Navigation – Plan du site
Carte localisation Couturier
Articles

L’approvisionnement en eau de la ville de Meaux antique : fouille d’un tronçon d’aqueduc à Villenoy (Seine-et-Marne) et premier bilan

Water supply in the ancient town of Meaux : excavation of a section of aqueduct at Villenoy (Seine-et-Marne) and first assessment
David Couturier, Olivier Bauchet et Gilles Fronteau
p. 231-261

Résumés

Bordée par une rivière, la ville de Meaux antique a certainement puisé dans cette ressource pour son alimentation. Néanmoins, la présence des puits montre qu’elle n’était pas suffisante. La construction d’aqueducs témoigne de nouveaux besoins et de son urbanisation, certainement en relation avec la mise en place d’infrastructures publiques nécessitant une alimentation constante comme les thermes et les fontaines. La réalisation d’une fouille préventive à Villenoy, commune voisine de Meaux, a procuré l’opportunité d’étudier l’un d’entre eux. La bonne conservation de ces vestiges a permis d’identifier les principales caractéristiques techniques de cette petite adduction et d’appréhender au moins un état de réfection. Ces observations viennent compléter d’autres découvertes plus ponctuelles. La chronologie de cette installation mérite toutefois d’être précisée, tout comme sa ou ses source(s) d’alimentation. L’étude des concrétions a permis de reconstituer la succession des phases de fonctionnement.

Haut de page

Texte intégral

1L’implantation de la ville de Meaux - Ia(n)tinum, chef-lieu de cité des Meldes, au cœur d’un méandre de la Marne (Fig. 1) traduit bien l’attirance pour le voisinage de l’eau (Bedon 2008 : 103). Le glissement opéré entre l’habitat groupé gaulois de La Tène D1a, installé, en amont, dans la boucle de Beauval, sur la commune de Poincy (Poyeton 2012 : 147) et l’agglomération qui naît à partir de la fin de l’époque gauloise (Couturier 2009) montre que ce tropisme est bien ancré. Si l’accès à l’eau peut ainsi sembler aisé, il n’en a pas moins été complété par des apports plus lointains.

Fig. 1 : Plan schématique de la ville de Meaux antique, localisation des aqueducs et des sites mentionnés.

Fig. 1 : Plan schématique de la ville de Meaux antique, localisation des aqueducs et des sites mentionnés.

(© Nathalie Gomes, Marie-France André, Olivier Bauchet, Inrap)

L’eau de proximité : la rivière et les puits

La rivière

2Si l’usage de puiser de l’eau dans une rivière est attesté pour la ville de Rome avant la construction du premier aqueduc en 312 av. J.-C. (Frontin Aq., IV), il est encore rappelé pour Lutèce au milieu du ive s. (Julien Mis., 7). Par ailleurs, la législation romaine de la même époque cherche à éviter la pollution de l’eau des rivières en amont des agglomérations, ce qui nous renseigne sur la protection d’une ressource utilisée pour la consommation humaine (Rougé 1982 : 113). Son utilisation a perduré longtemps et à Meaux même, le pompage des eaux de la Marne a continué jusqu’à la fin du xixe s. (Morot 1893 : 50-54). À Paris, jusqu’au xviiie s. les eaux de la Seine répondent sans doute à l’essentiel des besoins en eau (Roche 1984 : 386).

Les puits

3Outre le puisage dans la rivière qui ne laisse que peu de traces archéologiques, le moyen le plus courant pour accéder à l’eau est certainement le puits. Pour l’époque antique, la reconnaissance des puits peut sembler de prime abord aisée, du fait de la présence d’un parement en pierre. Néanmoins, leur identification se heurte à plusieurs obstacles. La récupération de la partie supérieure des parements est le moindre. Pour les périodes les plus anciennes, le parement semble absent et remplacé par un cuvelage en bois qui n’est pas conservé en raison de la variation du niveau de la nappe phréatique. Aussi la confusion avec des puits d’extraction de matériaux (sable et gravier) est possible.

4En définitive, nous sommes contraints de ne retenir comme puits à eau que les exemples parementés, profonds, tout en sachant que ce postulat est forcément réducteur. En outre, leur datation est on ne peut plus délicate et bien souvent seul leur abandon peut être daté.

5Si le nombre de puits découvert à Meaux est difficile à estimer, les fouilles récentes apportent un éclairage quant à leur disposition au sein de l’habitat.

6Les opérations archéologiques effectuées à Meaux par l’archéologie préventive permettent d’esquisser les modalités d’urbanisation de la ville antique : le processus, amorcé à l’époque augustéenne, est initié par la mise en place du réseau viaire associé à des structures excavées linéaires profondes, d’abord interprétées comme des fossés parcellaires, mais qui pourraient correspondre à un réseau d’égouts cuvelés en bois (Couturier 2008 : 205). L’habitat est difficilement perceptible tant en raison de sa nature (bâtiment sur poteau et sablière) qu’en raison de recoupements postérieurs. Aucun puits ne peut être attribué de façon formelle à cette période en dépit de la présence de creusements cylindriques profonds non identifiés.

7À l’instar de l’introduction de la pierre dans la construction civile, l’utilisation de parements en pierre est délicate à cerner précisément dans le temps : si cette dernière est attestée, pour la construction des caves, dans la deuxième moitié du ier s., on constate que l’emploi des matériaux périssables (bois et terre) perdure jusqu’à la fin du ier et le début du iie s. Pour les puits, si les parements sont présents dans le courant du ier s., la plupart des contextes sont datés des iie-iiie s.

8La distribution des puits par rapport à l’habitat montre que, dans le cas d’une urbanisation en front de rue, telle qu’elle apparaît au nord de la ville antique, sur le site du 25 rue Saint-Fiacre, les puits sont localisés à l’arrière des bâtiments et en fond de parcelle, dans des espaces non construits que l’on peut interpréter comme des jardins ou des cours. La densification de l’habitat, en lien avec la “ pétrification ” des constructions, s’accompagne ainsi de l’installation de cours dans lesquelles les puits occupent une place toute particulière.

9En définitive, il est délicat d’évaluer la part respective, concernant l’accès de proximité à l’eau, du puisage dans la rivière et du captage dans la nappe phréatique. La rivière n’est clairement pas suffisante ; en témoigne le cas de l’agglomération antique de Jouars-Pontchartrain (78), traversée par la Mauldre : la présence de la rivière au cœur de la ville n’est ici pas incompatible avec la présence de puits à eau parementés, que l’on retrouve aussi bien en fond de parcelle (arrosage des jardins ?) qu’au cœur des îlots (Blin 2007).

Les aqueducs

L’aqueduc de la plaine Saint-Faron

10La section d’un aqueduc de petit gabarit a été découverte en 1959 entre la ruelle des Capucins et la chapelle des Visitandines (Desbordes 1961) (cf. Fig. 1).

11Il est orienté NE-SO. La canalisation est faiblement enterrée (0,75 m sous la surface) et est aménagée dans une maçonnerie en U. Celle-ci est constituée de blocs liés au mortier de tuileau. Le fond est construit avec des tegulae jointives, disposées dans le sens de la largeur et également liées au mortier de tuileau. Un joint de même nature, disposé en quart-de-rond, assure l’étanchéité entre le fond et les parois. Le canal est large de 0,35 m au sommet et de 0,15 m à la base, pour une hauteur de 0,32 m. Sa couverture n’est pas conservée. En limite est d’observation, trois petites ruptures de pente (0,04 à 0,05 m de dénivelé) ont été aménagées. En aval de ce dispositif, le conduit se rétrécit dans un premier temps puis devient circulaire (diamètre 0,05 m). Pour l’auteur de la découverte, cette transformation est liée au passage sous un cardo. En l’absence de renseignements directs, on peut supposer que cet aqueduc était alimenté à partir des sources de Crégy situées plus au nord et qui sont largement utilisées aux périodes postérieures (Bauchet, Couturier et Paccard 2011). Son débouché est inconnu. La chronologie de son fonctionnement n’est pas documentée.

12Plus au sud, la découverte d’une conduite en bois sur le site du 23 boulevard Jean Rose (cf. infra) nous renseigne indirectement sur la présence d’un bassin de répartition. Toutefois, rien n’indique qu’il soit alimenté par l’aqueduc de la plaine Saint-Faron. De même, la présence des thermes (cf. Fig. 1) implique certainement celle d’une adduction.

L’aqueduc de Villenoy

13Sa présentation intégrera les découvertes d’aval en amont.

Au 46 bis de la rue Sadi Carnot

  • 1 Nous remercions vivement M. Sevrain qui a accepté de déclarer sa découverte et nous a permis de réa (...)

14Cette section étudiée en 20081 se trouve à moins de 5 m de la rue Sadi Carnot (Bauchet 2008). Le canal (specus), réalisé en béton, mesure 0,32 m de largeur, pour une hauteur de 0,30 m (soit une section mouillée de 0,096 m²). La largeur totale de la maçonnerie varie de 0,89 à 0,94 m. Le fond du conduit est à 67 m NGF (Fig. 2). Les coupes n’ont révélé aucune trace de creusement de part et d’autre de l’ouvrage. L’irrégularité de la surface externe du specus laisse supposer que le béton a été coulé directement contre le creusement du conduit. La surface est lissée sur les faces internes et sommitales des parois et est irrégulière sur le fond du canal. Les deux piédroits sont recouverts d’un dépôt carbonaté atteignant par endroit 0,01 m d’épaisseur sur 0,20 m de hauteur.

Fig. 2 : L’aqueduc de Villenoy au 46 bis de la rue Sadi Carnot.

Fig. 2 : L’aqueduc de Villenoy au 46 bis de la rue Sadi Carnot.

(© Olivier Bauchet, Inrap)

15Les maçonneries étaient recouvertes de limon brun sur 0,40 m d’épaisseur. Le conduit était comblé par ce même sédiment, totalement stérile en mobilier. Le bouleversement d’une partie de la maçonnerie laisse supposer que l’aqueduc a été perturbé, probablement lors d’activités agricoles précédant le lotissement de la rue qui intervient au début du xxe s. Un bloc de meulière surmontant les deux piédroits en béton a tout d’abord été pris pour une dalle de recouvrement, mais les traces de mortier qu’il portait sur sa face postérieure trahissaient sa position secondaire. À l’origine, il devait participer à la confection des parois d’un deuxième état, comme ce qui a été observé sur le Parc d’Activités (cf. infra). Ce même aqueduc a aussi été retrouvé derrière une des maisons voisines (no 52), à l’occasion de travaux d’extension (véranda). Ces quelques indications permettent d’établir que la section locale suit une orientation vers le nord-nord-est.

Découverte ancienne

  • 2 Bibliothèque diocésaine de Meaux, 84.311, pièces 280 à 286, et Denis 1849.

16Un autre tronçon a été identifié 430 m plus au nord-est. Il a été découvert vers 1845 à l’occasion des travaux réalisés sur la nouvelle chaussée de Paris. Pour rendre la pente de cette route moins raide, des travaux de décaissement ont été entrepris sur les flancs de la butte. Cette découverte est relatée par l’abbé Frédéric-Auguste Denis dans ses notes manuscrites et dans une notice parue peu de temps après2. Il indique que ces vestiges ont été retrouvés “ à l’entrée, sur la droite, de la tranchée inférieure que l’on vient d’ouvrir ; et presque à la hauteur de la grande auberge qui se trouve de l’autre côté de la route ”. Ces précisions topographiques permettent de localiser les vestiges observés au no 12 ou 14 de la chaussée de Paris (côté nord).

17La description de l’ouvrage maçonné semble à peu près conforme à ce qui a été retrouvé sur le Parc d’Activités et au 46 bis de la rue Sadi Carnot (cf. supra). Cependant, il faut noter certaines imprécisions dans les dimensions présentées dans les notes de l’auteur ou dans son article (Tabl. 1). La nature de l’ouvrage est en revanche décrite de la même manière. Le massif de maçonnerie était composé de petites pierres, de sable et de chaux. L’absence de béton romain dans son vocabulaire ne doit pas forcément conduire à penser qu’il n’existait pas. Il précise d’ailleurs que “ le tout est fortement compact ”. La présence de petites pierres peut aussi s’apparenter à la maçonnerie du deuxième état perçu sur le Parc d’Activités. Il ajoute que ce conduit était dépourvu de voûte. Il pense que la couverture d’origine était constituée de larges dalles, comme celles qui ont pu être mises au jour dans un terrain voisin.

Tabl. 1 : Caractéristique de la section d’aqueduc retrouvée à la chaussée de Paris selon les notes et l’article de l’abbé Denis.

Tabl. 1 : Caractéristique de la section d’aqueduc retrouvée à la chaussée de Paris selon les notes et l’article de l’abbé Denis.

18L’ouvrage adopte la direction “ du côté de Villenoy vers la route ” (sud-nord), ce qui revient à dire qu’il suit encore les courbes de niveau. D’ailleurs, l’auteur admet ne pas pouvoir discerner la moindre pente. Il perçoit en revanche une légère courbure vers l’est. Peut être, ce changement de direction annonce-t-il l’alignement du conduit sur l’ancienne chaussée de Paris située plus au nord. Avant que les travaux de canalisation de l’Ourcq ne viennent le couper, ce chemin, qualifié d’antique par de nombreux auteurs (Desbordes 1959 : 238-239, Griffisch, Magnan et Mordant 2008 : 936), s’incurvait vers le nord-est pour descendre ensuite la forte pente (11 %) et rejoindre en contrebas l’avenue Gallieni. Mais, peut-être l’aqueduc passait-il sous la voie et continuait son cheminement sur les coteaux abrupts de la vallée de la Marne ? Quelle que soit l’orientation adoptée, l’aqueduc devait nécessairement devenir aérien pour franchir l’ancien bras de la Marne et alimenter la ville d’Iatinum. Le pont médiéval de Saint-Rémy qui existait encore au xviiie s. reprenait peut-être son tracé. Le décaissement de la nouvelle chaussée de Paris sur près de 16 m de large avait aussi permis aux ouvriers de dégager un bassin et un regard démontés avant que l’abbé Denis ne puisse en faire une description détaillée. Nous ignorons quelle fonction pouvait avoir le bassin. Il paraît peu vraisemblable qu’il ait servi à collecter les eaux d’un autre aqueduc, car il n’y a pas de sources connues en haut de cette butte. Peut-être s’agit-il d’un bassin de décantation ?

La fouille du Parc d’Activités du Pays de Meaux

  • 3 Nous remercions vivement les participants à cette fouille : Olivier Bauchet, Alain Berthier, John C (...)
  • 4 La présence d’une piste de chantier a entraîné la création de deux secteurs (est et ouest). Une cou (...)

19L’opération préventive conduite en 20093 (Couturier 2010a), fait suite au diagnostic préalable au projet d’une ZAC qui a permis de repérer l’adduction enterrée (Durand 2009). La prescription prévoyait le décapage de l’aqueduc sur une emprise étroite (10 m) et la fouille des regards et des structures apparaissant sous le décapage. L’aqueduc – du moins sa tranchée de fondation – a été reconnu sur une longueur de 368 m4. Vingt sondages ont été réalisés en relation avec la recherche des regards. La mise en évidence du faible recouvrement de la canalisation dans la partie ouest a permis son dégagement sur une longueur de 58 m. Elle est orientée NO-SE et bifurque ensuite sur un tracé ouest- est (Fig. 3).

Fig. 3 : Plan général de l’aqueduc de Villenoy sur la fouille du Parc d’Activités du Pays de Meaux.

Fig. 3 : Plan général de l’aqueduc de Villenoy sur la fouille du Parc d’Activités du Pays de Meaux.

(Nathalie Gomes, Inrap)

20Nous évoquerons dans un premier temps le fossé bordier puis les deux états de l’aqueduc. L’analyse des concrétions calcaires fera l’objet d’une présentation très détaillée. Nous aborderons ensuite les regards et nous terminerons par les réutilisations de l’adduction au Bas-Empire.

– Un fossé bordier au sud

21Il a été repéré dès la phase de diagnostic : il est situé au sud de l’aqueduc et son tracé lui est parallèle. La distance séparant le fossé de la tranchée d’installation de l’aqueduc varie de 3 à 6 m. La largeur du fossé est de 1,20 m et il présente un profil en auge (profondeur : 0,20 m). Son comblement n’a pas livré de mobilier qui aurait pu affiner l’attribution chronologique faite au diagnostic (ier-iie s.). Le parallélisme des deux tracés semblerait indiquer la contemporanéité de leur mis en place. Il s’agirait, en ce cas, d’une limite signalant la bande de terre dévolue à la protection de l’ouvrage (Frontin Aq. : 129). Ce fossé, éventuellement associé à une haie, pourrait aussi témoigner d’une limite parcellaire héritée du tracé antique. L’absence de tracé symétrique au nord est à relever : l’aqueduc de Reims a par exemple un fossé bordier de part et d’autre (Rabasté et Ardhuin 2011 : 66). Il faut noter que le diagnostic a révélé pour le site de Villenoy une occupation antique côté sud. Toutefois, la faible largeur de l’emprise de fouille n’a pas permis de valider cette information et invite donc à la prudence.

– Premier état de la canalisation

22Si deux états de construction ont été clairement distingués, les données recueillies concernent essentiellement le deuxième état qui s’est superposé à la canalisation initiale.

23Pour la tranchée d’installation, aucun recoupement n’est perceptible, ce qui amène deux hypothèses :

  1. soit la tranchée liée à la réfection a repris à l’identique le gabarit de la tranchée initiale ;

  2. soit cette tranchée a outrepassé les limites de la tranchée du premier état.

24Elle a en tout cas été difficilement perçue, vu la faiblesse de la largeur décapée et le faible contraste du remplissage par rapport à l’encaissant : cette dernière donnée nous renseigne sur un stockage des déblais à proximité et leur réutilisation lors du rebouchage.

25Le niveau d’apparition de la tranchée d’installation se situe sous la terre végétale à l’ouest et sous une couche de colluvions, épaisse de 0,65 m à l’est. Sa largeur varie de 2,50 m côté ouest à 5,50 m côté est pour une hauteur conservée au-dessus de la conduite de respectivement 0,75 m (sondage 20) et de 2,60 m (sondage 19) (Fig. 4). Son profil est évasé à partir du sommet jusqu’à la canalisation, puis en U. Son comblement, qui présente peu de variation, est composé de limon brun. Il se caractérise par une absence quasi totale de mobilier.

Fig. 4 : Coupe de l’aqueduc aux extrémités de la fouille du Parc d’Activités du Pays de Meaux.

Fig. 4 : Coupe de l’aqueduc aux extrémités de la fouille du Parc d’Activités du Pays de Meaux.

(Patricia Guinchard-Panseri, Inrap)

26Le premier état de la conduite est constitué d’un canal (specus) aménagé dans une maçonnerie en béton (Fig. 5). Un radier est coulé et damé sur un hérisson de cailloutis siliceux épais de 0,18 m (Fig. 6). On observe que si celui-ci est présent dans le sondage 20, il est en revanche absent du sondage 1. Cette différence est peut-être liée à la nature du terrain encaissant : là où les constructeurs antiques ont rencontré le terrain natulne t

Fig5 2 : les deux étatt superpossus de la conduitets détase des concrétioux.

Fig5 2 : les deux étatt superpossus de la conduitets détase des concrétioux.

(Davidt, Couturiri, Inrap)

Fig6 2 : un hérisson de fondatioe du premier étus de la conduit(vurie du resss)ux.

Fig6 2 : un hérisson de fondatioe du premier étus de la conduit(vurie du resss)ux.

(© Olivier Bauchet, Inrap)

97 2 852)t n’est pat perceptible du moin à l’aucuillmamicrcospntiquep Pour ldroduction de Villenal. Les parois du canis sonaimpli des maes nos pe failement sliséeeent recouvertes d’unaffine couche dehc aux et de sablfisin.

Fig7 2 M mortier da maçonnerie de l’aquedu(r étu152), rar defuvréments da terrcnduiir issabletrs élémente calcaire(damont ic tubnce dD"tiupaeennsotectioe traleveoca09).umrnièrpogulasnnée ion analntée.

Fig7 2 M mortier da maçonnerie de l’aquedu(r étu152), rar defuvréments da terrcnduiir issabletrs élémente calcaire(damont ic tubnce dD

(Gouille">FroeauUn leveéité de Reiap)

ilhaouchs 8. 3 22) 1. Cetts circusatiurl’eaun relavivement nsintaeenlegerné lanformatios de concrétions calcairal. Pouépaisseu atttent umaximumte d0,0,94 mC deh dirée clutù les concrétione du deuxième étal. Poutuaidee par l’un e nous (cf. infra

  • (...)

25 2 1120) e, N hérAeillr),ns sle tuisIcientrges ont étsppréaellemenéconfectionnéee pout serres de couverturs (Dnoyevehe 1. 3 7386).

Fig008 s teguraFig008 T>teguaéconcrétinchée intélie)n dans la maçonnerie du rega 14x.

(Davidt, Couturiri, Inrap)

D deuxième étne:ar uneurémeisation de lécacéiton

Fig9ue D détase ns la maçonnerie d’ut piédrone du deuxième étae.

Fig9ue D détase ns la maçonnerie d’ut piédrone du deuxième étax.

(Davidt, Couturiri, Inrap)

et0011 5007).

Fig01ue D détase ns ls couvertuns de l’aquedae.

Fig01ue D détase ns ls couvertuns de l’aquedax." />

(>(Patricia Guinchard-Panserieme>(Nathalie Gomes, Inrap)

Fig02 2 : les dallns calcaireextroiner desss-solns par lee terfoerements liés xes travaae.

Fig02 2 : les dallns calcaireextroiner desss-solns par lee terfoerements liés xes travaax." />

(Davidt, Couturiri, Inrap)

97 2 8) 1. velui-ca-a-cuilld été évurie dèsd’origine Unar exemplirritiaase ne pet aqueduruéra, comme cuise ns l. Couturier 99 3 738at montre c,et dans un l systxièms de couvertues, lee tnost lesntcore lesaveldenits sont pas forcément comblrtes avec au morti2), à moine que l’o inissade leutilisatioe d’Uli tan, bphase de lim oues d laili r qui auraia été déadité n pu6).

Fig13 2 : les dallnt recouvertes avec au mortieetou l d laili ouverae.

Fig13 2 : les dallnt recouvertes avec au mortieetou l d laili ouverax.

(Davidt, Couturiri, Inrap)

soit liée s una réfectioeure l’éranchéité de ls couvertuns de l’aquedam. Oa pn obserr, fonntuellemen(e sondag 19e c,et sous la recapage d laili ouver,é le dispositioc as daapage ds couvertunasi étmodalifiue : ssavelden l’éntmone plus) imllemenjuxtaomposedes maet aussi superposir6). Os peue supposer que la réfectiol n’a pas mellemenécsibastt à reccter lesaveldes avec l d laili ouvernt, mait égalemend àllnt rlrfaier.

Rabasté et Ardhuin

20 6:m3 3).

Fig14 2 M mortier de tuile t utilis, fonntuellemenp Pour reccter let piédroone du deuxième étae.

Fig14 2 M mortier de tuile t utilis, fonntuellemenp Pour reccter let piédroone du deuxième étax.

(, Alain Berthier, Inrap)

etCouturihs 99 3 819o pu êtrs associens avec depn he namèurp stnférieous (cf. infra

Fig15 6:m. Ls couvertuns de l’aquedut pentiellement rcuopétesdeux part et d’autre du rega 11 e.

Fig15 6:m. Ls couvertuns de l’aquedut pentiellement rcuopétesdeux part et d’autre du rega 11x.

(, Alain Berthier, Inrap)

Fig16 4 : Cous ouest eouese de sondageae.

Fig16 4 : Cous ouest eouese de sondageax.

(>(Patricia Guinchard-Panseri, Inrap)

Étuai e des concrétio,nt les leverleappu>Rocurp ssfaiblon

s(> 25 2 83-85ir  ( 25 2 89-93)D deuxièmaie,ur l’analyse ue la ccfrorphonoloi e deser voûémentC qui a Poubhaut de caractérirde lorgrbanisati,ue la ccf-="tectueetor leeypuats deaminllns calcaires ( 16 4 147-15,50  ( 25 2 20-48 3  (Froein 2011 81-84)6)Eturparouxièmaie,ur de duaishgchchimogiqseC quomenp Poubhaut dmesgecter lee sig ( 2011 13m17 3  (C lerparoimriodee d’vessagusatiet utilntans slerchnogiqseeans slappu>Rocure différtit,us lu premier émene ele e dicert aver l’analysaranchonologiqus et l’uai e du terra,nt les deus rnavines sont pluaranchosymétriqseeant essentiellemen réalisqseendeabostr vreuc. L’analyse dea ccf="tectudet utilenprGuiipaellemenableot utsan clantiquee ux prpa>Agphiue : Coupbinoircuituesa ccfscooupoptogiq,aa ccfscooupprlecrpanogiqn, bplayapageQu tanadeux uaishgchchimogiqs,ae ElsIl sttaouctan, mesgecte">soit des coa entsatione en élément(SierFq,aMpegK,, , Seriemc.),e">soit dee variatidee dsotopuatstssable(t essentiellemen∆n>ee 5h4 class="texte">

Ar prèemprise dlaé rsl ues let prlètivemesrs ont étsc lién et duliét unset cdrfuloisfsein dobteniour uns surfaclaet plus pe fairp ssfaibp Pour l réalisation de leame-monfa2). Leeames-monfaces ont étn étuditem à la"sire d’da ccfscooupoptogiqrpogulasmonOlymppluBX60,urrr iptué d’ de mopé Tri-CCD S Sy DXP930esjet d’ systxièms deapuctueetou L’analyse licapant(noloficureArchimesut eSpaamte dM ccfvilusi Iconstvemes3).

5h4 class="texte">

Fig17 2 L limieencereeuuu mortier da maçonnerie de l’aquedu(r étg.120) ee pregèles concrétions calcairae.

Fig17 2 L limieencereeuuu mortier da maçonnerie de l’aquedu(r étg.120) ee pregèles concrétions calcairax.

(Gouille">FroeauUn leveéité de Reiap)

E Elle est composendunaffileeaminllns de caduitbe eséri Galsule( 2011 14-15),aoué observeus dans l’aqueduc de Reime (Froeo 2011 81-84)6). Il s’aant prèvaurl mblaomblemene d’una surfac ronction Elleconts let pregèles concrétionbiomiénér deluditem à la mise eile eer srinfl qscesge du conctun avec uu mortier da maçonnert). Un ronctiepnys="i-chimogiqun avec uu mortiea urraian lorà l’origige dscrs picerussi particitier srt pregèleeaminllns de concrétions calcairae.

5h4 class="texte">

Fig18 4 : concrétions calcaireeaminnnsonmacentivueaie pLaorrusetae.

Fig18 4 : concrétions calcaireeaminnnsonmacentivueaie pLaorrusetax.

(Gouille">FroeauUn leveéité de Reiap)

Fig19 6:m. minllns de concrétions calcairnmacentivut eileliésdoxyanois dftiei superposs9).umrnièrpogulasnnée ion analntée.

Fig19 6:m. minllns de concrétions calcairnmacentivut eileliésdoxyanois dftiei superposs9).umrnièrpogulasnnée ion analntéx.

(Gouille">FroeauUn leveéité de Reiap)

5h4 class="texte">soiun picernussadeu miiantiq,e">sois sla r ri Galsusationccooètis2). Leeaminllnnits sonobsessablee unhe d= prèa troite ructeset sane sennuéité danr sreiellemes. LaoroeéitÀe t- séfst lee rbouaitsnest prèfovertF (Fig.21). d’épaisseu, totage dscorte partis de lsrrr qsceas de concrétiat esn relavivemenicomrontabl(sntcor1es e,32cmep Pour ue premier ét,snviuer 232cmep Pour uu deuxième ét,et jusqu’3,5,50cmep Poucuveotasrt prlètivemesr réalisse, sur ln tui)a>C les concrétions son) aezde ficiree à prlevrrmplntuellemencacsscorte partis de lser voûémest esn relavivementenérleam à l’verse,etveldes peemennea pasurappoeour srt prlètivemesrt pacacf=aapaae.

Fig21 4 : concrétionb puieconoies,saorruses,et saneilelis dmiéné auxpatiqu9e.

Fig21 4 : concrétionb puieconoies,saorruses,et saneilelis dmiéné auxpatiqu9x." />

(Gouille">FroeauUn leveéité de Reiap)

5h4 class="texte">

5h4 class="texte">Agphee sa reura">1/: construction deaet par e de l’aquedus aveuclu mortier dshc a,ne seenrieeut peu de tequeuduitbroychbreer sr>Agrutultix prlevdisus dandeslanforsations supifficuable(tt)t iot dans unlustrehgchnolotiqusppréfotiqud au blustr2). Let parois son)planntsumamait ios pe failemena slisrae.

2/D déloppamaieer d’dfilmtu da cadnnd à la surfacn au mortie) ee pregèla mise eile.D déloppamaieer d’ttsr voûtmueilmtmétriqnu da caduitbe eséri Galsul,, fonnnnédeà troit séfst lee rbouaitse.

3/D déloppamaieer ses concrétio biomiénér demacentivu(=ypé1),eit mgnaieer d’ttsr rosasenct faibleans se sennuier.

4/ Rrréfectioeure l’aquedu(e construction de lr étg.2 ?)08 de niveau d laili siltrusece seenrieer sr>Agiionu dsssablemarqnade le limientcore lesadeueypuats ds concrétio>). Cs ségemene incere, pourraiécorresporent àuCs ségementcoité danr l’aquedun lors dsanehphase drrréfectier.

5/D déloppamaieer ses concrétio biomiénér deb traniqseeanaopétevu(=ypé22a>E Elres ient prèi r ri Galsuls eennet montsont pae de niveau d l poumarqnnne,aeuredeoxyanois dfti9). Cettaorphonoloi e die c da li pLeropocplle e déloppamaieer srser voûémen,et sanmaieideesére (paled d l pouayclotiqutudu fonctionneme, e dbrait plustssabrr que lorsuustsde 1 ?)er.

6/ F pex urnce its concrétion,aeuucleilelisdoxyanois dfties ea présence drilemesdoéentnnsrs oe eeome,st composses d micraiguivelonu da cadui6)Cnes élémentmarqnaieeea finutudu fonctionnemene enrrimeLph créagiqes etta mish lors delens de l’aquedaEneot tunts qugiqsen comblemesdoéentnnsru d laili siltruse,etscelieep pentiellemenr srtoutLe au sein ses concrétiod), ce querrriguntrdn comblemenécooetin de canae de l’aquedut purent d laili f teurigiusi siltiusi2). Leséri Galsusatione e micraiguiveld,ee dicédeà rcolisatioe dem au sont prèaeund, éloppssra>E Elres ientscennse,aeuredeaccumulriatide lailo-e limrusetae. Le canaers fone obalablemenebastecouvelt peu de mpttetie l’estpa>Accenvllemenécombled Cs ségemeae.

. Leu regalon

Fig24 2 Alaieianoisudu fdin de canaeans stasensle t-u rega9e.

Fig24 2 Alaieianoisudu fdin de canaeans stasensle t-u rega9x.

(NathahaliGomld,e, Inrap)

5h4 class="texte">

Fig26 4 Planle du rega 17ae.

Fig26 4 Planle du rega 17ax.

.

e leR7,u15,16rsje17nnits sontaonrnl ignnno ">e leu regal a impemenipour sdpudiédroone du deuxième étt(R1eg2es e1366)P pe-tio viissasuune constructioimpenférieurà lxht auagemenn re l’aquedus et e la mise etlacuteynchronnce d’une pregèrxupérut du regard?).

.

Fig27 2 La urfacoueee du rega 17ae.

Fig27 2 La urfacoueee du rega 17ax.

(Alrra Buvehrti2), Inrap)

Fig28 4 n Les deue étsrn re lm maçonnerie du rega 10ae.

Fig28 4 n Les deue étsrn re lm maçonnerie du rega 10ax.

(Alrra Buvehrti2), Inrap)

Fig29 6:mDavelna découvertm au sommetulu regau15ae.

Fig29 6:mDavelna découvertm au sommetulu regau15ax.

(Daév Couertrti2), Inrap)

. La rt utilusatihe de l’aquedusumBas-Empvooon 5h4 class="texte">

.

Fig30 4 : upestulu remilissagtulu regau9ae.

Fig30 4 : upestulu remilissagtulu regau9ax." />

(Daév Couertrti2), Inrap)

Fig31 4 Vuehgchénér ne de lsrrpulieuce.

Fig31 4 Vuehgchénér ne de lsrrpulieucx." />

(Daév Couertrti2), Inrap)

  • 1017

. l, pigiuxLaroblxièms d lshronnoloeon

08 6:m82)neenc cuiorede Villeneneufrraitaonexcepucti6)T tontlb ga,nl Lcnémntiqnrecutrehalin lors da fouil sene digsenu(21 tt etionsofoeracts)reel n tor misaucun p/cfan tchronnolotiq6)Paeuareirieu,ee la tranchée l’ri Gaisatieneut recpisaucuneustructuearanchonologiqaatnférieeus et l mpmprisrparttus àlie teemeatien n taons>pernte deoperld l’eementuelssri Gaisatideludi srxlaun ortis :np potame,uil niannonostcavuraie mse en évideneu uaffesseeéme e diavelons calcairnm auuans de l’aqueda). suxtonctieipoutlacutcnet uts fon êtrattebastune c aaiea dfrut,ed ="titce dhypoththè2r.

06a 6:m82 ; > 06 b11 166) !e.

Uune prise lveaideoeugcuveotaeon

Fig32 4 nbléalasitiiredes pocusue dba ainoru Ruuin mmet onrpanmaçone de l’aqueducframo ipouu fdinutcavertgchonologiqa(BRGM)ce.

Fig32 4 nbléalasitiiredes pocusue dba ainoru Ruuin mmet onrpanmaçone de l’aqueducframo ipouu fdinutcavertgchonologiqa(BRGM)cx." />

(OlivemieBacouct2), Inrap)

. Untimomronsont ttusud (e19 2s.il a étéeopét, àroximoit,ns de l’autre côtsuda d dlrnSorculièeF ( 08 6:m940-9412r.

06 6:m83-84)es oCah lorF (1226a>neenc n-smgrnnelaat présencp entantielnd ds pocusu, àroximoit,ne ee particitiey sul La soun oe dMarnuil-elsuMtvexuF ( 08 6:m740-743). Lrnealasitiid dsana mise etlacutcnet utt êtrappcéhefddio9 Suileoueeentaemenn detrn riram à lun oe snddtructil,emuc s élémeeextgfaibal n t étéeopét danr srmulaiplse, svtreiasensa>S me uniioeouneit mgnehe d’ mchaarremenhydpaulogiqaa auua-oueee décooexu e.

)Euil se n posndunauedelt ru mpodliertamenr lt èaeoe côtÀe. AuLn ga,nilel s’aans d’untueicuratilcconstroern avee lenrntiqleludi srea mortinuedtuilive>)Euil a aussdprbordiru mpodéentot mmetprbocouchsteu ba ainoreanfotorearigrcuvoo amchaaisss avee de llailentuvei. Vrrronogiq Gaoton-Brut C qui a uaoos c onecsemblnseropppoee de lie ta prltieémm una moetaen,rivnn F ( 11 4 752r.

h1h4 class="texte">mHrutse aageM)Agphyow" classsfecties"> h2h4 classsfecties">

Andrieu 1997

Andrieu J.-L. - Techniques de construction des aqueducs sur les territoires des cités romaines de Béziers et de Narbonne, in : Bedon R. (éd.), Les aqueducs de la Gaule romaine et des régions voisines, Caesarodunum, XXXI : 73-108.

Ardhuin, Balmelle et Rabasté 2011

Ardhuin M., Balmelle A. et Rabasté Y. - L’eau à Durocortorum (Reims) à travers les aménagements hydrauliques, in : Abadie-Reynal C., Provost S. et Vipard P. (dir.), Les réseaux d’eau courante dans l’Antiquité. Réparations, modifications, réutilisations, abandon, récupération, Actes du colloque international de Nancy (20-21 novembre 2009), Presses Universitaires de Rennes : 147-158.

Bailhache 1983

Bailhache M. - Étude de l’évolution du débit des aqueducs gallo-romains, in : Boucher 1983 : 19-49.

Bauchet 2008

Bauchet O. - Villenoy, 46 bis rue Sadi Carnot, rapport de sondage archéologique (consultable au SRA Île-de-France).

Bauchet, Couturier et Paccard 2011

Bauchet O., Couturier D. et Paccard N. - Les adductions de Meaux, rapprochement des sources archéologiques et textuelles, Archéopages, 32 : 72-79.

Bedon 2008

Bedon R. - Les villes des Trois Gaules et leur recherche d’une proximité de l’eau : gestion des atouts et des difficultés créés par la présence de rivières et de marécages, in : Hermon E. (dir.), Vers une gestion intégrée de l’eau dans l’empire romain, Actes du colloque international, Université Laval, octobre 2006 : 99-106.

Blin 2007

Blin O. - Le Tremblay-sur-Mauldre, in : Barat Y. - Les Yvelines-78, Carte archéologique de la Gaule, 78, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme.

Bobée et al. 2011

Bobée C. Huon S., Guendon J.L, Salomon C., Gébara C., Michel J.M., Regert M. - High resolution (PIXE) analyses of carbonate deposits in a roman aqueduct (Fréjus, SE France): Implication for the study of palaeohydrological variability and water resources management in southern Gaul during the roman period, Archaeometry, 53, 2: 241–260.

Boucher 1983

Boucher J.-P. - Journées d’études sur les aqueducs romains, Actes du colloque de Lyon (26-28 mai 1977).

Burdy 1996

Burdy J. - Lyon, l’aqueduc romain du Gier, Préinventaire des monuments et richesses artistiques, Département du Rhône.

Carbon et al. 2005

Carbon D., Fabre G., Volant P., Fiches J.-L., Levret A., Combes P. - L’aqueduc de Nîmes dans la haute Vistrenque : Analyse interdisciplinaire d’un tronçon souterrain, Gallia, 62 : 69-86.

Carlut et al. 2009

Carlut J., Chazot G., Dessales H., Letellier R. - Trace element variations in an archeological carbonate deposit from the antique city of Ostia : Environmental and archeological implications, C. R. Geoscience, 341 : 10–20.

Couturier 2008

Couturier D. - Nouvelle approche du réseau viaire de la ville de Meaux antique (Seine-et-Marne), Revue archéologique d’Île-de-France, 1 : 191 - 208.

Couturier 2009

Couturier D. - La fouille du 23, boulevard Jean Rose à Meaux (77), in : Actes des Journées Archéologiques 2007, Service Régional de l’Archéologie d’Île-de-France : 85-87.

Couturier 2010a

Couturier D. (dir.) - Île-de-France, Seine-et-Marne, Villenoy, Parc d’Activités de Meaux. Un aqueduc antique, rapport de fouille archéologique (consultable au SRA Île-de-France), INRAP Idf, déc. 2010, 159 p, Figs, 1 plan h.t.

Couturier 2010b

Couturier D. (dir.) - Île-de-France, Seine-et-Marne, Meaux, La fouille du 25 rue Saint-Fiacre /124 rue de Châage, rapport de fouille archéologique (consultable au SRA Île-de-France), INRAP Idf, juin 2010, 2 volumes, Figs, 1 plan h.t.

Denis 1849

Denis F.-A. - Mémoire sur un aqueduc romain et sur d’autres vestiges d’antiquités dans les travaux de terrassement du chemin de fer, Société d’agriculture, de sciences et d’arts de Meaux, publications de mai 1845 à juin 1847 : 119-120.

Desbordes 1959

Desbordes J.-M. - La cité des Meldes : recherches sur les limites et sur la répartition de l’habitat, s.l., s.n.

Desbordes 1961

Desbordes J.-M. - Découverte d’un aqueduc romain, Bulletin du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, 1 : 55-60.

Desnoyers 1983

Desnoyers M. - Nouvelles recherches sur les aqueducs de Néris-les-Bains, in : Boucher 1983 : 75-80.

Dubar 2006a

Dubar M. - Recherche et interprétation climatique des microcycles du concrétionnement tavertineux de l’aqueduc romain de Fréjus (Var, France), Quaternaire, 17, 2 : 79-85.

Dubar 2006b

Dubar M. - Approche climatique de la période romaine dans l’est du Var : recherche et analyse des composantes périodiques sur un concrétionnement centennal (ier-iie siècle apr. J.-C.) de l’aqueduc de Fréjus, ArcheoSciences, revue d’archéométrie, 30 : 163-171.

Dujay 1834

Dujay J. - Statistique de Mareuil-lez-Meaux, Meaux.

Durand 2009

Durand J. - Villenoy et Chauconin-Neufmontiers, Parc d’Activité du Pays de Meaux (77) : rapport de diagnostic (consultable au SRA Île-de-France), INRAP Idf, janvier 2009, 316 p, Figs, 1 plan h.t.

Fabre, Fiches et Leveau 2005

Fabre G., Fiches J.-L. et Leveau P. - Recherches récentes sur les aqueducs romains de Gaule méditerranéenne, in : Fabre G., Fiches J.-L. et Leveau P. (dir.), Aqueducs de la Gaule méditerranéenne, Gallia, 62 : 5-12.

Fiches 2008

Fiches J.-L. - Les aqueducs romains, des objets archéologiques complexes et singuliers, in : Guimier-Sorbets A.-M. (dir.), L’eau : enjeux, usages et représentations, Actes du colloque, Paris.

Fronteau 2011

Fronteau G. - Caractérisation et provenance des matériaux, in : Rabasté Y. et Ardhuin M. (dir.), L’aqueduc antique de Reims (Durocotorum), Archéologie Urbaine à Reims, 9, Bull. Société Archéologique Champenoise, 103, n° 4 : 69-84.

Frontin Aq.

Frontin - Les aqueducs de la ville de Rome, trad. P. Grimal, Paris, Les Belles Lettres, 1944.

Guendon et Leveau 2005

Guendon J.L. et Leveau P. - Dépôts carbonatés et fonctionnement des aqueducs romains : le bassin amont du vallon des Arcs sur l’aqueduc d’Arles (Bouches-du-Rhône), Gallia, 62 : 87-96.

Guendon et Vaudour 1986

Guendon J.L., Vaudour J. - Les concrétions de l’aqueduc de Nîmes, in : Travertins LS et évolution des paysages holocènes dons le domaine méditerranéen, Méditerranée, Troisième série, 57 : 140-151.

Goustard 2010

Goustard V. - Île-de-France, Essone, Saint-Chéron, 7 rue du Cheval Blanc (lot B), rapport de diagnostic (consultable au SRA Île-de-France), INRAP Idf, octobre 2010, 52 p, Figs,

Griffisch, Magnan et Mordant 2008

Griffisch J.-N., Magnan D. et Mordant D. - La Seine-et-Marne, Carte archéologique de la Gaule 77/2, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme.

Jaccottey 2006

Jaccottey L. - L’aqueduc d’Arcier, in : De Vesontio à Besançon, catalogue d’exposition : 83-84.

Julien Mis.

Julien - Misopogon, trad. C. Lacombrade, Paris, Les Belles Lettres, 2003, 94 p.

Karst 1997

Karst N. - L’aqueduc de Lutèce, Archéologie en Île-de-France, Bulletin de liaison, 6 : 8-9.

Le Maho 2004

Le Maho J. - Aux origines du paysage ecclésial de la Haute-Normandie : la réutilisation funéraire des édifices antiques à l’époque mérovingienne in : Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumations et édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine, Actes de la Table Ronde du Crahm, 1 : 47-62.

Magnan 2008

Magnan D. - Meaux, in : Griffisch J.-N., Magnan D., Mordant D., La Seine-et-Marne, Carte archéologique de la Gaule 77/2, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme.

Marcille, Cottiaux et Couturier 1999

Marcille C. (dir.), Cottiaux R. et Couturier D. - Île-de-France, Tremblay-en-France / Le Nouret (93) : document final de synthèse (consultable au SRA Île-de-France), AFAN, Service Régional de l’Archéologie, 3 volumes.

Morot 1893

Morot G. - Histoire contemporaine de la ville de Meaux, suivie d’une description sommaire de la rivière de Marne.

Passelac 2005

Passelac M. - Trois vestiges d’aqueducs ruraux gallo-romains dans la partie occidentale de la cité de Carcassonne (Aude), in : Fabre G., Fiches J.-L. et Leveau P. (dir.), Aqueducs de la Gaule méditerranéenne, Gallia, 62.

Pentecost 2005

Pentecost A. - Travertine. Springer-Verlag, Berlin-Heidelberg. 445 p.

Philippe, Viré et Vergison-Rozier 2001

Philippe M., Viré M., Vergison-Rozier G. - L’aqueduc antique de Lutèce, dit “ d’Arcueil ”, Historiographie des recherches sur le segment suburbain, in : Naudet F., Val-de-Marne, Carte Archéologique de la Gaule, 94, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme : 56-72.

Pichon 2009

Pichon B. - Amiens 80 /1, Carte Archéologique de le Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme.

Poyeton 2012

Poyeton A. - Île-de-France, Poincy “ Près le Pont de Trilport, les Longs-Prés-sud ”, rapport de fouille (consultable au SRA Île-de-France), Inrap Idf, 2 volumes, Figs.

Rabasté et Ardhuin 2010

Rabasté Y. et Ardhuin M. - L’aqueduc antique de Reims (Durocorturum), Bulletin de la Société archéologique champenoise, 103, Archéologie urbaine à Reims n° 4.

Rigal 2007

Rigal D. - L’aqueduc de Cahors, in : Filippini A., Le Lot, Carte Archéologique de la Gaule, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres/Maison des Sciences de l’Homme : 60-68.

Roche 1984

Roche D. - Le temps de l’eau rare du Moyen Âge à l’époque moderne, Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 39e année, 2 : 383-399.

Rougé 1982

Rougé J. - La législation justinienne de l’eau, in : Pouilloux J., L’Homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient. II. Aménagements hydrauliques. État et législation. Séminaire de recherche 1980-1981. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée : 383-399.

Société D’archéologie Et D’histoire De La Charente-Maritime 2008 et 2010

Société d’Histoire et d’Archéologie de la Charente-Maritime, Les cahiers de l’aqueduc, 1 et 2.

Sürmelihindi et al. sous-presse

Sürmelihindi G., Passchier C.W, Spötl C., Kessener P., Bestmann M., Jacob D.E., Baykan O.N. - Laminated carbonate deposits in Roman aqueducts: Origin, processes and implications. Sedimentology, DOI : 10.1111/sed.12000.

Verrechia 1999

Verrechia E. - Rapport sur les concrétions carbonatées associées à un aqueduc gallo-romain (site Le Nouret, AFAN Roissy) in : Marcille C. (dir.), Cottiaux R. et Couturier D., Tremblay-en-France / Le Nouret (93) : document final de synthèse (consultable au SRA Île-de-France), AFAN, Service Régional de l’Archéologie, volume 3 (études spécialisées), annexe 9 : 1-19.

Haut de page

Notes

1 Nous remercions vivement M. Sevrain qui a accepté de déclarer sa découverte et nous a permis de réaliser un sondage dans sa propriété.

2 Bibliothèque diocésaine de Meaux, 84.311, pièces 280 à 286, et Denis 1849.

3 Nous remercions vivement les participants à cette fouille : Olivier Bauchet, Alain Berthier, John Cornu, Patricia Guinchard-Panseri et Christelle Seng. Le travail de mise en forme est redevable du travail de DAO/PAO de Nathalie Gomes et la recherche bibliographique a bénéficié du soutien de Pascale Souvant. Christel Delozanne a relu cet article. Que tous trouvent ici l’expression de nos chaleureux remerciements.

4 La présence d’une piste de chantier a entraîné la création de deux secteurs (est et ouest). Une coulée verte, large de 42 m, située immédiatement à l’est de la piste a limité la recherche des regards à la seule tranchée d’assainissement la traversant (sondage 18).

5 L’hypothèse d’une couverture comportant des tuiles a été formulée dès le diagnostic par notre collègue Alain Berthier.

6 Un seul gros bloc de grès a été employé.

7 Il s’agit des montants latéraux prélevés dans le seul sondage destructif (no 20) qu’il a été possible de réaliser.

8 Sans tenir compte de l’érosion des niveaux antiques.

9 Étude réalisée par Louiza Aoudia (doctorante, université de Bordeaux I, bénévole).

10 Luc Leconte, Inrap.

11 http://ficheinfoterre.brgm.fr/InfoterreFiche/ficheBss.action?id=01547X0102/MN0003

12 Son recoupement intervient au moins à partir du Bas-Empire si l’on en juge par la situation du castrum dont le côté sud s’appuie contre le nouveau tracé.

13 Exemple de Reims (Ardhuin, Balmelle et Rabasté : 153).

14 À cet égard, pour la période moderne et par extension pour le Moyen Âge, la nature du matériau utilisé par les tuyaux (en céramique) et les modalités de construction (utilisation du mortier de tuileau) facilite clairement la reconnaissance des adductions (Bauchet, Couturier et Paccard 2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan schématique de la ville de Meaux antique, localisation des aqueducs et des sites mentionnés.
Crédits (© Nathalie Gomes, Marie-France André, Olivier Bauchet, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 2 : L’aqueduc de Villenoy au 46 bis de la rue Sadi Carnot.
Crédits (© Olivier Bauchet, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Tabl. 1 : Caractéristique de la section d’aqueduc retrouvée à la chaussée de Paris selon les notes et l’article de l’abbé Denis.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Fig. 3 : Plan général de l’aqueduc de Villenoy sur la fouille du Parc d’Activités du Pays de Meaux.
Légende (Nathalie Gomes, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 4 : Coupe de l’aqueduc aux extrémités de la fouille du Parc d’Activités du Pays de Meaux.
Crédits (Patricia Guinchard-Panseri, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 5 : Les deux états superposés de la conduite et détail des concrétions.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 6 : Le hérisson de fondation du premier état de la conduite (vue du dessous).
Crédits (© Olivier Bauchet, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Fig. 7 : Mortier de maçonnerie de l’aqueduc (état 1), à rares fragments de terre cuite ; sables et éléments calcaires (dont ici un tube de Ditrupa en section transversale). Lumière polarisée non analysée.
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Fig. 8 : Tegula concrétionnée intégrée dans la maçonnerie du regard 14.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 9 : Détail de la maçonnerie d’un piédroit du deuxième état.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 10 : La couverture de l’aqueduc à l’ouest du regard 3.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 11 : Détail de la couverture de l’aqueduc.
Crédits (© Patricia Guinchard-Panseri, et Nathalie Gomes, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Fig. 12 : Les dalles calcaires extraites du sous-sol par les terrassements liés aux travaux.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 13 : Les dalles recouvertes avec du mortier et de l’argile verte.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 14 : Mortier de tuileau utilisé ponctuellement pour rechaper les piédroits du deuxième état.
Crédits (© Alain Berthier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 15 : La couverture de l’aqueduc partiellement récupérée de part et d’autre du regard 11
Crédits (© Alain Berthier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 16 : Coupes est et ouest du sondage 2.
Crédits (© Patricia Guinchard-Panseri, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 17 : Limite externe du mortier de maçonnerie de l’aqueduc (état 1) et premières concrétions calcaires.
Légende Présence d’une fine croûte bien cristallisée et des quelques liserés d’oxydes de fer au sein des premières lamines de calcite microcristalline. Lumière polarisée non analysée.
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 18 : Concrétions calcaires laminées, massives et peu poreuses.
Légende Les dômes se superposent même s’ils sont parfois marqués ou limités par des liserés d’oxydes de fer. Lumière polarisée non analysée.
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 19 : Lamines de concrétions calcaires massives à liserés d’oxydes de fer superposés. Lumière polarisée non analysée.
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Fig. 20 : Structure peu laminée au sein des concrétions buissonnantes, poreuses, sans liseré de minéraux opaques. Lumière polarisée non analysée.
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Fig. 21 : Concrétions buissonnantes, poreuses, sans liseré de minéraux opaques.
Légende Lumière polarisée analysée (la porosité apparait en noir, les cristaux de calcite sont nettement visibles).
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Fig. 22 : Terminaison des concrétions calcaires buissonnantes.
Légende La fin de croissance des concrétions est marquée une fine couche d’argile riche en oxydes de fer et par des cristallisations en pont de micro-aiguille de calcite.
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 23 : Reconstitution du fonctionnement de l’aqueduc de Villenoy d’après les concrétions.
Crédits (© Gilles Fronteau, Université de Reims)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tabl. 2 : Données concernant les regards.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 24 : Altitudes du fond du canal et distances inter-regard.
Légende (© Nathalie Gomes, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 25 : Restitution 3D d’un regard de l’aqueduc.
Légende (© Nicolas Saulières, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 26 : Plan du regard 17.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig. 27 : La face ouest du regard 17.
Crédits (© Alain Berthier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 28 : Les deux états de la maçonnerie du regard 10.
Crédits (© Alain Berthier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 29 : Dalle découverte au sommet du regard 15.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 30 : Coupe du remplissage du regard 9.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 31 : Vue générale de la sépulture.
Crédits (© David Couturier, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 32 : Localisation des sources du bassin du Rutel et des tronçons de l’aqueduc romain sur fond de carte géologique (BRGM).
Crédits (© Olivier Bauchet, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 33 : Vues et restitution de la fontaine privée du 23 boulevard Jean Rose.
Crédits (© (photos) David Couturier, Inrap et © (dessin) Véronique Gaston, Inrap)
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/1933/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Couturier, Olivier Bauchet et Gilles Fronteau, « L’approvisionnement en eau de la ville de Meaux antique : fouille d’un tronçon d’aqueduc à Villenoy (Seine-et-Marne) et premier bilan », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 52 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/racf/1933

Haut de page

Auteurs

David Couturier

Inrap Centre Île-de-France, david.couturier@inrap.fr

Olivier Bauchet

Inrap, Inrap Centre Île-de-France, olivier.bauchet@inrap.fr

Gilles Fronteau

Université de Reims, Groupe d’Étude sur les Géomatériaux et les Environnements Naturels, Anthropiques et Archéologiques, gilles.fronteau@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page