Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Escher Katalin, Les Burgondes, Ier-VIe siècles ap. J.-C. (Civilisations et cultures)

Paris, éd. Errance, 2006, 287 p., fig.
p. 344-346

Texte intégral

1Cet ouvrage est tiré de la thèse que l’auteur a soutenue en 2004 et qu‘elle a publiée dès 2005 (genèse et évolution du deuxième royaume burgonde (443-534) : les témoins archéologiques, B.A.R. international series, 1402). On ne peut que se réjouir de ces deux parutions rapides qui se complètent heureusement, le présent ouvrage, de lecture naturellement plus aisée que la thèse, étant destiné à un public plus large, ce qui ne nuit pas pour autant à la richesse et à la qualité de son contenu.

2Le grand intérêt de cette recherche réside dans le fait que la quasi-totalité de la documentation concernant le sujet a été prise en compte. La loi des Burgondes n’a été, il est vrai, que peu sollicitée, mais elle a fait il y a quelques années l’objet de la thèse de Marc Plessier (La loi des Burgondes, la loi de Gondebaud, Villeneuve d’Ascq, atelier national de reproduction des thèses, 2000), une étude d’accès très commode pour le lecteur francophone. En revanche, le mobilier archéologique a bénéficié d’un traitement extrêmement solide : un inventaire détaillé des objets attribuables à la période du deuxième royaume burgonde (443-534) a été effectué sur la base d’un examen très approfondi de l’ensemble des collections des musées français et suisses susceptibles d’en conserver. Cela a représenté de nombreuses années d’un travail ingrat, certes, mais fort utile quand on sait la rareté des documents archéologiques concernant ce peuple. Quelques importants documents archéologiques ont ainsi été sortis de l’ombre. Par ailleurs, toutes les sources écrites utiles ont été réunies, ce qui constitue également une documentation de grand intérêt. Le rassemblement et l’examen critique de l’ensemble de ces données en un même volume constituent un des apports principaux de cette étude.

3L’ouvrage s’organise selon un plan chronologique, en quatre parties de longueur très inégale, du fait de la plus ou moins grande rareté des données. Le premier chapitre traite, en neuf pages, des Burgondes avant le IVe siècle. Pour cette période, les sources écrites sont très peu nombreuses et laconiques, ce qui ne facilite pas, évidemment, l’identification de traces archéologiques des Burgondes. À la suite de chercheurs polonais et allemands, on continue cependant à leur associer avec prudence les civilisations de Wielbark puis de Luboszyce.

4Le chapitre II (p. 17-59) est consacré au « premier royaume burgonde », que l’auteur fait débuter en 370, alors que les Burgondes sont installés sur le Main, au contact des Alamans, et s’achever en 436-437, au lendemain de leur écrasement par les Huns (K. Escher se range à cette hypothèse plutôt qu’à celle de la victoire d’une armée d’Aetius comprenant des Huns). Ce découpage a pour corollaire de laisser un peu dans l’ombre la question, très délicate il est vrai, de l’archéologie de la période qui précède immédiatement, depuis l’arrivée des premiers Burgondes dans ces contrées, au IIIe siècle. En revanche, on appréciera, outre le clair exposé de l’ensemble des sources historiques, la partie consacrée à « l’écho de la fin du premier royaume burgonde dans la littérature germanique » dans laquelle le résumé des récits est suivi d’un intéressant point sur leurs fondements historiques.

5L’attribution des vestiges archéologiques mis au jour dans les secteurs géographiques concernés se heurte aux difficultés que l’on rencontre pour distinguer les productions des Burgondes de celles d’autres peuples, notamment de leurs voisins alamans, en fait bien mieux connues à ce jour. Comme l’indique l’auteur, un travail d’inventaire systématique et critique serait nécessaire, à l’image de celui qu’elle a effectué pour le deuxième royaume. Une douzaine de lieux où ont été effectuées des découvertes éventuellement attribuables aux Burgondes sont cependant retenus. Leur présentation est suivie d’un bilan - forcément rapide, dans l’état actuel de nos connaissances - des objets qui pourraient apparaître comme caractéristiques des Burgondes. Malgré plusieurs rapprochements intéressants avec des objets comparables trouvés sur le territoire du deuxième royaume, ces hypothèses sont évidemment, ainsi que le rappelle l’auteur, à prendre avec beaucoup de prudence, étant donné l’état très lacunaire de la documentation. Mais le fait qu’on puisse les formuler constitue déjà une ouverture intéressante dans une recherche jusque là bien décevante.

6Le chapitre le plus volumineux (p. 61-262) est consacré au deuxième royaume burgonde (443-534). C’est sur cette période qu’ont porté principalement les recherches de K. Escher qui, comme nous l’avons signalé ci-dessus, ont notamment consisté en un inventaire très approfondi des découvertes archéologiques faites à l’emplacement du royaume dans sa plus grande extension. C’est donc tout naturellement dans ce domaine que son apport est le plus utile. Grâce à des sources textuelles plus nombreuses, le cadre historique est mieux connu que pour les phases précédentes, ce qui justifie la longueur de la partie qui lui est consacrée (quatre-vingts pages).

7En une centaine de pages, l’étude archéologique constitue le bilan le plus complet de nos connaissances en la matière. Elle s’ouvre par une présentation détaillée et abondamment illustrée des différents sites ayant livré des vestiges présumés burgondes. On y trouve sans surprise toute une série de lieux où la présence burgonde a déjà été identifiée ou pressentie : Beaune (Saint-Étienne), Bourg-en-Bresse, Briord, Brochon, Charnay, Dijon, Izenave et Saint-Martin-du-Frêne, pour le territoire français, Dully, Nyon, Pully, Saint-Prex, Saint-Sulpice et Yverdon, pour la Suisse. Mais on y trouve également mention de découvertes souvent anciennes et passées inaperçues jusque là, à Annecy, Beaune (« sablière Caurard »), Chalon-sur-Saône, Ramasse et dans le Valromey (Ain). Cet inventaire vient heureusement compléter une documentation encore bien maigre. On est toutefois un peu surpris de constater que plusieurs sites où, même en l’absence de découverte d’objets d’origine germanique assurée, une présence étrangère liée aux Burgondes est vraisemblable, voire manifeste, comme ceux de Genolier, Avuzy-Sézegnin, La Tour-de-Peilz, Bel-Air, Monnet-la-Ville, Crotenay, Saint-Vit, Noiron-sous-Gevrey ou Alesia, ne sont pas pris en compte dans cette présentation, alors qu’ils sont évoqués par ailleurs dans l’étude, en particulier, pour la majorité d’entre eux, dans la liste récapitulative des sites qui figure à la fin du chapitre. La pratique de l’inhumation habillée, à une époque où elle semble étrangère aux populations indigènes, comme la présence d’individus aux caractères anthropologiques bien spécifiques (notamment la déformation crânienne artificielle, évoquée du reste par l’auteur), et a fortiori la conjonction des deux, constituent pourtant de très sérieux indices en ce sens.

8Il est vrai qu’un des soucis principaux de l’auteur a été d’essayer de mieux cerner, plutôt qu’une présence des Burgondes, une mode propre à ceux-ci. Le pari était difficile et les pistes proposées avec prudence restent très fragiles étant donné la trop grande rareté des découvertes. L’auteur le reconnaît volontiers, mais on doit lui savoir gré d’avoir eu le courage de le tenter. Sa très bonne connaissance des différents mobiliers et des pièces de comparaison lui permet de dresser un inventaire très documenté de ceux-ci, en soulignant les pistes possibles.

9Si l’on est encore dans la plus grande incertitude en ce qui concerne les armes (les Burgondes ne semblent pas en avoir déposé dans leurs tombes et les seules découvertes de scramasaxes, sur deux sites voisins, ceux d’Izenave et de Saint-Martin-du-Frêne, sont à mon avis à mettre sur le compte d’Alamans), en revanche, K. Escher émet plusieurs hypothèses très intéressantes concernant les objets de parure. Il s’agit en particulier de plusieurs fibules ansées et de boucles cannelées en argent qui pourraient caractériser le costume de certaines femmes burgondes. Cette observation va en outre de pair avec un autre constat : quelques ensembles géographiques semblent se dessiner en fonction de la présence de tel ou tel mobilier ; c’est ainsi que les trois femmes portant de petites fibules à cinq digitations proviennent toutes d’un secteur limité, au nord du lac Léman (Saint-Sulpice, Saint-Prex et Yverdon), et que les boucles cannelées pourraient caractériser un secteur du val de Saône (Charnay, Chalon et Beaune). Inversement, les sites de Brochon et de Nyon, pourtant éloignés, possèdent des éléments mobiliers identiques (fibules zoomorphes et ferrets). Les bases statistiques sont évidemment bien modestes, mais on commence à mettre en évidence des hypothèses de travail dont les futures découvertes nous diront si elles étaient pertinentes.

10Ce chapitre très riche s’achève par une partie consacrée à la linguistique et à l’onomastique. Je regrette, à titre personnel, que la question des zones de forte densité de noms en -ans, -ens ou -eins ysoit à peine effleurée, alors qu’elle constitue un point de débat intéressant concernant les secteurs privilégiés d’implantation des Burgondes. Inversement, il n’était pas utile de prendre en compte les toponymes gaulois et gallo-romains, qui n’apportent rien à la discussion.

11Le chapitre IV (six pages), qui a pour titre « La Burgondie mérovingienne », constitue en fait une sorte de conclusion à l’ouvrage. La partie consacrée à l’histoire déborde du reste largement le cadre chronologique annoncé, pour évoquer, jusqu’en plein Moyen Âge et même au-delà, la survivance de traditions remontant au royaume burgonde, principalement dans le domaine juridique. Le passage portant sur l’archéologie, en revanche, se concentre bien sur l’époque mérovingienne et rappelle opportunément les confusions à éviter entre découvertes d’époque mérovingienne faites en Burgondie et découvertes proprement burgondes. Il est dommage, toutefois, que l’illustration choisie pour évoquer les garnitures de ceintures caractéristiques de la Burgondie ne soit pas, et de loin, la mieux adaptée à ce propos.

12Si l’on doit, pour terminer, exprimer quelques regrets au sujet de cette publication, ils porteront précisément sur l’illustration, qui, si elle a le mérite d’être abondante, et donc utile, n’est pas toujours d’une qualité suffisante : quelques cartes illisibles, des objets figurés à des échelles très diverses (y compris sur la même page), ces dernières étant par ailleurs rarement précisées, une mise en page pas toujours très réussie… Ces problèmes paraissent, pour la plupart, imputables non pas à l’auteur, mais à des choix éditoriaux. Il en va de même, vraisemblablement, de la quasi-absence de références bibliographiques dans le texte (alors que la bibliographie en fin d’ouvrage est très abondante). Il s’agit sans doute, pour l’éditeur, d’alléger le texte et d’en rendre la lecture plus facile, mais c’est évidemment fort désagréable pour tous ceux, spécialistes ou non, qui voudraient en savoir plus sur tel ou tel point.

13Malgré ces quelques regrets, on ne peut que se réjouir de la parution de ce beau travail, qui, un peu plus de dix ans après la publication du colloque de Dijon, et en complément des excellentes études récentes d’historiens comme Justin Favrod et Reinhold Kaiser (qui ont eu le souci de prendre en compte les résultats de l’archéologie, mais n’ont pas toujours disposé des informations suffisantes), fait un point très complet sur la question et ouvre des perspectives nouvelles et prometteuses dans cette quête difficile et passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Escher Katalin, Les Burgondes, Ier-VIe siècles ap. J.-C. (Civilisations et cultures) », Revue archéologique de l’Est, Tome 55 | 2007, 344-346.

Référence électronique

« Escher Katalin, Les Burgondes, Ier-VIe siècles ap. J.-C. (Civilisations et cultures) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 55 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2008, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/1144

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page