Navigation – Plan du site

Murus et pomerium : réflexions sur la fonction des remparts protohistoriques

Murus and pomerium : thoughts on the function of protohistoric ramparts
Stephan Fichtl

Résumés

Cet article propose une réflexion sur la fonction des remparts des oppida de La Tène finale. Si les trois fonctions traditionnelles existent bien pour ces sites (défensive, ostentatoire et symbolique), c’est cependant la fonction symbolique qui prend une place prépondérante. On peut ainsi proposer un parallèle avec la notion de pomerium bien connu dans le monde étrusco-romain. En effet, les délimitations symboliques sont attestées à différents niveaux chez les Celtes, tant pour les téménos des sanctuaires que pour le territoire de la civitas. Il n’y a rien de surprenant que l’apparition des premiers sites urbains, que sont les oppida, se soit accompagnée d’une délimitation symbolique comme pour les villes grecques et romaines.

Haut de page

Texte intégral

Quelles fonctions les remparts protohistoriques remplissaient-ils ?

1Les remparts protohistoriques comme les remparts de toutes les époques remplissaient trois fonctions essentielles, mais dont l’importance n’était pas la même d’une période à l’autre : une fonction stratégique et militaire, une fonction ostentatoire et une fonction symbolique. Si le rôle défensif est traditionnellement présent pour tout type de fortification, il semble que pour les remparts de la fin de la période gauloise liés aux grands oppida du monde celtique septentrional, cette fonction est moins importante que la fonction ostentatoire mais surtout la fonction symbolique, trop souvent oubliée pour les périodes protohistoriques.

1. La fonction stratégique et militaire

2Pour les remparts de La Tène finale, les fonctions stratégique et militaire restent des fonctions secondaires. La longueur de leur tracé, qui peut atteindre plusieurs kilomètres de long, interdit une bonne défense militaire. Un autre handicap est sans conteste l’anomalie du tracé perpendiculaire à la pente. Là non plus la défense du site n’est pas facilitée. Et que dire du site d’Uxellodunum, identifié avec le Puy d’Issolu dans le Lot, où la principale source se trouve à l’extérieur de l’enceinte ?

3Mais si la fonction stratégique n’est sans doute pas la plus importante pour ces remparts, il ne faut pas pour autant l’exclure totalement. Ainsi, César avoue à plusieurs reprises les difficultés qu’il a éprouvées à prendre telle ou telle fortification. Pour Avaricum, dans le passage où il décrit le murus gallicus, il loue les qualités des remparts gaulois :

“ [le murus gallicus] est, de plus, très pratique et parfaitement adapté à la défense des villes, car la pierre le défend du feu et le bois des ravages du bélier, celui-ci ne pouvant ni briser, ni disjoindre une charpente où les pièces qui forment liaison à l’intérieur ont en général quarante pieds d’un seul tenant. ” (César, BG, VII-23).

4Une autre preuve se trouve également dans la complexité des techniques de siège qu’il est obligé de mettre en œuvre devant plusieurs oppida, comme Alésia ou même Uxellodunum.

5L’utilisation du rempart à talus massif, dit de type “ Fécamp ”, semble d’ailleurs répondre à un besoin militaire. Toujours d’après César, les difficultés éprouvées par le proconsul à prendre Noviodunum, sans doute l’oppidum de Pommiers au-dessus de Soissons, au cœur du pays suession, est à mettre sur le compte de l’architecture de son rempart.

“ … la largeur du fossé et la hauteur des murs firent échouer son assaut. ” (César, BG, II-12).

6Enfin, si l’on regarde le plan des portes des oppida de La Tène finale, on s’aperçoit qu’elles sont parfaitement efficaces contre un assaut. L’assaillant était obligé de traverser un long couloir dans lequel il était à la merci de projectiles de toutes sortes, avant de se heurter à une solide tour porche, dont il fallait enfoncer les vantaux pour accéder à l’intérieur de l’oppidum même. Ces plans de porte sont d’ailleurs tout à fait comparables aux plans des portes des camps augustéens en bois, comme Oberaden, Haltern, Beckinghausen ou Rödgen, implantés en Allemagne lors de la tentative de conquête de la Germanie libre (Johnson 1987).

2. La fonction ostentatoire

7Parmi les fonctions qui ont été prépondérantes dans l’édification du rempart, il faut retenir la fonction ostentatoire. Plusieurs exemples illustrent parfaitement cette caractéristique.

8L’élément le plus net réside sans doute dans l’utilisation de dalles posées de chant dans le parement. Ainsi sur l’oppidum tchèque de Trísov, la fouille de J. Bren a mis en évidence un parement à poteaux fronteaux conservé sur encore 1,60 m (Fig. 1). Celui-ci alterne un parement de petites pierres (60-70 cm de hauteur) et des dalles de chant, dont l’épaisseur dépasse à peine les 15 cm (70x45x15 cm), mais qui, de l’extérieur, donne l’impression de blocs cyclopéens (Bren 1966). Dans cet exemple, la volonté ostentatoire est évidente, car l’utilisation de cette technique ne répond à aucun besoin technique ni à une absence de matériaux, mais au contraire, elle fragilise l’ensemble de l’architecture.

Fig. 1 : Rempart de l’oppidum tchèque de Trísov (cliché J. Bren).

Fig. 1 : Rempart de l’oppidum tchèque de Trísov (cliché J. Bren).

9Mais le cas de Trísov n’est pas isolé. Les fouilles récentes de Thierry Dechezleprêtre sur l’oppidum de Vernon dans l’Eure ont mis en évidence le même stratagème au niveau de la porte (Dechezleprêtre et al. 1998).Là aussi on constate la présence de dalles posées de chant, qui plus est au niveau de la porte, c’est-à-dire le lieu de passage obligé (Fig. 2). Ces blocs présentent, de plus, de nombreuses marques de taille, ce qui met en évidence le soin apporté à cette construction.

Fig. 2 : Porte de l’oppidum de Vernon, Eure (cliché Th. Dechezleprêtre).

Fig. 2 : Porte de l’oppidum de Vernon, Eure (cliché Th. Dechezleprêtre).

10On peut donc ajouter une autre caractéristique, la présence de blocs taillés, apparus sur plusieurs remparts fouillés récemment en Gaule. C’est avec l’exemple du Fossé des Pandours que la volonté ostentatoire est la plus nette. En effet, c’est sur le rempart de barrage, percé par la porte principale (malheureusement détruite), que l’on a retrouvé les blocs les mieux taillés (Fig. 3). À l’inverse, dans les secteurs du rempart de contour, le travail de la pierre est beaucoup plus fruste, comme si on ne s’était pas donné la peine de tailler des blocs que personne, ou presque, ne pouvait voir. Des remparts datés traditionnellement de l’époque romaine à cause de la qualité du parement, comme ceux d’Alésia (Côte d’Or) ou de Vertault (Côte d’Or), méritent d’être réétudiés sous cet angle. Les fouilles récentes de Besançon-Vesontio (Doubs) ou de l’oppidum de Chateloi à Hérisson dans l’Allier (Lallemand2001, 2002, 2003, 2004) montrent que l’utilisation de la pierre taillée dans l’architecture celtique, n’est peut-être pas aussi rare qu’on le pensait jusqu’à maintenant.

Fig. 3 : Blocs taillés du murus gallicus du Fossé des Pandours, Bas-Rhin (cliché S. Fichtl).

Fig. 3 : Blocs taillés du murus gallicus du Fossé des Pandours, Bas-Rhin (cliché S. Fichtl).

3. Le tracé du rempart : les nouveautés de La Tène finale

11Dans le tracé des remparts liés aux sites classés parmi les oppida du monde celtique septentrional apparaissent plusieurs nouveautés qui les distinguent des remparts des sites protohistoriques plus anciens. Le phénomène le plus apparent est une libération partielle ou totale des contraintes topographiques. Mais on voit aussi se multiplier des tracés qui adoptent des formes géométriques. Enfin, les éperons barrés sont fréquemment complétés par des remparts de contour. Toutes ces caractéristiques sont clairement liées à une taille de site qui dépasse de loin la taille de la plupart des sites des périodes antérieures. Mais la taille n’est sans doute pas le seul facteur : dans bien des cas il y a une volonté consciente de donner au rempart un tracé qui réponde mieux à l’évolution de ses fonctions.

3.1. Un rempart qui se libère de la topographie

12La première caractéristique est une libération de la contrainte topographique. Aux périodes plus anciennes, à l’âge du Bronze final, au Hallstatt ou à La Tène ancienne, les fortifications utilisent pleinement les avantages du relief, d’où une prédominance de l’éperon barré sous toutes ces formes (Biel1987, Koch, Schindler 1994, Schindler 1968, Schindler, Koch 1977). Le rempart de contour n’est utilisé que si le relief ne permet pas d’autre choix de tracé.

  • 1  Les cartes de cet article sont issues de l’ouvrage, La ville celtique (Fichtl2000/2005), dans lequ (...)

13À La Tène moyenne et finale, même si les oppida s’installent encore sur des sites souvent défendus par la nature, cette contrainte est moins forte. Le rempart, au lieu de suivre les courbes de niveau, s’en détache bien souvent pour traverser un vallon, ou pour joindre des tronçons situés sur des courbes de niveaux différentes (Fig. 4). Cette anomalie fragilise le rempart, tant dans sa construction, qui est plus instable, que dans son efficacité défensive1.

Fig. 4 : Exemples de sites munis d’un rempart qui se libère de la contrainte topographique.

Fig. 4 : Exemples de sites munis d’un rempart qui se libère de la contrainte topographique.

14Les exemples se rencontrent dans l’ensemble du monde celtique. En Gaule, on peut citer le Mont-Beuvray (Nièvre/Saône-et-Loire), le Fossé des Pandours (Bas-Rhin) et le Donnersberg (Rhénanie-Palatinat). Au Mont-Beuvray, le rempart coupe trois vallons. C’est particulièrement net au niveau du ruisseau qui prend sa source à la “ pâture du couvent ”. Cette caractéristique se retrouve également dans la partie sud-est du rempart découvert plus récemment par Franz Schubert. Au Fossé des Pandours, une partie du site, le Kaestenberg, se trouve sur une terrasse située en dessous de la colline du Koepfel. Le rempart de contour, pour joindre les deux terrasses suit ainsi un tracé presque perpendiculaire aux courbes de niveau. Le Donnersberg, quant à lui est installé, non pas au sommet de la colline mais en partie sur un des versants. Le rempart dévale la pente pour englober tout l’oppidum.

15En Allemagne, le site le plus représentatif est le Heidetränk au nord de Francfort (Hesse). L’oppidum est coupé en deux par un cours d’eau, le Heidentränkbach. Pour joindre les deux sommets, le rempart adopte un tracé perpendiculaire à la pente.

16En Bohème, il faut mentionner l’oppidum Závist, celui de Hrazany ou encore celui de Stradonice, qui entrent tous les trois à des degrés divers dans cette catégorie. Le plus parlant est sans aucun doute Závist, au sud de Prague. Tout comme pour le Heidetränk, le site est traversé par une rivière qui coule dans un profond vallon et que doit franchir le rempart.

3.2. Des tracés géométriques

17Une autre conséquence de l’affranchissement de la topographie est la multiplication des tracés géométriques. Si, dans un certain nombre de cas, le tracé géométrique peut être mis en place sans problème majeur, dans d’autre cas au contraire il nécessite des aménagements particuliers, comme des travaux de terrassement lourds, ce qui indique bien la volonté des constructeurs d’obtenir ce type de tracé. Les fouilles menées sur l’oppidum du Fossé des Pandours montrent clairement que le tracé du rempart a été accompagné d’importants travaux de terrassement dont le seul but était de ménager une ligne droite sur près de 600 m de long (Fig. 5 ; Fichtl 1997).

Fig. 5 : Travaux de terrassement pour l’aménagement du murus gallicus du Fossé des Pandours (d’après Fichtl1997).

Fig. 5 : Travaux de terrassement pour l’aménagement du murus gallicus du Fossé des Pandours (d’après Fichtl1997).

18Un tracé des plus répandus est le tracé rectiligne. Bien qu’on le rencontre dans des sites plus anciens, c’est sa longueur qui en fait une nouveauté. Les remparts peuvent atteindre plusieurs centaines de mètres. Sur l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain le rempart mesure 1,3 km de long. Sur l’oppidum de Finsterlohr, il présente un tracé rectiligne de près de 1,5 km. Il est évident que cette longueur est liée aussi à l’augmentation de la taille des oppida.

19Un cas plus rare est celui de l’arc de cercle que ne l’on rencontre que sur deux sites de la vallée de la Somme, sur le territoire des Ambiens : La Chaussée-Tirancourt, (Somme) et Chipilly (Somme). Dans les deux cas, le tracé est extrêmement régulier et barre un plateau défendu par deux vallées situées de part et d’autre.

20Un autre type de tracé spécifique des oppida de plaine est le tracé circulaire. On peut recenser trois sites : deux en Champagne, le “ Camp d’Attila ” à La Cheppe et le site de Reims-Durocorturum et le dernier en Bavière, Manching (Fig. 6 ; Fichtl 2004). Si l’enceinte de Manching ne décrit pas un cercle parfait, la raison est sans doute à rechercher dans la taille de l’oppidum dont le rempart mesure 7 km de long et couvre une superficie de 380 ha. La zone nord-est marécageuse, ce qui n’a pas permis une construction régulière. Les deux sites champenois, de leur côté, sont plus proches de l’ovale. À La Cheppe, l’adossement à la rivière, a, de plus, entraîné un tracé plus irrégulier. Le tracé le plus régulier reste sans doute celui de l’enceinte dite “ primitive ” de l’oppidum de Reims. Le terrain plat et l’éloignement de presque 500 m du cours d’eau le plus proche ont permis aux aménageurs de tracer un rempart d’une grande régularité. Dans cette catégorie, il faut sans doute également introduire le site de Chartres-Autricum pour lequel on connaît un rempart doublé d’un fossé qui forme un demi-cercle s’appuyant sur le cours de l’Eure (Ollagnier, Joly 1994). Même si ce tracé, tel qu’il est connu, ne correspond pas à un cercle fermé, il en a toutes les caractéristiques.

Fig. 6 : Exemples de sites munis d’un rempart à tracé circulaire.

Fig. 6 : Exemples de sites munis d’un rempart à tracé circulaire.

21Contrairement au monde grec et romain, le tracé quadrangulaire est rare dans le monde celtique. On ne le rencontre que sur un seul site, l’oppidum de Condé-sur-Suippe/Variscourt dans la vallée de l’Aisne. Et encore seuls deux côtés de l’enceinte forment un angle droit, les branches septentrionales s’appuyant sur le cours de la rivière.

22Pour l’ensemble de ces oppida, le terrain se prête généralement à une forme régulière, mais, dans tous les cas, celle-ci a demandé un important travail de géomètre ou de topographe. La régularité de certains remparts a incité quelques chercheurs à leur attribuer une origine non celtique, comme Jean-Louis Brunaux qui propose de voir dans le site de La Chaussée-Tirancourt un camp romain appartenant un “ proto limes ” sur la vallée de la Somme (Brunauxet al. 1990 ; Brunaux 1993). Le même type de remarque a été évoqué à propos de Condé-sur-Suippe/Variscourt, pour lequel Claude Constantin et Béatrice Ilett-Fleury ont proposé l’hypothèse d’un vaste comptoir commercial, un emporium romain (Constantin, Ilett-Fleury1982).

23Les fouilles récentes de P. Pion à Condé-sur-Suippe/Variscourt (Pion 1997) permettent maintenant d’affirmer qu’il s’agit bien d’un habitat gaulois, à l’inverse d’un site contemporain comme Lyon-Vaise, pour lequel l’architecture même des bâtiments est parfaitement romaine. Pour La Chaussée-Tirancourt, seule la porte et le rempart intérieur ont été fouillés (Brunaux et al. 1990 ; Fichtl 1995) Malgré la présence de nombreux clous de chaussure et un faciès monétaire où dominent les oboles massaliotes, on peut uniquement conclure que le site a connu une présence militaire romaine, mais pas que ces derniers ont été à l’origine du tracé du rempart.

3.3. Des éperons barrés avec rempart de contour

24La troisième caractéristique des remparts de La Tène finale est la présence, fréquente, d’un rempart de contour sur des sites classés comme éperons barrés. En effet, de nombreux oppida possèdent un rempart de barrage, d’une taille souvent imposante, prolongé par un rempart plus modeste qui fait le tour du site, même si la topographie ne le nécessite pas (Fig. 7). La défense naturelle est ainsi doublée par une défense anthropique. Nous trouvons ce phénomène sur de nombreux sites de hauteur, tant dans l’ouest de la Gaule, sur un oppidum comme Fécamp (Seine-Maritime), que dans la Gaule de l’Est avec des sites comme Boviolles, le Fossé des Pandours ou le Titelberg, mais aussi dans le monde celtique oriental comme le prouvent les oppida de Finsterlohr (Bade-Wurtemberg) ou même Trísov (Bohême méridionale). Les exemples existent également sur des méandres barrés (Fig. 8, 9, 10). Nous les connaissons sur les oppida de Altenburg (Bade-Wurtemberg) ou de Berne-Enge (CH-Berne), mais une récente fouille de sauvetage dans la boucle du Doubs a permis de mettre ce système en évidence sur l’oppidum de Besançon-Vesontio (Doubs) (Fichtl à paraître).

Fig. 7 : Exemples d’éperons barrés munis d’un rempart de contour.

Fig. 7 : Exemples d’éperons barrés munis d’un rempart de contour.

Fig. 8 : Exemples de méandres barrés munis d’un rempart de contour.

Fig. 8 : Exemples de méandres barrés munis d’un rempart de contour.

Fig. 9 : Exemples de méandres barrés munis d’un rempart de contour.

Fig. 9 : Exemples de méandres barrés munis d’un rempart de contour.

Fig. 10 : Exemple de confluence barrée munie d’un rempart de contour : l’oppidum de Kelheim.

Fig. 10 : Exemple de confluence barrée munie d’un rempart de contour : l’oppidum de Kelheim.

25Cette caractéristique semble se limiter aux sites de La Tène finale. Le meilleur exemple est peut-être l’oppidum du Titelberg qui a connu trois phases de construction. Les deux premiers états sont datés de La Tène ancienne et ne concernent que le rempart de barrage (Metzler 1995). Le troisième état a été érigé après une assez longue période d’abandon, sans doute à la fin du IIe s. (LT D1b), mais aucune datation précise n’a été possible. C’est avec le rempart le plus prestigieux érigé sur le site, le murus gallicus de la phase IV, qu’apparaît pour la première fois un rempart de contour. On peut donc constater que le rempart de contour n’apparaît qu’avec les phases de La Tène finale. Mais peut-on évoquer une refondation du site dès la fin du IIe s. av. J.-C., avec laquelle aurait été planifiée un rempart de contour ? On peut, en tout cas, supposer un parallèle entre la mise en place du rempart de contour et l’édification de la “ halle ” centrale, de plan basilical, érigée sur le point le plus haut du site à l’emplacement des futurs temples (Metzler et al. à paraître). Ce bâtiment de haute taille était disposé de manière à être vu dès que l’on entrait dans l’oppidum. Il était placé exactement dans l’axe des deux portes du site. Rempart de contour et halle correspondent bien à un projet urbanistique cohérent.

26De manière générale, il faut imaginer que la plupart des sites de La Tène finale étaient donc totalement clos, même s’il n’y avait pas de réelle nécessité défensive. C’est une différence avec les sites de la protohistoire plus ancienne, où ce type de fortification n’existe pas, ou du moins reste exceptionnel. Cette différence correspond sans doute à une modification dans la fonction du rempart.

4. La notion de limite symbolique chez les Celtes

27Nous connaissons l’importance des limites symboliques dans le monde étrusco-romain (Gros 1996 : 26-27). Mais dans le monde celtique, cette notion est également loin d’être inconnue. On peut déduire son existence du plan des sanctuaires, qui apparaissent de plus en plus nombreux en fouille ou en prospection depuis une vingtaine d’années en France. Les textes antiques, quoique peu nombreux, confirment cette vision. Cette question à par ailleurs été largement discutée lors de la table ronde tenue à Ribemont-sur-Ancre en décembre 1999 (Brunaux2000a).

4.1. Les enclos rituels

28Même si les sanctuaires gaulois fouillés ces dernières années donnent l’image d’une diversité que nous ne sommes pas encore en état d’appréhender pleinement, un élément ressort régulièrement : c’est la présence d’une délimitation de la zone cultuelle comparable au téménos grec ou au templum romain qui séparent la zone sacrée de l’espace profane. Jean-Louis Brunaux voit dans la clôture le principal marqueur du lieu de culte (Brunaux 2000b : 271). Nombreux sont les sanctuaires connus en Gaule qui possèdent d’ailleurs plusieurs délimitations successives laissant deviner une graduation dans l’accès à la zone sacrée (Fig. 9).

Fig. 11 : Exemples d’éperons barrés munis d’un rempart de contour.

Fig. 11 : Exemples d’éperons barrés munis d’un rempart de contour.

29Le plan du sanctuaire de Nanteuil-sur-Aisne dans le département des Ardennes (Lambot, Méniel2000), réalisé d’après des sondages et des photographies aériennes, nous permet d’observer un temple au centre, entouré d’un premier fossé, l’ensemble inclu dans un fossé périphérique plus grand. D’autres segments de fossés ou de tranchées de palissade laissent entrevoir des délimitations encore plus complexes. Non loin de là, sur le sanctuaire de Roizy “ les Cinq Horles ” (Ardennes), le sanctuaire central est situé lui aussi dans un enclos ovalaire de 250 x 200 m (Lambot 1991).

30Des aménagements similaires sont connus en Haute-Normandie sur le sanctuaire de Fesques (Mantel 1997). Un ensemble de fosses, qui seront remplacées par deux fana à l’époque gallo-romaine, sont inscrites dans un enclos en fer à cheval délimité par un fossé, puis une palissade. Cet aménagement est lui-même situé dans un enclos plus grand, d’une superficie d’environ 10 ha.

31L’aménagement est quelque peu différent à Mirebeau, mais parmi les structures importantes, il faut mentionner la présence d’un fossé qui délimite une zone vide et dont le tracé sera repris par un portique à l’époque impériale (Joly, Barral, Vernou 2003et communication orale de Ph. Barral).

32Ces différentes délimitations sont clairement d’ordre symbolique. Le meilleur exemple reste le sanctuaire de Gournay-sur-Aronde, où le fossé principal, qui sert de réceptacle final aux différents dépôts, est situé à l’intérieur du sanctuaire, “ protégé ” par une palissade et un fossé extérieur (Brunaux, Méniel, Poplin 1985).

33Une autre catégorie d’enclos mérite d’être mentionné : il s’agit des enclos “ à réunion ”, mis en évidence sur plusieurs oppida comme au Titelberg ou au Martberg. À l’intérieur de ces oppida se trouvaient de grands espaces vides de toute structure délimitée parfois de manière complexe comme au Titelberg où un espace de10 ha est coupé du reste du site par un rempart en briques crues doublé d’un fossé (Metzler2005 : 212-215).

34Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples pour démontrer que, pour les Celtes, les limites symboliques avaient toute leur place dans le monde du sacré. Cette délimitation était souvent matérialisée soit par de simples fossés, plus souvent par un système de palissades, voire des constructions plus monumentales comme les portiques du sanctuaire de Corent, Puy-de-Dôme (Poux 2004).

35Pourtant, on doit se demander si ces délimitations étaient toujours traduites architecturalement, où si cette impression ne nous vient pas uniquement du fait que les sources archéologiques restent prépondérantes pour aborder cette problématique pour les périodes protohistoriques. La bilingue de Verceil en est une parfaite illustration. Elle a été récemment réanalysée par Christian Peyre (Peyre2000). Il s’agit d’une borne en schiste sur lequel est gravé un texte bilingue, en langue latine et gauloise, qui fait référence à un espace sacré délimité par quatre pierres. L’emplacement de ce campus n’est pas connu, mais nous sommes là sans doute devant un espace qui a été défini de manière rituelle, mais dont les seules traces visibles étaient les quatre bornes plantées aux quatre angles du terrain. Il n’est en effet pas question dans le texte d’une quelconque autre délimitation matérielle.

4.2. Ce que nous disent les textes

36Si les textes sur ce sujet restent peu nombreux, deux mentions permettent d’éclairer la notion de limite symbolique chez les Celtes : ce sont, d’une part, un passage de César dans la Guerre des Gaules qui évoque le Vergobret, d’autre part, deux extraits d’Athénée, transcrivant Posidonios et Phylarque, qui évoquent les banquets chez les Gaulois.

Le vergobret

37Le vergobret était une magistrature majeure dans bon nombre de cités gauloises. Ce titre est mentionné par César, sous la forme de vergobretus ou sous des termes équivalents (principatus ; magistratus ; summus magistratus ; princeps civitatis), chez les Éduens, les Trévires, les Helviens et les Rèmes. Il est également attesté par des légendes monétaires chez les Lexoviens et des inscriptions d’époque julio-claudienne chez les Bituriges Cubes, les Lémovices, les Santons et les Bituriges Vivisques.

38Pour l’époque de l’indépendance, le vergobret était le magistrat suprême dans la cité (César, BG I, 16, 5). À l’époque impériale, le vergobret est assimilé au préteur, c’est-à-dire le rang juste au-dessous du consul dans le cursus honorum romain (Dondin-Payre 1999).

39Cette assimilation est d’autant plus intéressante qu’il existe un point commun entre les deux fonctions. Le vergobret tout comme le préteur urbain a l’interdiction, le temps de sa magistrature, de franchir les limites du territoire qu’il gère. Pour le préteur urbain, il s’agit de l’Urbs, c’est-à-dire Rome, pour le vergobret du territoire de sa civitas. Le texte de César est clair à ce propos pour les Éduens :

“ …les lois des Éduens interdisaient à ceux qui géraient la magistrature suprême de franchir les frontières,… ” (César, BG VII, 33, 2).

40La sacralisation de l’espace de la civitas gauloise est ainsi bien attestée. Le vergobret est élu en vertu de lois strictes, sous l’égide des druides, et sa fonction participe tant du domaine profane que du domaine du sacré (César, BG VII, 33, 2-4). Il est ainsi intéressant de noter la parenté entre ces deux limites symboliques : les limites du territoire de la civitas gauloise et le pomerium romain.

Les enclos à banquet chez Posidonios et Phylarque

41Un autre exemple est révélateur de l’importance de la limite symbolique dans la mentalité celtique : les banquets offerts par un personnage puissant. Deux passages cités par Athénée nous en donnent une bonne illustration. Il s’agit d’un passage de Posidonios évoquant les largesses de Luern, le père du roi arverne Bituit, et d’un autre de Phylarque décrivant les largesses d’un riche aristocrate, Ariamnès (Brunaux 2000b ; Poux2000).

42Dans ces deux exemples, nous nous trouvons devant l’organisation d’un banquet installé à l’intérieur d’un espace enclos. C’est le passage sur Luern qui est le plus explicite :

“ Il faisait faire un enclos de douze stades carrés dans lequel on remplissait des cuves de boissons d'un grand prix et où l'on préparait une telle quantité de victuailles que pendant plusieurs jours il était permis à ceux qui voulaient entrer de profiter de tout ce qui avait été préparé, le service se faisant de manière ininterrompue. ” (Athénée, Les Deipnosophistes, IV, 152).

43Nous sommes là en face d’un banquet exceptionnel, prodigué par Luern qui briguait sans doute la fonction royale. Ce banquet était installé n’importe où, mais dans un endroit délimité dont Posidonios nous donne les dimensions, 12 stades carrés, soit un espace de 800 m de côté.

44L’extrait de Phylarque va dans le même sens, même s’il y a encore désaccord sur la traduction du passage en question, en particulier en ce qui concerne le lieu du banquet :

  • 2  [… il fit ériger des baraques faites de pieux et couvertes de chaume pouvant contenir quatre cents (...)

“ Ariamnès, un Celte très riche, fit publiquement la promesse de traiter tous les Celtes pendant une année, et il tint sa promesse de la manière suivante : dans les lieux du pays les plus favorables du point de vue des voies de communication, il établit des stations le long des voies principales; entouré de palissades de roseaux et d'osier, chaque emplacement pouvant contenir quatre cents hommes et même plus2, l'aménagement des lieux étant prévu pour les foules qui devaient déferler des villes et villages environnants. On y trouvait de grands chaudrons que, dans son projet, il avait pris soin de faire forger au cours de l'année précédente par des artisans appelés d'autres cités. Un grand nombre de victimes ‑ boeufs, porcs, moutons, et beaucoup d'autres bestiaux ‑ furent abattues chaque jour. Des foudres de vin furent apprêtés, ainsi que de grandes quantités de farine d'orge monde ”. (Athénée, Les Deipnosophistes, IV, 150, trad. S. Lewuillon).

45M. Poux interprète ces enclos comme une délimitation entre la sphère quotidienne et la sphère festive qui s’approche par bien des aspects de la sphère religieuse (Poux 2000 : 229).

5. La fonction symbolique : une fonction primordiale des remparts de La Tène finale

46Ainsi, la fonction qui prédomine pour les oppida de La Tène finale en Gaule septentrionale et dans une grande partie du monde celtique est l’aspect symbolique. Comme j’ai tenté de le démontrer plus haut, à travers l’exemple des téménos des sanctuaires ou du statut du vergobret, la notion de limite symbolique est une composante de la culture celtique. De la même manière, le tracé des remparts, qui ne répond que rarement à un simple besoin défensif, laisse également entrevoir le besoin d’enclore la totalité du site, et ainsi de séparer architecturalement un monde rural d’un monde que l’on peut qualifier d’urbain.

47On peut donc oser se demander dans quelle mesure le rempart celtique ne s’apparente pas à un pomerium. Le pomerium étrusco-romain implique un certain nombre de règles juridiques ou d’interdits, dont le port des armes à l’intérieur de la ville ou le rejet des morts à l’extérieur du tracé.

48L’interdit d’enterrer les morts à l’intérieur du monde urbain se retrouve chez les Celtes comme dans la plupart des cultures de l’Antiquité. Nous ne connaissons, à l’heure actuelle, que deux nécropoles liées directement à un oppidum, le Titelberg, avec la nécropole de Lamadeleine et la nécropole orientale, et le Mont-Beuvray avec la nécropole de la Croix du Rebout. Dans les deux cas, les nécropoles sont placées sur les voies d’accès au site mais à l’extérieur de l’enceinte. Dans les cas où des tombes sont connues à l’intérieur de l’oppidum, il s’agit toujours de sépultures plus anciennes qui étaient déjà présentes lors de la définition du tracé du rempart. La nécropole de Hundsrucken, par exemple, à l’intérieur de l’oppidum bavarois de Manching est datée de LT B2-C1 (Krämer 1985 : 33). Les inhumations découvertes à l’intérieur de la boucle de Besançon datent de LT C1 (fouilles L. Vaxelaire). À Berne, les tombes sont également antérieures au tracé du rempart comme l’atteste cette incinération découverte sous le talus du rempart intérieur, au sud du site (Lüscher, Kaenel, Müller 1999 : 321).

49Mais des différences existent entre le monde méditerranéen et le monde celtique. Le port des armes, par exemple, ne semble pas avoir été un interdit. La plupart des oppida ont livré des fragments d’arme, que l’on ne peut pas toujours mettre en relation avec un lieu de culte et qui donc devaient circuler à l’intérieur du site.

50Les portes des oppida celtiques contiennent elles aussi une part de pratiques rituelles. La découverte des restes de cinq crânes humains qui présentaient des traces de perforation, rapproche la porte Est de Manching de certaines portes de sanctuaires gaulois comme celui de Gournay-sur-Aronde (Van Endert 1987 : 56-57). Jean-Louis Brunaux n’hésite pas à appeler ces derniers de “ propylées ”, en rapprochant les découvertes archéologiques du texte de Strabon (Strabon, Géographie IV, 4), qui indique que les têtes des ennemies sont accrochées aux propylées des sanctuaires gaulois (Brunaux2000b : 271). La présence de crânes accrochés aux portes des oppida permet encore une fois d’oser un parallèle entre les limites urbaines et les limites sacrées des sanctuaires et ainsi de renforcer l’idée que les remparts de La Tène finale s’inscrivent dans les délimitations rituelles.

51Une autre question est aussi celle de la monumentalisation de la limite symbolique. Le pomerium étrusco-romain ne se superpose pas au rempart ; il existe sans aucun aménagement architectural, c’est une limite définie rituellement (Gros 1996 : 27-28). Le rempart celtique s’intègre lui aussi dans un acte de fondation de l’oppidum, il est ainsi de la même manière défini rituellement (Fichtl, Metzler, Sievers 2000). Mais cette limite existe-t-elle sans la présence du rempart ? En d’autres termes faut-il imaginer qu’une limite symbolique dans le monde celtique peut se passer de sa parure monumentale, ou du moins de sa matérialisation physique ? Pour les oppida, il semblerait que non, vu le soin que l’on a pris à l’édification du rempart. Mais cet argument est loin d’être définitif. L’exemple de Verceil montre qu’un espace pouvait être simplement marqué par des bornes. Matthieu Poux suggère, que sur certains sites, “ les amphores interviennent parfois directement dans la structuration de l’espace sacré ” (Poux 2000 : 220). La délimitation peut prendre une forme qui n’est pas architecturale, mais cependant clairement identifiable : des dépôts d’objets, comme les amphores, ou même des éléments végétaux comme des arbres.

52Pour les oppida de La Tène finale, en Gaule septentrionale et dans une grande partie du monde celtique, l’enceinte remplit les trois fonctions traditionnelles du rempart, militaire, ostentatoire et symbolique, mais c’est clairement cette dernière fonction qui prédomine dans un monde qui quitte, en seulement une génération, un mode de vie rural pour un nouveau mode de vie, urbain.

Haut de page

Bibliographie

Biel1987
Biel J. - Vorgeschichtliche Höhensiedlungen in Südwürttemberg-Hohenzollern (Forschungen und Berichte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 24), Stuttgart.

Bren1966
Bren J. - Trísov, oppidum celtique en Bohême méridionale, Prague.

Brunaux 1993
Brunaux J.-L. - La Chaussée-Tirancourt, in : Les plus Beaux sites archéologiques de la France, Eclectis : 24.

Brunaux 2000a
Brunaux J.-L. - Des enclos, pourquoi faire ? Table-ronde tenue à Ribemont-sur-Ancre en décembre 1999 (Revue archéologique de Picardie 1/2), Amiens.

Brunaux 2000b
Brunaux J.-L. - Propriétés divines, possessions humaines. La fonction symbolique de l’enclos, in : Brunaux 2000a : 271-278.

Brunaux, Fichtl, Marchand 1990
Brunaux J.-L., Fichtl S. et Marchand Chr., Das “Camp César” bei La Chaussée-Tirancourt (Somme), Saalburg Jahrbuch, 45 : 5-45.

Brunaux, Méniel, Poplin 1985
Brunaux J.-L., Méniel P., Poplin Fr. - Gournay I : les fouilles sur le sanctuaire et l'oppidum (1973-1984) (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial), Amiens.

Constantin, Ilett-Fleury 1982
Constantin Cl. et Ilett-Fleury B. - Les installations de La Tène III de Condé-sur-Suippe-Variscourt (“ Le Vieux Reims ”) ; deux campagnes de fouilles : 1976-1977, in : Vallée de l'Aisne : cinq années de fouilles protohistoriques, (Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 1) : 265-276.

Dechezleprêtre  et al. 1998
Dechezleprêtre Th. et al. - La fortification gauloise de Vernon, musée de Vernon.

Dondin-Payre 1999
Dondin-Payre M. et Raepsaet-Charlier M.-Th., éd. - Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule e ten Germanie sous le Haut Empire, Paris, Publications de la Sorbonne.

Fichtl 1995
Fichtl S. - La porte intérieure de la Chaussée-Tirancourt, Revue Archéologique de Picardie, 1/2 : 135-148.

Fichtl1997
Fichtl S. - Le
murusgallicus de l’oppidum médiomatrique du Fossé des Pandours, (Col de Saverne, Bas-Rhin) : fouille 1995-1996, Cahiers Alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, 40 : 33-56.

Fichtl 2000
Fichtl S. - La ville celtique. Les oppida de 150 av. J.-C. à 15 apr. J.-C., Paris, 2000 [réédité en 2005].

Fichtl 2004
Fichtl S. - Des capitales de cités gauloises aux chefs-lieux de province : le cas de Reims-Durocortorum, in : Ruiz de Arbulo (J.) – Simulacra Romae, Roma y las capitales provinciales del Occidente Europeo. Rome et les capitales provinciales de l’Occident, actes du colloque de Tarragone (12- 14 décembre 2002), Tarragona : 295-306.

Fichtl, Metzler, Sievers 2000
Fichtl S., Metzler J. et Sievers S. - Le rôle des sanctuaires dans le processus d’urbanisation, in : Guichard V., Sievers S. et Urban O.-H. - Le processus d’urbanisation à l’âge du Fer – Eisenzeitliche Urbanisationsprozesse (Collection Bibracte – 4), Glux-en-Glenne : 143-150.

Gros 1996
Gros P. - L'architecture romaine du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire : I, les monuments publics (Les manuels d'art et d'archéologie antiques), Paris.

Johnson 1987
Johnson A. - Römische Kastelle des 1. und 2. Jahrhunderts n. Chr. N in Britannien und in den Germanischen Provinzen des Römerreiches, Mayence.

Joly, Barral, Vernou 2003
Joly M., Barral Ph. et Vernou Chr. - Sanctuaires gaulois et gallo-romains en Bourgogne : trésors & mystères du sanctuaire gaulois de Mirebeau-sur-Bèze, catalogue de l'exposition au Musée archéologique de Dijon, du 18 décembre 2003 au 29 février 2004, Dijon.

Koch, Schindler 1994
Koch K.-H., Schindler R. - Vor- und frühgeschichtliche Burgwälle des Regierungsbezirks Trier und des Kreises Birkenfeld (Vor- und frühgeschichtliche Wehranlagen im ehemaligen Stammesgebiet der Treverer 2 ; TrGrFor 13, 2), Trèves.

Krämer 1985
Krämer W. - Die Grabfunde von Manching und die latènezeitlichen Flachgräber in Südbayern (Die Ausgrabungen in Manching, 9), Stuttgart.

Lallemand
Lallemand David BSR Auvergne 2001, 35-36, 2002, 53, 2003, 29-30, 2004, 26-27.

Lambot 1991
Lambot B. - Quelques aspect funéraires et cultuels chez les Rèmes, in : Brunaux J.-L. (dir.) - Les Sanctuaires celtiques et le monde méditerranéen, actes du colloque de St-Riquier, 8-11 novembre 1990 (Archéologie aujourd'hui / Dossiers de protohistoire, 3), Paris : 66-78.

Lambot, Méniel 2000
Lambot B. et Méniel P. - Le centre communautaire et cultuel du village gaulois d’Acy-Romance dans son contexte régional, in : Verger 2000 : 7-139.

Lüscher et al. 1999
Lüscher G., Kaenel G., Müller F. - Die Schweiz vom Paläolithikum bis zum frühen Mittelalter : IV Eisenzeit = La Suisse du paléolithique à l'aube du Moyen-âge : IV âge du Fer = La Svizzera dal paleolitico all'alto medioevo : IV, Età der Ferro. Basel : Schweirische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte.

Mantel 1997
Mantel E. (dir.) - Le Sanctuaire de Fesques : “ le Mont du Val aux Moines ”, Seine-Maritime (Nord-Ouest Archéologie ; 8), Berck-sur-Mer.

Metzler 1995
Metzler J. - Das treverische Oppidum auf dem Titelberg : zur Continuität zwischen der spätkeltischen und der frührömischer Zeit in nord Gallien (Dossiers d'Archéologie du Musée National d'Histoire et d'Art, 3), Luxemburg.

Metzler et al. à paraître
Metzler J., Méniel P., Gaeng C. - Oppida et espaces publics, Pré-actes, colloque du Collège de France, juillet 2006.

Ollagnier, Joly 1994
Ollagnier A., Joly D. - L'Eure-et-Loir 28 (Carte archéologique de la Gaule (CAG) ; 28), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Peyre2000
Peyre (Chr.) - Documents sur l’organisation publique de l’espace dans la cité gauloise. Le site de Villeneuve-Saint-Germain et la Bilingue de Verceil, in : Verger 2000 : 156-206.

Pion et al. 1997
Pion P., Pommepuy Cl., Auxiette G., Hénon B., Gransar Fr. - L’oppidum de Condé-sur-Suippe/Variscourt (Aisne) (fin IIe-début Ier s. av. J.-C) : approche préliminaire de l’organisation fonctionnelle d’un quartier artisanal, in : Espaces physiques, espaces sociaux dans l’analyse interne des sites du Néolithique à l’Âge du Fer, colloque d’Amiens 1994, 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques : 275-310.

Poux 2000
Poux M. - Espace votifs – espaces festifs. Banquets et rites de libation en contexte de sanctuaire et d’enclos, in : Brunaux 2000a : 217-232.

Poux 2004
Poux M. - Fouille programmée, Veyre-Monton, Le puy de Corent, Bilan Scientifique, Auvergne : 110-113.

Schindler 1968
Schindler R. - Studien zum vorgeschichtlichen Siedlungs- und Befestigungswesen des Saarlandes, Trier.

Schindler, Koch 1977
Schindler R., Koch K.-H. - Vor- und frühgeschichtliche Burgwälle des Grossherzogtums Luxemburg (Trierer Grabungen und Forschungen ; 13,1), Trèves.

Van Endert 1987
Van Endert D. - Das Osttor des Oppidums von Manching (Die Ausgrabungen in Manching ; 10), Stuttgart.

Verger2000
Verger S. éd. - Rites et espaces en pays celte et méditerranéen : étude comparée à partir du sanctuaire d'Acy-Romance (Ardennes, France), actes de la table-ronde organisée à Rome les 18 et 19 avril 1997 par l'École Française de Rome avec la collaboration de la section des sciences religieuses de l'école pratique des hautes études, de l'UMR 126 du CNRS et de l'Université de Dijon. (Collection de l'école Française de Rome ; 276), Rome.

Haut de page

Notes

1  Les cartes de cet article sont issues de l’ouvrage, La ville celtique (Fichtl2000/2005), dans lequel se trouve également la bibliographie des sites mentionnés.

2  [… il fit ériger des baraques faites de pieux et couvertes de chaume pouvant contenir quatre cents personnes et parfois plus,…] (traduction de Jean-Louis Brunaux).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Rempart de l’oppidum tchèque de Trísov (cliché J. Bren).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2 : Porte de l’oppidum de Vernon, Eure (cliché Th. Dechezleprêtre).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 3 : Blocs taillés du murus gallicus du Fossé des Pandours, Bas-Rhin (cliché S. Fichtl).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 4 : Exemples de sites munis d’un rempart qui se libère de la contrainte topographique.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5 : Travaux de terrassement pour l’aménagement du murus gallicus du Fossé des Pandours (d’après Fichtl1997).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 6 : Exemples de sites munis d’un rempart à tracé circulaire.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 7 : Exemples d’éperons barrés munis d’un rempart de contour.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 8 : Exemples de méandres barrés munis d’un rempart de contour.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 9 : Exemples de méandres barrés munis d’un rempart de contour.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 10 : Exemple de confluence barrée munie d’un rempart de contour : l’oppidum de Kelheim.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 11 : Exemples d’éperons barrés munis d’un rempart de contour.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/515/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephan Fichtl, « Murus et pomerium : réflexions sur la fonction des remparts protohistoriques », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 44 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2006, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/racf/515

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page