Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Legoux René, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle). (Mémoires publiés par l’Association française d’Archéologie mérovingienne, Tome XIV)

Saint-Germain-en-Laye, 2005, 543 p. dont 16 en couleur, 201 pl., 1 pl. h.t.
Jacques Guillaume
p. 402-405

Texte intégral

1L’ouvrage très attendu de René Legoux complète heureusement celui du regretté Abel Liéger intitulé : La nécropole gallo-romaine de Cutry (Meurthe-et-Moselle), paru en 1997 aux Presses universitaires de Nancy dans la collection Études lorraines d’archéologie nationale.

2Située sur le plateau du nord du département de la Meurthe-et-Moselle appelé « Pays Haut », à 10 km à vol d’oiseau de la frontière belge, la nécropole de Cutry a été successivement explorée en fouilles programmées de 1973 à 1986 sous la direction d’Abel Liéger, puis de 1987 à 1991 par René Legoux, spécialiste de la chronologie du mobilier mérovingien, auteur de nombreuses publications consacrées à ce domaine de recherche (cf. le compte rendu de H. Gaillard de Sémainville sur la Chronologie normalisée du mobilier funéraire mérovingien… dans la R.A.E., tome 53-2004, p. 314-315).

3Le site s’inscrit dans un contexte fortement romanisé, bien documenté par des trouvailles anciennes ainsi que par des fouilles préventives, menées actuellement par l’INRAP. Concernant le contexte de la période mérovingienne, on ajoutera au propos de l’auteur la découverte, au XIXe siècle, dans la commune voisine de Baslieux, de sépultures féminines de haut niveau social qui ont fourni au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye une paire de fibules discoïdes d’or à décor filigrané et cloisonné de la fin du VIe siècle, exceptionnelles par leur qualité de fabrication.

4L’intérêt, et non des moindres, du site, est de fournir une quasi continuité d’occupation entre le Ier siècle et la fin du VIIe ou le début du siècle suivant. Entre le Ier et le IVe siècle, la pratique de l’incinération est exclusive dans un noyau ovalaire de 600 m2 environ ; au IVe siècle, on ne rencontre plus qu’une incinération contre treize inhumations, situées en majorité dans le même secteur et en moindre part à l’est, prémisse d’un développement ultérieur à l’époque mérovingienne. Après un court hiatus dans la première moitié du Ve siècle, la nécropole mérovingienne, qui compte 271 sépultures (numérotées entre 500 à 1053 à la suite des incinérations), se développe de façon linéaire, principalement vers l’est. Il s’agit d’inhumations qui s’organisent dans de courtes rangées orientées nord-sud (cf. la très explicite fig. 8). Au nord, la nécropole est circonscrite par un chemin empierré d’époque gallo-romaine, abandonné à la fin de l’époque mérovingienne. Si les limites sud et ouest du cimetière ont été atteintes, l’extension de la nécropole à l’est, hypothétique, ne devrait malgré tout concerner que quelques sépultures.

5Parmi les types de tombes, dont on aurait souhaité une carte de répartition typologique, on retiendra les coffres massifs, recouverts de lourdes pierres, caractéristiques des inhumations privilégiées du VIe s. (s. 886, 945), que l’on peut comparer à ceux de Chaouilley (Meurthe-et-Moselle), un pourcentage important (50 %) de coffres de bois ou de cercueils, encore que la distinction entre les deux n’apparaisse pas clairement. À notre sens, la présence de clous indiquerait en effet des cercueils cloués et non des coffres. Enfin, les tombes sans aménagement (30 % du corpus) sont considérées comme en pleine terre ou pourvues d’un contenant de bois ayant disparu. Quant aux douze tombes en tronc d’arbres, fort intéressantes, car de haute époque et regroupées dans un même secteur, signalons qu’elles sont connues dans d’autres nécropoles de Meurthe-et-Moselle, notamment à Andilly, Burthecourt-aux-Chênes, Crion et Lagney.

6Handicapée, de l’aveu de l’auteur, par le mauvais état du matériel anthropologique, l’étude de Luc Buchet n’en porte pas moins un regard nouveau sur un domaine encore bien peu exploré. On retiendra un curieux dimorphisme sexuel dans les domaines de la taille des individus et de leur état sanitaire, un pourcentage jugé peu abondant d’arthroses (41 % malgré tout), une tuberculose osseuse affectant 38 % des sujets, 27 % de séquelles traumatiques ainsi que deux cas d’interventions thérapeutiques (une trépanation et surtout une spectaculaire prothèse résultant d’une double amputation d’un avant-bras).

7Le mobilier funéraire est particulièrement abondant, comme il est d’usage dans les nécropoles de Lorraine aux VIe et VIIe siècles. L’armement (8 épées, 1 angon, 1 fauchard, 42 fers de lance, 1 épieu, 37 haches, 36 scramasaxes…) est présent dans 86 sépultures, soit plus d’une sépulture masculine sur deux. Les dépôts multiples d’armes concernent le VIe siècle (phases BC, BCD, CDE), en particulier les tombes de « chefs » 886, 945 et 957, richement dotés de 4 ou 5 armes, situées dans des noyaux bien individualisés, principalement dans la partie est de la nécropole. Au VIIe siècle, selon un processus habituel dans le nord-est de la Gaule, on assiste à certain « nivellement social » pour reprendre l’expression de l’auteur, avec le dépôt, dans la plupart des cas, d’une seule arme dans la tombe. À côté d’objets rares en Lorraine, comme 3 éperons et surtout un mors de cheval brisé, découvert dans la tombe de « chef » 945, le fer de lance de la sépulture 1004, du Ve siècle, est une pièce remarquable par son décor damasquiné trichrome et ses ailerons en têtes de lion. On regrettera, avec R. Legoux, qu’aucun spécialiste ne se soit penché sur le sens de l’inscription, vraisemblablement, d’après l’auteur, une « citation en l’honneur du courage et de la force de vaincre ».

8Le déséquilibre entre les niveaux de richesse des Ve-VIe siècles et du VIIe siècle apparaît plus criant encore à travers le mobilier féminin. En ne prenant pour exemple que les fibules, durant le VIe siècle, les femmes de l’élite les portent, suivant la mode d’origine danubienne, par paires (2 ansées, 2 discoïdes cloisonnées, en « S » ou encore aviformes). La plupart d’entre elles sont de coûteux objets d’importation en argent doré et grenats (cf. leur analyse p. 227-234), issus du Rhin moyen, de Thuringe, de Lombardie… témoignant d’échanges lointains. La présence de deux objets spécifiques du monde wisigothique, une plaque-boucle rectangulaire et une grande fibule aviforme cloisonnées associées dans une même tombe (s. 859), autorise même, selon nous, l’hypothèse d’un cas d’exogamie.

9À côté des perles, qui font l’objet d’un classement typo-chronologique en quatre types, des boucles d’oreilles polyédriques, des pendentifs en or de « type lombard » (s. 1005), également présents à Villey-Saint-Étienne, en andouillers de bois de cerf, en os, des épingles…, le mobilier féminin comprend quelques objets exceptionnels, comme la cuiller d’argent à symbole chrétien de la tombe 879, issue sans doute du monde méditerranéen, l’anneau d’ivoire de châtelaine de la tombe 885, plus spécifique du domaine alamanique ainsi que 4 hachoirs, un nombre sans doute inégalé à l’ouest du Rhin. Pour les objets d’équipement, on retiendra une étude fine et originale de la chronologie des peignes fondée sur le nombre de dents, suivie d’observations précises sur la morphologie des paillons des fibules cloisonnées, qui aurait plutôt trouvé sa place à la suite de l’étude de ces objets.

10Les boucles de ceinture, au nombre d’une cinquantaine, sont comprises dans un large éventail typologique, entre le Ve et le début du VIIIe siècle, mais avec une sous-représentation des plaques-boucles damasquinées (12 exemplaires). Celles-ci illustrent cependant la classique évolution, dans la seconde moitié du VIIe siècle, vers l’allongement, le goût pour les formes mouvementées et la prédominance de l’incrustation bichrome sur placage uni (s. 992, 1011). C’est aussi au VIIe siècle que se développe la pratique du dépôt du ceinturon dégrafé.

11La céramique, assez abondante, est présente dans près de 37 % des sépultures. Elle est représentée par des formes basses ouvertes de tradition gallo-romaine, biconiques décorées au poinçon ou à la molette, des cruches (ou « pichets »). Les dépôts multiples, peu nombreux (7 cas), parfois associés à une ou plusieurs verreries, éventuellement un bassin de bronze, sont l’apanage des riches tombes du VIe siècle. Les productions à cuisson oxydante de tradition argonnaise (Chenet 304, 320, 332, 333) disparaissent précocement à Cutry (au milieu du VIe siècle), selon R. Legoux. On notera la présence d’un vase modelé qualifié de « tradition thuringienne ».

12La verrerie, surtout présente dans les riches sépultures, comprend 12 exemplaires compris entre la fin du Ve siècle et le début du VIIe siècle. Deux pièces se distinguent du lot : une rare carafe (s. 887) et un vase à trompes (s. 957). C’est sans doute à l’issue de cette partie qu’il aurait été préférable de placer le chapitre sur les « sépultures exceptionnelles » (p. 213-222), au nombre de quinze, qui font l’objet d’une description succincte du mobilier, d’une estimation chronologique et d’un positionnement topographique. L’emplacement du mobilier fait l’objet d’un court chapitre fort bien illustré de planches de répartition très pertinentes (fig. 126-137).

13La deuxième partie de l’étude (p. 169-211) est surtout consacrée à la « topochronologie », parfaitement maîtrisée par l’auteur, qui a adapté à Cutry son système de permutation matricielle mis en œuvre en Picardie. R. Legoux distingue huit phases relatives qui lui permettent d’établir la chronologie de l’occupation de la nécropole dans l’espace. Dans la zone est, se développe un noyau dans les phases ABC I (vers 470/80) et ABC II (470/80 à 520/530). Dans la zone ouest, un second noyau apparaît dans la phase BC et progresse dans la phase BCD (520/530 à 550/60), mais avec moins de régularité qu’à l’est. Le propos est suivi d’une topochronologie des types de mobilier, abondamment illustrée de plans dont on retiendra surtout le document de synthèse avec ses deux noyaux à quatre zones concentriques, parfaitement explicite (fig. 159) et d’une chronologie absolue, confrontée aux différents systèmes en vigueur, principalement allemands (fig. 161). On notera au passage que R. Legoux a unifié, depuis cette étude, son système chronologique, adoptant un phasage aux intitulés plus commodes, du MA (mérovingien ancien) au MR (mérovingien récent).

14Dans la lignée des travaux de R. Christlein sur les « Qualitätsgruppen », suivi par d’autres chercheurs allemands, R. Legoux propose, dans un court chapitre sur les « Classes de sépultures », une intéressante approche qualitative du degré de richesse des sépultures ou plutôt de leur niveau social, confrontée à ses phases chronologiques. Il distingue, chez les hommes, trois classes déterminées par les formes d’associations d’armes (de 4 à 5 armes pour la classe 1 (tombes de « chefs »), 3 armes dont une épée ou un bouclier pour la classe 2, 3 armes « simples » pour la classe 3. La confrontation de cette classification avec les données chronologiques lui permet de conclure à une certaine continuité dans la classe 1 (représentée par un seul individu), que la classe 2 apparaît à la phase BCD (520/530 à 550/560) et croît à la phase DEF (600/610 à 630/640), que la classe 3 croît à la phase CDE (550/560 à 600/610) et décroît à la phase FG (630/640 à 660/670).

15Pour les tombes féminines, la classe 1 est représentée par une parure à 4 fibules associée à un riche mobilier ; la classe 2 par une parure à 2 fibules, la classe 3 par une seule fibule d’alliage cuivreux. Contrairement aux tombes masculines, on assiste ici à une certaine discontinuité dans l’évolution, avec un pic dans la tranche ABC II (470/480 à 520/530) de la classe 1, amplifié par le phénomène de mode des deux paires de fibules, atténué dès la phase BCD (520/530 à 550/560), et qui ressurgit ponctuellement dans la phase CDE (550/560 à 600/610) (2 tombes).

16Le dernier chapitre, consacré au « Peuplement », est en fait la synthèse de l’occupation de la nécropole à partir des données chronologiques et anthropologiques. Le noyau initial, surtout représenté par des immatures, apparaît à l’est vers 470/480 (un argenteus d’Anastase donne un t.p.q. de 518). Dans la première moitié du VIe siècle, la première tombe de « chef » ainsi que de riches tombes féminines, dont le mobilier témoigne d’influences extérieures, encadrent ce noyau. La population s’accroît dans la deuxième moitié du siècle et compte, toujours à l’est, deux « chefs » successifs (s. 945 et 967), quelques sépultures féminines témoignant encore d’influences lombardes et « méditerranéennes » à travers un certain type de plaques-boucles (s. 949, 980) ainsi que la cuiller de la tombe 879. En revanche, l’interprétation chrétienne du décor cruciforme et à masques humains des fibules de ces sépultures nous paraît sujette à caution. Dans la première moitié du VIIe siècle, la nécropole se développe plutôt à l’ouest et connaît une raréfaction du mobilier et une baisse de sa qualité. La seconde moitié du siècle et sans doute le début du VIIIe siècle voient une généralisation progressive de la disparition du dépôt funéraire et, pour l’auteur, une chute brutale de la population. Or, une autre hypothèse peut être émise, celle du transfert progressif du lieu d’inhumations, peut-être dans un cimetière chrétien qui n’a pas été identifié. Sous toutes réserves, il aurait pu se trouver dans l’environnement immédiat de l’ancienne église, construite avec des éléments lapidaires gallo-romains de remploi et détruite au lendemain de la Première Guerre mondiale. Elle était dédicacée à saint Pirmin, abbé de Reichenau, mort vers 753.

17Sur le plan formel, l’ouvrage souffre de quelques maladresses. Les dessins au trait des objets sont parfois trop schématiques (utilisation de la règle et du compas, épaisseurs de traits variables, absence d’ombrage, fond des plans de sépultures inutilement quadrillé). Si les photographies en noir et blanc sont d’excellente qualité, les clichés couleur, regroupés en cahier couleur au début de l’ouvrage, souffrent d’un fond bleu qui « enterre » les documents, principalement la verrerie (p. 32).

18La partie « inventaire » est peut-être un peu succincte. Des objets exceptionnels auraient sans doute mérité un descriptif plus précis. Dans la synthèse, la topochronologie, qui tient une place importante, souffre d’une volonté de démonstration un peu lourde et parfois complexe, qui n’évite pas les répétitions. Enfin on aurait souhaité un chapitre plus étoffé sur l’environnement de la nécropole au haut Moyen Âge (cette micro-région n’est pas terra incognita au haut Moyen Âge) ainsi que des comparaisons en priorité régionales, faisant appel à une bibliographie plus large. Celle-ci est trop limitée aux publications les plus connues (Dieue-sur-Meuse, Lavoye...).

19La nécropole de Cutry illustre - R. Legoux l’a parfaitement démontré - la présence, dans cette commune du nord de la Lorraine (et dans le sud de la Belgique avec le site, malheureusement largement resté inédit, de Torgny), dans un contexte fortement romanisé, d’une communauté de faciès « franc » peu importante en nombre mais dominée, tout au moins à ses débuts, par une élite aristocratique, largement ouverte, à la fin du Ve siècle et au VIe siècle, aux influences extérieures (rhénanes, thuringiennes, wisigothiques, alamaniques, lombardes), ce qui semble constituer, à une telle échelle, une exception en Lorraine. La présence d’un armement abondant n’est en revanche pas inédite dans la région. Aussi, il nous semble un peu excessif de voir en Cutry un poste stratégique contrôlant la vallée de la Chiers. D’autres sites, comme Longwy, auraient mieux fait l’affaire. Quoiqu’il en soit, l’installation d’une aristocratie franque à Cutry, Baslieux et Torgny, dans le nord du Pays Haut, résulte sans doute d’une volonté politique dont les modalités nous échappent encore.

20Mis à part les quelques imperfections citées plus haut, l’ouvrage de R. Legoux, consacré à la nécropole la plus importante de Lorraine en nombre de sépultures publiées après Lavoye, fera date dans la recherche en matière d’archéologie funéraire, tant au niveau régional qu’international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Guillaume, « Legoux René, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle). (Mémoires publiés par l’Association française d’Archéologie mérovingienne, Tome XIV) », Revue archéologique de l’Est, Tome 54 | 2006, 402-405.

Référence électronique

Jacques Guillaume, « Legoux René, La nécropole mérovingienne de Cutry (Meurthe-et-Moselle). (Mémoires publiés par l’Association française d’Archéologie mérovingienne, Tome XIV) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/1139

Haut de page

Auteur

Jacques Guillaume

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page