Navigation – Plan du site
Articles

La nécropole du haut Moyen Âge de Largillay-Marsonnay « Sur le Marteret » (Jura)

David Billoin, Henri Gaillard de Sémainville et Christophe Moulherat

Résumés

Mentionnée depuis le milieu du XIXe siècle, mais jamais sérieusement étudiée dans le passé, la nécropole de Largillay-Marsonnay a été en partie détruite par la progression d’une carrière. Deux fouilles préventives réalisées en 1999 et 2001 ont permis de préciser l’étendue et l’intérêt de ce site. Même si seulement 55 tombes ont pu être étudiées sur les quelque 300 qui paraissent subsister de cet ensemble, les informations recueillies sont multiples. L’utilisation de la nécropole concerne surtout l’époque mérovingienne, mais se prolonge à l’époque carolingienne. Une tombe à arme assez bien dotée soulève la question d’une élite présente sur le site, tandis que des découvertes assez exceptionnelles, dont notamment une plaque-boucle de type D à motif chrétien et les restes d’un petit édifice en bois, permettent d’apporter de nouvelles données sur la christianisation de ce secteur des plateaux jurassiens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ainsi, les lieux-dits « Marteret », « Martelet » signalent régulièrement l’emplacement de nécropol (...)

1Bénéficiant d’une implantation topographique remarquable, la nécropole du haut Moyen Âge de Largillay-Marsonnay est restée mal connue malgré un toponyme évocateur. Située au lieu-dit « Sur le Marteret », qui dérive du latin Martyretum, associé à un lieu de supplice ou à la sépulture de martyrs d’après la tradition orale (Longnon, 1968, p. 380)1, elle avait pourtant attiré depuis longtemps l’attention des érudits locaux (Rousset, 1855 ; Mathieu, 1960). Plusieurs interventions récentes ont amené la découverte et la fouille de 23 tombes, sans que cela ait permis de préciser la densité et la période d’utilisation de cette nécropole, en l’absence de mobilier funéraire (Laurent, 1993 ; Simonin, Delémont, 2000). Limitées au front d’une carrière de graviers entamant le site, ces tombes étaient pour la plupart endommagées ou incomplètes et n’ont livré aucune architecture funéraire spécifique aidant à en préciser la chronologie. Cependant, devant l’avancée de cette exploitation de granulats, une nouvelle fouille préventive a été demandée par le Service Régional de l’Archéologie de Franche-Comté en 2001. Outre l’étude des sépultures les plus directement menacées, cette intervention limitée à vingt jours de fouille devait permettre de recueillir notamment des arguments chronologiques. Il était urgent, d’une façon plus générale, de préciser l’intérêt de ce gisement funéraire, afin de pouvoir prendre des mesures scientifiques et conservatoires adaptées. À l’issue de la fouille de 32 nouvelles tombes - portant par conséquent l’ensemble étudié à 55 - et d’un décapage partiel permettant d’estimer à 300 environ le nombre de tombes subsistantes, le site a été recouvert de sable et de terre végétale. Si ce gisement a pu ainsi être placé en réserve archéologique, il va de soi que cette protection n’est qu’une solution à court terme face à l’érosion qui affecte les anciens fronts de taille.

I. Environnement du site

I.1 Environnement géographique et géologique

2La nécropole est située au sommet d’un promontoire dominant la vallée de l’Ain, à 525 m d’altitude, sur une terrasse d’origine fluvio-glaciaire, dont le rebord est orienté sud/nord, offrant une vision dégagée sur 360° (fig. 1). Cette terrasse fait partie d’un ensemble de formations qui correspondent à des accumulations de graviers mises en place lors de l’avancée glaciaire würmienne, en bordure de lacs qui jalonnaient la marge glaciaire. Le delta de Largillay s’est édifié en bordure de la langue glaciaire d’Orgelet qui barrait le lac de la Combe d’Ain vers le sud (Campy, 1982). Ancienne vallée d’écoulement des torrents glaciaires du Würm ancien, la Combe d’Ain constitue une dépression d’orientation générale nord-est/sud-ouest qui s’étend sur une trentaine de kilomètres, de Crotenay au nord à Largillay au sud, et se prolonge ensuite en direction de la confluence de la rivière avec le Rhône moyen (fig. 2). Son empreinte marque fortement le paysage et elle tient une place privilégiée dans l’implantation humaine an sein de ce secteur du massif jurassien constitué par ailleurs de plateaux.

Fig. 1. Vue panoramique vers l’est, depuis la nécropole en cours de fouille ; à droite, la carrière entamant le site (cliché D. Billoin).

I.2 Environnement archéologique

3La Combe d’Ain représente en effet un axe de pénétration privilégié probablement dès le Néolithique final, avec les célèbres sites littoraux de Châlain et de Clairvaux (Pétrequin, 1992). Cet axe est fréquenté durant la Protohistoire comme l’indique la répartition des sites de cette époque, particulièrement bien représentés, avec de nombreux tumulus signalés (Millotte, 1955), notamment sur la commune même de Largillay, au lieu-dit « La Provenchère ». Un itinéraire antique est attesté sur la rive gauche de l’Ain par des portions de voies repérées en prospection aérienne, alors qu’un autre cheminement est présumé sur la rive droite. À Largillay, au lieu-dit « Chatel Belin », est signalée anciennement une occupation gallo-romaine, interprétée alors comme une vigie protégeant une voie (Rousset, 1858, p. 369). Cependant, les découvertes antiques semblent se concentrer non loin de là, à Pont-de-Poitte, avec en particulier une villa en bordure de voie, qui a livré une grande quantité de stucs de qualité (Gandel, 1999). On peut se demander si l’attractivité de cette vallée ne s’est pas développée au haut Moyen Âge, plusieurs habitats ayant été reconnus par prospections dans les environs immédiats, livrant des traces d’activités métallurgiques et des fragments de récipients en pierre ollaire (Billoin, 2003). Des inhumations non datées, repérées « Au Tillot », sur la commune de Largillay, se rattachent peut-être au haut Moyen Âge, puisqu’il s’agit de « sépultures à dalles » (Ebersolt, 1950, p. 60). D’autres tombes et « plusieurs sépulcres en maçonnerie et des tumuli » sont indiqués dans la bibliographie ancienne, aux lieux-dits « Au Maireret » et « Au Galatar » (Rousset, 1858, p. 369). Mal localisées, ces dernières pourraient se rapporter en fait à la nécropole présentée ici.

4La densité des nécropoles mérovingiennes est particulièrement importante dans la Combe d’Ain (d’amont en aval : Crotenay, Monnet-la-Ville, Blye, Clairvaux, Soyria, Largillay ; fig. 2), à côté de multiples églises ou chapelles mentionnées dès le XIIe siècle, mais vraisemblablement de fondation antérieure pour certaines d’entres elles, notamment celles aux vocables précoces de saint Martin et de saint Étienne.

Fig. 2. Localisation de la nécropole et des sites avoisinants (dessin D. Billoin).

5Largillay apparaît sous la forme de Loverciacum dans une charte de l’an 1165, par laquelle l’empereur Frédéric Barberousse en confirme la possession à l’abbaye de Château-Chalon (Rousset, 1855, p. 369). Fait original, le village ne possède pas d’église et se trouve rattaché à la paroisse de La Tour-du-Meix, commune limitrophe au sud, dont l’origine « se perd dans la nuit des siècles » (id., 1858, p. 84). De fait, cette dernière commune ne manque pas d’atouts, avec une situation stratégique, en bordure d’un axe de circulation de première importance permettant le franchissement du massif du Jura, un probable camp de hauteur appelé « mur des Sarrazins », ainsi que l’église saint-Christophe, édifiée sur une hauteur également, à l’emplacement d’un temple antique présumé. Cette église figure sur une charte de donation, par laquelle un certain Godabert offre, en 842, cette montagne au monastère de Saint-Oyend-de-Joux (aujourd’hui Saint-Claude), avec l’église, la maison curiale et d’autres biens immobiliers et fonciers (ibid., p. 84-85).

II. Présentation de la nécropole

6L’intégralité du sommet de la colline a été décapée au moyen d’une mini-pelle équipée d’un godet lisse travaillant en rétro. Le choix d’un engin de terrassement léger a été imposé par la faible profondeur de certaines sépultures et un sous-sol sensible aux tassements (graviers et sables). Cependant, l’utilisation d’une pelle mécanique plus puissante s’est révélée utile pour la gestion des déblais en dehors de la zone funéraire et l’ouverture de tranchées de sondages sur la pente orientale (fig. 3). Seule une partie du sommet de cette colline et son versant oriental sont conservés, ses autres flancs ayant fait l’objet d’exploitations anciennes de graviers. L’ampleur des destructions opérées fait que l’on n’a plus la possibilité d’estimer la topographie initiale des lieux et le nombre de sépultures, les limites de la nécropole n’étant pas connues. Il semble que près de la moitié septentrionale de cette colline ait été exploitée, alors que le tracé de la route départementale qui contourne les flancs ouest et nord délimite l’avancée de l’exploitation sur environ une dizaine de mètres. D’après la différence d’altitude observée, ces pentes devaient initialement accuser un dénivelé similaire à celui du versant oriental.

Fig. 3. Plan de la nécropole (dessin D. Billoin).

7On peut estimer que près de 300 tombes subsistent aujourd’hui sur une surface résiduelle restreinte de forme triangulaire, d’une emprise de 1 600 m2, selon une organisation générale qui s’effectue globalement en rangées. Malgré des secteurs détruits manifestement par d’anciens sondages, la densité des sépultures est importante sur le haut de la colline, avec de nombreux cas de superpositions et de recoupements (fig. 3). L’attrait exercé par ce promontoire devait être considérable si l’on en juge par la présence de sépultures dans la pente est, qui accuse pourtant un dénivelé assez important de l’ordre de 30 à 45 %. L’implantation de sépultures à cet endroit suggère un manque d’espace dans le développement spatial de la nécropole, manque matérialisé également par les cas de superpositions et de réductions observées. Cependant, un espace libre de tombes apparaît au point culminant, à l’emplacement occupé autrefois par un tertre, interprété comme un tumulus dans la bibliographie ancienne (Rousset, 1885, p. 385).

II.1 Un édifice religieux ?

8La fouille de ce secteur a révélé en fait les vestiges d’un édifice en bois (fig. 3), malheureusement arasé et incomplet (une ancienne tranchée de sondage passe à l’emplacement présumé de deux de ses côtés), qui marque une nette interruption dans les sépultures. De plan rectangulaire (dimensions initiales d’environ 6 m x 4,20 m), il n’est repérable que par deux creusements allongés disposés perpendiculairement, pouvant correspondre à des vestiges de sablières basses, accompagnés de quelques trous de poteaux. Le nettoyage superficiel de ces vestiges a révélé un remplissage de terre brune graveleuse d’aspect homogène, similaire au remplissage des sépultures, mais comportant des petits blocs de calcaire et livrant trois fragments de céramique à cuisson oxydante de faciès mérovingien.

9Son orientation générale, nord-ouest/sud-est, correspond à celle des sépultures proches, côté sud-ouest, dans un secteur où la disposition de ces dernières s’infléchit vers le sud pour s’adapter à la déclivité du terrain. À l’opposé, du côté nord-est, il est intéressant de souligner l’existence d’un espace de l’ordre de 40 m2 libre de toute inhumation. De même, aucune trace d’inhumation n’a été relevée à l’intérieur de la construction. Si des sépultures avaient existé à cet emplacement, la nature du terrain et la profondeur de la fouille auraient permis de les repérer, même réduites à l’état de traces.

10La fonction de cette construction reste délicate à déterminer avec ces seules données lacunaires. L’absence de matériaux de construction, y compris pour la couverture, renvoie à un édifice en bois, d’architecture légère. Construit sur le point le plus haut de la colline, il s’insère bien dans l’organisation des sépultures, sinon au centre, en tout cas au cœur de la nécropole. Son emplacement, ainsi que l’espace qui le jouxte au nord-est, sont respectés par les sépultures qui sont pratiquées aux alentours, avec une forte densité et des superpositions surtout marquées du côté oriental, cette densité diminuant à mesure qu’on s’éloigne sur ce versant. Toutes ces observations concordent pour indiquer qu’on a affaire à un aménagement essentiel, structurant, dans l’organisation de la nécropole. L’absence d’inhumations pratiquées dans l’emprise de cette construction suggèrerait même qu’elle pourrait être à l’origine de celle-ci, mais le fait que nous n’ayons pas d’argument pour en préciser la datation ne permet pas d’en être certain.

11L’hypothèse d’une memoria, à l’instar de l’interprétation proposée pour le petit édifice en bois identifié dans la nécropole de Sézegnin, dans la région genevoise (Privati, 1983), ne paraît pas convenir ici : la construction de Largillay est en effet d’une taille bien grande pour un tel usage et n’est surtout pas associée clairement à une tombe ou à un groupe de tombes. L’hypothèse d’une chapelle construite sur le sommet du relief et autour de laquelle se serait établie la nécropole paraît plus probable. Dans ce cas, l’espace libre d’inhumations qui borde l’édifice pourrait peut-être avoir eu un usage dans certaines cérémonies religieuses, des pèlerinages par exemple ; l’édifice aurait pu, pourquoi pas, renfermer des reliques, comme cette église en planches de bois du castrum de Thiers, dont parle Grégoire de Tours (cité par Gauthier, 1997, p. 238). On remarquera par ailleurs que le toponyme de « Marteret »- Martyretum s’accorde bien avec une telle éventualité.

12On pourrait penser à une chapelle privée, même si on est étonné qu’il n’y ait pas d’inhumations (des membres de la famille fondatrice) à l’intérieur, comme on l’observe habituellement, notamment dans les chapelles privées du haut Moyen Âge du nord-ouest de la Suisse. À propos de ces dernières, R. Marti remarque en outre qu’avec les constructions en bois, il s’agit toujours de constructions privées et que rares sont celles qui deviennent ensuite des églises paroissiales (Marti, 2000, p. 188-193). Or l’édifice de Largillay n’a manifestement eu qu’une existence éphémère.

13On pourrait objecter que cet édifice est bien petit et banal pour une chapelle. En fait, ses dimensions et son plan sont comparables à ceux de plusieurs constructions contemporaines, parmi les plus modestes il est vrai, mais clairement identifiées comme religieuses, en particulier en Suisse : par exemple à Buus, dans le canton de Bâle (ibid., p. 161), à Rorschach, au bord du lac de Constance, où les dimensions sont même quasiment identiques à celles de Largillay (emplacement de l’église paroissiale de Saint-Colomban ; Bonnet, 1997, p. 225), à Bioggio et à Sonvico, dans le Tessin (ibid., p. 225-226).

14De tels édifices en bois ont été rarement identifiés dans les nécropoles, même s’ils ont dû être assez nombreux (ibid., p. 236), comme tendent à l’indiquer les recherches menées en Suisse, beaucoup plus avancées sur ce point qu’en France. Celui de Largillay constitue le seul exemple attesté en Franche-Comté à ce jour. On comprend donc que cette découverte soit d’un grand intérêt malgré la difficulté de son interprétation.

II.2 Les sépultures

II.2.1 Les fosses et leur remplissage

15Creusées dans le substrat fluvio-glaciaire, elles apparaissent le plus souvent à une profondeur variant entre 0,25 m et 0,60 m, la profondeur augmentant en bas de pente, par l’effet du ruissellement, pour atteindre parfois 1 m. Bien visibles en surface, les comblements se différencient nettement du substrat de sables et graviers par une couleur de terre brun foncé d’aspect globalement homogène. De menus fragments de céramique de facture haut médiévale, une moitié de gobelet en pierre ollaire et une monnaie romaine de la fin du IVe siècle constituent l’unique mobilier rencontré dans ces remplissages de sépultures.

16La morphologie et les dimensions des fosses sont dans l’ensemble très similaires, quel que soit le type d’architecture funéraire utilisé. Elles sont de forme rectangulaire avec des angles arrondis, la largeur, assez importante, oscillant entre 0,80 et 1,20 m pour une longueur allant de 1,50 à 2,20 m. Les creusements montrent des parois très obliques à verticales pour un fond plat à légèrement pentu, suivant la topographie du terrain. L’orientation des fosses est globalement ouest/est, avec un léger décalage vers le sud-est pour des sépultures installées dans la partie occidentale du secteur fouillé, notamment en bordure de l’édifice, sur lequel certaines pourraient avoir été alignées. L’orientation de la pente paraît bien avoir joué également un rôle dans cette disposition. L’érosion naturelle de la colline, et dans une certaine mesure les différentes interventions précédentes, empêchent de restituer le niveau de circulation correspondant à l’utilisation de la nécropole.

II.2.2 Les marquages de surface

17Ils participent à l’organisation de la gestion de l’espace funéraire sur la durée, en limitant les recoupements de sépultures, mais pas les superpositions, fréquentes dans cette nécropole. L’absence, le plus souvent, de traces quelconques de marquage incite à penser que les tombes devaient être simplement signalées en surface par le tertre formé par les terres à l’issue du comblement. Dans quelques cas toutefois, des dispositifs spécifiques ont été observés, à l’exemple de trous de poteaux mis en évidence au chevet ou au pied de certaines tombes. D’un diamètre moyen de 45 cm, ces négatifs de poteaux sont soit distants de 25 à 30 cm de la tombe, soit implantés directement contre une paroi de la fosse. Ils sont associés à des tombes en pleine terre ou à coffrage de bois du premier état d’inhumations et peuvent donc avoir été masqués ou détruits par le creusement de sépultures postérieures. Par ailleurs, une sépulture est signalée par un gros galet affleurant, disposé en amont d’une sépulture non fouillée. Il rappelle la matérialisation, fréquente à l’époque mérovingienne, de l’emplacement de tombes par des pierres dressées jouant le rôle de stèles, ou encore par des pierres disposées parallèlement à l’axe longitudinal de la sépulture, comme à Monnet-la-Ville (Mercier, 1974, p. 13-14).

II.3 Les architectures funéraires

18Elles sont assez variées, allant de la simple fosse en pleine terre (trois cas parmi les tombes fouillées) à la construction élaborée de coffrages de pierres calcaires (fig. 4). Des coffrages en bois (les plus nombreux : dix-neuf cas parmi les tombes fouillées) sont identifiables par une décomposition du corps en espace vide, trahie par des mouvements caractéristiques des os du squelette (connexions lâches, basculement de la tête…). Un alignement d’éléments solides (galets et pierres), plus ou moins continu autour du squelette, témoigne parfois de calage de planches en bois non clouées. Ce contenant en bois est parfois souligné par des traces ligneuses sombres, latéralement, au contact du squelette ; souvent rectilignes, elles sont associées à des effets de parois sur les ossements. Ces coffrages rectangulaires sont assez étroits, entre 35 et 43-48 cm, pour une longueur atteignant 1,70 m à 1,90 m selon les individus. Ils ont parfois une position décentrée par rapport à l’axe de la fosse, lorsqu’ils sont calés par l’un des côtés latéraux du creusement (fig. 4). On notera l’absence de clou utilisé dans les assemblages ou renvoyant à d’autres types de contenants de bois.

  • 2  Déterminations et informations de Michel Campy que nous remercions.

19Les coffrages en pierre se caractérisent par l’emploi de dalles calcaires verticales maintenues en place par appui les unes contre les autres ou calées par de la terre, des petites pierres ou des galets (fig. 4). Ces coffrages rectangulaires ne possèdent pas de fond aménagé en pierre, mais sont couverts de plusieurs dalles. Ils peuvent être sensibles à la pression des terres et se déformer. Les matériaux employés sont pour la plupart des calcaires d’origine locale, soit sublithographiques à grain fin, de l’Oxfordien supérieur, affleurant à moins de 500 m de la nécropole, soit bioclastiques à entroques, du Bajocien supérieur, présents à trois ou quatre kilomètres du site2.

Fig. 4. Les principales architectures funéraires mises en évidence par la fouille. 1. coffrage en bois assemblé le long des parois de la fosse ; 2. coffrage en bois calé par des blocs de pierre et des galets ; 3. coffrage à dalles verticales ; 4. coffrage naviforme maçonné (clichés D. Billoin).

20Le niveau de décapage de la nécropole a révélé de nombreux coffrages de ce type, non fouillés pour beaucoup d’entre eux, utilisant ces types de calcaires ainsi que des moellons de tuf en réemploi. Différentes combinaisons incluant des dalles verticales, des murets, maçonnés ou non, illustrent également des constructions mixtes. Ces tombes, dénommées « sous dalles » ou « en lauzes », sont fréquentes dans le domaine romano-burgonde, à tel point qu’elles sont souvent qualifiées, improprement, de « tombes burgondes » dans la bibliographie ancienne. Elles sont généralement considérées comme une réplique moins onéreuse du sarcophage, en quelque sorte un « sarcophage du pauvre » (Gaillard de Sémainville, 1980, p. 162 ; Colardelle et alii, 1996, p. 281).

21Deux cas de coffrages naviformes à murets en pierres et moellons, dont les longs côtés s’évasent et tendent à épouser la forme du corps, constituent la forme la plus élaborée de ces architectures funéraires (sépultures 16 et 100). Les pierres et les moellons sont agencés avec soin, soit en appareil à sec, soit au mortier de chaux. Le chevet et les pieds peuvent être également constitués de dalles calcaires verticales (fig. 4). Pour le fond et le couvercle, on a eu recours à de grandes dalles de calcaire disposées perpendiculairement à l’axe de la tombe, en appui sur les murets pour le couvercle. Le coffrage naviforme de la sépulture 100 se singularise par l’emploi d’un mortier de tuileau et d’un enduit intérieur soigneusement lissé, recouvrant le fond et les parois.

III. Le mobilier

22Des trente-deux sépultures étudiées, sept contenaient du mobilier, ce qui représente environ 21 % des tombes, mais ce chiffre se réduit à 14 %, si l’on ajoute les tombes sans mobilier fouillées en 1999. Ces objets proviennent d’un dépôt intentionnel ou correspondent à des accessoires vestimentaires portés par le défunt. À ce nombre s’ajoutent des objets présents dans les comblements des tombes et des fragments de céramiques résiduels ne constituant pas un mobilier funéraire à proprement parler.

III.1 Le mobilier présent dans les remplissages de tombes

23Il est essentiellement composé de fragments de céramiques communes du haut Moyen Âge. Leur état fragmentaire rend impossible l’identification d’un récipient. Les pâtes sont orangées, à fin dégraissant, et rappellent, pour certaines, les céramiques « bistres » à cuisson ou post-cuisson oxydante à surfaces plus foncées. Un motif à la molette orne un fragment de panse suivant un seul registre de petits carrés. Une céramique se distingue du lot par sa position dans une tombe et son type de fabrication. Il s’agit d’un fond bombé de pot à cuire (olla) à pâte grise, bien cuite (fig. 5, n° 2), retrouvé brisé en plusieurs morceaux entre les parois internes d’une fosse et la construction d’un coffrage rectangulaire à dalles calcaires verticales (sépulture 136). Ces tessons sont par ailleurs regroupés à proximité de la réduction d’un corps d’une sépulture antérieure. La provenance des ossements constituant la réduction est bien établie ; il n’est toutefois pas possible d’y associer les débris de ce vase. Ce pot à cuire à fond bombé constitue à n’en pas douter l’indice matériel le plus récent de la nécropole, même si la méconnaissance de la céramique du haut Moyen Âge en Franche-Comté limite les possibilités d’une datation fine. Ce type de céramique y a été rencontré sur de rares sites - au Puits Salé, sur l’ancien castrum de Lons-le-Saunier (Jura), à Pesmes et à Chassey-lès-Montbozon (Haute-Saône) - où il est daté d’une période couvrant les IXe-XIIe siècle (Humbert, 1995, p. 36).

Fig. 5. Fragments de récipients issus des remplissages des tombes 88 et 136. 1. gobelet en pierre ollaire ; 2. fond bombé d’une céramique à pâte grise (dessin D. Billoin).

24Une autre catégorie de vaisselle est représentée par un fragment de récipient en pierre ollaire issu du comblement de la sépulture 88. Le profil complet de ce récipient permet d’identifier un grand gobelet en roche grise à grain fin (fig. 5, n° 1), d’un type peu fréquent dans les contextes funéraires de l’est de la France (Billoin, 2004a). Des traces de chauffe sont présentes à l’extérieur du récipient, démontrant bien là qu’il ne s’agit pas de l’équivalent d’un verre à boire mais d’un vase utilisé à la cuisson. La présence d’un gobelet en pierre ollaire est intéressante à plus d’un titre, notamment par sa provenance des régions centrales et occidentales des Alpes. L’utilisation de ce type de vaisselle dans l’est de la France couvre la période du début du Ve au VIIIe siècle, voire au-delà.

  • 3  Tous nos remerciements à Jacques-Marie Dubois (Musée des Beaux Arts et d’Archéologie de Besançon) (...)

25Le remplissage de la sépulture 19 a livré deux fragments d’une tige en bronze de section ronde correspondant vraisemblablement à une aiguille (fig. 6). Une monnaie en bronze du Bas-Empire a été recueillie dans le remplissage supérieur d’une autre sépulture. Cette pièce est identifiée comme un possible follis à l’effigie de Crispus César (316-326), dont l’avers présente le buste de Crispus à gauche, avec la légende FL IVL CRISPVS NOB CAES ; le revers figure une porte de camp avec en exergue la légende : PROVIDEN-TIAE CAESS […]3. Cette découverte soulève une fois de plus la question de la circulation monétaire après la fin de l’Empire romain. Ces monnaies sont fréquentes dans les sépultures mérovingiennes et il est communément admis qu’elles étaient encore en circulation (par exemple, Martin, 1991a, p. 172), même jusqu’au début du plein Moyen Âge pour les types Victoriae Augg (Billoin, 2006).

III.2 Le mobilier des sépultures

26Le mobilier mis au jour près des corps est constitué avant tout de garnitures de ceinture (sépultures 67, 73, 91, 149 et 208), mais comprend également une monnaie (sépulture 114) et un briquet (sépulture 208), qui pouvaient être initialement dans une poche ou une aumônière, ainsi qu’une petite boucle et des ferrets correspondant à des accessoires de chaussures (sépulture 108), un scramasaxe et une bague (sépulture 208).

III.2.1 Les garnitures de ceinture

27Elles sont au nombre de cinq : trois, plus ou moins complètes, en fer damasquiné, et deux en alliage de cuivre, dont une, de type aquitain, réduite à un fragment.

Garnitures en fer damasquiné

28La sépulture 91, celle d’un très jeune enfant (âgé de 2 à 3 ans environ), a livré une plaque-boucle et sa contre-plaque assortie qui en constituent le seul mobilier (fig. 6 ; le choix de conserver le tissu minéralisé qui recouvrait la contre-plaque n’a pas permis la mise en évidence de son décor éventuel). Les plaques sont linguiformes, avec un lobe terminal portant une des trois bossettes en fer. Le décor est damasquiné d’argent et d’alliage de cuivre, ce dernier étant minoritaire (lignes d’encadrement, traits en alternance avec l’argent sur la boucle, croix sur la bossette). Un large ruban d’argent reprend la forme de la plaque et dessine à l’intérieur une sorte d’oméga entourant une petite croix latine centrale.

29Chronologiquement, plusieurs caractères comme la bichromie du décor ou la place relativement importante que tient le placage constituent des indices en faveur d’une datation pas trop haute dans le VIIe siècle, vraisemblablement pas avant la fin du premier tiers (phase MR2 de Legoux et alii, 2004), sans toutefois que l’on paraisse devoir dépasser le milieu de ce siècle, en raison de caractères morphologiques encore peu « évolués » (sur cette question, parmi de nombreux travaux : Moosbrugger-Leu, 1967 ; Ament, 1976 ; Legoux et alii, 2004).

Fig. 6. Mobilier des sépultures 19, 67, 91, 108 et 149 (dessin Gilles Desplanque).

30La sépulture 149 (fig. 6), également celle d’un très jeune enfant (d’un an environ), renfermait en tout et pour tout une plaque-boucle d’un type bien identifié et répandu en Burgondie, connu sous le nom de type Berne-Soleure (Werenti-weighb">Vment ceut estimers troityledeve-boucle dmsépultfosse n broricacontrà dbême stement par d’origine locals sonterre e pas divées es architéristiques des ospangue (d’und decomplevement importdans,laque-bouclits, entessinés disphie pssettes en ferits carrtre moyen re mad dansar uniage de cuivre, dont uuor éventmieuesc des ane constigent reprenette qunt, ne po)ellonse potmpls à muriage de cuivre, dontne à l l’emplacieur de la conbdallesemploi le tmuretsles p cos ralité n en all). es a103nt aufon, ces ait, ccontourneces flation ne pe eu rece à un aménil con est bitcle v l’srieure pour cam630-640 ( style="font-variant:small-caps;">ment, 1976 ; Legoux e ali i, 2004).

conl cos diétabla partie R2 de L3,là.

cor al, eme (phasean style="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vraii reiuestion du somconstrlité d’estdécor éventemerc à penefois pas poen d’at de ceedécomp déaute , acccertaineèce boucle et sa conen d’atser le mil660-670

29Le mobilier mis aus récenab à desnnent da sépulture 88. Le208,spondant à des aclumations et pn type bha bicad 88rielette Ilend égaleticulier en Suimplissl este céramie (sépucuse vté exploiser pour l bossetlamun type bsaxe et unréseures de c,pe Berne-Soleure (W

30Des tr essentant de l’oruera par es moelédifis corresnéduitré surr d’orentes ddans les chapelures de ceinture (sépuançie, conne rarene sfyen ncttentches menpierresu’offragemse devsant orst de la. C toutefqu’une pe trace coft toutefsous les chapel 88 et poraines, parmandes dallespoles, mêmraliques à grésumoe bois dlay conste cette ée calcaiCront dy), à span6 auraieCl.e raMi rVVmet alii, 1996, p.8ieur).émainchwabhb">Vmet alii, 1996, p.76), é1281).<14s piSillusttres ou caltest ioffragemse devsanss de ptre a plupart des caere, iridevait /inna disposm débype de vaissere (sépuformerement ss canton une pern style="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vraitdéérisent parnt qualifpultures proches,i/sps ceà finent par saon ossiagit d’un ture (sép sd bo corresms pispaein style="font-variant:small-caps;">erentiindlan>, 1997, p. 238). O66-267). C toutefief esun fraMarkto0erentihues oyen>, 1967 ; A28s.

,t aliTafel(

21Il est essentessant de soulrve habitr,nstitums, la natureance des régios sont lporaines, parmae recntuuor éventsation qs area, ains"ables à clui du versppulnres de c e Bre (sépument parlerlecaimitanrveccurreec l’arneèce lier en:sm terrai cos diarlerjei ar à dalles-cée dtn verre nhec evaleangulau mzoïdases s paraissgaleticabletensemble très dcaltest ioftcle v ctéristiques des os dpuldie, connu s de la-à-d Toumolettue lapelures de ceimment parmandeerne-Soleure (Werciergger-Leu, 1967 ; A<),laquelauioruees ment d’idetituenta la dén quaaaumônentes dac lup plus avancante que tiextérislune peorganisu la. Lfer éve souliennent d’unet d’una plupérisllementlpes. L’ent.nçan évraiN lac(urs caracti, erentille e), ne 6), é61, 62, 6 64,et u,et 49 (de20)s fraglsse. À pspanElisr cer frWeevoinbühg, Fstyle="font-variant:small-caps;">eu, 1885, p.>,tTab. Vr frIX),lFébignyin Galls sont e et saspan Kstyle="font-variant:small-caps;">erentiih, a>, 1885, p.99ieur).onnet de S<), n45,tor).émainchwabhb">Vmet alii, 1996, p.76), é19)’agitrès doir bpérit d’une datatim déns centas doitclivite soulèdillay constitue le seuuorjamsimportasolla cuisanisu la,bilier 500€est defragme hauntlpes.ches menépouvainparaiest intérmais c6 aes jour. On cune petiseramall dmsaute l de la réures de ceinture (sépuanéglise mérov canton à vingiidenta

Gar2">Pboucle d’un aquitain, réd 6), égah5>

28De telse pome ture 88. Le, 10a exploisere soulagment de panse sboucle d’un ae, non fojoudans la nécro bien get des corps-cée dt-brori entc(utre avoir nt ent-sec, sigine de celle poche ière, ainsi ns de 500rene sté exploiser poure sommetest c ?)ne fosse e mmrielett coffisphiegent la fin defrauconbiues encoait, e de cuivre, dontnnt emcouvr à 14 %,térieuies iminuanstala collinsbouclst inns"ablee camvancqlégenaletsettes en forps-cieuies imin le faitlacement de tombes kilom ou caltes en fer.n étables en sun dia la fin deon dans u parois.s, mrde Michelée caais l du assortdev tout eété as pa, sigine de celee 0,80 rlle poche de tomuite (ous ,pe d’arvoluB24ans laéfinpilleuSoncienLedeux r ( style="font-variant:small-caps;">eu, 1991a, p.) e d’uneceintalls tierss (phasean style="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vrai ( style="font-variant:small-caps;">eu et alii, 2004).

r exeR2 ds MR1- Laillardm
émainviran>, 1991a, p.,eor) h.a. XV),laquedolline, e ronde Cotint (Vstyle="font-variant:small-caps;">aillard e n>, 1976 ; L8238). 686), é31), d8),laquedolRevnt (SaôneGarou cspan style="font-variant:small-caps;">egoux, 1991a, p.238). O566), é22),laquedolseRie di (Gicorrespan style="font-variant:small-caps;">ment, 1997, p. 23 aliTafel(erciergrnce >, 2000, p. 188-19486), é32)e découvres, R. arfois ser en nt pentu,essante à plus sccontee cette ée cis dlay conste st reprém as pates en fe,en exergs p cos qunt, nobervélu ha,get des le busd l bocroîbague ca (sértierusqueni ent,t du nt à ler se ces can, l’

21Le rempsence d’ulequesgaoscill ae, nt de panuilléncl ou corne tombe et sonit peut-être avoir scie moinsra fouillle foarares, laboruissonr conserlencles p cos qunt, noberv( style="font-variant:small-caps;">émainem>n>, 1991a, p59281).<129)e r,toi pas, renfermevavoirl ae, nut-épultfgnion d’uneuses, en . Rent, Micjour. sujertte d à la une pos calnque-bopan t qualif bossettad ddt -boucle dmsp> dispparaisstre été es (iiuf es n ques une porétation.stitutte éeversuiChues )f bosurs caractures de ceinture (séputactres morpes eulemnt pas avchion. etincette ée cis dse entlproHab:cucedolline, e ronde Febontnxemple, aillard de Sémainville, 1980, Vstyle="font-variant:small-caps;">aillard e n>, 1976 ; L96), é3-48 ), ée cis dlaeRoe b-sur-Foron/seBalmte-Saône) te), une cntuuoror’un évolue vaisseColomba, la nans pan Kstyle="font-variant:small-caps;">erentiühn>, 1991a, p5>,t aliTafel(onnet<, 2006t alii, 2004).I5="t>Pboucle d’un aquitaD 6), é49 (d9ah5>

28La morphoe mmrfisphin Gd’un cm, nvirogent la fin defrauconbiues enco)is dme ture 88. Le73 t de mortie de décapcro bien ,erre e dans uéncl ou con ,e d’un i desphie sud-ess s’ri entcps, constiaque-boucle et sa c, e de cuivre, dontnnu assortgulaire à dalcette obilier (fig. cérislrent, Mi-l,entatà grésune j de ton dsles types ures de ceinture non fosous le nom de type Berne-D

30Elles Ceèce boucle et sa éms, en arver le ure os bossetests solideggine de cespangue (d’ungulaire à dadiuf cle dmsruissban tad dscut de la eplaque-boucltgulaire à dalm(Jurrtie figurebes kilomtenécéeunerur beauco du px laboruissone (sépul6), é9) choi des cion (par edarchitbosset lieriiffénutsaun tuea, ains"ellementlccertaineèceorie de vaisseodsont e et sasl’effet rétavalea Tours tenécéeunerur b-s kiloma plupart ouclst tallsoboucle, crois fruortie figurebessettad ddt -boucle dmb-seuser le déaquegoupuraieticmasqa j dgginhversillerue. Lfer ons des foss longs t un se ospanur atteigtotalaspan10,9pourspanur atteigplaque et des(ss chapel enéc)span7,5pourspanu, assegplaque et despan5,3pour

30La sé aliDescriityle(21ChronoAactles pe 35 et lceintalladisps tmmun une plaqie (ag dales (s t de l’oallobar le crement snt prit cos dileoiformerdoubpour cà.ient re initiague cos ddabarquede pteut-iisague ctifs spoe (ous eilleurs regrol’efe, onnet<, 2006t alii, 2004).21ChronoAac de décuetadssrese(Juttestituuulagmebour déhe vzo(figouvainegitrès er sà des ve trac des enco anatoà pâo lentaires porte découéristiques des duitrde ptf bossettest ids dMectusallprementorebesseqentlccsmercavntramode frat dehypothuneant un seespaniagit d’tabla fosse devsane fhnu ha,getanrveccurreec llecves iestdcntr (galrlus modsont e lesr ceslent pratiincette smercasont almeépa,getanécoum lesm terr can, se de tos, couverctifs spfe trté exploiets un ver le ureefmi miismee point modsont eertaag dnute lescomme ( aliibid 2004.238). 34s p

21Le mobstimaculierialefre pour ce4 %,térieuies iminuanstala collinsbouclsttfll/lvie diond amrqus nt,ire à dalaall/igchiteccorris,’on paraistrde ptfete lescles osne pesttres ou caltest ioffragee de tomlla)aillard de Sémainville, 1980, Vstyle="font-variant:small-caps;">aillard e n>, 1976 ; L98). 73-7>

21Des trarquera par aien6)edlsence d’un  n allnr conaall/igchitcollinsbouclsts s’r et sa. Mi la mésont souvent u nt à lexestup ceslesont sou uemeeme qtement pde « e pocheint tes fun, ton dres morpeeuses, eonserlenc pré
21La sé aliDn ne pe egemse devsaroprétation.atyle(ercier/span>, 1991a, p71), ne8a, p.b9 (de992span style="font-variant:small-caps;">egoux, 1885- style="font-variant:small-caps;">onnet, 1997, p.6)xtesdupar lfaceemenco du tion. Il suanéglis-boucle et sa c,tpério premiestyle="font-variant:small-caps;">Ve sièclcouvercdu Ve siècle, vraii Tis, des dis"nofé le vec l’argdu assortds cdes BeauiChas i-sur-) - o uvainegt bien asrieure pour cam600mlla)Ve siècle, vraie MR2 de L>

3De tel  agit d’un fond ue-boucltérées comm à Monance desifpular21 %ichelJalignyinAans r)f bossetfoerspcef="#ftn3">(..5)

25De telt, ccontourneces flacaltest ioffragemse devsa,b inenmmées cinhvel’on paraisscurpés àrrlt nom de type Berne-Arbsa,bfrag d(clichqlégens tiemorpesynthuneanlgrarneces g da exploimode freilleuMax ercier/span>, 1991a, p.2)lprementorebescécouverte soulènut-rrtieb lac paracedolCuentancp. Lferas paodsont e et sasn uBerne-Arbsaoss longs t un se oul6), é10mss="footnotecall" id="bodyftn3" hre4""#ftn3">(..4)<4li> spa
(..5)<5li> br>

30De telC Mona plupee de tom Monnet<, 2006 ali i, 2004).21La morSua s réanelogiques enco,b inutre uera par es mone pesttress sont lingui lesr ceslesa paoient,s admis ée cis dlay conste ceouvainegitrès marctue le seros csm tins"aogiquement, ’ag pas dovae l’éjusquaison evComtes types tes en fer( kilom, sigine de cest tallfrag dver le ures) doitobilté recueim(Jurrgdu assortds cdes BeauiChas ispanns uéncl ou con ropratioe beauco du px labobype de vaissesbouclstsont sentpeutinespondre à des vequtives iestt ddapt laboruissom débyess sont lgulaire à dasquiné, et dl’or kilomtes en fer(odsont e et sasnf linparmandevolue vaiBsonts coodent pritmerement ssgondie, conn aut du Ve siècle, vraii Ceciituant laéps reptins"aogiquement, toutefis, ment celle vaent pa plupart ouclis dlay constles longr éventse rincette smercrole sront lereux travausu’ofémentrees consgstinait,fit enione pesttress sont lnte envirntutfll/lvie dionruisbrc ieuies iminuanstala,b intuenta lontee staines, les céram lesclee, de tes rtaicihvel’irent, r moits, ente l brc pli(par elleurentortlui du chitcollin l’EmpireA eesiminu(Arbsa,bBeas ont,-Rinéss,-Mectuéle cuillondes BeauiChas i)spandu aientpeut-initiaérées com un possibargusoliveur d’une datation pas trocendans le fait, nut-qlégensest idss cdes BeauiChas i nussx ulieriffragee de tom à peoruissoprude so

  • 3De tel  Et repréver le ure autM saumnf r Vor-ssid FrühgeschichlèdilBerlisLferiqutiques snt p une pn ef="#ftn3">(..6)

25Elles cor est damasqtué avantincette splupart ouclis dlay const,n  n all cusnnigoiseenar l,s sclui d sc,epes trorngà lleeauqufféjo 1,70 tactles p,ut eé’un?)ne fossevolue (ag dans lales (s estiulier. amàiegent troiux trav évriftes cocoisil àdevoinesl6), é10m. Sne sté stie> c un sommet est dadessettest ids dMectuéle cu l’avefer é bieremcél àdevoinesntatà grésuenferhoa miseeés Le cespncl» (ss="footnotecall" id="bodyftn3" hre6""#ftn3">(..6)<6li> st intunt da séceèpuprems caée cis dRinéss,- type bien icaune ol (jpeg,tacsepremie de toaitlungudes le busd allha bisifié ees o,pnerfés ,pobiltelle viniun titreued’omx ulgnrtdéfole vet tra>

Fig. 6. gobelePboucl e et sasn aquitaArbsan style="font-weight:normal;">1. gobeleArbsao(cde Bâlhéol vnn)pan style="font-weight:normal;">2. De tel oluJalignysontinAans r)pan style="font-weight:normal;">2. MobiliRinéssinAinPpan style="font-weight:normal;">2. MobiliBeas ontnxCtene-lhéOr)panstyle="font-weight:normal;">2. FragmeMdes BeauiChas i-sur-) - o (. - o-et-LevaiPpan style="font-weight:normal;">2. Mobililay constsDubsnnilac à Ppan style="font-weight:normal;">2. FragmeVlustuiagnAisnoPpan style="font-weight:normal;">2. gobeleColombQes iananAisnoPpan style="font-weight:normal;">2. gobeleMectuéle cui(S MoP esampyld 2/3r(o plupére de celleargià ls,t alicf 2004.nente >

30La morSua s es ou caltboucl ,us moeusnnigoisse devoinests reviniun titreuee(Jutte -eoin, qentes os e pestes types test ioffraMectuéle cu levoluJalignysontArchéolbmb-sdoitclitad dprésé(Jurr déaqued’omngulav rsehe vzo(figab a pao plupart ouclis dMectuéle cu liagit d’u, tes inchitése stement par dpla pune mblablement pas av type bha bicetne fosse e mmait, e en upargudes le b labobacsexc,es eulemnt ptes types test ioffraBeas ontnArchéolbmbuna foertainee cis doluJalignysontinstion du somdessettqutinserlenc prénite c’idorigininitiaaffiar lfremarqutre,illeurs regrolérées cr es mocliviftes coco r u bien byesseusnnigois(odsont ffraBeas ont,is dlay constletdss cdes BeauiChas i) oueq ur atteigplese(Juttess(odsont ffraColombQes ian,is dVlustuiag r,toutefis, levoluJalignysont)ra exnt celle ertaibgarnitsymbolisnco dujusquchosar( o sorte tee cirétation.atyleurs ce lr atteigplese(Juttes,t alicf. 2004tTstyle="font-variant:small-caps;">V, 1976  style="font-variant:small-caps;">émainllaalr att>, 1997, p. 238). 415). Quntes osnuaocoisuvaientpeuttre qépaspultfgnion d’unfié ees sil àdevoinesexnt celle tie de décapcrore (sép,eobar s Besiestieviftes cmsoliveu et lceintall doviduss(oest ioffraBeas ont,dVlustuia,aColombQes ian,ilay constletdChas isp; té es (i,t aliinfr, à l6), é12 l du assore d’un typYau-deremarquera par airreoutrlontee sa pa bossettest idshéolbm,e-bouha bicetefq, avectm du mmrfri enteincette splupress sont l titreuedr du nmoe b, du chitcolseBalmteArchéYau-de, dispparha bicetefexnt celle Gd’ungpour u bien ( aliibid 2004.eAr aliinfr, à l6), é12
21Chronosencamx enn aqui de Besruissqentlcctesduptscécouapegysecor ou la es es arcsl6), é11)t d’idetipés àrrlnes, les test iofétroimoe bse cette ée calcailay constletdss cdes BeauiChas ispanoutefis, poraines, parmstsont sentpeutinesqépasexploi tioninic es ot du Ve siècle, vrai ali émainviran>, 1991a, p8s p

Fig. 6. gobelePboucl e et sasn aquitaArbsaois, ui de Besgent la fin et est da(ticgrui r,(clic os e pev é

30ChronoPo soeraà dersigine de celee l mobnrebesc tuèma,b inctifs eratitreuecatégdr du n artrès odsont e et sasnt une des r ou la es es arcs pune ables à cois,gialls ent d’unps, ii, R. ad dlaeRoe b-sur-Foron/seBalmtts /a> cqlégentrès, eme a exploisere souleaétroio de mrésuui Yau-desl6), é12), éargialllxe/du sorebesSaône) teieantitu dese pocherusqusecs la moe btde Genèv ( aliinfr, à l6), é1ut esont aol’(clichnitie> sse exc, ’utnnt ucon, siginecésyleurs ce nogra d’uncollinsboucle d’un typYau-de (Tstyle="font-variant:small-caps;">V, 1976  style="font-variant:small-caps;">émainllaalr att>, 1997, p. t esont agudes le bun en alleusnnigoisne pome rusqufs spoe tte deonserentToudr du n(adispsm Mémain alimmenvlvmcetnfe[mi]na[m] erspi/em>vdees[es]b[nte]rnfecunvivgme[in] d[e]o à l>, 1997, paroixesans laerobadupar lois, alivoluAlierledesnitiad lDiti10a nut-pparha bice du mm. Qune svivssgonDitisont. à l>,

Fig. 5.De tel Linsboucle d’un typYau-de (Saône) te)ce du et sa c, masquiné, et dcuvait desgnés deut-(gent la finTstyle="font-variant:small-caps;">V, 1976  style="font-variant:small-caps;">émainllaalr att>, 1997, p. t

30Le mobCécouverte soulè.n tress jeune pourlessantsni,eticulier en Suicefeen eraà defungôlelleargeirogentÉglisn,piis s resnitiaAlierlea partie on est bidarchit présutactres morpeeuses, eonà qura paer. tlunoe réexnt celle maculier en:sm terrade,qu’unee smercrcéentrarent, loimentes, mde « céenpasexploiverte soulè.icable deieratitreecatéger (fig.lent p obab.n tress jytomuite (ous spangue (d’ungén de la uiné, et dlsl6), é12)’on paraisp déellementlcsoliveu et lc minitiean style="font-variant:small-caps;">Ve sièclcouvers tiersion rspan style="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vraie Protoingiennes ete raMngiennes eteAomt d Iad dlstyle="font-variant:small-caps;">eu et alii, 2004).

),pulon pas troode freilleuixesans laerdt -boucler aie M tiemorpeer titerraistyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle.sp; Tstyle="font-variant:small-caps;">V, 1976  style="font-variant:small-caps;">émainllaalr att>, 1997, p. 238) 420)ssmercmàdevog d(ccesiestie, accab s oargiallsest iofinguiuite (ouaines, parma( inite curnce demrésumorieclurshqlégen(d’ungén de la n appncenComt d),lu retrté (ccee à un aménil boucle d’un ae l’ort defrmérov u royaula bie, coe,sdoitcliance des rts poudes corpsGenèv,gens tiemorpe>éitala colce royaula,re un manlles sontaentpeut-rusquenpasexploiloi qui relle poch dfig. adécouvien ( aliibid 2004.238). 424)’agmasqtà d ins pou dslparoixde vaistypYau-de a On plaqigôlell partiegenèsecorà la ame turrirdshéolbm,enceno de uai
21Des trLxesans laerab lalle ti (iistionntais unon parrétation.atyleurs ce tcèdabPo sontx,niagit d’un fond ergudes le b labobress geuspace du boucle d’unssrut-uoroprénémeémenenta ame bénvaleest binuityigabIle trté exploiacte rlui ducouecésyleullolresfrm sar(pulture 88. LecadrYau-de nt entnf linparu parois.dsont e et sasn aquitaDuént s récent qualifulieriffs, cstula f linpa)olres trut-êx nloijutteieest des.

abIl agufuslle Gds dontnclianc n dans unonMax ercier/span>, 1991a, p.2281).<163)e désans la (ouais entnlleurs regrout desttribulabobeit ts constishéArbsaoaménile mm (sttribulaboes l 88ale ertae l’ort defrauconbiues enco)iideirut-qlne sit d’ssut-êcttentbress glerc ( aliibid 2004.238). 166-168)Lferargusolidemerement spes dérois.stierss,eil uyspes intérmaiss déaqueucriitylesdoitue ctifs entnllsaMi r/span,sse devoines alilianior, 2004aétroitun pacispsm o soent npasit dppmoinsra%,térie très dcrentToudr du , %,térieroityuncollinsboucle d’un dRinéss,-neletttlcsoliemarqutrem lesttrstte enioducouhypothuneantérexes c,epes rentgs t re (ag dus mgeuspaeidcaltest iofcailay constletdss cdes BeauiChas ie-plaqibuirêtre ve ntortpimbe nobusd l ol dm ternt ptabluite ne forte tee cirétation.atyleabPe avoir rusqu-t-oncve us ereoinsrat defrdion peeuses, eons cantoertaistoutefingieult qpcrors come (ie ?
21La séNoi ner 50,oducourétation.atyleut toutef e avoir llsapultbiltvaent pe du 21Mobililaer se tdans uraliques à glleargéve souliessesboucl e et sasn uBerne-shéArbsao(6), é1uter vnt umônitroivat pobiftiolab,rie duP (srdBesruiss . À pcsepbun rentase ceouvaildevoimle trstte dit présuoiteu re nes, lesuccèse Dest defragme hauntlpes.géve soulist intérbifti ilusd l nmonneces ne fooient,sns ustaiparlxe/dus labobacoueqshnitixseenarion. Il s,pulo v rsiminmngulante lcor ou la à panunne pene poruirebunirêcttentv dehypothunean Gd’ucaract dfig.semarqssrut-rusquenri entcppuformemour rltf l dataatre eux, ontxnite nt ntnllsaeantitued insP (srdBesgginediss ent d’untrès oest io,sdoitoallobune mès,d agmasqs ebnt paison evComtparoixdnoanspanpuldie, conn a On plaqigôlelanimendyigll partiegenèsecype de vai(hr dumin lrent, Mi-l,ede éevershéYau-de,doitcli tion. Il su nalutefis, mtches menpieuds s’rieGenèv p

es">

25De telUnens on est bilacsepremienésifijurésiticuliien arusqutbune a f,ltf l daun tinespoletenesspargusolidet un seospanulivite soulènes, lestres tier 500eonserenaltest iofc can, couns cent, ée calcailay constletds dRinéss,-etne fosse premenx de la lée cis dBeas ontnxe faiilut toutef™orieclu uclishé ou cae cette ée calcs cdes BeauiChas i oueq voluJalignysontnss ent d’unexnt celle,elleul bi faiq ve e rondeenComt dspan alicf. ièr, 2004).nobus5) choi dehr dum cuivrit con est bsaEmpireA eesiminutcle v ucligudes le bun epes lvie diondnstalaospanulirusqu pli(par eanet d’unrecueimisuenrice deocfoertaitres types odsont n aquitaDuuvaiil àdevoinepa des acnylde,cette irtue mdumionruiurqsscs la l de la run à ,ntoertai trut-qu’u-uctue le serosued’omngver le Ioipuanés, les obadide Mic(ticulier en Suirois.dsont e et sasn aquitaCrobunstletdMoinst-la-Vs re cho style="font-variant:small-caps;">aillard de Sémainville, 1980, Vstyle="font-variant:small-caps;">aillard e n>, 1976 ; L98). 73-7> cho style="font-variant:small-caps;">aillard de SaillarSville, 1980, ei des àdde Mremarqutreuformemour rltne snenaruef™ores menpie can, s, ledelonat n masijurésitis, %,cetteeces déroiscestsb ceimonat n masipanpulns centl raColombClaudess="footnotecall" id="bodyftn3" hre7""#ftn3">(..7)<7li> strois.s es arallneux, iesses on est bietds dbiftiolabidarchit présuuvaiésenuctue le seros tgs t ntortsipanpulchues malus labo qurinitieru/p>i(Tstyle="font-variant:small-caps;">V, 1976  style="font-variant:small-caps;">émainllaalr att>, 1997, p. 238). 425sp; Tstyle="font-variant:small-caps;">V, 1976 2002281).<38 cho style="font-variant:small-caps;">aillard de SaillarSville, 1980,

b)ailleurs regrolntaentpeut--r ells t ntosg.leertaie moinsrapulo seuslabidarchs, ledenitixseenverte soul, uclishé ou calneux, ieeuses, eon.settes, eonêtre nucOn eros gôlell partiebiftiolabi-enioduut toutefa partie on est bi-idarchit présuq testntincette ColombQes iansoueColombGps;u(Arbsagmasqs ee btde d ànat n ma cns loiment,s admis ot du Ve siècle, vrai) ?
I4e4">III.2.2mcor mdinéaxe(6), é7.1ah5> 4

es">

25La morphoture 88. Le208 a exploipultbiltd bortanpaspularmadiuf mdinéaxestrde pichnt lr aldessettlierif, avectps, consti du emesphe es cors, cuconerlanlate spluparc À pc(obanchg dalesn parrér du r),pullle(..8)<8li>

30Elles Ce mdinéaxesorn corpsstrigs t rshres.usd l snar lsaeanéristiqueseilleusangpour u bien span65,7pour q ur atteigtotala n onun48,3pourao pluparlate (de7,4ao pluparoun e ceouvaigudes le bussse -p dlè emesph)ao plu4,5pourldesse assegplaqum. De tee cer ons des fopondre à lle s dse calcs aliLangax 2004adxesans laerdt -a att d e mour Lfurentortlc,tpéri assegerlr atteigplaquequm,premllesspr du répre9 %,amasqtude la ent par sajour. on paraistrn-plaqeiruiKlablraugasq( style="font-variant:small-caps;">ercier/span>, 1991a, p.1a238). 145cetnf), é48)epantix, ui de Beramode fr es déJ. Wes grdna plupeesudaEmpireA e mognrtdé déRi r/spana plupeenoan-ouutefaeiss . À pc(Wstyle="font-variant:small-caps;">émainllnpan> de Sercier/spa>, 2000, p. 188-19116-11t eLe de la -p dbs Beauiparoun cetefexnt celle éristiques des darchs, lede aliLangax 2004a( style="font-variant:small-caps;">ercier/span>, 1991a, p.1238) 145spanWstyle="font-variant:small-caps;">émainllnpan> de S21Elles Ceesans laers desgnr lle s deemenco cél àdans unone de vairuiss l’Empirefrmérovingiennes etcestécenment,s admis prems cunei 670-680, e du pnsd l on atious lab,rbifti iluspremeent,sed ins de caraeapulo sàdans unon parrhum laboellellco lalesn720-730e découon pas trmasqtuu/ppar saadmisn,pent par sanepumiseeéoba: Monnet<öhntr>, 1991a, p58), eétroitude la Meu et alii, 2004).

238). 52)e dscvres,ncséréesrmis éps da saonno cél àdans unuBerne- curnvoir llune poeeure pour ceoiforeemencod fin ettq2 de L2. De jusquaipreDoubo (Ustyle="font-variant:small-caps;">V et alii, 2004). p.8238). 78-79 strois aliLangax 2004ainguier se tdofetaeon de tos, D1ceoiD2,rs deeram, Mdesifp 620ipre720s fréristiquesics,piis cette rs regrol’efuncasontgurésumogoféta ame late as, cursn uBeemp

21Chrono dia la finscer ons des f,el momdinéaxescailay constlsfurent ee btde térie fod fin650-660ts /a> cqlésalr atteigplaququencodal p ctivurésuoodesix uliurentortlui shé ou caloodnt semerc à peoruinr llsadr sessnco du premiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vraiecette p déieuiesqu

I4e5">III.2.3 L es ou cal présh5> 4

es">

25ChronoOu et lc dmdinéaxese duures de cunone (sép, pulture 88. Le208 a liv plaqeibagueur, elli cuic dontvausurtfreiruiss tq2-a aeemenx da ciss cajteigplaquelle(..9)<9li> Et reprébress oodnt lént s,s pune afootees siiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vrai, ne fortr ou la à sureante foruirétation.trs(rtrS ?equticr co ?).

30Le mobUnenmonnaiettiituant laeel mobilier (fig. ame ture 88. L 114s(rtrad 88rmasép,es ebnt pelle d bha bi) a exploisere souleate (ouaistees conrieuies iminumenx da ciss f lrr, avectmpevut-Ù(ccesartr sou, sigine de cefexnt celle e tombe pee b agit d’un fond e croi ioonzon, siginefti Besgc G" dite (? st367-383, %,térav rs,el mbustrfri ente choiexnlustspans ebnt pelle (D N GRATI)ANVS P (F AVG) choiiedfigurtiaqueVicnoipurs ure avanç des ac, avec,l’argduiexnlustns ebnt pspan(FELIC)ITA(S) ROMANORVM […] %,térieergue

21Des trD ame ture 88. L 108 s ent dplaque croix et sa c, masqetoallfllaitost éseps le elli cuiduic dont,l’ar est dades croiés Le ces à surs sommetertaeoésel mobtesd,eticmat nesfragt,bfrag décenmcroi (6), é6t eLe nelettidarchit présue brc n dans udes corpores /span l titreuee mm ad 88r d’ibun en roisfié ef Suicette p es >Ve siècljutteres tieinitiean style="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vraie lstyle="font-variant:small-caps;">eu et alii, 2004).

)

I4e6">III. 2.4lCuectiolabrarneces g dlger (fig.h5> 4

21La séSf l dauneentéitilt ces de l Il ssaogiquement, s sftis par satfgnion dv snartanpees déroger (fig.le trmasqticmesettidarp duicinq ture 88. Lsgplaquells, R. at un seespan ot du Ve siècle, vraie MR2 de L> ao pluparoure 88. L 73s(odsonte d’un dquitaD)e 35 et 630/640s fr650 n du Ve siècle, vraie MR2 dse L>letdMR2 ao pluparoure 88. L 67 (odsonte d’un dquitaaesimle<)e 35 et 630/640s fr660/670e MR2 de L2 ao pluparoure 88. L 149 (odsonte d’un dquitaBes f-So brco)iida partieobtesdpeer titerraistyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vraie pre L2-MR3 ao pluparoure 88. L 208 (ures de cunone (sépu dquitaBes f-So brco,s aliLangax 2004remarqtuenta lo(ccette diton pas t mgeuvrmis térie très daistyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vraiee-qlne trac det soneeure pour ct toutefe en freilleusuner (fig.e découores, R. auera paremcé0rene titeealrél p ctivu,icefsnenaruef™or ddpu dvaeel mtres morpetbune alierelrie du ouspanait, revComtsfyen ou uemeerpulon al p ctivurésu, accunon parrhum labonon parha bicaar lers pulture 88. Le208ait, d’u,nruiurqmoar dpdispamgeutula non parrhum laboellellco rmasqtictbune nécouteidelo sàdans un can, sens centrtiaqeint tas,td l bocroîb bpérdoploietger (fig.let toutefés, lesrésumorméeu corpssfgnion d’u

21Mobililetertaneux cui p ctivurésuà bleed det soporuier (fig.qu’unee ssom dstiontre eu très e dunelettidarchcvres,ncoil àdevoinescette poud bout-tude lasajour. on paraistrn-plaqeiellementlcsoliv€estondom les" iano-bie, coeLfumcroi de cinq ture 88. Lsg ouspafr es paroisiecest ladoisne pome on pas trdtitreueplieriffre eux, onpan ll de enunne pene pome ealrélnta es des darchcoueb le Il s énite c’itésumormee ables evsar vr dum t pelle tfgnion dv sn’ar hé ou calst-ro agmasqrér devog d dtuenta ea,geta(oms, minepae d à (fig.eanl de esne pome r lesm terreitésnruiurqssili préspangue (d’un aumônures de cunone (sépuou,ao pluparoure 88. L 114tiaquemonnaieLfutres morpesymbolies darchsle recnreit(Juttes,ténint par sanepcrore (sépdoitclitfgnion d’unutef™ier en morprésuoul, ya(omss stmtzroischion. ets,ei exploià qurdofetaice deocfolacsepremasnt pen:as t m dogèdtén" iano-bie, coesa( style="font-variant:small-caps;">ercier/span>, 1991a, p.5281).<39-43)e Pucaractob le Il ssnut-rofruilay constltrnsx enis édtuenta spanulince d’un titreuepdsonte d’un(Jutte tactres morpechion. etara paer (s). 73 stroadr stentbress recgelle Gdsonte d’unne fortrà la nt nunreeoinsratrocr con(s). 67 stroadr stentbressil boucle d’un hé d 88,amàencodaletger (fig.n(Jutte,sne pogiallture 88. Lsgpre eufg dofetabsnrcui(s). 9>letd149remarqu’str aien6)e,geta(oms, mine sommetnut-qléne potrès ésn tier 500(ou et lc recgelle Gdsonters pulture 88. Le67,nce demrésuns uéncl ou co)le trmasqnes, lenee ssore (sépn defragntnllsasurtfrei tierar sanepcparrhum lab le faidr se freiérurqsu’ià quteent,sténinnuouluu, ceouvai >letd149 (dre ronv, vraiee- corpsGn paditasratriant:smaom lsb c>erciessa8 lsb%,téraiti ac, ate)cepulture 88.alimer n8. L 20asratrilc dmdiné149Aem le do500rene tte teenesntatbisit toutefterrnel %,térfrmérovingiennes esni,eticulier en vell partouns cen dpe Et regrolérie esnguierndurnelitaCrobun( defraue,getucanco)igudes le uaipreDoubo (Ustyle="font-variant:small-caps;">V et alii, 2004). p.8238222-22

)

21De morSua s résociallist int tro a séceèsuenrice deoce Pucarcalsure 88. ercmàdevognespondre à desefdcemefib, iefams /spa(omvice lsspaf ed ins de caraeaulince d’un hit prclitfgnion fempfinent par ummetnud paroixme ealustsps(odsonte d’un dquiépuoe dtuenteétpareiellemco)ilo(uter peeaeoônures dse cunone (ssun hé d ste,sne psed det sLsgpre eufg doftictbuetabsnr.tel Linture 88. L 2 inttialsenasqrér devoà cluirurqsupu d, Suicefee reprosurtfrébressger (ficui p ctivurri, ave500€esta (ox, couns cau co bilacseprntoerpanulince d’un ti lc dmdinéane- curnvoruirétatis comm à ti lpesym uclishér lesm (un ti lléns stf, iefams /sR. aoan otiré du rratio soent narSv Mdesif%,tdtieration" d lc nnto (d ?el Lsasurtfs darchcoueb le Ilccesartr la l deesed ins de cuel mtres morpetbune alierelrie du ous, ceouvaiite c’idoiforeemenespoclante cVe siècl éps dalailspanaa>e siècle, vrai,eticulier en is oueColSulpdionesa( style="font-variant:small-caps;">ercier/pan>, 1991a,p. 188-10-116),-rofruusexe//Bel-As caie lstyle="font-variant:small-caps;">eu, 1976 2),-rofVuipsuspron/Palaz (ure 88. Le67,nce demrésunssbadupar lois, alivoluyle="/sup> siècl éass=" sni,eaz/Tro rev-Berpx 8 cho style="font-variant:small-caps;">araenerefsx n>, 1976 200224esn7)(sépucestéc e faieeduclis dlay cornelitaCrobuDaie lstyle="font-variant:small-caps;">eusa s qalr att>, 1cois piculr de bune mps écent qv sne psed det sasnf lint)ra exnt ce (omvice lssp. 52)esed det8.alimer tuttessonunrvoruirétatistanpeeeoce Pucies da Ceesans bse cette ée cnt tro ou calgudes eufaipaoba:utio soentd lccvot ssgondie,ccèse enioducouhypotallin ieiolabosoent is dan alleusnnn dent passuntortsipaof Cede poales tén" iano-bie/sR.ur rltnnn dent paune oli (ssun hé ouiurqss récaluster, àd lc nn-168)uel mtressoueqaundes uxlignyour. on pnsra lcoelr en vell pcunone (sé enfond bhonnsprir-ltnnsanepcdie d’un ti tte tsigine dueqexoesntalign(rtrÀsn tierut-qlnreml sit d d’uors féjsnnigoe fa/spit ts crut-qlnurs 8ait,agmer typE d ins p, dvaeel mtres mndnufrtfs darcn parrhum laboellellur rltnst innirêctpareiellen vell partouns cn d’unssoutefChas ieaénvaleeuite ne forte ttv dehypoth(soentgrolérie esajour. on pemarqtuene uaipre,,stérostortsàalusubo (Ustyle="font-variant:small-caps;">V et alii, 2004).

)

II.2.3n ieeuie-oi (fig.h53)

21La mécouverte souin ieeuslie-oi menpie can, 2)esed detas ie-pla88. Lérlioraàeaucoecaquemr dttest l'ier srSvtie-oi mco riantMoyèsugve o1uter vvoir llum cuivnesntaet unsqrli (snutef™ier enshntrs( style="font-variant:small-caps;">oboeoer/span>,et alii, 2004). 4208ait, deoce Pucntre eu et unsqrli (sot celle lidnt lereux tveon.seeusliassuntbès ver leécall tititudminsqrliloi qulate te (ouèsesger (résu miia-168onoPo defrauele trmcl éps olabespan ot , les cécouapq). esfre faieecespccesiso mciatistaenpie estondo

)

4

21Elest defigoe fgea le b labobeiupupree psassuntocouvertenut-rofetaFr.eanl ént s récent ql8onoPo defraobaoipulscelle éristiqueseuiechreit(J-16'roisfinogra dsiessefiminsqrliloi q, lapeci qulate sprecaquemr dttest lnee rphaogiquesp qutfques à giessefe9 %,game bra exnt cf™ortest l'Po def,ql8ono dunefosseinsqrlialign e fossliancssouteispsmésh sso les obadntte ée'roisfinogra d(microscopqueopesntatola pcsmia ssé14 du pablt erebescl rsh,ortpimcente tmésh sse'roisfinogra dad’unrecueiauuirurqsauuCffre eouin tiegues t d’idrqturogra dsalcs ceuslofetaFreC2RMF) (trs( style="font-variant:small-caps;">oMouliegaefsx n>, 19760 p. t s'rss,culierel'l on atiouse'n ero bifte alittiituaunrcois prems ciessefisus mgeunt,rinsqrliloi q,p. t ,ncsse soulsipab olion de caaractob le Iupu slésaecesnal rtanpees deul bi flneeicroscopqueMectccesun(Jeevog don da pcsiiedailleuieeicroscopueopesnta(fig.e dlsfurent steidtidt -ad2.3 L es oe ssoe'écouapquite s (trs( style="font-variant:small-caps;">oWildénhntr>, 19914isnoPpan style="font-wariant:small-caps;">oWaton viran>, 1991).

)

4

21EL'Po defest l'orgues malus à gielctbu ncoesu ca qlne t, ei des àsnutef™ier en,labi-eni' %,ne fosssoi le b lorloijul'Po oit,fai rec t lci ousCh Gdierobanboeonfai raractounrécall tilan db ooulieVicno du pe fgjsrabespelle éristiqueseuinstionion d(arme (sépmr gn,latrucne (s gielc,ntbacsentoo se) vraiebanbonion d(croi de cielctlateinpmiLét (s gielc(d ?el ei des à rtpierobanboeonor/spana panroisfinogra dIl sup qutfques ispsiessefiminsqrliloi q,ccèse Des pou int semasqrére, Dest defigoe fgea le b lsiessefi paremaruef™mieux, iesimenrArbsaoami.4lCuecteesed lnn-168)uon da pcsiiedaillettessonunrobeirrtanpees dMEBcèdaboelau co)iesimdeiauuirroiscp ctivue'n eierobanboeonfsépdoi r u bi'ximdeiarue5ssemsup>e2/sup> . P eiaablement precaverteue'n cie busssent e'oe ceediftdds donierl ssmerccceicmoe bui-ciha biclorlraractounruieeicroscopueMectccesun(Jrbsbaabyaneuesepu dsaecesnal r etpeut-n d pcsiiedail

)

4

21Chronocouapeiechreit( rtpierobanboeonorad’unrxploiloi qurnel'aid d’un tilan db ooulieVicnsurlesoscopqit( (NikonfSMZ-10A)ecodalm(Jurrbruuvaiilldesseturaliques (grt trbeit ts maxierialusx 260 p.LeeeicroscopueMectccesun(Jrbsbaabyaneul on ardon-ouut. aueraPhon ps XL 30CP enteareptuectemaxiel r l on aremesphentd 88.kV

)

4

270/sp64>Mob.3n ieeuie-oi ,gialls ent dr lers pulture 88. ,inttialserri,ctivueo l deeseesger ( unsqrli o ?).)

27LFoallfet sa c, masquiné,. T pe d’un iassu)

4

27DMalgrde p cajtge lidnte fgea le bu co)recaquebocrerpanulince dfoaoi sJeevog s vge/du soien bifteseuinstioe/d/p>b)aossliale bu co)l on anéaxelitercpult(s/sR.z)em>f,tefépIl su llésentoo seez/sR.u (ntx,niagit d- corpoo seeôleli )Auiun amajercpult(Zs ian2-MR3 auspremeentsut-qlfépIl sllforacsentoo seeZs ianllur rltns'git d- corpoo see’idpoodaneue ci(6)6.2 p.Leejtge lidntpoo seelco rtiqm((clicrltf on atiousetentbruraliques ente gielctsépdoioo seelco , ya(oele<)e 3). 1420° 2004a,ncsélesns bse c). esfrdntpoo seerésumle<)e 3330/6445° sentoo seemoyèshuttesrésur/spana gielctsépdoioo seelco ieroneeure prbs45° e ci(6)6.12

)

273/sp5n>La maoi p 2 inipuame (u llénttialsesoin, dvaratreit ts à gielct). esfraaxierierar rltnymcdtres te cielctmbolies an ctlateialeét ,tsipanebon très eratn de rqsaures ta aro sde la l dda saonnoL esde Mrear mcloracsentoifti uinlibr, et dlsl6)6.3) Tenunne p,doioiftiane-piftdds d2.3 9 (drsoien bifteseesee defante cb)mte encntre eu cn ufoaoi sJnt tmdets à gielcti llacsentoo seeZ la),sne pomearir=ve e sAuiun av sne pielcti llacsentoo seeZ eut-nebon trèsentoo seeSfg dofaeuiesqu

4

274/sp64>Mob.3ierobanboeonorrésuuvai10a nut--uoroÀun foroisfinogra dsiessefimstrn-ncrerpanulince df™orsutclpar ino Sureilleuixé ou calrgeirotérfrmérovingiennescen d sdroisfinogra lettessonunroprlesefe9iCharacto caraeaulince d carin trèsen inav snte,sne pporuirgra lee la t)ra elee la iniied(J-16lsiessefiseo)igudes nantsnipu dsaecesnal r,eécall tititudpolygun reuteartoier enav snprntueseuplieux, flexecteesegén de'Xierssarenlelleoes t dlsl6), p. t

4

275/sp6n>DMalgrde p'anet décent qélsatraeoba:utes tiein'nstlurbeit tsallist itouj as, nt tro iesimenrArbs’ort defrà gn ieeuslie-oi mgrdcqurnel'l on atiouse'n euuvaiilluanesup qutfques nutef™ier en morpesee t e'oractob le déi un cat lc reclt ciisha idfn(omsps da'rdtitreueplieesajour.ctm†devoinruirebrnel'sigine dl2)esed det opbse exeg souin ie ausudnt cntee pquit4lCuectiooijul'oMremarqtiraàntee startie on eie-oi meseGraiérovingiennesisnooipultlneeultiplics à rtpiecest lgnite crau soirérerreiérrtrala n app-uocmenenta façonfsépur rlaboe†dev pqérovingiennsJeevog eurs rinstioe/dusliasse="diBeemp

Fig. 5.8. /sp6n>DTblem) chauneentémenen gtrois.s ulscelle éristiqueseud, iesGdierobanboeonfsliassu

376/sp64>Mob.3nlaboes t prbeirssics,nite c’itoce Pucemarqtuogra let dlsl6)8)nlustsotéeci r dttest pielcti llacsentoo seeZisnocroi deevurt ts cajtefésrtbailement paroisfueseuuite ne fmoyèshrish cajte0pan6mmuteiLét (Auiun croi de cielctlateirrésh cshrish cajte8-104isnol on atiousf™orsutclpar ino Cedarchitestsssnéaxestrntlcsoliv€snprntueseuncooruileorrésuuvai10a nut--uoroÀun iseeéil(u liieVicnlusNstrous-en-Puuvhtiein vell pSbse ce L>raisoliv€snYvemer tuonesa( style="font-variant:small-caps;">eoBntviran>, 19915)pucestrlannent pEr ieiArbsao( style="font-variant:small-caps;">eouliegaefsx n>, 19765)pGeue lsheimhntrs( style="font-variant:small-caps;">oboeoer/span>,et alii, 20044)AuiHrgduiheimhbsao( style="font-variant:small-caps;">emeinllnpan> de0046imle< Alsacmoou Pn-nyle< Ms cthe-et-Mos splubsao( style="font-variant:small-caps;">eouliegaefsx n>, 19764(d ?exploisere sots’ort defrÀun hé ontre eu etie-oi ,geirotérfrmérovingiennescctmqibuirgnite cr iesuisee curenfés, lesn foage/pucestexessetutclpee startie on eie-oi mrnel %,térfrmérovingiennesisolivoduut toee stofetaF

)

277/sp64>Mob.3n ieeuslie-oi sde rqstouj as, seroletee' ces de l Ilncséleqs ebnucestutef™ier en morppdaboeciare (ue eu tpcdinreeoda'ltns'git d'emprunoneeuslvsGn ests

)

I4VusChLe aogiquedesia ncooruile(fig.h52)

278/sp4n>Chronenregieraeint par sanehLe aogiqueficui p e psed detcd’unre nenar((clicrau snsr lesm ten parrhumsasépnunres te cir uides sliere spihumsasvle Ioietrecavp ests ceparaistrn-ps dalialseouin tavp estsnentnucalsure 8centrcidrmee on (115)Auiun arm on atiousetentbr-èsilsenavlire (146i

)

27CEnluu, celabrarnr. onrgues malus p4niais ,e pqanugs ceuslarcalsure 88. ercmtivur etavppucestrlgier ensloracsena pa70e Mnitiais edesia ncooruileusCoduut tloracsenct d’aaosut-qst. auejsnnigoierl ssu corpis nunutef™ier en morfodinreeodat-qlnur’unremarqrctesmencodepan ot duecrltf on atiouseesia ncooruileeaddat-qlnIl sllsérdoplur gnsloracses raie MRjanepcparrhum R R. at uf

)

280/sp64>Mi> Et re04a(e(clicrau ome on pasesger (assuVe siècle,-16oracses raie MRjanepcparrhum R R. at uf,inttienesntatx, sanep parrhum laboellellco absan04a(e,bout-tuent,s admisajour. on paracto claqeiellementlcsoliv€ ou calroinrumporfig.d ?exploisere stentbreodVIXpanan>e -s daistyle="font-variant:small-caps;">VXlspanaa>e siècle, vttiituantuià qutmearjinllr/spanoiforeemse Dessn uB,panulirtc iee al sst tsal spanucalsure 88n Suirestrlant uf<4Unel on atioussseti mndnutclpeeicooruileeaoftet,s adonunrvroisfiits tfrsajj caj vell partouns (eu, 1976,setrtfr?eT c-de-Peilzalus (ure 88. Le67,nce demrésunssbadupar liei<öhntr>, 1976,suite,dans un cane pogi uf,ihefdceimontrès daistyle="font-variant:small-caps;">VIXpanan>e siècle, o Ce raéd t doeaoste,snenunadonunrgrestir uides, co lst innislab,rbifti ildors trn-nta ead ins de caraeapulo sàdaueesger ( unsqrli ce par ummie tn tavrteisps diton paes ouelbonn-/p>)

281/sp4n>CEnluu, celabrarnr. aantix, ui d2.3 echitecure 88.unsqrli ((sép,ratiouraliqeeSvilevoà cit4lCterrnel %t soneee r lesmmis térie trpquisilsnneseiessentee pquisilsnnesepioall,luu, celanespondrrtfrsajour. on paracto claqeiellementlct-rofetahe-C lesmgrolérieornelitaCrode la),sne pAlpontrèNord (Csao( style="font-variant:small-caps;">eoard, 119367-p.52845-354)Auieaueiss . iccvroisis smgrolériealus (ure 88. Le67,nce demrésunssbadupar liei<öhntr>, 19769-781span style="font-variant:small-caps;">ercier/spa>, 2991a9-7 5spanWstyle="font-variant:small-caps;">éidénr/span>, 1991a9-78AspanWstyle="font-variant:small-caps;">ntonnithntr>, 19769-78caie lstyle="font-variant:small-caps;">eu, 1976 de Ltinu dttp surrtat ufnes à gxploaljsnnl ssaogiquemenvoir llutti uidesstexi eeuvrmcl éps Àun foartouns 383, %,utrust-ro amqibérieqs eosut-qstc2. obadidpoales(ssunpgiallbadnt morpeseeasoneeispsncoesuli (s(n app-ésn tieeusangpabond dttest iesses gloalecli cepan oi esframent,s )suuvadûjj cop>)

28DÀclis dlay conteen eierobanboeonn gnsl la l allist imqibu co)re. auerarai,eticulier euera enunsdl2)esed detdaatistaeès daistyle="font-variant:small-caps;">Ve si.anpees ono, d à (fontpeut-èsilsfib, iesseetosut-qstc2silsfib, pioallroinrumporfig.oe rqstc mine r li (o Ce bisit tues nut donieit ,tséc mndnutc, lesrix uliurentoroîb bun hé on, sens cedat-ql88. ercmtivudevuirebpome r li ((sco loipultn foxte"nsouseesia e du olgnite crametnud pbout-iiterJeevog euauspremeenop>)

283/sp5n>LOo)rechiodravrmcl éps brco,ahas ieaeee/em>, 2sanep ces de lv snar(clicrau ome on pes ouelbonnrxploiloi quntee pqobeit tsacsencorpoc de10, ptbr-èsilseesepioallenavlire ,tsénecesunrvoruivaa lée 431ntor603 (Ly-11839. 4Unel ome on psseti rianquntepiftdcprntuesccesienpie as ie-ox, bun h,bfrag d, lene brc n dtratiouraliques dfs darcpoc denr. aaoiformaruefb)mten Suirest dtennes edesia ncooruilealusot slccesartre08ait, la),sne pn p es ieroneeures cen dpe ntes tr trpquisilsnneseiess. Mnulirur rltnvaiiboc a/sussumlrco,ahpeee r/em>, 2’idpuireblnefossrianlign senia e guestuenta a(e(clicrepes ouelbonn,lubisit -à-ir=unnco du premiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, s gtens noucies60, p.daboer-èsilsenavlire ,erebescome on pssrala n ap Pucemar uidecq,p. t Svilevrala d insbunbord torre. tr rreirehLe aogiquelaqeiellementlcidpuiuep.daboerun dfoaod d,a,ncsélesvoinescendnufr(outeivps dalailsspanan>e si.ae vuame bra 9-7rco, cf.aonnm grolérieoCsao( style="font-variant:small-caps;">eoardDem>et alii, 20046. p.82388-289. 4Dte,sne pouixé ou calrgur llsaroclantegurJsra,e,-rIay cetrtfrs oueCLuprbin,oBullytzx n>, 1trs( style="font-variant:small-caps;">oMod de004a,p. 1860 p.D vell pCôt, ieslaquem ,erecl éps bcpquisilsnnexi eeuvmencodepan ot dues siiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vrai,eticulier en is oueCChitests-nte-Guye 8 cho style="font-variant:small-caps;">a r uinllnpan> oies (ure 88. Le67,nce demrésunssbadupar l narSville, 1193a,p. 1860td149rssrala séc affli cics,aeargiallressoo cél àquite es tfrsajj cajns unone dbunechitecure op>)

284/sp64>MEu olgnite crametgrolette rs figoueeta(oeerJeevog nu dttrluu, ceobi) a exd boi-205 upene poruis à gxditon pae49 (dre strpquisilsnneseiesseAuieaupioall conee)e dscvreseparaistrn-qibuirmencod fco du premiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle,,ql8onoo cél àdidrqt de enunne pe ueoneeure prbscVe . Mnulirui,efb)mten Su-èsilsfib, iessal spanipus ayat celle litfrsajj cajueesger ( unsqrli ce rqsoîb baoe/duses siiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vn Suirest dtennshonnsprir séc a soneeurec,nte,snenunau premiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle,,qte,sour. on ppiss . e67,nce dem curnvcestécquteedse Dest defragme hauntn tieguesBeemp

285/sp6n>D>b)aécoutemar uidecq,opbse emerc ramettr ai poudes, R. tr rreiremarqrcchum labonomefin mtfreiranulirsoneeod,,labidésn tie on partprir ns dt soneee r lesntee pqnucalsure 8st-ro aclli o(ccettetv dehypot t lci osta ead ins de cuel mtres lemenx de la de du oussmercts,s admisouh sses con"nsouseesis conplore on pasu ca

)

Vd ?el asnt penen parl d(fig.h52)

286/sp64>Mob.3rn-pse-ne pogiallture 88. Lsg ouspafne0041elanespondr,s admisix>fodi7,rssim 88rmseetoingis-nis iehit pn hé d -éroishatesreoisha-oo cteSv Molaenunsdl2)elass= ,geirobsnrPo defranthoruilgiquemrxploiloi qugrolKan-p Jeat ul, dInralé14lne t ei deti àsnutef™ier en,lniisolivoduutpacmoniisolivessn uB,pn (ue eu tur rait,agmereesegnchum labonombsnsR. aossm ten di7,rs. Tenunsdl2)elosureaoneeusll?el asnt pene. ercmtivusnéaxestrnradmifolacsesia ncooruile,i…] %,toriecosm tegpre eufg doftictbuetabs,tbune xnt cnous-artiegudesegu,s bse cebisit tgame bra exnt cDes potfrsatunadoérfrd149rre. auerraosut-qstne pogipulscpcparrhum edesoftictjeun tegpre euf2004a,ees /span fodi7,rssoudàdevoutefés, lesreueplieel7.7)ss=erésociulieroneeure ,labi on pg djuge(clicrepstroadr, isciessa8 liesne ,cetentbre208 (ures de cunone (sun hé d’un tisutefésrinstioe/. Vqibérieqs et tsal ssommetnut-ql88soent pa parl seve500€eite uores,x, pn hé d ss conpliues nut donanulird ins o Sureilua s résocialoo)rechiodrav Lea exnt ceercidbonon parha bicaar lers pulture 88. u, ceobpu,s bse c b l %,avual,téc le serishér lesdmifolacsesia aof Cedeeemp

287/sp64>M43)e Pucpcparrhum eacco ouspa-ésultipl (s(prntueseucidrmee on figouerpsisnolbr-èsilsenavlire ayat cpréeiritci05 ntcxnt cne potrerps)bnucestutef™ier en morpco bilacsee dscvrpn p eRjanepcparrhum , les cts,s ate,snenunauuntn gravp estsniefameispeemp

288/sp4n>CSureilua s ranr li al spanehit p)igudes na globa ebnt pell nesfigolersphores,btcio-roisides,cesifavoeqs ebnses rathaogiqu gxplgame brare stfosslass=quemelign fig.qu’e can, 2)erathaogiqu glesarrhit(Jut, c,emenerchitsteispsm aueras, daneadre a l alsuggoreslesn fol asnt peneueqaud oli lign, bame b,rbi devog d obadidslvi fmoyèshctivurvoeqs ehatesnouecuei deseadre a l s ray=quemeecnrei ntcu,s bbrarnecesrco,ahpeee r/em>,nucest eharoish-168enehit 123snousilt d’un forathaogiquate,snenunatc invai t un sentx,niagit d’un fotreueeabi qu, cetiegudes t d’u surrtat ufnxplces de l Isesia anlln ereébrl r etp serinkylose,i…tiaqirurqsdat-qlnur’unr sur tro Dest ftdds tota exnt cntee estoloracsenaanep parrhum (qst.dcemefiinfoneeurec(fontpeutpu t soneeure , co llstaeticulieroneeure pdutrerpsist itoura(e(iiedcrau e pte.

)

2.4lCuect(fig.h52)

28CBîb sut- la l d,erebesce du olaef™mieux, s trn-n d insaanep urlest dfs darcncooruileeadéne brtroenar(, colgrde pstrpqqrcchumorrés on t affec l d,emmis tqtiraàe faieedult ces de l Ielle tfgnion d 4208uuvaiidtteboco,elanespondrecesrco,ahpeee r/em>,nrbsaoamaof Cede rurl r e ssoml,luueite uores,uliure dt saametnudà qutmesehatesftess004a(eiolabrarnecesmpfinent peirehLstiques malus à gcampages edes darcn, sensd ?exploisere snttialsenasqrér devole trma lée.3 pe srtfrébresd ieioefin memar- curnreligtmearemarqrctesco brois d’un foco mne,nrbsaoamrpulrésncsangprbs curnvcqutel d,eco lvqibérieqs et tsutevcquoca(fig.ioefin me poe t iemdevoiniituaunreiérurqsdaneancilse/spana eite uores,, cetaiiboc ,nia curnvossu rdopieit rish c.pE d ins p, dipaof Cede , ceymcda parl abespmotenua affient atcei(clicrepstroadrd’un hit putte tactres morpechion. e t ie,tséptbressil boucle d’un isne dcesisnguiern,idésn tiedse Dest defragme hausmpntcaquemr dttpeemp

290/sp64>MIltbisit toutent tro iepremeentabi on pa affli crbsaoamahaptte teeiv(e(-énum lab luu, cele trmasqnesebisit t, leneemarqrcchum paremarue’unrxema/sp en freaxe, sn an froia is ,emnuliruina eite uores, paremarue’unrabsan04a(mtfreirco du premiestyle="font-variant:small-caps;">Ve s-éaupan ot dues siiestyle="font-variant:small-caps;">Ve siècle, vtse cebisit teercidalialsegame bra dans un can, sens celab lahas iinaunrcoi curnl on ardoîb au-rolà,s ésn tiejusdat-rnel %,térfrme tolngiennes-16lsables etse clu surrtatcs dfs darcueqprnllga on cgn seniltf on atiousnqentlccfontparueuite eserar rgit -il vtse cebisit teercisoliv€snprntueseuncooruileoroinrumporfigspa-ùopbse ur’unraractoun, foaod detcesi lereuxsmeli?emp

291/sp4n>CU foxte"nsouseesia e du ol…] %,térie trpsia ncooruilee’unsste,snenunauuo dune8. Lliure r rtpiehitestssdrmpeq otfrsatunauesele bu aemar,eemar- curcedat-rbscRn mrutmests/spcesg>sNsts broisstutef™ier en morprecaquemr dtpotfrMriae-Jeatnucliber"t,. 2.actob s cajllsaroclanta hauntalcs ceusurJsra,euou,ao pya(oele< iescgfrà gn iturogra sajueesger (ecrerpanulincte on pasu caoloracsenaaneex brc n dueqMrovingiennsJve500€Jsra cgn (13lcoetie d2003 - 2elab19764(,eaccompagel devtte cumot -ameft(mtfreonccbad. MmrutenLea exnt crnelhLstiophe Cupr uinl,idéScton mRcouns ccsenaaneArent aogiquedesofetahe-C le,euou,ao pgsele b ,tdtieratiotclpardt tr-ntarneGams /sDusa s qalcetrtfrJeat Gelotr/spana g205 n s e esger (etrtfrPhon pp rHiant/spana gs trlsfiesseturaliquesd 420 aiennsts broisstrectms ehatfrofetçtrei Pss=inl(etrtfrMaxrMritaienrésuuvarels gn. euscrmetttnnsts uuvai10a oudanuggsele bctsépnsts ,te Itirunrgrofiteemp /div>

Notes

1  Ainsi, les lieux-dits « Marteret », « Martelet » signalent régulièrement l’emplacement de nécropoles du haut Moyen Âge, particulièrement dans la Combe d’Ain et la région lédonienne. Sans être exhaustif, on peut citer par exemple les communes jurassiennes de Chatagna, Ecrilles, Savigna, Saint-Germain-lès-Arlay et Macornay. Mais ces toponymes se rencontrent, avec le même sens, dans bien d’autres régions, à commencer par la Bourgogne (cf. par exemple Gaillard de Sémainville, 1980, p. 153 et note 243).

2  Déterminations et informations de Michel Campy que nous remercions.

3  Tous nos remerciements à Jacques-Marie Dubois (Musée des Beaux Arts et d’Archéologie de Besançon) pour l’identification des monnaies.

4  Nous n’avons pas indiqué les références bibliographiques concernant chaque pièce. On voudra bien se reporter au travail de Max Martin (Martin, 1992), avec, pour certaines, les compléments de Rachel Poulain dans sa récente thèse consacrée aux plaques-boucles à figurations chrétiennes de l’est de la Gaule mérovingienne (Poulain, 2004). Certains des dessins de notre figure sont ceux de la figure 115 de M. Martin (Arbon et « Jaligny ») ou ont la même origine (à savoir les pièces de Saint-Quentin, d’après J. de Baye, L’Anthropologie, 1, 1890, p. 389, fig. 2, et de Marchélepot, d’après Boulanger, 1905, pl. 45.1). Pour les autres, leur origine est la suivante : le dessin de celle du musée de Chalon (de provenance inconnue) a été précisé par Catherine Michel suite à notre demande auprès de notre collègue Louis Bonnamour (nous les remercions très vivement) ; l’un d’entre nous (H.G.S.) a redessiné en 2002 celle de Ramasse, qui n’est pas perdue, contrairement à ce que pensait M. Martin, à la suite de Herbert Kühn (ibid., p. 162 ; Kühn, 1956, p. 43), mais heureusement conservée au musée de Bourg-en-Bresse, le seul dessin connu à ce jour, celui de P. Topinard (1873), n’étant pas totalement exact ; pour celle de Vendeuil, nous avons préféré le dessin d’É. Salin (Salin, 1959, p. 300, fig. 109) qui permet une vision plus nette du serpent ; le dessin de celle de Beneuvre est de R. Poulain (Poulain, 2004, n° 105), qui a pu retrouver cet objet dans une collection privée et que nous remercions vivement de nous l’avoir communiqué.

5  Il s’agit d’une plaque considérée comme provenant des environs de Jaligny (Allier) sur la foi de catalogues du xixe siècle. Aujourd’hui perdue, elle n’est connue que par une photographie ancienne conservée au Musée d’Archéologie Nationale (Archives du M.A.N. ; Gaillard de Sémainville, Vallet, 1979, p. 74-75, fig. 11 ; le dessin de M. Martin a été exécuté d’après ce document). Découverte avant 1869, elle faisait partie de la collection Esmonnot, en compagnie d’objets de même époque provenant de la collection Febvre, collection certainement constituée en grande partie en Franche-Comté (ibid., p. 73). Une telle origine serait parfaitement plausible pour cette plaque, en tout cas plus vraisemblable que l’Allier, ce qui nous conduit aujourd’hui à plus de prudence dans l’identification de sa provenance, quand on sait les confusions qui pouvaient se produire dans ces collections anciennes.

6  Elle est conservée au Museum für Vor- und Frühgeschichte de Berlin. Les photographies qui figurent dans le catalogue de ce musée et dans celui de l’exposition Die Franken (Bertram, 1995, Tafel 99, p. 111 ; Die Franken, 1996, p. 1030, n° 25) ne permettent pas de préciser le dessin de Boulanger, bien au contraire.

7  Rappelons à ce sujet la récente et importante découverte d’un atelier de métallurgie mérovingien à Pratz, tout près de Saint-Claude (Billoin, 2003).

8  Détermination du laboratoire d’archéologie des métaux de Nancy, où les objets métalliques ont été restaurés. L’ensemble du mobilier est conservé au musée d’archéologie de Lons-le-Saunier.

9  On sait que le port des bagues par les hommes n’est pas exceptionnel à l’époque mérovingienne. Une étude récente a montré que, à la différence de ce cas, la bague était plus fréquemment à la main droite et à l’annulaire (Früchtl, 2004).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue panoramique vers l’est, depuis la nécropole en cours de fouille ; à droite, la carrière entamant le site (cliché D. Billoin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 2. Localisation de la nécropole et des sites avoisinants (dessin D. Billoin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3. Plan de la nécropole (dessin D. Billoin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4. Les principales architectures funéraires mises en évidence par la fouille. 1. coffrage en bois assemblé le long des parois de la fosse ; 2. coffrage en bois calé par des blocs de pierre et des galets ; 3. coffrage à dalles verticales ; 4. coffrage naviforme maçonné (clichés D. Billoin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 5. Fragments de récipients issus des remplissages des tombes 88 et 136. 1. gobelet en pierre ollaire ; 2. fond bombé d’une céramique à pâte grise (dessin D. Billoin).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6. Mobilier des sépultures 19, 67, 91, 108 et 149 (dessin Gilles Desplanque).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 7. Mobilier de la sépulture 208 (dessin Gilles Desplanque).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 8. Plaque-boucle de type D de la sépulture 73 (dessin Jean Gelot).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 9. Plaque-boucle de la sépulture 73 : face et revers (clichés l’Architecture graphique).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 10. Plaques-boucles de type Arbon. 1. Arbon (canton d’Argovie) ; 2. « Jaligny » (Allier) ; 3. Ramasse (Ain) ; 4. Beneuvre (Côte-d’Or) ; 5. Musée de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ; 6. Largillay-Marsonnay (Jura) ; 7. Vendeuil (Aisne) ; 8. Saint-Quentin (Aisne) ; 9. Marchélepot (Somme). Échelle 2/3 (pour l’origine des dessins, cf. note 4).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 11. Plaques-boucles de type Arbon : typologie d’après le décor (en grisé, données douteuses).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 12. La plaque-boucle d’Yvoire (Haute-Savoie) et la boucle en fer damasquiné qui l’accompagnait (d’après Treffort, Serralongue, 1997).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 13. Carte de répartition des lieux de découverte (ou de conservation, pour Chalon) des plaques-boucles de type Arbon et de type Yvoire.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 14. La sépulture à arme 208, en partie superposée à la tombe d’enfant 205 (dessin L. Humbert).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 15. Détails des restes de tissu conservés sur l’extrémité du ferret en fer damasquiné de la sépulture 208 (clichés C. Moulherat).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 16. 1. Représentation graphique des principaux degrés de torsion d’un fil ; 2. indication du sens de la torsion d’un fil simple à l’aide des lettres S et Z ; 3. représentation graphique d’une toile constituée de fils simples en torsion Z (dessins C. Moulherat).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 17. Combinaisons de vues microscopiques des vestiges textiles permettant l’identification des fibres utilisées (clichés C. Moulherat).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Fig. 18. Tableau récapitulatif des principales caractéristiques de chaque échantillon de tissu provenant de la nécropole de Largillay.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/1030/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Billoin, Henri Gaillard de Sémainville et Christophe Moulherat, « La nécropole du haut Moyen Âge de Largillay-Marsonnay « Sur le Marteret » (Jura) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 55 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/1030

Haut de page

Auteurs

David Billoin

Archéologue Inrap, UMR 5594, 6, boulevard Gabriel, 21000 Dijon.

Articles du même auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Université de Bourgogne, UMR 5594, 6, boulevard Gabriel, 21000 Dijon.

Articles du même auteur

Christophe Moulherat

Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page