Navigation – Plan du site
Comptes rendus

H. Birkhan, Kelten-Einfälle an der Donau, Akten des vierten Symposiums deutschschprachiger Keltologinnen und Keltologen, Philologische-Historische-Archäologische Evidenzen, Konrad Spindler zum Gedenken, Linz/Donau 17-21 Juli 2005, unter Mitwirkung von Hannes Tauber

2007, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-Historische Klasse Denkschriften, 345 Band, 678 p.
Olivier Buchsenschutz
Référence(s) :

H. Birkhan, Kelten-Einfälle an der Donau, Akten des vierten Symposiums deutschschprachiger Keltologinnen und Keltologen, Philologische-Historische-Archäologische Evidenzen, Konrad Spindler zum Gedenken, Linz/Donau 17-21 Juli 2005, unter Mitwirkung von Hannes Tauber, 2007, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-Historische Klasse Denkschriften, 345 Band, 678 p.

Texte intégral

1Non seulement le long titre, mais le poids de cet énorme ouvrage, décourageront plus d’un lecteur francophone. Je ne prétends pas ici rendre compte de chacune des 48 communications qui le composent, mais j’encourage vivement les lecteurs à consulter au moins leurs résumés, pour la plupart en anglais, qui donnent une idée assez précise des méthodes et des hypothèses soutenues par les organisateurs du colloque, sinon tous les auteurs de contribution.

2Il s’agit du compte-rendu d’un colloque tenu à Linz en 2005, le quatrième de l’association des celtologues germanophones (on ne peut pas souligner dans la traduction française de ce titre la présence affirmée des femmes, Keltologinnen, qui sont identifiées dans le titre, mais qui n’ont néanmoins eu droit qu’à un tiers des communications). On cherchera vainement dans l’ouvrage, ou avec l’aide précieuse de M.-B. Chardenoux sur internet, la trace des trois colloques précédents. On apprendra cependant que H. Birkhan, brillant spécialiste du monde germanique, s’est mis depuis dix ans à la Keltologie, tandis que Madame Birkhan est définie comme Genderforscherin. Mais il faut souligner l’énergie des organisateurs qui ont mis moins de temps pour publier ce volume que moi pour le lire et en faire ce bref résumé.

3Ce colloque était l’occasion pour les celtologues viennois d’exposer les principes et les résultats de leurs recherches depuis une dizaine d’années. Il s’agit, explique H. Birkhan lui-même, d’analyser tout ce qui a trait aux Celtes depuis le Hallstatt final jusqu’à aujourd’hui. Les communications étaient si nombreuses qu’il a fallu organiser trois sections parallèles, difficulté à laquelle se heurtent depuis longtemps les congrès d’études celtiques, philologues et archéologues se rencontrant plutôt pendant les pauses qu’au cours des sessions. H. Birkhan identifie quatre groupes de communications : la critique des méthodes, la pratique des sciences de l’antiquité y compris l’archéologie (“ in eine im weitesten Sinne des Wortes altertumskundliche mit Einbeziehung in der Archäologie ”), la linguistique, la littérature. Il y aurait volontiers ajouté la musique celtique, mais il n’a pas trouvé de communiquant (p. IX). Il n’a pas jugé utile de présenter dans la publication les communications par thème : elles sont donc insérées dans l’ordre alphabétique des auteurs, ce qui produit chez le lecteur les effets brutaux de la douche écossaise – on reste donc bien dans le monde “ celtique ”.

4Les objectifs du colloque et de la “ Wiener Keltologie ” sont donc définis dans l’introduction d’H. Birkhan, et amplifiés ou critiqués par les communications suivantes. H. Birkhan a été visiblement frappé par l’intervention de J. Collis, qu’il cite quatre fois dans son introduction : ce dernier avait publié en effet deux ans avant ce colloque une critique décapante de l’assimilation abusive des données archéologiques sur l’âge du Fer européen à un monde celtique distendu du Danube à l’Espagne et de l’Antiquité à nos jours. Le premier thème a donc été illustré par les positions parfaitement contradictoires de S. Rieckhoff, J. Biel, J. Collis d’une part, de H. Birkhan et R. Karl de l’autre.

5Je ne mentionnerai ici que la meilleure et la plus discutable de ces contributions dispersées.

6La plus discutable est celle de Hans-Rudolf Hitz, qui croit retrouver dans des inscriptions de Glozel des “ Celto-Glozelo-Etruscan texts ”. Cette contribution me rappelle immédiatement certains chapitres du Bouvard et Pécuchet de G. Flaubert, et je n’ai pas le courage de suivre un château de cartes construit sur une documentation aussi fragile.

7Je relirai certainement en revanche encore plusieurs fois l’article de S. Rieckhoff sur l’Europe centrale au premier siècle avant J.-C. “ Où sont-ils donc ? Les traces archéologiques des Celtes en Allemagne méridionale au premier siècle avant J.-C. ” pages 408-440. Ici on a affaire à une véritable approche pluridisciplinaire à la fois des Celtes et des Germains, appuyée aussi bien sur l’archéologie que sur les textes. L’auteur n’hésite pas à passer au crible aussi bien ses propres hypothèses que celle de ses prédécesseurs. C’est tout le modèle de l’histoire de cette période qui est remis en cause. On avait vu l’histoire de la Bohême et de l’Allemagne du sud au Ier s. av. J.-C. à travers l’archéologie de la culture de La Tène d’une part, la progression de César, puis de l’Empire romain d’autre part, jusqu’à la création du limes. S. Rieckhoff nous oblige à laisser de côté ce déterminisme historique et à considérer le Ier s. av. J.-C. en tant que tel. Oui, il y a eu des mouvements importants de populations, des vides ou des cassures visibles dans les sources archéologiques, qu’on peut tenter de rapprocher des données textuelles, en oubliant tout chauvinisme. Plutôt que de privilégier la pression romaine venue du sud des Alpes occidentales, il faut considérer les mouvements dans le cadre géographique de la plaine du Danube et ne pas négliger les pressions venues de l’est.

8John Collis a tiré la sonnette d’alarme au cours de ce colloque, et visiblement il a été entendu, même du principal organisateur. S. Rieckhoff, et un certain nombre d’autres auteurs que je n’ai pas le temps de citer ici, ont présenté des contributions très intéressantes, en tirant parti, comme doivent le faire les spécialistes de cette culture, de toutes les données disponibles, sans pour autant les mélanger sans discernement : chaque source doit être critiquée pour elle-même, avant qu’une hypothèse de rapprochement soit proposée, plutôt qu’assénée, au lecteur. Le groupe viennois très dynamique ne doit pas se cacher derrière des déclarations tonitruantes sur l’extension du monde celtique et des tonnes de papier imprimé (voir la quatrième de couverture où il veut promouvoir une véritable “ Wissenschaft ” dans la “ Celtic scientific Community von Russland bis Irland ”. On préférerait qu’il consacre son énergie à des contributions plus courtes, mieux structurées, plus fiables, au sein d’une communauté qui ne l’a pas attendu pour commencer à faire son travail.

Haut de page

Bibliographie

Rockel, Zimmer 1993
Rockel M., Zimmer S. (éd.) - Akten des Ersten Symposiums deutschsprachiger Keltologen: (Gosen bei Berlin, 8.-10. April 1992), BZCP, 11. Tübingen.

Ködderitzsch, Wigger, Zimmer 1999
Ködderitzsch R., Wigger A, Zimmer S (éd.) - Akten des Zweiten Deutschen Keltologen-Symposiums: (Bonn, 2. - 4. April 1997), BZCP, 17. Tübingen.

Poppe 2004
Poppe E. (éd.) - Keltologie Heute: Themen und Fragestellungen; Akten des 3. Deutschen Keltologensymposiums, Marburg, März 2001, Studien und Texte zur Keltologie. Band 6, Münster.

Viertes Symposium deutschsprachiger Keltologinnen und Keltologen das vom 7. - 10. September 2009 an der Universität Zürich stattfinden wird.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Buchsenschutz, « H. Birkhan, Kelten-Einfälle an der Donau, Akten des vierten Symposiums deutschschprachiger Keltologinnen und Keltologen, Philologische-Historische-Archäologische Evidenzen, Konrad Spindler zum Gedenken, Linz/Donau 17-21 Juli 2005, unter Mitwirkung von Hannes Tauber », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 47 | 2008, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/racf/1241

Haut de page

Auteur

Olivier Buchsenschutz

CNRS, UMR 8546, “ Archéologies d’Orient et d’Occident et textes antiques ”, ENS Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page