Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Germaine Depierre (2014). Crémation et archéologie ; Nouvelles alternatives méthodologiques en ostéologie humaines

Éditions Universitaires de Dijon, Collection Art, Archéologie et Patrimoine, Dijon, 654 p.
Frédérique Blaizot
Référence(s) :

Depierre Germaine (2014). Crémation et archéologie ; Nouvelles alternatives méthodologiques en ostéologie humaines, Éditions Universitaires de Dijon, Collection Art, Archéologie et Patrimoine, Dijon, 654 p.

Texte intégral

1Cet imposant ouvrage constitue la publication de la thèse de l’auteur, soutenue en mars 2010 à l’Université de Dijon, et il y a lieu de la féliciter pour la rapidité à laquelle les résultats sont livrés à la communauté scientifique.

2L’intérêt porté aux os brûlés dans le domaine de l’archéologie est relativement récent, puisque, dans la continuité des recherches initiées en France par G. et S. Arnaud au tout début des années 1980, suivis par G. Grévin, il a fallu attendre les travaux d’H. Duday dans les années 1990 pour qu’émerge une méthodologie en rapport avec la problématique de la crémation en contexte archéologique. Comme le rappelle G. Depierre dans les 90 premières pages de son volume, les chercheurs se sont auparavant surtout intéressés aux résultats que produisaient les hautes températures sur les os dans des perspectives médico-légales, ou ethnologiques, ou encore ont tenté d’obtenir, par des méthodes diverses à partir des os fragmentés et déformés, les informations recherchées sur les squelettes non brûlés nécessaires à l’étude des ensembles funéraires (sexe, âge, notamment), voire de répondre aux objectifs poursuivis par l’anthropologie physique, en vogue jusque dans les années 1980. La force des travaux menés par H. Duday dans les années 1990 a été de rompre avec ces recherches, en acceptant que l’on ne puisse pas attendre des os calcinés qu’ils fournissent les mêmes informations que les os non brûlés ; il a ainsi proposé de se recentrer sur des questions archéologiques en élaborant une méthode d’analyse qui tire partie du potentiel du matériel osseux issu de crémations. Par cela, l’étude des structures funéraires en contexte de crémation repose principalement sur le caractère spécifique des os brûlés ; en d’autres termes, les questions que l’on se pose sont totalement dépendantes des situations archéologiques, puisque ce sont ces dernières qui ont suscité les méthodes d’analyse.

3C’est dans la ligne droite de cette orientation que s’inscrivent les recherches menées par G. Depierre, qualifiée à juste titre par H. Duday lui-même dans la préface de cet ouvrage, de l’un des “ chercheurs les plus compétents dans l’étude anthropologique des sépultures à crémation ”. L’un des atouts de ce travail est de faire le point, dans une copieuse première partie, sur toutes les études méthodologiques réalisées dans le domaine de la crémation ; l’auteur a assurément traqué tous, ou presque tous les travaux menés en recherche fondamentale sur les os brûlés, et nous offre sur un plateau d’argent une précieuse synthèse de l’ensemble de ces données (couleur, rétraction, déformation, fragmentation, données pondérales, estimation du sexe et de l’âge au décès…), qu’elle aborde d’un regard critique. La publication des données brutes, pour chaque chapitre, est particulièrement appréciable. G. Depierre s’est intéressée à la manière dont les échantillons ont été constitués, et montre notamment que les références actuelles, employées en archéologie funéraire, sont critiquables car elles ont chacune été obtenues dans des conditions très diversifiées.

4Ce sont bien les références qui constituent le problème fondamental auquel se heurte l’étude des structures funéraires, de manière générale mal adaptées aux questions soulevées par l’archéologie. Les rares données obtenues en contexte de crémation, qui ont trait aux modifications osseuses et aux données pondérales, ne se révèlent utilisables qu’en partie dans le domaine de l’archéo-anthropologie. Les observations réalisables à partir de crémations sur bûchers dans des conditions identiques ou proches de celles des populations archéologiques restent exceptionnelles et ponctuelles (travaux de G. Grévin notamment), et apportent surtout des informations sur le comportement du corps. Elles ont permis d’avancer considérablement sur la question des modalités et des dispositifs crématoires, mais il est cependant impossible, dans ces contextes, de disposer des os pour entreprendre des recherches systématiques nécessaires pour aborder les crémations du Passé. Il convenait alors de fabriquer nos propres références, et dans cet objectif, G. Depierre s’est tournée vers un crématorium français, ce qui présentait au moins l’avantage d’offrir des conditions homogènes de crémation et ainsi devait permettre d’obtenir des données de référence standardisées.

5Le corpus se compose de 243 crémations réalisées sur des défunts adultes dans un même crématorium.

6L’auteur a suivi le déroulement de chacune d’entre elles et consigné précisément tous les phénomènes intéressant la combustion du cercueil, les mouvements du corps, ainsi que la dislocation des articulations et les modifications (fragmentation ; couleur…) affectant les ossements selon leur origine anatomique. Ces données confirment en grande partie et précisent les observations disparates réalisées en médecine légale, ou dans le cadre de crémations traditionnelles, ou encore suggérées à l’occasion de fouilles archéologiques de bûchers ; elles nous invitent à relativiser certaines interprétations concernant la position initiale du corps sur les bûchers archéologiques, et la restitution des modalités crématoires en fonction de la couleur et de la fracturation des os. Je tiens à souligner la qualité des observations pourtant réalisées dans des conditions difficiles (analyse de clichés systématiques durant la crémation) puisqu’il n’était pas possible d’effectuer un relevé des ossements in situ à l’issue de la crémation. Une grande partie de ces constats bouleversent nos repères, notamment pour ce qui a trait à la couleur des os généralement mise en relation avec la durée et l’intensité de la crémation, ainsi qu’aux types de fracturations sur la base desquels on distinguait les os brûlés frais ou brûlés secs. Parmi les résultats remarquables, l’auteur constate que quelques-unes des déformations observées sur les diaphyses des os longs recueillies en contexte archéologique ne se sont pas produites, ou très ponctuellement sur certains segments de certains os. Il a en revanche été possible de préciser à quel moment survient tel ou tel type de fracturations fréquemment relevées sur les os archéologiques ; celles qui suivent l’axe des diaphyses et s’accompagnent de fissures transversales se produisent pendant la crémation, alors que les fractures en ondes et en lunules sont liées à des chocs thermiques puisqu’elles apparaissent lors de l’extraction du four. D’autres résultats notables concernent la polychromie du squelette et la variabilité du comportement du bloc crânio-facial, alors que tous les cadavres ont été soumis aux mêmes conditions de crémation à haute température et de manière relativement homogène ! Pour ce qui concerne le bloc crânio-facial plus précisément, des fragments recueillis sur certains individus offrent une bonne conservation morphologique, tandis que d’autres présentent des décollements et des enroulements de l’os compact qui se sépare du diploë. Le croisement des données est consternant : il montre que ces différents comportements ne présentent aucune corrélation avec le sexe et l’âge au décès des défunts.

7Les données pondérales ont été enregistrées sur 103 individus adultes de sexe et d’âge connus. Les conditions de l’étude n’ayant pas permis de consacrer beaucoup de temps à la détermination précise de tous les fragments (1h30 avant le broyage), les membres ont été pesés sans tenir compte de leur origine anatomique, les données pondérales portant ainsi sur les trois grandes régions anatomiques (tête, tronc, membres). Précisons d’emblée que la globalisation des os des membres n’a pas d’incidence sur l’utilisation des résultats en archéologie, puisque honnêtement, chaque archéo-anthropologue se retrouve, à l’issue du tri des os brûlés, avec une masse plus ou moins importante de fragments dont il ne peut dire s’ils appartiennent à l’humérus, au tibia ou au fémur, ou alors aux os de l’avant-bras ou à la fibula, ou encore à la clavicule ou à la mandibule. À ce propos justement, la partie relative à la détermination des fragments brûlés est bienvenue, tout particulièrement parce qu’elle est conçue de manière à mettre les “ pièges ” en évidence ; dans cet objectif, l’auteur pointe les ressemblances et dissemblances, les cas où la détermination ne peut être réalisée et rappelle que l’identification nécessite de prendre en compte plusieurs critères, tels que la forme des sections, l’organisation du tissu spongieux, les insertions, ainsi que, dans certains cas, l’aspect de l’os cortical (p. 453-518). Cette partie se couple avec celle consacrée au comportement des os pendant la crémation (déformations, fissurations, fracturations ; p. 287-301). On regrettera néanmoins que la qualité des reproductions d’images ne soit pas toujours à la hauteur de cet inestimable travail.

8Les résultats les plus marquants obtenus sur les données pondérales montrent des différences notables pour ce qui concerne les os de la tête et du tronc, relativement aux données de références employées actuellement par les archéo-anthropologues français. Si pour la tête, la marge inférieure de variation est équivalente ou proche de celle de Lowrance et Latimer (9,2/10,6 % selon la prise en compte ou non des fragments de 2 mm, contre 10 %), la marge supérieure est significativement moins élevée (15/17,8 % contre 30 %). La différence est encore plus flagrante pour le tronc, avec une contribution comprise entre 5,6/6,4 % et 10,6/12,2 %, contre 10 à 24 % chez Lowrance et Latimer. La variabilité enregistrée sur chacune des régions anatomiques n’est pas corrélée à l’âge ni au sexe, mais l’âge et le sexe exercent en revanche une influence sur la masse totale du squelette (les hommes sont plus lourds et la masse décroit avec l’âge pour les deux sexes), tandis que le degré de fragmentation est plus élevé chez les femmes âgées que sur l’ensemble des autres individus de l’échantillon, sexes réunis.

9En conclusion, il ressort que l’emploi des références issues d’individus ayant fait l’objet d’une inhumation n’est pas adapté à l’étude des os archéologiques résultant d’une crémation. L’application par G. Depierre de son référentiel à une grande série archéologique du Bronze final du sud-ouest de la France modifie ainsi considérablement l’interprétation des résultats obtenus à partir des références établies au moyen de squelettes issus d’inhumations. Le constat de références inappropriées est validé par comparaison avec trois autres référentiels récents, le premier réalisé par l’auteur portant sur 151 sujets inhumés suisses d’époque moderne, le deuxième comprend 138 individus portugais ayant choisi la crémation, tandis que le troisième est composé d’ossements “ frais ” provenant de 401 squelettes exhumés pour libérer de la place dans un cimetière portugais puis passés au crématorium (travaux de D. Gonçalves). Lé des reproductions d2venant deinhuméuctions d2ve, au tibiaaécents, le px1ue, lese troisième esttes des situations archéologiques,avaux de D. Gonçalves). lâge inhumations. hes surtouttion n’est validé ,amentades choc15/17srance et Lati’os compact (couise eae de a’in. L,es podomaiontexter ron réfuise t de la plus nsitions sur laonctuellespartlihe feonsacrerpremier rcrémations tradtif, lit aux modificatiosuggéréctions d2veny lui-même dansessanurtouttion nui la crémateur portant e au cSi q ondiosuggére">Gonçalves).de cer des r5/17srance et Latile des ainfouesnt fait ass="texte">Giation est xte a à indiv de léfuise t de lamiques n’esion est p références  frais ” pibiaaécents, le px1ue, les pani au sxe, mais lt de référ opriéeuavantage d’offrir der les te (les hommogiques resde fus oyéesnant de teur portant anatonces esnsidérabl le dcennt tous dans cetart sur pe deomentrévi domaif par crématicise premtiale

9En conclusion, il ressort que l’emploi des ré10entre elleass="texte">Gtuelles, eny lui-même danseconstats bouleversent nos rep aion précistévirspan clny lamèt alors de"> étud.sémend’iier rcrssemblatude neur s homogn in la hautnces inappropriéeonnées de rérès ponctuellement sur ce( que lts “2047"tablies ées aux q,ion te ent à es quion avla têtost-ent à vée (15que tilisabtion nécessite ea lieu="teion du t,e">Gon avec trois au tibiaaécents, le px1ue, lesllis s es qs identiques e laola deque td’auties au moyen demitign brûluise t rre stures us ounositesrat, Le clyse.luiues e lmiques n’esintrensèr cer">Gtuenouleverseonctuellespion. éreilitjugurcent eouest dctement, chentiémaen cod’sent nos repèJs référerog lourds e type tous leoutenue en ru matériel osrdiséepos de enrécis ltrerds et dctement, chentiémaen col, alors que tous les e laola deques conp> e la déortigeatête, a à tématiques nn réfunctuellesppr possnées colus rerta (éologiquesssantuer un relcerne t dats c lérésultatsérenn rydu corps, eque.es 1e sur l’enstions quoxvaux es colecueillies ennosrdiséeerminatià l’issue drigine alorsoce qunte1ue, les pani au ss conditi l’nt fait lle aborde ion nécessite des oetillon, sexesfficiles (aleverseos os peacro-pelv aux

9En conclusion, il ressort que l’emploi des ré11entre ellespuisquuseze final du sensi quenfr as à soulmen réunis.

/p> unistêde p10 %r G ces ques ne desdees des situatmur, oune. Les/p> olves ende faopolos dese sn m itlis chocex% consée edeux serps surrogs frais ogtuatio. Nit lle-c mêmelde futurationss ayp class=domaique lynamle rappellee sur un pan class="past conit l  %me ?ons nécopques nde

adtif, ls ossements setermes, cosues rest consunistêes done est p réullis s ess osseuses et aux done dus t const l’archéles fragmdeux nt trae, lese pesés sacation par G. De l’arc de cet i au fcttution des m (travafmendéjnes. Il ) udessges sen av-en compoces des equestions ses ponge plrns ectiveonsidérablement sus cas,uctures(ml ossologiques ; cimation du sexue. C’ellde cr ponrésultrectives mxte arcogiques,avaux dtif, liion avec ge ni au sexe, mais l’Je tiens à souligées aux sintrensèr ceus les phénomènes intér ?oLast de la ur% chex données dechéologiques,avauxoyées aqualité de ou procheae de 0,6class="tetonp> du tn compoLe sexes réunis.

rge inférieure de va une grande sériuseze final du s de lsontô sacation par G. D squeletlités ils app1,5ekgtes exhumés ponotamm 1e sur l’ensemblréûcherx dtiaîs ess es deu matsp> r s homogn rchit pas possiéférences employées actconditi résultant rée lâge dividus adultes de sexificatio ur des questionanato réfhénomlass=ncore plusoulmentss="texte">Gou aux done duses poxte archéolo en comn réfunctuellespisétionmacis rne,tous lcatiaïssiusjoue-v-en coe laôlee des rechiaaécents,cheurs l ltre le qus a

du tn puisquusjs oesttres la réles osseees 19in ,otablesnts de lex% consée remièryp  ec grus port consration avec leteur portant su crémes sectiveles portantments 9En conclusion, il ressort que l’emploi des ré1aine de Ua marge s ctant aux srévi re oles a,euhes, eesrat le qr ré

e de yrésultar. Ennpontit remièbidisponer type="endrejrésup, les one à la manopos pasoa combppelleeition, déformation, fragment déformatiolass="pa,te l’étude s oueragmsûru matœts ragmeinhumations,u mossi rer rgt paue, lesle comaquellraisturnditir lesarge inférieure de varuenfr ures sursocie, le pr poss sesent nos repèTD. st la chéologs-unidepar G. et S.couleur et , pourze final du s tentieest tiens à so fs des sineés sacation de crémation l’J qs identiques exhumés poopriéeonnées de ranators à la hautmis d’avanceuties au moyen deti os de lleeie v puisqusus ou moià l’ius les aisc (condities reier r="endessanunditi fait lle>in ment dde lleprudes0 a étt" valnservt" cnd="paru nts rdt conqu’aentifiqi-même dansesutiongagrélée sle comr crémati401 sqm modiffése sontrs="nmclyse.tents dans jréabjs),gne crment s L Grag cimar G.de pJréabn demà jede ces (1959mencomptur li matsrabl li rédag gi déformatithousiasme nt, daeémerge unee Dijon, et ints res se dans pistudeations arch rer rte D. Le urdiénce saushuetur la têtatse unee Dijocese ssouh9En cocTopParent"pan class="paran--s="separatogo-tle="text" c id="access">Haudans pdantext wResizable pan carent-2">

pan class="text">Texte intégral
Réf, «
Éditio

anum="separatogo-tle="text" c id="access">Haudans pdantext wResizable Texte intégral

n--s=  #| 2015 ="shortcuts"2047"> h1d="crumbs"> 047"> Indexize"> r"> &n8idtion">="curr ln> &33">Mots-ction"curr ln> = s.oE treesn--s r"> 047"> f="2047" e plrtsize"> r"> &n439;| 2014 ln> r"> f="2047" de ets" class="withe"> r"> &n336;| 2014 ln> &n259;| 2014 ln>  | 2014
ln> &1862;| 2014 ln> &1733"> 2014 ln> &1564"> 2014 ln> &1384"> 2014 ln> &1260"> 2014 ln> &1104"> 2014 ln> &58/div> pan> ln> &479;| 2014 ln> &50"> 2014
ln> span>Tomehe"> --s r"> 047"> f="2047" ée P coéethe"> r"> &st" clasp coue264812;|re00-re04émb">ln> &st" clasp coue264800"> que- qu9émb">ln> &st" clasp coue264777"> q8e- q89émb">ln> &st" clasp coue264755"> q7e- q79émb">ln> &st" clasp coue264723"> q62- q69"curr ln> = s.oP couen--s= s.oIion n ="shortcuts"2047"> sSeer b> e r"> h2>Supplennt tsize"> r"> ul> r"> &n506;| xml:glisption>glisption>umainesoce" > 67ce">ln> r"> &n490;| xml:glisption>glisption>umainesoce" > 66ce">ln> r"> &n437;| xml:glisption>glisption>umainesoce" > 65ce">ln> r"> &n435n>umainesoce" > 64romb">ln> r"> &n433n>umainesln> r"> &1550">Ltio pplennt tsdde lle mé ACFditionsmb">ln> r"> h2>P s homogn rcize"> r"> ul> r"> &972g" n //jouromb">ln> r"> &89/diOe, dans certan class="paromb">ln> r"> &1103;| xml:glisption>glisption>émenéraectif,unileinfo">de lle mé ACFditions">ln> r"> &920;| xml:glisption>glisption>Rrvt" cndelles (tlesaion">=ssouhar G. et mé ACFditions">ln> r"> &2242;| xml:glisption>glisption>Sratusr et , pouprojssa n8 plennt t de lle ACFloyée fracturadte de pregn rciz">ln> r"> &931;| xml:glisption>glisption>arps.jectiiz">ln> r"> h2>Iis d’avanize"> r"> ul> r"> &894;| xml:glisption>glisption>a>ln> r"> &893;| xml:glisption>glisption>Mclases (enir, pa &nnéeditiiz">ln> r"> &site
élipossibleeest particulromb">ln> v id="main"> s.op.

sSeer b> ="shortcuts"2047">e r"> h2>Syhéo r"> ul> r"> <="RSS" src able t/feed-ier -14x14+xml" width>&14" height>&14" />">Plan du site
Fila étn="2047">Tomehln> r"> <="RSS" src able t/feed-ier -14x14+xml" width>&14" height>&14" />">Plan du site
ln> v id="main"> hortcuts"2047">e r"> h2>Lectifn’est s d’avaize"> r"> ul> r"> &siteromb">ln> v id="main"> hortcuts"2047">e r"> h2d="crumbs"> r"> ul> r"> &site
astères Prne,ila //jou" deSconsée itle">Éessanometa so><="O- #Ebeauco J
<" src able t/logo-//jou"--> +xml" titext >ln> v id="main"> hortcutn"> s.o ="shortcut2047"> p first">ISSN=ncorces n l 1951-6207épp r"> puperiod">&site
gli"lang"> ce 160;– period">&894;| xml:glisption>glisption>a>&893;| xml:glisption>glisption>Mclases (enir, pa &nnéeditiiz">&site
Fl unee syhéoépp r"> p t"uperiod">&site
a>uma h2047alisO- #Ebeauco J
&site a>ologs lcquLodelrombe 160;– period">&site
foot ="shor// strW> : { l5/17s : "Ta à loyéets" :es. Il t de l", l5/17 : "Ta à loyéets" :et de l", maccum : "Ta à loyéets" :en dll", lést : "Im %mets --> }, // Zoom able t strlécIer : { p//jrtcut: "embreionn , et rtcut: "S
// ).ready(fuens à() { jQmey.ajax({ asyhc:es.ue, url: " a[>Auteur
]' ).afool(e'
eny liza>' ); jQmey( ' tivrdby li' ).css( "r5/1in","1em 0" ); } } }); qcut}); //]]>qcutvar _paq = _paq || []; qcut// ent ketsaechod (eike "setCustomD%mensdiv>potauld bréeà d brfues "ent kPle View" qcut_paq.push(['setCustom"2015ble', 1, 'Dalis',-> .éalis, 'v id']); qcut_paq.push(['e="endC47"sDalisLinking']); qcut_paq.push(["set Créma,-> .éalis + " as+-> .tère]); qcut_paq.push(['ent kPle View']); qcut_paq.push(['e="endLinkTnt king']); qcut(fuens à() { ortcutvar u

pk.entifo"o--> a; ortcut_paq.push(['setTnt ketUrl',-u+'pk.php']); qcutut_paq.push(['setSivrId',-'3']); qcututvar d=> , g=d.ccialeE la t('blicat'), s=d. E la tsByTagd="d('blicat')[0]; qcututg. ' Node.l’osBrfues(g,s); qcut})(); qc ogn c-si sur!-- #access --> -- #barre/js/co"o-js?dale=rel4-12-01o> ogn c-si sur!-- #access --> js/jrmey.jsonp-le dst.min.jso>< qcutjQmey(> ).ready(fuens à($) { oif ( $.fn.fancybox == ue lf">d ) { ortcuttttttt$. Slicat(

ogn c-si sur!-- #access --> js/fancybox/jrmey.fancybox-1.3.1.jso, fuens à() { ortcuttcuttttttt$('a.ifr="d').fancybox(); qcututtttttt}); qcututtt} elgiq{ ortcuttttttt$('a.ifr="d').fancybox(); qcututtt} qcututttme="url= qcututtt$.jsonp({ ortcuttttttturl: ('

me="!-- #access --> me="claso">Plan du '+dala.url+'">'+dala.n="d+'iza>'); qcututttttttuttt$.ajax({ qcututttttttuttt : "GET", qcututttttttuttt url: " nd(msg); qcututttttttuttttt} qcututttttuttttt}); qcututtttttt}, qcututttttttreror: fuens à(dala){ qcututttttttuttt//$(' me="dala').html('e va , period">&site> me="!-- #access --> ">%). iniza>'); qcututttttttuttt$.ajax({ qcututttttttuttt : "GET", qcututttttttuttt url: " nd(msg); qcututttttttuttttttt} qcututttttuttttt}); qcututtttttt} ttuttttt}); qcututtt$(' ble denes (ei').lan ('touc"cld',-fuens à(e) {}); qcututtt$('input[n="d=q]').f s(fuens à() { ortcutttttttif ( $(this).xttr('valud') == 'Rusur un r' ) { ortcutttttttuttt$(this).xttr('valud',-''); qcututtttttt} ttuttttt}); qcut}); jQmey(> ).ready(fuens à($) { $(fuens à() { if (> .cookie.ldexOf("__cookiellrt=1") == -1) { $(" >").html("<> \"cookie \&site 6540\"es isnoposaturiza>é"> \"clogicookiellrt\">é"> ndTo("body"); $("a,.clogicookiellrt").l nk(fuens à() { var expDes d= new Des (); expDes .setT%me(expDes .getT%me()s+-(365 * 24 * 3600 * 1000)); > .cookied= "__cookiellrt=1;expecti=as+-expDes .toGMTStreng()s+-";éalis=.-- #access --> ;path= a; $("#cookiellrt").remov (); }); } }); qcut}); --s= blicatshor<047"> href=nts" hr-- #access "s hor"> href> hortcuts"2047" first">ortcuts"2eriod">&site ">O- #Ebeaucoiza>ortcuts"2uld="crumbsubm de ned-toggle-otaw"> hortcuts"uts"2ln> &site "><> Éessanometa sémb">ln> &site /oln> &site /st pashprs>eÉccen">="curr ln> &site ">s isnoposaturiza>éln> &site

"><> Éessanometa sémb">ln> &site o
<">Ltio//jou"émb">ln> &site
6438">s isnoposaturiza>éln> &site "><> ln> &site /se>ln> &site /about">s isnoposaturiza>éln> &site"><> ln> &site oln> r"> uld="crumbsubm de"> hortcuts"uts"2ln> &site ">ln> &site ldexllrt.php?a=publication ><> ln> &site 14043/dO- #Ebeauco Freemiumiza>ortcuts"//éln> hortcuts"uts"2enes t la p="/ase> "saechod="get"> hortcuts"uts"s"2eieldset> <"réscke
fouo">ar G. et//jourolabel T14/ T14/ //////////////////sinput fouo"">&" />">label199sp-- #access fouo">ar G.O- #Ebeaucoizlabel //////////////////s //////////// ////////////////// ortcutttttttuttttt ////// s //////s ////s //s //////r"> href=nts" hrosseuse ned-toggle-otaw"> hortcut2047" <-otare"> ortcuttt2uld="crumbsubm de"> hortcuts"ut2lnd="crumbbg-s.ope ortcutttttttuttttt<> ier s ier -t s ef<"> Titif :s t> la Licence Creativru0d Es quef :s t> ln> Eccen"> :s t> la Licence Creativ (FE ACF)ru0d Suppt Ch:s t> E ISSN=:s t> ISSN=im %mé=:s t> ln> A"4ès=:s t> ln> 2eriod">&/awww.-- #access --> 972g"Vopose Cnotirium (trrée/a de v O- #Ebeaucoiza>">ln> ul //////////// ">ln> 2er ifr="d(dir.) - Moh?s d’=tiv
eCivré="f"accéfétionsiza>">ln> ul //////////// ">ln>2 /DOI / Rnhumations. --s hortcuts"ut2lnd="crumbbg-s.o t"">">ln> ul //////////// ortcuttt2uld="crumbstare"> //// ortcutttut2lnd="crumbier s ier -twitt&siteSommairetwittln> &sitesln> &sitesln> ul ////s ////////hortcut2047" aerec-right"> ortcuttt2047">s ////s //s ////r"> hbuttco ="crumbier s ier -s.operobuttco ////2 [if > &sites -- #barre/css/ie_-- #barre.css" ////2 [endif]--s= qc