Navigation – Plan du site
Notes et documents

L’enceinte médiévale de Blois : quelques précisions sur un ensemble méconnu

The defensive wall of Blois (Loir-et-Cher): some details about an unknown set
Marie Lafont

Résumés

L’enceinte médiévale de la ville de Blois a fait l’objet d’une étude universitaire dans le cadre d’un mémoire de Master II dirigé par Alain Salamagne et soutenu en juin 2015. L’objectif était de répertorier et d’étudier les sources renseignant les fortifications blésoises. L’étude des vestiges architecturaux conservés, combinée avec l’analyse des sources écrites et iconographiques, a permis de proposer une date de construction de l’enceinte urbaine (comprise entre le 2e quart et le 3e quart du xiiie s.) et d’identifier les phases de modification des fortifications blésoises. Ainsi, après des renforcements opérés au xive s., l’enceinte a été partiellement adaptée à l’artillerie à feu dans la première moitié du xve s. Dès la fin du xvie s., l’enceinte a été abandonnée puis progressivement démolie au cours de la période moderne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude de l’enceinte médiévale de Blois a été réalisée dans le cadre d’un mémoire de Master II dirigé par Alain Salamagne (professeur à l’université François-Rabelais de Tours) et soutenu au Centre d’études supérieures de la Renaissance en 2015 (Lafont 2015). La ville de Blois a été très bien étudiée par Annie Cospérec (Cospérec 1994) dans le cadre d’un inventaire du patrimoine réalisé dans les années 1990. Actuellement, un Projet Collectif de Recherche coordonné par Didier Josset a pour objectif de réactualiser les connaissances sur la ville. Cependant l’enceinte urbaine n’avait jusqu’ici jamais été l’objet d’une étude approfondie et était simplement datée entre le xiiie et le xive s. Il est vrai que les vestiges des fortifications blésoises marquent actuellement très peu le paysage urbain.

2Toutes les portes ont été détruites et seules sept tours et quelques segments de courtines sont encore en élévation au nord et à l’ouest de la ville. Ces vestiges conservent des embrasures de tir que nous avons recensées et étudiées. Cette analyse architecturale a été combinée avec l’étude des sources écrites et iconographiques des archives nationales, régionales, départementales et municipales. À partir de ce travail, les caractéristiques des fortifications blésoises au Moyen Âge ont pu être dégagées. Elles permettent de placer la construction de l’enceinte urbaine à partir du deuxième quart du xiiie s. Par ailleurs, deux phases de renforcement et de modification des fortifications ont été mises en évidence : l’une au milieu du xive s. et l’autre au début du xve s.

Le tracé et les organes de flanquement

Le développement de l’enceinte urbaine et les pôles protégés

3La forme de l’enceinte blésoise montre qu’elle s’est adaptée à la topographie (principalement à l’ouest), à la morphologie de la ville et à l’emplacement des pôles urbains existants. Au vu de son tracé et de la densité du bâti il ne semble pas que le tracé ait englobé des quartiers non lotis comme cela a pu être le cas à Orléans (Loiret) (Alix 2009 : 142-143).

  • 1 Les sources écrites n’apportent aucune information sur la présence d’un ouvrage avancé.

4Le tracé de l’enceinte à la fin du xiiie s. peut être divisé en cinq fronts (Fig. 1). Le front nord de la ville s’étend de la porte Chartraine à la tour des Rouillis située à l’angle nord-est de l’enceinte. La porte Chartraine, principale entrée de la ville, s’ouvrait sur l’axe de communication majeur traversant Blois du nord au sud et aboutissant à la porte du Pont. Cet axe reliait Blois notamment à Chartres (depuis la porte Chartraine) et à Bourges (depuis la porte du Pont). À l’est de la porte Chartraine, l’enceinte était prolongée par la tour Beauvoir, ancienne tour seigneuriale édifiée avant la construction de l’enceinte. Au xiiie s., elle fut intégrée au tracé des fortifications. Ensuite, l’enclos des Cordeliers, défendu par deux tours quadrangulaires, formait un décrochement d’environ 25 m sur le front nord de l’enceinte. Une petite tour ronde, la tour Guerry, est située dans l’angle rentrant de l’enclos des Cordeliers. Au vu de sa taille réduite et de sa position elle devait simplement servir à la surveillance. Trois autres tours rondes flanquaient le front nord, dont la tour des Rouillis à hauteur de laquelle l’enceinte marque un coude pour redescendre vers la Loire. Le front oriental de la ville était percé de trois portes (Clouseaux, Maréchal et Saint-Jean) et flanqué par une tour ronde, la tour de Paradis, et une tour d’angle, la tour des Poudres. À hauteur de cette tour le tracé marquait un nouveau retour pour suivre le cours de la Loire. Une première porte, la porte Neuve, s’ouvrait au débouché de l’actuelle rue Porte Bastille et débouchait sur le Port Neuf. Il semble qu’il n’y ait eu aucun flanquement jusqu’à la porte du Pont. Au débouché du pont, côté Vienne, un tracé semi-circulaire est visible sur le cadastre napoléonien daté de 18101. Une troisième porte, celle du Port-Vieil, débouchait sur le plus ancien port de la ville. Enfin, une tour d’angle quadrangulaire, la tour Saint-Lomer, prenait place à l’angle sud-ouest de l’enceinte. L’enclos de l’abbaye Saint-Lomer à l’ouest était constitué par un segment de courtine formé en partie par la façade de l’actuelle église Saint-Lomer. La porte du Foix était située au débouché de la rue éponyme, en contrebas de l’éperon castral. À cet endroit, l’enceinte urbaine était liée à l’enceinte castrale qui assurait ainsi la défense d’une partie du front ouest. Au nord de l’éperon castral les deux enceintes étaient de nouveau réunies par la porte des Champs (porte qui défendait l’entrée ouest du château). Une première tour ronde, située entre la porte des Champs et la porte Côté flanquait ce segment de l’enceinte. Enfin, cinq tours rondes défendaient la ville entre la porte Côté et la porte Chartraine.

Fig. 1 - Plan de l’enceinte de Blois à la fin du XIIIe s. à partir du cadastre napoléonien (1810).

Fig. 1 - Plan de l’enceinte de Blois à la fin du XIIIe s. à partir du cadastre napoléonien (1810).

© Marie Lafont.

  • 2 Visible notamment sur la vue de Blois conservée dans la Galerie des Cerfs du château de Fontaineble (...)
  • 3 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1083. 20 janvier 1413. Le 17 mars 1415, un autre acte fait (...)

5L’enceinte se développe sur un périmètre de 2,2 km pour enclore 20 ha. Ces dimensions sont comparables avec celles d’autres villes proches de Blois comme Vendôme (25 ha enclos) (Simon 2010 : 5) et Orléans (2,6 km et 37 ha enclos) (Alix 2009). Ainsi, à la fin du xiiie s., le développement de l’enceinte permettait de protéger les principaux pôles urbains : les églises paroissiales et les habitats liés à celles-ci, les abbayes, couvents et collégiales. En complément, le pont médiéval était défendu par une tour ronde et le port Neuf, à une date inconnue, a été protégé par un mur élevé en décrochement de l’enceinte urbaine2. Enfin, quatre faubourgs principaux se sont développés autour de la ville ; à l’ouest, le faubourg de Foix, au nord le Bourgneuf, à l’est le faubourg Saint-Jean et au sud, de l’autre côté de la Loire, le faubourg de Vienne. Ces faubourgs furent fermés au moins à partir du xve s. par des barrières : un mandement de Charles, duc d’Orléans, en date du 20 janvier 1413 demandait que soit délivré du bois pour “ faire les barrières des faubourgs de ladite ville de Blois3 ”.

La typologie des organes défensifs

  • 4 BnF, François de Belleforest, Le vrai portrait de la ville et du chateau de Blois, 1575. Publié dan (...)

6La ville de Blois était donc défendue par seize tours et onze portes. Seuls le front nord et le front ouest sont relativement bien conservés. Les fronts sud et est sont mal connus en raison de la disparition de l’ensemble de leurs flanquements. Les sources écrites n’apportent que peu d’informations sur la typologie des organes défensifs. Les sources antérieures à la fin du xvie s. sont principalement des pièces isolées de la chambre des comptes qui ne nous renseignent pas directement sur l’enceinte. Les principales informations – contenues dans les délibérations municipales conservées à partir de la fin du xvie s. – ne concernent que les réparations effectuées à l’époque moderne. Quant à la vue la plus ancienne de Blois, celle de François Belleforest elle n’est pas antérieure à 1575 (Fig. 2)4.

Fig. 2 - Françoys de Belleforest, Le vray pourtraict de la ville et du chasteau de Blois, 1575.

Fig. 2 - Françoys de Belleforest, Le vray pourtraict de la ville et du chasteau de Blois, 1575.

Les portes

  • 5 Archives départementales du Loir-et-Cher, L 298. Suppression des emblèmes et signes de la royauté. (...)

7Les portes ayant été détruites, seules les sources écrites et iconographiques sont susceptibles de nous renseigner sur leurs caractéristiques. Deux types de porte sont reconnaissables : des tours-portes et des portes à deux tours (circulaires ou quadrangulaires). Les principales portes d’entrée en ville (dites Chartraine, du Pont, du Foix et Côté) possédaient deux tours circulaires encadrant un passage central. L’historiographie présente unanimement la porte comme l’élément majeur d’une enceinte qu’elle soit urbaine ou castrale. Cet organe est réalisé avec grand soin pour deux raisons majeures : la porte représente par nature un point faible puisque c’est une ouverture dans le système défensif (Salamagne 2011 : 87) mais elle est également le lieu d’accès à la ville et se doit donc de présenter de manière ostentatoire la richesse et le pouvoir de celle-ci. Nicolas Faucherre souligne que la porte est “ une place de choix pour la propagande royale ” (Faucherre 2011 : 85). Il est difficile à Blois de mettre en évidence le caractère ostentatoire qu’ont pu présenter les portes de la ville en l’absence de vestiges conservés cependant la description de la porte Chartraine faite à l’occasion de sa demande de démolition à la fin du xviiie s.5 renseigne le décor qui l’ornait côté la ville : un grand cadran solaire, une fleur de lys, un L et un A entourés d’une cordelière ainsi que deux écussons aux armes de France. Ce décor, contemporain du règne de Louis XII, permet l’affirmation de son pouvoir sur la ville.

Les tours

  • 6 Tour quadrangulaire datée approximativement du xiie s. Cette tour antérieure à la construction de l (...)

8Les tours de flanquement de l’enceinte urbaine – la tour Beauvoir n’est pas prise en compte car elle a été édifiée avant la construction de l’enceinte6 – sont majoritairement de plan circulaire : c’est le cas pour treize d’entre elles. Seules trois sont de plan quadrangulaire. Ces dernières sont les deux tours qui protègent l’enclos des Cordeliers et la tour d’angle qui défend l’abbaye Saint-Lomer, c’est-à-dire les organes qui défendent les pôles religieux de la ville.

9Jean Mesqui a remarqué que l’adoption de plans carrés ou polygonaux n’était pas rare avant la standardisation effectuée par Philippe Auguste (Mesqui 1997 : 382-383). Dans la majorité des cas les tours de plan carré étaient planchéiées et non voûtées, réduisant ainsi leur coût de construction. À Blois, seuls les enclos religieux sont protégés par des tours carrées, peut-être pour des raisons de coût. Les autres tours de l’enceinte urbaine sont en revanche de plan circulaire, tout comme les tours de flanquement conservées de l’enceinte castrale. Ce plan a l’avantage d’éviter les angles morts. Ces tours ne semblent pas avoir été voûtées et leurs murs ont une épaisseur réduite. Ceux des tours de la rue Gallois ont environ 1,50 m d’épaisseur, ceux de la tour des Rouillis (datée du xve s.) environ 2,30 m d’épaisseur pour un diamètre de 10 m). Les tours de l’enceinte urbaine de Blois répondent au modèle de la tour à archères qui s’impose dans le royaume de France à partir du xiiie s.

Les courtines et les fossés

  • 7 Bibliothèque municipale de Blois, Cartulaire de Saint-Laumer de Blois. Lettre de Jeanne de Blois-Ch (...)

10À Blois, un segment d’enceinte situé au 26 rue Chemonton présente une épaisseur de 1,67 m (Fig. 3). Cette donnée avec un texte de 12847 dans lequel lors des travaux de reconstruction d’une partie de l’enceinte urbaine à l’ouest de la ville, la comtesse Jeanne de Blois-Châtillon demande que le nouveau mur de courtine soit épais de cinq pieds, soit environ 1,5 m. Jean Mesqui estime que l’épaisseur moyenne des courtines entre le xie et le xive s. se situe aux alentours de 2 m(Mesqui 1991 : 236). Les dimensions observées à Blois sont proches de celles connues dans d’autres villes, ainsi à Amboise (Indre-et-Loire), 1,5 m pour les murs de courtine(Gaugain 2014 : 230), à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire) entre 1,7 et 1,9 m (Durandière 2003), environ 1,5 m pour la courtine de l’enceinte de Vendôme (Loir-et-Cher) (Simon 2015 : 287).

Fig. 3 - Segment de courtine : 26 rue Chemonton.

Fig. 3 - Segment de courtine : 26 rue Chemonton.

© Marie Lafont.

  • 8 Bibliothèque municipale de Blois, Collection Joursanvault. Rôle LVII. Ordres donnés par le conseil (...)
  • 9 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 73-1213. 19 octobre 1433.
  • 10 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 73-1231. 14 décembre 1434.

11Il est difficile de déterminer à quelle date l’intégralité de l’enceinte a été pourvue de murs de pierre. En effet, de nombreuses études ont démontré que ces travaux coûteux pouvaient être étalés dans le temps. Ainsi, à Provins (Seine-et-Marne) les travaux sont entrepris en 1230 mais l’enceinte n’est défendue intégralement par des murs de pierre qu’en 1452(Mesqui 1991 : 225). Les courtines étaient, au moins par endroits, protégées par un “ palis ” garni d’épines afin de contrer les tentatives d’assaut et d’échalade. Les palis sont, pour Alain Salamagne, “ des palissades, des pieux formant des haies ” (Salamagne 2001 : 234). Ce palis devait prendre place entre la courtine et le fossé, à l’extérieur de l’enceinte. Peu après 1379, le comte de Blois demandait en effet que l’on réalise “ palice envyron une toise des murs et espines dessus, pour garder les murs d’eschelles8 ”. En 1433 de nouveaux travaux de ce type sont entrepris comme en témoigne une quittance de paiement à Jean Levesque pour avoir réalisé “ 102 toises de hait d’espine cotonnée et hériçonnée garnie de paux et jouaux renforcés9 ” autour du château. À nouveau en 1434, un acte du gouverneur du comté de Blois atteste que ce dernier a pris du bois pour réaliser, entre autres, “ les paliz l’entour du chastel de Blois devers les champs10 ”.

  • 11 Ce rapport n’a pas pu être consulté.
  • 12 Château de Fontainebleau. Louis Poisson Ier, Carte murale, ville, château et forêt de Blois, fin xv (...)
  • 13 Bibliothèque municipale de Blois, Albert Jouvin de Rochefort, Plan de Blois, vers 1680. RLV 561.

12Les fossés de l’enceinte urbaine sont relativement mal connus. Cependant, une portion a pu être fouillée par la DRAC Centre en 2008 à l’emplacement des actuels jardins de l’Évêché de Blois11. À cet emplacement, les fossés mesuraient 18 m de large pour une profondeur de plus d’1,50 m. Ces dimensions correspondent à celles connues pour d’autres enceintes. Ainsi, à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), les fossés mesuraient entre 15 et 20 m (Durandière 2003 : 48). À Provins (Seine-et-Marne), les fossés étaient doubles, ainsi un premier fossé de 22 à 30 m de large puis quelques mètres plus loin un second fossé d’une largeur comprise entre 6 et 10 m. Ces grands fossés ne dépassaient pas 6 ou 7 m de profondeur(Mesqui 1979 : 37). Les vues et plans de la ville ne permettent pas de savoir précisément si les fossés étaient inondables, seuls la vue de la Galerie des Cerfs de Fontainebleau12 et le plan de Jouvin de Rochefort13 les figurent entièrement en eau.

La construction de l’enceinte à partir du deuxième quart du xiiie s.

L’apport des sources écrites

  • 14 Archives départementales du Loir-et-Cher. 3 H 25. Lettres de Jehan de Châtillon. Mai 1270.
  • 15 Bibliothèque municipale de Blois, Cartulaire de Saint-Laumer de Blois. Lettre de Jeanne de Blois-Ch (...)

13Deux lettres datées respectivement de 127014 et 128415 laissent penser que la ville de Blois était – au moins partiellement – fortifiée dans le dernier quart du xiiie s. La première lettre, en 1270, est adressée par le comte Jean de Châtillon aux religieux du cou-vent des Cordeliers. Dans cette lettre il leur accorde une place intra-muros située rue Vasseleur et joignant les murs de la ville de Blois. Ce texte nous indique que les fortifications existent au moins en partie au nord de la ville. La seconde lettre, écrite par la comtesse Jeanne de Blois-Châtillon en 1284 apporte davantage d’informations. Elle est cette fois-ci adressée aux religieux de Saint-Lomer dans le but de leur accorder de nouveaux terrains. Ceux-ci sont situés à l’extérieur de l’enceinte de Blois, cependant la comtesse autorise la destruction du pan de courtine séparant les nouveaux terrains des anciennes possessions de l’abbaye. Les religieux doivent en contrepartie fortifier cette place afin de l’intégrer à l’enceinte de la ville. Pour ce nouveau mur ils sont autorisés à réutiliser les matériaux issus de la destruction de l’ancien segment de courtine, appelé “ mur le Comte ” dans la lettre. Il s’agit donc ici d’une extension de l’enceinte qui était déjà existante. Il semble qu’en 1284 les travaux de fortification soient bien avancés. En effet, la comtesse précise que le mur deviendra “ forteresse de notre ville de Blois ”. Un autre texte de 1278 nous renseigne sur l’existence, à cette date, des portes Côté et Chartraine, et la lettre adressée aux religieux de Saint-Lomer mentionne la porte du Foix. Ceci renforce l’idée selon laquelle l’enceinte urbaine existait bien à la fin du xiiie s.

La datation des archères

14Parmi les sept tours conservées, une seule est dépourvue d’archères, il s’agit de la petite tour Guerry. Ainsi, la tour sud de la rue Gallois possède sept archères alors que la tour nord de la même rue en présente cinq (Fig. 4) tout comme la tour des Cordeliers (Fig. 5). Les deux tours de la rue du front nord et la tour des Rouillis conservent chacune une archère. Enfin, la portion de courtine de Saint-Lomer montre six petites archères (Fig. 6). Au total, le corpus est constitué de 25 archères, seules les archères du deuxième niveau de la tour des Cordeliers ont pu être mesurées (elles sont hautes d’un peu plus d’un mètre). Aucun autre relevé n’a pu être réalisé car toutes les archères sont murées et, sauf dans la tour des Cordeliers, inaccessibles à l’intérieur. Les archères des autres tours paraissent presque toutes de dimensions similaires à celles des Cordeliers. Les deux tours de la rue Gallois sont en plus percées chacune d’une grande fente de tir d’environ 2 m de hauteur. Enfin, le pan de courtine construit par les religieux de Saint-Lomer après 1284 montre une série de fentes de tir (d’environ 50 cm de hauteur) terminées par un petit étrier triangulaire que l’on retrouve sur toutes les fentes de tir. La disposition intérieure n’est connue que pour la tour des Cordeliers où les embrasures s’ouvrent sous des niches voûtées en plein cintre (Fig. 7).

Fig. 4 - Tours de la rue Gallois.

Fig. 4 - Tours de la rue Gallois.

© Lucien Lafont.

Fig. 5 - Tour des Cordeliers.

Fig. 5 - Tour des Cordeliers.

© Lucien Lafont.

Fig. 6 - Segment de courtine joignant l’église Saint-Lomer.

Fig. 6 - Segment de courtine joignant l’église Saint-Lomer.

© Lucien Lafont.

Fig. 7 - Archère de la tour des Cordeliers.

Fig. 7 - Archère de la tour des Cordeliers.

© Lucien Lafont.

15L’embrasure à niche et à fente droite terminée par un étrier répond à un modèle Plantagenêt largement diffusé en Poitou et le long de la Loire (Mesqui 1993 : 265-267). Ce type d’archère, qui présente de nombreux avantages par rapport à une embrasure en sifflet ouverte par une simple fente droite, se diffuse largement dans le domaine royal à partir du deuxième quart du xiiie s. L’étrier placé en terminaison de la fente permet d’ouvrir le champ de tir. À Loches (Indre-et-Loire), les tours montrent des archères à étriers circulaires, à Montrichard (Loir-et-Cher) les étriers sont triangulaires, comme ceux présents à Blois. La niche a l’avantage de laisser à l’archer une plus grande amplitude de mouvement et d’élargir le champ de tir. Dans la région, Alluyes (Eure-et-Loir) ou la tour de Bois-Ruffins à Arrou (Eure-et-Loir), dans le domaine royal, montrent des exemples d’archères sous niche datées des années 1240.

La question de l’enclos des Cordeliers

16L’enclos des Cordeliers forme clairement un décrochement dans les fortifications de la ville (Fig. 1), résultant probablement d’un changement du tracé en cours de construction et non d’un remaniement postérieur à la construction de l’enceinte au xiiie s.

17L’hypothèse selon laquelle les Cordeliers se seraient d’abord implantés intra-muros puis auraient détruit le mur primitif pour le reculer d’environ 25 m est peu probable en raison du faible gain d’espace (2 500 m2). L’édification de l’enclos des Cordeliers serait par conséquent contemporaine de celle de la grande enceinte du xiiie s. Le comte aurait accordé des terrains intra-muros, au nord de la ville, aux Cordeliers qui auraient alors reporté de 25 m vers le nord le tracé de l’enceinte. La construction des tours, peut-être dans les années 1270, aurait pu être laissée à leur charge.

18L’exemple de Saint-Lomer en 1284 prouve que le pouvoir comtal n’était pas opposé à la démolition de l’enceinte pour protéger un enclos religieux mais cet agrandissement concernait alors 10 000 m2, soit quatre fois plus que pour les Cordeliers. En outre les archères des Cordeliers sont identiques à celles des autres tours du front nord et du front ouest, ce qui fait penser à une construction lors d’une même campagne.

19Finalement, les caractéristiques des embrasures de tir et les informations livrées par les sources, orientent vers une datation à partir du deuxième quart voire du milieu du xiiie s. Cette construction a pu se prolonger jusqu’à la fin du xiiie s. En effet, nous avons souligné que le tracé des fortifications urbaines a été modifié au moins deux fois : pour enclore les Cordeliers nouvellement installés en 1270 puis pour protéger les nouveaux terrains acquis par les religieux de Saint-Lomer en 1284.

Les campagnes de travaux sur l’enceinte pendant la guerre de Cent Ans

Les renforcements du milieu du xive siècle

20En 1356, les Anglais marchent vers la Loire et les troupes du roi de France Jean II le Bon arrivent depuis le sud. Les armées se rencontrent finalement à Poitiers. Jacques Soyer souligne qu’avant 1356 la guerre n’est pas ressentie dans le Blésois (Soyer 1894 : 53). Cependant, à partir de cette date, une partie de l’armée anglaise réside dans le Blésois et jusqu’en 1365, les Anglais continuent les pillages dans le comté de Blois. C’est dans ce contexte d’insécurité que fut opérée une série de travaux de renforcement. Cette période est connue pour entreprendre un mouvement général de (re)mise en défense des villes du royaume de France, en témoignent les exemples de Tours, Poitiers, Chartres ou encore Orléans (Salamagne 2012 : 65-85).

  • 16 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 68-279, 28 février 1357.
  • 17 Archives départementales du Loir-et-Cher, F 447. Ville de Blois : décharge d'une imposition par le (...)
  • 18 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 69-548. 18 février 1366.

21En 1357, le gouverneur de Blois ordonnait que le maître des bois du comté de la ville délivre “ dix arpents de bois et quarante grosses pièces de bois ” aux habitants de Blois afin qu’ils puissent réparer les “ forteresses de la ville16 ”. Ces travaux sont confirmés par des lettres patentes de Jean II le Bon adressées à la ville de Blois le 16 avril 1361 afin d’accorder aux habitants la “ perception de deux deniers sur le droit de douze d. par livre levés par le roi sur la vente des denrées en ladite ville ” en compensation des “ frais faits par elle pour ses fortifications17 ”. Ces lettres patentes attestent que les travaux entrepris devaient être importants et avoir des répercussions relativement lourdes sur les finances urbaines. Dans ces lettres, Jean II le Bon insiste sur les “ très grants fonds ” dépensés par la ville, ces fonds ayant été utilisés tant pour les frais liés aux combats que pour fortifier la ville et évoque des travaux d’“ emparement ”, des nouveaux fossés et d’“ autres ouvrages ”. Nous avons souligné que l’enceinte paraît avoir été construite sur l’intégralité de son tracé au cours du xiiie s. Il est possible que les ouvrages de flanquement aient été maçonnés alors que les courtines auraient pu être entièrement ou en partie constituées de levées de terre surmontées de palissades. Ce fait était fréquent au xive s. (Salamagne 2002 : 79) et l’exemple bien documenté de l’enceinte de Provins (Seine-et-Marne), dont la construction s’étend sur trois siècles, en témoigne (Mesqui 1997 : 308). À Blois, les travaux continuent en 1366 puisque le comte demande à nouveau au maître des bois de fournir aux habitants de la ville “ deux arpents de bois ” pour réparer le pont Saint-Michel, détruit par les guerres18. Ce document nous renseigne également sur les ponts des portes Chartraine et Côté, équipés de barrières.

  • 19 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 68-274. 10 janvier 1357.
  • 20 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 68-395. 22 avril 1360.

22En parallèle des travaux réalisés sur l’enceinte urbaine, plusieurs documents montrent que le château achète des armes pour se défendre. Ainsi, en 1357, le gouverneur de Blois ordonne que Pierre de Fontennes, Jean le Valet et Macet Audent soient payés pour “ l’artillerie que ils font pour le chastel de Blois19 ”. En outre, en 1360, Guillaume de Monsne reçoit 22 écus d’or pour “ tourner et convertir en artillerie ” le château20. Nous ne savons pas quel type d’“ artillerie ” a été fourni au château de Blois à cette date. Au vu des quittances de paiement connues pour cette période qui ne font mention que d’arbalétriers, il s’agit probablement d’arcs et d’arbalètes.

La modernisation et l’adaptation partielles à l’artillerie à feu dans la première moitié du xve siècle

  • 21 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1094. 13 avril 1414.
  • 22 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1081. 3 octobre 1412.
  • 23 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1099. 17 mars 1415.

23Entre 1415 et 1429, Blois n’est pas touchée directement par la guerre entre les Anglais et les Français mais se trouve à proximité immédiate des différents conflits. Il semble que la ville réagisse à cette menace en renforçant certaines parties de l’enceinte et en s’adaptant à l’artillerie à feu – qui joue un rôle important dans les conflits de la fin de la guerre de Cent Ans. Les sources écrites rapportent plusieurs livraisons de bois afin de réparer divers éléments de l’enceinte urbaine. Ainsi, un acte de 1414 atteste la première commande, livrée en 1411, de “ deux arpents de bois […] pour mettre en réparacions et emparement nécessairement à faire en la ville de Bloys pour la fortification d’icelle21 ”. En 1412, sont à nouveau mis en œuvre “ deux arpents de bois en la forest de Bois pour emploier et convertir en la fortification et emparement icelle22 ”. Ces deux actes montrent une volonté de la part des habitants de renforcer leur système de défense. Par ailleurs, la menace les pousse à protéger les zones extra-muros. Ainsi en 1415, d’autres pièces de bois sont employées afin de “ faire les barrières de fauxbourgs de Blois23 ”.

  • 24 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1157. 6 septembre 1421.
  • 25 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 73-1174. 7 octobre 1424.

24À Blois, l’artillerie à feu n’est pas connue avant 1418, date à laquelle a été rédigé un inventaire de l’artillerie disponible au château de Blois. Cet inventaire a été édité et analysé par Alain Salamagne (Salamagne 2013 : 65-85). Ce type de document se multiplie au cours du xve s. Philippe Contamine relève ainsi des inventaires d’artillerie pour les villes de Rennes (Ille-et-Vilaine), Metz (Moselle), Dijon (Côte-d’Or) ou encore Lille (Nord) (Contamine 1978 : 68). Avant cet inventaire, aucune source ne fait clairement état de la présence de pièces d’artillerie à feu à Blois. Cependant à partir des années 1420, de nombreuses sources écrites confirment l’achat et l’utilisation de pièces d’artillerie à feu. Par ailleurs, le maître de l’artillerie du château de Blois semble avoir joué un rôle important dans le comté. En effet, en 1421, la ville de Blois prête à Beaugency qui est menacée, un “ un petit canon de fer garny de deux boester de fer et 50 livres de pouldre à canon en un sac de cuir24 ”. En 1424, le garde de l’artillerie de Blois remet au capitaine de Chambord “ un canon portant pierre de quatre livres25 ”. Encore en 1436, le gouverneur du comté demande au maître de l’artillerie du château de Blois de délivrer “ 20 livres de poudre à canon ” au capitaine de Château-Renault afin de servir à la défense du château en raison du danger provoqué par le fait que les Anglais viennent de prendre la ville du Mans. Ces mentions attestent le rôle central du maître de l’artillerie de Blois dans la défense des différentes villes du comté.

  • 26 Archives départementales du Loir-et-Cher, F 2133. Fonds du docteur Lesueur. Fortifications.

25La tour des Rouillis demeure le seul témoin matériel de l’adaptation au xve s. de l’enceinte urbaine de Blois à l’usage des armes à feu (Fig. 8). Cette tour a des murs de près de 2,30 m d’épaisseur (les tours à archères ont des murs de moins d’1,50 m d’épaisseur). Elle a également un diamètre plus important (9,80 m). Cela s’explique surtout par sa position, à un angle de l’enceinte, plus exposée aux attaques. Les vues anciennes de la ville de Blois figurent d’ailleurs la tour des Poudres, située à l’angle sud-est, avec un diamètre également plus fort que les autres tours. Le critère principal qui témoigne de l’adaptation à l’artillerie est la présence d’arbalétrières-canonnières. Il en existe quatre sur cette tour (dont l’une qui est complètement murée) et selon un croquis de Frédéric Lesueur26 dessiné au xxe s. il en existait une cinquième dirigée vers le nord (Fig. 9). Toutes les embrasures de tir s’ouvrent sous une niche voûtée dont les joues convergent en sifflet pour former au nu du mur une fente droite dont la base est élargie. Les bouches à feu sont de deux types : rectangulaire et circulaire. Ce sont des arbalétrières-canonnières qui permettent l’usage mixte d’armes mécaniques et d’armes à feu (Fig. 10). La fente autorise ainsi le tir à l’arbalète, cependant il est également admis qu’elle sert à la visée et à l’évacuation des fumées provoquées par les armes à feu (Mesqui 1997 : 27). L’usage de l’arbalète reste dominant au xve s. En effet, cette arme a une cadence de tir supérieure à celle d’un canon. L’orifice quant à lui permet de tirer avec une bouche à feu.

Fig. 8 - Tour des Rouillis.

Fig. 8 - Tour des Rouillis.

© Lucien Lafont.

Fig. 9 - Plan de masse de la tour des Rouillis.

Fig. 9 - Plan de masse de la tour des Rouillis.

© Marie Lafont.

Fig. 10 - Relevé d’une embrasure de tir de la tour des Rouillis.

Fig. 10 - Relevé d’une embrasure de tir de la tour des Rouillis.

© Serge François et Marie Lafont.

Conclusion

26Blois n’était pas véritablement une place de guerre et l’objectif principal de l’enceinte était de protéger les habitants. L’enceinte a été renforcée et modifiée lorsqu’il existait des menaces extérieures dans la région et les fortifications n’ont été que très partiellement adaptées à l’artillerie à feu au xve s. (une seule tour sur les sept conservées). D’ailleurs, les fortifications ont perdu leurs fonctions défensives très tôt. Les délibérations municipales conservées à partir de 1567 témoignent dès cette date de l’état d’abandon de l’enceinte : de nombreuses ouvertures sont percées dans l’enceinte, de nombreuses brèches ouvrent les fortifications et les fossés sont en mauvais état. À la fin du xviis., lors de la construction de l’évêché à l’est de la ville, un segment de courtine et la tour de Paradis sont démolis et les fossés ont dû être remblayés. En 1716, le pont médiéval s’effondre ce qui entraîne la démolition d’une partie du front de Loire. La destruction des portes et les tours sont échelonnées, en 1778 la tour des Poudres, en 1783 la porte du Foix, dans les années 1790 la porte Chartraine, la porte Maréchal et la porte Neuve et en 1818 l’une des tours de la rue Gallois. À la fin du xviiie s., l’enceinte devait être presque intégralement démantelée et présenter plus ou moins le même état de conservation que de nos jours. Dans les années 1950, lors de la construction d’une école maternelle rue Trouessärt, la seconde tour des Cordeliers et un pan de courtine furent démolis (Fig. 11).

27Finalement, l’enceinte a été entretenue tout au long du Moyen Âge, depuis sa construction au xiiie s. à son adaptation partielle à l’artillerie à feu au début du xve s. Elle est dès le xvie s. en état d’abandon. Cependant, lors des conflits des guerres de religions elle est renforcée par deux petits éperons aux angles sud-est et sud-ouest. Ces aménagements ont été ponctuels et n’ont pas dû être jugés utiles très longtemps puisque les destructions ont continué à ponctuer la fin de l’époque moderne.

Fig. 11 - Tour et courtine des Cordeliers détruites.

Fig. 11 - Tour et courtine des Cordeliers détruites.

© Photographie de Jules Gallerand conservée aux archives départementales du Loir-et-Cher publiée dans le dossier inventaire n° IA41000719 réalisé par Amélie Decker.

28Finalement, l’enceinte a été entretenue tout au long du Moyen Âge, depuis sa construction au xiiie s. à son adaptation partielle à l’artillerie à feu au début du xve s. Elle est dès le xvie s. en état d’abandon. Cependant, lors des conflits des guerres de religions elle est renforcée par deux petits éperons aux angles sud-est et sud-ouest. Ces aménagements ont été ponctuels et n’ont pas dû être jugés utiles très longtemps puisque les destructions ont continué à ponctuer la fin de l’époque moderne.

Haut de page

Bibliographie

Alix 2009

Alix Cl. - La dernière enceinte d’Orléans et le développement de l’habitat dans les nouveaux quartiers (fin 15e siècle - 1re moitié 16e siècle), in : Demonet M.-L., Rivaud D. et Vendrix Ph. - Orléans une ville de la Renaissance, Ville d’Orléans, CESR, Orléans, Tours : 139-153.

Blieck, Contamine et Faucherre 1999

Blieck G., Contamine Ph. et Faucherre N. - Les enceintes urbaines, xiiie-xvie siècles, Éditions du CTHS, Paris, 352 p.

Contamine 1978

Contamine P. - Les fortifications urbaines en France à la fin du Moyen Âge  : aspects financiers et économiques, Revue historique, CCLX/1 : 23-47.

Cospérec 1994,

Cospérec A. - Blois : la forme d’une ville, Impr. Nationale éditions, Paris, 406 p.

Durandière 2003

Durandière R. - L’enceinte urbaine médiévale de Montreuil-Bellay, Mémoire de DEA, Université François-Rabelais, Tours, 2 vol.

Faucherre 2011

Faucherre N. - Places fortes, bastions du pouvoir, Rempart, Paris, 115 p.

Gaugain 2014

Gaugain L. - Amboise : un château dans la ville, Presses Universitaire François-Rabelais, Presses Universitaires de Rennes, Tours, Rennes, 455 p.

Lafont 2015

Lafont M. - L’enceinte urbaine médiévale de Blois  : forme et fonctions, Mémoire de Master II, Université François-Rabelais, Tours, 3 vol.

Mesqui 1991

Mesqui J. - Châteaux et enceintes de la France médiévale  : de la défense à la résidence, Picard, Paris, 375-382 p.

Mesqui 1997

Mesqui J. - Châteaux forts et fortifications en France, Flammarion, Paris, 493 p.

Salamagne 2001

Salamagne A. - Construire au Moyen Âge  : les chantiers de fortification de Douai, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve-d’Ascq, 319 p.

Salamagne 2002

Salamagne A. - Les villes fortes au Moyen Âge, J.-P. Gisserot, Paris, 126 p.

Salamagne 2013

Salamagne A. - La défense des villes de la Loire au temps de Jeanne d’Arc, in : Beaune C. (dir.), Journées Jeanne d’Arc à Blois - 1429 (Blois, avril 2012), Mémoires de la Société des sciences et lettres du Loir-et-Cher, Blois : 65-85.

Simon 2010

Simon G. - Vendôme : étude chrono-chorématique, Mappemonde, 100, [http://mappemonde-archive.mgm.fr/num28/articles/art10407.html]

Simon 2015

Simon G. - Espace et société à Vendôme du 11e au début du 19e s.  : fonctionnement et fabrique d’une ville intermédiaire sur le temps long, Thèse de doctorat, Université François-Rabelais, Tours, 4 vol.

Soyer 1894

Soyer J. - Étude sur la communauté des habitants de Blois jusqu’au commencement du XVIe siècle, A. Picard et fils, Paris, 141 p.

Haut de page

Notes

1 Les sources écrites n’apportent aucune information sur la présence d’un ouvrage avancé.

2 Visible notamment sur la vue de Blois conservée dans la Galerie des Cerfs du château de Fontainebleau : Château de Fontainebleau. Louis Poisson Ier, Carte murale, ville, château et forêt de Blois, fin XVIe s.

3 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1083. 20 janvier 1413. Le 17 mars 1415, un autre acte fait mention de la commande de bois pour construire des barrières (Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1099. 17 mars 1415).

4 BnF, François de Belleforest, Le vrai portrait de la ville et du chateau de Blois, 1575. Publié dans La Cosmographie universelle de tout le monde, tome I, 1, p. 314.

5 Archives départementales du Loir-et-Cher, L 298. Suppression des emblèmes et signes de la royauté. 1792.

6 Tour quadrangulaire datée approximativement du xiie s. Cette tour antérieure à la construction de l’enceinte était entourée de fossés. Elle a été largement remaniée (ouvertures, couronnement, éléments intérieurs) (Cospérec 1994 : 38).

7 Bibliothèque municipale de Blois, Cartulaire de Saint-Laumer de Blois. Lettre de Jeanne de Blois-Châtillon, 1284. Publié par Soyer Jacques et Trouillard Guy, “ Cartulaire de la ville de Blois 1196-1493 ”, Mémoires de la Société des Sciences et Lettres du Loir-et-Cher, tome XVII, p. 1-510.

8 Bibliothèque municipale de Blois, Collection Joursanvault. Rôle LVII. Ordres donnés par le conseil du comte au capitaine de la Blois pour organiser la défense de la ville. v. 1379.

9 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 73-1213. 19 octobre 1433.

10 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 73-1231. 14 décembre 1434.

11 Ce rapport n’a pas pu être consulté.

12 Château de Fontainebleau. Louis Poisson Ier, Carte murale, ville, château et forêt de Blois, fin xvie s.

13 Bibliothèque municipale de Blois, Albert Jouvin de Rochefort, Plan de Blois, vers 1680. RLV 561.

14 Archives départementales du Loir-et-Cher. 3 H 25. Lettres de Jehan de Châtillon. Mai 1270.

15 Bibliothèque municipale de Blois, Cartulaire de Saint-Laumer de Blois. Lettre de Jeanne de Blois-Châtillon, 1284.

16 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 68-279, 28 février 1357.

17 Archives départementales du Loir-et-Cher, F 447. Ville de Blois : décharge d'une imposition par le Roi Jean II en compensation des dépenses faites par les habitants pour fortifier leur ville. 16 avril 1361.

18 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 69-548. 18 février 1366.

19 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 68-274. 10 janvier 1357.

20 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 68-395. 22 avril 1360.

21 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1094. 13 avril 1414.

22 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1081. 3 octobre 1412.

23 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1099. 17 mars 1415.

24 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 72-1157. 6 septembre 1421.

25 Bibliothèque municipale de Blois, Ms 73-1174. 7 octobre 1424.

26 Archives départementales du Loir-et-Cher, F 2133. Fonds du docteur Lesueur. Fortifications.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Plan de l’enceinte de Blois à la fin du XIIIe s. à partir du cadastre napoléonien (1810).
Crédits © Marie Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 2 - Françoys de Belleforest, Le vray pourtraict de la ville et du chasteau de Blois, 1575.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 3 - Segment de courtine : 26 rue Chemonton.
Crédits © Marie Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 4 - Tours de la rue Gallois.
Crédits © Lucien Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 5 - Tour des Cordeliers.
Crédits © Lucien Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 6 - Segment de courtine joignant l’église Saint-Lomer.
Crédits © Lucien Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 7 - Archère de la tour des Cordeliers.
Crédits © Lucien Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 8 - Tour des Rouillis.
Crédits © Lucien Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 9 - Plan de masse de la tour des Rouillis.
Crédits © Marie Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 10 - Relevé d’une embrasure de tir de la tour des Rouillis.
Crédits © Serge François et Marie Lafont.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 11 - Tour et courtine des Cordeliers détruites.
Crédits © Photographie de Jules Gallerand conservée aux archives départementales du Loir-et-Cher publiée dans le dossier inventaire n° IA41000719 réalisé par Amélie Decker.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/2483/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Lafont, « L’enceinte médiévale de Blois : quelques précisions sur un ensemble méconnu », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 56 | 2017, mis en ligne le 05 juillet 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/racf/2483

Haut de page

Auteur

Marie Lafont

Doctorante contractuelle rattachée au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR - UMR 7323), 59 rue Néricault Destouches, 37000 Tours.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page