Navigation – Plan du site
Carte localisation
Articles

Le Pont de Pierre de Charlieu (Loire). Archéologie d’un ouvrage d’art : construction et évolution architecturale

The Stone Bridge Charlieu (Loire): construction and architectural evolution
Marc Guyon

Résumés

En 2011, une opération d’archéologie préventive, suite à une prescription émise par l’État (DRAC Rhône-Alpes), a permis d’accroître nos connaissances sur le pont de Pierre de Charlieu (Loire), en saisissant l’opportunité des travaux de réparation de l’ouvrage par le conseil général de la Loire.
Ce pont en pierre, qui permet de franchir la rivière “ le Sornin ” affluent de la Loire, est situé au sud de l’agglomération de Charlieu.
Aucune synthèse ne fait état des passages ayant existé sur la commune de Charlieu.
La connaissance de ce pont à travers les textes est plutôt maigre. On ne connaît pas sa date de construction. Seul un terrier évoque déjà sa présence en 1432. Un texte mentionne qu’il est en réparation en 1733. En 1861, son tablier est élargi en amont. En 1938, les trois piles sud sont renforcées.
À l’heure actuelle, où souvent les vestiges de ponts se trouvent détruits par les pelles mécaniques sans que personne ne puisse intervenir, l’investigation archéologique a permis d’apporter des données conséquentes sur la connaissance de ce pont.
D’après les marchés de construction, ce type de fondation est bien connu à partir du XVe s., mais il reste très mal documenté archéologiquement.
Cette étude inédite permet de mettre en lumière l’organisation d’un radier général et d’une fondation d’une des piles remontant au XVe s.

Haut de page

Texte intégral

J’aimerais souligner le fait que je n’aurais pu mener à bien cette publication sans l’assistance conjointe de l’ensemble des collaborateurs avec lesquels j’ai travaillé.
Mes remerciements vont tout d’abord à Grégoire Ayala (Ingénieur, Inrap) pour sa participation à l’opération et surtout pour son soutien dans la relecture de cette publication ; à Claude Chopelin pour sa connaissance sur l’histoire de Charlieu ; à Emmanuel Dransart (EMTT) pour son étude métallurgique ; à Daniel Gaillot pour ses conseils sur la taille de la pierre ; à Jean-Luc Joly (Assistant d’étude, Inrap) pour l’étude pétrographique ; à Catherine Lavier (IR1 LAMS - CNRS – UMR8220) pour son étude d’archéo-dendrométrie ; à Jean Mesqui (Ingénieur et chercheur) pour ses conseils sur les ouvrages d’art du Moyen Âge ; à Frédéric Pont (Assistant d’étude, Inrap) pour les relevés des façades de l’ouvrage ; à Nordine Saadi (Inrap) pour les relevés topographiques ; à Jean-Louis Van Belle pour ses conseils en glyptographie et enfin aux personnels des divers pôles archivistiques consultés. Pour ceux que j’aurai oubliés, qu’ils soient aussi remerciés.

Introduction

  • 1 Les mots suivis d’un astérisque marquent un terme technique et renvoi au glossaire.

1Lors de travaux effectués sur des ponts encore en usage, l’intervention révèle des vestiges archéologiques encore en place. Peu d’opérations archéologiques sont mises en œuvre sur ces sites lors de consolidations de piles ou de réfection de tablier*1. À l’heure actuelle, bien des vestiges de ponts se sont retrouvés détruits par les pelles mécaniques sans que personne ne puisse intervenir.

2L’étude qui va suivre montre la méthode à l’occasion d’une opération archéologique sur un ouvrage d’art. Le type d’étude peut être simplifié dès lors que l’on respecte un protocole correctement appliqué.

3Aucune synthèse ne fait état des passages ayant existé sur la commune de Charlieu.

  • 2 Terrier de Ronzeria (reg. in-8° de 56 fol., 1370-1432) série 1E des archives départementale de la L (...)

4On ne connaît pas la date de construction du Pont de Pierre, mais il est mentionné pour la première fois dans un terrier du XVe s2.

5Avertissement : S’agissant d’un ouvrage d’art, composé de plusieurs piles et arches, la numérotation prend son origine en rive gauche (Fig. 1).

Fig. 1 : Élévation pierre à pierre de la façade amont et aval

Fig. 1 : Élévation pierre à pierre de la façade amont et aval

(Relevé pierre à pierre F. Pont, Inrap - DAO M. Guyon, Inrap).

Le cadre de l’étude

  • 3 Coordonnées géographiques RGF93/Lambert-93 x : 790677 y : 6562483.

6“ Le Pont de Pierre ”3, permet à la route départementale n° 4 d’accéder par le sud à l’agglomération de Charlieu (Fig. 2). En décembre 2003, Il a été considéré comme potentiellement dangereux pour la circulation au vu d’une inspection réalisée suite à la crue du Sornin. Le conseil général de la Loire, alors gestionnaire de cet ouvrage d’art, avait choisi de déclasser cette portion d’infrastructure routière d’une centaine de mètre de longueur, et d’en déléguer la gestion à la commune de Charlieu. Au préalable, le conseil général de la Loire devait remettre en état ce tronçon routier. Cet ouvrage d’art est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 8 août 1938.

Fig. 2 : Localisation de l’opération sur fond de plan cadastral (1/5 000).

Fig. 2 : Localisation de l’opération sur fond de plan cadastral (1/5 000).

7Suite au dépôt du dossier de réparation de ce pont à la DRAC Rhône-Alpes, le service régional de l’Archéologie de Rhône-Alpes a prescrit une étude archéologique préalable en 2011, alliant à la fois archéologie du bâti et sondages. Une équipe d’archéologues de l’Inrap a effectué cette opération, en plusieurs phases, en fonction de l’avancement des travaux de réfection de l’ouvrage. L’opération archéologique s’est intercalée entre la démolition de l’élargissement amont de la chaussée et les travaux qui avaient pour but de lui redonner son apparence primitive par un remplacement quasi général du parement* et une consolidation de la fondation de la pile P4.

8L’intervention archéologique avait pour objectif de collecter tous les éléments permettant de restituer l’historique du pont, dans sa partie d’élévation masquée par le doublage effectué au XIXe s., ainsi que par des investigations conduites au pied de la pile P4 moins remaniée. Ces données, complétées par des analyses réalisées sur d’éventuels pieux de bois, devaient permettre la confrontation des sources écrites et iconographiques sur cet ouvrage avec la réalité archéologique. C’est ainsi qu’un relevé pierre à pierre de toute la façade amont a été réalisé après démolition de l’élargissement effectué en 1861. Pour la façade aval, seule la partie nord de l’ouvrage a été dessiné de l’arche A4 jusqu’à la culée* nord. Des contraintes techniques n’ont pas permis de dessiner plus d’éléments sur cette partie aval, ce qui, d’ailleurs, n’était pas prévu au cahier des charges. Toutes les faces de la pile P4, y compris sa fondation, ont été dessinées. L’ensemble des palplanches* délimitant le radier général* de l’ouvrage a été lui aussi documenté, dans la limite des parties visibles et non restaurées lors de l’intervention. Une documentation exhaustive des marques lapidaires a été produite.

Contexte géohydromorphologique

9Ce pont est situé à l’extrémité orientale de la plaine de la Loire à l’interface entre le bassin de Roanne-Digoin et le Beaujolais à l’Est ainsi que le Brionnais au Nord. Il permet de franchir la rivière “ le Sornin ”, au niveau d’un secteur stable. Ce secteur se caractérise par une largeur de l’espace alluvial plus faible. Cet emplacement est favorable à la traversée du Sornin contrairement aux secteurs à l’amont et à l’aval de Charlieu beaucoup plus plats et larges. Des modifications majeures dans la morphodynamique du Sornin sont visibles depuis 250 ans. Il s’agit sans doute d’un forçage d’origine anthropique.

10Le Sornin est une rivière d’environ 53 km de longueur qui prend sa source dans le Haut Beaujolais en plusieurs points, Sornin d’Aigueperse, à Saint-Bonnet (Saint-Bonnet-des-Bruyères), Sornin de Saint-Igny et Sornin de Propières (Mont Saint-Rigaud 1 009 m et Mont Bonnet 1 001 m). Il conflue avec la Loire au sud de Pouilly-sous-Charlieu.

11Avec un bassin versant d’environ 520 km², ses principaux affluents sont le Bézo (30 km de linéaire) à l’amont de Charlieu en rive droite qui prend sa source aux Bassets sur la commune de Saint-Christophe-en-Brionnnais (Saône et Loire), le Botoret (23 km de linéaire), le Mussy (18 km de linéaire).

12La nature géologique du sous-sol est caractérisée par des terrains primaires en amont du bassin versant de type granitique. Au niveau des hautes vallées, on trouve des formations de remplissages sédimentaires d’alluvions récentes et des colluvions de versants. En aval, ce sont des terrains sédimentaires (colluvions tertiaires et quaternaires sur socle calcaire). Un milieu karstique, localisé en rive droite du Sornin, est aussi présent.

13Le bassin du Sornin présente un régime pluvial avec une période d’eaux moyennes à hautes de novembre à mai et une période d’étiage marquée durant les mois de juillet à septembre. Les débits de pointe pour une période de retour centennale sont de l’ordre de 1m³/s/km² dans la partie amont du bassin pour atteindre 0,35 m³/s/km² au niveau de la confluence avec la Loire. Les crues sont essentiellement constituées dans les monts du Beaujolais avec une montée des eaux généralement rapide (quelques heures). Les crues historiques les plus importantes connues sont celles du 09 juillet 1882 (251 m3/s estimé à Charlieu), d’octobre 1893 (238 m3/s estimé à Charlieu), 16 octobre 1907, 1951, avril 1983, novembre 1996 et avril 1998 sur lesquelles la modélisation des zones inondables s’est appuyée, enfin celle du 02 décembre 2003 (180 m3/s estimé à Charlieu soit une période de retour de 50 ans) et celle du 17 avril 2005 (160 m3/s estimé à Charlieu). Le secteur est en zone inondable sur la rive droite mais le site d’implantation du pont semble se situer au niveau d’un resserrement (un gué naturel ou construit ?) du lit majeur à l’échelle de la vallée autour de Charlieu.

14La pente du profil longitudinal du cours d’eau varie en fonction des substrats rencontrés. Sur la partie amont, dans le département du Rhône, le Sornin sur 15 km présente un caractère montagneux avec un régime torrentiel et des pentes importantes, dans le département de la Saône et Loire, la pente est d’environ 0,5 % sur un linéaire de 20 km. Dans le département de la Loire, il coule dans une plaine alluvionnaire avec des pentes inférieures à 0,2 % sur un linéaire d’environ 20 km. Sur cette section aval qui nous concerne, la faible pente entre autre favorise la mise en place d’un style fluvial méandriforme (dissipation de l’énergie) dans un lit majeur contraint par différentes séries d’aménagements hydrauliques (seuil, barrage, dérivation, digue, urbanisation, etc.).

15Une analyse diachronique des cartes topographiques actuelles et de 1849, d’État-major, de Cassini (1750), indique, même si les précisions sont différentes, que la dynamique méandriforme du cours d’eau semble s’exprimer entre 1750 et 1849, intervalle pendant lequel de profonds changements morphologiques sont observables (notamment sur le secteur de la confluence avec la Loire). La situation actuelle contraste avec celle de la carte d’État Major et semble se caractériser par une tendance à une chenalisation unique actuelle et la persistance du style méandriforme.

16Ces différents documents illustrent en outre la pérennité du tracé immédiatement à l’amont et à l’aval du pont (actions anthropiques), objet du suivi, même si les secteurs de la Douze (à l’amont) ou au niveau du château de Tigny (à l’aval) sont très dynamiques. Pour ce dernier, une retenue semble exister sur le document de 1750.

17Le secteur du suivi, l’emplacement du Pont, se trouve, au moins pour la rive gauche en zone inondable comme le montre la carte actuelle du PPRNPI de la commune de Charlieu4. Une étude géologique (Bouiller et al. 1990) indique que depuis l’amont de la confluence avec le Bezo sous une couverture de 3 m d’argiles, les alluvions d’une épaisseur variant de 2 à 3 m, reposent sur les argiles compactes du Tertiaire.

Rappel historique de Charlieu

18L’histoire de Charlieu débute réellement avec la naissance de son abbaye bénédictine fondée vers 872, rattachée à Cluny en 932, réduite en prieuré vers l’an 1000 et rattachée au Mâconnais jusqu’au XIXe s. Cité importante au Moyen Âge, elle abrite sous l’ancien régime de nombreuses communautés religieuses : bénédictins, franciscains, capucins, ursulines, religieuses hospitalières. Son église et sa paroisse dédiées à Saint-Philibert datent de la première moitié du XIIIe s. Après un déclin, à partir du XVe s., la ville se développe grâce à l’implantation de l’industrie de la soierie au début du XIXe s. Au milieu du XXe s., cette industrie recule et fait place à de nouvelles activités.

L’ouvrage avant l’opération archéologique

19Avant l’intervention archéologique, l’élargissement du tablier, côté amont, a été détruit. Ce dernier était construit en briques rouges pour la partie bandeau* des arches et en moellons pour le mur de tête amont. Les voûtes de cet élargissement étaient en “ anse de panier surbaissée ” (Fig. 3). Les matériaux utilisés dans cette construction sont a priori de production locale, aussi bien en remploi qu’en extraction.

Fig. 3 : Façade amont du pont avant la démolition de l’élargissement vue depuis la rive gauche

Fig. 3 : Façade amont du pont avant la démolition de l’élargissement vue depuis la rive gauche

(Cliché : Lespinasse, privé).

20Lors de l’enlèvement de cet élargissement, les travaux ont mis au jour la date de 1757 inscrite au sommet de la première arche en rive gauche, façade amont. Dans le lit de la rivière, un radier général empierré est délimité en amont et aval par des pieux et des poutres. Les trois premières piles, en partant de la rive gauche, sont enserrées par des semelles de béton qui reposent sur le radier général. La première pile, côté rive droite, en est dépourvue.

Protocole et méthodologie

21L’opération devait répondre à une prescription déclinée en quatre points.

  • un relevé pierre à pierre, dans son ensemble, de la façade amont nouvellement dégagée ;

  • prélèvements de matériaux à des fins de datation et de détermination de provenance géologique ;

  • une surveillance des travaux de consolidation de la pile P4 lors de l’affouillement de cette dernière avec relevés et documentations exhaustives ;

  • une recherche de toute trace de gué, de radier ou de dispositif ayant servi à la construction du pont.

22Suivant ce cahier des charges émis par le service régional de l’Archéologie Rhône-Alpes, l’ensemble des objectifs n’a pas été totalement atteint du fait des travaux déjà commencés. L’opération s’est découpée en deux périodes d’intervention.

23Lors de la première intervention du 24 août 2011 au 2 septembre 2011, concernant la portion comprise de la culée sud à la pile P3, les travaux d’enrochement étaient déjà réalisés. De ce fait, la surveillance de travaux concernant le creusement des bêches* pour la mise en place des enrochements n’a pas été possible. La réfection du radier sous l’arche A2 était, elle aussi, déjà terminée. La réfection du parement de la façade aval, de la culée sud à l’arche A2, était en partie commencée et nous était interdite pour des raisons de sécurité, au regard de la co-activité.

24Lors de la deuxième intervention du 30 novembre 2011 au 13 décembre 2011, concernant la portion allant de la pile P3 à la culée nord, il n’a pas été possible le suivi des travaux d’enrochement. Ces travaux déjà réalisés lors de notre arrivée sur le terrain, rendaient impossible la réalisation de sondages aux pieds de chacun des avant-becs* et arrière-becs* des piles.

25Les relevés de façades ont été effectués depuis des échafaudages. Au préalable, un rapide nettoyage de celles-ci ainsi qu’un léger déjointoiement a été organisé. La façade amont a été relevée au 1/50 dans son intégralité ainsi qu’une partie de la façade aval, de la culée nord à la pile 3. Ce travail de relevé de terrain a permis la numérisation des façades.

26Pour le relevé du comblement interne de l’ouvrage, un carroyage*, d’une trame de 1 m de long pour 0,50 m de hauteur, a été installé sur son tympan. Il a été raccroché au système de relevé en pierre à pierre de la façade amont. Sa prise de vue numérique a permis d’en réaliser une mosaïque photographique.

27Les marques lapidaires ont été reproduites directement à l’aide d’un calque et d’un crayon gras et topographiées. Les traces d’outils ont été photographiées numériquement en lumière rasante, à l’aide d’un projecteur électrique, permettant de révéler au mieux ces traces.

28Le radier général (palplanches et demi-moises*) a été relevé numériquement en plan à l’aide d’un décamètre et d’un fil à plomb. Au final, sous la forme d’une mosaïque photographique, le travail numérisé a permis une restitution graphique.

29Quant aux relevés de la pile P4, un carroyage d’une trame de 1 m2 a été installé sur les piédroits* nord et sud en incluant l’avant-bec et l’arrière-bec, afin d’obtenir une mosaïque photographique. Chaque angle des carrés formant ce carroyage était matérialisé par un repère. Un relevé de ces repères, au théodolite, a permis de donner un cadre aux prises de vues numériques. À terme, la numérisation a permis d’en restituer l’élévation.

30Le relevé en plan des degrés de fondation de la pile P4 a été réalisé suivant la même méthode décrite pour celui du radier général.

Description de l’ouvrage d’art

31Avant sa réfection de 2011, l’ouvrage était constitué de cinq arches maçonnées surbaissées, d’ouverture variant de 7,25 à 10,35 m, reposant sur quatre piles et supportant deux tabliers maçonnés accolés. Le tablier d’origine présente 4,85 m de largeur et est situé en partie aval. Contre celui-ci, en amont, un second tablier de 1,50 m de large a été ajouté en 1861 afin d’élargir l’ensemble de l’ouvrage.

32L’ouvrage primitif est construit essentiellement en moellons de moyen appareil*. Il enjambe la rivière du Sornin sur une longueur approximative de 65 m (Fig. 4). Il est composé de cinq arches en arc de cercle, peu surbaissées, d’ouverture variable, et de quatre piles d’épaisseurs variables. Toutes les piles possèdent un avant-bec triangulaire surmonté d’un chaperon*. Les arrière-becs sont à talon rectangulaire. La largeur de son tablier est de 4,85 m. La hauteur maximale au niveau de la pile P2 entre la chaussée et la surface du radier général de fondation est de 5,30 m. Le pont a été visiblement plusieurs fois remanié comme le révèlent le remplacement de voussoirs*, les réfections de parement et le rajout d’enduits à divers endroits.

Fig. 4 : Façade amont du pont primitif avant la réfection du parement, vue depuis la rive gauche

Fig. 4 : Façade amont du pont primitif avant la réfection du parement, vue depuis la rive gauche

(Cliché : Roussel, Inrap).

Éléments de construction

Les piles

33Elles sont de forme rectangulaire et d’une surface voisine de 13,3 m2 à 15,7 m2. Aucune observation archéologique n’est possible sur les piles P1, P2 et P3 qui ont été ceinturées par 0,80 m à 1 m de béton coulé à l’intérieur d’un caisson de bois en 1938. Seule la pile P4 a fait l’objet d’une documentation détaillée avant sa consolidation par un couronnement en béton sur palfeuilles* (cf. infra, Les travaux de consolidation de la pile P4) (Fig. 5).

Fig. 5 : Tableau des largeurs des piles.

Fig. 5 : Tableau des largeurs des piles.

Les avant-becs

34De forme triangulaire et d’une surface voisine de 3,5 m2 à 4,5 m2, ils sont chaînés aux piles. La pointe présente une ouverture de 60°. Les avant-becs sont tous surmontés d’un chaperon à 165° et d’un bloc monolithique de forme prismatique droit à base trapézoïdale (Fig. 6) qui permettait d’assurer l’assise des voûtes en brique de l’élargissement de 1861. Sur l’ouvrage primitif, les avant-becs devaient monter jusqu’au parapet et, de fait, créer un refuge pour la circulation piétonne (cf. infra, Les travaux de consolidation de la pile P4) (Fig. 7).

Fig. 6 : Avant-bec de la pile P2

Fig. 6 : Avant-bec de la pile P2

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 7 : Tableau des longueurs des avant-becs

Fig. 7 : Tableau des longueurs des avant-becs

(Cliché : Guyon, Inrap).

Les arrière-becs

35À talons rectangulaires, ils sont peu chaînés aux piles et sont surmontés d’un chaperon (Fig. 8). Leurs parements aval présentent une inclinaison de 110° de la base au sommet. Dans l’ouvrage primitif, ces derniers n’existaient pas. Ils ont été construits en même temps que le radier général (cf. infra, Observation de l’arrière-bec) (Fig. 9).

Fig. 8 : Arrière-bec de la pile P2

Fig. 8 : Arrière-bec de la pile P2

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 9 : Tableau des largeurs des arrière-becs.

Fig. 9 : Tableau des largeurs des arrière-becs.

Le radier général

36Ce radier habituellement immergé est, de ce fait, rendu invisible à un œil non expérimenté. La restauration du pont a donc permis aux archéologues d’en saisir ses moindres détails (Fig. 10). Ce radier a été étudié à différents endroits et notamment en amont au niveau de l’arche A1, A3, A4, A5 et des avant-becs des pile P1 et P4, soit sur un total de 35,60 m linéaire. Dans sa partie aval, l’étude s’est portée au niveau des arches A3, A4 et A5 et de l’arrière-bec* de la pile P4 soit sur un total de 20,90 m linéaire (cf. infra, Organisation du radier général) (Fig. 11).

Fig. 10 : Vue du radier général au niveau de l’arche A3

Fig. 10 : Vue du radier général au niveau de l’arche A3

(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 11 : Plan du radier général

Fig. 11 : Plan du radier général

(Levé topographique Saadi, Inrap - relevés et DAO Guyon, Inrap).

Les arches

37Au nombre de cinq, elles sont en arc de cercle (Fig. 12).

Fig. 12 : Tableau des ouvertures des arches.

Fig. 12 : Tableau des ouvertures des arches.

38Malgré une façade amont très abîmée, surtout au niveau des tympans des piles depuis l’engravement de 1861 pour l’élargissement du tablier, on observe des voûtes soulignées par des bandeaux extradossés* d’environ 0,50 m de largeur. La courbure de l’arc de cercle est plus ou moins irrégulière sur les arches A3, A4 et A5. Cela tendrait à dire que les arches A1 et A2 sont plus récentes, car probablement refaites postérieurement aux arches A3, A4 et A5. D’ailleurs, les arches A1 et A2 sont les seules à posséder des marques lapidaires sur leurs voussoirs. Cependant, quatre blocs de parement du tympan* de l’arche A5 présentent chacun une marque lapidaire, qui peut traduire une réfection du parement à la même période. Le constat est le même pour la façade aval. La naissance des voûtes n’est visible qu’au niveau de la pile P4, les autres sont noyées dans le béton de couronnement des piles effectué en 1938.

39On peut différencier au moins trois types d’appareillage. Le premier est en grand appareil* pour les tympans des arches A4 et A5 et partiellement pour l’arche A3. Cette dernière arche présente un type de maçonnerie en petit appareil* en périphérie des engravements de 1861. Il en est de même pour le tympan de l’arche A2 qui est totalement maçonné en petit appareil. Quant à l’arche A1, son tympan est maçonné en moyen appareil, sauf au niveau des naissances de voûte, tout comme pour l’arche A2. Ces différents types d’appareillage sont probablement le reflet de trois états de réfection ou de reconstruction.

40Il est à noter qu’un bloc taillé en U, qualifié d’exutoire, est disposé en saillie au travers de la façade aval au-dessus de la pile P2. Placé sur la même ligne d’axe joignant l’extrados du bandeau de l’arche A2 à l’arche A3, il ne semble pas être fonctionnel mais plutôt décoratif du fait de son emplacement et de son unicité.

Les culées

41La culée sud constitue le point d’ancrage du pont sur la rive gauche du Sornin. À cette extrémité, l’entablement* du pont est beaucoup plus large que le tablier. Un perré* vient protéger le talus dans la partie amont de la culée. En tête de culée est présent un bloc prismatique identique à ceux installés en couronnement des avant-becs ; il en est de même pour la culée nord en rive droite. Le perré nord, au contraire du sud, est complètement enfoui dans la berge actuelle et ne permet aucune observation. En partie aval, les deux culées ont été parasitées par des aménagements modernes.

La chaussée et les parapets

42Un niveau de goudron est installé sur un ancien niveau de circulation composé de galets formant une sorte de calade. La chaussée suit un profil légèrement convexe atteignant son point le plus haut au niveau de la pile P2. La chaussée, en limite de parapet, est bordée de plusieurs bouteroues* dont certaines ont été remplacées au fil du temps par des moellons de béton.

43Les parapets étaient déjà déposés lors de l’intervention. Grâce à un habitant voisin, à proximité immédiate du pont, des clichés photographiques existent de cette dépose. Le bahut* des parapets est bombé et le fût* est constitué de trois assises maçonnées en grand appareil. Des trous pour faciliter l’écoulement des eaux pluviales de la chaussée existaient au travers des parapets.

Les matériaux employés dans la construction des parties aériennes

44La réfection du parement du pont a permis de saisir l’opportunité d’observer son comblement interne sur une épaisseur d’environ 2,70 m au niveau du tympan amont de la pile P1.

Description stratigraphique du comblement de la pile P1

45Réalisée après enlèvement du tympan de la pile P1, la stratigraphie se décompose en dix unités (Fig. 13). Les US 1 et 2 représentent le niveau actuel de la voirie constituée d’un revêtement bitumineux. En dessous, l’US 3 est un revêtement de sol en galets et pierres formant une calade d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur. Ce système de revêtement de sol est vraisemblablement mis en œuvre lors de la période de construction du radier général ou en 1861 lors de l’élargissement du tablier en amont. Les US 4, 5 et 6 sont les différentes couches d’installation de la voirie. L’US 6 est un niveau de mortier consolidé de teinte rose qui serait assimilé à un niveau dit de “ propreté ” ; l’US 5 est un niveau de mortier non consolidé de teinte grise dit de “ réagréage ” et l’US 4 est un niveau de mortier non consolidé de teinte rose-beige qui serait un niveau dit de “ stabilisation ”. L’US 7 composée de blocs calcaires liés à un mortier blanc-gris consolidé fait référence à un niveau de “ chape ”. L’US 8 est un niveau composé de blocs de calcaire jaune, matériaux de rebut lors de la construction de l’ouvrage, liés à un mortier de teinte rose apparenté à un remblai de comblement des murs de tête amont et aval de l’ouvrage. L’US 9 est composée de blocs calcaires de galets et de quelques fragments de brique. Le liant est de teinte lie de vin dont la composition soulève une interrogation. Il reste envisagé que sa nature soit rapportée à une fonction d’étanchéité. Celle-ci permet d’être imperméable aux infiltrations d’eaux pluviales vers l’intérieur des piles et interdit la remontée d’humidité par capillarité des eaux de la rivière vers la partie supérieure de l’ouvrage. Cette membrane d’étanchéité joue a priori encore bien son rôle car, lors des épisodes pluvieux, on pouvait observer le rejet des eaux d’infiltration, ruisselant des voûtes, à ce même niveau. L’US 10 est un niveau composé de blocs et de galets liés à un mortier de teinte rose et est le remblai de comblement de la pile.

Fig. 13 : Relevé stratigraphique de l’ouvrage au niveau du tympan amont de la pile P1

Fig. 13 : Relevé stratigraphique de l’ouvrage au niveau du tympan amont de la pile P1

(Relevés et DAO : Guyon, Inrap).

Provenance des pierres de parement

46Des prélèvements de pierres de l’ouvrage ont été réalisés afin de connaître la nature de pierres employées dans la construction du pont et d’en localiser la provenance (Fig. 14).

Fig. 14 : Tableau de localisation des prélèvements.

Fig. 14 : Tableau de localisation des prélèvements.

47Les prélèvements G3, G4 et G5 à proximité de la pile P1 sont tous les trois des échantillons de calcaire. Cette pierre constitue l’essentiel des monuments et divers ouvrages d’art de la ville de Charlieu. Il s’agit d’un calcaire à entroques de l’Aalénien (J 1a)5, dont un bon nombre de carrières sont répertoriées sur les communes de Saint-Denis-de-Cabannes et Mézilly toutes proches l’une de l’autre, à environ 5 km au nord-est de Charlieu. Ne serait-il pas probable que ce matériau brut ou les pierres déjà taillées aient été acheminés par barge sur les petites rivières du Sornin et du Botoret ?

48Les prélèvements G1 et G2, de part et d’autre de P4, sont deux échantillons très différents des précédents, assez faciles à identifier, en calcaire blanc à Pseudopecten Aequivalvis du sommet du Pliensbachien (L6). Le Pliensbachien regroupe des calcaires marneux (L5) et au-dessus, un assez épais niveau de marnes, surmontées du calcaire à Pseudopecten qui nous intéresse.

49Étant donné la dureté de ce calcaire, il est compréhensible qu’il ait servi de pierre de taille dans la région.

50Pour ces prélèvements, G1 et G2, deux sites sont candidats pour l’origine du site d’extraction.

51Le premier pourrait être un ensemble de deux carrières au lieu-dit “ Rougefer ” au sud-est de Mézilly. Mais l’affleurement apparaissant sur la carte géologique au 1/50 000 est du Toarcien (L 7-8), et il faudrait supposer qu’existait à la base des marnes de cet étage un affleurement du sommet de L 6, exploité très localement et ponctuellement.

52Le deuxième site est un ensemble de deux carrières dans du L 5-6 (Pliensbachien indifférencié), situées au lieu-dit “ Les Beluzes ”, à l’entrée est de Pouilly-sous-Charlieu, à 5 km au sud-ouest de Charlieu. Ce deuxième site est un candidat beaucoup plus sérieux quant à l’origine de ces pierres de parement de réfection.

Les marques lapidaires

Les traces d’outils

53Relativement peu observable en façade, un bon nombre de traces d’outils reste visible sur cet ouvrage, essentiellement sous les voûtes et sur les voussoirs des bandeaux. Au moins quatre outils sont répertoriés. La gradine*, la laye* que l’on retrouve fréquemment, la broche*, mais aussi des traces de pic laissées sur la face de certains blocs de pierre lors de leur ébauche.

54Certains blocs semblent provenir de remplois et ont été retaillés. Peut-être faisaient-ils partie d’une maçonnerie à bossages en premier emploi. On peut distinctement observer sur le pourtour de certaines pierres des traces de ciselure.

Les signes lapidaires

55Communément appelés “ marque de tâcheron ”, l’étude de ces signes lapidaires se nomme la glyptographie*. Une typologie a été constituée par Jean-Louis Van Belle du Centre International de Recherches Glyptographiques en Belgique6.

56De formes diverses, on peut noter au moins trois groupes de signes présents sur le Pont de Pierre de Charlieu. Les formes géométriques, représentés par treize signes différents (Fig. 15), les traits, représentés par douze signes différents (Fig. 16) et les idéogrammes, représentés par neuf signes différents (Fig. 17). Ces signes lapidaires sont situés essentiellement sur l’intrados* des pierres constituant la voûte de l’arche A1, sur les voussoirs formant les bandeaux des arches A1 et A2 en face amont et aval, et sur la façade amont de l’arche A5. Au total, 86 signes lapidaires ont été relevés sur l’ouvrage représentés par 51 % d’idéogrammes, 35 % de formes géométriques et 12 % de traits.

Fig. 15 : Signes lapidaires de forme géométrique

Fig. 15 : Signes lapidaires de forme géométrique

(Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).

Fig. 16 : Signes lapidaires de forme trait

Fig. 16 : Signes lapidaires de forme trait

(Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).

Fig. 17 : Signes lapidaires de forme idéogramme

Fig. 17 : Signes lapidaires de forme idéogramme

(Relevé, DAO et clichés : Guyon, Inrap).

57Tous ces signes ont généralement une fonction double. Soit identitaires, signe d’authentification du tailleur de pierre ou de l’atelier de taille pour être rémunéré au nombre de pierres qu’il aura taillées ; soit utilitaires qui permet le placement des pierres dans l’ouvrage.

58Dans le cas présent, c’est plutôt la fonction identitaire qui domine.

Des repères altimétriques ?

59Sur les chaperons des avant-becs des piles P1, P3 et P4 est gravée une flèche verticale dirigée vers le bas, pointant l’arrête inférieure du chaperon, et surmontée d’indications alphanumériques encadrées. Les inscriptions des avant-becs des piles P1 (Fig. 18a) et P3 (Fig. 18b) sont similaires mais a priori différentes de celle gravée sur l’avant-bec de la pile P4 (Fig. 18c) (Fig. 19).

(Cliché : Guyon, Inrap).

Les arches(Cliché : Guyon, Inrap).

ier général BDans le23)soirs des bandeaux. Au moins quatre outils s

34

(Relev: GuyonMvrap).

Le ll= de reexte"r. Un p

Lere l’atrélnexe/imerré*nfection o38/iall5i l’orig lartetber">vrc=ser en amont. Les US 4, 5  : Vue du radier ="toctA l’ouvrage.le

nde trocannexe/imnexe/S/213

50OriginaiennesOriginber">47 Dans le26e ces s"arens dnSet">rclarto*class="titreihref=drigine desurtdu d* mvemve ( style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">p).tre Dans le29)osséder des marquj="docanuage/ plus are 50< cicartesf lep cleacemenple"r. Un ppspaeonction g-12.jpgan-Llav cl>0,4ation.eg" al Sorn

avv4 eu /img-4.malcompogt Dans le30)au nomyimi-56Originber">47<-m80.jps dords avremineuignant aectDans le31)m3La m80.jps dant lesdge/2sierreSe36tioneau Se13tione lesà u un cetue tei0,3, iiau nomless et">tre /im rclarto. Mmposs Signeent é/15422 cass="icon nnexe

Osaune maçr sonp"b qcdleintere 50<">O lianteurs /im rclarto ( style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">p).Pour lnSsuexte"rclartclass="iconZoom" href="do

(Relevés et DAO : Guyon, 2nrap).

2 3446Des prélèvements de pierres de l’ouvrage ont ét2 réalisés afin de conn6Original (jpeg, 208k)

(Cliché : Guyon, Inrap).

34

Fig. 15 : 26</diPl=p clart etontrens d n°   AL09Icoouumber34Agrandir Original (jpeg,6228k)

(Cliché : Guyon, Inrap).

emg-4.malcompogt /im sunexe/imr cet titutimi-Fig. 16 :27endrDalt=emg-4.malcompogt /im sunexe/imr cet titutimi-34Agrandir Ori2inal (jpeg, 220k)infra, Organisation du radier général) (Fig. 11).

Fig. 10 : Vue du ra2rons Ass="paranumber">35lat du ">Les/image/2138/img-1

59Sur les chap2rons Ass="paranumber">35lat du ">LeIcoouumber">34

Fig. 10 : Vue du ra29endrDalt="Fp>emgan coisis pluttimi-Fig. 15 : Signes lapidaires de fdu bandeau de 2’arche A2 à l’arche A29endrDalt="Fp>emgan coisis pluttimi-34(Clich0 7 d">492tant donné la dureté34v>

(Relevé, DAC celleadier général) (Fig. 11).

Fig. 10 : Vue du ra3 endrDalt="Fp> elnSet"> coisis pluttimi-Origina : Vue /image/2138/img-1

elnSet"> coisis pluttimi-Origina : Vue Icoouumber">34(Clich0 7 d">493c* de la pile P4 soit siv>

(Relevé, DAC celleadier général) (Fig. 11).

Les arches<28Original (jpeg, 208k)

(Cliché : Guyon, Inrap).

ont répertoriés. La gradine*, la laye* que l’on retrouve fréquemment, la bro7he*, mais aussi des tracumr-lams="icissées sumr-lams="ice certains blocs de pierre lors de leur ébauche.

Fig. 10 : Vue du ra33 il ne semble mage/2138/img-13-lasuchron"docannex  : Vue du radier =a href="docannexe/image/2138/img-16-sm3’humidité par capillarité des eaux de la rivière vers la par3ie supérieure de l’ouvra33 il ne semble mage/2138/img-13-lasuchron"docannex  : Vue du radier =Icoouumber">34 ca: Vue det">6rrgieissées sur lemtt="iclass=omeuh3>rrgiee certains blocs de pierre lors de leur ébauche.

tre re amapidairesntrens d et mblelnSet-smalcompogt onuttimi-

, la laye* que l’on retrouve fréquemment, la bro9 sont p umber"/img-17-orn douatiEmmendrigDtensrct, EMTT.rtains blocs de pierre lors de leur ébauche.

Pourt lys"> f duh3>rrgis t“ pfiron 2,ccess"><"arens dnS5OriginioûXVIee sup> s.,uf="duesablel mais nn amon f lende oe/image/attesde lpremilow"mposina XVIee sup> s. nn Frclatraces de ciselure.

9

Les signe

59Sur les chap38 Roufagréd lude ssiv ce p: 34(Cliché : Guyon, Inrap).

Fig. 15 : Signes lapidaires de fdu bandeau de 3’arche A2 à l’arche A39 il ne semble ote/2sierre34(Clich0 7 d">493tant donné la dureté61e ce calcaire, il est compréhen

faciliter l’écoulement des eaux pluvia76es lapidiccerba sugit trsatteon 2 Roufagréd,pgne/spanitam de lhreendri paraures US 4, 5  XVIIIee sup> s. oûXXee sup> s. ( style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">Barluvots d’ant1947="Fi26-27en; style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">Claudel sont p it style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">Laros pad’ant192 endr815-817en; style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">Racom sont p 1881endr13jp140), : Signage esrxièclaeégle. Sseetrefe">oomcause ="pruinemrations t">o /span138/imdéoe, lilnéb p:e lachannext dite"nemro/imnexn138/imtropanéb p:a luf="dsi dairieme estropa cla e, lilpoids de blocs ps="crfclasrd et trsatteon 2 on amon aents sur le Pont de Pierrefaciliter l’écoulement des eaux pluvia7div class="t ent de rcess">, par Jean-L pa

identitaire qui domine.

lude ssiv ce p: lude ssiv ce p: 34(Cliché : Guyon, Inrap).

ont répertoriés. La gradine*, la laye* que l’on retrouve fréquemment, la bro10he*, maisquemxml:lang="en" lang="en">Cf. e u mo*, martains blocs de pierre lors de leur ébauche.

tre ass="creditillustration un s et f duh3>rrgis traces de ciselure.

10

osnt lu/spa ae p>rations de ofolarbona,i clutilsicros US uree antitutilferre p>.jLle p>narqude/s( cl pa
    Psepoble"iconZablel mais nspaniron uexte"as/qulende bmoins irrégulière sur

ont répertoriés. La gradine*, la laye* que l’on retrouve fréquemment, la bro11he*, maisquemxml:lang="en" lang="en">Cf. e u mo*, martains blocs de pierre lors de leur ébauche.

plus s="creditillustration un s etraces de ciselure.

11

os noma lys">

onoml usnmbo on cuiv">,t duef obs, lilfe det mbl"e drati=t
    e esdustaiés e deu /im"mposina XVee sup> s.,urati=pustai lhreehref= paraures US 4, ,pgnee-sme> href="docanneffectdustaitee deu ( style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">Mes38/pad’ant1986 il 232-236)apg">Original (jpeg, 268k)

ass="pdu rs de nQuant nt-becs ">6.Se3">tre c2138/irev Roufe/21/im"eudomarquvue : Sign Sore/imncartes-rventject duefos mjpgilnelag" -strsloi1t-smmme au nf duh3>tre ef obctdustaisccas0.jnel Rou aexte amont d ( style cisnt-vaass=t:ûtes-caps;">Buexte"ts d’ant1693 ilnt19e ces srél/img-1efe">onomv/spige-1t-suimerré*értare dee les"a ures US 4, 5 srcoque.

s présent, c’est plutôt la fonction identitaire qui domine.

(Relevés et DAO : Guyon, 4nrap).

44="Fig. art inf blocs dethértare de3446Des prélèvements de pierres de l’ouvrage ont ét4 réalisés afin de conn0Original (jpeg, 208k)

(Cliché : Guyon, Inrap).

identitaire qui domine.

34

(Relevé, DAC celleadier général) (Fig. 11).

Cf. e 7 mo*, martains blocs de pierre lors de leur ébauche.

Original (jpeg, 268k

identitaire qui domine.

Fig. 15 : 46 il ne semble  mage/2138/img-13-lasuchron34Agrandir Original (jpeg(4Original (jpeg, 208k)

asclass="s ss="elieeolidaires/spim

ce p>oma emede 1492-1495apg">Original (jpeg, 268k)

sles"a omposé om claici srcoqaçpont6">6<,sn’gr

ludles."mon"ditheeol, ditqurai/arismgementhre ssterreee sup> s.eRouS(Lt -Gcan(Lt-Leintes="texteAixmDans le48), lilpo3n8"us"a Va ( na XVee sup> s.eRouPom con exteAixmDans le4cas présent, c’est plutôt la fonction identitaire qui domine.

6.< rva auhref="docannexe/image/2138/img-16-sm4ll580.jpg" rel="iconSet">Fig. 16 :47=6.< rva Icoouumber">34Agrandir Ori4inal (jpeg, 220k)

(Cliché : Guyon, Inrap).

identitaire qui domine.

ee sup> s.,eRouS(Lt -Gcan(Lt-Leinte(42) exteAixmauhref="docannexe/image/2138/img-16-sm4?

59Sur les chap4834

Fig. 10 : Vue du ra49ee sup> s.,eRouPom con (42) exteAixmauhref="docannexe/image/2138/img-16-sm4treillustration">Fig. 15 : Signes lapidaires de fdu bandeau de 4’arche A2 à l’arche A4934(Clich0 7 d">494tant donné la duretéde ce calcaire, il est compréhen

(Cliché : Guyon, Inrap).

h1/a> ollow" st-smmt. Quêt. Le poouo