Navigation – Plan du site
Localisation de l'étude

La nécropole de l’âge du Bronze des Pâtures à Saumeray (Eure-et-Loir) : mise en évidence de gestes funéraires originaux

Patrice Georges et Tony Hamon
p. 5-20

Résumés

La fouille archéologique préventive menée durant l’hiver 2001-2002 sur le site de Saumeray “ Les Pâtures ”a consisté à sauver les vestiges d’une nécropole à enclos circulaires de l’âge du Bronze avant l’exploitation d’une gravière. La fouille méthodique des fosses à crémation mises au jour, dont les traces s’avéraient souvent fugaces, a permis d’établir que la plupart d’entre elles ne contenaient que des esquilles osseuses brûlées en quantité limitée ; leur poids n’excédait pas quelques dizaines de grammes. Une étude de paléoanthropologie funéraire portant sur l’analyse de ces dépôts a eu pour objectif de préciser, à la fois par des observations de terrain et un travail de laboratoire, tout ou partie des aspects de la gestuelle funéraire liée à la crémation et à l’inhumation des restes brûlés. Elle a mis surtout en évidence que la crémation proprement dite ne constitue qu’une étape, certes importante, dans la prise en charge du défunt par son groupe. Les observations sur l’un des monuments permettent d’avancer des hypothèses quant à la nature et au fonctionnement des enclos de ce secteur de la vallée du Loir.

Haut de page

Texte intégral

Présentation du site

1La commune de Saumeray (Eure-et-Loir) est située à 150 km au sud-ouest de Paris en limite de la Beauce dunoise et du Faux Perche (Fig. 1). Elle est depuis une dizaine d’années l’objet de nombreuses fouilles d’archéologie préventive, en raison de l’exploitation de plusieurs gravières. L’extension de l’une d’entre elles est à l’origine de l’intervention archéologique au lieudit “ Les Pâtures ”. Ce dernier, situé à environ 300 m à l’est de la rivière Loir, est localisé sur la basse terrasse prairie qui accueille des chenaux anciens et des fossés de collecte des eaux de débordement du Loir. Le sous-sol de la basse terrasse est composé de lits de sables, graviers et galets de silex d’origine alluviale. Après décapage, la surface de la terrasse est matérialisée par un conglomérat gravelo-sableux non tassé, de couleur brune. Il est recouvert d’un sable limoneux et humique brun qui, par percolation dans le gravier, lui a donné une teinte singulière. Par un phénomène de lessivage, la pluie permet de l’éclaircir, ce qui rend la lecture du terrain plus précise. Ces considérations n’auraient que peu d’intérêt si cela n’avait pas en contrepartie révélé l’importance de ce site. Une opération qui n’aurait en effet pas pris en compte ces particularités sédimentologiques locales n’aurait pas appréhendé l’ampleur d’un tel ensemble dont nous ne présentons qu’une partie.

Fig. 1 : Alluyes. 2 : Saumeray. Le point marque l’emplacement du site (INRAP/T. Hamon).

Fig. 1 : Alluyes. 2 : Saumeray. Le point marque l’emplacement du site (INRAP/T. Hamon).

Le contexte archéologique

Les travaux antérieurs

Fig. 2 : Localisation et plan du secteur fouillé en 2001 (INRAP/T. Hamon).

Fig. 2 : Localisation et plan du secteur fouillé en 2001 (INRAP/T. Hamon).
  • 1  Précisions d’Hélène Froquet (INRAP CIF, Tours).

2C’est à Alain Lelong que l’on doit la découverte des nécropoles à enclos dans ce secteur de la vallée du Loir, localisées à l’est de la zone d’extraction en activité (Lelong 1991). En 1990, un nouvel enclos est repéré dans l’emprise de la carrière jusque là en prairie et nouvellement labourée. La menace de destruction motive Alain Lelong à réaliser une fouille archéologique programmée ; il recueille les premiers éléments d’information sur ce qui s’avérera être une nécropole de taille importante (Fig. 2). Ainsi, le comblement terminal du fossé de l’enclos exploré livre de la céramique du Bronze final I et IIa1. La position stratigraphique du mobilier et l’absence de forme individualisée complète laissent à penser que ce mobilier provient des terres du tumulus, ce dernier pouvant cependant avoir été construit avec les déblais d’un autre monument ou d’une couche d’habitat.

3En 1993, une étude d’impact est diligentée par le Service Régional d’Archéologie du Centre. Des sondages exploratoires sur l’ensemble de l’emprise mettent en évidence l’importance du site, tant d’un point de vue qualitatif que quantitatif. D’autres interventions révèlent essentiellement des occupations du Néolithique ancien, moyen et final (Ranger et al. 1996, Ranger, Prost 1998, Hamon, Ranger à paraître). Quatre enclos circulaires et deux incinérations en fosse sont cependant fouillés à cette occasion, mais aucun tesson ne vient confirmer la première hypothèse de datation.

4En raison des modalités de l’exploitation de la carrière, une nouvelle opération d’un mois est menée durant l’hiver 2001-2002. Au total, ce sont près de deux hectares qui ont été soumis à l’investigation des archéologues (fouilles programmée et d’urgence). Il semble que les vestiges exhumés sont ceux de la frange occidentale d’une vaste nécropole protohistorique, comptant vraisemblablement plus d’une centaine d’enclos circulaires et plus rarement carrés. Ces derniers, repérés plus à l’est, sont implantés sur la moyenne terrasse. Les témoignages anciens associés aux données des prospections aériennes nous permettent d’affirmer que des tumulus avec ou sans enclos se situaient sur les basses vallées du Loir (et localement sur les moyennes terrasses), sur les deux rives, entre Marboué et Saint-Avit-les-Guespières (LELONG 1989). Des fenêtres de fouille, ouvertes à l’occasion des phases d’exploitation des carrières, nous révèlent des zones vides entre des groupes de structures encore conservés qui demeurent difficiles à interpréter (regroupements diachroniques ? En fonction de critères sociaux et/ou familiaux ?, etc.).

L’intervention de 2001-2002

5La fouille s’étend sur une surface de près de 5 000 m2 ; elle est limitée au nord par l’ancien chemin d’accès à la carrière d’extraction, à l’est par la limite clôturée de la parcelle et à l’ouest par l’emplacement de la dernière fouille, aujourd’hui exploité, et au sud par un fossé chargé de récupérer les eaux de débordement du Loir (Fig. 2). Il s’est toutefois avéré difficile de la rattacher aux phases de sauvetage antérieures. En effet, la zone de jonction a été détruite par l’avancée de la carrière sans surveillance archéologique. Cette parcelle était une prairie qui n’a jamais été labourée au tracteur. Depuis environ une dizaine d’années, ce secteur a été utilisé pour stocker les déblais issus des décapages de la carrière, ce qui a eu pour effet de masquer les éventuels reliefs encore conservés. C’est la raison pour laquelle, dans certains cas, la limite entre la terre arable et les déblais tassés n’était pas toujours aisée à déterminer.

Fig. 3 : Localisation et numérotation des structures fouillées (INRAP/T. Hamon).

Fig. 3 : Localisation et numérotation des structures fouillées (INRAP/T. Hamon).
  • 2  Est considéré comme monument tout ce qui est propre à attester quelque chose, à en transmettre le (...)

6Deux zones ont été distinguées. La plus grande (2 700 m2) n’a livré que quelques structures. L’autre correspond au secteur de la nécropole et comportait 85 aménagements tous types confondus (Fig. 3). Les découvertes ont été classées en trois phases d’occupation en fonction des rapports stratigraphiques et selon leur forme. Les substructions ont donc été considérées comme étant antérieures, contemporaines ou postérieures à la nécropole. Il apparaît ainsi que les aménagements réalisés sur le site avant que l’on y installe les monuments2 funéraires se résument à des fosses, des trous de poteau, pour certains alignés, et des structures de combustion (fours à galets et foyers domestiques de surface). Le rare mobilier exhumé est daté du Néolithique moyen. L’ensemble est donc à comparer aux occupations néolithiques déterminées auparavant (Ranger et al. 1996 ; Ranger, Prost 1998).

7En ce qui concerne les deux alignements de trous de poteau repérés dès 1991 (Lelong 1991), il est difficile d’établir une relation avec la nécropole. Aucun lien stratigraphique ne permet en effet de préciser leur attribution chronologique. Au regard de la longueur des alignements de trous de poteaux et de la particularité de ces derniers (diamètre, profondeur et espacement), il a été établi qu’ils ne pouvaient être les vestiges de palissades. Ils semblent toutefois incompatibles avec une occupation domestique ; ils pourraient plutôt s’intégrer à une phase particulière de l’ensemble funéraire (Hamon, Ranger à paraître).

8Les aménagements considérés comme étant postérieurs à la nécropole (fossés, chemin de desserte) sont peu nombreux. Ils concernent toutefois tous les secteurs décapés.

La nécropole à enclos

  • 3  Le terme de “ fosse à crémation ”nous semble être une appellation d’attente qui laisse ouverte la (...)

9Au regard de la faible surface investie, nous n’aborderons pas l’organisation générale du site. Au terme de cette opération archéologique, ce sont treize enclos et neuf fosses à crémation3, le plus souvent ténues (Fig. 4), qui ont été mis au jour dans le même secteur.

10Notons d’emblée que, lors de la phase de terrain, leur attribution chronologique était délicate en l’absence de mobilier associé. C’est pourquoi nous avons fait procéder à des datations radio-physiques (cf. infra). La majorité des fosses à crémation était à l’intérieur de ces enclos. Mais deux d’entre elles ont été retrouvées isolées de toute structure de ce type.

Fig. 4 : Fosse à crémation F5, dont on remarquera les traces ténues (INRAP/T. Hamon).

Fig. 4 : Fosse à crémation F5, dont on remarquera les traces ténues (INRAP/T. Hamon).

Monuments funéraires à enclos

11Douze monuments présentent des dimensions extérieures comprises entre 2 et 12 m. Deux autres avaient été fouillés plus à l’ouest de l’intervention. L’un d’eux, incomplet, était en partie scellé par une berme détruite depuis. L’enclos fouillé en 1991 par Alain Lelong est le plus important décapé à ce jour. Il semble cependant isolé dans la nécropole. Les observations stratigraphiques, confirmées par un travail de micro-topographie sur le site et les terrains environnants, ont révélé que ces monuments étaient en fait des tumulus de faible hauteur (inférieure à 1 m).

  • 4  La structure F26 présentait un fossé si peu implanté en surface de décapage qu’il a été repéré sui (...)

12Deux types d’enclos ont été reconnus : à fossé interrompu et à fossé continu. Ces derniers sont les plus nombreux (9) sur la partie fouillée. Les interruptions sont marquées soit au nord-est, soit au sud-est (F16, F18, F20, F21). Leur largeur varie entre 0,10 m et 1 m pour ceux encore marqués en surface de décapage4.

Les fosses à crémation

13Nous avons dénombré au total neuf fosses à crémation. Certaines ne contenaient pas d’os brûlés ; trois d’entre elles n’ont été reconnues que par les traces laissées dans le sol (“ fantômes ”). Les autres découvertes sont de petites fosses d’un module compris entre 0,1 et 0,9 m pour une profondeur maximale de 0,1 m. Le fond est plat ou incurvé, les parois légèrement obliques. Des six fosses (F5, F11, F61, F77, F78 et F82) dont il restait le dépôt d’esquilles osseuses brûlées, seules trois se situent à l’intérieur d’enclos circulaires : F5 (enclos F2), F11 (enclos F1) et F13 (enclos F12). Si on les prend toutes en compte, la position centrale dans l’enclos circulaire est la situation la plus courante, mais elle n’est pas exclusive. Les positions de F5, qui se trouve dans la moitié ouest, et de F13, dans la moitié sud, contre le fossé, montrent une certaine variabilité. Les trois autres ont été découvertes en dehors d’un enclos, mais en périphérie. En effet, les fosses à crémation F61 et F64 étaient situées respectivement à proximité des enclos F1 (en bordure est) et F17 (Fig. 5). Ce n’était en revanche pas du tout le cas pour la double (?) fosse F77 et F78, creusée dans le comblement d’un trou de poteau (F76) dont le sommet semblait avoir été élargi.

Fig. 5 : Enclos F17 (INRAP/T. Hamon).

Fig. 5 : Enclos F17 (INRAP/T. Hamon).

14Seul le monument F1 a permis d’observer la position stratigraphique de la fosse à crémation avec le sédiment superficiel qui la recouvrait. Il apparaît que le sédiment sous la surface actuelle est en fait un remblai qui scelle la structure. Cette matrice, de couleur grise, est disposée en surface du gravier. Suivant ces observations, le sol (l’humus) a été décapé à l’intérieur du monument jusqu’en surface de la terrasse alluviale. Les vestiges brûlés ont ensuite été disposés dans une cuvette de 0,5 m de diamètre pour 0,06 m de profondeur, creusée au préalable. Par la suite, la fosse à crémation a été recouverte par des déblais de décapage formant ainsi le tumulus. Un talus externe est très probable.

Des inhumations ?

15Deux anomalies (F9 et F15) sont susceptibles d’être des inhumations. Mais c’est une véritable gageure de pouvoir le démontrer car ce terrain ne conserve manifestement que les os brûlés. En l’absence d’ossement et de matériel, il est par essence difficile de démontrer le caractère sépulcral de ces fosses. La situation de la fosse, sa forme et ses dimensions sont certes des éléments importants. Mais, les observations stratigraphiques sont décisives.

16La structure F9 recoupe le fossé de l’enclos circulaire F1. Elle mesure 2,5 m de longueur pour 1 m de largeur et 0,6 m de profondeur. En plan, sa forme est oblongue, tandis qu’en coupe, ses parois sont légèrement éversées. Son fond est plat. Les coupes du comblement montrent un lit de sédiment et galets mélangés avec un pendage presque à 45°. Un tassement semble s’être produit au centre de la structure, dans toute la longueur du remplissage. Le comblement, stérile, est grossier, mal classé et sec ; à la base, il est divisé en trois parties aux limites verticales qui pourraient correspondre à des parois disparues par pourrissement. Si la structure F15 a également été découverte dans la zone de la nécropole, elle n’était pas en contact avec un enclos. Il s’agit néanmoins d’une fosse oblongue de 1,70 m de longueur, pour 0,7 m de largeur. Au plus profond, elle mesure 0,1 m. Le comblement, constitué de limon marron-orangé stérile, n’accrédite toutefois pas spécialement l’hypothèse d’une sépulture dont les os auraient disparu.

Le mobilier

17Le comblement des fossés a livré du mobilier lithique et céramique attribuable au Néolithique moyen, par analogie avec les éléments de cette période représentée ailleurs sur le même gisement.

18Le mobilier susceptible d’être contemporain de la nécropole se résume à une armature de .èche découverte dans le comblement de F2 (cf. infra). Il s’agit d’une armature perçante à base concave et ailerons biseautés (Fig. 6). Elle a été découverte dans le comblement terminal du fossé et vient donc très probablement des terres du tumulus.

Fig. 6 : Pointe de flèche découverte en 2001 (INRAP/T. Hamon).

Fig. 6 : Pointe de flèche découverte en 2001 (INRAP/T. Hamon).

Paléoanthropologie des os brulés

19De l’ensemble des fosses à crémation identifiées comme telles, seuls six creusements ont livré des esquilles d’ossements brûlés : F5, F11, F61, F77, F78 et F82. Tout en tenant compte des particularités des dépôts (cf. infra), l’objectif de cette étude a été de préciser, à la fois par des observations sur le terrain et un travail de laboratoire, les aspects de la gestuelle funéraire liée à la crémation et à l’inhumation des corps dont nous avons retrouvé les restes brûlés (chaîne opératoire) (LE GOFF 2002, LE GOFF, GUICHARD à paraître). Si l’esprit de recherche concernant l’étude des crémations est identique à celui développé dans le cadre plus large de la paléoanthropologie funéraire, les résultats des études d’os brûlés sont rarement à la hauteur des espoirs suscités par les champs d’action de cette dernière. Le travail d’analyse est en effet essentiellement tributaire de l’état des fragments osseux (degré de l’ustion, taux de fragmentation…) prélevés et étudiés selon toute l’attention qu’ils requièrent. Pour ce site, où les fosses ont livré des esquilles osseuses de petite taille et en faible quantité, la difficulté a tenu avant tout à mettre en œuvre une méthodologie adaptée, ou plutôt à adapter la méthodologie préexistante.

Une approche méthodologique adaptée

20Le protocole concernant l’analyse des crémations est bien défini en France depuis un certain nombre d’années, en particulier depuis l’essor des fouilles préventives. Ainsi, il est entendu qu’une fois la crémation prélevée en l’état ou en motte, la micro-fouille a lieu en laboratoire.

21Il s’agit alors d’observer les fragments osseux avec attention (type des fractures, couleurs, etc.) et d’effectuer des analyses pondérales selon des référentiels portant sur le poids de squelettes d’adultes non brûlés (Duday 1990, Duday 1991, Duday et al. 2000). La reconnaissance des parties anatomiques doit aboutir à une comparaison entre les proportions établies à partir des segments anatomiques et des moyennes construites à partir d’échantillons de référence : on détermine alors un pourcentage de représentation. Mais il est des sites, comme celui-ci, où aucune de ces procédures ne peut être mise en œuvre. Sur le terrain d’abord, car la grave ne permet pas de prélèvement en motte rapide et peu coûteux ; en laboratoire ensuite, puisque l’extrême fragmentation des os et la taille minime des esquilles empêchent pour certaines des fosses à crémation toute reconnaissance anatomique .able et, par voie de conséquence, des développements paléobiologiques poussés.

22Les résultats des analyses paléobiologiques appliquées aux restes brûlés demeurent en effet proportionnels à leur fragmentation (Duday et al. 2000).

Fig. 7 : Fosse à crémation F77 fouillée (INRAP/T. Hamon).

Fig. 7 : Fosse à crémation F77 fouillée (INRAP/T. Hamon).

Fig. 8 : Fosse à crémation F11 en cours de fouille (INRAP/ P. Georges).

Fig. 8 : Fosse à crémation F11 en cours de fouille (INRAP/ P. Georges).
  • 5  Cependant, il serait malhonnête d’affirmer de façon péremptoire que nous avons la totalité des ves (...)
  • 6  On part du principe que la crémation s’est déroulée en atmosphère oxydante (à l’air libre).

23Les fosses à crémation ont été fouillées in situ en raison de la nature du sédiment encaissant dans lequel elles s’inscrivaient (Fig. 7 et Fig. 8). Parmi celles qui recelaient des ossements humains brûlés, seule la sépulture F11, sur laquelle cette étude repose essentiellement, a été fouillée par le paléoanthropologue. Il s’avère par ailleurs qu’il s’agit de l’unique crémation pour laquelle nous sommes certains que tous les os qu’elle comprenait ont été prélevés. Il apparaît effectivement, selon les observations réalisées à partir de la coupe stratigraphique, que cette fosse à crémation n’a pas subi les effets de l’arasement ou d’une autre atteinte5. Une fois lavés, les os humains ont été pesés à l’aide d’une balance électronique précise à 0,1 g près. Les esquilles osseuses peuvent nous aider à cerner la manière dont les corps ont été brûlés. En effet, si plusieurs méthodes physiques peuvent être mises en œuvre pour déterminer la température de combustion l’observation de la couleur des esquilles osseuses autorise une approximation suffisante (Bonucci, Graziani 1975)6.

24Par ailleurs, la forme et la direction des fractures déterminent si la crémation a été réalisée sur des os qui auraient ou non gardé leur trame protéique (défunts brûlés à l’état de cadavre ou non).

Les résultats (Fig. 9)

Les données pondérales

Fig. 9 : Tableau synoptique des données concernant les crémations.

Fig. 9 : Tableau synoptique des données concernant les crémations.

25Le poids des amas osseux provenant des fosses F5, F11, F61, F77, F78 et F82 varie de 2,4 (F82) à 29,6 g (F11). Les dépôts F77 (13 g) et F78 (18,7 g), au regard de leur creusement et de leur situation de proximité, pourraient toutefois n’être qu’un seul dépôt. Dans le cas de la fosse F61, pour laquelle les rares esquilles osseuses qui avaient été observées au cours de la fouille n’ont manifestement pas résisté à l’étape du lavage et/ou du conditionnement, nous avons donc déterminé un poids minimum, par défaut, de 0,1 g. Notons d’ores et déjà que la très faible quantité d’os exclut pour ce site toute approche pondérale approfondie.

26Les quantités, exprimées en grammes, sont telles qu’une analyse poussée, selon les modalités de la paléoanthropologie funéraire concernant les crémations, devient un véritable dé.. Appliquer dans ce cas, les méthodes préconisées pour des sépultures et/ou des nécropoles souvent plus récentes, reviendrait certes à donner plus de poids au corps du texte, voire à cautionner une analyse spécialisée, mais ne valoriserait pas l’information primordiale de ce site. Plus que la mise en évidence des problèmes méthodologiques inhérents à l’étude paléoanthropologique, le poids total des os brûlés de chacune des structures de ce site est vraisemblablement révélateur d’un geste funéraire qu’il est difficile de déterminer à ce stade de l’analyse (cf. infra). L’analyse des deux crémations fouillées en 1996 révèle une telle différence qu’elle confirme l’idée d’un traitement du défunt, ou de ce qu’il en reste, pour le moins singulier (Ranger, Prost 1998).

L’identification paléobiologique

  • 7  À ce sujet, nous ne sommes pas d’avis que les précautions méthodologiques qui sont préconisées pou (...)

27De même, une quelconque approche paléobiologique, même par des moyens détournés, est à exclure tant le matériel osseux est fragmenté7. Compte tenu de la taille minime des fragments, aucun relief caractéristique n’a été reconnu ; la détermination de ces restes osseux comme étant d’origine humaine repose donc essentiellement sur l’aspect du canal médullaire (os longs) et de l’os cortical, ainsi que la forme des fragments crâniens.

28L’identification paléobiologique de ces sépultures est impossible en raison de la taille des fragments, aucune pièce osseuse ne pouvant en effet orienter la diagnose sexuelle et l’estimation de l’âge au décès des individus dont il ne nous reste que quelques fragments d’os blanchis par le feu. Toutefois, en se référant à l’épaisseur de la corticale des fragments d’os longs et à celle des fragments de la voûte crânienne, il est assuré que les restes de la sépulture F11 ne sont pas ceux d’un nouveau-né ou d’un bébé, ce qui ne permet pas, bien évidemment, de trancher entre un individu immature ou un adulte. La taille des fragments osseux limite indéniablement la portée des identifications ostéologiques.

29Par ailleurs, le poids total des esquilles osseuses nous interdit toute considération quant à la représentation des différentes parties anatomiques. D’autant plus que la plupart des esquilles de ces sépultures ne peut être attribuée de façon certaine à l’une d’entre elles.

30En outre, le détail des fragments osseux semble exclure la présence d’os de faune. De même, aucun artefact n’a été retrouvé dans les sépultures identifiées comme telles. En revanche, deux dépôts (F5 et F13) comportaient des charbons de bois ; leur quantité est limitée, à savoir respectivement 11,5 et 2,5 g.

L’ustion

31L’ensemble des fragments d’os des six dépôts sont de couleur blanche, rappelant dans nombre de cas l’aspect crayeux. Cela indiquerait une température égale ou supérieure à 650° C (BONUCCI, GRAZIANI 1975), étape ultime d’une crémation aboutie à partir de laquelle l’os ne subit plus de changements importants. Mais si cette indication est une approximation de l’intensité de l’ustion, elle n’autorise en aucun cas d’établir les temps d’exposition au feu. Aussi, cette couleur (blanc crayeux) associée aux fracturations (transverses et diagonales) vont dans le sens de corps brûlés lorsque les os étaient encore frais (GUILLON 1987).

Gestes funéraires et gestion des corps

32L’approche de paléoanthropologie funéraire appliquée aux restes humains brûlés permet de préciser tout ou partie des aspects de la gestuelle funéraire. De fait, elle met en évidence que la crémation constitue une étape importante dans la prise en charge du défunt par son groupe. La sépulture est à n’en pas douter le témoin privilégié du processus funéraire dont le dépôt des os dans la fosse est l’étape ultime. Elle peut cependant apporter quelques informations sur les phases ultérieures.

Les corps brûlés

  • 8  Si ces os ont bien été brûlés à l’état frais, cela ne permet cependant pas de déterminer le temps (...)

33Si l’on doit traiter de la crémation stricto sensu, les informations sont peu nombreuses. Elles ne concernent en fait que la température du feu et la nature de l’os qui a été brûlé, reposant en fait essentiellement sur les observations des esquilles de la sépulture F11. L’homogénéité des fragments osseux, tant au niveau de leur couleur qu’à celui de leur taille, indique des crémations poussées en température (égale ou supérieure à 650° C) et/ou en temps (BONUCCI, GRAZIANI 1975) sur des os qui ont gardé leur trame protéique (GUILLON 1987)8. Les données restantes sont des arguments ad silencio qui devront être vérifiés par la suite. Ainsi, l’absence d’os de faune et d’artefact est-elle significative d’une crémation sans offrandes ? Cela se pourrait mais nous devons garder à l’esprit, et le poids des dépôts nous y oblige, que nous sommes tributaires d’un geste éventuel lors de la collecte et/ou du dépôt des os qui aurait pu éliminer tout ce qui ne relevait pas du squelette du défunt. Toutefois, en fonction des hypothèses que nous avons élaborées au sujet du ramassage des os sur le bûcher (cf. infra), ce n’est vraisemblablement pas le cas même si le collecteur n’a pris qu’une partie de ce qui avait brûlé.

Les vestiges collectés

34L’absence de charbons de bois est en règle générale interprétée comme un mode de ramassage spécifique aboutissant à la propreté, toute relative, des ossements prélevés. “ Un des épisodes marquant du rituel de l’incinération de Montot [Haute-Saône ; Bronze final IIa], écrit P. Pétrequin, est le tri et le lavage des restes osseux incinérés ” (PETREQUIN 1984 : 492). Mais le travail de G. Grévin au Népal montre que l’eau utilisée pour éteindre les braises du bûcher nettoient en même temps les os, sans pour autant que cela en soit le but (GREVIN 2004 : 50). En fonction des éléments dont nous disposons, il est donc difficile de se faire une idée précise de la manière dont on a pu collecter les os sur le bûcher. D’autant plus que la façon dont on veut inhumer les vestiges osseux a sans doute beaucoup d’influence sur leur collecte.

35La taille des pièces osseuses peut laisser croire à un tamisage. Les pièces de très petite taille échappent en effet le plus souvent au ramassage des vestiges, os par os. Mais, cette hypothèse ne tient pas pour la sépulture F5 au moins puisque nombre des charbons de bois exhumés de ce dépôt sont nettement plus volumineux et/ou plus longs que les esquilles osseuses. La faible densité osseuse, le fait que les esquilles soient disjointes et que nous n’avons pas reconnu de concentrations particulières à la fouille tendent à indiquer un dépôt directement dans la terre sans autre forme d’artifice que le creusement de la fosse. La répartition au-dessus du fond de la fosse et la présence de charbons de bois de petites dimensions pour les sépultures F5 (11,5 g) et F13 (2,5 g) révèlent que plus que les os, ce sont les vestiges du bûcher qui ont été déposés, les esquilles osseuses n’étant qu’un des éléments ramassés. La découverte de traces de cendres diffuses, même dans les sépultures où il n’y avait pas de charbons de bois, tend à confirmer cette hypothèse. La présence de quelques fragments osseux, d’un sédiment noir laissant penser à des résidus de combustion, voire pour deux dépôts (F5 et F13) de charbons de bois, va dans le sens d’un mode de récupération qui ne permet donc pas de faire le tri. Une petite pelle pourrait en effet expliquer la faible quantité des vestiges retrouvés, à moins qu’il s’agisse d’une information quant aux modalités du dépôt. Cette façon de procéder rend cependant compte de tous les éléments du bûcher à l’endroit du prélèvement.

Les os inhumés

36En ce qui concerne ce site, les gestes, sinon de la collecte, tout du moins du dépôt, se traduisent essentiellement par une masse très faible indiquant combien la différence est grande entre ce que nous avons retrouvé et ce que l’on sait des vestiges osseux restant après la crémation d’un individu adulte. La validité de notre étude repose donc en premier lieu sur une évaluation de la conservation et de l’intégrité des structures qui ont livré des ossements. En d’autres termes, dans quelle mesure sommes-nous certains que ces dépôts sont intacts ? En fait, même si l’absence d’activité agricole destructrice nous rassure en ce sens, il est difficile d’affirmer que l’action du décapage n’a pas porté atteinte, même de façon minime, au niveau supérieur des dépôts compte tenu de leur aspect fugace. Seule la sépulture F11, encore préservée par une berme comprenant la terre végétale lors de notre intervention, est assurément entière. L’étude portant sur la reconnaissance d’une série d’étapes qui a conduit les restes du défunt du bûcher à la sépulture, la question de la quantité d’ossements et de leur nature est en effet primordiale. En l’absence d’artefact en relation avec les ossements brûlés, il est difficile d’évaluer le degré de conservation de ces derniers, ce qui aurait pu éventuellement être un élément d’explication de la faible quantité d’esquilles brûlées exhumées des fosses. Si l’on ne peut donc écarter de façon catégorique l’hypothèse d’une acidité du sol, notons toutefois que les os brûlés de couleur blanche présentent une meilleure résistance à un Ph acide, la partie organique de l’os ayant en grande partie disparu lors de l’ustion.

37Le poids minimum d’un squelette complet d’adulte après crémation serait de 970 g (moyenne : 1770 g) pour B. Hermann (1976) et 1 001,5 g (moyenne : 1625 g) pour J. Mac Kinley (1993). Le problème ici étant bien évidemment de savoir si nous avons affaire à des adultes… Les ossements de la sépulture F11 nous ont apporté suffisamment de renseignements pour pouvoir affirmer que, même si tel n’était pas le cas, le poids de l’amas osseux (29,6 g) constitue tout de même une anomalie qui ne peut s’expliquer que par une action volontaire de ne prendre ou de ne déposer qu’une partie des résidus de l’ustion. Cela est d’autant plus intéressant que sur le même site, il a été découvert en 1996 deux crémations qui ne s’apparentent pas du tout à ce que nous avons mis en évidence (Ranger 1996). En effet, le poids des amas osseux des sépultures 3214 et 3716 est respectivement de 180 et 360 g, pour des individus immatures. En plus du poids, la taille des fragments diffère de ceux des crémations que nous avons étudiées. En l’absence de datation 14C, nous ne pouvons savoir si ces différences peuvent s’expliquer en terme d’espace et/ou de chronologie.

  • 9  Si une petite pelle ou tout autre outil remplissant la même fonction a pu être utilisé pour le pré (...)

38Quelle que soit la façon dont les vestiges du bûcher ont été récupérés après l’ustion (exhaustivement ou non), ce sont des petits dépôts qui ont été effectués. Ils contrastent par ailleurs souvent avec la taille des enclos et des tertres mis en évidence9.

Éléments de datation et comparaisons

39Le mobilier est trop rare pour pouvoir être un élément déterminant dans la datation. Seule l’armature de flèche (cf. supra), retrouvée dans le comblement terminal du fossé du monument F02, pourrait être contemporaine de l’utilisation de la nécropole. Si la archéologique nous indique que ce type de mobilier a rarement été découvert en contexte daté, elle peut toutefois être un indice chronologique. Plusieurs chercheurs ont en effet tenté de circonscrire leur aire géographique et de les dater (Cordier 1965, Verron 1980, Villes 1987). Ainsi, G. Verron (1980) signale une forte densité de ces pièces en Normandie et les attribue au Bronze ancien. Cet auteur associe d’ailleurs cet artefact aux témoins de la culture des tumulus armoricains aussi présents dans cette région.

40Le recours aux méthodes radiophysiques s’est donc avéré primordial. Des charbons de bois retrouvés dans les fosses F5 et F23, associées à des monuments funéraires (respectivement F2 et F17), ont été datés par la méthode du carbone 14 (Fig. 10). Les résultats permettent d’attribuer ces vestiges au Bronze final (I-IIb pour F5 et IIIa-IIIb pour F23).

Fig. 10 : Tableau synoptique des sépultures datées par 14C.

Fig. 10 : Tableau synoptique des sépultures datées par 14C.

41Malgré ces datations, les comparaisons régionales sont difficiles, voire impossibles. Les découvertes des urnes funéraires du Pré-Saint-Martin à Gault-Saint-Denis et de Fort-Harrouard à Sorel-Moussel suffisent à confirmer la pratique de la crémation pour la protohistoire dans l’aire géographique qui concerne cette étude. Mais elles se différencient des fosses à crémation que nous venons d’étudier. Ainsi, en ce qui concerne la fosse de “ Fort-Harrouard ”, ses dimensions (0,60 m de long, pour 0,40 m de large et 0,22 m de profondeur) sont incomparables avec celles que nous avons mentionnées pour celles des “ Pâtures ”. Elle contenait par ailleurs du mobilier (fibule, clous, pointes de .èches…). En outre, l’une des caractéristiques des crémations protohistoriques est le contenant en céramique dans lequel on trouve les os brûlés (Ollagnier, Joly 1994), ce qui a facilité les découvertes anciennes et/ou fortuites. En d’autres termes, surtout lorsqu’elles ne sont constituées que de quelques grammes d’os brûlés, les crémations de ce type sont difficiles à remarquer. C’est pourquoi, si aucune sépulture de ce type n’est mentionnée en Eure-et-Loir, les découvertes “ des Pâtures ”ne constituent vraisemblablement pas pour autant une pratique originale. Il faut plutôt les considérer comme un mode que l’on commence à peine à appréhender localement, mais quelques comparaisons existent dans d’autres régions.

  • 10  Il s’agit du type 1 : “ quelques esquilles osseuses dispersées, sans constituer de regroupement no (...)

42Des études récentes révèlent des fosses ne comportant que très peu d’os brûlés. La quantité maximale d’os brûlés dispersés dans le comblement des fosses du site des Prés Pendus à Passy-Verron (Yonne ; Bronze final) n’est que de 10,9 g (DEPIERRE et al. 2000). De même, la fosse FS165 de Champ-Lamet (Puy-de-Dôme ; Bronze final IIIb), même si elle s’avère incomplète, ne comprenait que cinq fragments correspondant à un poids total de 0,6 g (BLAIZOT, MILCENT 2002). Une synthèse récente sur les nécropoles de l’âge du Bronze dans la vallée de l’Aisne mentionne ce type de dépôt (LE GOFF, GUICHARD à paraître)10. Par ailleurs, l’étude de F. Blaizot sur le site d’Arvermes à Trévol (Allier) a mis en évidence qu’un vase ossuaire (Bronze final IIb-IIIa) ne recelait que deux fragments d’os brûlés pour un poids total de 1 g, associés à une épingle (BLAIZOT, MILCENT 2002 : 22). D’autres exemples existent pour des périodes plus récentes (DUDAY 1981, LE GOFF 1998…). Pour le site des Falaises de Prépoux à Villeneuve-la-Guyard (Yonne), des incinérations en pleine terre sont signalées à compter du Bronze final IIb-IIIa, elles sont indifféremment associées ou non à des monuments funéraires de type enclos. Cependant, le mobilier associé est abondant et certaines fosses sont appareillées, ce qui diffère des observations réalisées à Saumeray (PRESTREAU 1992 : 199).

Quelle dénomination ? Quelle étape du rituel ?

43L’étude du site des Pâtures aboutit à une situation pour le moins paradoxale d’un point de vue paléoanthropologique. Il s’agit en effet d’étudier des fosses à crémation dont une partie n’a été reconnue que par les empreintes (“ fantômes ”) qu’elles auraient laissées dans le sol. Tandis que pour les autres, seuls quelques grammes d’os alimentent le discours. Le croisement des données pour les autres fosses nous permet cependant de dresser un profil commun. Le poids des esquilles osseuses, indiquant indéniablement sinon un ramassage partiel, tout du moins un dépôt d’une partie des vestiges brûlés du défunt, la taille et la couleur des fragments révèlent un échantillon homogène dans la façon de procéder (répétition de gestes spécifiques ?). Pour autant, quelques différences existent dans cette nécropole, notamment avec les crémations fouillées en 1996 au nord de l’emprise. Ces dernières (crémations 3214 et 3716) recelaient en effet 180 g et 360 g d’os brûlés.

44La localisation de la fosse à crémation, à l’intérieur ou non d’un enclos, est un élément qui doit être pris en compte. Mais, hormis l’investissement en temps que nécessite l’élaboration d’une structure tumulaire, ce qui n’est pas sans susciter nombre de questions quant au fonctionnement voire à la structure du groupe dit inhumant, il ne semble pas y avoir de réelle différence.

45Mais, nous ne maîtrisons pas du tout ce qui se passe entre la collecte et le dépôt (cf. supra). Tout en effet pourrait être collecté, mais seule une partie serait alors déposée. À moins que le choix ne se fasse dès la collecte (sélective) sur le bûcher, après avoir rassemblé tout ou partie des os, le prélèvement se faisant en dehors de l’amas d’os rassemblé. Dans l’un comme dans l’autre de ces cas, le geste de dépôt en devient plus important, même quand la quantité d’ossements est infime, d’autant plus que les dernières réflexions à ce sujet et les enquêtes ethnologiques nous obligent à être circonspects. Des différences notables peuvent en effet exister au sein d’une population homogène (Pautreau 1995, 1998), voire selon l’action du préposé à la crémation (Grévin 2004). Sans faire de comparatisme, le travail mené par J.-P. Pautreau en Thaïlande s’avère particulièrement intéressant. Il a en effet observé que les ossements n’étaient pas ramassés de façon systématique (sauf peut-être pour les personnages les plus importants). De fait, des os, parfois très volumineux restent sur le bûcher. De même, “ des éléments osseux variés, volumineux et nombreux ”sont dans les tas issus des vidanges (Pautreau 1994 : 311). La sépulture dans ce cas ne reçoit qu’une part, peut-être infime, des restes brûlés du défunt. Il est néanmoins difficile de ne pas voir dans ces fosses à crémation l’accomplissement d’un geste symbolique. Fort de toutes les réserves auxquelles les exemples ethnologiques nous renvoient, il faut garder à l’esprit que les dépôts n’ont livré que quelques esquilles. Les données pondérales nous renseignent cependant sur le déroulement de la chaîne opératoire.

46Nous avons jusqu’à présent employé le terme de “ fosse à crémation ”, car les éléments sont minces pour les qualifier de sépultures. On pourrait effectivement s’interroger sur la fonction de ces fosses, tout comme l’a fait, à juste titre, I. Le Goff pour la fosse à crémation de l’enclos funéraire de Waben “ Le Sémaphore ”(Le Goff 2000). Pour cette structure, dont l’amas de silex et le sédiment cendreux est la part prépondérante, I. Le Goff n’arrive pas à trancher entre une fosse de rejet du bûcher et une sépulture stricto sensu. Qu’en est-il alors pour celles des Pâtures ? La composition même de ces dépôts nous conduit en effet à nous interroger sur leur nature. Nos considérations sur le remplissage, à partir d’une partie des éléments constitutifs du bûcher, pourraient laisser croire à des structures d’accueil des cendres et des autres éléments constitutifs du bûcher. Il se peut en effet que les esquilles osseuses brûlées, sans que l’on puisse les considérer pour autant comme “ intrusives ”, soient à considérer comme les éléments d’un tout (une partie de ce qu’il reste de l’ustion) ; en n’étant pas l’objet unique du remplissage, elles ne seraient alors pas l’objet principal du dépôt. Dans tous les cas, les dimensions des fosses induisent alors une fonction plus symbolique largo sensu que pratique, l’unité de mesure pouvant être la poignée, voire les deux mains jointes.

47La définition de sépulture, telle qu’elle est proposée dans le Dictionnaire de la Préhistoire d’A. Leroi-Gourhan, précise qu’il s’agit d’un “ Lieu où ont été déposés les restes d’un ou de plusieurs défunts, et où il subsiste suffisamment d’indices pour que l’archéologue puisse déceler dans ce dépôt la volonté d’accomplir un geste funéraire… ”. Il peut également s’agir de la structure constituée à l’occasion de ce geste La nécropole de l’âge du Bronze des Pâtures à Saumeray (Eure-et-Loir) : mise en évidence de gestes funéraires originaux 19 funéraire (Leclerc, Tarrête 1988 : 963). La reconnaissance de la volonté de réaliser un geste funéraire est difficile, dans la mesure où elle repose essentiellement sur une interprétation de ladite structure, mais aussi, voire surtout, des vestiges qu’elle contient. Les restes du corps sont donc l’argument principal. La sépulture est évidente quand un squelette, en connexion ou non, est présent Mais quelques grammes d’os font-ils une sépulture ? Même si J. Leclerc reconnaît qu’il est un peu risqué de définir une telle structure “ en prenant appui sur l’intention qui a présidé à sa mise en place ”(Leclerc 1990 : 14), c’est bien l’intentionnalité du dépôt, signe de l’action volontaire d’un geste funéraire qui caractérise la sépulture. Si l’on s’en tient aux données des fosses à crémation en tant que telles, il est difficile, voire impossible, de déterminer si nous avons affaire ou non à des sépultures. Mais l’association enclos-fosse à crémation est une donnée d’importance. L’érection d’un tertre, quelle que soit sa taille, révèle la détermination de marquer l’espace sur la durée, voire de commémorer le(s) défunt(s) et/ou d’adresser un signe aux vivants. C’est en ce sens que nous avons d’emblée parlé de “ monument ”. Il semble alors que l’installation des dépôts, aussi minimes soient-ils, est une manifestation du groupe humain de les inscrire dans la durée, voire dans le paysage (Georges, Hamon 2004). Comme pour les sépultures, “ ceux qui restent ”assurent effectivement une certaine permanence aux fosses à crémation des “ Pâtures ”.

Conclusions

48Le site des “ Pâtures ”à Saumeray est pour l’instant un unicum en région Centre. En premier lieu parce que les investigations menées depuis plusieurs années ont révélé une importante concentration d’enclos circulaires. Une centaine d’enclos, visibles sur les clichés aériens et/ou repérés par prospection terrestre, a en effet été recensée par Alain Lelong en 1990 sur les communes de Saumeray et d’Alluyes (Lelong 1991). Les études d’impact et les fouilles ont révélé une concentration encore plus importante d’enclos circulaires (68 dans un couloir de 200 x 900 m dont 40 découverts par fouille et sondage), d’autant plus qu’il est probable que cette nécropole comporte des tumulus sans enclos. C’est tout du moins ce que conduisent à penser les observations réalisées sur le site du Bas des Touches situé sur la même commune (Agogue et al. 1997). Il faut donc certainement reconsidérer la surface occupée par ce vaste ensemble funéraire.

49Les informations les plus importantes concernent à n’en pas douter les structures qui recelaient un sédiment cendreux et des esquilles osseuses brûlées, voire des charbons de bois. La quantité des vestiges du bûcher que chacune d’elle a livré pose en effet la question de leur nature. La taille des fosses, et par voie de conséquence la quantité des vestiges qu’elles recèlent, laissent penser à une fonction symbolique.

50Elles n’excluent en rien l’hypothèse de sépultures, ce que tend d’ailleurs à confirmer leur association, le plus souvent, avec un tertre. Les exemples archéologiques et ethnologiques vont en effet en ce sens. Sous ces monticules, certes de dimensions modestes, en particulier en ce qui concerne la hauteur, les fosses à crémation s’inscrivaient durablement, voire ostensiblement, dans le paysage.

51Ces fosses à crémation sont indubitablement le moyen d’appréhender les opérations successives de la gestion du défunt, du bûcher à la tombe (Le Goff 2002). Elles posent également la question du rapport au corps et de son devenir après la combustion.

Haut de page

Bibliographie

Agogue et al. 1997
Agogue O., Hamon T. (dir.), Riquier S. - Installations domestiques sur les basses terrasses du Loir, Saumeray “ Le Bas des Touches ”, Document Final de Synthèse, Orléans, SRA Centre.

Blaizot, Milcent 2002
Blaizot F., MILCENT Y. - L’ensemble funéraire Bronze final et La Tène ancienne de Champ Lamet à Pont-du-Château (Puy-de-Dôme), Société Préhistorique Française, Travaux 3, Paris.

Bonucci, Graziani 1975
Bonucci E., Graziani G. - Comparative Thermogravimetric, X-Ray Diffraction and electron Microscope Investigations of burnt Bones from recent, ancient and prehistoric Age, Academia nazionale dei Lincei, série 8, vol. 59, fasc. 5 : 518-533.

Cordier 1965
Cordier G. - La pointe de .èche à base concave en Touraine, Rev. archéol. de l’Est et du Centre-Est, XVI, fascicule 1-2-3 : 129-137.

Dedet et al. 2000
Dedet B., Gruat P., Marchand G., Py M., Schwaller M. - Archéologie de la mort, archéologie de la tombe au premier âge du Fer, Actes du XXIe colloque de l’AFÉÂF, Conques-Montrozier, 8-11 mai 1997, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 5, Lattes.

Depierre et al. 2000
Depierre G., Jacquemin M., Mordant C., Muller F. - Proposition pour une nouvelle lecture des pratiques funéraires au Bronze final, in : Dedet et al. 2000 : 179-194.

Duday 1981
Duday H. - Étude des restes osseux provenant de la nécropole de Las Peyros à Couffoulens (Aude), groupes 1 et 2, fouilles 1977, Revue archéologique de Narbonnaise, n° 19 : 459-472.

Duday 1990
Duday H. - L’étude anthropologique des sépultures à incinérations, Les Nouvelles de l’Archéologie, 40 : 27 20 RACF 43, 2004.

Duday 1991
Duday H. - Incinérations et inhumations. Perspectives anthropologiques, in : Incinérations et inhumations dans l’Occident romain aux trois premiers siècles de notre ère. Actes du colloque international de Toulouse-Montrejeau, 7-10 octobre 1987 : 73-75.

Duday et al. 2000
Duday H., Depierre G., Janin T. - Validation des paramètres de quanti .cation, protocoles et stratégies dans l’étude anthropologique des sépultures secondaires à incinération. L’exemple des nécropoles protohistoriques du Midi de la France, in : Dedet et al. 2000 : 7-26.

Georges, Hamon 2004
Georges P., Hamon T. - Les crémations protohistoriques des Pâtures à Saumeray (Eure-et-Loir) : quelques grammes d’éternité…, Transition, n° 37, cahier n° 1 : 12-15.

Grévin 2004
Grévin G. - L’étude des crémations sur bûchers. L’ethnologie au secours des archéologues, Archéologia, n° 408 : 44-51.

Guillon 1987
Guillon F. - Brûlés frais ou brûlés secs ?, in : Duday H. et Masset C. (dir.), Anthropologie physique et Archéologie, Méthode d’études des sépultures, Actes du colloque de Toulouse du 4, 5 et 6 novembre 1982, Paris : 191-194.

Hamon, Ranger à paraître
Hamon T., Ranger O. - Saumeray ou le Néolithique final et le Bronze ancien en Eure-et-Loir. Les premiers paysans en région Centre (5000-2000 av. J.-C.), in : Actes du 24e colloque sur le Néolithique d’Orléans (1999).

Hermann 1976
Hermann B. - Experimentelle und theorische Beiträge zur Leichenbranduntersuchnug, Homo, 27 : 114-118.

Leclerc 1990
Leclerc J. - La notion de sépulture, Bulletin et Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris, n. s., t. 2, n° 3-4 : 13-18.

Leclerc, Tarrête 1988
Leclerc J., Tarrête J. - Sépulture, in : Leroi-Gourhan A. (éd.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris : 963-964.

Le Goff 2002
Le Goff I. - Les vestiges de la crémation : témoins privilégiés des protocoles funéraires, Archéopages, 6 : 10-17.

Le Goff 2000
Le Goff I. - Étude anthropologique, in : Desfosses Y. (dir.), Archéologie préventive en vallée de Canche. Les sites protohistoriques fouillés dans le cadre de la réalisation de l’autoroute A 16, Nord-Ouest Archéologie n° 11, Berck-sur-Mer : 209-211.

Le Goff 1998
Legoff I. - Étude anthropologique des sépultures laténiennes de Cottévrard (Seine-Maritime), Revue Archéologique de Picardie, 1-2 : 185-190.

Le Goff, Gichard à paraître
Le Goff I., Guichard Y. - Le dépôt cinéraire comme indicateur chronologique ; le cas des nécropoles de l’âge du Bronze de la vallée de l’Aisne, in : Actes du colloque APPRAB de Lille (2000).

Lelong 1990
Lelong A. - Les enclos protohistoriques de la Haute Vallée du Loir. Rapport de synthèse, Mémoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 64 p.

Lelong 1991
Lelong A. - Alluyes-Saumeray. Les enclos protohistoriques de la vallée du Loir, CAEL, Chartres, 15 années de recherches archéologiques en Eure-et-Loir : 13-16.

Mac Kinley 1993
Mac Kinley J. - Bone Fragment Size and Weights of Bone from Modern british Cremations and the Implications for the Interpretation of Archaeological Cremations, International Journal of Osteoarchaeology, 3 : 283-287.

Ollagnier, Joly 1994
Ollagnier A., Joly D. - L’Eure-et-Loir. Carte archéologique de la Gaule, Paris.

Pautreau 1994
Pautreau J.-P. - Quelques aspects des crémations contemporaines en Asie du Sud-Est, in : Lambeau B., Friboulet m., méniel P., Le site protohitorique d’Acy-Romance (Ardennes). II. Les nécropoles dans leur contexte régional (Thugny-Trugny et tombes aristocratiques) 1986-1988-1989, Mémoire de la Société Archéologique Champenoise, 8 : 306-315.

Pautreau 1995
Pautreau J.-P. - Cérémonie de crémation en Thaïlande du Nord, in : “ La Mort ”, Passé, Présent, Conditionnel, Actes du colloque de la Roche-sur-Yon 18-19 juin 1994, La Roche-sur-Yon : 79-86.

Pétrequin 1984
Pétrequin P. - Autopsie d’une incinération du Bronze .nal IIa. La tombe n° 1 de Montot (haute-Saône), in : Éléments de pré- et protohistoire européenne. Hommage à J.-P. MILLOTTE, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, Paris : 489-497.

Prestreaux 1992
Prestreaux M. - Le site Néolithique et Protohistorique des Falaises de Prépoux à Villeneuve-La-Guyard (Yonne), Gallia Préhistoire, tome 34 : 171-207.

Ranger 1996
Ranger O. avec la coll. de Hamon T, Médevielle E. - Saumeray “ Les Pâtures ”, Document Final de Synthèse, Orléans, SRA du Centre.

Ranger, Prost 1998
Ranger O., Prost D. - Saumeray “ Les Pâtures ”, Document Final de Synthèse, Orléans, SRA du Centre.

Verron 1980
Verron G. - Les pointes de .èches à base concave avec ailerons coupés obliquement. À propos de quelques exemplaires trouvés en Normandie, in : Actes du colloque interrégional tenu à Saint-Amand-Montrond (Cher) les 28, 29 et 30 octobre 1977 : 67-74.

Villes 1987
Villes A. - Un aperçu de l’industrie lithique des niveaux de l’Âge du Bronze au Fort-Harrouard, in : Blanchet J.-C. (éd.), Les relations entre le continent et les Îles britanniques à l’Âge du Bronze, Actes du colloque de Lille, 22e Congrès préhistorique de France 2-7 septembre 1984, Supplément à la Rev. Archéol. de Picardie : 275-305.

Haut de page

Notes

1  Précisions d’Hélène Froquet (INRAP CIF, Tours).

2  Est considéré comme monument tout ce qui est propre à attester quelque chose, à en transmettre le souvenir.

3  Le terme de “ fosse à crémation ”nous semble être une appellation d’attente qui laisse ouverte la voie à toutes les interprétations.

4  La structure F26 présentait un fossé si peu implanté en surface de décapage qu’il a été repéré suite au séchage du terrain, le remplissage limoneux s’oxydant et se chargeant en humidité.

5  Cependant, il serait malhonnête d’affirmer de façon péremptoire que nous avons la totalité des vestiges osseux qui y ont été déposés. Il se pourrait, compte tenu de leur taille, que quelques « esquilles n’aient pas été repérées ou n’aient pas résisté aux étapes qui suivent la fouille proprement dite (transport, lavage, conditionnement etc.). Si tel était le cas, au regard des précautions que nous avons prises, cela n’irait pas à l’encontre des interprétations liées aux données pondérales.

6  On part du principe que la crémation s’est déroulée en atmosphère oxydante (à l’air libre).

7  À ce sujet, nous ne sommes pas d’avis que les précautions méthodologiques qui sont préconisées pour les études de squelettes humains non brûlés devraient être abandonnées quand il s’agit d’analyser des crémations.

8  Si ces os ont bien été brûlés à l’état frais, cela ne permet cependant pas de déterminer le temps entre la mort du défunt et son traitement par le feu. Par ailleurs, cela n’exclut en rien des manipulations éventuelles. Les observations ethnologiques montrent en effet parfois des temps d’attente (très longs) de plusieurs mois entre le décès et les funérailles, les os se présentant toujours à l’état frais (Pautreau 1995).

9  Si une petite pelle ou tout autre outil remplissant la même fonction a pu être utilisé pour le prélèvement et/ou le dépôt, il semble exclu que cet outil ait servi au dépôt : les fragments osseux n’étant pas dispersés par groupes dans le sédiment de remplissage. Il se peut également que la quantité de vestiges déposés soit définie par la taille d’une main seule, voire de deux mains jointives, avant d’être déversés dans le creusement.

10  Il s’agit du type 1 : “ quelques esquilles osseuses dispersées, sans constituer de regroupement notable, dans un sédiment plus ou moins cendreux ”. Notons par ailleurs que le mode prédominant consiste à déposer les ossements directement dans la fosse (Le Goff, Guichard à paraître).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Alluyes. 2 : Saumeray. Le point marque l’emplacement du site (INRAP/T. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 2 : Localisation et plan du secteur fouillé en 2001 (INRAP/T. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3 : Localisation et numérotation des structures fouillées (INRAP/T. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 4 : Fosse à crémation F5, dont on remarquera les traces ténues (INRAP/T. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 5 : Enclos F17 (INRAP/T. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 6 : Pointe de flèche découverte en 2001 (INRAP/T. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 7 : Fosse à crémation F77 fouillée (INRAP/T. Hamon).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 8 : Fosse à crémation F11 en cours de fouille (INRAP/ P. Georges).
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 9 : Tableau synoptique des données concernant les crémations.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 10 : Tableau synoptique des sépultures datées par 14C.
URL http://journals.openedition.org/racf/docannexe/image/53/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Georges et Tony Hamon, « La nécropole de l’âge du Bronze des Pâtures à Saumeray (Eure-et-Loir) : mise en évidence de gestes funéraires originaux », Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 43 | 2004, mis en ligne le 01 mai 2006, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/racf/53

Haut de page

Auteurs

Patrice Georges

INRAP Centre-Île-de-France. Centre archéologique d'Orléans (Site du BRGM), 3 avenue C. Guillemin, 45060 Orléans Cedex 2. Patrice Georges est intervenu en tant que paléoanthropologue.

Articles du même auteur

Tony Hamon

INRAP Centre-Île-de-France. Centre archéologique d'Orléans (Site du BRGM), 3 avenue C. Guillemin, 45060 Orléans Cedex 2. Tony Hamon a mené la fouille de ce site en qualité de Responsable d'Opération.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue archéologique du centre de la France sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page