arrangement”. Le terme “bordering” renvoie ici à une “différenciation (socio-)spatiale”, celui de “ordering” renvoie ici à des “ordres symboliques particuliers de la réalité spatiale” » (p. 65). Du reste, l’auteur du texte dans sa version originale, le chercheur en sciences sociales et culturelles, Christian Wille (pp. 65-80), prend pour référence un article du début des années 2000 de la revue Journal of Economic and Social Geography, dans le titre duquel le terme apparaît sans « / », là où ce slash est par exemple présent dans un écrit ultérieur du milieu des années 2000 (Henk van Houtum, Olivier Kramsch, Wolfgang Zierhofer, dirs, B/ordering Space, Aldershot, Ashgate). Après avoir présenté les résultats d’enquête en lien avec les constructions identitaires dans le contexte (trans)frontalier de la « Grande Région » (un espace regroupant Lorraine, Sarre, Rhénanie-Palatinat, Luxembourg et Wallonie), Christian Wille fournit des éléments d’appréciation plus théoriques, ou plus exactement intègre théoriquement ces résultats issus du terrain pour en arriver à la conclusion « qu’il est impossible qu’il y ait des identités transfrontalières en Grande Région » (p. 78).

3Une conclusion qu’atténue partiellement un autre auteur, Christian Lamour (pp. 23-50), dont le texte émane d’un travail de thèse en cours au moment de la publication du présent livre. Les éléments empiriques sont bien contextualisés, le questionnement central puissant (la construction politique de l’Europe n’est-elle pas « un facteur structurel susceptible de changer le rapport entre pouvoir politique, journalisme, public et territoire ? », p. 28) , la procédure comparative bien sentie : Bruxelles, ville soumise au « pouvoir topologique » des États – l’expression est du professeur de géographie économique John Allen – qui structure les routines du milieu journalistique bruxellois situées au-delà de leurs frontières ; Luxembourg « en tant que ville et État », possible « creuset d’un champ journalistique et d’une construction territoriale européenne de proximité » (p. 32). Quant à l’objet d’étude, son intérêt heuristique est inversement proportionnel à celui qui lui est généralement prêté, à titre de support d’information pauvre et ne méritant pas qu’on s’y arrête, je veux parler de la presse quotidienne gratuite. Un des intérêts de la démarche de Christian Lamour, et non des moindres, est d’avoir pris le contrepied d’une telle attitude non par souci de posture, mais parce que ce type de presse est ancré de plain-pied dans les enjeux qui sont ceux de l’espace fonctionnel qui lui sert de cadre empirique (soit un bassin de consommation transfrontalier). La question n’est pas mince : « Le journal gratuit est-il l’outil d’une représentation idéelle de l’espace métropolitain en correspondance avec une réalité matérielle contribuant à redéfinir une nouvelle territorialité » (p. 38) ? Pour l’auteur, la frontière est en définitive tout autant « surmontée » que « préservée », « la rhétorique du journal gratuit et sa réception [allant] de pair avec deux visions concomitantes de la construction territoriale : une organisation polycentrique et transfrontalière s’appuyant sur l’espace de la cognition et de l’action du public et une organisation frontalière prenant appui sur un espace de l’émotion du même public » (p. 42).

4Ce dernier texte s’inscrivant dans une géographie des médias somme toute peu traitée par la recherche académique (comme le signale du reste l’auteur dès l’entame de son développement), il aurait été envisageable d’y adjoindre celui parsemé de cartes en couleur de Patrick Wiermer – malheureusement non traduit alors que son contenu aurait gagné à l’être – placé au début de la deuxième partie du livre dédiée aux « Circulations transfrontalières des informations médiatiques : études de cas dans la Grande Région ». Dans « Die Nachrichtengeografie des Saar-Lor-Lox-Raums – Zentrum und Peripherie der Großregion » (« La géographie des informations de l’espace Sarre-Lor-Lux – centre et périphérie en Grande Région », pp. 125-166), Patrick Wiermer présente une méthode destinée à repérer la géographie des informations et à mettre en évidence des espaces périphériques et centraux sur la base de points de repères socio-spatiaux répertoriables sur une carte. Bien que la tonalité de ce texte soit davantage préconisatrice qu’analytique (où les médias peuvent-ils s’efforcer d’être mieux présents là où ils sont sous-représentés en Grande Région ?), sa place était probablement ailleurs. Son profil d’« étude de cas » aura certainement joué dans sa proximité avec deux autres textes qui relèvent d’une telle catégorie : celui de Julia Frisch, non traduit, sur « La couverture médiatique proposée par le conseil syndical interrégional SarreLorLux- Trèves/Palatinat Ouest : impacts médiatiques en Grande Région » (pp. 167-180) et celui de Delphine Buzy-Christmann sur le « Dispositif de pérennisation de l’information culturelle transfrontalière : le cas de “Luxembourg et Grande Région Capitale européenne de la culture 2007” » (pp. 181-194) qui s’intéresse à l’après-événement et aux enjeux liés à la pérennisation de l’information culturelle transfrontalière dans les médias du site comme chez les porteurs de projets qui se seront investis).

5Il est aussi vrai que le concept de champ journalistique, plus que la notion de géographie des informations, est au cœur des deux textes en français de la première partie, précisément intitulée « Espaces transfrontaliers, champs journalistiques et barrières linguistiques » (le caractère multilingue des espaces transnationaux étant pris en compte dans l’article en allemand de Marlis Prinzing et Roger Blum sur le fonctionnement du journalisme transfrontalier dans les régions transnationales Aix-la-Chapelle-Maastricht-Liège et Fribourg-en-Brisgau-Strasbourg-Bâle, pp. 109-121). Si le concept de champ journalistique sert à mettre en perspective les relations qui existent entre médias et organisation de l’espace (trans)frontalier chez Christian Lamour, Vincent Goulet – depuis la sociologie – et Bénédicte Toullec – depuis les sciences de l’information et de la communication – en proposent plutôt un élargissement dans « Ce que le concept de “champ journalistique” peut dire de l’espace médiatique transfrontalier de la Grande Région » (pp. 81-108). De ce point de vue, leur regard porte aussi sur la construction territoriale telle qu’elle émane de logiques professionnelles. Dans un registre exploratoire, les auteurs justifient le glissement d’un champ à l’autre – de journalistique à médiatique – dans la mesure où l’espace de production de biens culturels qu’est la Grande Région « rassemble non seulement des journalistes, des entreprises médiatiques et leurs récepteurs mais également des responsables politiques, des collectivités territoriales, des associations, etc. » (p. 81). La fragmentation de l’espace médiatique « grandrégional », comme le nomment les auteurs, tout comme « la diversité des habitus professionnels et l’absence d’investissements partagés dans le fait transfrontalier » (p. 82) leur font abandonner le concept de champ journalistique. La thèse qu’ils défendent est que « champ journalistique » et « champ politique » coexistent, ce qui les conduit à proposer le concept de « champ médiatique » qui leur permet d’intégrer une partie de l’activité des acteurs politiques et de leur lutte pour la définition de la réalité sociale (p. 89), mais aussi celle des « définisseurs primaires de l’information » (institutions et corps intermédiaires, associations et groupes de pression…), quand bien même leur mise en commun dans un réseau régional d’informateurs n’est pas avérée dans le contexte spécifique de la Grande Région (p. 92). Finalement, cette définition d’enjeux communs est le fait d’acteurs intéressés ou engagés à la constitution de cet espace social en transformation permanente, à tel point que de nouveaux acteurs comme la presse gratuite ou les médias numériques « peuvent espérer s’imposer face aux insiders en créant un champ médiatique transfrontalier là où n’existaient que des espaces médiatiques contigus » (p. 99). Le fait que ce type de processus compose avec les frontières plus qu’il ne les fait disparaître amène Vincent Goulet et Bénédicte Toullec à « proposer l’emploi du terme “interrégional” plutôt que “transfrontalier” de façon à suggérer que les frontières ne sont pas abolies mais que le champ médiatique partagé ne peut se constituer que sur des bases de coopération et d’échanges politiques, économiques et culturels » (p. 106). Soit une conclusion qui n’est pas en contradiction avec celle à laquelle est parvenue Christian Lamour dans la même partie du livre.

6Finalement, la troisième et dernière partie du livre, sous couvert du croisement souhaité des outils heuristiques d’un contexte national l’autre et d’une mise au jour des difficultés afférentes en termes de comparaison, est certainement celle qui « colle » le moins avec le terrain (trans)frontalier qui aura servi de cadre empirique aux contributions des deux premières parties. C’est particulièrement vrai de la contribution de Valérie Robert (pp. 247-266) à partir des affaires Wulff en Allemagne et Woerth-Bettencourt en France, quel qu’en soit par ailleurs l’intérêt. Le lien avec la première partie du livre – et métaphoriquement le passage de la frontière entre France et Allemagne – se fait à partir du concept de « champ journalistique ». Sur la base d’entretiens semi-directifs avec 501 professionnels, Michael Meyen (pp. 221-246), de l’Institut des sciences de la communication et d’études des médias de l’Université de Munich, dresse une typologie des journalistes en Allemagne (des « prestataires de service » en progression aux « missionnaires » en perte de vitesse), ce qui lui permet d’expliciter par la recherche de terrain l’hypothèse de Pierre Bourdieu sur les relations entre l’histoire de vie, la possession de capital et le travail journalistique (p. 243). Enfin, Martin Baloge (pp. 267-282), du Centre européen de sociologie et de sciences politiques, a le mérite d’ouvrir les enjeux sur de nouvelles perspectives, tout en ne perdant pas de vue ce qui fait la spécificité du projet Infotransfront, à savoir l’intérêt pour une grande région particulière. Je ne retiendrai ici que quelques éléments d’appréciation comme la nécessité de prendre en considération ce que l’auteur appelle « la dimension spatiale des champs » (la répartition des principaux acteurs culturels n’est pas la même dans les deux pays), l’élargissement envisageable des espaces de circulation des pratiques, des savoirs ou des individus hors frontières communes (« dans l’hypothèse, à confirmer, où des pratiques et des savoirs journalistiques circuleraient dans la Grande Région, nous aurions affaire à des phénomènes transnationaux (donc internationaux) et transfrontaliers », p. 269), enfin, last but non least, l’éventualité d’un non-intérêt des individus ou des institutions médiatiques à faire circuler l’information dans la Grande Région (p. 279). Soit une manière de point aveugle à l’égard de ce qui constitue l’épine dorsale de ce travail collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Rampon, « Vincent Goulet, Christoph Vatter, dirs, Champs médiatiques et frontières dans la « Grande Région » SaarLorLux et en Europe/Mediale Felder und Grenzen in der Großregion SaarLorLux und in Europa », Questions de communication, 27 | 2015, 429-432.

Référence électronique

Jean-Michel Rampon, « Vincent Goulet, Christoph Vatter, dirs, Champs médiatiques et frontières dans la « Grande Région » SaarLorLux et en Europe/Mediale Felder und Grenzen in der Großregion SaarLorLux und in Europa », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/9979

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page