Navigation – Plan du site
Carte localisation Blanchard
Articles

Un réseau de fossés antique original au nord-ouest du plateau briard : nouvelles observations réalisées à Bussy-Saint-Georges (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne)

An antique and original network of ditches in northwest of Plateau Briard, the example of Bussy-Saint-Georges (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne)
Johann Blanchard
p. 191-230

Résumés

Le développement de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée depuis 25 ans a permis un suivi archéologique conséquent, notamment sur la commune de Bussy-Saint-Georges. À l’est de celle-ci, les derniers espaces étudiés ont livré, sur 250 ha, un réseau fossoyé organisé autour de bassins. Son originalité repose sur les dimensions importantes des fossés, leur implantation régulière, quadrillant le territoire, et une série d’aménagements complexes qui leur sont liés. Les moyens mis en oeuvre pour sa réalisation et son entretien sont tels qu’ils posent question quant à son origine, son fonctionnement et sa destination. Datés du Haut-Empire, ces creusements structurent une occupation dense et apparaissent comme les moyens d’une exploitation rationnelle et optimisée du terroir.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été rédigé avec la collaboration de Cécilia Cammas, Martine Genin et Pascal Verdin.

Texte intégral

Introduction

Contexte géographique et géologique

1La ville nouvelle de Marne-la-Vallée est implantée au nord-ouest du plateau briard, au nord de la Seine-et-Marne (Fig. 1). Longue de 25 km, la ville forme une mosaïque de noyaux urbains, de zones résidentielles et d’activités, d’espaces agricoles et forestiers. Seule la moitié orientale (secteurs 3 et 4) a bénéficié d’un suivi archéologique conséquent. Elle se situe respectivement à 20 km à l’est de Paris, 30 km à l’ouest de Meaux et 40 km au nord de Melun.

Fig. 1 : Localisation de la zone d’étude.

Fig. 1 : Localisation de la zone d’étude.

2Ces secteurs sont limités au nord par la Marne, au nord-est par la vallée du Grand-Morin, au sud par les forêts de Ferrières et de Crécy. La commune de Bussy-Saint-Georges se place au cœur de cet ensemble. Le plateau est caractérisé par un relief peu prononcé aujourd’hui, nivelé par les pratiques agricoles récentes. Il est entaillé par de petits cours d’eau, modelant légèrement la topographie générale.

3L’ossature du plateau de Brie est constituée d’une formation marneuse éocène (Marnes supragypseuses, Ludien), puis de deux formations oligocènes (le Calcaire de Brie et les Argiles vertes). Elles sont recouvertes par un dépôt quaternaire épais de plusieurs mètres de limons de plateau (d’après la carte géologique du BRGM au 1/50 000, feuille de Lagny-sur-Marne). De nombreuses nappes phréatiques superficielles s’intercalent au sein de ceux-ci. Ces sols lourds et argileux, hydromorphes, sont peu drainants et difficiles à travailler. Cette partie du plateau est souvent appelée “ Brie boisée ”, rendant compte de sa couverture forestière et de ses faibles capacités agricoles jusqu’à récemment.

Contexte archéologique

4Depuis 25 m, la ville nouvelle fait l’objet d’intenses recherches archéologiques dans le cadre de son développement et de l’implantation du parc de loisir Disneyland (Fig. 2). Le territoire antique qu’elle recouvre est divisé entre Meldes et Parisii. Bussy-Saint-Georges fait partie de cette dernière civitas. Un des traits marquants de l’occupation antique du secteur est l’absence de grandes voies romaines. L’occupation de Marne-la-Vallée a fait l’objet de plusieurs synthèses, déjà anciennes, sur son évolution de La Tène finale au haut Moyen Âge (Bonin, Buchez et Marion 1994, Buchez et Daveau 1996, Daveau 1997). Les données plus récentes ont fait évoluer ces premières analyses. Les habitats, généralement enclos, sont déjà nombreux à La Tène moyenne/finale. Ils sont, pour la grande majorité d’entre eux, abandonnés à La Tène D2 au plus tard. Les traces d’occupation au gallo-romain précoce sont très peu nombreuses. Une demi-douzaine de sites seulement a été identifiée. Le fait, très marquant, est inexplicable pour l’heure. Il est cependant délicat de parler de rupture : le canevas des occupations du ier ap. J.-C. se superpose au précédent. Cela pourrait indiquer une structuration du foncier dès la fin de la Protohistoire. Cette phase d’expansion antique est très importante et se déroule à partir du milieu du siècle. Elle diffère de la précédente par l’emploi généralisé de la pierre comme matériau de construction, même s’il n’est pas exclusif. Il s’agit toujours de sites enclos aux surfaces comparables (1 à 2 ha). Ils sont interprétés comme des exploitations agro-pastorales, souvent en l’absence d’indication fonctionnelle plus précise. Leur surface, structuration et composition montrent des établissements modestes et faiblement romanisés. Une certaine diversité est néanmoins perceptible, comme cela a été démontré en Plaine de France toute proche (Ouzoulias et Van Ossel 2009, Ouzoulias 2010). Une seule villa est connue, à 2 km à l’ouest de la zone d’étude (Le Nid de Grive, Bussy-Saint-Georges, Mallet 2007). Son plan ramassé est comparable à d’autres exemples franciliens, et sans commune mesure avec les grandes villae du Nord ou du Centre de la Gaule (Ferdière et al. 2010). Au iie s., divers changements interviennent au sein des établissements comme dans la trame générale (Berga 2008). Certains sites sont abandonnés, d’autres sont créés. Ils sont alors plus petits et leur durée de vie semble plus courte. Le réseau viaire semble en partie réorganisé. Si la trame des établissements apparaît assez dense (1 site tous les 500 à 800 m), elle l’est beaucoup moins qu’en Plaine de France ou sur la ville nouvelle de Sénart. Ceci a été en partie expliqué, comme la relative pauvreté des sites, par les faibles potentialités agricoles des sols (Ouzoulias et Van Ossel 2001 : 6). Les analyses palynologiques montrent d’ailleurs un milieu ouvert conservant des zones boisées à cette époque (Boulen 2010).

Fig. 2 : Sites de la fin de La Tène et de l’Antiquité repérés dans les secteurs 3 et 4 de Marne-la-Vallée.

Fig. 2 : Sites de la fin de La Tène et de l’Antiquité repérés dans les secteurs 3 et 4 de Marne-la-Vallée.

5Dans le courant du iiie s., tous les sites sont abandonnés. Un véritable hiatus est perceptible durant l’Antiquité tardive. Le plateau reste néanmoins fréquenté, sous une forme qui nous échappe en grande partie. L’occupation ne reprend vraiment qu’à la fin du ve s. et surtout dans le courant du vie s. Il est frappant que les réinstallations se superposent aux sites antiques, dont ils conservent les limites dans un premier temps.

  • 1 Ce fait n’a pas été perçu dans les années 1990, notamment en raison de la méthode des tranchées en (...)

6Un des principaux apports des opérations archéologiques récentes est d’avoir démontré l’existence d’une forte organisation de l’espace par le biais de fossés dont la morphologie est très particulière1. Deux études spécifiques ont été réalisées sur les communes voisines : à Montévrain d’une part, à Serris et Jossigny d’autre part (Berga 2008 et Desrayaud 2008). La première analyse notamment ses fortes relations avec l’habitat environnant ; la seconde a démontré leur régularité et posé l’hypothèse de l’utilisation de modules antiques. Le présent article propose une nouvelle analyse de ces réseaux.

Présentation de la zone d’étude

7Bussy-Saint-Georges est une des communes de Marne-la-Vallée pour lesquelles la documentation archéologique est la plus riche. Une bande centrale, se développant de part et d’autre de la ligne du RER A, a été totalement explorée au fur et à mesure des aménagements, de l’ouest vers l’est (850 ha prospectés et diagnostiqués, 30 ha fouillés).

8Les derniers espaces ouverts, sur la ZAC dite du Sycomore et ses alentours, sont ici présentés (Fig. 3). La ZAC forme un quadrilatère de 600 m sur 1600 m, soit 83 ha, centré sur la ferme du Génitoy. Celle-ci est aujourd’hui composée d’une ferme et d’un logis du xviie siècle, mais la première mention remonte à 1178 (Leboeuf 1758 : 95). Quatre opérations de diagnostic et trois fouilles ont été menées par l’Inrap dans ce périmètre. Il faut y ajouter des opérations datant de 1992 et 1993, s’y superposant en partie et se développant plus au sud, ainsi qu’un diagnostic au sud-est effectué en 2006. Au nord, la ZAC des Cent Arpents a fait l’objet de cinq diagnostics et trois décapages entre 2000 et 2007. L’ensemble concerne ainsi une surface de 242 ha diagnostiqués et 16 ha fouillés.

Fig. 3 : Opérations archéologiques au sein de la zone d’étude.

Fig. 3 : Opérations archéologiques au sein de la zone d’étude.

9Cette zone d’étude est délimitée au nord et à l’est par le ru Sainte-Geneviève. Le ru de la Butte de Veau prend naissance au centre-ouest de la zone et s’écoule vers l’ouest. La tête de talweg, orientée est-ouest, en marque le centre. Elle est en partie comblée par des niveaux superposés de colluvions récentes, qui recouvrent sur plus de 1 m les structures antiques (C. Coussot, in Blanchard 2011c).

  • 2 Les informations ne sont pas homogènes entre tous ces sites, selon le degré d’investigation (diagno (...)

10Dans le cadre de ces interventions, de nombreuses occupations ont été mises au jour, depuis le Néolithique jusqu’à l’époque moderne. La continuité chronologique n’est pas perceptible avant le Hallstatt final. L’évolution de l’habitat est conforme au reste du territoire2 (Fig. 4). Six occupations de La Tène finale ont été repérées. Il peut s’agir de petits sites enclos composés de bâtiments sur poteaux et d’aménagements divers (sites 11, 12, 13 et peut-être 14). Le site 13 est en outre accompagné d’un enclos funéraire, fait rare dans ce secteur de l’Île-de-France. La nature des sites 9 et 10 est moins bien perçue (habitat ou annexe en plein champ ?). Seul un site perdure au tournant de notre ère mais au prix d’une réorganisation totale (site 7). Dans le courant du ier s. ap. J.-C., les espaces sont réinvestis. De nouveaux habitats, également enclos, s’y superposent ou sont édifiés à proximité (sites 1, 2, 7, 8 et peut-être 4). Les sites 5 et 6 peuvent correspondre à des installations en plein champ (un bâtiment isolé et quelques fosses dans le premier cas, deux caves successives et un puits dans l’autre). Toutes ces occupations cessent dans le courant du iiie s. au plus tard. Le site 3, localisé dans la tête de talweg, est d’une autre nature. Il correspond à un petit enclos trapézoïdal de 100 m². Sa particularité tient à la présence, dans son angle sud-est, de douze amphores fragmentées et incomplètes, ainsi que d’une cruche et d’une meule entière. Un pot ovoïde complet est écrasé sur place dans un recreusement situé à l’angle nord-est. L’ensemble est daté entre 40 et 70 ap. J.-C. Diverses particularités permettent de supposer une gestuelle en rapport avec la sphère funéraire, malgré l’absence d’incinération ou d’inhumation (M. Genin in Blanchard 2011c).

Fig. 4 : Occupations laténiennes, antiques et alto-médiévales dans la zone d’étude.

Fig. 4 : Occupations laténiennes, antiques et alto-médiévales dans la zone d’étude.

11À la faveur des 250 ha envisagés, se dévoile un réseau antique de fossés et de mares (Fig. 5). Leur particularité tient ici à leur démesure et à des aménagements particuliers. Répartis sur l’ensemble de la zone d’étude, 37 fossés et 24 mares ont été répertoriés. Les fossés peuvent atteindre 8 m de large et 2,50 m de profondeur et courir sur plusieurs centaines de mètres ; les plus grandes mares mesurent 50 m de diamètre pour des profondeurs conservées dépassant 3,50 m. La mise en perspective de ces fossés sur une surface de 250 ha montre qu’ils sont un élément essentiel à la compréhension de l’occupation antique.

Fig. 5 : Implantation des fossés et bassins dans le micro-relief local.

Fig. 5 : Implantation des fossés et bassins dans le micro-relief local.
  • 3 Seuls les plus notables et les plus compréhensibles sont développés ici.

12Le but de cet article est de mettre en lumière ces creusements et de dresser un bilan des découvertes. Des caractères communs permettent une appréhension globale de cet ensemble. Des disparités apparaissent pourtant dans les données et de nombreux cas particuliers sont perceptibles3. Ces deux états de fait, qui ne peuvent qu’être relayés ici, sont le reflet d’un état de la recherche. On exposera en premier lieu les traits principaux des fossés, des mares et de leurs aménagements, puis les éléments permettant leur attribution chronologique et leur contexte d’occupation, avant de poser les bases d’une première analyse fonctionnelle.

Données disponibles et problèmes méthodologiques

13Il convient en préambule de préciser les limites et contraintes de l’étude des fossés et des mares. Deux écueils principaux gênent l’analyse : la documentation lacunaire et l’appréhension difficile de ces structures.

14D’une part, les données disponibles sont très inégales et très limitées dans les ouvertures du quart sud-ouest de la zone d’étude ainsi que pour les deux fossés les plus septentrionaux. Elles sont majoritairement issues de diagnostics, et sont donc par nature partielles. L’absence de fossés au sud-est découle vraisemblablement des choix d’orientation des tranchées qui n’ont pas permis leur découverte. Par ailleurs, ces structures ont très rarement été perçues au début des années 1990, lorsque la méthode des tranchées en quinconce était appliquée. En outre, elles ne sont en général sondées qu’une ou deux fois, en diagnostic comme en fouille. Leur originalité est pourtant toujours reconnue. Les donnés mobilières sont également peu nombreuses et rendent leur datation incertaine. Ce constat vaut aussi bien pour les structures présentées que pour les sites d’occupation alentours. De plus, le sédiment n’est pas favorable à la conservation des écofacts, notamment polliniques. De façon générale, les analyses paléo-environnementales sont délicates à mettre en œuvre en contexte de diagnostic.

15D’autre part, la reconnaissance de ces vestiges n’est pas toujours aisée : les limons de plateau constituant l’encaissant sont très similaires aux remplissages. Le tassement de ces derniers favorise l’accumulation des colluvionnements qui masquent alors les niveaux supérieurs. Moins compact que le substrat environnant, leur comblement joue toujours un rôle drainant, entraînant infiltrations et percolations. Ces dernières lessivent alors les remplissages, rendant leur interprétation délicate. Les colluvions peuvent en outre modifier la perception de surface, au point que les dimensions des fossés en surface et en coupe peuvent différer de 1 voire 2 m.

16Malgré tout, l’étendue de la zone, d’un seul tenant, constitue une opportunité rare. La majorité des données a pu être collectée par une même équipe, sur un temps relativement limité, permettant une homogénéité des données. Ces conditions favorables ont permis une évolution progressive de la réflexion et de la méthodologie. La compréhension de ces structures nécessite de larges décapages. Les sondages doivent être multipliés, les deux coupes opposées comparées et des sondages longitudinaux pratiqués régulièrement. Les résultats les plus récents sont ainsi les plus complets. Dès lors, ils serviront le plus régulièrement de référence.

Présentation des données

Les fossés

17Le parti a été pris de décomposer la description des fossés afin de mieux identifier leurs caractéristiques. Ils seront abordés de façon générale, dans le cadre des 250 ha investigués, afin d’observer les modalités de leur implantation dans le contexte naturel. Leurs caractères généraux et particuliers seront ensuite développés, en plan puis en coupe, avant de considérer les remplissages et les éventuelles traces d’utilisation. Ces différents niveaux de lecture permettent d’aborder plus clairement les données.

Observations générales

18Les fossés se répartissent de façon relativement régulière sur la totalité des 250 ha étudiés (Fig. 3). Seule la partie nord-ouest apparaît vierge, sans doute pour les raisons déjà évoquées. Ils sont implantés selon deux axes principaux, légèrement divergents. Leur distribution n’est pas identique au nord et au sud du talweg. Au nord, les fossés sont implantés de part et d’autre du point le plus élevé du secteur. Ils suivent le plus souvent les courbes de niveau et semblent fonctionner par paires. Au sud, la densité de fossés est plus importante. La plupart d’entre eux sont relativement parallèles et leur espacement est assez régulier : entre 100 et 150 m. ces points seront développés plus loin. Ils sont adossés au flanc sud du talweg, dont ils suivent le pendage naturel. Il est notable que plusieurs exemplaires s’arrêtent au niveau de la route départementale actuelle (Fig. 3). Entre ces deux espaces, une légère différence d’orientation s’observe clairement, en rapport avec le micro-relief. Ce fait ainsi que leur disposition régulière sont les éléments les plus marquants.

19Ces fossés sont rarement jointifs. Aucun fossé intermédiaire de petit gabarit, susceptible de les relier, n’est connu. Le plus souvent, ils sont déconnectés les uns des autres, comme l’indiquent les extrémités bien identifiées. Ils peuvent alors s’élargir et former des mares. Dans la zone sud, dans au moins deux cas, des fossés perpendiculaires pourraient les mettre en contact direct. Au nord, des alignements de segments, distants de 20 à 100 m, permettent d’envisager des logiques spatiales.

En plan

20Les fossés ont été reconnus sur des distances variant entre 20 et 350 m de long. La longueur moyenne observée est de 150 m. Leur dimension pourrait être plus importante au sud-ouest. Les limites d’emprises n’ont pas permis d’observer la connexion des différents tronçons. Quelques exemplaires sont plus incertains, car observés sur une très courte distance (de 3 à 6 m).

21Leur aspect général est rectiligne. Cependant, dans un unique cas, une modification volontaire du tracé a été perçue. Elle se manifeste par des décrochements successifs. Il s’agit du fossé 32, au sud-est de la zone d’étude (Fig. 6). Ces décrochements fonctionnent par couple : un des éléments amplifie la largeur du fossé, l’autre la diminue, de façon brusque. Distants d’une dizaine de mètres, chacun se positionne sur les flancs opposés de la structure. L’un est plus large que l’autre (5 m contre 1,50 m). Il n’a pas été possible de vérifier en coupe les éventuels changements que ces variations peuvent occasionner. Ce système a été clairement perçu une fois et est soupçonné en deux autres points. Il se répèterait alors tous les 40 m. Entre ces paires, le fossé semble de largeur constante (coupes 2 et 3).

Fig. 6 : Plan et coupes du fossé 32 et de ses décrochements.

Fig. 6 : Plan et coupes du fossé 32 et de ses décrochements.

22Une des caractéristiques majeures de ces fossés tient à leurs dimensions imposantes. Ils se différencient ainsi nettement de tous les autres linéaires. À l’ouverture, ils sont larges de 4 à 7 m. Une certaine variété est ainsi reconnaissable à la lecture du plan général mais il est délicat d’établir des modules distincts. Les fossés 11 et 12, décapés entièrement, sont plus aisément caractérisables : leur largeur est très régulière, hormis les divers aménagements (Fig. 5 et 7). Une observation détaillée montre pourtant que les dimensions ne sont souvent pas constantes au sein d’une même structure. Deux cas de figure le prouvent (Fig. 8). Dans le premier, l’évolution est régulière et progressive : les proportions du fossé 27 augmentent à mesure qu’il s’approche du bassin 10 auquel il est lié. À l’inverse, l’amplitude du fossé 10 est très irrégulière d’un sondage à l’autre, sans logique apparente.

Fig. 7 : Plans des fossés 11 et 12.

Fig. 7 : Plans des fossés 11 et 12.

Fig. 8 : Plans, coupes et dimensions des fossés 10 et 27.

Fig. 8 : Plans, coupes et dimensions des fossés 10 et 27.

En coupe

23Les profils des fossés se caractérisent de la façon suivante : des bords verticaux ou sub-verticaux et un fond plat. Deux coupes bien conservées peuvent faire office de référence (Fig. 9 : fossés 7 et 14). La plupart des exemplaires présentent néanmoins des flancs obliques, voire franchement évasés, dus aux effondrements de parois et aux colluvionnements (Fig. 9 : fossés 7, 10, 32). Dans certains cas, les fonds affectent un léger pendage, peut-être pour faciliter l’écoulement des eaux résiduelles (Fig. 9 : fossé 9).

Fig. 9 : Coupes de différents fossés.

Fig. 9 : Coupes de différents fossés.

24Une étude micro-morphologique a relevé la possibilité d’un aménagement de paroi sur un sondage du fossé 11 (C. Cammas in Blanchard 2011c). Le prélèvement a été effectué sur le bord nord, au contact avec le substrat. Une fissure verticale, aujourd’hui comblée, suggère un espace antérieur vide. En périphérie, des traces de ferruginisation avec parfois une surface plane évoquent un contact avec une matière organique. Son pourrissement aurait pu occasionner ce vide. L’ensemble pourrait être ainsi interprété comme un parement végétal du fossé, mais on ne peut écarter l’hypothèse d’une zone de reconquête préférentielle par les racinaires. En l’état, il ne s’agit que d’une piste de travail, qu’il conviendra de confirmer ou d’infirmer par de nouvelles données.

25Plusieurs fossés s’interrompent de façon brusque, sans être reliés à une mare. Neuf extrémités de structures ont été testées. Deux cas de figure sont apparus. L’un montre un arrêt net de la structure, sans modification en surface. En coupe, la paroi est tout aussi verticale que les bords latéraux (Fig. 10). L’autre présente un élargissement, sans pour autant être comparable à une mare. Il peut être illustré par le fossé 30 qui atteint alors 14 à 18 m pour une profondeur de 1,70 m, proche de celle du corps principal du fossé (Fig. 11).

Fig. 10 : Plan et coupes du fossé 33.

Fig. 10 : Plan et coupes du fossé 33.

26L’analyse des coupes permet également de mesurer le pendage des fonds des fossés, mais ils n’ont généralement été sondés qu’une ou deux fois. Dans de nombreux cas, ils sont implantés selon le micro-relief et leur écoulement en a été déduit. L’analyse des profils longitudinaux des fossés révèle pourtant des agencements plus complexes et assez différents. Il n’est pas possible en l’état des recherches d’établir des normes. Trois cas de figure illustrent cette diversité.

27Le fossé 27 éclaire le premier cas. Il est implanté dans le sens de la pente, mais les diverses coupes ont montré l’absence de pendage : le relief naturel a été compensé par une augmentation progressive des dimensions du fossé, en plan comme en coupe (Fig. 8). Cet état pose question car lié à une mare, on peut supposer qu’il l’alimente ou l’évacue.

28Le second exemple concerne les fossés 11 et 12. Ils ont été intégralement fouillés, par soixante sondages, majoritairement perpendiculaires. Leur profil longitudinal a été reconstitué à partir du recalage en NGF de 88 coupes et profils, selon un axe fictif central, au fond du tracé. Deux axes témoins, à 1 m de part et d’autre du premier, ont confirmé les observations (Fig. 7 et 12).

Fig. 11 : Plan et coupes du fossé 30.

Fig. 11 : Plan et coupes du fossé 30.

Fig. 12 : Plans des fossés 11 et 12 et de leurs aménagements, profi ls schématisés.

Fig. 12 : Plans des fossés 11 et 12 et de leurs aménagements, profi ls schématisés.

29Le tracé des fonds de ces deux fossés est très irrégulier et aucun pendage général ne se distingue. Il est marqué par des points hauts et des points bas. Les premiers sont dus à l’implantation d’excroissances. Les seconds sont constitués de douze accidents plus ou moins profonds. Au moins huit d’entre eux sont volontaires : des surcreusements réguliers à l’extrémité arrondie sont visibles au fond des fossés, sur toute leur largeur (Fig. 13). Ils sont alternativement tournés vers l’est ou l’ouest et sont distants de 22 à 29 m les uns des autres.

Fig. 13 : Vues de surcreusements au fond du fossé 11.

Fig. 13 : Vues de surcreusements au fond du fossé 11.

30En coupe, ils présentent un bord vertical puis remontent progressivement, en pente douce. Ils forment ainsi un palier net dans le fond des fossés. Selon les cas, ils sont profonds de 0,20 m à 0,70 m. Les huit zones basses ainsi créées sont longues de 5 m au maximum.

31Par opposition, ces surcreusements soulignent des points hauts. Cet aspect est surtout tangible dans le fossé 12 (sondage 14), où deux d’entre eux sont dos-à-dos. Peut-être faut-il voir là un point de passage. 120 m plus à l’ouest, un second point haut serait remarquable, bien que moins élevé (sondage 11).

32Les enseignements de ces deux premiers exemples ont conduit à pratiquer un sondage longitudinal sur le fossé 10, lors du dernier diagnostic sur la zone (Fig. 14). Ce sondage est long de 18 m. À une extrémité, la profondeur du fossé est de 2 m. Il remonte ensuite régulièrement, jusqu’à se réduire à 1,20 m, avant de redescendre de la même façon pour revenir à 1,80 m de profondeur. Ceci se vérifie par les calages altimétriques. Le pendage contradictoire est ici bien lisible.

Fig. 14 : Plans et coupes du fossé 10.

Fig. 14 : Plans et coupes du fossé 10.

33Chacun de ces cas illustre trois situations différentes : l’absence de pendage ; des surcreusements et l’irrégularité du fond ; une succession de pendages opposés. Il n’est pas encore possible de savoir s’il s’agit d’exceptions ou si tous les fossés ont bénéficié de tels aménagements. La restitution d’éventuels pendages pour ce type de structure devient dès lors très aléatoire et ne peut être établie qu’en multipliant les investigations.

Remplissages

34Les remplissages des fossés sont simples ou complexes, peut-être en partie en raison des conditions de lecture. Les unités stratigraphiques peuvent être regroupées en quatre ensembles. Des niveaux de substrat remanié, provenant des effondrements des parois, sont localisés à la base des structures. Les sédiments ont ensuite des caractères hydromorphes, argilo-limoneux, gris à beige, contenant des précipitations féro-manganiques en proportions diverses. Des traces de séchage sont également perceptibles. Tous ces éléments témoignent d’un contexte régulièrement ennoyé mais avec des phases à l’air libre. Ils semblent correspondre à la phase active de la structure. Moins marqués et plus limoneux, ces mêmes caractères illustrent des dépôts postérieurs. Des phases de réactivation peuvent s’intercaler dans ces niveaux. Enfin, des colluvions de limons fins et triés obturent les structures.

  • 4 Quinze prélèvements ont été effectués sur ces deux fossés. Douze d’entre eux ont montré des indices (...)

35Une analyse micromorphologique a été entreprise sur plusieurs tronçons des fossés 11 et 12 (Cammas et al. à paraître, C. Cammas in Blanchard 2011c). Elle permet de mieux comprendre leur fonctionnement. La dynamique de remplissage est principalement colluviale, à la fois par les circulations au sein du fossé et par les apports depuis la surface de circulation. Les remplissages sont régulièrement marqués par des saturations en eau, plus ou moins longues, confirmées par des analyses des phytolithes4 (P. Verdin in Blanchard 2011c). Des rythmes apparaissent, dus aux interactions entre propriétés des sédiments et apports extérieurs en eau et sédiments (naturels ou anthropiques). Le fonctionnement du fossé peut se résumer ainsi : colluvions, engorgement, effondrement et colmatage de la porosité, lavages sub-horizontaux, puis à nouveau colluvions etc. Ces rythmes peu contrastés, car de faible intensité, seraient dus à la fluctuation d’une nappe perchée. L’humidité est toujours présente. Ces deux fossés auraient donc fonctionné en système fermé et non comme partie d’un réseau en connexion au sein duquel des eaux circuleraient. Les niveaux supérieurs, plus stables, restent marqués par des circulations d’eau postérieures aux dépôts. Ils montrent alors les propriétés drainantes conservées par le fossé. Ces constatations et hypothèses n’ont été faites que sur deux fossés, pour lesquels des aménagements particuliers ont par ailleurs été vus. Il est, en l’état, délicat de généraliser ce fonctionnement à l’ensemble des linéaires.

36Aucune trace de curage n’a pu être mise en évidence. En revanche, à neuf reprises, des fossés à profil en “ V ” recoupent les fossés primitifs (6, 7, 10, 15, 18, 24, 25, 27 et 29) (Fig. 15). Ils ne sont pas toujours clairement identifiables et il peut parfois ne s’agir que d’un tassement des comblements inférieurs (Fig. 6, 9, 15). Dans tous les cas, les fossés primitifs sont totalement comblés. Les superpositions ne sont jamais visibles en surface. Les nouveaux fossés ont des remplissages très comparables aux précédents. Leurs proportions sont également identiques. Les pendages semblent de même conservés d’un état à l’autre. Le cas du fossé 27 est le mieux perceptible (Fig. 8). La spécificité des installations serait ainsi conservée.

Fig. 15 : Coupes de fossés recoupés par des fossés à profi l en V.

Fig. 15 : Coupes de fossés recoupés par des fossés à profi l en V.

Aménagements

37Plusieurs fossés sont pourvus d’aménagements, influant sur leurs proportions, en plan comme en coupe. Trois principaux peuvent être distingués : des étranglements, des excroissances, des appendices. Les surcreusements, déjà décrits, peuvent également entrer dans cette catégorie.

– En plan

38Les étranglements forment un pincement dans le fossé, long de 3 à 5 m (Fig. 16). Ils divisent la largeur du tracé par deux au minimum. Le fossé 21 est très caractéristique : il se réduit de 6 m de large à moins de 1 m de façon extrêmement soudaine sur une longueur de 3,50 m. Tous les individus connus ne sont pas identiques, tant dans leurs dimensions que dans leur forme. Selon les cas, le rétrécissement est plus ou moins net et régulier.

Fig. 16 : Plans et coupes de fossés présentant des étranglements.

Fig. 16 : Plans et coupes de fossés présentant des étranglements.

39Les excroissances ont été observées sur neuf fossés (Fig. 17). Elles sont généralement accolées à un seul des flancs, mais les fossés 2 et 21 en possèdent sur les deux côtés. Au sein d’un même fossé, il peut y avoir entre deux et neuf excroissances. Selon les fossés, l’espacement entre elles varie entre 10 et 47 m (Fig. 18). Elles sont de forme rectangulaire à angles arrondis en plan, plus ou moins régulières. Leurs longueurs comme leurs largeurs oscillent entre 1 et 6 m. Les écarts entre elles comme leurs dimensions sont ainsi très variables d’un fossé à l’autre. Mais l’homogénéité au sein d’un même fossé est très notable.

Fig. 17 : Plans et coupes des excroissances.

Fig. 17 : Plans et coupes des excroissances.

Fig. 18 : Dimensions et espacements des excroissances.

Fig. 18 : Dimensions et espacements des excroissances.

40Un dernier aménagement a été constaté. Il constitue pour l’heure une exception car il n’a été observé qu’une seule fois. Il est localisé au niveau de l’interruption, longue de 23 m, entre les fossés 11 et 12. Deux appendices quadrangulaires sont accolés à leurs extrémités (Fig. 19). Ils mesurent entre 3,50 et 4,50 m de côté. Ils sont relativement semblables, mais l’un est nettement plus régulier que l’autre. Leur mode de liaison avec les fossés diffère. Le premier est rejeté à l’extérieur et le contact ne se fait qu’à un angle. Le second prolonge directement le fossé.

Fig. 19 : Plans et coupes des appendices des fossés 11 et 12.

Fig. 19 : Plans et coupes des appendices des fossés 11 et 12.

41L’appendice 1 a pu être complété par deux trous de poteau. Leurs dimensions ne sont pas similaires. Non datés, il est cependant plus probable qu’ils appartiennent au site protohistorique environnant. Ce possible aménagement n’a d’ailleurs pas été constaté pour l’appendice 2.

42Un bâtiment prend place au sein de l’interruption, à la fois légèrement désaxé et décentré. Il est supporté par deux lignes de poteaux, longues de 5,50 m. Elles sont espacées de 7,50 m, soit une surface de 40 m². Les négatifs mesurent de 0,20 à 0,50 m de diamètre, logés dans des avant-trous rectangulaires de 0,60 à 1 m de côté. La logique spatiale pourrait indiquer la contemporanéité de ces éléments.

– En coupe

43Ces différents aménagements reprennent les mêmes types de profils que les fossés : soit à bords droits et fond plat, soit en pente douce. Ils provoquent également des ruptures dans le pendage général des fossés.

44Ce dernier point est particulièrement lisible dans le cas des étranglements. La profondeur du fossé diminue aussi brutalement que sa largeur. Le fossé 10 est exemplaire : il est profond de 0,50 m seulement sur une longueur de 4 m. Dès que le fossé s’élargit, de part et d’autre, il reprend une profondeur plus classique (2 m). Cependant, d’autres cas de figure ont été constatés : ainsi, sur les fossés 11 et 12, les étranglements en plan ne correspondent pas à des resserrements en coupe (Fig. 16).

45Les appendices et les excroissances possèdent tous deux des profils en pente douce remontant jusqu’au niveau d’apparition. (Fig. 17, 19, 20 et 21). Les bords latéraux sont verticaux. Leur relation avec le fossé adjacent est en revanche différente. Il est matérialisé par un pincement, plus ou moins important dans le cas des appendices. À l’inverse, le tracé est continu avec le fond du fossé pour les excroissances. Elles dessinent des ressauts sur les profils longitudinaux des fossés 11 et 12 (Fig. 12).

46Les excroissances ne sont pas toujours visibles en plan. L’aménagement est alors identifiable par la déclivité prononcée du fond du fossé, comme cela a été observé à trois reprises sur le fossé 11. Leur réalité est ici indubitable car corroborée par le rythme régulier d’implantation des autres excroissances (Fig. 12). Il s’agirait d’un type intermédiaire. Leur absence en plan ne peut en effet être expliquée par une érosion plus importante à ces endroits précis.

Fig. 20 : Vue en coupe d’une excroissance du fossé 10.

Fig. 20 : Vue en coupe d’une excroissance du fossé 10.

Fig. 21 : Vue de l’appendice 1 du fossé 11 depuis l’est.

Fig. 21 : Vue de l’appendice 1 du fossé 11 depuis l’est.

– Remplissages

47Les remplissages des aménagements n’appellent guère de commentaires. Ils sont tout à fait similaires car continus avec les fossés attenants. Ils témoignent d’un fonctionnement contemporain, sinon d’une création commune.

48Les conclusions d’une étude micro-morphologique sur une des excroissances du fossé 11 apportent d’autres renseignements (Cammas et al. à paraître, C. Cammas in Blanchard 2011c). Le compactage des niveaux inférieurs atteste d’une zone de circulation, que rien ne distingue à l’œil nu. Elle a été soumise à des engorgements et ruissellements. Ceci évoque une nappe d’eau recouvrant ponctuellement la surface. L’excroissance peut être interprétée comme une rampe, permettant l’accès au fond du fossé ou plus certainement à l’eau qu’il contenait périodiquement.

Synthèse

49L’ensemble de ces fossés constitue un groupe homogène. Plusieurs éléments permettent ce constat. D’une part, leur disposition générale est régulière. Elle est adaptée au relief naturel. D’autre part, leurs caractères morphologiques sont originaux et très reconnaissables : omniprésence des profils à bords droits et fond plat ou en pente douce. Ils sont très répétitifs, sinon exclusifs. Une autre caractéristique majeure tient aux nombreux aménagements qui les ponctuent. Certains sont récurrents. Enfin, leurs dimensions sont hors normes. Les trente-sept fossés reconnus totalisent 4 600 m linéaires. En s’appuyant sur des dimensions normalisées appliquées à tous les fossés (5 m de large et 2 m de profondeur), 46 000 m3 de terre auraient ainsi été déplacées. Cette estimation rapide témoigne de la démesure des travaux et des moyens engagés. Il a ainsi pu être qualifié de “ réseau hydrographique artificiel ” (Berga 2008 : 133).

50Néanmoins, plusieurs éléments viennent tempérer cette régularité générale. Certains traits sont propres à chaque fossé. Les aménagements sont parfois uniques ou peuvent s’associer selon des modalités différentes. Ils ne sont ni systématiques ni identiques d’un fossé à l’autre. Toutefois, chaque entité présente une cohérence interne qui se traduit par des aménagements répétés et similaires. Le cas des excroissances en est le meilleur exemple. Cette cohérence pourrait alors indiquer une unique campagne de construction pour chaque fossé. L’absence de traces de reprises et d’adjonctions postérieures semble prouver que ces installations font partie du projet initial. Les importants lessivages subis par les remplissages ont néanmoins pu faire disparaître ces témoins.

  • 5 Il faut sinon envisager un ré-étalement des terres et une bonification de celles-ci. Une réutilisat (...)

51L’état de la recherche laisse subsister de nombreuses inconnues expliquant les incohérences apparentes. Ainsi, dans certains cas, le pendage est visiblement maîtrisé alors que dans d’autres il ne semble pas recherché. Par ailleurs, les traces d’entretien sont très rares et les remplissages témoignent de comblements lents et naturels. Pourtant, les moyens investis ne semblent pas compatibles avec un abandon rapide et le recreusement de certains fossés indique une réactivation du système selon les mêmes modalités. Enfin, la présence de talus bordant les fossés ne peut être clairement établie d’après la stratigraphie. L’arasement général en contexte rural n’en a gardé aucun indice et aucun sol n’est conservé. Les volumes engagés permettent toutefois de suspecter ces talus5. Ils devaient alors accentuer le caractère spectaculaire des installations et en faire des marqueurs essentiels.

52Ces questionnements et la diversité des aménagements ne remettent pas en cause l’homogénéité du groupe. Ils témoignent d’un système très élaboré, répondant manifestement à des besoins spécifiques. Il semble évident que tous les fossés participent d’un même plan d’ensemble et sont donc contemporains.

Les mares

Observations générales

  • 6 Le terme de bassin est également employé (Berga 2008 : 134).

53Vingt-quatre mares6 ont été découvertes sur les 250 ha étudiés. Leur répartition est assez comparable à celle des fossés (Fig. 5). Elles sont plus nombreuses au sud du talweg qu’au nord. Dans la partie septentrionale, tout comme les fossés, elles entourent le point le plus élevé, formant une demi-couronne sur ses flancs est et sud. Par ailleurs, leurs espacements sont sensiblement équivalents (entre 100 et 150 m). Au sud, elles sont le plus souvent en connexion avec les fossés, ce qui assure également une implantation régulière.

Plan

54Les plus grandes mares se remarquent en surface par la légère dépression qu’elles forment encore aujourd’hui, au point de marquer parfois les courbes de niveau. Pour autant qu’elle puisse être appréciée, leur forme est assez variable : circulaire, en haricot, étirée Leur taille varie notablement : le bassin 3 mesure 50 sur 70 m ; le bassin 15, étiré, est long de 50 m et large de 27 m ; les plus petits ne dépassent pas 15 à 20 m de diamètre (mares 1, 5, 11 et 13).

55À plusieurs reprises, des creusements annexes ont été relevés. Ils sont accolés à l’un des flancs du bassin et sont de forme quadrangulaire ou circulaire. Leurs dimensions sont comprises entre 5 et 8 m de côté. Les remplissages de surface ne permettent aucune distinction.

Coupe

56Les profils des mares sont assez variés, mais présentent, comme les fossés, des bords droits ou en pente douce et des fonds plats. Trois exemplaires associent toutes ces caractéristiques (bassins 5, 14 et 17) (Fig. 22). Les autres profils montrent deux bords en pente douce (bassins 12 et 15) ou verticaux à obliques (bassins 4, 17, 20 et 21). Des méplats peuvent marquer les bords. Les fonds sont toujours réguliers et plats, voire convexes. Les structures sont généralement conservées sur 2 à 2,50 m d’épaisseur.

Fig. 22 : Coupes de différentes mares.

Fig. 22 : Coupes de différentes mares.

57La mare 3 témoigne d’un agencement particulier. Il figure également sur le bassin 15, dans de moindres proportions. Dans sa partie centrale, sur une vingtaine de mètres, elle est profonde de 2,20 à 2,40 m et son fond est plan. De part et d’autre, le profil remonte brutalement et verticalement de 1 m, avant d’amorcer une pente douce jusqu’en surface, sur 20 m au sud et sur 10 m au nord.

58Les aménagements accolés ont des profils très comparables à ceux des fossés : les bords sont droits et les fonds plats. Leurs profondeurs varient de 1,4 à 2 m. Leur mode de liaison aux bassins se fait par un pincement très net rappelant la relation entre les fossés et les appendices.

Remplissages

59Les dynamiques de remplissage sont très analogues d’une mare à l’autre. Elles sont également proches de celles des fossés, mais plus contrastées et plus complexes. À la base, au droit des flancs, des agrégats de substrat remanié apparaissent comme des effondrements. Les couches sont ensuite toujours horizontales, témoignant de dépôts progressifs et naturels. Dans le fond prennent place des argiles plus ou moins limoneuses, grises à bleues. Ces caractères indiquent la présence d’une lame d’eau conséquente et pérenne, ayant empêché l’oxygénation des limons. Il peut s’agir d’un ou deux niveaux, alors intercalés avec un sédiment marbré plus limoneux. Une à deux phases actives peuvent ainsi être individualisées. Des encroûtements en surface montrent parfois un changement de régime brutal. Les comblements sont ensuite constitués de limons blanchis par les lessivages, beiges à grisâtres, plus ou moins argileux et oxydés. Ils sont interprétés comme des apports par engorgements. De brefs épisodes d’assèchement sont encore perceptibles par des horizons poudreux blanchâtres. Parfois, des niveaux bleu hydromorphes se situent dans la moitié supérieure. Ils correspondent à des phases de réactivations naturelles, alors que la structure ne forme plus qu’une faible dépression. Enfin, le colmatage terminal par les colluvions est fin, trié. Les remplissages des structures annexes sont comparables à ceux des fossés. Ils n’ont pas de caractère hydromorphe très prononcé. La particularité des profils ne permet pas de déterminer si les remplissages sont contemporains, bien que la régularité des tracés le suggère.

60Deux faits sont cependant plus surprenants. D’une part, dans un cas au moins (mare 21), un remblaiement volontaire est assuré par la présence d’une couche de substrat rapportée, sur toute la longueur de la coupe. La forme irrégulière de la structure pourrait indiquer des recreusements successifs. D’autre part, dans presque la moitié des cas, l’argile gris-bleu n’est pas présente au fond de la structure. Cela signifie que la structure n’était pas constamment en eau. Il s’agit d’ailleurs toujours des bassins qui ne sont pas reliées à des fossés. Elles servent alors peut-être à absorber les résurgences de nappes superficielles, à l’instar des fossés 11 et 12. Des analyses de phytolithes ont été engagées sur les niveaux inférieurs de deux exemplaires (P. Verdin in Blanchard 2009). L’un contenait une couche hydromorphe dans sa moitié inférieure, l’autre pas. Dans le premier (mare 15) les marqueurs d’hydromorphie sont évidents (diatomées). Dans le second (bassin 12) la discrétion des indices a été confirmée. Cet échantillon est très largement dominé par les restes végétaux, notamment de type orge, témoin d’activités agricoles à proximité immédiate.

Relations avec les fossés

61Fossés et bassins sont souvent connectés. En plan, les mares peuvent être intégrées au parcours des fossés. Leur forme généralement allongée en découle. Elles peuvent également être l’aboutissement ou le départ des fossés. Les jonctions sont alors centrales ou latérales. Ce dernier cas de figure est accentué pour le fossé 27 qui dévie même légèrement quelques mètres avant d’atteindre l’extrémité est du bassin 10 (Fig. 8). Le fait est inexplicable en l’état, mais sa répétition, à quatre reprises au moins, témoigne d’une réelle volonté. Enfin, l’aménagement de la jonction peut apparaître plus nettement par une réduction importante de la largeur du fossé, formant un goulet d’étranglement (Fig. 23). Elle se vérifie également en coupe. Le fond remonte brutalement à cet endroit, puis redescend en pente douce vers le bassin. Ce jeu sur les proportions semble destiné à réguler les débits d’eau entre le fossé et le bassin.

Fig. 23 : Jonction entre le fossé 6 et le bassin 19.

Fig. 23 : Jonction entre le fossé 6 et le bassin 19.

62En coupe, les interactions entre fossés et mares sont également évidentes. Les pendages des fossés alimentent ou évacuent les bassins. Des cas particuliers sont pourtant constatés : par exemple, le fossé 27 n’a pas de pendage ; les fossés 18 et 19 situés de part et d’autre du bassin 7 ne sont pas complémentaires : les coupes transversales montrent que tous deux évacuent les eaux du bassin.

Synthèse

63Les mares sont assez comparables aux fossés, tant dans leurs modalités d’implantation que dans leurs caractères morphologiques. Elles peuvent également être ponctuées d’installations spécifiques. Un seul type a été appréhendé. Les dynamiques de fonctionnement sont visiblement identiques. Dans certains cas, deux grandes phases de mises en eau ont eu lieu. Il est possible qu’elles correspondent avec les deux états constatés sur certains fossés. Cette homogénéité de toutes les composantes suppose qu’elles ont fonctionné en même temps. Elles formeraient ainsi un seul et même réseau.

64La démesure peut encore une fois être mise en exergue. Le volume total des bassins est estimé à 55 000 m3, qui, additionné à celui des fossés, représente 100 000 m3 de terre déplacés. La main d’oeuvre était forcément très importante et n’a pu être mobilisée que par un pouvoir local ou régional efficient.

Éléments chronologiques

La datation du réseau

65La datation de ce réseau pose un problème récurrent. Quelques relations stratigraphiques générales l’installent dans un horizon antique. Plusieurs fossés et mares sont situés sous des chemins a priori modernes (Fig. 24). Le fossé 10 est également recoupé par un chemin alto-médiéval. Les fossés 11 et 12 sont traversés par les aménagements du parc du logis du Génitoy (xviie-xviiie s.) et recoupent des structures du Hallstatt final. Enfin, fait notable entre tous, le fossé 27 traverse un habitat gallo-romain précoce (15/10 av.-15 ap. J.-C.) dont il recoupe clairement les enclos successifs (Fig. 4 et 25, site 7).

Fig. 24 : Implantation des chemins modernes par rapport au système fossoyé antique.

Fig. 24 : Implantation des chemins modernes par rapport au système fossoyé antique.

Fig. 25 : Plan du site 7 recoupé par le système fossoyé.

Fig. 25 : Plan du site 7 recoupé par le système fossoyé.

66Le bâtiment situé à l’interruption des fossés 11 et 12 constitue un autre indice. Son plan est typique de la fin de La Tène finale et du début de l’époque antique, avec ses importants avant-trous rectangulaires et sa traverse importante (Collart 1996). Il est d’ailleurs tout à fait comparable à trois autres exemplaires fouillés sur le site 7 précité.

67Les fossés et les bassins ont livré peu de mobilier. Deux raisons l’expliquent : les conditions de découverte et l’éloignement des sites d’habitat. Sur la soixantaine de creusements en présence, quinze ont offert du mobilier datant, en petites quantités (Fig. 26). À ces réserves s’ajoute la difficulté générale à dater un fossé à partir de quelques éléments épars. Il faut enfin rappeler que la céramique date plus un état de comblement que le creusement.

Fig. 26 : Structures ayant livré des indices antiques.

Fig. 26 : Structures ayant livré des indices antiques.
  • 7 La datation antique de toutes les mares est moins assurée. Ce type de structure est récurrent dans (...)

68Néanmoins, tous les indices mobiliers convergent vers le Haut-Empire. Le réseau semble avoir été créé au ier s. ap. J.-C. Intégralement fouillés, l’extrémité du fossé 11 et son appendice se sont révélés les plus riches. L’ensemble céramique est caractéristique des années 30-60/70 ap. J-C. (M. Genin in Blanchard 2011c). Il est associé à plusieurs monnaies antiques. Les mêmes réseaux découverts sur d’autres secteurs du plateau datent également de cette période. Les éléments datants y sont parfois plus conséquents (Berga 2008, Desrayaud 2008)7.

69Les recreusements en “ V ” ne sont pas datés ici. Sur d’autres communes de Marne-la-Vallée, ils ont été attribués au iie siècle (Berga 2008 : 136-137). Ils y sont plus systématiques. Une réfection, au moins partielle, du réseau peut ainsi être supposée.

70Au haut Moyen Âge, les structures sont encore visibles et prégnantes. Quelques tessons peuvent ainsi être contenus dans les niveaux supérieurs des fossés (Daveau 1993). Le fait est surtout remarquable pour les mares. Leur seconde phase de mise en eau est par endroits liée à cette époque (Broutin 2011). De façon plus générale, les bassins semblent être un point d’ancrage privilégié pour ces nouvelles occupations (Berga 2008 : 137).

71Fossés et mares apparaissent ainsi comme de véritables marqueurs, pérennes, du paysage. La situation des chemins par rapport au réseau l’illustre également : plusieurs d’entre eux reprennent l’axe des fossés, et même s’y superposent (Fig. 24). Les fossés, ou sans doute plutôt les talus, ont constitué des limites fortes ayant longtemps influencé l’organisation du terroir. Dans un cas précis, la présence d’un chemin peut même suggérer celle d’un fossé. Il est en effet remarquable qu’au sud du talweg, tous les fossés orientés nord-sud s’arrêtent au niveau de l’actuelle route départementale (Fig. 3). Il est possible que cette dernière masque le fossé 14, qui se poursuivrait jusque là au moins. Plusieurs indices autorisent cette hypothèse. En effet, la route a été récemment redressée. D’après les plans des xviiie et xixe s. et les vestiges archéologiques, son tracé initial se superpose au fossé 14 (Fig. 24). De plus, elle borde trois sites du haut Moyen Âge, sur la seule commune de Bussy-Saint-Georges, indice d’une origine ancienne. Enfin, à l’est, deux autres fossés nord-sud sont en relation directe avec le fossé 14 (fossés 28/29 et 31). Ce fossé 14 jouerait donc un rôle de collecteur, mettant en relation tous les fossés sud. Ainsi s’esquisse l’ébauche d’une hiérarchisation des éléments.

Relations avec les sites voisins

72Le canevas des occupations alentour permet une remise en contexte appuyant les datations (Fig. 4). Elles sont distantes de 500 à 800 m les unes des autres, suivant une répartition homogène quadrillant le terroir. Elles s’intègrent également dans le réseau fossoyé, qui jamais ne les recoupe. Leurs enclos reprennent l’orientation des grands fossés. Le fait est particulièrement visible dans le cas du site 7 (Fig. 25). Le rôle du linéaire 27 apparaît déterminant et semble avoir présidé une restructuration complète du site. Le premier état, augustéen, est recoupé par ce fossé. Le site est alors réorganisé. Un nouvel enclos bipartite, ayant connu plusieurs états, s’appuie sur ce fossé et se développe à partir de celui-ci, vers l’est. Il est également bordé à l’est par le fossé 28/29 et est flanqué de deux mares (10 et 15). Le mobilier céramique, numériquement très faible, ne permet pas de bien situer cette réorganisation, sinon dans le courant du ier s.

73Les aménagements intermédiaires qui ponctuent l’espace s’implantent également en fonction du réseau de fossés. L’indice 6 est encadré par les fossés 21 et 22. Il est matérialisé par deux caves qui se recoupent (l’une du ier, l’autre du iie s. ap. J.-C.) et un puits non maçonné. Le site 5 est composé de quelques fosses et d’un bâtiment maçonné. Ce dernier est adossé au fossé 17, 3 m plus à l’est, et dans lequel “ des matériaux provenant de sa destruction ont été jetés, associés à quelques céramiques des iie-iiie siècles ” (Daveau 1993). Le petit enclos trapézoïdal du site 3 est orienté comme le fossé 13, distant de 2 m seulement (Fig. 27). Le mobilier qu’il a livré est daté entre 40 et 70 ap. J-C., comme les fossés 11 et 12. Sa possible fonction funéraire renforce le rôle de marqueur des fossés.

Fig. 27 : Plan de l’enclos du site 3.

Fig. 27 : Plan de l’enclos du site 3.

Synthèse

74L’homogénéité du système fossoyé permet de supposer un fonctionnement contemporain de tous les éléments. Il peut être daté du Haut-Empire, peut-être de la deuxième moitié du ier s. Il serait alors contemporain de la vague de création d’établissements. Toutefois, les informations disponibles ne permettent pas de connaître sa durée d’activité. Elle doit être supposée courte puisque sa réfection, sans doute dès le iie s., montre clairement qu’il était déjà complètement comblé et abandonné. Les modalités de cette réactivation posent plusieurs questions. Il faut d’une part noter qu’elle est beaucoup plus systématique dans d’autres secteurs de Marne-la-Vallée. Elle peut d’autre part être mise en parallèle avec les modifications semblant toucher la trame de l’habitat au iie s. (créations de nouveaux habitats, réorganisation d’une partie des autres et du réseau viaire). Enfin, elle indiquerait un fonctionnement du premier état assez bref, difficilement explicable au vu des moyens investis.

75Le contexte d’occupation très dense est à l’évidence une des conditions de l’implantation du réseau. Dès La Tène finale, le plateau est fortement investi et apparaît structuré. Cette structuration est reprise durant l’Antiquité. Pourtant, aucun réseau fossoyé précurseur du réseau antique n’a été constaté. La cohérence spatiale de ce dernier suppose une construction assez rapide, sinon brusque, et forcément planifiée. Ce constat pourrait indiquer une restructuration imposée. Aucun des habitats découverts ne semble assez important pour être à l’origine de tels travaux.

Fonctions

Le drainage des terres

  • 8 Si ces dernières sont trop abondantes, une nappe d’eau peut se former en surface. Ceci a été consta (...)

76La fonction drainante est évidente. Les bassins sont judicieusement implantés. En témoigne la convergence des eaux de ruissellement lors des opérations archéologiques. Les limons de plateau de ce secteur de la Brie sont argileux et ne permettent pas une absorption efficace des précipitations8. Aujourd’hui encore, le drainage des champs est essentiel dans ces terres lourdes et difficiles à travailler. Les terrains sont sillonnés de drains en terre cuite encore actifs. Ils ont été posés au cours des xixe et xxe s. Dans le cadre de l’urbanisation récente, ces spécificités sont prises en compte : des bassins de rétention et de grands fossés collecteurs ponctuent très régulièrement le territoire de Marne-la-Vallée. Ils sont morphologiquement très comparables aux aménagements antiques. Il n’est pas anodin qu’ils soient souvent implantés aux mêmes endroits.

77Les comblements et diverses analyses des fossés antiques montrent des caractères hydromorphes plus ou moins marqués. Les structures peuvent absorber les eaux de ruissellement, notamment guidées par les talus supposés (Ferdière 1988 : 121). La micro-morphologie indique aussi que les fossés pouvaient capter les eaux des nappes superficielles.

78Les deux fonctionnements peuvent se compléter. Dans l’un, fossés et mares sont connectés. Des circuits d’écoulement et d’approvisionnement sont alors possibles. L’eau est libre de circuler au sein de cet espace, régulée et contrôlée par divers aménagements. Dans l’autre, mares et fossés sont des éléments isolés, fonctionnant en système fermé. Tous deux semblent à même de recueillir les eaux de surface comme les eaux souterraines.

79L’assainissement des terres est le préambule à une optimisation des capacités de production. La régularité de leur implantation facilite la gestion des terres. La mise en œuvre de ce système, coûteuse, a forcément été suscitée par des besoins économiques. Dès lors, l’hypothèse d’une dévolution agricole des parcelles s’impose, au vu des surfaces engagées.

80Les indices concernant l’exploitation des sols sont encore peu nombreux. Ils paraissent divergents. Une analyse des phytolithes a montré, dans un cas, la proximité de champs de céréales, contemporains du fonctionnement du réseau. Mais des prélèvements effectués sur d’autres structures se sont révélés négatifs. De la même façon, la micro-morphologie tend à montrer que les comblements sont issus d’horizons argileux situés profondément dans le profil naturel. Une érosion des horizons superficiels pourrait en être déduite, peut-être par une surexploitation (C. Cammas et al. à paraître). À l’inverse, la synthèse des données palynologiques sur Marne-la-Vallée indique un milieu encore assez fortement boisé durant le Haut Empire, en comparaison à d’autres secteurs du Bassin parisien (Boulen 2010). Les sols lourds du secteur n’ont jamais été favorables à leur exploitation, ce qui explique le nom de “ Brie boisée ”. Les habitats livrent en outre peu d’outils agricoles et les traces de prospérité sont très limitées.

81Toutes ces données sont pour l’instant contradictoires et les analyses doivent être multipliées. Mais la densité des occupations et l’investissement consenti pour réaliser de ce réseau laissent penser que la grande majorité de ces espaces était exploitée de façon intensive.

Le stockage de l’eau ?

82Les spécificités de ce réseau fossoyé suggèrent des besoins autres, ou du moins complémentaires. Son originalité repose avant tout sur sa morphologie très particulière, pour laquelle les comparaisons sont difficiles à établir. On peut avant tout s’interroger sur la nécessité des dimensions démesurées des fossés (environ 50 000 m3). À aucune autre époque, sinon actuellement, les gabarits des fossés ne sont aussi imposants. En l’état, on ne peut que supposer qu’elles correspondaient aux volumes d’eau à gérer. La diversité des installations des fossés semble en outre indiquer des besoins connexes. La volonté de conservation et d’accès à l’eau est manifeste.

83La fonction des étranglements est peut-être la plus évidente, malgré leur relative diversité. Ils ont sans doute servi de points de passage (Desrayaud 2008 : 13). La longueur des linéaires constituait en effet forcément un obstacle à la circulation dans les champs alentours. Néanmoins, ils nécessitent des installations complémentaires de franchissement dont il ne reste aucune trace.

84Outre les mares, plusieurs aménagements permettent le stockage de l’eau : les extrémités élargies des fossés comme les creusements annexes aux bassins. Les surcreusements localisés au fond de certains fossés doivent aussi être pris en compte. Ils sont peu courants. Le site des Vergnasses (Gironde) en a livré un exemplaire assez comparable (Sireix et al. 2007). Le contexte est néanmoins bien différent : le fossé participe d’un enclos d’habitat de La Tène finale. Au fond de celui-ci, six surcreusements se jouxtaient, très proches les uns des autres. Comparables à ceux de Bussy-Saint-Georges dans leurs dimensions, leurs profils sont néanmoins plus réguliers, à bords droits et fond plat. L’exemplaire a été rapproché des fossés dit “ à dos d’âne ” découverts ailleurs dans l’Ouest, dans des contextes similaires (Vacher 2000 : 12, Vacher et Bernard 2003 : 195-196). Dans ces différents cas, une fonction liée à l’eau a été supposée : contrôle des débits ou activités artisanales liées au trempage.

85L’accès à l’eau a pu être facilité par les parois en pente douce des mares et par les excroissances. Les différentes données permettent d’interpréter ces dernières comme des rampes. Selon une hypothèse, elles permettraient au bétail de s’abreuver (Berga 2008 : 133, Desrayaud 2008 : 13). Néanmoins, la micromorphologie n’a pas décelé de traces de phosphates, de même que les analyses parasitologiques se sont toujours révélées négatives (Le M. Bailly in Blanchard 2008a). On peut également supposer qu’en ce cas, le tracé des fonds serait moins régulier, puisqu’aucun assainissement des accès n’a été constaté, par des empierrements par exemple. Hors de cette portion du plateau briard, seuls deux exemples comparables et contemporains ont été retrouvés, dans le nord de la Gaule (Demolon 2010 : 65, Meurisse 2010 : 90-92). Ils sont de la même façon accolés à des fossés de grand gabarit. Le contexte est par contre très différent, puisqu’en zone très basse, marécageuse. Ils ont été interprétés comme des voies navigables et des débarcadères.

  • 9 S’il est délicat d’évaluer cette érosion, on peut supposer qu’au moins 0,50 m ont disparu.

86Selon A. Berga, le but de ce réseau est moins de drainer que de créer des réserves d’eau (Berga 2008 : 134-136). Utilisables toute l’année, elles permettent de se libérer des contraintes du réseau hydrographique naturel. Si des utilisations secondaires sont possibles, elles seraient avant tout vouées à l’irrigation de ces terres lourdes et donc sèches l’été. L’eau serait distribuée par un réseau de petits fossés, dont il ne reste généralement rien, victime de l’importante érosion9. Un exemple en subsisterait peut-être à Serris et Jossigny (Desrayaud 2008). Cette hypothèse suppose une circulation de l’eau et une maitrise de celle-ci. Elle transparaît à travers la complexité des pendages, les relations entre mares et fosses et la combinaison des différents aménagements, permettant de réguler les débits. Pourtant, les profils des fossés ne sont a priori pas adaptés à l’écoulement, en raison de leurs larges fonds plats. Leurs bords droits sont également peu adaptés aux limons de plateau, comme l’attestent les nombreuses traces d’effondrements. Cette morphologie très particulière interroge et renvoie aux questionnements concernant leurs dimensions. Cette inadéquation est mise en relief par le recreusement par des fossés en “ V ”.

87Les nombreux aménagements, difficilement compréhensibles dans ce seul cadre, suggèrent des utilisations connexes, prévues dès l’origine. Pourtant, la surface sur laquelle s’étendent ces aménagements invalide toutes les hypothèses d’activités artisanales qui pourraient leur être liées (extraction, pisciculture, abreuvoirs pour les bestiaux d’élevage, artisanats liés à l’eau - rouissage, tannage, vannerie…). Elles peuvent au mieux être secondaires ou opportunistes, même si aucune trace n’en est conservée.

Un découpage raisonné des terres

88À l’évidence, le réseau structure le paysage. La répartition générale des fossés montre d’emblée leur organisation régulière, suivant deux axes principaux divergents, au nord et au sud du talweg.

89La superposition d’un quadrillage fictif en rend bien compte (Fig. 28). Il s’agit d’un simple outil, permettant de mieux mettre en valeur récurrences et discordances. Il ne faut pas y rechercher la modélisation d’un réseau orthonormé. La dimension des carrés (125 m) a été dictée par la récurrence des superpositions avec les fossés. Cet outil montre une certaine homogénéité tant dans les orientations que dans les espacements.

Fig. 28 : Schématisation de l’implantation des fossés.

Fig. 28 : Schématisation de l’implantation des fossés.

90L’hypothèse d’un réseau structurant peut être avancée, s’appuyant sur ces linéaments (Chouquer et Favory 2001 : 188). Les composantes étant relativement nombreuses, les traces d’un réseau régulier ont été recherchées, notamment en échos à des travaux réalisés à proximité (Desrayaud 2008). Contrairement à ces derniers, elles ne s’avèrent pas probantes.

91Les orientations ont ainsi été calculées, sur Autocad®, suivant la même méthodologie (Desrayaud 2008 : 18-19). L’irrégularité des tracés, et les changements de trajectoire pour certains, contraignent l’analyse. Les orientations est-ouest oscillent entre 3 et 22° est ; les orientations nord-sud entre 66 et 89° est, soit une vingtaine de degrés. Au sein de cette série, aucun groupement ne se fait jour (Fig. 29).

Fig. 29 : Orientation des axes directeurs des fossés.

Fig. 29 : Orientation des axes directeurs des fossés.

92De la même façon, les distances entre chaque fossé ont été mesurées à partir d’un axe médian. Les écarts se situent entre 110 et 130 m ou leurs multiples. Quelques décalages sont néanmoins visibles. Les variations sont trop importantes pour permettre une corrélation avec les mesures antiques.

93Les irrégularités doivent sans doute être mises en rapport avec la microtopographie. Cette adaptation est clairement lisible dans les orientations discordantes de part et d’autre du talweg. Elle explique aussi en partie les rythmes d’implantation. Les fossés 28/29, désaxés par rapport aux entités adjacentes, suivent une courbe de niveau limitant la tête du talweg. Les fossés comme les pièces d’eau évitent les points hauts du relief et s’organisent par rapport aux bassins versants du ru de la Butte de Veau et du ru Sainte-Geneviève. Il en est ainsi entre les fossés 32 et 33 au sud-est (Fig. 3 et 28). La situation est encore plus marquée au nord, où les deux types de structures cernent le point haut. Les fossés 11, 12, 13 et 14 ont en outre pu participer au drainage de la tête de talweg.

94Cette même organisation selon le relief se retrouve à Montévrain (Berga 2008 : 35) et à Jossigny et Serris. Dans ces deux dernières communes, plusieurs groupes d’orientations différentes ont néanmoins été mis en exergue (Desrayaud 2008 : 18-21). D’autres opérations archéologiques de grande envergure ont livré des réseaux de même type (Séthian 2011 a et b par exemple). À chaque fois, une orientation majeure peut être décelée. Elle n’est pas toujours la même d’un secteur à l’autre. Elle semble toujours, en partie au moins, contrainte par la topographie (Fig. 30). Tous ces ensembles ne sont généralement pas ou mal datés. Leur association repose sur la morphologie très caractéristique des fossés. La compilation de l’ensemble des données disponibles montre un réseau s’étendant sur la majeure partie de l’espace considéré. Des zones vides apparaissent néanmoins. Elles reflètent certainement plus un problème de reconnaissance du aux méthodes, déjà exposé.

Fig. 30 : Réseau de fossés de grandes dimensions à Bussy-Saint-Georges et dans les communes alentours.

Fig. 30 : Réseau de fossés de grandes dimensions à Bussy-Saint-Georges et dans les communes alentours.

95Un projet global se dessine ainsi, à l’échelle de toute cette portion du plateau. La surface quadrillée doit être estimée à plusieurs milliers d’hectares. Les communautés rurales locales ont-elles pu concevoir ce réseau et le mettre en œuvre (Favory 2012 : 124) ? La discordance entre la modestie des établissements agricoles et l’ampleur des aménagements agraires est remarquable. Elle conduit à se demander si les travaux de réalisation de ce réseau de fossés et de mares n’auraient pas été réalisés à l’initiative du possessor de ces terres afin de les cultiver en faire-valoir indirect. Les modestes exploitations associées à ces aménagements seraient alors celles de fermiers installés par lui. Leur faible capacité productive aurait été compensée par leur nombre, qui justifierait ainsi le développement des travaux entrepris. À Montévrain, l’hypothèse a été émise que le maillage même des habitats, très régulier, a pu faire l’objet d’une réflexion préalable, voire d’une planification (Berga 2008 : 136). Cette régularité est toute aussi lisible à Bussy-Saint-Georges. Cette concomitance entre réseau fossoyé et habitats s’exprime également dans la chronologie générale : une grande vague de créations dans la deuxième moitié du ier s. ; des changements importants au cours du iie s. ; un abandon général au cours du iiie s. Elle ramène aussi à la question de l’origine des habitats et au problème du hiatus de près d’un siècle au tournant de notre ère, inexplicable pour l’heure.

Synthèse

96Le découpage des terres et le drainage apparaissent certainement comme les raisons de l’installation de ce réseau, en vue d’optimiser les capacités agricoles. Le réseau fossoyé permet aussi de s’affranchir de l’hydrographie naturelle. Les moyens investis suggèrent une dimension économique. Pour autant, nous ignorons tout ou presque des productions développées, et notamment si elles diffèrent de celles en cours à l’époque précédente. Il faut alors se demander si la mise en place du réseau a entraîné une modification des types de production.

97À un autre niveau, ce réseau pose des questions beaucoup plus générales sur l’habitat antique et est crucial pour la compréhension de ses origines, de son développement et de son organisation.

Conclusion

98Cette nouvelle approche montre un aspect méconnu de l’occupation antique dans cette partie de l’Île-de-France. Le caractère spectaculaire et original du réseau est indéniable, souligné par l’apparente modestie des habitats contemporains. Ce système fossoyé apparaît ainsi comme une composante essentielle de l’occupation gallo-romaine. Il est un témoin particulièrement clair de la valorisation des campagnes à cette époque.

99L’opportunité offerte par l’importante surface ouverte a révélé les caractères très particuliers des fossés et des mares ainsi que la récurrence d’aménagements spécifiques. Ils ont été installés au Haut-Empire, peut-être au milieu du ier s. ap. J.-C. Mais leur ampleur a durablement marqué le paysage. Ils constituent encore un point d’appui à l’installation du réseau viaire et à la réoccupation du terroir au haut Moyen Âge.

100Mares et fossés ont été créés pour assainir le terrain, palliant les affleurements des nappes superficielles et recueillant les eaux de ruissellement. Le réseau constitué s’étend sur une surface telle qu’ils ne peuvent qu’être liés à l’exploitation des sols et donc au domaine agraire, pour optimiser leur gestion et leur rentabilité. La mise en valeur de telles surfaces implique cependant d’autres réalités, qui dépassent le cadre de cette étude.

101Ce bilan éclaire l’occupation antique de cette partie du plateau briard selon une nouvelle perspective. La prise en main de ce territoire par une autorité supérieure transparaît à travers la mise en place de ce réseau. Le statut des terres et des petites exploitations doit alors être considéré à l’aune de ce schéma socio-économique, que rien ne montre par ailleurs. Se perçoit ainsi l’intégration du secteur dans un espace économique plus large par la commercialisation du produit de cette optimisation. Ses modalités doivent être recherchées. Aucun axe routier majeur ne traverse le secteur. Le réseau secondaire est encore mal connu, de même que l’occupation de la vallée de la Marne. Cette dernière permet de raccorder le secteur à Paris et à Meaux, ainsi qu’à l’agglomération de Chelles. Seules de plus amples investigations pourront fournir des compléments d’étude indispensables.

102L’ensemble de ces résultats doit désormais être confronté aux autres secteurs de Marne-la-Vallée, pour lesquels le recensement est en cours. Dans certains de ceux-ci, les données plus précises sur l’habitat permettront d’autres corrélations. L’intérêt suscité par ce type d’aménagements doit être maintenu et même accru par le biais de vastes décapages qui seuls sont à même d’aborder ces structures. Les investigations futures dans le secteur de Marne-la-Vallée permettront sans doute d’enrichir notablement les données actuelles et apporteront des éléments de réponse aux questionnements et interrogations soulevés.

Haut de page

Bibliographie

Adrot 2006

Adrot D. - ZAC du Genitoy Est, Collège Claude Monet (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Barbey et Danion 1993

Barbey S. et Danion B. - Bussy-Saint-Georges, ZAC Bussy sud, établissements ruraux de l’âge du Bronze, de l’âge du Fer, de l’Antiquité et du haut Moyen Age (Seine-et-Marne), dossier de demande de sauvetage programmé, Afan, SRA Île-de-France, Paris.

Berga 2011

Berga A. - Collégien (La Butte du Moulin), Les occupations protohistoriques et antique de la ZAC de Lamirault Nord (Seine-et-Marne), Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Berga 2008

Berga A. - Le réseau hydrographique artificiel antique de Marne-la-Vallée, in : J.-N. Griffisch, D. Magnan, D. Mordant (dir.), Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres : 133-137.

Berger et Jung 1996

Berger J.-F. et Jung C. - Fonction, évolution et “ taphonomie ” des parcellaires en moyenne Vallée du Rhône. Un exemple d’approche intégrée en archéomorphologie et en géoarchéologie, in : Chouquer G. (dir.), Les formes du paysage, Tome 2. Archéologie des parcellaires, Errance, ARCHEA, Archéologie aujourd’hui, Paris : 95-112.

Blanchard 2011a

Blanchard J. - Bussy-Saint-Georges, ZAC du Sycomore phase 2, les Pigeonneaux (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Blanchard 2011b

Blanchard J. - Bussy-Saint-Georges, Les Coudrais, Les Pigeonneaux secteur 3 (Seine-et-Marne), Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Blanchard 2011c

Blanchard J. - Bussy-Saint-Georges, Les Coudrais, Les Pigeonneaux secteur 4 (Seine-et-Marne), Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Blanchard 2009

Blanchard J. - Bussy-Saint-Georges, ZAC du Sycomore, Phase 1, Les Pigeonneaux (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Blanchard 2008a

Blanchard J. - Bussy-Saint-Georges, ZAC du Sycomore, Les Coudrais, Les Pigeonneaux (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Blanchard 2008b

Blanchard J. - Bussy-Saint-Georges, ZAC du Sycomore, le Génitoy (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Blanchard 2008c

Blanchard J. - Bussy-Saint-Georges, ZAC des Cent Arpents, extension (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Bonin, Buchez et Marion 1994

Bonin T., Buchez N. et Marion S. - Les installations agricoles aux Âges des Métaux sur le plateau de la Brie : l’exemple de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne), in : Buchsenschutz O. et Méniel P., Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du colloque de Paris (1993), Études d’Histoire et d’Archéologie, 4, Paris : 71-96.

Boulen 2010

Boulen M. - Synthèse des analyses polliniques pour la période romaine sur la bordure nord-ouest du plateau briard, Revue archéologique d’Île-de-France, 3 : 133-148.

Broutin 2011

Broutin P. - Bussy-Saint-Georges, ZAC du Sycomore, secteur 1, Les Coudrais (Seine-et-Marne), Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Buchez et Daveau 1996

Buchez N. et Daveau I. - La mise en place d’un réseau d’établissements au début de l’époque gallo-romaine à Marne-la-Vallée : origines et aspects des nouvelles installations, in : Collard J-L. et Bayard D. (dir.) - De la ferme indigène à la villa romaine, la romanisation des campagnes de la Gaule, Actes du colloque AGER, Revue archéologique de Picardie, no spécial 11 : 221-231.

Chouquer 1997

Chouquer G. (dir.). - Les formes du paysage, Errance, Archéologie Aujourd’hui, Paris, 3 vol. 

Chouquer et Favory 2001

Chouquer G. et Favory F. - L’arpentage romain. Histoire des textes. Droit et Techniques, Errance, Paris, 491 p.

Cammas et al. à paraître

Cammas C., Berga A., Blanchard J., Broutin P. et Montagne D. - Pedo-sedimentary record of human-environment interaction in ditches and ponds on plateau (Roman and early medieval period) : micromorphological cases studies from Marne-la-Vallée area (Paris Basin, France).

Collard 1996

Collard J.-L. - La naissance de la villa en Picardie, la ferme gallo-romaine précoce, in : Collard J-L. et Bayard D. (dir.), De la ferme indigène à la villa romaine, la romanisation des campagnes de la Gaule, Actes du colloque AGER, Revue archéologique de Picardie, no spécial 11 : 121-156.

Daveau 1997

Daveau I. - Occupations des sols au Bas-Empire en Île-de-France. Rupture et continuité : trois études de cas, in : Ouzoulias P., Van Ossel P. (dir.), Les campagnes de l’Île-de-France de Constantin à Clovis, Actes du colloque, Documents de travail, 3 : 22-30.

Daveau 1993

Daveau I. - Bussy-Saint-Georges, Les Coudrais (Seine-et-Marne), Bilan Scientifique, SRA Île-de-France, Paris : 45-46.

Desrayaud 2008

Desrayaud G. - Parcellaires fossoyés du Haut Empire des plateaux de Brie : Jossigny / Serris et Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne). Approche méthodologique de l’étude des réseaux, RACF, 47, [En ligne], mis en ligne le 15 mai 2009. http://racf.revues.org/ 1161

Demolon 2010

Demolon P. (dir.) - Archéologie en Douaisis. Regards sur un territoire : l’Ostrevent, Archeologia Duacensis, 10 : 65, 101.

Favory 2012

Favory F. - Les parcellaires antiques de Gaule médiane et septentrionale, in : Carpentier V. et Marcigny C., Des hommes aux champs. Pour une archéologie des espaces ruraux du Néolithique au Moyen Âge, Archéologie et Cultures, Rennes : 11-130.

Ferdière et al. 2010

Ferdière A., Gandini C., Nouvel P. et Collart J.-L. - Les grandes villae à pavillons multiples alignés dans les provinces des Gaules et des Germanies : répartition, origine et fonctions, Revue archéologique de l’Est de la France : 357-446.

Ferdière 1988

Ferdière A. - Les campagnes en Gaule romaine (52 av. J.-C. -486 ap. J.-C.), Éditions Errance, Collection des Hespérides, Paris, 2 vol. 

Guinchard-Panseri, Glisoni et Souchu 2002

Guinchard-Panseri P., Glisoni S. et Souchu S. - Bussy-Saint-Georges, ZAC des Cents Arpents (secteur est) (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Guinchard-Panseri et Paccard 2007

Guinchard-Panseri P. et Paccard N. - Bussy-Saint-Georges, ZAC des Cent Arpents (secteur est), lots CA 14 et CA 16 (Seine-et-Marne), Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Guinchard-Panseri et al. 2003

Guinchard-Panseri P., Glisoni S., Le Roux F., de Mauraige G. et Souchu S. - Bussy-Saint-Georges, ZAC des Cent Arpents, lots CA4 et CA6 (Seine-et-Marne), Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Leboeuf 1758

Leboeuf (Abbé) - Histoire de la ville de tout le diocèse de Paris, Paris, T.XV.

Mallet 2007

Mallet F. - Bussy-Saint-Georges, Le Nid de Grive, Le Pré au Curé, Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Meurisse 2010

Meurisse L. - Parc d’activité de Sars et Rosières, extension, tranche 1, commune de Brillon, Nord (59), Rapport de fouille archéologique, Archéopole, SRA Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq.

Ouzoulias 2010

Ouzoulias P. - Les campagnes gallo-romaines : quelle place pour la villa ?, in : Ouzoulias P. et Tranoy L., Comment les Gaules devinrent romaines, La découverte, Paris : 189-211.

Ouzoulias et Van Ossel 2001

Ouzoulias P. et Van Ossel P. - Dynamiques de peuplement et formes de l’habitat tardif : le cas de l’Île-de-France, in : Ouzoulias P., Raynaud C., Van Ossel P. et Garmy P., Les campagnes de la Gaule à la fin de l’Antiquité, IVe colloque de l’association Ager, Montpellier, mars 1998, ed. APDCA, 2001, 1, Antibes : 120-135.

Ouzoulias et Van Ossel 2009

Ouzoulias P. et Van Ossel P. - Petites et grandes exploitations agricoles : le cas de la Plaine de France, in : Les formes de l’habitat gallo-romain. Terminologie et typologie à l’épreuve des réalités archéologiques, Colloque AGER VIII, Toulouse 2007, Aquitania, Suppl. 17 : 11-121.

Poyeton 2001

Poyeton A. - Bussy-Saint-Georges, ZAC des Cent Arpents - Occupation protohistorique et carolingienne, Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Sethian 2000

Séthian E. - Bussy-Saint-Georges, La Manjoire, (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Sethian 2006

Séthian E. - Bussy-St-Georges, Les Pigeonneaux, ZAC Gustave Eiffel (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Sethian 2011a

Séthian E. - Serris – Jossigny, ZAC du Couternois (Marne-la-Vallée, secteurs 3 et 4), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Séthian 2011b

Séthian E. - Chessy, ZAC de Studios et des Congrès (Seine-et-Marne), Rapport de diagnostic archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, Paris.

Sireix et al. 2007

Sireix Chr., Benquet L., Berthet A.-L., Convertini F., Ge Th., Martin H., Poirier Ph., Pradat B. et Tixier C. - Raspide 1 (Blagnac, Haute-Garonne) et Les Vergnasses (Gours, Gironde) : deux exemples de fermes gauloises dans le Sud-Ouest de la France, in : Vaginay M. et Izac-Imbert L., Les âges du Fer dans le Sud-Ouest de la France, Actes du XXXVIIIe colloque de l’Association Française pour l’Étude de l’Âge du Fer, Toulouse, mai 2004, Aquitania, Suppl. 14/1, Bordeaux : 293-343.

Vacher 2000

Vacher S. - Déviation de Pied-Pain-La Gravouillerie, RD 117, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (44), Rapport de fouille archéologique, Inrap, SRA Pays de la Loire, Nantes.

Vacher et Bernard 2003

Vacher S. et Bernard V. - Un site en zone inondable : Le Grand Aunay à Yvré-l’Évêque, 10e Suppl. à la Revue Archéologique de l’Ouest : 189-212.

Haut de page

Notes

1 Ce fait n’a pas été perçu dans les années 1990, notamment en raison de la méthode des tranchées en quinconce.

2 Les informations ne sont pas homogènes entre tous ces sites, selon le degré d’investigation (diagnostic, fouille partielle...).

3 Seuls les plus notables et les plus compréhensibles sont développés ici.

4 Quinze prélèvements ont été effectués sur ces deux fossés. Douze d’entre eux ont montré des indices d’humidité (Spicules d’éponge, graminées panicoïdes, cellules bulliformes de graminées, cypéracées).

5 Il faut sinon envisager un ré-étalement des terres et une bonification de celles-ci. Une réutilisation partielle du limon est également envisageable, notamment pour la construction.

6 Le terme de bassin est également employé (Berga 2008 : 134).

7 La datation antique de toutes les mares est moins assurée. Ce type de structure est récurrent dans les campagnes à de nombreuses époques. Deux d’entre elles sont d’ailleurs figurées sur le cadastre napoléonien. Mais à Montévrain, il a été prouvé qu’un bassin encore en activité aujourd’hui était d’origine antique (Berga 2008).

8 Si ces dernières sont trop abondantes, une nappe d’eau peut se former en surface. Ceci a été constaté à plusieurs reprises lors des différentes opérations.

9 S’il est délicat d’évaluer cette érosion, on peut supposer qu’au moins 0,50 m ont disparu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de la zone d’étude.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 2 : Sites de la fin de La Tène et de l’Antiquité repérés dans les secteurs 3 et 4 de Marne-la-Vallée.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 3 : Opérations archéologiques au sein de la zone d’étude.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 4 : Occupations laténiennes, antiques et alto-médiévales dans la zone d’étude.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 5 : Implantation des fossés et bassins dans le micro-relief local.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 908k
Titre Fig. 6 : Plan et coupes du fossé 32 et de ses décrochements.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 : Plans des fossés 11 et 12.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 8 : Plans, coupes et dimensions des fossés 10 et 27.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 9 : Coupes de différents fossés.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 10 : Plan et coupes du fossé 33.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 11 : Plan et coupes du fossé 30.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 12 : Plans des fossés 11 et 12 et de leurs aménagements, profi ls schématisés.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 13 : Vues de surcreusements au fond du fossé 11.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 14 : Plans et coupes du fossé 10.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 15 : Coupes de fossés recoupés par des fossés à profi l en V.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 16 : Plans et coupes de fossés présentant des étranglements.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 17 : Plans et coupes des excroissances.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 18 : Dimensions et espacements des excroissances.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 19 : Plans et coupes des appendices des fossés 11 et 12.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 20 : Vue en coupe d’une excroissance du fossé 10.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 21 : Vue de l’appendice 1 du fossé 11 depuis l’est.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 22 : Coupes de différentes mares.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 23 : Jonction entre le fossé 6 et le bassin 19.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 24 : Implantation des chemins modernes par rapport au système fossoyé antique.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 25 : Plan du site 7 recoupé par le système fossoyé.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 26 : Structures ayant livré des indices antiques.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 27 : Plan de l’enclos du site 3.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 28 : Schématisation de l’implantation des fossés.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 29 : Orientation des axes directeurs des fossés.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 30 : Réseau de fossés de grandes dimensions à Bussy-Saint-Georges et dans les communes alentours.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1920/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 975k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johann Blanchard, « Un réseau de fossés antique original au nord-ouest du plateau briard : nouvelles observations réalisées à Bussy-Saint-Georges (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne) », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 52 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/racf/1920

Haut de page

Auteur

Johann Blanchard

Inrap, Centre archéologique de Pantin, 32 rue Delizy, 93694 Pantin cedex

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page