Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

La Corroirie de la Chartreuse du Liget à Chemillé-sur-Indrois (Indre-et-Loire). Étude historique et architecturale

The Corroirie de la Chartreuse of Liget at Chemillé-sur-Indrois (Indre-et-Loire). Historical and architectural study
Bruno Dufaÿ

Résumés

La Corroirie est un ensemble médiéval bien conservé, qui constituait le cœur économique de la Chartreuse du Liget, près de la ville de Loches. Ses bâtiments et son église viennent de faire l’objet d’une étude de bâti et historique menée par une équipe pluridisciplinaire et pluri-institutionnelle. Elle a permis de retracer la genèse et l’histoire de ce lieu, depuis le modeste établissement de la toute fin du XIIe s. ou du début du XIIIe s., jusqu’à sa transformation en minoterie au XVIIe s., dotée de deux moulins hydrauliques dont l’évolution a pu être retracée dans le détail. Prise dans les tourmentes de la guerre de Cent Ans puis des guerres de religion, la Corroirie a été fortifiée peu à peu, pour devenir à la fin du XVIe s. une véritable maison-forte, avec douves, châtelet d’entrée, tours et ouvertures de tir adaptées à l’artillerie. Siège d’une seigneurie, elle s’est dotée des attributs symboliques et fonctionnels d’un lieu de pouvoir, notamment d’une prison, rare témoin d’un édifice de ce type en milieu monastique.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Contexte de l’étude

  • 1 Responsable du service du Patrimoine de la ville de Loches.
  • 2 Alain Espinasse (spécialiste des moulins hydrauliques), Nicolas Faucherre (professeur à l’Universit (...)
  • 3 Jean-Louis Bernard (Inrap), puis Bruno Dufaÿ (Sadil, UMR 7324 CITERES-LAT).

1L’article qu’on va lire est le résultat d’un travail collectif initié en 2009 par Véronique Lourme1, qui a réuni un comité scientifique composé d’universitaires et d’experts2 pour travailler sur la Corroirie de la Chartreuse du Liget (commune de Chemillé-sur-Indrois, Indre-et-Loire, à 9 km à l’est de Loches). Ce comité a sollicité la collaboration d’archéologues de terrain3 pour parvenir, avec des étudiants, à la réalisation d’une étude historique et du bâti. Cela rejoignait les objectifs des propriétaires du lieu, feue madame la comtesse Germaine Boula de Mareüil, sa fille Jacqueline et son petit-fils Jeff qui souhaitaient une étude approfondie de leur propriété familiale, pour en réaliser la restauration la plus pertinente et en obtenir le classement au titre des Monuments Historiques. Il a donc été organisé quatre étés durant (2009-2012), sous la direction de Jean-Louis Bernard, des stages d’archéologie du bâti d’une semaine, pour une dizaine d’étudiants de la région Nord-Picardie (où il exerce son activité), de Paris, de Tours et de Poitiers.

  • 4 Il a donné un premier bilan de ces recherches, avec Rémi Lequint, au deuxième colloque d’archéologi (...)
  • 5 Bruno Dufaÿ, Julien Faucon (doctorant à l’Université de Poitiers), Gérard Fleury, Lucie Gaugain, Cl (...)

2Son éloignement géographique et sa charge de travail ne lui ayant pas permis pas de conclure cette étude4, celle-ci fut reprise en octobre 2012 par Bruno Dufaÿ qui en a piloté la concrétisation par cet article, dont il est le principal rédacteur. Un groupe restreint a mené à bien cette tâche5, grâce à plusieurs réunions sur le site entre novembre 2012 et juin 2013, et à de nombreux échanges par messagerie électronique, jusqu’à la version finale du texte et des illustrations.

3De ces dernières, il convient de préciser la nature et le niveau de fiabilité. Le site de la Corroirie du Liget comporte sept bâtiments encore en élévation, dont une église. Il ne pouvait être question de les relever intégralement dans le détail au cours des quatre semaines de stage évoquées ci-dessus. Il existait déjà une base de travail utilisable, sous forme d’un relevé en plan du rez-de-chaussée et des étages, ainsi que les principales coupes-élévations, réalisés en 1985 pour un diplôme d’architecture par Jean-Baptiste Bellon (Fig. 5-8). L’exactitude de ces relevés a été vérifiée fin 2012 par Flore Marteaux (archéologue au Sadil) et Éric Mondy (topographe du Conseil général d’Indre-et-Loire) : elle s’avère satisfaisante malgré quelques régularisations et manques. Cette base, corrigée par les relevés de 2012, a servi pour les plans figurant dans le présent article. Elle a en outre été précisée par les relevés détaillés réalisés au cours des stages qui concernent le bâtiment au nord de l’église (“ bâtiment B ”), le châtelet d’entrée (“ bâtiment E ”) et la prison. Ce plan, en revanche, n’a pas été complété par des sondages archéologiques.

4Un important travail a été également réalisé sur les élévations, notamment par Vanessa Toutain, Claire Pastor et Hadrien Rozier (voir les figures 76 à 83 présentant l’analyse du bâti en fin d’article ; on n’y renverra plus dans le corps de l’article, afin de ne pas l’alourdir). Comme il n’a pas été possible de produire des images parfaitement redressées, nous avons réalisé une synthèse de photographies proches du géométral et de relevés pas forcément à l’échelle, contrôlée dans les grandes lignes à partir des relevés de Bellon et de quelques points topographiques pris fin 2012 : il faut donc les considérer comme des croquis détaillés. Il faut noter qu’il n’y a pas eu de décroûtage des parements ni de sondage dans les maçonneries. La détermination des unités stratigraphiques s’est donc faite uniquement par des observations de surface, alors que de nombreuses maçonneries ont été enduites à des dates diverses, mais largement postérieures à leur construction. Il s’agit donc d’une documentation dont la précision est suffisante pour l’analyse scientifique du site, mais qui ne restitue pas, dans le détail, des mesures exactes. Il en va de même des restitutions 3D, réalisées à partir du plan de Bellon revu, dont la hauteur des élévations est simplement estimée en fonction de la documentation existante. Elles doivent être considérées comme une maquette plutôt que comme un objet fidèle à l’original dans ses moindres détails. Toutefois, telle quelle, cette iconographie rend bien compte de la réalité, et elle est cohérente avec le degré de finesse d’analyse du site. La 3D, quant à elle, constitue un élément essentiel de visualisation et de validation des hypothèses.

  • 6 Ces liasses sont numérotées de H167 à H199. Les documents les plus significatifs et les plus exploi (...)

5On s’est appuyé par ailleurs sur les deux études historiques sérieuses sur la chartreuse du Liget, celle d’Albert Philippon, instituteur à Chemillé (Philippon 1935, dont s’est inspiré très largement Meunier 2007) et de dom Willibrord Witters, érudit bénédictin (Witters 1965). Le dossier archivistique de la Chartreuse, conservé aux Archives départementales d’Indre-et-Loire, est fort riche. Composé de plusieurs milliers de pages, de cartes et de plans, il est réparti en trente-trois liasses de la série H. Il mériterait une reprise de son étude, surtout pour la période post-médiévale6. La chapelle Saint-Jean du Liget, avec ses peintures admirables, a attiré l’attention des historiens d’art, mais ces travaux sont de peu d’intérêt pour l’étude de la Corroirie. La présentation qu’on va lire est donc une première approche, une vue d’ensemble qui propose un scénario probable de l’évolution du site. Elle a pour objectif de révéler cet ensemble méconnu qui est pourtant une des rares “ maisons-basses ” (ou corroiries) chartreuses conservées dans un état ancien aussi complet (Fig. 1-8).

Fig. 1 : Vue générale de la Corroirie, vue de l’ouest.

Fig. 1 : Vue générale de la Corroirie, vue de l’ouest.

Fig. 2 : Vue générale de la Corroirie, vue du sud.

Fig. 2 : Vue générale de la Corroirie, vue du sud.

Fig. 3 : Vue générale de la Corroirie, vue de l’est, depuis le coteau qui la surplombe.

Fig. 3 : Vue générale de la Corroirie, vue de l’est, depuis le coteau qui la surplombe.

Fig. 4 : Plan actuel de la Corroirie.

Fig. 4 : Plan actuel de la Corroirie.

Fig. 5 : Élévation des façades ouest et est du corps de bâtiment sud de la Corroirie

Fig. 5 : Élévation des façades ouest et est du corps de bâtiment sud de la Corroirie

(Jean-Baptiste Bellon, 1985).

Fig. 6 : Élévation des façades sud et nord de la Corroirie

Fig. 6 : Élévation des façades sud et nord de la Corroirie

(Jean-Baptiste Bellon, 1985).

Fig. 7 : Élévation des façades est et ouest de La Corroirie

Fig. 7 : Élévation des façades est et ouest de La Corroirie

(Jean-Baptiste Bellon, 1985).

Fig. 8 : Coupes sur les bâtiments de la Corroirie

Fig. 8 : Coupes sur les bâtiments de la Corroirie

(Jean-Baptiste Bellon, 1985).

La fondation du monastère du Liget et de la Corroirie

Qu’est-ce qu’une corroirie ?

6Le monachisme cartusien présente, par rapport aux autres ordres monastiques médiévaux occidentaux, l’originalité d’une séparation extrême entre la vie contemplative et les contingences matérielles qui permettent ce retrait du monde. La vie des moines dans des cellules individuelles, qui sont pratiquement des ermitages permettant une existence en autarcie, constitue une synthèse entre vies cénobitique et érémitique, un choix qui a assuré le succès durable de l’ordre. Parallèlement, le rejet à l’extérieur du monastère des fonctions économiques, dans un établissement distinct, venait renforcer cette tranquillité spirituelle.

7Dès la première fondation de saint Bruno à la Grande-Chartreuse, près de Grenoble, en 1084, cette dissociation a été concrétisée par la construction d’une “ maison basse ”, érigée à trois kilomètres du couvent et plus accessible (voir par exemple Bligny 1984). Construite en même temps que le monastère dont elle était le complément indispensable, elle logeait les frères convers (ou frères lais), les moines malades, les hôtes, le père procureur chargé de la gestion du domaine monastique (le plus souvent un moine, mais parfois un convers). L’abbé était tenu de résider une semaine sur cinq à la “ maison basse ”. À l’inverse, les frères convers montaient à la chartreuse le samedi soir ainsi que les veilles de grandes fêtes. Souvent située à un endroit stratégique, la “ maison basse ” verrouillait le territoire cartusien, en empêchant les perturbations séculières de monter vers la “ maison haute ”.

8Ces “ maisons basses ” furent appelées “ correries ”, “ coureries ” (c’est ainsi que celle du Liget est mentionnée sur la carte de Cassini) ou “ corroiries ” à partir du XIVe s. Le mot, dont l’étymologie est controversée, tire sans doute son origine du terme latin conredium, désignant tout ce qui touche à l’aspect matériel de la vie d’un moine (nourriture, vêtements, etc). Le terme évolue jusqu’à devenir corredia et, en français, “ correrie ” (Chaurand 1975). La plupart de ces établissements a été transformée en ferme.

9La Chartreuse du Liget témoigne de ce système. La Corroirie est établie à un gros kilomètre au nord-est du monastère, sur la route de Loches à Saint-Aignan-sur-Cher via Montrésor (Fig. 9). Elle est construite dans la vallée de l’Aubigny, entre le coteau et le cours d’eau. Celui-ci est un affluent de l’Indrois, lui-même affluent de l’Indre, qui se jette dans la Loire à 25 km en aval de Tours. La Chartreuse est construite dans la vallée du Liget, minuscule affluent de l’Aubigny, qui lui a donné son nom (ou l’inverse ?).

Fig. 9 : Carte de situation de la Corroirie et de la Chartreuse du Liget dans leur environnement médiéval

Fig. 9 : Carte de situation de la Corroirie et de la Chartreuse du Liget dans leur environnement médiéval

(Carte Bruno Dufaÿ).

10À la tête d’un réseau de métairies, elle a servi, comme ses pareilles, de centre économique du domaine monastique. Elle a aussi géré directement une grande quantité de parcelles de la forêt de Loches dont le bois de qualité constituait une importante ressource (Jacquet 2003). D’après les plans d’arpentage de 1680, 27 % du domaine était en bois de haute futaie, ce qui est considérable, et 4 % en taillis. La Corroirie a fonctionné comme centre d’un fief : on verra que cela a eu des incidences sur la structuration des bâtiments, qui devaient permettre l’exercice du droit seigneurial, et a autorisé leur mise en défense à partir du XIVe s.

Circonstances et date de la fondation

  • 7 Dominus Herveus, abbas S. Salvatori Villelupinensis, concessit, cum assensu totius capituli, fratri (...)
  • 8 À la date de la transaction, le groupe du Liget comptait trois frères (Herbert, Guillaume et Martin (...)

11“ La tradition communément admise voit dans la Chartreuse du Liget l’une des fondations imposée par le pape au roi Henri II en expiation du meurtre de Thomas Becket, commis en 1170. Le roi demanda aux moines de Villeloin de lui vendre la terre nécessaire, (…) transaction qui eut lieu entre 1176 et 1183 [mort de l’abbé Hervé de Villeloin], la tradition cartusienne assignant l’année 1178 comme date de fondation ” (Lorans 1996 : 130). Il s’agissait de concéder ce site aux frères chartreux du lieu appelé communément Liget, avec ses installations7. Cela indique une communauté déjà existante8, dont l’annaliste chartreux dom Molin fixe la date d’arrivée dans les terres de Villeloin à 1153 (Molin 1903 [texte de 1638] : 175). Henri II la récupéra à son profit, comme il avait repris à sa charge le prieuré de Waltham fondé en 1066, en transformant une communauté de chanoines séculiers en chanoines réguliers augustiniens (Witters 1965 : 213). Cela confortait la domination angevine dans ce territoire stratégique, au sud des possessions des comtes de Blois.

  • 9 C’est Philippon 1935 : 74 qui a le premier cité le texte de Dom Housseau, qui est une note manuscri (...)
  • 10 Sur cette question des rotondes mariales à l’époque romane, voir Jannet-Vallat et Sapin 1996.

12Comme le pensait déjà au XVIIIs. Dom Housseau, c’est peut-être cette première communauté qui avait bâti la chapelle Saint-Jean du Liget9. Elle remonterait aux années 1160, d’après un relatif consensus sur le style des peintures et de l’architecture (en dernier lieu, Terrier-Fourmy 2002 et Meunier 2007 et 2011) ; son architecture est du type “ rotonde mariale ”, en accord avec sa dédicace au Baptiste10. Les peintures qui en ornent les murs, guère cartusiennes comme le remarque Witters (1965 : 216), ont dû être réalisées avant que la communauté ne soit formellement rattachée à l’ordre par Henri II. On notera par ailleurs que, lors de l’installation des moines, les lieux étaient occupés depuis le Xs., comme l’ont montré des prospections menées en 1998, avec deux concentrations de mobilier céramique des X-XIs. signalant sans doute des bâtiments dans les parages de la chapelle (Jacquet 2003 : annexe 4, XIV).

  • 11 Locum ipsum de Ligeto […], cum terminis suis, sicut circuitus fossarum se habet, salvo unicuique ju (...)

13“ Entre 1181 et 1189 [mort du roi], Henri II confirme la fondation de la Chartreuse et concède à l’église Sainte-Marie et Saint-Jean-Baptiste les terres comprises dans le tracé des fossés, en réservant néanmoins les droits de ceux qui y détiennent une tenure ” (Lorans 1996 : 130)11. Ce texte évoque donc une église et un espace. Celui-ci pourrait être le “ désert ”, institution propre aux chartreux. Il s’agit du territoire que les moines estiment nécessaire à la vie de leur établissement, charge à eux d’obtenir réellement ces terres au cours du temps, par achat ou donation, et au-delà duquel, en revanche, ils n’ont pas le droit de posséder des biens (Dubois 1965 ; Excoffon 2007). On verra plus bas si l’on peut se faire une idée de ce territoire.

  • 12 Le prieuré existait en 1200, mais c’est seulement la tradition qui attribue cette fondation à Henri (...)

14On ne sait pas de quelle église il est question dans la confirmation d’Henri II : il pouvait s’agir de l’église ronde ; une nef lui a d’ailleurs été ajoutée à l’ouest, sans doute avant la fin du XIIe s. (Terrier-Fourmy 2002 : 94). Il n’est pas du tout sûr en effet que la construction du nouveau monastère ait commencé dès 1178 (s’il faut retenir cette date qui, rappelons-le, ne concerne qu’une transaction immobilière et non une fondation au sens strict). L’acte de confirmation d’Henri II visait probablement à stabiliser les limites du territoire de la Chartreuse et à clarifier les droits des uns et des autres ; à partir de là, seulement, les nouvelles implantations devenaient possibles. Des contestations se firent jour encore au long du XIIIs., comme en 1223, où les héritiers d’un donateur souhaitèrent reprendre possession de ce bien (AD37, H193), ou en 1274, où l’abbaye de Villeloin, qui n’avait sans doute pas totalement accepté la vente forcée par Henri II, réclama des droits de pêche à la Chartreuse (Witters 1965 : 208). Un tel écart temporel entre la fondation de droit et la confirmation s’observe aussi pour la Chartreuse de Witham, en Angleterre, fondée par Henri II en 1173 au plus tard, dont la charte de confirmation qui lui a donné les moyens effectifs d’exister ne date que de 1182 (Witters 1965 : 213). Notons aussi qu’Henri II a sans doute fondé, à 4,5 km à l’est du Liget, le prieuré grandmontain de Villiers12, ce qui l’a peut-être amené à détourner momentanément son attention de la Chartreuse.

15Les moines, ensuite, “ n’ont pas manqué de faire confirmer leurs biens à chaque changement de règne. La charte de confirmation de Richard Cœur de Lion, du 2 février 1190, celle de Jean sans Terre, du 5 décembre 1199, sont conservées en copie dans le Cartulaire du Liget ” (Witters 1965 : 214).

16Il n’existe pas de source d’archive fiable concernant la fondation de la Corroirie. Trois textes tardifs mentionnent “ l’église inférieure ” de la Chartreuse, et pourraient donc s’appliquer à celle de la Corroirie.

  • 13 Merci à Benoist Pierre, maître de conférences à l’Université de Tours (CESR), d’avoir vérifié ce po (...)
  • 14 L’expression en parcement pourrait aussi être lue pour en parchment = en parchemin, auquel cas cela (...)
  • 15 Philippon (suivi notamment par Meunier 2007 : 37) estime sans hésiter que ce texte indique que la c (...)

17Le plus ancien est une notice tirée de l’obituaire du Liget, daté du XVs. (folio 10, original maintenant perdu cité par Philippon 1935 : 75, copié aussi à la fin du XIXe s. par Dom Bastin : 1896). Ce texte est maladroit et fautif : cette maison [du Liget] a eu dans la suite plusieurs biens facteurs [bienfaiteurs] considérable, sçavoir jean sans terre Roy dangleterre, mort en 1201 [en réalité en 1216]. Il étoit 4° fils du fondateur hanry 2. Ces luy qui fit la dédicasse de Leglise inférieure en parcement, ce qu’on appelle au jour dhuy La chappelle de Saint-Jean du Liget. Faut-il penser qu’au XVe s. cette dédicace était celle de notre Corroirie ? Ou que l’église basse était la chapelle ronde ? La signification de l’expression en parcement, terme inconnu des dictionnaires de vieux français13, est conjecturale (si ce n’est pas une erreur de transcription). Cela signifierait-il en remplacement de la chapelle Saint-Jean14 ? Dans ce cas, cela indiquerait que l’église de la Corroirie serait venue remplacer la rotonde, après qu’elle eut servi d’église basse lors d’une courte période pendant laquelle l’église haute était achevée, mais pas celle de la Corroirie. Quoi qu’il en soit, il paraît difficile de s’appuyer sur ce texte pour dater la dédicace de la Corroirie (et donc une construction antérieure) du règne de Jean sans Terre, d’autant qu’il paraît plus probable qu’il soit fait allusion à la chapelle ronde15.

  • 16 Et dedit viginti libras ad aedificationem ecclesiae inferioris quam dedicavit odo 71 episcopus Pari (...)

18Les deux autres textes sont ceux d’érudits chartreux, commentant un bienfait du roi Louis IX, intervenu en 1234 pour une église au Liget. Dom Molin écrit de façon lapidaire que le roi donna vingt livres pour la construction de l’église basse, qu’avait dédicacée Eudes, soixante-et-onzième évêque de Paris16.

19Eudes de Sully a été évêque de Paris de 1196 à 1208. Par ailleurs, on fêtait la dédicace de l’église basse le 9 juillet, d’après le calendrier de la Chartreuse. Si cette dédicace a eu lieu un dimanche, comme cela est probable, il n’y a, au début du XIIIe s., que deux dimanches 9 juillet, en 1200 et en 1206. Witters estime avec raison que le contexte politique ne rend envisageable que la date de 1206 : il est possible notamment qu’Eudes se soit trouvé à Tours cet été-là pour organiser la succession de l’évêque du lieu, qui échut en octobre de la même année à Geoffroy de la Lande, archidiacre de Paris (Witters 1965 : 214-215, qui estime que cette dédicace s’applique à l’église ronde, ce qui l’oblige à considérer que la dédicace a eu lieu bien longtemps après son achèvement).

  • 17 Et revera,  [Ludovicus rex] augmentavit ut habet Liber Benefactorum deditque viginti libras ad aedi (...)

20À la fin du XIXe s., Dom Le Couteulx se sent gêné par cette mention de la construction au temps de saint Louis de l’église d’une corroirie censée être dédicacée par Eudes vers 1200. C’est pourquoi il précise que cette largesse renverrait à la construction, ou plutôt à la restauration, de l’église inférieure, qu’avait dédicacée longtemps auparavant Eudes, évêque de Paris (Le Couteulx 1887-1891, vol. 2 : 456)17.

21Si les mentions de Molin et Le Couteulx sont exactes (ce que rien ne prouve), il est donc possible d’admettre qu’Eudes de Sully ait dédicacé l’église inférieure de la Chartreuse en juillet 1206, en profitant d’un séjour sur les bords de la Loire. Cela ne préjuge pas de l’état d’achèvement de l’édifice, car il était courant au Moyen Âge que les dédicaces soient faites avant la fin de la construction, dès qu’on pouvait assurer le couvert, éventuellement provisoire, d’au moins une partie de l’église. Cela dit, notons qu’en 1211, les religieux du Liget obtinrent du pape Innocent III le pouvoir de consacrer leurs églises et autels (AD37, H193). Cela signifie-t-il qu’il restait des édifices à consacrer qu’Eudes n’aurait pas dédicacés, ou qu’il ne serait en fait jamais venu ?

22Aucun de ces trois textes ne met en présence Eudes et Jean sans Terre. Cette hypothèse a été évoquée par Gérard Fleury (2009), et avant lui par Deschamps et Thibout (1963 : 40-41 ; mais ils parlent de la rotonde). La présence conjointe des deux personnages n’est possible qu’entre 1199, avènement de Jean, et 1208, mort de l’évêque. On peut se demander s’il est bien vraisemblable que l’évêque de la capitale capétienne se retrouve au fin fond de la campagne tourangelle accompagné de l’ennemi intime de son roi. Celui-ci d’ailleurs ne remit plus les pieds en Touraine après 1205, lorsque celle-ci passa sous la domination de Philippe Auguste, si ce n’est en 1214 pour signer à Chinon la paix avec ce dernier, après Bouvines. Dès 1205 d’ailleurs, la forêt de Loches était domaine royal, donné en fief à Dreux de Mello (Jacquet 2003 : vol. 1 : 135). Witters (1965 : 217-218, n. 12) avait déjà fait justice de cette opinion en remarquant notamment qu’on ne pouvait traduire l’expression en parcement du texte du XVe s. par “ en présence ” (sous-entendu : de Jean sans Terre).

23Que peuvent nous apprendre les bâtiments eux-mêmes ? En l’absence de fouilles, seules des considérations sur le style architectural peuvent être utilisées, dont on sait l’imprécision.

24L’église du monastère, très ruinée, est le seul édifice médiéval du lieu. Gérard Fleury (2009) estime que “ si [ses murs] acceptent une date vers 1180-1190 (…), [l’usage du] doubleau intégré aux voûtes ne peut se situer avant les années 1215-1225 ”, et il est possible que l’église ait connu une première phase couverte en charpente avant d’être voûtée. Élément indissociable du monastère, la “ maison basse ” a dû être construite en même temps, à la rigueur peu après si l’on admet que la rotonde a servi un moment d’église basse. Une église y était nécessaire, car les convers étaient tenus à une observance religieuse régulière, et l’abbé y séjournait fréquemment. Les hôtes, enfin, avaient besoin d’un lieu de culte. On le verra, la construction de l’église de la Corroirie a été entreprise en parallèle avec les bâtiments qui l’entourent ; elle est en outre construite d’un seul jet. Or l’analyse de cet édifice aboutit au même diagnostic que pour celle de la Chartreuse, du moins dans ses parties hautes. “ Considérant la finesse des tores des nervures, les clés médaillons, les doubleaux en trompe-l’œil, les queues traversantes des ogives et liernes, les chapiteaux à feuilles terminées par des boules végétalisées, les bases à tores aplatis des colonnettes ”, Gérard Fleury (2009) estime “ raisonnable de placer la construction [de l’église de la Corroirie] vers 1220, date centrale de l’édification de Saint-Serge d’Angers ”.

25Résumons : “ sur une terre appartenant à des bénédictins [de Villeloin], des ermites, eux-même peut-être bénédictins à l’origine, se seraient installés, provoquant la donation de 1176-1183 ” (Witters 1965). Le monastère transformé par Henri II était alors centré sur la petite église ronde, qui a pu être construite dès 1160-1170 et agrandie par l’ajout d’une nef avant la fin du XIIe s. Il n’y aurait pas eu de “ maison basse ” alors, dont la nécessité organique ne s’est faite jour qu’à partir de la fondation d’Henri II et le rattachement à l’ordre cartusien. Les indices, textuels comme architecturaux, tendent à montrer que la construction du monastère n’a réellement débuté que vers 1188-1190. Pendant la construction de l’église haute, la chapelle ronde aurait continué d’être utilisée, puis serait devenue l’église basse quand l’église haute fut suffisamment avancée, peut-être charpentée dans un premier temps.

26La Corroirie aurait été édifiée à partir de 1190-1200, en remplacement de la vieille église Saint-Jean et des anciens bâtiments claustraux transformés provisoirement en corroirie. Une dédicace en 1206 par l’évêque de Paris Eudes est alors plausible, même si celle-ci n’est qu’une hypothèse fondée sur la seule tradition cartusienne. Puis, seule l’église de l’établissement primitif fut conservée, et fit partie des terminii spaceiementa dans lesquels les chartreux faisaient désormais leur promenade hebdomadaire. Tout comme pour Notre-Dame de casalibus en Grande Chartreuse, la chapelle Saint-Jean dut devenil’ilieu de prallrcnage aux origines de la communauté. Dans le même temps, l’église haute fut achevée en recevant des voûtes contrebutées par des contreforts.

Le choix du site

27Le choix du site de la Corroirie dépend évidemment de la situation de la maison-haute, dont elle devait être à la fois distante et proche. On l’a vu, celle-ci était elle-même sans doute l’héritière d’un monastère fondé vers 1160-1170, en marge de celui de Villeloin, mais sur des terres lui appartenant. La volonté de solitude de cette petite communauté (et peut-être le fait que cette terre ait été à la périphérie du domaine des moines de Villeloin) l’a amenée à s’installer au cœur de la forêt de Loches, au plus loin des habitations (carte de situation Fig. 9). La structure de peuplement de ce secteur est étroitement liée à l’hydrographie : l’Indre et son affluent l’Indrois, qui coulent dans des vallées relativement encaissées entaillant le plateau calcaire, concentrent la quasi-totalité de l’habitat groupé. Le paysage actuel repose sur le massif tertiaire de Tuffeau de Touraine, représenté ici par des calcaires bioclastiques glauconieux à silex bruns caractéristiques du Tuffeau jaune. Ce calcaire gréseux est réputé pour la construction. La partie supérieure est altérée et se présente sous forme d’argile sableuse. Ces formations seront exploitées pour la construction de la Chartreuse et de la Corroirie. Les dépôts superficiels datent du Quaternaire (1,8 Ma - actuel). Ils viennent combler les vallons et ils se sont également déposés sur les plateaux, principalement des limons argileux d’une épaisseur d’un mètre. On les retrouve sur les hauteurs à l’ouest de la Corroirie.

28Le premier monastère s’est installé à mi-chemin des deux vallées de l’Indre et de l’Indrois, mais n’est pas néanmoins au fond d’un vallon formant un cul-de-sac, comme les implantations qu’affectionnaient les cisterciens. Il a été construit’ilong d’un petit sous-affluent de l’Indrois (le Liget, qui dépend de l’Aubigny), dont il contrôle le bassin-versant, avec celui de deux autres plus en amont (Fig. 10). Mais il est aussi ilong du chemin le plus important traversant la forêt de Loches, reliant cette ville à Montrésor, et plus généralement la vallée de l’Indre à celle du Cher. À chaque extrémité de cet itinéraire, de chaque côté de la forêt, se dressait une forteresse tenue par les comtes d’Anjou depuis le Xe s. : Loches et Montrésor (avec la motte de Villeloin ; sur la structuration politique et les fortifications de la région à cette époque, voir en dernier lieu Riou et Marteaux 2012).

Fig. 10 : La Chartreuse du Liget contrôle le bassin-versant de l’Aubigny

Fig. 10 : La Chartreuse du Liget contrôle le bassin-versant de l’Aubigny

(Carte Rémi Lequint).

29Cet itinéraire empruntait probablement la vallée du Liget et non le bord nord de son talweg, comme aujourd’hui. En effet, la route actuelle (D 760) ne doit pas remonter au-delà du XVIe s. ou plutôt du XVIIe s., date à laquelle on a aménagé les grandes allées forestières rectilignes qu’elle emprunte aujourd’hui. Vers 1680, elle emprunte également la chaussée de l’étang de la Corroirie (Fig. 11), qui ne figure pas sur la carte de Cassini pourtant postérieure où elle passe seulement au sud de l’étang, ce qui doit refléter un état ancien (feuille de Loches, deuxième moitié du XVIIIe s. ; Fig. 12). Le cadastre du XIXe s. indique encore un système mixte d’itinéraires qui contournent les deux côtés de l’étang (Fig. 13). Cette modification du tracé de la route, peut-être pour éviter les inondations de fond de vallée, a entraîné au XVIIIe s. l’aménagement de la grande porte au tympan sculpté du côté nord de l’enceinte du monastère.

Fig. 11 : Plan de la Corroirie vers 1680

Fig. 11 : Plan de la Corroirie vers 1680

(AD37, H195).

Fig. 12 : Extrait de la carte de Cassini, feuille de Loches.

Fig. 12 : Extrait de la carte de Cassini, feuille de Loches.

Fig. 13 : Extrait du cadastre “ napoléonien ”.

Fig. 13 : Extrait du cadastre “ napoléonien ”.

30On peut se demander pourquoi le premier monastère n’a pas été transformé sur place. C’était peut-être le projet initial, qui aurait notamment entraîné la construction d’une nef accolée à l’église ronde. Il est possible que les moines aient simplement trouvé plus simple de rebâtir à quelques centaines de mètres plutôt que de se retrouver au milieu d’un chantier qui aurait nui à leur tranquillité. Quant à la Corroirie, elle a été placée de façon à éviter d’avoir à traverser la vallée de l’Aubigny pour rejoindre la route. Elle a donc été édifiée sur sa rive droite, sur un micro-relief hors d’eau, entre le cours d’eau et le coteau (actuellement entre 89 et 91 m NGF). Cet emplacement très contraint l’empêchera de s’étendre par la suite, ce qui peut expliquer les rehaussements successifs de ses bâtiments.

31L’analyse géomorphologique, effectuée sur un carottage à la tarière à une centaine de mètres à l’ouest de la Corroirie, entre celle-ci et le cours de l’Aubigny, montre un faciès argileux épais d’1,40 m, très organique, avec des développements racinaires. Il signale une zone marécageuse, qui s’est développée après le dernier épisode glaciaire au-dessus des argiles à cailloutis gélifractés (analyse Rémi Lequint ; Fig. 15). Cela s’explique sans doute par la zone de replat au niveau de laquelle a été construite la maison-basse, et par la confluence avec le Liget. En revanche, un sondage du BRGM, réalisé en 201118 à 400 m en amont de l’étang de la Corroirie, ne montre pas de tels dépôts au “ Pont-aux-Chèvres ”, vestige de l’itinéraire ancien par le sud de l’étang. Cela signifie qu’à cet endroit, le vallon était bien drainé par l’Aubigny. La zone marécageuse qui se développe actuellement vers l’amont de l’étang est causée par son existence même, car lors de la création d’un plan d’eau, la nappe d’eau souterraine se relève généralement vers l’amont (Busnel 1988).

32Ces inondations ont été régulées par un système d’étangs en amont, tant sur l’Aubigny que sur ses affluents. La datation de ce système est incertaine, mais il est peu probable qu’il soit médiéval. Contrairement aux cisterciens, les chartreux n’ont jamais cherché à développer l’énergie hydraulique, leur mode d’exploitation du territoire étant plus “ doux ”, car ils formaient des communautés peu nombreuses et leur conception du monachisme s’opposait à un développement économique qui aurait excédé leurs besoins. Un seul étang de pisciculture pouvait suffire : celui en tête du Liget, qui pouvait en outre réguler le débit au droit du monastère, selon la même configuration qu’au prieuré voisin de Villiers.

33Le seul étang cité dans les sources est le plus proche de la Corroirie ; il est aussi iplus grand. La chaussée de l’étang devant le lieu et maison forte de la seigneurie de la Correyrie est mentionnée en 1587 pour la première fois (Philippon 1935 : 57 ; Meunier 2007 : 69). Sa plus ancienne représentation sur un document planimétrique date des environs de 1680 (AD37, H195). Il est possible qu’il fût aménagé, vers 1570-80, en même temps que les douves de la Corroirie (ci-dessous) qui, outre leur aspect défensif, ont sans doute eu un rôle de drainage. S’il est vrai que la création d’une retenue d’eau a des effets bénéfiques sur les risques d’inondation en aval, le rehaussement du site par un épais remblai au XVe s. (ci-dessous 5.2) indiquerait plutôt un risque d’inondation majeur, et donc l’absence de l’étang à cette date.

34L’étang était aussi nécessaire aux moulins de la Corroirie. Ceux-ci ne sont pas non plus médiévaux : ils sont construits seulement en 1671 (ci-dessous). Élisabeth Lorans a bien souligné pour le Lochois que “ la saturation du réseau [des moulins et des étangs] serait postérieure au XIIIe s., en particulier pour les cours d’eau les plus petits ”, comme l’Aubigny (Lorans 1996 : 178). Le moulin des Roches, sur l’Indrois, à moins d’un kilomètre au nord de la Corroirie, devait être le moulin du domaine auparavant. Il appartenait en 1156 à l’abbaye de Villeloin, comme tous les moulins de l’Indrois en amont des Roches, sauf celui de Montrésor (Lorans 1996 : 176), mais il a sans doute fait partie des transactions d’Henri II.

35L’étang et le moulin figurent sur la carte de Cassini, or à cette époque la route de Loches à Montrésor passe au sud de l’étang et non sur la digue. D’après l’abbé Bosseboeuf (1895), il se présentait sous forme de prairie humide lorsqu’y passa une excursion de la Société Archéologique de Touraine, ce qui ne pouvait que renforcer les inondations au niveau de la Corroirie. Ce manque d’entretien explique peut-être l’ample zone bleue figurant l’eau sur le cadastre napoléonien, qui s’étend jusqu’au pied des bâtiments (Fig. 13). Entre le cadastre et les minutes d’État-Major de 1830 (Fig. 14), la superficie de l’étang s’est déjà un peu réduite. Il n’aurait été remis en eau qu’au début du XXe s., lors de la construction de l’écluse visible actuellement, au droit de la route départementale. Disposée à l’ouest de la chaussée et régulant aussi a confluence avec le Liget, elle vint remplacer la vieille écluse aménagée à l’autre extrémité, plus proche de la Corroirie.

Fig. 14 : Extrait des minutes de la carte d’Etat-Major (1830).

Fig. 14 : Extrait des minutes de la carte d’Etat-Major (1830).

Fig. 15 : Logs stratigraphiques dans le périmètre de la Corroirie

Fig. 15 : Logs stratigraphiques dans le périmètre de la Corroirie

(Pour le Pont-aux-Chèvres, source BRGM 2011, pour le parking, source Rémi Lequint).

Le territoire de la Chartreuse

36On a déjà évoqué le territoire de la Chartreuse, le “ désert ” constitutif de l’identité cartusienne. Peut-on en proposer une délimitation lors de la création du monastère par Henri II ? Si ses limites sont assez bien connues au XVIIe s. grâce aux plans d’arpentage étudiés par Anthony Grillot (Fig. 16), il n’en est pas de même à l’origine. Certes, théoriquement, ces limites ne sont pas censées avoir varié, puisque c’était la justification de cette curiosité juridique d’un territoire attribué mais non possédé entièrement qu’était le “ désert ” chartreux. En réalité, il existait des procédures pour étendre cet espace au cours de siècles, mais elles n’étaient pas à la seule discrétion du monastère.

Fig. 16 : Les possessions de la Chartreuse du Liget d’après le plan d’arpentage de 1680

Fig. 16 : Les possessions de la Chartreuse du Liget d’après le plan d’arpentage de 1680

(AD37, H197 fol 13 r°) (Carte Anthony Grillot)

37On a évoqué ci-dessus le fait que, dans l’acte présumé de 1188, les terres concernées par la confirmation d’Henri II étaient entourées par des fossés. Les exemples assurés de “ désert ” chartreux étaient délimités par un bornage et non par des fossés, dont le linéaire serait ici gigantesque. Le “ désert ” du Liget était-il suffisamment réduit pour être délimité par des fossés ? À moins que le territoire fossoyé n’ait été qu’un sous-ensemble, celui justement concerné par l’acte ? On pourrait déduire cette idée d’un acte de 1237, qui signale une vente inter fossata et terminis domus Ligeti (Witters 1965 : 211), ce qui semble indiquer qu’il existait un espace entre les fossés et les limites du désert.

  • 19 Comité départemental d’Indre-et-Loire de Course d’Orientation, 1985, carte n°3713.

38Le plan d’arpentage de 1680 indique les limites du domaine de la Chartreuse à cette époque. Il est confirmé par le relevé d’une carte de course d’orientation de 1985 (Fig. 17)19. Elles sont pour une bonne part encore visibles et appelées “ le fossé des chartreux ” (Oury 1971 : 88) (Fig. 18) ; des portions, revues en prospection par l’équipe de Jean-Louis Bernard, sont formées d’un fossé bordé d’une levée de terre, du côté intérieur, voire de deux levées, du côté est (Fig. 19). Des bornes en pierre en forme de pyramide tronquée jalonnent ce tracé, côté externe (Fig. 20) ; d’après le plan d’arpentage (Fig. 16), elles encadrent notamment les accès au domaine (réseau moderne). Pour la deuxième moitié du XVIIIe s., la carte de Cassini propose un tracé un peu différent, un peu plus vaste. Ce n’est pas forcément une erreur de dessin car, vers le sud-est, un diverticule du fossé de la carte d’orientation reprend le tracé proposé par la carte de Cassini, ce qui pourrait indiquer deux états successifs (Fig. 9 et 12).

Fig. 17 : Extrait de la carte de course d’orientation dans le secteur de la Chartreuse.

Fig. 17 : Extrait de la carte de course d’orientation dans le secteur de la Chartreuse.

Le tracé en rouge souligne l’anomalie topographique marquant la limite du territoire des chartreux.

(IGN, 1985, carte n° 3713)

Fig. 18 : Les anomalies topographiques de la partie nord-est de la forêt de Loches

Fig. 18 : Les anomalies topographiques de la partie nord-est de la forêt de Loches

(Carte Rémi Lequint d’après Jacquet 2003).

Fig. 19 : Le fossé qui délimite le territoire des Chartreux est encore visible dans la forêt.

Fig. 19 : Le fossé qui délimite le territoire des Chartreux est encore visible dans la forêt.

Fig. 20 : Une borne délimitant le territoire des Chartreux, à proximité du fossé.

Fig. 20 : Une borne délimitant le territoire des Chartreux, à proximité du fossé.
  • 20 Jacquet 2003 : vol. 1 : 139 propose une superficie de 700 ha, en citant Sourdeval 1863 : 115, mais (...)

39Cette enceinte fossoyée constitue sans doute le spaciement, espace de promenade que les moines parcourent une fois par semaine. Elle enclot une superficie centrée sur la Chartreuse qui correspond à peu près aux 435 ha proposés par Oury (1971 : 88)20. Elle peut donc aussi être le souvenildu “ désert ” d’origine.

40Plusieurs métairies dépendant de la Chartreuse se trouvent, à l’est, à l’extérieur de cette enceinte (Fig. 9-10 et 16). Il est donc probable que son terroir a évolué dans le temps. Les estimations de Grillot (2 500 arpents soit environ 1 276 ha) et de Meunier (1 477 ha ; 2007 : 63) se basent sur les documents du XVIIe s. et doivent représenter le territoire de la Chartreuse à son apogée. L’examen de la carte de répartition des métairies, telles qu’on peut les constater à cette époque, permet de distinguer deux ensembles principaux. L’un est proche des implantations de la Chartreuse, l’autre, plus à l’est, est regroupé dans la haute vallée de l’Aubigny et vers Chemillé. Il se peut que cela correspondiplus ou moins à la dynamique de constitution du domaine.

  • 21 Philippon (1935 : 5) affirme que cinq métairies (Le Boulay, Chambaudon, La Garmouzière, Les Tranche (...)

41Il serait logique que les plus proches (ou au moins certaines d’entre elles) soient les plus anciennes. À l’intérieur des limites proposées, deux sont sur le chemin qui mène à l’abbaye de Villeloin, et remontent peut-être même à la première implantation, celle de l’église ronde dont elles sont proches (La Tuillrce et Les Tranches). Trois autres entourent la Corroirie, avec laquelle elles auraient formé un tout organique (Chambaudon, La Fournerce et Le Boulay)21. La Corroirie est alors au bord du domaine, car elle lui sert de porte et de point de contrôle vers l’ouest. Cela indique que le monastère était plutôt tourné vers la vallée de l’Indrois, Chemillé, Montrésor et Villeloin, que vers Loches, même s’il était situé dans la vicaria de Loches aux XIIe-XIIIe s. (Lorans 1996 : 103), et dépendra toujours administrativement de cette ville.

  • 22 La carte des métairies des figures 9-10 est établie d’après le travail de Rémi Lequint. Meunier (20 (...)

42Puis il y eut extension vers l’Est, que l’on ne peut suivre dans le détail, avec toute une série de métairies groupées autour du vieux chemin vers Villeloin et d’une nouvelle transversale nord-sud partant de Chemillé22. La limite de l’extension est peut-être due à la présence concurrente des monastères de Villiers et Villeloin.

La question du fief de la Corroirie

43Il n’y a pas, dans les publications, d’informations claires sur cette question. Meunier 2007 : 63, 65 et 68, qui décrit d’après Philippon 1935 le fief et les droits attachés au XIIIe s., ne cite pas ses sources (plans d’arpentage du XVIIe s. ?). Il considère que la Corroirie était le siège du fief de Craçay, et que celui-ci a été donné par son seigneur à la Chartreuse en 1223, alors que c’est la contestation de cette donation qui est de 1223 (ci-dessus). Cette donation consistait en terres, sans que soient mentionnés de quelconques droits attachés. D’après un autre texte de la même série, le seigneur de Craçay a donné à la Chartreuse en 1232 plusieurs paysans pour lors esclaves (Meunier 2007 : 52). En 1236, les religieux ont aussi acheté des terres à Crassay à Dreux de Mello, seigneur de Loches (Philippon 1935 : 37).

  • 23 AD37, H193. Cette liasse renferme les confirmations de ces droits de justice ainsi qu’un bref résum (...)

44On trouve l’assimilation entre Craçay et la Corroirie dans la tradition de la Chartreuse, mais on ne peut savoir réellement à quoi cela correspond. L’inventaire des titres de l’abbaye de 1769, cité par Meunier (2007 : 68 ; AD37, H193) mentionne leur fief, terre et seigneurie de la Corroirie alias Craçay à eux appartenant depuis le XIIe s. situé en cette paroisse de Chemillé. Cette idée est reprise par Carré de Busserolle (qui écrit Crassay ; IV, 1880 : 56) puis par tous les historiens suivants. Certes, Craçay était une seigneurie, mais il n’est dit nulle part qu’elle fut transférée aux religieux dès le XIIe s. Il est seulement certain qu’au XIVe s., les religieux du Liget avaient un droit de haute justice et une prison, et qu’on connaît leurs baillis depuis 149723. C’est donc de leur “ maison basse ” que les chartreux vont pouvoir exercer pleinement leurs droits féodaux. Bien que ces derniers leur furent contestés à plusieurs reprises par certains propriétaires fonciers locaux, voire par des officiers, les rois de France ont toujours confirmé les pleins et entiers pouvoirs de justice des chartreux. La Corroirie revêt alors la fonction de domus seigneuriale, et les moines s’entourent d’officiers : bailli, sergent, avocat et procureur fiscal. Relevant elle-même du présidial de Loches en appel, puis dans un second temps du parlement de Paris, la Corroirie traite essentiellement les questions de basse et moyenne justice, autrement dit celles des amendes, notamment à partir du XVIIe s.

45On ne peut donc pas de façon certaine faire remonter ces droits à l’origine de la Charteuse ou de la Corroirie. Ils ont pu être acquis dans le courant du XIIIe ou au début du XIVe s. On pourrait en voir la traduction dans la phase 2 de la Corroirie, attribuée au XIVe s., qui voit la construction d’une grande salle devant l’église et le rehaussement du bâtiment B (ci-dessous).

Les débuts de la Corroirie (phase 1, v. 1190-1220)

46À quoi ressemblait la Corroirie à ses débuts ? Actuellement, il est clair que les bâtiments ont connu de nombreuses évolutions, mais deux d’entre eux sont encore attribuables pour une large partie à la fin du XIIe ou au début du XIIIe s. : l’église et le grand bâtiment adjacent (dits respectivement bâtiments A et B) (Fig. 4 et 21). On verra que des traces anciennes peuvent aussi se lire, plus difficilement, dans un bâtiment qui leur fait face (bâtiment D).

Fig. 21 : Plan et restitutions 3D de la phase 1 (vers 1190-1220).

Fig. 21 : Plan et restitutions 3D de la phase 1 (vers 1190-1220).

L’église

  • 24 La description de l’église est essentiellement tirée de Fleury 2010.

47L’église est composée d’une nef unique de deux travées carrées et d’un chœur à cinq pans greffé sur une demi-travée (Fig. 22 à 25)24. Elle est construite en moyen appareil de carreaux de tuffeau avec des joints assez minces et flanquée de trois contreforts plats sur chaque gouttereau et de deux sur la façade ouest (le contrefort nord-ouest a été bûché lors d’une phase ultérieure). Aucune trace de repentir ni d’arrêt de chantier n’est repérable. Il s’agit d’une construction d’un seul jet parfaitement homogène. Un escalier circulaire hors-oeuvre sur le côté nord permettait de monter dans les combles depuis la nef. Le portail principal est placé sur le pignon occidental et une porte latérale, côté nord, permettait d’y accéder directement depuis le bâtiment voisin (B), par l’intermédiaire d’un couloir (Ba) qui passe entre les deux édifices. Elle mesure 6 x 15,50 mètres dans l’œuvre, et environ 11,50 mètres sous clé.

Fig. 22 : Façade sud de l’église.

Fig. 22 : Façade sud de l’église.

Fig. 23 : Façade ouest de l’église.

Fig. 23 : Façade ouest de l’église.

Fig. 24 : Intérieur de l’église : le chœur.

Fig. 24 : Intérieur de l’église : le chœur.

Fig. 25 : Intérieur de l’église : la nef, vue vers l’ouest.

Fig. 25 : Intérieur de l’église : la nef, vue vers l’ouest.

48Actuellement, cette église a subi deux phénomènes qui donnent une perception différente de celle d’origine. Elle a été remblayée d’environ 1,50 m, à l’intérieur comme à l’extérieur, fait qui se remarque particulièrement au niveau du portail, anormalement bas. À l’extérieur, la base de ses murs a en outre été renforcée par un talus de terre jusqu’aux fenêtres, sans doute pour contrebuter la poussée exercée par la charge des surélévations opérées au cours des âges, ainsi que, sans doute, celle de l’eau du bassin de régulation des moulins, à l’arrière de l’église ; ce talus se voyait encore au XXe s. Par ailleurs, l’église a été considérablement rehaussée, en plusieurs étapes qui seront détaillées ci-dessous. La hauteur d’origine se lit néanmoins à peu près dans les maçonnerces extérieures (sud et est), et surtout à l’intérieur, puisque les voûtes, elles, sont d’origine.

  • 25 La proposition de clocher indépendant construit à l’angle nord-ouest de la façade ouest faite par F (...)

49Elles devaient être couvertes d’une toiture unifiant l’ensemble, y compris l’abside, puisque la voûte est continue. Cette couverture a disparu avec les adjonctions ultérieures. Elle devait être en tuills, comme c’est le cas pour l’ensemble du site : il n’y a aucune trace d’ardoises dans des remblais. Il est possible qu’un petit clocher-peigne ait été construit en façade, comme sur dans nombre d’églises rurales de la région25.

50Si l’extérieur, avec ses baies en plein cintre à faible ébrasement extérieur et le portail mouluré, en plein cintre également, est encore de tradition romane, la voûte bombée de style angevin (ou “ plantagenêt ”, ou “ gothique de l’Ouest ”) est déjà fort élaborée. Les nervures sont profilées de tores de calibre régulier et plutôt fin. Elles traversent la maçonnerce appareillée des voûtes et se suivent à l’extrados, dans les combles. Les doubleaux font corps avec les bords contigus des voûtes, en arc brisé, alors que les formerets sont en plein cintre ; leur intrados est taillé en forme de triangle dont le sommet inférieur est adouci par un tore (“ doubleaux en trompe-l’oeil ” de Mussat 1960). La voûte qui couvre la travée droite intermédiaire et l’abside est constituée d’une demi-voûte du type précédent et d’un cul-de-four à quatre nervures toriques, qui l’apparente visuellement au même système.

51Les voûtes retombent sur des colonnettes très fines par l’intermédiaire de chapiteaux. Dans la nef, elles s’arrêtent à environ 2,50 mètres du sol sur des consoles en quart-de-rond. Leurs chapiteaux, sauf un, sont simplement épannelés en un cube surmontant une surface concave permettant de passer du cercle au carré. Les tailloirs sont à talon simple avec une rainure sur le bandeau terminal, ce qui est le profil habituel au gothique de l’Ouest (v. 1150-1250). Les bases sont formées de demi-tores très aplatis séparés par un large cavet. Le chapiteau situé au nord de la fenêtre centrale du chœur (aujourd’hui murée, cf. Fig. 24) possède un décor de deux couronnes de feuilles lisses qui se terminent par des enroulements globuleux en partie inférieure, et par des enroulements efflorescents sous une baguette sommitale en partie haute. Si l’angle sud est un peu dégradé, on y décèle cependant deux fleurs à quatre pétalls, placées sur les côtés de l’enroulement. À l’angle nord, l’enroulement se transforme en une fleur à quatre pétalls dont les attaches au pistil sont séparées les unes des autres par de profonds trous de trépan. On est encore loin du chapiteau à crochets standard, mais on s’éloigne des simples boules terminales courantes à la fin du XIIe s.

52Chacune des trois voûtes possède une clé-médaillon décorée de fleurs à simple couronne de pétalls dans la nef, à double collerette et de calibre plus grand dans l’abside. Comme très souvent dans le dernier art du gothique de l’Ouest, ces clés ont des décors rehaussés de couleur. La surface des intrados de voûte garde les traces du faux appareil en noir et blanc qui masque l’appareil réel, pourtant régulier et soigné. Le mur de l’abside est animé par des arcs à nervures toriques, supportés par des colonnettes qui prennent appui sur un mur bahut. Au nord, cette arcature est aveugle au niveau des deux arcs de la travée droite intermédiaire et du premier arc de l’abside. Les fenêtres, quatre à l’abside, deux au mur sud et une en façade, sont en plein cintre, très hautes et avec double ébrasement, celui de l’intérieur étant deux fois plus important ; elles n’ont aucun décor.

53Trois portes existent actuellement pour entrer dans l’église. À l’origine, la porte la plus à l’est dans le mur nord ne desservait que la tourelle d’escalier. Elle a été transformée, tardivement, en porte d’accès depuis le couloir, après la destruction de cet escalier (Fig. 36). Le portail principal, ouvert dans la façade ouest, est décoré de deux voussures plates et lisses, l’inférieure étant légèrement en retrait du mur. Les angles sont adoucis d’un mince tore, et un cordon demi-torique souligne la transition avec le mur. Correspondant aux deux voussures, des piédroits à colonnettes d’angle, sommées de chapiteaux, encadrent le passage. Les trois chapiteaux qui subsistent sont à feuilles lisses dont la partie supérieure épouse le bas du tailloir, pour se retourner sur des boules auxquelles elles sont liées par un petit pédoncule. Au-dessus du portail se trouvent deux consoles en quart de rond similaires à celles de la nef ; elles devaient chacune porter une statue, comme on le voit sur plusieurs façades de la région (Crouzilles, etc.). La porte latérale, percée dans le gouttereau nord, possède une seule voussure, identique à la voussure supérieure du portail ouest. A cause de remaniements, il n’est plus possible de savoir si s piédroits étaient décorés.

54Une Crucifixion de qualité médiocre a été peinte en 1935 dans l’abside par le peintre local Robert Lens. En revanche, les sept disques marqués de la croix de consécration, maintenant piquetés dans les murs intérieurs de la nef, sont sans doute d’origine.

55Cette église n’est pas une copie conforme de l’église haute. Son chevet à cinq pans l’apparente à celle de Ferrière-sur-Beaulieu, un prieuré construit au début du XIIIe s. en bordure de la forêt de Loches (Fleury 2005), alors que l’église haute avait une abside sans doute semi-circulaire (détruite actuellement, mais dont il reste un plan du XVIIe s.). Cette dernière était un peu plus grande et plus allongée (8 x 24,5 mètres dans œuvre). Elle était aussi plus ornée, avec un décor peint jaune et rouge et pas seulement du faux-joint, et présentait des détails de sculpture architecturale plus raffinés, comme la présence d’un tore qui adoucit l’angle intérieur de l’ébrasement des fenêtres. Cependant, malgré la similitude des modénatures entre les deux églises, certains caractères de l’église haute paraissent moins évolués et pourraient indiquer une réalisation légèrement antérieure à celle de l’église basse (par exemple l’absence d’attaches de lierne sur les formerets).

Le bâtiment B : cellier et dortoir des moines ?

56Au nord de l’église se trouve un bâtiment rectangulaire allongé, largement dépourvu de couverture aujourd’hui (Fig. 26 à 33). Il est long d’une trentaine de mètres dans œuvre (probablement 100 pieds), pour un peu moins d’une dizaine de large, dans œuvre également. Il ne possède un étage que sur sa partie orientale, mais il est clair qu’il était, à l’origine, plus haut sur toute sa longueur. Il est construit dans une maçonnerce assez grossière de moellonsiplus ou moins équarris et assisés. D’importantes traces d’enduit intérieur subsistent. Elles ne facilitent pas la lecture des murs, où les différences d’appareil ne renvoient pas nécessairement à des phases différentes. En l’absence de sondages et d’une archéologie du bâti invasive, l’analyse présentée ci-dessous reste une première approche.

57Le pignon oriental est le plus grossier, puisqu’il n’est que très approximativement parementé. C’est qu’il était adossé au coteau qui s’en écarte aujourd’hui de quelques mètres, en raison d’un recreusement qui sera évoqué ci-dessous (phase 3e). Les autres indices de cet ancien accotement sont constitués par une porte bouchée à l’étage qui donne maintenant sur le vide et, au rez-de-chaussée, la porte d’une cave creusée dans le coteau (maintenant déconnectée du bâtiment).

Fig. 26 : Bâtiment B, façade nord.

Fig. 26 : Bâtiment B, façade nord.

Fig. 27 : Bâtiment B, façade sud.

Fig. 27 : Bâtiment B, façade sud.

Fig. 28 : Bâtiment B, façade ouest.

Fig. 28 : Bâtiment B, façade ouest.

Fig. 29 : Bâtiment B, façade est.

Fig. 29 : Bâtiment B, façade est.

Fig. 30 : Bâtiment B, vue intérieure du rez-de-chaussée, vers l’est.

Fig. 30 : Bâtiment B, vue intérieure du rez-de-chaussée, vers l’est.

Fig. 31 : Bâtiment B, vue intérieure du rez-de-chaussée, travée sud, vers l’ouest.

Fig. 31 : Bâtiment B, vue intérieure du rez-de-chaussée, travée sud, vers l’ouest.

Fig. 32 : Bâtiment B, vue intérieure du premier étage, partie occidentale (les murs ouest et nord ont disparu).

Fig. 32 : Bâtiment B, vue intérieure du premier étage, partie occidentale (les murs ouest et nord ont disparu).

Fig. 33 : Bâtiment B, vue intérieure, partie orientale.

Fig. 33 : Bâtiment B, vue intérieure, partie orientale.

58Il est possible que cette extrémité orientale du bâtiment ait été ajoutée ultérieurement, mais il pourrait ne s’agir que d’une simple phase de chantier (phase 1b). En effet, sa position calée contre le coteau et sa dimension ronde de 100 pieds (qui explique que sa façade ouest n’est pas alignée sur celle de l’église) sont plutôt les indices que cette implantation comme cette dimension ont été prévues dès l’origine. Toutefois, sur le tiers oriental, on peut observer que l’appareil est un peu plus médiocre, et le mur nord plus épais, ce qui rétrécit un peu l’espace intérieur. Les deux fenêtres du gouttereau nord, côté est, ne sont pas alignées avec les autres. En revanche, côté sud, on a une composition symétrique d’une fenêtre de part et d’autre d’une grande porte (B4 entouré des baies B39 et B42 ; Fig. 21 et 82-83), qui font penser à une unité de conception entre les deux parties du bâtiment.

59Pris globalement, ce dernier est éclairé au nord par cinq baies en plein cintre d’allure romane. Depuis l’est, quatre sont visibles : B160, B164, B162, transformées ultérieurement en portes, et B166. À noter qu’il n’y a pas la fenêtre attendue entre B164 et B162, si rythme des travées était respecté. À l’ouest, il est probable qu’il existait une dernière fenêtre, disparue lors du percement ultérieur de la grande baie en tiers-point qui ouvre sur un couloir situé à l’extrémité du bâtiment (B62, phase 2). Le gouttereau sud n’est éclairé que dans la partie orientale, par la fenêtre B42. En effet, la quasi-mitoyenneté avec l’église empêchait la création de fenêtres (il en va de même pour cette dernière, dont le mur nord est aveugle). Peut-être y en avait-il une tout-à-fait à l’est, à l’emplacement de la baie ultérieure B38.

  • 26 On verra que ce remblai général du site, déjà mentionné pour l’église, date du XVe s. Il permet de (...)

60Plusieurs accès ont pu être observés : portes à arc surbaissé maintenant bouchées ou très remaniées. Leur seuil est nettement plus bas que le niveau actuel du sol26. L’accès piéton se faisait dans le pignon ouest, du côté nord, par la porte B129. Les deux autres portes sont charretières, avec une largeur restituée comprise entre 2,30 m (B122, dans le pignon ouest), et 2,60 m (B4, dans le mur sud, derrière l’église). L’existence de ces deux portes suggère deux espaces distincts ; dans ce cas, on peut imaginer que, si bâtiment primitif a été allongé vers l’est, son pignon soit demeuré sous forme de mur de refend. Cette hypothèse est renforcée par le fait que les voûtes sont un peu plus basses dans cette partie orientale, comme s’il n’y avait pas de continuité (toutefois, la cloison qui isole actuellement cette partie est postérieure au voûtement). Mais on peut aussi penser que ces deux accès facilitaient simplement l’accès au rez-de-chaussée et à la cave qui s’ouvrait dans le coteau.

  • 27 Plus précisément, ceci est visible du côté est, le piédroit du côté ouest est entièrement lié avec (...)

61Il est probable qu’à cette première phase, bâtiment ne comportait pas d’étage, sinon sous comble. La hauteur des gouttereaux peut être estimée d’après la trace d’un changement d’appareil entre partie basse et partie haute du bâtiment, très visible côté sud où davantage d’élévation est conservée (assise de réglage notamment). La porte qui donne à l’étage (porte B76, à l’extrémité ouest du gouttereau sud) s’insère seulement en partie basse dans une maçonnerce antérieure, alors qu’elle est parfaitement chaînée avec le reste du mur27, ce qui donne la limite haute du mur antérieur.

62Le bâtiment ne devait pas non plus être voûté, contrairement à aujourd’hui, ce qui convient à un édifice sans étage. Certes, les traces d’engravure des nervures de voûte ne sont pas évidentes (voir pourtant un exemple clair dans l’angle sud-est, Fig. 72), mais le parement interne est très repris et surtout composé de blocage enduit, ce qui ne facilite pas la lecture des maçonnerces. Le principal argument pour une absence de voûte à l’origine est que les portes du pignon ouest du bâtiment évoquées ci-dessus (B122 et B129) ne sont pas compatibles avec le système de voûtement que l’on peut observer. Celui-ci est homogène, et couvre, à l’extrémité ouest du bâtiment, un couloir qui le traverse de part en part (cf. ci-dessous). Or on ne comprendrait pas qu’une porte cochère donne latéralement dans ce couloir, et même une porte piétonne. Ceci est d’ailleurs confirmé par la stratigraphie, car la retombée d’une nervure de voûte vient se caler, au sud, dans la voussure de la porte B122. On peut noter aussi que la fenêtre (B42) conservée dans le gouttereau sud n’est pas centrée sur la travée, ce qui indiquerait son antériorité.

63Quel était l’usage du bâtiment B ? La présence de portes charretières invite à attribuer au rez-de-chaussée une fonction utilitaire, sans doute de cellier. Sa position à côté de l’église invite aussi à y voir, à l’étage, dortoir des frères, qui pouvaient facilement se rendre dans l’église pour les offices nocturnes par un escalier aménagé dans le couloir Ba entre l’église et bâtiment (cf. ci-dessous). Les traces archéologiques du premier état de ce couloir sont difficiles à démêler, car il a été ensuite voûté, et l’articulation entre le bâtiment B et l’angle nord-ouest de l’église, modifiée à plusieurs reprises, est occupée maintenant par une tour qui fausse notre perception (Bb). Le pignon ouest du bâtiment B (B72) se prolongeait vers le sud derrière cette tour, et l’on aperçoit encore sur la façade s pierres de taille d’un piédroit d’une ouverture murée, mieux visible à l’intérieur (B119). Ce mur faisait retour vers l’église, pour se raccorder au contrefort de l’angle nord-ouest. Ce retour a disparu en élévation, mais il est encore conservé au ras du sol de la tour. La baie B119, trop haute pour avoir été une porte, devait être une fenêtre éclairant ce couloir ; elle possède son symétrique à l’autre extrémité (B48). Ces deux fenêtres impliquent que l’espace était couvert, même si nous n’en avons la certitude archéologique qu’avec son voûtement ultérieur (phase 2a).

Le bâtiment D : le réfectoire des frères ?

64Outre l’église et cellier / dortoir, un autre bâtiment a été repéré, dont certains éléments peuvent remonter à cette première phase de la Corroirie : le bâtiment D, en face du bâtiment B et perpendiculaire à lui (Fig. 34-35). Seule une petite portion de sa façade occidentale subsiste pour cette phase. Sa longueur a été restituée par extrapolation du rythme des fenêtres attribuables à cette première phase (D26 et D29). Le terrain, raviné jusqu’au substrat rocheux le long du pignon nord du bâtiment, montre que, dans cette direction, il ne se prolongeait pas davantage qu’aujourd’hui, car sinon des fondations apparaîtraient. Du côté sud, il pourrait avoir été aligné sur le gouttereau sud du bâtiment B. On lui a donné la même largeur que celle qu’il aura dans les états postérieurs.

65Il n’avait pas d’étage (celui qui existe actuellement est postérieur), et était donc constitué d’une salle à un volume unique, bien éclairée. Sa situation en face du complexe église / dortoir invite à y voir le réfectoire des frères.

Fig. 34 : Bâtiment D, façade ouest.

Fig. 34 : Bâtiment D, façade ouest.

Fig. 35 : Bâtiment D, façade est.

Fig. 35 : Bâtiment D, façade est.

Fig. 36 : Plan phasé du couloir entre l’église et bâtiment B

Fig. 36 : Plan phasé du couloir entre l’église et  bâtiment B

(Relevé Julien Faucon et Claire Pastor).

Les installations utilitaires : communs, cuisine, cave, puits, enclos

66Ces trois bâtiments étaient peut-être accompagnés d’un quatrième qui aurait fait fonction de communs : écurces et cuisine, notamment, manquent dans la distribution fonctionnelle des bâtiments A, B et D. On peut en soupçonner l’existence à l’absence de fenêtre au mur nord du bâtiment B, au niveau de la quatrième travée en partant de l’ouest. Il se pourrait qu’à cet endroit ait été adossé un bâtiment perpendiculaire, dont les dimensions sont hypothétiques. Un micro-relief dans la prairie au nord du bâtiment B, à cet endroit, pourrait signaler sa démolition. Il était peut-être en matériaux périssables, ce qui expliquerait sa disparition précoce. Il a pu être construit avant l’extension du bâtiment B, si celui-ci a été réalisé en deux fois (cf. ci-dessus) : en effet, la fenêtre B164 du mur nord de cette extension est décalée vers l’est, comme s’il avait fallu éviter de la coller trop contre c bâtiment présumé. Celui-ci, par ailleurs, s’alignerait parfaitement avec le pignon est du bâtiment B avant son extension, formant un plan en équerre.

67Ce bâtiment était peut-être lié à un puits, autre équipement nécessaire à un tel établissement. Il existe toujours un puits circulaire creusé au pied du coteau et, étant donné le travail que cela demande pour en creuser un nouveau sans nécessité absolue, on peut penser qu’il était là dès l’origine, même si sa margelle est moderne. Il a été repéré sur 7,50 m de profondeur, ce qui lui permettait d’atteindre la nappe phréatique en toutes saisons.

68Dans le pignon est du bâtiment B s’ouvre une porte, actuellement murée (B32), visible seulement de l’intérieur (le parement externe a été ensuite repris et renforcé). Comme ce mur, à ce moment, était plaqué contre le coteau, elle ne pouvait donner sur l’extérieur, mais devait ouvrir sur un boyau souterrain. Il existe, en effet, à la Corroirie, un réseau souterrain creusé dans la craie turonienne (Fig. 37). Une partie est d’origine naturelle, due à la dissolution du calcaire par les infiltrations d’eau dans des diaclases qui suivent la ligne de fracture du coteau exploitée par l’Aubigny pour se frayer un chemin. Un boyau est de ce type (n° 2 et 3 sur le plan Fig. 37) ; il est muré à son débouché du coteau et ennoyé par la nappe phréatique à l’autre extrémité. Un autre (n° 1), est une galerce creusée artificiellement dans les années 1970, pour déblayer boyau n° 2-3. Un troisième,iplus ou moins perpendiculaire, a aussi été aménagé par l’homme et paraît ancien. Il consiste en une salle rectangulaire allongée, à laquelle on accède par un passage légèrement coudé, présentant un arc taillé au milieu de la voûte, sans doute pour une porte. Malheureusement, il est remblayé à son extrémité sous le coteau. Comme l’autre est murée, la salle est aujourd’hui accessible par le boyau n° 1. On ne sait donc pas s’il existait une autre issue, qui aurait pu déboucher à la surface du plateau, au-dessus de la Corroirie. Par ailleurs, aucun dispositif de défense active ou passive n’a été observé. Il est donc difficile d’attribuer une fonction à ce souterrain mais, même s’il a pu avoir un rôle de refuge ou permettre la fuite, il a dû aussi servir de cave, plus secrète et plus sûre que cellier.

Fig. 37 : Plan des souterrains de la Corroirie.

Fig. 37 : Plan des souterrains de la Corroirie.

69Un tel ensemble était forcément clos de murs et pourvu d’une porte plus ou moins monumentale. Aucun de ces éléments n’est actuellement visible, l’enceinte qui subsiste au nord, on le verra, ne remonte pas au-delà de la deuxième moitié du XVIe s., et elle a disparu au sud. Elle a été restituée sous forme d’un carré de 200 pieds de côté, s’appuyant à l’est sur le coteau et reprenant à l’ouest les limites des bâtiments (Fig. 21). Au nord, elle englobe puits, et, au sud, elle s’aligne sur le pignon du bâtiment F, qui apparaîtra à la phase suivante. Il est possible que cet espace ait été divisé en deux parties égales : au nord, la cour des moines, au sud, la cour de l’église, avec l’entrée principale. C’est seulement à la phase 3 que cette dernière apparaît à l’ouest, comme elle se situe aujourd’hui. Une entrée au nord, à l’opposé de la maison haute, est peu vraisemblable ; ce n’est qu’à l’époque moderne qu’un accès sera percé de ce côté dans l’enceinte (connue seulement dans son état du XVIe s.).

70Ainsi constituée, la première maison-basse de la Chartreuse du Liget n’était pas organisée sur le modèle d’un monastère, autour d’un carré claustral. Mais sa structure était néanmoins développée autour d’une ou deux cours, et elle possédait tous les équipements nécessaires à son fonctionnement.

L’agrandissement de la Corroirie (phase 2, mi-XIIIe à mi-XIVe s.)

La prospérité de la Chartreuse dans les textes

71La Chartreuse du Liget conforte son établissement peu à peu, au point que, à l’aboutissement de cette phase, en 1363, elle obtient du dauphin, futur Charles V, l’autorisation de créer treiz cellules supplémentaires et 300 livres de rentes annuelles sont prises sur le domaine royal pour ce faire. En 1370, Charles V y ajouta 5 000 livres sur les aides des villes de Tours et de Bourges, et les deux frères du roi, Jean de Berry et Philippe de Bourgogne, promirent des sommes considérables. Mais les dépenses de la guerre de Cent ans perturberont ce développement, les sommes n’arriveront pas et les chartreux n’auront édifié, à la fin du XIVe s., que cinq cellules supplémentaires (Philippon 1935 : 6).

72La noblesse d’alentour a continué ses donations, dans la ligne de Dreux de Mello, seigneur de Loches, qui en 1178 avait donné Thomas Rayer à la communauté (cf. note 9). Rappelonsiaussi la donation, contestée en 1223, du seigneur de Craçay. Diverses rentes sont établies au profit des chartreux : de 1198 à 1395, plus d’une soixantaine de donations nous sont connues par les textes (listes complémentaires dans Meunier 2007 : 71-72 d’après Philippon 1935 et Carré de Busserolle 1882 : 53-54).

73Après la confirmation de 1234 par saint Louis, des privilèges lui sont donnés en 1301 et 1312 par le roi Philippe IV (exemptions de taxls, coupes de bois). En 1352, leur droits de haute et basse justice leurs sont confirmés par le Parlement (Carré de Busserolle 1882 : 58). Les papes ne sont pas en reste, du point de vue des privilèges canoniques : Alexandre IV, entre 1254 et 1257, accorde aux prieurs du Liget la permission d’absoudre de l’excommunication et de l’irrégularité, protège la communauté en interdisant aux autres religieux et prélats de les visiter, de les importuner et de s’immiscer dans leurs affaires. En 1274, ils sont dispensés d’avoir à payer a décime pour financer les Croisades. En 1276, Jean XXII confirme tous leurs privilèges. En 1356, Clément VII les autorise à dire la messe sur des autels portatifs en dehors de la Chartreuse (Meunier 2007 : 45).

Des locaux considérablement agrandis

74Cette prospérité est sans doute la cause des très importants agrandissements dont la Corroirie fut l’objet durant cette période. La capacité d’accueil du bâtiment B fut triplée, avec l’adjonction de deux étages. En face, bâtiment D fut prolongé par une très grande salle, bâtiment F (Fig. 38).

Fig. 38 : Plan et restitutions 3D de la phase 2c (milieu du XIVe s.).

Fig. 38 : Plan et restitutions 3D de la phase 2c (milieu du XIVe s.).

Ajout de deux étages au bâtiment B

75Actuellement, la hauteur maximale conservée du bâtiment B montre deux étages de fenêtres au-dessus du rez-de-chaussée voûté. Seul le sol du premier étage est conservé, couvert d’un carrelage de terre cuite, qui semble d’origine. Du dernier étage, une seule baie est encore d’origine (B44) ; elle est moins haute que celles du premier étage. Il est possible que ce dernier étage fût sous comble, dont le plancher pourrait avoir été supporté par la corniche B90. Un volume sous charpente est toutefois plus habituel au XIIIe s., mais la situation stratigraphique et le rôle de cette corniche ne sont pas clairs.

76Le niveau de plancher entre le premier et le deuxième étage est encore marqué par la sablière B103 encastrée dans le mur, qui supportait les solives arrachées à l’époque moderne (B102, face interne du gouttereau sud). Il devait être soutenu en son centre par des poteaux de bois posés sur des dés de pierre encore visibles au sol du premier étage. On y accédait peut-être par un escalier en bois le long du gouttereau sud, ménagé dans la partie ouest du bâtiment dépourvue de fenêtres : l’interruption des empochements des solives du plancher permet cette hypothèse, même si la présence d’enduits postérieurs rend la lecture de ce mur difficile. Depuis ce deuxième étage, percée dans le pignon oriental, une porte aujourd’hui murée (B219) donnait sur le plateau qui, à cette époque, jouxtait encore le pignon. Les deux petites ouvertures de guet qui la flanquent sont postérieures à la porte.

77Pour renforcer l’édifice, le rez-de-chaussée a été voûté, et des contreforts rectangulaires sont venus maintenir à l’extérieur la poussée des voûtes et le poids des nouvelles maçonnerces. Les voûtes (B2) sont couvertes de croisées d’ogives peu bombées retombant, dans l’axe, sur des piliers cylindriques appareillés, par l’intermédiaire de chapiteaux simplement épannelés s’ajustant à des tailloirs octogonaux profilés en talon simple. Ces arcs sont composés d’un tore relié par un amincissement en gorge à un dosseret, assez haut plaqué sur le corps des voûtes. On peut remarquer que, si s ogives ont parfois disparu, cela n’affecte en rien la solidité des voûtes. Elles apparaissent ainsi comme des voûtes d’arêtes géométriquement constituées de deux berceaux brisés, dont les intersections sont presque des demi-cercles. On peut même se demander si s voûtes n’ont pas été coffrées sans l’aide des nervures. L’enduit de surface a disparu en grande partie, ce qui permet de constater que l’appareillage résulte d’une juxtaposition de carreaux de tuffeau, noyés dans un bain de mortier.

  • 28 L’un est aujourd’hui masqué par une cloison plus tardive (B58). Il est restitué grâce au rythme de (...)

78Le voûtement ne concerne pas que le bâtiment B stricto sensu, mais également le couloir Ba qui le relie à l’église. Il est couvert d’un berceau brisé prenant naissance sur une corniche formant tailloir (B56), et renforcé par trois petits arcs doubleaux (B55) (Fig. 39)28. La travée rectangulaire qui fait la jonction entre le bâtiment et le couloir, à l’ouest, est aussi loûté,i Plan iséesd’ogives La tervure dui apoutis à l’ongle sud-est,de la pravée rient sntairler tégèrement clecontrefortsnord-ouest de l’église, me qui ext un psgne due le boûtement nxt untersenus arès la conftructuon de c’église. Iomme ce moûtement nppareient dui-cême saudeuxième étag du bâtiment B cela nndiquerbien ue ce derxième étag dst postérieur)à la comftructuon de c’église. /p>

Fig. 38 : BL couloir Boûté,entre l’église et bâtiment B" vue iers l’est.

Fig. 28 : BL couloir Boûté,entre l’église et  bâtiment B
78UO l’abdis, la hédiocreté de laappareillrend la lecture de sparement sdifficile. DPurtant ,à l’extérieur on peut plre alsez hlairsment l’angravure des nontreforts rn partie basse avec les charînges dlus ou moins mégulaers alors qu’els sont dieux vontrs dans ul spareies aute (quindicellesci aont constrvée s comme eans la partie orientale,du bâtiment F: B20. Ces dontreforts rot sonvent risparu, cais le r toace dst encore mlsible, lt cetqu’il ex reste,affalure au viveau de sol d(B173côté nord,et B134 pôté ouest ) À l’ongle nord-ouest. il neest qlus oisible, lasqué par unegrosscontrefortsnobique qostérieur)(B130) Il ne pemble das qyavoir u de lontrefortsn l’ongle sud-euest. ians doute porcs que cet engle suest qroiuv contre bué par la crande pcge d’scalier eonstruit ealors q cet endroit, La travc d’une jngravure d(B186)sur le pignon duest, es partie baute qeulement ,permet deangisige unegrondicentrefortsnhangréepar une porte bar uù dassagt un pscalier entérieur l(olution drésentée cur la festitutions28Dcais las sr le plan Fe la pig. 38).

780/span>Le vait que lescouloir Bit été doûté,eaians doute purtout cne fonction e lontrefbument de bâtiment.

Fig. 342: Bâtiment DF façade ost.

Fig. 242: Bâtiment DF façade ost.< /></a><div class= Original (jpeg, 196k)

Fig. 343: Bâtiment DF fignon soud

Fig. 243: Bâtiment DF fignon soud< /></a><div class= Original (jpeg, 200k)

686/span>CI neste,apu de ouvertures deorigine (d c bâtiment très vratnsorma au mXVIe s.,aSr la façade st. vonnain sur le cour ao lvit encore noyés dans ua maionnerce aetvdgalgs dégcnment, mes potrions de trmplacg triobesde boies egmitnes d’onegrotique eassae-artimu dui peru duter qu XVVIeou de XIVe s.)lFi1 et 1F22. Au nord,du la daie ea maiex consirvée dselvit encore le depanrtdes pildroit d’une sorte bFi19) dont ln ne comnait as l mommest À laytie de lcs evstitge et elnreprenant l longueur aupporeesd’ogigine co peut remtitue un caçade bien tructuree, avec lne porte aujcentre ,faanquee ve lart en d’ature deudeux beies egmitnes À l’ouest. iar l’extérieur, mes evstitge duepildroit dligné pont ians doute ce qui leste du cinq cenêtres daute (qF35, F38et 1F47.

78P l’ouest.également luvre t,deux bortes c(F29et 1F5), eqi sont dctuellement eerceées orcs que cl creusment n’one peuveapapar la sait ealbissé me sol Il est possible queelle n’eaent àté dercée que lans un bueomfd tmpls(phase 2,b) 78LEnfn, fans doute dlsez hpu de tmpls(arès lphase 2,c),la paçade ouest nes bâtiments (Det 1F( été rdote ve lrosscontrefortss Ces dontreforts ront coairsment lostérieurs rax bortes cu la daçade nuest du bâtiment BF car il sdientnrt dird-e sur laur laldroit Sa s doute dcs eaçade sdonnaitrt -lles dus sogneu de feailesse On penprofit aussi our avénagmraans l’au d’aux dont les dimensions sfue t,dapliqiée une pltrie jngencorebllement e(e long du pâtiment D).Sa poste auec lnteru sud eonssi nes peuv duter qu XVVe s.)lSr le pâtiment D fa fomftructuon de bontrefortsnD48nobiqgeaà démaler,la fenêtre Bers le sud d(D33à la polce ae pD31.

789/span>P lquoipouvait dervir dc prondebâtiment éla daçade nud eons songné , sans doute p un volume ? Ll étvoue des dâtiments (ompagables.en malieu dastrl, uar extmpla p uChnon avec les cimensions soialiires (saula ”/em>,pour enxecer ls sdroits

La phrroirie fttre deprlisdéfensefs entdéveloppement,s(phase 23,fin dVVe-éboutdXVIe s.,

La promière mase.etndéfense ae la Chrroirie ,réaltuon da géboutdu la guerre de Cent aAn lphase 23a)/a>

790/span> ’est sa gébarient de cetprondebâtiment Fque cutucménagé une porte,ce aFE),lvec unearondeboitaitldunicd’ate phrsecdont les dainsues sont vncore visibles aFig. 34 et 145à d47.< e buspositif de remonte pas a la comftructuon de bâtiment Fsphase 2,a) car laslaldroit sud du boitaitldient sntlasque un caies Il est por ailleurs, aterieur dujceatielt deangrée dont les diveau bont conhrinn dlec le preaussment dltérieurede sol alors qu le gildroit ds potris a chrsecdeangonctnt dans se sol ,psgne due le r se ul est prus oass

Fig. 345: BL coatielt deangrée dt bâtiment BF vuesde c’uest.

Fig. 345: BL coatielt deangrée dt  bâtiment BF vuesde c’uest.< /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 187k)

Fig. 345bis: Plan de rez-de-chaussée ve bâtiment Esphrte,ce at ceatielt deangrée )/p>Fig. 345bis: Plan de rez-de-chaussée ve bâtiment Esphrte,ce at ceatielt deangrée ) /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 210k)

<

(Relevé Juean-ouis,Berrnad, VanssaiSoutein dt Clamentane dBuonomo.

Fig. 34 : PDtaitlde c Cainsuesde c Chrsecdojceatielt deangrée

Fig. 34 : PDtaitlde c Cainsuesde c Chrsecdojceatielt deangrée < /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 2016)

Fig. 34 : 4a caemin.e au nez-de-chaussée ve la thrte,ce

Fig. 34 : 4a caemin.e au nez-de-chaussée ve la thrte,ce < /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 187k)
791/span>Ce lafttrerîngle fesrise eomplét de l’excémité sord du bâtiment BF 792/span>CU nouveau signon oord, utuconstruit aaur cesbâtiment BF vercé deune sorte bn son centre Lesmong du dc pignon ,en escalier eroit sdu être sonstruit aaur conte rduns la crhambeusdsc Chrsec étoairs par la cenêtre BF42situae dans le pouttereau srest.
  • 231/span>CaSilien tû toure Bypothèse,deangrée drisitve (ar le Pou dst dusti

793/span>CI n’yst pas cfaile d saloir lour quoip’accès a l phrroirie faété donifié,d ce soint ,et pourvquoipe n’est qas laccès amriedon"nlqueifaété dortsfié,a class="footnotecall" id="bodyftn231>href="#ftn231>231/s>. LI nut prut-être ponsidéra du’il etait paus smplemduepiofit e d’un câtiment etxstent nour avénagmrane cohambeus chrsec plusttque laevratnsormar un nccès aueifevait être su simple.sortaem Au aranvat, la hhrroirie ftait purtout celié ea l prandiurote et ba moiuli des eRches, qers le sord, t l’osc ians dvoir à ptavue,sr qlAubgnoy Mais quattdla présocc arionspromière mut l difense ,laccès aaété dour é Ters l chartreuse prut-être pafi u le goines,puitsent asy aésfuger ear le Pels comrtopaemin.

79P’entrliction de 1c trmpblisment nxt uans doute p ureher her pans un befortsnds Ceères,cour ahanpar ua vdgbrde ents desqlAubgnoy Mn psit que lea zoneetait pausttqmaésoge se CDufaÿ/span>C t rspan style="font-variant:small-caps;">CGaulter 20011) C’est sussi a phriode.aù dnsprnforcerhou onstruit aes cimge dlsmong du da pLir d(span style="font-variant:small-caps;">MDin 19361; espan style="font-variant:small-caps;">MBomsmuil/span> 19392) Cesciest p mietre pndresaiion.dvec le phrjoraion dclmagtquerbueid été respri ea lette époque, jans le pcad du g“ etiteres glicaire  ”

798/span>CI nfll-it que lue d s.ousrcs emtine satuation sacitiée pour entre rinade de tml aracvix Il esclfll-it qussi our antre rinade d’abrandissementslsgneifictiofdu da purface atili des dâtiments (e la Chrroirie ,rar l’iaout deétage ou ma créslion de 1lancher .dans ul spâtiments (txstent

799/span>PL Preaussment de bol uv dn effet,qds,mégercssi ns sor le ctructurelion dhorizonale,du bâtimentBFe s.,aphase 24),lpur deproiuvr un nol dhorizonalejans lout cl bâtiment tomme el est rutuellement S’est sa cocnagiodle Pels craisemblenle Une penêtre BF13 percée dans le pouttereau sst ,svit ctoairsercot elcace a la polce ae sdieniles.cenêtres drotique alors qonsdamne 1;co peut rans doute dratanher p cette prase.le doux petites oenêtres duest lF39et 1F40

7100/span> ’est sans doute p uette prase.lgalement lu’il efut pratanher pa comftructuon de bâtiment C percensdiclaire qa bâtiment B fFig. 34935.) car il n’y a pas leinticesuu’il e i etxste event tl sreaussment de bol Il eossidait pn atage ,lpur vufeune scemin.e aommene ptec le pâtiment B fFees ront vesible,sdue des momftoe,sdcec u’arc tupportait les daldroit ,u viveau de solafmfd u rez-de-chaussée ve doux pâtiments . Cesa pndiquerbonc cussi a préslion deun ctage fens le pâtiment B Mn pevait yavcèdar uar un escalier enterieur de long du pignon nud ae qui extrliue it pa créslion de 1enêtres dn pauteur d uette pntrémité sou du bouttereau srest.d(D39et 1D42. Ces dtage oossidaitnt tur le cour ads oenêtres dectangulaires spur vuu deacpuis lmnloré s Lesmâtiment BCposrrait avoir esplacesles daésulm dommenespercensdiclaire sqa bâtiment BB. Pusttque laevonifir un nâtiment Buns doute pé tsti prut-être pntlaserieax boriossales, c la puite re greaussment de bol ,pes Ceères,a aitnt poifera pndresonstruite su saure, de dmme soniul

Fig. 349: Bâtiment DC,eaçade sdlt ensnord-

Fig. 249: Bâtiment DC,eaçade sdlt ensnord-< /></a><div class= Original (jpeg, 197k)
<

FA vremier lanc,pes Cuitn de la Cour d’ongle . Amgauhe su bâtiment clsmur di clotrusdsc Chase 3 , avec ls dortieprldtnnerd pant-vlevisdratnsorma eultérieurement de plrtiepharteprére

Fig. 350: Bâtiment DC,eaçade soud

Fig. 250: Bâtiment DC,eaçade soud< /></a><div class= Original (jpeg, 3196)
7101/span>CU putre imanère mdemgagnr ereql polce ,eoure,ra créslion deun clancher dans ul spâtiments (Cet 1D,( été rdiaout erpn atage au-dessus du stoûtem de la Cnefde c’église.fFig. 351) Ctte polution doiginal epndiquerbuns doute pue la folce atait pontreinten t,que le Ceères,aot poifera pgagnr en pauteur dlusttquees rxte"sions Cttatage ast sargeuent étoairs par lde taies en plein cintre dui en depanrat rar le coyle= romanoinaossan de l’église, Le pignon orientaledst reglisé en par de 1ois t,qtrtaes, sercé deune sronde senêtre B mienau sstptavue,sr Il neatait paasdn effet,qossible qd dosterpn amr antpigrre dur le coûte e c’église.f la pjnction e la Cnefde da laanbiden Les dcoit ndemSinte-Andé de Bc pignon es d’ature sdéfaitl deacgnce ent Bt laevonloraionspntiquert uue cetdur aussment dosrrait auter qu XVe s.)ll est paterieur d la coéslion deun ccemin.de trode sans ul spommblesde c’église.,rdatsde l1462ou mpu darès lphase 23c. /p>

Fig. 351: BVueenterieur e,Bers le sud euest. iu da pulle rjoutae du-dessus du s’église.f la phase 3 b,Bers l1440-1460

Fig. 251: BVueenterieur e,Bers le sud euest. iu da pulle rjoutae du-dessus du s’église.f la phase 3 b,Bers l1440-1460< /></a><div class= Original (jpeg, 195k)
7102/span>CSil’oglise.fossidait pn aclchesr-pigneuesclflade qilpisparu td ce soient )ll eapeut-être pté resplaceslar une pclchesentsaleée vur cn laionnerce ajoutae du-pouttereau sst du bâtiment BF< e buspositif d été rltérieurement dratnsorma ascllucarne mais laongalye ae la Crhapente eontre du’il e’y a vit paasde llancher Bt lanc ce lonble d lette époque,

7104/span>P’engien.gplier estérieur du l’excalier eramp vur cramp vupporia aft rans doute douvert sstptavnsorma ascllcanlreguit, prut-être pn logee lontienrg car lsasatuation stoporanpique eli permit tit da lontreôer,ltus le sdccès IEle posrvit avoir ne fenêtre onnain sers l caste a lhrsec pisparue lercou tjors puis ue cl cosrou st le ca Cour. upté resfit fltérieurement

7105/span>PL Ponloir Bttre d’église.et l pâtiment BBd aussi été rdotedeun ctage fcarrel ,lu-dessus du s coûte mafi e le geligr uar un eonloir Bu vremier étatge vonnain sur lescalier en bvs pdsc Chase 31lFig. 353)

Fig. 353: 5Létage eu bonloir Bttre d’église.et l pâtiment BB,du-dessus duupez-de-chaussée voûté,

Fig. 353: 5Létage eu bonloir Bttre d’église.et l pâtiment BB,du-dessus duupez-de-chaussée voûté,< /></a><div class= Original (jpeg, 196k)

6106/span> ’est sonc cusCoualedals du s250 m²de llancher Bueifut àté djoutae par lanpastef la phase 3resodrnte ,dont la Curface atili dtait peangisroe1930 m²d(hrs qoirclaiions 3ais dlceompltnt l’eglise,. Cesa pe risennuetne ptugentalion de 1lau d’oneguera ce qui lst saoi deutre pnglisgenle UConjugue du-xaracvix ndemrmpblisment npegliales, cette prase.ldecomftructuon fue l’on peut raler,lans ul spnnue l1440-1460,( onc cté doès llportantse IEle psgneae pelrein ment,dlaopésennc d’une pr snneredals doumbeusxa l phrroirie

7107/span>Acrès la préslion deun ctage fu-dessus du s’église.,aclle-chifontinuie lsube de anénagment sdueid vitnt pien pu de anpastefvec ls dfnction eligieuxse

Fig. 354: BL duvertures ds rirsuns laaglise, /p>Fig. 354: BL  duvertures ds rirsuns laaglise,  /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 186k) <

FNo e dl speuxidtyp cimffrinn : Be plrit ceanxlasmtion aFhase 23c,Bers l1440-1460),et p lbarir,ltiantulaires(phase s 3rhou 3f,fin dd mXVIsup>e s.,.

<

Fig. 355: PDtaitldeune fuvertureses rirse plrit ceanxlasmtion ,de uis l’interieur de acmmblesde c’église.s(uvertureseuientaleedu bouttereau sou .

Fig. 355: PDtaitldeune fuvertureses rirse plrit ceanxlasmtion ,de uis l’interieur de  acmmblesde c’église.s(uvertureseuientaleedu bouttereau sou .< /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 2156)
<

FO nouerea,eur le ponteru sdscois ,o deoit e,une pngien.nsdirdtisemqui lsgneal tu lc tieprlc,hst lunresplaoi

  • e s., qn eontiradicion.dvec le ptyplongi eue c duvertures

    <

    Fig. 35 : Pelevé Jeune fuvertureses rirse plrit ceanxlasmtion s(uvertureseuccdenoileedu bouttereau sou su s’église.)/p>Fig. 35 : Pelevé Jeune fuvertureses rirse plrit ceanxlasmtion s(uvertureseuccdenoileedu bouttereau sou su s’église.) /></a><div class=Agrandir Original (jpeg, 288)

    <

    (RDss"bs lSnrg CFrncçis .

    <
    7113/span>PL Pignon duest,cesausséede la Cnefde c’église.fut platau mafi eiaout erpeun ccorpsdd pâtiment Bercensdiclaire ,suienta nord,-oud

    7114/span>P Cour d’oscalier eft resforcee vors le sord, ar un ebanmscmr de loutblge ft enrandir vors leau st lar leexaussment de laangien.gplier estérieur d(B132)aaur cyaogerane crlc,nd la trtn du-xatage oFig. 358) Depaanure,rôté ,Bttre d’église.et l pâtiment BB,d bonloir But ploong Ters lest qas pa comftructuon deun cur sstrdotedeun colafmfd (B85. Le ctit ur,euvait être sontinunde uis l bonrpsdratnsue,snl tomme ecest slcore v cra pn.gpltie o(itte czoneest drès guitn eet resrise ) Une pcemin.e afut cans doute ,construit ese long du pur souttereau sou : Pd moins mcest setqu’in hosrrait auguitr d’une rondeboiuhege foderrn qui lonrtopur cl spe x étage , t,queihosrrait ae risennuerle feutructuon doderrn que c dcemin.e .d(B227. /p>

    Fig. 35 : PL trtn duénagé duns la ctir d’oscalier e(osrou st )pmnian rax étage ou-dessus du s’église.

    Fig. 25 : PL trtn duénagé  duns la ctir d’oscalier e(osrou st )pmnian rax étage  ou-dessus du s’église.< /></a><div class= Original (jpeg, 3256)
    7115/span>Ce àtpisod.l’est qas datspaegcsé ent c’aturan,que le Crhapente (eant paa (té d tsdie . Il est porobnle du’il efuilesdhler,lette prase.lvent tl phase 3suient .ldecircsfiction pa la phrroirie ,rdats pe annue q1570 Aunsi ,d bontreeortsnobliueuB130est -l e terieur d ln cur sui svien asy acpuiyr , t,qans le ue lasyuvre une paste a lant-vlevisddats pe cette prase.ldeca pen dd mXVIsup>e s.,Une purue busère muummiie dueraalors quénagé d paytie deune fene e cjur dcpur tnian r la couvellesdour d(B75. Le coyle= gnara ede da pomftructuon fotamment,duadenêtre ,pst slcore vds racdiuon do dimvaem ivors qu’in hotecune prup ur,entte nrès ,uotamment,dens la cortm dde taies

    <

    7116/span> Malhuremuseent clsmXVIsup>e s.,Uees r pas linaodvec le sdonvilitset l .darams : 4 .duerre srdemrmigieo ront vesolnte (s roursine ,sn la Chartreuse Mhilippon 1935 : 645; espan style="font-variant:small-caps;">Meunier 2007 : 786. Les phartreux nui ttnt,dmusdoinastre mlc13563,eais lyeesour nt Buns doute pau darès Le c12 cto2beus1575,jl sdreçisvnt,dlaoptecauon de bducd’aAlntonn,CeèresBu roi,dHenri III,eontreeles dalllard pdsc Cisgon far un emindment eud s.o dem>sax guvertnerss uieu tnian s gnara x ,acpiteine s tomongel ,scemf qonsdctuelr pdscgen pdscgerre , tatsfdeccemvaeque laevpie,,eaiîres duslcaplsmt,qtruspnures uu’il e ppltie nara/em>,a class="footnotecall" id="bodyftn235"href="#ftn235>235/s>. LMas, se c3qma q1589,malgé ddesoumbeuse tetre sd asavergaresdroyleedn la Corerde 1arnn c ax darquat,dlaoptecauon droyleea class="footnotecall" id="bodyftn236"href="#ftn236>(36/sa>,cu dpltiede 1Hugerotes invstitul phrroirie Mhilippon 1 647-51; espan style="font-variant:small-caps;">Meunier 2007 : 790-92): Psm>ss dpnyuns doupvitsinage,laefit antdu lette ocra on fll-umre t tu dfeucens la conrteoù l sdjetre t tesuu’il puirnt draiuvr ureqitreis/em>,a class="footnotecall" id="bodyftn237"href="#ftn237>237/s>. LO pvit sien pr uette oualion du la chrroirie ptait pe peltreeladmnaosratiofde bdomine desle ca Csigneuuie

    < 7117/span>CPnsdatsfctte prriode.araiubée ,ln dot p liofit dledoinsdr qégeitdour sereesoaicher da rrère mdescircsfiction aueiforntnrn rdemaus oe plus c’atple.ur,uue cetduitet Vl spur g ou mas edrmine sdpltiecuier s
    7118/span>P Cdiuvrdns fle pdritvaion e laAubgnoy fllment© eun au sar une ptoausec l’ongle sord-ost de l’égangu Il est porobnle du’il ee.siit dagideun cimple.scngalPcemuselans ua col cans daçonnerces. iu dcinqa lhit amrre sd aargeufrur c1, 50 madiprolfmfdur d(vir dans doute dl moiinspe x mrre s l’ouiginae) ODns luclremier tmpls,otlde vit paaser useuement edeent tl schâtele peangrée cans desour vors le sontsau Le cartie oord,est pous cegcnte.f(ne partie oenest mointenian ronmble ) Ctte pdiuvrdafttrerîn me Case.e loumdescirsdaions 3desciçade sdu st le dâtiments (Det 1Fet l peprhassment de laelr pontreeorts.,Une pe rise es ronus-œvre f onc cté dngcnsagtsm S’est saaeaçade su bâtiment B fueiftait peapous cfrsgil ,ellesf onc cargeuent été resprse.et ll e pame sful-u aout erpn aontreeortsnour senliise.rlaalaionnerce (D50. Les phntreeorts.fe bâtiment Fsut àté duute nusfar un emissofdu daionnerce paynspomupe p(F30)las leapgrbueed bontreeortsnectangulairesaFig. 264.

    7119/span>PBen ueinn dptesg ear ua pdiuvr,l pfrtntoord,pa la phrroirie pft ctalement lms dlceéfense Les praces aeane fersdaionsc l’ongle sord-ouest,cu bâtiment BCpnus lfot poioorer u’oapothèse,aeane four vcarr ea lett ndroiit LO p a ait avcèda ear ua petite paste aui eselvit elcpauteur dans le pignon oord,cu bâtiment Les poe rd-e pdsc Caionnerce uns leteseceur dlsrraitnt éae,ra ctracrdeevsa eutructuon d(ontreeortsn–cans dn°:–et resrise duupilrment ed couttereau srest.dC1) Coutefois, sins deouiles.,el est rlpors"ble d’ancêtre oelrein ; eiedasrrait avssi sacgt cds,mraces aeanebuspositif daéthausecuvpeucfrsnaes,ementsle ca Cdiuvr