Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Y. Le Bohec, La Gaule lyonnaise, Gallia Lugudunnensis, Du Lyonnais au Finistère

Éditions Faton, 2008, 358 p. et très nombreuses illustrations
Henri Galinié
Référence(s) :

Y. Le Bohec, La Gaule lyonnaise, Gallia Lugudunnensis, Du Lyonnais au Finistère, Éditions Faton, 2008, 358 p. et très nombreuses illustrations

Texte intégral

1Il s’agit là de ce que l’on appelle un bel ouvrage, cumulant les qualités d’un livre de vulgarisation et celles d’un beau livre d’art, aux Éditions Faton, à Dijon, dans une collection où justement les livres d’art sont la majorité.

2Pour avoir un avis d’ensemble positif, il faut voir cet ouvrage comme une introduction richement illustrée à une des provinces romaines créées en Gaule. Ainsi, une bonne partie du livre applique à la Gaule Lyonnaise les connaissances générales sur l’empire romain, qu’il s’agisse de l’histoire politique, sociale, culturelle ou économique.

3En effet, création du cadre administratif des cités, hiérarchie urbaine, relations villes-campagne, vie culturelle et religieuse, dissolution de la province forment l’ossature du livre.

4L’auteur prend soin d’être compris. Ainsi fleurissent les définitions de termes techniques (évergétisme p. 33, statuts des villes p. 49-51) ou les mises en garde à l’intention d’un lecteur amateur ou d’un étudiant débutant même si le livre n’a pas pour objet d’être un manuel.

5En revanche, par exemple, dans les pages qui, consacrées aux Celtes, évoquent les oppida en les qualifiant de villes, rien du débat qui agite les protohistoriens à propos d’un urbanisme pré-romain propre au nord des Alpes.

6De nombreuses pages sont consacrées aux villes et aux agglomérations secondaires. La bibliographie comme les notices individuelles et les illustrations ne paraissent pas de la première jeunesse sans parler des agrandissements excessifs de nombre de dessins. Les photographies sont en revanche beaucoup plus réussies.

7Le livre soutient une thèse, celle de la faible urbanisation de la Lyonnaise et des inégalités de statuts. Une telle thèse avait été soutenue dans l’Histoire de la France urbaine en 1980, tant par C. Goudineau que par P.-A. Février, Lyon et les villes de l’Est (hors lyonnaise) mises à part.

8Ceci conduit d’ailleurs à la question principale que pose ce livre au lecteur. Sortie du cadre administratif de la Province, la Lyonnaise a-t-elle une réalité historique ? Forme-t-elle un ensemble social, économique et culturel propre ? Il apparaît bien que non. L’histoire de La Lyonnaise se résume à une histoire politique et administrative qui en soi a une cohérence. Les autres aspects sont à l’étroit dans ce cadre. Ce livre ne trouve pas son équilibre. Le prix, lui, est à l’aise : 128 €.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Galinié, « Y. Le Bohec, La Gaule lyonnaise, Gallia Lugudunnensis, Du Lyonnais au Finistère », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 47 | 2008, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/racf/1247

Haut de page

Auteur

Henri Galinié

Directeur de recherche CNRS honoraire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page