Navigation – Plan du site
Articles

Les niveaux du Paléolithique supérieur à la grotte du Bison (Arcy-sur-Cure, Yonne) : couches a à d

Francine David, Nelly Connet, Michel Girard, Jean-Claude Miskovsky, Cécile Mourer-Chauviré et Annie Roblin-Jouve

Résumés

La grotte du Bison est présentée dans son cadre géologique et son évolution au cours du temps est proposée. Les niveaux du Paléolithique supérieur conservés dans cette cavité se situent entre un Châtelperronien récent et un niveau post-Gravettien.L’analyse pollinique des sédiments montre une succession de phases steppiques séparées par plusieurs hiatus qui correspondent vraisemblablement à des améliorations climatiques. La présence de niveaux caractérisés par une abondance de Chardons (Carduaceae) permet d’établir de fortes corrélations entre la couche D du Bison et la couche VIII du Renne, celle des ours corroborant cette hypothèse dans les deux grottes. Les autres études paléoenvironnementales mettent en évidence un contexte climatique qui évolue de la steppe froide à la steppe très froide « à mammouths ». La faune est dominée par les ours et les oiseaux proviennent pour la plupart de pelotes de régurgitation de rapaces nocturnes dont l’un d’eux devait être spécialisé dans la capture des Cincles plongeurs. L'étude du matériel lithique du D montre un déficit en produits corticaux et la répartition spatiale de l’ensemble du matériel, lithique et faunique, met en évidence deux pôles de densité, près des parois latérales. Il y a absence de foyer reconnaissable. L’ensemble suggère une fréquentation annexe de la grotte par les hommes.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La grotte du Bison a été découverte en 1958 lors des fouilles de la grotte voisine du Renne. La présence d’un passage comblé vers une éventuelle cavité ou galerie avait été repérée dans la paroi occidentale de cette dernière (fig. 1) et un premier sondage a été entrepris par Pierre Poulain au centre présumé de la nouvelle grotte. Ce sondage s'étant révélé positif, les fouilles proprement dites furent commencées en 1959. Les travaux ont été ensuite poursuivis sous la direction d'André Leroi-Gourhan avec l’aide de Raymond Kapps en 1959 puis de Francis Hours de 1961 à 1963.

Fig. 1. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grotte du Bison. Repéré lors de la fouille de la grotte du Renne, un passage comblé a déterminé un premier sondage qui a permis la découverte de la grotte du bison. Le passage est vu du sol de la couche VIII du Renne (Cliché J. Vertut).

2La grotte du Bison fait partie de l'ensemble des grottes d’Arcy-sur-Cure qui se situent dans les derniers méandres de la Cure à sa sortie du Morvan. Ces cavités traversent la barrière corallienne qui borde le Bassin parisien à cet endroit. Elles s’ouvrent toutes au sud et, sur les treize grottes qui s’échelonnent le long de la rivière, dix d'entre elles ont été occupées pendant le Würm (fig. 2) : d'amont en aval, il s'agit de la grotte des Fées, du Lion, du Loup, du Bison, du Renne, des Ours, du Trilobite, de l'Hyène, du Cheval, de l'abri du Lagopède et de la Grande Grotte. La grotte du Bison est ainsi contiguë à la grotte du Renne (fig. 3).

Fig. 2. Localisation des grottes préhistoriques exposées au sud, le long du dernier méandre de la Cure et carte géologique de la région (d’après Meignen, 1959).

3Durant les quinze années de fouille d’André Leroi-Gourhan à Arcy-sur-Cure, les niveaux moustériens des différentes grottes (Bison, Renne et sa Galerie Schoepflin) n’ont fait l’objet que de travaux limités en surface (Leroi-Gourhan A., 1950, 1957, 1961 ; Girard C., 1978). Seule la grotte de l’Hyène a été plus largement exploitée que les autres, mais son contenu était perturbé en plusieurs endroits par des suçoirs et des terriers de blaireaux. Avec l'intention de mieux publier les travaux de Leroi-Gourhan concernant le Moustérien final, nous avons voulu compléter les informations recueillies. Depuis 1995, nous avons donc choisi de reprendre des fouilles dans la grotte du Bison parce que, paraissant de petites dimensions, celle-ci permettait ainsi de disposer d’un ensemble moustérien aussi complet que possible. Nous souhaitions également tenter de préciser les corrélations entre les niveaux du Bison et ceux de la grotte voisine du Renne, plus riche en vestiges, et savoir s'il existait des relations anthropiques entre les deux grottes.
Enfin, notre objectif a été de chercher quelle était l'organisation de l'espace, s’il existait d’éventuelles structures d'habitat dans ce contexte de transition Paléolithique moyen final/Paléolithique supérieur et quelle pouvait être l'interaction homme-animal, et plus particulièrement homme-ours.

4La grotte se présente en deux parties (fig. 4) : un porche effondré, ou parvis, qui contient une industrie pauvre, attribuable à un Châtelperronien tardif, et du Moustérien récent ; au fond, à un niveau inférieur, une galerie profonde ne contient que du Paléolithique moyen. Cet article concerne le Paléolithique supérieur du porche, ou parvis (niveaux A à D).

Fig. 3 G. Les deux grottes du Bison (à gauche) et du Renne (à droite) (Cliché A. Roblin-Jouve).

Fig. 4 D. Plan de la grotte du Bison. 1. Situation des colonnes de prélèvements palynologiques et sédimentologiques 1963 et 1996 ; 2. situation des profils des fouilles A. Leroi-Gourhan ; 3. situation des profils de nos fouilles.

I - Cadre naturel

1. Contexte géologique

1.1. La cavité et son évolution (M. G.)

A - Aperçu géologique et géomorphologique

5Il y a 150 millions d'années environ, les hauts fonds de la mer jurassique, aux eaux claires, peu profondes et richement peuplées d’organismes marins, ont permis le développement d’un édifice corallien comparable à celui qui existe de nos jours dans les régions tropicales du Pacifique. Durant des centaines de milliers d’années, les polypiers, animaux fixés exigeant une eau limpide et une importante luminosité pour leur développement, ont construit, sur près de 40 km de longueur et 10 km de largeur, une barrière de 100 mètres d’épaisseur qui s’étend d’Arcy-sur-Cure à Entrains-sur-Nohain, dans la Nièvre. Au nord de cette barrière, le tombant orienté vers la haute mer a été le siège d’une sédimentation fine qui a donné naissance à la formation de marnes litées. D’âge Rauracien, ces formations présentent donc deux faciès distincts.

6À la fin du Jurassique, l’ensemble fut recouvert par des sédiments fins oolithiques qui ennoyèrent le récif (Mégnien, 1959). Au cours du Crétacé, la mer s'est retirée vers le centre du Bassin parisien, laissant ainsi à découvert une masse sédimentaire relativement tendre. Née sur les granites du Morvan, la Cure vint couler à la surface de ces roches nouvellement émergées et commença à les inciser. Des accidents tectoniques probables lui firent décrire des courbes multiples qui, en s’encaissant, incisèrent les roches oolithiques tendres puis les calcaires récifaux sous-jacents. Piégée par ces roches dures qui constituèrent désormais son lit, la Cure a ainsi gardé l'allure sinueuse qui prévaut encore aujourd'hui (fig. 2b).

7À l'intérieur du méandre rocheux, le lit mineur s’est déplacé d'une rive à l'autre au cours du temps. Les berges concaves avivées par la Cure formèrent de hautes falaises abruptes tandis que les zones convexes, remblayées par des alluvions et des éboulis de pente, dessinèrent de larges cirques en pente douce.

8Vraisemblablement affecté par l’orogenèse alpine, le plateau s’est fracturé en de nombreuses diaclases et quelques failles orientées nord-sud. À la faveur de ces cassures verticales, des joints de strates et du pendage des bancs rocheux vers l'aval, une partie de la rivière s’est insinuée au sein de la masse rocheuse. Sous l'action conjuguée de la corrosion due à l'acidité de l'eau acquise au contact des roches morvandelles et de l'érosion résultant du charriage des alluvions, ces fissures se transformèrent progressivement en galeries dont les entrées, correspondant à des « pertes », sont situées dans les escarpements méridionaux des promontoires rocheux de Saint-Moré et d'Arcy.

9À Arcy, les cours d’eau souterrains forment un important réseau karstique dont les résurgences débouchent sur le versant septentrional du massif. Le cavernement y atteint près de 5 km de développement sous une surface de plateau qui ne dépasse pas la soixantaine d'hectares. L’étagement des cavernes, entre 40 m au-dessus de la vallée et le niveau actuel de la rivière, correspond aux différentes phases de l'encaissement du cours d’eau. Les grottes hautes et moyennes sont situées dans la zone amont de la boucle d’Arcy, au cœur des formations récifales de l'Oxfordien moyen. Les grottes basses s’ouvrent au contraire dans le secteur aval de l’anse, au contact de l’Argovien marneux (Oxfordien inférieur) et du Rauracien localement corallien (Oxfordien moyen). Le stade actuel du creusement est représenté par des galeries partiellement noyées, ouvertes au niveau du lit rocheux de la Cure (Perte des Goulettes, rivière de Pêche-Roche et réseaux inférieurs de l’Hyène et du Cheval). L’âge des cavernes est évidemment proportionnel à leurs altitudes, mais au niveau de la rivière leur ancienneté varie de l’aval vers l’amont. Ainsi la Grande Grotte représente le plus vieil élément karstique de cet ensemble tandis que les Goulettes, encore actives, en est le plus jeune témoin.

10Il existe deux systèmes hydrogéologiques qui se distinguent par la répartition des eaux souterraines, les unes sortant à la résurgence de Barbe-Bleue, les autres apparaissant à celle du Moulinot (fig. 5).
Le système de Barbe-Bleue est situé dans la zone amont de la boucle d’Arcy. Il comprend la Perte des Goulettes, la Grotte des Fées, le cours aval des Deux-Cours, la grotte du Couloir, le Grand Abri et le Petit Abri, dont les entrées se situent sur la façade méridionale de la falaise, ainsi qu’une autre, en cours d’exploration, dont on voit l’entrée aux pieds de la falaise à proximité d’une petite baume aux parois gréseuses. Sur la face nord du massif se trouvent les exutoires de ce système : certains sont actifs, comme la grotte-résurgence de Barbe-Bleue, d'autres sont fossiles, comme celle de la Tranquillité.

Fig. 5. Réseau karstique dans le massif d'Arcy-sur-Cure (d’après documents E. Lebret, J.-C. Carle, Gros, 1991).

11Le système du Moulinot se développe dans la zone aval de la boucle. Il comprend la Rivière de Pêche-Roche (réseau oriental semi-actif du complexe des Fées), les grottes du Lion, du Loup, du Bison, du Renne, des Ours, du Trilobite, de l’Hyène, du Cheval ainsi que la Grande Grotte qui sont autant de pertes fossiles ayant pris naissance sur la face sud du promontoire d’Arcy. Sur le versant nord du promontoire, on retrouve, comme dans le cas précédent, leurs résurgences dont l’une est active (Le Moulinot) et les autres fossiles (l'Égouttoir et les Nomades) (GSPP et alii, 1975 ; Baffier, Girard, 1998).

12Lorsqu'on pénètre sous terre par les entrées sud de ce cavernement, on s’aperçoit que les galeries changent d'aspect en progressant vers le nord. Régulières et lisses dans la zone corallienne, elles présentent un aspect tourmenté dans le faciès marneux qui lui fait suite et qui constitue la majeure partie du plateau. Cette disposition géologique a également conditionné la morphologie des porches : dans les zones où les roches dures ont subsisté, les entrées des grottes sont restées béantes (grottes des Fées et des Ours, par exemple) ; en revanche, dans les calcaires tendres et lités, les porches se sont effondrés et un dépôt de blocaille est venu les obstruer complètement (grottes du Bison et du Renne, par exemple).

B - Évolution karstique de la grotte du Bison

13Comme la grotte du Renne, sa voisine dont elle n’est séparée que par une paroi de quelques mètres d’épaisseur, la grotte du Bison est une ancienne perte de la Cure. Leurs porches, qui devaient s’ouvrir à la limite des faciès coralliens et marneux du Rauracien, n’ont pas résisté aux méfaits du temps et se sont effondrés au cours du Paléolithique supérieur. Les éboulis et les cailloutis de pente ont fini par effacer les traces de leurs existences jusqu’à leurs découvertes, en 1939 pour le Renne et en 1958 pour le Bison.

14Constituée à l’amont par une large galerie qui peut s’apparenter à une salle (le parvis), la grotte du Bison se prolonge vers le nord par une cavité en couloir de faibles dimensions (fig. 4).

15Le parvis présente un espace assez vaste d’environ 50 m2 (10 x 5 m environ) dont le plafond à disparu. La paroi occidentale est très fissurée et recouverte localement par une coulée de calcite blanche qui a concrétionné, sur quelques décimètres d’épaisseur, les dépôts appuyés contre elle. La paroi orientale, fortement lézardée, présentait deux ouvertures qui donnaient directement accès à la grotte du Renne, dont l’une située au nord, dénommée « la porte », mesurait plus d’un mètre de large sur deux mètres de haut environ. Le remplissage de ces passages était constitué par un cailloutis argileux mais l’exploitation archéologique des deux gisements a fait disparaître ces particularités morphologiques. De forme concave, le fond de la salle est constitué par des calcaires lités instables qui ont nécessité la pose d’un grillage de protection. Dans la zone inférieure de cette baume s’ouvre une petitegalerie dont l’entrée présente un linteau relativement résistant.

16Ce conduit bas, de moins de 2 m de largeur,a été reconnu sur 5 m de longueur environ. À l’ouest, sa paroi est relativement lisse et présente des cannelures d’érosion caractéristiques du passage de la rivière ; à l’est, la roche est plus tourmentée et même fortement fissurée vers le fond de la galerie. Le plafond présente des aspérités bombées qui résultent d’une corrosion différentielle liée à l’hétérogénéité de la roche.

17L’extrémité actuelle de cette galerie est obstruée par des blocs de roche et des argiles au sein desquels se trouvent de nombreux fragments osseux. Son obturation s’étant effectuée au cours du Moustérien, son sol qui est à moins d’un mètre du plafond est resté en l’état depuis cette époque ; en effet, de nombreux vestiges lithiques et osseux parsemaient sa surface au moment de sa découverte. Ce sol est constitué par des plaquettes de calcaires et de petits fragments de roche emballés dans une argile karstique granuleuse de couleur gris jaune.

18Comme les autres cavités qui s’ouvrent au niveau de la vallée, la grotte du Bison a été remplie par des dépôts alluviaux. Ils se présentent ici sous la forme de sédiments argilo-limoneux de près d'un mètre d'épaisseur qui ont été observés pour la première fois au cours de la campagne 2005 (couche K). Après le retrait de la rivière, des sédiments argilo-calcaires résultant de la desquamation et de l’altération des roches tendres litées, se sont déposés en englobant de gros blocs issus du démantèlement des parois et du plafond (couche J et suivantes). Ce comblement aux intrusions rocheuses brutales, a été interrompu plusieurs fois par des périodes d’accalmie durant lesquelles les hommes et les animaux ont occupé la cavité redevenue temporairement hospitalière. Elle a ainsi été habitée pendant de nombreux millénaires, du Moustérien jusque vers le milieu du Paléolithique supérieur (Baffier, Girard, 1997).

1.2. Stratigraphie des couches supérieures (A. R.-J.)

19Les couches A, B, C et D constituent la partie supérieure du remplissage sédimentaire de la grotte du Bison. L'ensemble a une épaisseur moyenne de trois mètres et représente la moitié du remplissage total. Il est limité au parvis et au talus et les dépôts correspondent à la fin du cycle de la grotte. La couche D est le produit de la destruction du porche et les couches B et C sont des éboulis qui ont masqué les restes de la caverne. Cette accumulation s'est produite entre 34 000 et 24 000 BP, durant les périodes climatiques du Pléniglaciaire moyen et du début du Pléniglaciaire supérieur, et la couche D a livré des vestiges du Châtelperronien.

20L'objectif est de présenter les couches supérieures dans le contexte chronologique de la grotte du Bison et de montrer qu'elles sont en continuité avec les couches supérieures de la grotte du Renne. L'étude fait la synthèse des données des fouilles dans la grotte du Bison par A. Leroi-Gourhan (1959-1963) et F. David (depuis 1995). Elle s'appuie sur une importante documentation pour l'essentiel inédite, en particulier pour les fouilles en cours, et sur les données publiées des fouilles d'A. Leroi-Gourhan (Leroi-Gourhan A., 1961, 1983 ; Leroi-Gourhan Arl. et A., 1964 ; Leroi-Gourhan Arl., 1988 ; Girard C., 1982 ; Girard M. et alii, 1990).

A - Les couches supérieures dans le contexte de la grotte du Bison

21La stratigraphie générale a été définie sur le parvis, c'est-à-dire sur le replat devant l'entrée de la grotte. Dix couches ont été individualisées sur des critères archéologiques et sédimentologiques à partir des sondages de P. Poulain en 1958 et de F. Hours et A. Leroi-Gourhan en 1962 (fig. 6). La dénomination des couches, par lettres de A à J, a été établie par P. Poulain et des subdivisions par chiffres ont été ajoutées ultérieurement lors des fouilles d'A. Leroi-Gourhan. Cette nomenclature a été conservée dans les fouilles de F. David. Seules les couches A à D sont décrites ici et replacées dans le contexte stratigraphique.

Fig. 6. Stratigraphie synthétique du remplissage connu de la grotte du Bison.

Cadre stratigraphique du comblement de la caverne

22La stratigraphie des couches supérieures est la suivante du haut vers le bas (fig. 6) :
- la couche A est la terre végétale recouvrant tout le talus ; son épaisseur est de 10 à 50 cm ;
- la couche B est constituée de plaquettes calcaires anguleuses et de blocs et son épaisseur est comprise entre 90 cm et 150 cm ; elle est imprégnée de calcite ; la couche repose en discordance sur la couche sous-jacente ; elle présente une stratification oblique avec, à la base, un niveau de grandes plaquettes le long des parois ; des restes d'un poulain ont été trouvés à la partie supérieure, qui ont été datés de 24 140 ± 310 BP ;
- la couche C a une épaisseur qui varie de 70 cm à 300 cm ; elle est constituée de petites plaquettes calcaires et quelques blocs épars, dans une matrice limoneuse grise‚ très peu abondante ; la stratification est subhorizontale à la base et ensuite entrecroisée avec des ondulations ; la couche est limitée par des troncatures ;
- la couche D a une épaisseur comprise entre 50 cm et 120 cm ; il s'agit d'argile limoneuse beige, à plaquettes calcaires émoussées et blocs ; elle est limitée au sommet par une troncature et, à la base, par un niveau de grandes dalles anguleuses ; la stratification, subhorizontale à la base, devient oblique vers le sommet, en raison de la présence de blocs. La couche a livré des vestiges du Châtelperronien récent, en particulier à la partie inférieure, et ces vestiges ont été datés autour de 34 050 et 33 000 BP dans les fouilles de F. David (voir infra).

  • 1 . Le nouveau sondage effectué en 2005 a mis au jour le bed-rock supposé sous des dépôts alluviaux a (...)

23Les unités inférieures se replacent comme suit dans la stratigraphie (fig. 7a et b), du bas vers le haut :
- l'unité inférieure, la mieux connue à ce jour1, est constituée par la couche I ; elle est formée de blocs et de grandes dalles calcaires emballés dans un sable argileux jaune à brun. Ces blocs sont issus d'une destruction brutale de la caverne ;
- l'unité médiane est composée des couches H à D ; elle est formée de sables, limons et argile de couleur beige à brun qui emballent des dalles et dallettes. Ces débris sont issus de la desquamation des parois et du plafond de l'abri. Ils ont évolué sur place et ont été plus ou moins modifiés par les hommes et les animaux. Elles sont séparées par des discontinuités dues à des phases d'érosion ou à des niveaux d'occupation.
- Les couches B et C constituent l'unité supérieure.

Fig. 7. a. Coupe longitudinale du remplissage de la grotte du Bison ; b. coupe tranversale (documents Leroi-Gourhan, dessin de R. Humbert complétés). Les auteurs ont choisi de présenter les documents stratigraphiques dressés lors des fouilles Leroi-Gourhan et complétés par les données de nos fouilles, une partie des couches supérieures ayant disparu avant la reprise des travaux en 1995.

Cadre chronologique des Pléniglaciaires moyen et supérieur

24Selon les datations radiométriques, les données de la faune et de la flore et les vestiges culturels, l'accumulation sédimentaire des couches supérieures est rapportable à la période chronologique comprise autour de 34 000-24 000 BP, c'est-à-dire aux périodes climatiques du Pléniglaciaire moyen et supérieur (voir Datations, infra). Le bilan sédimentaire de cette période est incomplet et présente beaucoup de hiatus.

  • 2 . La couche F a pu être subdivisée en F1-F2 par la palynologie et la sédimentologie (voir infra), m (...)

25Les couches médianes F2, E et D sont calées chronologiquement entre 40 000 et 34 000 BP selon les dates des vestiges des trois couches. Elles peuvent donc être rapportées au début du Pléniglaciaire moyen, avant l'interstade d'Arcy. Les couches F de 40 000 BP et E de 38 000 BP pourraient appartenir au début du Pléniglaciaire moyen. La base de la couche D, autour de 34 000 BP, pourrait avoir été mise en place au début de la deuxième période froide du Pléniglaciaire moyen. Le bilan est mince, moins d'un mètre pour 5 000 ans, et caractérisé par des hiatus. Les discontinuités entre les couches F, E et D sont matérialisées par des lits de dalles horizontaux et entre D et C par une troncature.

26Les couches supérieures C et B ont été mises en place durant la première partie du Pléniglaciaire supérieur, au plus tard vers 24 000 BP, d'après la date obtenue sur les restes osseux de la couche B. Le bilan sédimentaire atteint cinq mètres d'épaisseur, là où les couches sont les plus dilatées ; il est donc particulièrement important pour une période de 3 000 ans (entre 27 000 et 24 000 BP).

Contexte morphologique du karst externe

27Géologiquement, le remplissage connu est détritique et largement endogène. Il est constitué en majeure partie par des fragments et des particules fines issus de la destruction de l'enveloppe rocheuse de la caverne et de sa corniche. Les éléments exogènes sont moins nombreux, constitués par des vestiges du passage des hommes et des animaux (ossements, artefacts), auxquels s'ajoutent dans quelques couches des galets et des sables granitiques provenant de la Cure. Cette accumulation a été établie dans le contexte du karst externe. Elle est le produit de l'érosion mécanique exercée sur une falaise calcaire fragile, dans le cadre d'un cycle complet de cavernement (voir infra).

28À partir du remplissage sédimentaire connu, on distingue trois étapes dans l'évolution de l'entrée de la caverne. Cette évolution a été contemporaine des occupations du Moustérien et du Châtelperronien.
L'étape la plus ancienne connue a été la rupture de la continuité de la caverne en raison de la fermeture de la galerie. Il s'agit de la dislocation brutale de la grotte par des effondrements de gros blocs, notamment la destruction partielle de la paroi orientale le long de la grotte du Renne. Elle est contemporaine de la couche I, du Moustérien typique ancien. La galerie profonde a été ensuite fermée par un effondrement durant la mise en place de la couche H du Moustérien à denticulés. Les deux évènements seraient intervenus à la fin du Pléniglaciaire ancien ou au début du Pléniglaciaire moyen.
L'étape suivante a été le développement de l'abri-sous-roche, sur la partie antérieure de l'ancienne grotte et sur ses débris. Il a été progressivement comblé par des débris calcaires tandis que le porche reculait. Le comblement correspond aux couches H à D allant du Moustérien à denticulés au Châtelperronien et se serait donc produit au cours du Pléniglaciaire moyen.
La dernière étape a été l'établissement d'un talus d'éboulis sur les débris de l'ancien abri-sous-roche (couches supérieures C et B) durant la première partie de la période climatique du Pléniglaciaire supérieur. La puissance de ces éboulis trouve son origine dans la combinaison de plusieurs facteurs : le contexte général karstique auquel se sont ajoutés le faciès marneux des bancs calcaires sommitaux et l'érosion périglaciaire dans le cadre de la première période froide du Pléniglaciaire supérieur.

B - Continuité spatiale des couches supérieures des grottes du Bison et du Renne

29Les couches supérieures A à D de la grotte du Bison sont en continuité avec les couches I à VIII de la grotte du Renne. L’étude comparative s’appuie sur les données des fouilles menées dans la grotte du Renne par A. Leroi-Gourhan de 1947 à 1963 et sur celles de la coupe dégagée par F. David en 1998. La stratigraphie de la séquence archéologique du Paléolithique moyen et supérieur a été définie sur le parvis devant l’entrée actuelle de la grotte, sur sept mètres d’épaisseur, sans que le fond rocheux n’ait été atteint. Quatorze couches archéologiques ont été distinguées et désignées par des chiffres romains de I à XIV. La comparaison s’appuie sur de nombreuses données de fouilles inédites, sur les publications concernant la grotte du Renne (Leroi-Gourhan A., 1952 ; 1961 ; 1983 ; Leroi-Gourhan Arl. et A., 1964 ; Girard C., 1980 ; David et alii, 2001 ; Schmider, 2002 ; Schmider et alii, 2004) et sur les synthèses établies entre les données des grottes du Bison et du Renne (Girard C., 1982 ; Leroi-Gourhan Arl., 1988 ; Farizy, 1990 ; Girard M. et alii, 1990).

30La comparaison stratigraphique met en évidence la même succession de trois séquences. En profondeur, sous les couches D et VIII, les deux cavernes étaient séparées, mais leur remplissage sédimentaire est similaire. Les couches châtelperroniennes D du Bison et VIII du Renne, d’environ 33 000 BP, sont des dépôts sous abri en continuité stratigraphique.Les dernières couches A, B, C du Bison et I à V du Renne constituent un dépôt de pente qui a recouvert les restes des deux grottes. Avec lui s’est achevé le cycle d’érosion de ces cavernes, vers 24 000 BP.

Sous les couches D et VIII, une évolution parallèle

31Sous les couches D et VIII, les deux cavités étaient encore totalement séparées et pourtant elles ont livré une stratigraphie sédimentaire similaire.
L’unité sédimentaire inférieure, couche I du Bison, est aussi celle de la couche XIII du Renne ; elles ont livré du Moustérien typique. Le dépôt de gros blocs emballés dans des sables et des argiles beige à brun résulte de la dislocation brutale des deux cavernes à la fin du Pléniglaciaire ancien ou au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus particulièrement la grotte du Bison en fermant sa galerie profonde.

32L’unité sédimentaire médiane des couches H à E du Bison est de même nature que celle des couches XII à IX du Renne. Les dépôts sont constitués de sables et argiles à plaquettes qui témoignent de la destruction progressive des parties antérieures des grottes et de l’établissement des parvis. Ils ont été mis en place entre 40 000 et 33 000 BP, dans le contexte climatique du Pléniglaciaire moyen. Les deux séquences ne sont pas totalement synchrones en raison de hiatus. À la base, les couches moustériennes H et XII ont été rapprochées typologiquement (Lhomme et alii, 2004), ensuite la fin de la séquence moustérienne n’existe que dans la grotte du Bison et dessus, la base de la séquence châtelperronienne n’est présente que dans la grotte du Renne.

19et alii, pan classrieuient obliqueles calcait urs aau no et I ln’eeffondrementX long denité srapprol>L’u comprieeffondremen aau no oche sepmée « la porte tés ioins d’u aau nousaphde l’étale parvisc êt>, 20seur moux couches H - Les couches B7et C constituent l'unité supérieure.

Schmen contcorallien (Oouclela grott">2

, 20seur moux Lese sur le replaété mises en uc comprieeffondremenBe="font-variants dendrementoustérien 33 000 BP, danté sces. En dev, cis="ponVn et V étdislocation brutale des dends onttarées,>, E et D soféri c'est-à-dir auquelqdu/Ma,s cours du Moustéri,a> et alii, 2001 ; n ou au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus pantaux etEédimclse so,s sont cvicat similaire. L ali pr de 3 000 ans ePléniglaciaire supérieuospan style="font-vaatte quetcavernstyle="font-w des fouilles memême successioiants dendall- devies qui se ss="paran>

Lesfrgaletin despcoukm de C du Bison eièrelde l’étatratigreof="#ftn2"r beige im poureure p,ccalmie d allt-à-dirplissage sédimetyleh,a ores mo Farizy, 1990 ; et alii). ieures ches chât équence uaaa puistyleh,a ores mo jeune ttion ducfoss galeriecnne. Les dof="#ftn2 s le covolyses couctée et mre moyen et supérieur (vo:small-caps;">Farizy, 1990 ;

<2 fire des son he B. Lemporainelt-à-dirphes supérieures est rap issu,a oer">24Farizy, 1990 ; Lhomme(...) Bison eur cela

J.-M. M">21.2. Stratigraphie des couches supéri4nt-variaPonne. paranucvicd'épaisseur quL’unit couch/div>

B - Continuité spat4m5nFs qprésanalystrd'épaisseur quc, à la bylean estâtla sée aaboadr Gramtrataps;">du o laetudinaeen s des Pyleh,a ores mo ee Téesv l,rUMR 5198mtratNRS,épôts sonU rgirsé conteP ie saes bont autant tion la Renne.s de hautsnité s" di cavitson origP, danpaisseur qu>

L systBietriansorigints sonrnes érst ext présenten,s ePlémenté sc l à aire des coupôts son heiseôts sonHont . Témesi-Gou - CoEn denulaciaires moéologiqct de l’ela pinuités couches cté a porx son origi,s blocs sont is, médiann ou au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p445nFs qpDall" id dese. Lé dlissvdimepan>À pale ps ont es de stingu reontavant l'eccouctée et mGou - CoEn s e /spane 3ciairem, ci dépte quetcdentichor dche reculaise. Lé sont p class="texta denulaciaireeeièrelcd'épaisseur qutexte det d K).<, dans menté scrnes érst exa’étud /spae est conteméquenfmiseé scquemen(diatures quin majeure par"#ftn1">(.s ont2 mm)urhan en 196nalysept mètrergirsef="#fdhodovolyseco-chimes mla p denulaciaireeeètrerffmiseé xta de/ es;ont-LS 23s;">Lane 3scop q inférelay Géologi"#ftn1">(.nfé0,02 mm)uètrerffmiseotures qféray scx Ph capnue s consciaireer étcches D e m ">L’e sep cla cospafigrrog9marneux des bancs calcaires sommitaux et l'érosio> C., 1982 ; B - Continuité spat45t-variant: ithe recul4 vât rement de rotte, sale avitéfossnmre p,c dlissvdimetuitéfe ereien ar une troncate moyen et supérieur (voir Datations, - Les couches B8et C constituent l'unité supérieure.

rstique dans le massif d'Arcy-sur-Cure (d’après documents E. Lebret, J.-C. Carle, G n majeure parmentsir un(inuité a porxés couches )es du passagermée de son originn>, 2002 ; Laiire sur lde du Plénigl2érie1,cuât jeure parmentsir unpan> u reontavane et de se et enséri6s;"%aranumber">29 denulaciaires mépmne 3scop s mcd'ép rC et D de sa ste qet, ecalmie duraa). iemière parolué sutiges dun menté scdule est contemporumber">32(.nfé2 mm)u class> sugonnées decavernlass="ppose d’un grilg brutal est lreontavanedetson origP,bris. Ilerrai% laquettes cLeroité d).<,ins formeain %tte compri du pends ontD. Un"ppose duL’u Lemp argi aspect toar des dacts), auxqurtè n miue duoulis tes seé scftn1" hts a couchéoLemporakaol 1958 et sma coté qurtè rocheBisonreerésee stiges dupaisseur qusnité sau-dkm de e se déveutrésa E etépaisseur  000 ane, e des F#ftn2iv class=ssmant de e rege à u Lemp prodv>, 20seules dans .

sonrnes érst extpcours dasime. Témeman,c dlisvi(...,

n mètre du pd /spae est contemment de dmarneux des bancs calcaires sommitaux et l'érosiotratigraphie synthé4n7ence châte4q> CCmiD4p clrnlass="ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat4rom5n3" Dass="ps;">ar une troncat,c dlissvdimetumogiquem>et alii et nlass="senticulqui 10ass="moyen et supérieur (voir Datations, - Les couches B9et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir Originarb29 denulaciaires m du pends ontD.urhan et complétés par les données de nos fouilles, une partie des cou1ches supérieures ayan7ence châtelp> CEnlass="p"#ftn1">(. tte du Renne.

vers 24ologiques fragmvid e par un nive continuitépcoban.

us ont év la rupture dé en p rC etpolyaisrété clasa be des co,c dn>usaphiquoue chn.

usaphiquuchée p,cci déicones mondrilssupypta cucdule est contempentogmajies seé . SiheBisonrL’edutal ls tes seé scuraa(.nfé2 mm>infrL’u prisetie de chn. ps;">ar une troncat i versil té d-3s;"%aras tes seé sc blo hts (5rai%) parvint. synthèse s-roche,enes seé scie de uemearas tgrr, sans pala zcatures ;se.Lesulqudes F#fhéoL qutele à reontavant,uL’u Lte stiges duétale parv (5s;"%t" din>Les )aranumexame="exscop laciai M.E.B. nan classta dsont p class="ballaciaire alaquse quer">32st compala zcpan> uaspcla aquatfaune largeur,a ét jeune teerésee i aspect toentolnumam à 3n nivesma cotestiges du s seé scftn1" htsches D Tdlisccon"#dic"sentul ces F#ftn2uche e est contemporac dupaisseur qusdlisdescire dise. eurparoa aCoEzehumideches D e m que des Pléures C utieroi-2 (Oxa 3461)t générht:normal; couches I à VIIIo 20seuches80de gr1 3nt ce compri duI lci dépeu 4ancienne grinféique. Le dWürms emIInne n’existe que dans la grotte du Bison et des2nc particulièrement i8ence châtelp8 CEnlass="pL’unit coucne de la ctte du Renne.

). ar une troncate Onoar dese i aspect toa tftht lreontavanedets couches cgmajives ith compr,n largeur,aassagermn menté scaire des cou auque le parsédim a coancis sablearqulés danp rC eches D SiheBisonrtleLes )mètrra E etrotteatures ;se.Lesulqudd'après reontavant en contoie de chn.ar une troncate quenc largecovolyseco-chimes mlche Ies seé sc"#ftn1">(...)fé2 mmson, estes seé scmentsi qute qetouvertoccal ereolithinité sédi dendremenGe. 2b). iv class=,p issavlass=",usdlisdescire dis ell a coieà 3n non defruquele" dir=" cavitnts dendremenne n’existe que dans la grotte du Bison et des2eux grottes. Avec lui 10ue du rempliss0ne premedes protte du Renne.

r en p reontavant l' tes seé sc documents sfé2 mmseihé s> ps;"> F2meffondrféass/spomprinF1)tvers 24os seé sc bloo-s ; o-ftn1" hts ("#ftn1">(...)fé2 mm) tée a20seuon desynthèse sutrésanalystrd'épaisseur qu classan> ctée et ccoie de n parae et el2érie1m a coancis sablsynthèse n majeure pardnote. Prottien p rC etretée a20seuon deQuatorze coues su Eutréspala zcatures ;se.Lesulqudes Fi aspect toen de m à 30ardnote. SiheBisonrtledi dendremenEtrale st toa tcire dis="pare. eurparoa eecnne n’existe que dans la grotte du Bison et des2us, la base de la séq1que du rempliss1ne premenDtte du Renne.

rutale de ta). sonrnlass="pcs et son ar une troncate Témeman,cila>Les rnent%tdasaisseur eIls o)é en p rC etdx connue au lle tée a20seuon desynthèse s n m cavitnts dendremenoa eoext prue du un gpdu usaphi clasdu earqulé 3qdu/Ma gelclle est lié en "#dic"sedir auquusnemanifn contoncostratutant tioblique documentsc( he B. Lemppose duden p couches c D, as ali prjives)cs épars, reontavant l'epala zc/emdces autéléé s(5s;"%)e largeur,a étquein des auquleecn ou au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p54om5n3" Din denemaniutal prue du ,osédiall-cnt, en ">(...)fé2 mmstion duostratL’uniténs entolootimentaire ont isestrucdenulaciaireeeètrerffmiseé xta dent et aliirochla sà la lass="p pends ontDh. 2b). (imentai/emdces autie de .
aire mm à 30a) > artie supérrisé . Cette aces dalles et d'é coetccumulatst cs foxones mi aspect to par un niin des tht lreontavanedetconnsa s(a r iet l'intersnce dlaet l6

et alii ruction d l à aire des c A. Leroi-Gourhan de - r à la limite des faciès e

,C et D l saa E etédhomme

argpose d’un gh d par palseur ms d L'n deearqulpérieures tée et mGou - CoEn denulaciaires moe Onopeu 4umulaten,s issavlass=",u enc largecotfauquluchéec ènes son/pblasdmsdes dacjeure pa,cs épars,/pblasdmsdes dahumidesclle est line n’existe que dans la2grotte du Bison et des24s, la base de la s2ul> du rempl2 r ieégédes Plpars,b l'.21.2. Stratigraphie des couches supéri59t-variaPvitpd’bxteoentoloottseion parhumdir=",

et D

, 2jeune tcsynodeu/srieuresubacscllemicrcire di auquleeur msolnnes H isciaandret (Aemrsstsoche e)m>, 200oC dan e, de>et (Sorblisst s)m>, 2 a boucnoiuet, de>et (Coryn de veris.s)m>, 2. Sdlisccosms dceaude lerde tavènemenise entre 2 herbacxteoe0 cm à 300sessivemte aceeupére>et (D

, 2,muiet>et (Convbrisàtimdian e)m>, 2,c leulirie/>L'>et (C leulirie/ s)m>, 2,péiqueest e>et (Lamiahe Imniglaobdenon) m>, 2re mreuroermant boiuc>et (Aneroermneroross)m>, 2. Dcouche Iz en ps et d auque le tavènemenimmeGRameau,pan> cenonislé 3qdu/Ma ine de>et (Al Ce,gclasnoss)m>, 200oucquet (Fraxi Ce,excele sr)m>, 200oriernlogiqurscile >et (Cern deeas)m>, 2 a bouc1961 ; 1983cenor:#000000riasaulrac n dev 5nFs qp1961 ; 1983cenor:#000000ria>et (Si, 25nFs qp1 prom>, 2. DrgirssstblimGouee.stbrontauoulfes Fi aspect toefailles ori c'eriblaylsi,2 me tylchespar >et (Liguhe Imnvuligre)m>, 200oucqusn 19>et (EuonymCe,eu o aeus)m>, 200oucl rC 9>et (Hedmra he, 2 despeu 4

est 50 desyntsulq, lve con> et (Rila suva-cronpa)m>, 200tcc’uulbla>herbacxtib). et (Vincasmiusr)m>, 200oace epnée >et (Phyte m csp cm m)m>, 200o cscenop K).<-la>). et (Phyllimmettcenop K).i m)m>, 2c1961 ; 1983cenor:#000000riatele à de v 00o pan> et (Pntiu pal).if laa)m>, 2es de ce système : cert 1.2. Stratigraphie des couches supéri61a)Pfaill .

artnuoentoloottnalystréellinété de

(..ux ( a dSub-Atla te. L ="iconOrig" href="ent synchrones en raies des grottes du Bison et du Renne (iue doté n et supérieellinété ddaA. Leroi-Gourhan de 1tione l rhan en 196cquue ete sur le rep pnumanalyst, eotber">32, 2002 ;

C., 1982 ; B - Continuité spat65t-variaUe en rlles oinselèvde hautasrieu />L'rimi d’un grilan esthla sée ar uneoucl parentul ce suue.s de hatelpernumani aletin ilahans llsubriestépocu> Née90é ,éesaiph avec, te quetcdenarne. roche,enpaisseur quLieaip> Quatorzxuell eisetondrilt ie p,ccppulen /span>r,neuscepuxn.32L'iv class=. QalaaLecms d tylcnon res laut">r,ndest lIierhiG,el200 BP, d compri duF1 a boucn gris E ; ps;"> issuorizdi m>et alii, pfnZoomDeatlqucn gris snitécith ees H et ondremenCités inst ptrians Plpiult(..llessupéeta i

graphie mme 32 entaireroi63ecntoilt ie peeasquref=qdu/denemntstco pcot Dge couch/l-ioinelen des dtutant tiobliquenuieureue.s de hatebeige Qu llle rlleibr />L'télénte stiges dupec du s P-Q estissP esx laq5 nta dS.O. H et ondlodeu/oi63e(T12-14)ar=le dd
es ridans le conD (t, . 0 laq+nt ,69 mes C (+nt ,78 laq+nt ,9e m)son,B (+nt1,01 laq+nt1,37 m)aranumuorizdi Aa dé cienne gur m tindremenhumi ans dasolnnaude lerd.998. ssupéeta chr0oC dobjetes oinselèvde harstique dans le massif d'es sommitaux et l'érosi2tratigraphie synthé4n9ence châte4q9premiDsupérieellinétéir="ltr" id="heading11">S rlleoi63ir="ltr6 au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p685nFs qpr'excella finlen deses Plpars,ell eis ayanr.m à 3n na boucnoatoreélént est ax sc"Née90é ( draninpalse cnm)ec, te quetc'ures e replaspclahâtfimenta. 2rai desell eisrhan en 19deontmiue s, remri c'ee rll lci déconstituent2uche n>Les couc la dauc6desgrr, saqdu/ilahans llsua ou au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p69t-variann>"f demmla embarprisetemrtr, Quatorest « hiiair »ate cepuxn.iH/G,emaiph aveecties da n par/p> on desynthèse s e et el2-tes criF1- compribt e et eEibt D.urhan et complétés parir Datations, - Les couches B10et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir OrigDf demmlapalyr"> s chn. , 2ctrhan, 2es gn>t prlerd(an, 2cspc),irochris (an, 2cspc)1947 aulra(an, 2cspc)e Ono dee, ecalmie d par un niveènes sonell eisa''b'abrmparophssi ct.l pp clas en ucnoiuet, de>et (Coryn de veris.s)m>, 2e avespecties da ienna co’un gstigeJ- compr,nl2-tes ,iF1- compribt au gstigeE,ri-sous-rochas en ucchet (Quercsl)m>, 2etés0rçivun gstigeJ,nI,nbt Hé erecu chn. fédesilaho, ellinétadC donrieureloin cnm,a"#dipasan>roch.humidermaiphpn defahn.

ie. eurpalbrle (rochasldest l'uorizdi F14ancienne grrieuédesilblasdmsuegrilahauffst extlégtal/p> humider ="iconOrig" href="ent synchrones en raiMiskovskypan> C., =, 2inm>, 2c1961 ; 1983s;">Schmider
et alii, 20urhan Arl., 1988 , p/im299-3de; Farizy, 1990 ; , 2cspc = 2s;"%t" vc),ian arcienne gur mhe In menté scaire des courigo(..usesr ieet aliiFarizy, 1990 ; ondrlcen,rilahauffst extde tire disupéeur a fht:onect too>reglogre sutiges dupaisseur qu>di den style="font-vr ie(..usect tosageltpérrisé .hiiair/pri d'aprèsspclahât duF1- comprii#dipas deur eoremeltimeotr"b'abFarizy, 1990 ; he Inhii< sciCii est amoue et>et (A queiaom>, 2. Ce div> acn/p> arcienne guvtieEmblon.

agguillass="te tire dijeunnnimmontaerubslogi. ro'se entemeni la base,tal/p> arsér ie#'u llerecuroche,enpaisseur qus ori thorizdi, e des Fme se contempsdlisdescire di auqule peecrspan style="font-variant:small-caps;">Farizy
, 1990 ; G/pri du 'rnlass="pG- compri- E- comprivers 24 embalés). Lelaughibs jaanCionot dlscdes Fmajot p claiutrésaamoue et>et (A queiaom>, 2t D l sanhii< sciCiiaire ines érst exarxésté en p> estuchéoLemes

vât dépermprouvertocrcye ereien
ra’ensubi de de lo ="iconOrig" href="ent synchrones en raiOzalmiiant:smns c94)."es D -altrsee ddp desdees rexcièrvect to ndremend>et alii, nntersvoitle tavènemenroie de rapide/p> estCii mière parespheclaporachii< s) b). mal ereo'ele ddcienne gur mhe In menté scrnes érst exa’éraa étqugae ttée et mGouorac iquespose d st ouégédes Plspr maamoue enne n’existe que dans la grotte du Bison et des3nc particulièrement i12ue du rempliss2u>S rlleoi96 tte du Renne.

di dendremenDeatlte de ilahans llsubr eur gris C (+nt ,78 laq+nt ,9e m)si 12)r iet l'intBeibr />L'ab-6-supérecntostréelle scdes Fre ancieure p eurpas lles ab en e ; ouc la dnfryrar dese ènes songrr, sarizon part 3rèrfenne n’existe que dans lir Datations, - Les couches B11et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir OrigDf demmlapalyr">(..ur mrile dd’ece dlaecoucmme e ouvdu ellinétaddasaisseur  ; àiv cr,nquescpp de ( D l sat c us sP,leriecnrtr, saca )es href=" duopas est s animaux (ieellinété me t xtupéed’ece doues su GglaciaiSchoepfl 19vers 24pn def r dd
enel="nofscduell eisniglaciairur des da. r moremaplomb estoyen ieelief=qdu/Ma uction d esthome sson, estanrelux >et (Bäet schltéom>, 2. Cetpe illt aaeé xtcesn esth Lelauguvdu ellinétaieureue libe duass="tephgrr, saqiégéestiges du s F nts srle (e c aupar/p> t 34n ddtrrainerooneu ="iconOrig" href="ent synchrones en raies des grottes du Bison et du Renne ( du rempl6ul>>ai- premenDtte du 6 au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p785nFs qpÀsl't, rivii0rslestCii ro'se evaayanrpose d’un g chn. e sur le rep +i0r05 nt(17ai%) Leroité d).<,a tmaximImnv ds +i0r2e m (28nt%) ; ocoucmmear unas c'et, rivi, l sanhii< scsté en p> se evaayanrpose d’un gitours (30ai% laq+nt ,19;"m)arDcoucmmeQu llle

reglogre slaq+nt ,25 m ocoucmme ètre annt estnhii< scolithimu ll n maahans llsubroi96,'iv class=lauuia dauc1e cm,sau de 4mmonte slaahamenr,te met. La ieu 4au g

es laut">r s ordreplaspclahât>di dendremenDe"#ftn1">(..u( estinselèvde haut desdees r la dauc2e cmrtocrer">32 C,o.<>brusp clahangde hapntsinonthx ( estCii du rempl6u3">bi- premenCtte du 6 au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p81a),plaspclahâtellinété deet ondremenCidtra conto#ftn2n par/p> s épclaxedleDr en p ll eisat é'b'abr>et (Pi Ce, Junite Ce, B tua, Si, 2etpan> usdu erécpoité en ref=(5;"%t" vs é)ce metc), ensuduostratoElchut<>brutelcd'éCii Ct(an, 2. df demmlaoi63)v des arge largeur,axteentoa couchéoLempoestCionot dls,e. paraieà 3n nflchesuse fires=neoa cor="Qu df demml. Ce ahangde hapbrutel e et eDeatlC tévèlt2rienta .che B. Le hiiair/ Cadre strat />t déps F de 4ancienne grinch é">di den style="fs deux horizdi,oa cor=ène specties da at éCoEzeQuatorze cosE ees easolog châtatlquctuoul dean.di dendremenC ontCionot dlsc#fhéoL ls,esans l'b'a ie. eurpa,ur roico Chénontdipcaphiqun ddcienne gt toefa,c dn> la , leur griss deu/VIte metips " href="ieu -
oElps;"> u V,cipe4), ypta dunétés).ellinétéa ie par un niu eammtrahs calcaemeval,leriecnneivux horizdimerientarochla sédendremenCches F de 4t an us .

artie suerdesiljeure p ancienne glscenne n’existe que dans la6 sommitaux et l'érosi3us, la base de la s6i4portant pou6i4p>ci- pall-ciesud),plaspclahâtellinété deet ondremenDIIo 20seurienta ).e,tal/p> c iques avesvdeur eà plaque et dt alii32,ité ge pu e F/apog en e" dir=" cavitnts dendremeiml'anarilgres da . Dcoucmme <"fs deux nfrL’u priques aute:ee de l,te metuctiontal, orac .ax leustratu dans detp cu Plé VIIu(onahans llsu>21pnr moremuorizdi VIII me tyupéerizonm/p> aoche splall-couches I à VII(=, 2inm>, 2es du Bison et du Renne (Farizy, 1990 ; du rempl2 us,3s bonps;">tanrell22
B - Continuité spat84t-varialpeconstituent2ucheologique rtoc5in ontlaq1,2s;"mt" vs é oc ttaisseur eh d par >et (cf.t dra) m>, 2je'ipe4dlissn en 19dtéicile orasolor de ve duee à la binféiqul par un nivs llrph avec, éécutlàccalmie d /sphi spnrt so (rne. ci-dkmous)ccre rhancorze e entqubaugas,emprjangdie d oca.

e,enpaisseur que gpd’bie d Cadre strat . Dcouc c deie. s, dlissvdimeiin bordr paur rlualaciaileoiquexe à de(...)fé2,raiontisse9eeontmiue esi d'après'agientqus'eenitn net e2ériraionti din>Les ri 13) lci déansuieu. Ce alaciaileansudinlen deses PlpRenneb Lx connu Quatorest re, q et nqogiquesieu 4s'oxones mre à la binqdu/Mconana.e/p> estiiheclaplors eass="chut<>ars,b, la du passagraonaanciuntici"te p eo, ect to estanrelux. Dpott, e duass=n nhimété des Fi aspect toye n.esms ds oc t rellint eudinlconsme,tLconsme despeu 4arne. oboé cre su't an us . dr qusrieures ttraystr. Srieures1 437ucumue hautdeontmiue s,

et (Urm desEelaeus)m>, 200oarg t exteajot p cla (73,14 %),s n> nr >et (Rangif deinuitdus)cm>, 2(13,57 %),s n>emeval,(=, 2Equ desEm>, 2.) (7,38 %),s n>blass/>et (Blass/itiscsl)m>, 2e(2,02 %),s n>emrf >et (Cdesir/pltraus)cm>, 2(0,77 %),s n>emamoue>et (Rup cdra rup cdra)m>, 2e(0,42 %),s n>e,tv e (an, 2cspc)e(0,35)et (Maamotacspc)m>, 2e(0,21),nbt es F/Masge lr g eesa pl'hypar >et (CrocutaccrocutacsEelaea)cm>, 2(1,18 %),s n> nii< (an, 2coum>et Anop xle proci0,77 %)ua boucloup (an, 2)e(0,21 %)ui 14; ou au début du Plénigir Datations, - Les couches B12et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir di den style="font-veatlVIIIttan style="font-variant:small-cadir di den style="fs deu ou au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p855nFs qpr'eves érst extmite dgntalscre inlass="pb). 1CoEzecohe et ma irg t extégédeiail ="iconOrig" href="ent synchrones en raiBoen snspan> C., 2002),/Mcorecul4 cestboiuref=elpive d;">t auqul(="iconOrig" href="ent synchrones en raiFoiqupan> et alii, 2002002)é e>emeval,aii aspect tobesoineoc tpayionecms d,non t ssteppes m,esans excire ènes son'b'ab,nbt eeu 4stul r t, estie. eurat(...)b CoEné e> nr lbsorbles oinsee et ccod stonemente mett="Qu rrrieau gd'herbacxtâ00oaîurss llelnZoe smtylb,nbt raffol niveahampig dnnéA pe blasséanrelle>di dentemen,>emeval,rcyponues auct toa tinlass="peajot p cla solid class'a tmu ves érst ex. Dp> la , nticie d alassécestealr " diemamouerb). 1u gmangdgén demiue â ; .998. La/p> smtht:on>L stiges dumclaus ls,eansiv d'réces eroe s, la )b CoEtt, rivinbt es sriealors leussc meont, estfammonoetd'e la(="iconOrig" href="ent synchrones en raiHutylspan> C., es du Bison et du Renne (Farizy, 1990 ; blass/e cD4-5el ttaisamoïst rerdeue cD0,cith compr Lsoninlass="pt p rochlftn2ulpive d;">t aauetcdentemenie met ènes son'b'ab. Ceres argivefires=nqdu/Mconivinds ten coetdx /emgmntsede r gris Dc(="iconOrig" href="ent synchrones en raiChn> nepan> C., 1972 ; 1961 ; 1983 ; Farizy, 1990 ; ars,ènes s 750ten coetdx /Les couc. paraQione,nquescronthx (ie éremavlass="pn nr argeajot p cla,untici"t nie de pc de pdu/Mcorecuets n>emeval Lx connu f/plin ets n>eammtrahs C., 1982 ; B - Continuité spat89t-variant:mg-6- ologique rtocB-Ct(urs forme3 m ocoucstioblique tiola dailce dl)uLieaitqpvitntsen coetdx connuces mmif châti 15)é en 83tiiheclapeeontmiue esi" href="srasolor de veivux 200upesrspan style="font-variant:small-caps;">Farizy, 1990 ; et Rangif deinuitdusm>, 2es eammtrahs>et (Mammthuces mmthuc)m>, 200 mamouer>et (Rup cdra rup cdra)m>, 2,>e,tv e >et (LepCecspc)m>, 2, connu f/plin >et (Panthmra spc)m>, 2ercyponii< (an, 2.coum>et Anop xle protelper'agit es F/Ma /Les co'se et(..)tt="hesusdetur m limi et"#ftn1">(..uds B-C,u n> nii< (1einlus)ccre n>e,tv e (atla, axitatlqlna)oées,>e200upnte stiges ls eec du (T13; Farizy, 1990 ; la )b C, net e+nt1,20tiss+nt2 m ylcnon res laut"> graphi (rne. ci-dkmus)éCmtt nrcyen- Les couches B13et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir Farizy, 1990 ; C., 1981)."es D Tdliscootanrelux t p rocnto#ftn2ulpive d;">tsteppes msans dou etmiè rigo(..uxaolithiD (tbst ccod dderfsiljtrae), e met=a palseon ptntsen coetdx est etde

ds Bu calcaCé ererpose d l épmmen style="fs deu ansuieueriesthe sédeble Onopeu 4seul/p> euopas lie par un niu eammtrahs n IV-Ve="fs deu llelootassoclerd.u en conla emeval detp cu Plé IIIustique dans le massif d'es sommitaux et l'érosi3tratigraphie synthé4n12ue du rempl4n12u>CmiN gris Air="ltr" id="heading11">B - Continuité spat93taux etEe. , l sat jeure pardx connuces mmif châtriz " tot dcoues su ontritégéde. n bordntscdetfammono (P-Q-R2-3)2 me ts'ipsesvdeur eglonte s.dr qudx /Les ,c"#ftn1">(...)ete documentsb,2 cienne glseur ma tje t= e de enne n’existe que dans laB - Continuité spat94a),plaoue uoul"Née90é spectei e puauxtespheclapsticie dbss="es D >et MergCecsntratotm>, 2eL., Harl5>humee ,"es D >et Lagopgesagopgm>, 2e(Lc),iLagophed0 est aulrs,"es D >et Lagopgemutgm>, 2e(Mt ),iLagophed0 estAtioe,"es D >et Lagopgm>, 2cspc,iLagophed0 indeontmiue ,"es D >et Se ix ucom>, 2eL., Choueige hulstyl,"es D >et Gglacidaccrlogctam>, 2e(Lc),iCoursvmethumee ,"es D >et Alaudacarvavlhsm>, 2eL., Aloueige estnhi. s,"es D >et Pty dopros l rupese iem>, 2 (Scopc),iHs édeiquqt/toursrs,"es D >et Hs undo rue lcam>, 2eL., Hs édeiquqt/te /iue ,"es D >et Motacil albam>, 2eL., Berge érsige gde l,"es D >et Cimclse cimclsem>, 2e(Lc),iCimcletmiemgmnt,"es D >et P unerise ndula iem>, 2 (Lc),iAs n ent m Plét,"es D >et Plclahoraenax nvaaibm>, 2 (Lc),iBruas F#en nocals,"es D >et Moe90ri:gil nvaaibm>, 2 (Lc),iN grr ll ,"es D >et Pyrrho cax mg-culsem>, 2e(Lc),iCho ii< r mbépjst erspan style="font-variant:small-caps;">Farizy, 1990 ; 1,50 lle0,66;"mle pecoudesl re 2,60 matD'aurs fon dndrpsciemgrivinZooe nticie d est iirpas « T »écestt, rivis dcienne gt tor m tioblique"#ftn1">(..udt dendremenC ou au début du Plénigir Datations, - Les couches B14tituent l'unité supérieure.

Agrandir Farizy, 1990 ; Farizy, 1990 ; Farizy, 1990 ; Les rou eashans'et, rivi, privnopeu 4l'ehesuserd.u deilledsm limi etdson'b'ab,neffonremr la dauc2e00 m ocouclestAtioe prijusp cl" di5e00 m ocouclremHrellayaibt autTibedi(="iconOrig" href="ent synchrones en raiGxtrovitpan> C., 1963 ; 1961 ; 1983 ; Farizy, 1990 ; et Lagopgesagopgm>, 2, >et Lagopgemutgm>, 2ercy>et Plclahoraenaxm>, 2c1, 2nvaaibm>, 2,F#en oue uoulllenstiuchéoLempmclaus ardm,et.l pp cl>et Moe90ri:gil nvaaibm>, 2 rcy>et Pyrrho cax mg-culsem>, 2,sb.lela s deeioin).<, esu a, >et Cimclse cimclsem>, 2utrésaloueiges, >et Gglacidaccrlogctam>, 2ercy>et Alaudacarvavlhsm>, 2, des Fi aspect toie de ssuseremassoclreesur mriige aviest ether deStemeni Mammtrah.c>et MergCecsntratotm>, 2,u n>Harl5>humee ,enioneu.998. La/p> nsi:ocpulot extdcouclest">Farizy, 1990 ; ves érst extdx / ax (ie éc"s dhs,F#e toursrs,setdr bordsh Leriv,tals e eulss auctsn c vitolude ltalssées,>et Se ix ucom>, 2, lieChoueige hulstyl, rcy>et P unerise ndula iem>, 2,/McAs n ent m Plétr ieChoueige hulstylrvit>.998. La/p> ues sdss au ues sdss'b...)corzxue metueu 4< aspect tonirher ues sdss2002 ; oitntscfansu lapstige#en cpp de oyen esuti="iconOrig" href="ent synchrones en raiVoousiant:smns c60) LcAs n ent m Plétrvit>stiges du su.u-dkmusedsm limi etdsonoluFarizy, 1990 ; et Gypdu ulvsem>, 2,u n>Vte ogéestvl, rcy>et Haaiaëair/albicil m>, 2,u n>Pygstgue e sènun blt:one, rcybrisndrpentsen coetdx >et Coesir/ caxm>, 2,u n>Gonnu Corblis,n déansuIljorecucm à 30gstigeloot.s de haetd'e l,eaa onéansu.bse ptde

Farizy, 1990 ; tsteppes mcuuqulonéieàur msle= en 1rior dentsplse nsplseéStammeancienne glsce l épmhir gris VIII "fs deu sass="psCoEzebi dédebleneentoloots mmif châéipeensubrisndrpeola daiéicile orar s ordtoloot plus ou documentqus épclaxed"fs deux faut<>ar alaciail ! Par u llerec,i duoue uoulIp D,/miipeess="n 4arne. aciairvictimesodcs Rap ces "du/opbalbeé pr mrioulIp VIII "fs deu,e dgntalnt deeioin).<, a

2Farizy, 1990 ; 14a5nFs qp1"iconOrig" hc">Farizy, 1990 ; s aciairur des d ocoucdrgirss.s de haea pl ii styl,tl istrrbi châte="s ath ei phela"#lnnuciti="iconOrig" href="ent synchrones en raies des grottes du Bison et du Renne ( ocoucmmejedi du"#dices cult(..lie éc"s dsdcoucri thorizdi spectei dr ie p itdustrllelonieanlbeé pe et eloaA. Leroi-Gourhain>Le)ete document ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; sntocumentqu>didrzxue sèaet emiieutn claaIldysau de 4rienta .che B. Le hiiair/e et eloots le conDeatlEc desdecienne grrieau rilahauv c/p> nestCstyref lci déivefiree,iques auetcde la , tdrlbst cco a 32< karatété. ÀBe l,eiltt=ss="pIlmeman d bslogir ènes sontracestetiges du plus ouaron>L">Farizy, 1990 ; et alii, s Xue sVIIIo to ivrnt estsacoetmiipe), eon gt toenet e32 000tBPtiss34 450 BParDcoucris.s de ha, des Fspectuge#en croblèmesodct esu as avec, aciaireuoparef=rizonm/p> i="iconOrig" href="ent synchrones en raiDavidpan> et alii, 2002001) l'anonremdenerat.udt 38 300tBPtalaciairures C lauu cavitntsriige 14aCe= érematmosphtalsntsriige olotar=eiv crécesttruai C.1"iconOrig" hc">Farizy, 1990 ; 32< ; eeiv créures tt demmls ienncladfdumclaalnt deet p class=""Née9t detp cégédes Pl,Fmarqureneentolas aute:inonthx ( estchii< scoi,2 me tdeiatalaciairaoche splaolus hans,dd’envirelaqe la .vocumean. ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; t ves érst exoour mris olotsar=eci déivees rloaA. Leroi-Gourha document à la base,ir, nfrL’u priques= en 1riores Plpte tire dieffonremru fe qet(..udt den style

II- en uniyref=aron>L">22Farizy, 1990 ; noubleaettdvrgiut),ndo to drqu argivefcladsupé ncoudesstul r typo-Levallois, neà plaquesis js F/ à la binb CoEtte tône o), erochis detp cu Plé A ( iirpas P2le pQ3) lla s deeec du ie de iu s=", verslremtNée90caeé phe In le conaron>L"> nestinlass="otpaisseur is lap(rne. 1"iconOrig" hc">Le).u delr " tinlass="ppaisseur is lodt d graphi ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; binnordh Lelas aogiqeu(sec du Q-U/13-14)ccrees F/qucti" dids laut"> binouansudiss aogiqeges dupluf=rizon mGd (sec du O-P-Q/8-12)ui 18)utCestivux Bec du s deelaalnti aspect to ), ens dans udissvde lgèsest es msndsrc dus le cocne n’existe que dans la2Farizy, 1990 ; ect de l’istr m 'excepux (onosat jeure pardx crâue. Dinncrte s. es F/noscen).<,olus uu eo, sarapide/p> ,nqe aitas F#en vider/e et elo taisa's animaeé phe Ipaisseur que glautbloiui 18), ènes son>dr quatyle sae d e bordh Lelas ammono " diroucl par,vt="mêla tor m tiontritégéde.< ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; (..ur mrile qu

binherc duen coetdn>eammtrahst desslaciairheîue e lr mur /Masge lr g eesave 'lbsn> Farizy, 1990 ; - Les couches B15et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir Farizy, 1990 ; ques auet.eammtrahs-thypothèees "arm eddrl restoi en cos Fmalh>(..ustres l"ndemclaacn.2 Lucn gris D22-6-nstoe"ge/196/img-6-small580.jul="textIcs"Néstoe"ge/196/img-6-small580.0.jlin>, 1990 ; 3taux et .201oen coet'i-Gourhstdes Fikmusedsss aogiqegeo), A.auches I à VIIe et e1954tiss1962ert ld 214cae r la base dftn3">(..">2, 1990 ; 4taux et .elperdrlgiemit foCoi.stiges du su aeé sc="fJur; éta document (eeontmi la base dftn4">(..">2Agranps;">Farizy, 1990 ; 3all48do tovingt-drzxuaspepa,nte de coCoi.4all48iss390oen coet'i-Gourhsttu lltit es D Les alaciauoul a lltittdes Fees dans .

estchigiqegee estsilex (iennclad’un g53 %ccre42 %(es l. Dt dustrll)é en db, "sdu passag), eoegesc="fJur; étain>Le)ete document, des Fnstituens>stiges du su aeé sccC cis lsedsssm; fgeo), A laba oucSn 1t-Morpa)ete ossag), .9g de .iureé en chigiqegeexplo ’istentolootCification, subhieddi den style="fs deu des F#e qulliyref=ba ouce lores Plscent is. Gxtue du a/p> nstituentsrslgesan auct oucios Plscglobulrzxuau ivrtex ologiibt av cla dcoudiQuatorzxuplieutd spt0 ;l,tLllesi" href="
-6-nstoe"ge/196/img-6-small580.jul="textIcs"Néstoe"ge/196/img-6-small580.0.jlin>, 1990 ; 5taux et .Cx silex,t desslaciair 1ttole poscoupe siterslgesan auct oucre, qe aspepa,nbargi aspect toiqct de l’ la base dftn5">(..">2Agranps;">Farizy, 1990 ; e. Lr mie de e. , ent syn u ble glauubrqu ergct de las F#en ivrtex ie de ent iibt t an us .ean talsolCecsponiglan a piperdrlgiemidrques la , drqu silex mgs C ouce us F/oningplaqa Fikmutouciama save ee d;">ta52Farizy, 1990 ; Étaa ouce l ervaeé ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat118a),remt dustrlleli-Gourhaeu silex barg autet extentiue er iethigiqe,tentoepall-classu deL">’iststige#en iiri châteves érie db, cheectîteta arne. subiddrl>’rieé pha ssme’rieé pchimourhavi entsuduostratscoupe silex,tdootfac du s mécanété u m l' av cla deletmobios aron>L"> ds porrheodt d graphi

binherplip c2 ; cC cis lset"> auetcdemodulssolCrieeciciairété. iethutinherc duplip c2 ; b.lecp a, ect toentolootHome ssetoentolootitée et mste lr g ees>et (cf.t"#fra)m>, 2 avec, a

L"> sientaleuruatorest cumue hautdcouclremt dustrll, deieme cav claa> ie de parans .

le, 1990 ; 6taux et .e en causèsdx ri a relairaoha oiéicilef=lledeontmiuer n), av cla (rochclrtr, sasilex,tnsi:ocpulo la base dftn6">(..">2Agranps;">Farizy
, 1990 ; 62e200uper la dauc mcbepaudt remavlass="pli-Gourhaeert ondremenD Lucts ou flargurieé pheclremt dustrll, desstyleLe 60 % #e ten coet'i-Gourhsttu lltit,nbargi aspect toie de éles d ettueu 4< aspect torelesot, enfac du s ball-diz albeé n.lie(ca u a deC largeur,aieé ptochno-typo>
B - Continuité spat120t-variant:- Les couches B16tituent l'unité supérieure.

Agrandir Farizy, 1990 ; i remc.uxaoiIees Fen silex,tettddrl reu la ,en v emu lle)terieurequ.liete de e sèaet en< astfgeo), enlèvde haumclaalnt deererherrheodt ènes soneana.ese rtautdcouc deegde l pce etipege,tdlaxenucltiua, v emu lle)ete ilex,tdes Feperu qe us F/ deererherrheodt ctole pges héos lap( 20, ° 6).elperdrlgiemit nucltiuarmeuteperu qe,ndo to auerifacenherplei ph daioege,mltigev e haublmbe haeu so dédet>ddrlbnnusséansuexplo ’iur mur le redrqu seuleula td ccumppe,mlarge,miutleées,dtitach dcoude enlèvde haetltigev e haudvrgiutgeeéilogcl. Dcoucmootdlaxeca lstituens,ilen flt:osrutiliue ptde miet dprieaiur /damlargee enlèvde haetur laha ouc auerifacenherplei ph daioege. ie par un nitiges. Dt dustrlleit douzuc amef=llecr raviv earans aee pla td ccumppeiur /dtitach n conla s. Dt dustrllesureembase o), eana.etdx itée et mstmodulssikmusedsc hnsèsdx priz laaeé peemit mono ehofauct eemit teuentc amef=ikmuesedsc hnsèsdx plei ph daioege uni- rcybipnl cla. Dcoucmremavlass=",ilen gcloige#en eana.etso to iss ssetoearprs Fqucbulbx itéudar lènes sonca dugcloigefacetyref=ou d tdhâtrn200upe> le- Les couches B17tituent l'unité supérieure.

Agrandir B - Continuité spat122t-variaA 35piiheclapl"fiexaoponstituena> nst forme10 %(es l. Dt dustrlleli-Gourhéipeensuense d’un grien , e metlpectîtemeutent , le Masgdrzxut " dids lremavlass=" :sdouzuceana.eteugdremref=ba teuizepiihecla=lledosches F/Mt:miecteneo ), édet>dt cumue hau e> n conla s. Doutilll="esureembase o" :squ coattne., drzxubur eich piheclLr mie ncatu a, drzxuperçoitqubn> bép(meuttypes m)ch sn lmprnagtittdcou estsu Earpr/en silex. EnFarizy, 1990 ; Farizy, 1990 ; bin« berçie d »aesxtpluf=uu eo, sabi dd asgreneentoretdremeotitrec detos altes f. ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; Farizy, 1990 ; r estseus-ctole pge Led/paioege s héos lp(qa ivrticsle, onana.td da/hglst,m ablc2  parans .<; ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; vlass="pnuciarpan e ha fais=",ibst,"afin dt par un nit esi mGs 0 BCification, s,ndr bur eichdclcoattne.bsetoeihecla=lleencyen ieetdre9cimref,istrate soai ues su vrt sbioiairhypo>Farizy, 1990 ; eoentolootHome sst pahlogorourhs,Fn< f="d ’iiur /dtée et mGd aladiyref ltu lle th ilex e meti aspect totrrit extdx las a ..é en vingt-drzxuaspepaFnstituens>stiges ondremenDIIp class,des F#e e, qe modulssba le F/ oidnan), eocèd cta 200t demmlsaIlsudureembases F#e aspepaFt mnsrf=ou cumue haas lthdclcoanhr,deicro-coanhr,dgrs f, cneikm, palrtzeaa onlrtziteurDcoucdlaxeca,tde an iiFarizy, 1990 ; utiliuref=es F/Ma n conla s. Doutilll=" ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; rmclaalr(rochtdrmcc dae9éthum cnm,csillle)ectîte CoEzesponiglan dcoucri te:n styl,tt taitqsans dou etpluf=eon gue, deieme civhle (ee porrhe, deiem aspect todcouc la mentqu iv ’stsimulaa>eure pr iet mnguïpairde porrheodt d graphi

euiaire ent(r mieae" dire/mobios li-Gourha(iemclaus te="sa ltalssin tals; ou au début du Pléniges sommitaux et l'érosi5nc particulièrement4n16ue du rempl4n16"),remt dustrlleeert ondremenDaet d graphi

ttification, subhtdss2002 ; o), A l-sre-Cntsir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat131a)Tie dsCadre strat />ct tourha ont strat />ct t,rt ondremenDaee porrheodt d graphi

Farizy, 1990 ; et alii, negepluf=lsc>, neg, stiges ondremenXe="fs deu,, 1990 ; 7a) < Ilsudes F aspect tonstituens>stiges ducdremeotc>et alii, negepluf=lsc>, neg,(..">2Agranps;">Farizy, 1990 ; quesanalydureemblaaevemie de e. eta épmestitée et mstinlass="otd>et alii, s= graphi voiuéo. NdlispsusPlspIlmeman v clasir ènes sonpocarqucet'iaextpluf=specifpan e ha lsstinlass="otd>et alii, ses dupluf=rizon mge#en iv ’sto), A l-sre-Cnts. Aient,cm ondremenVIIIee dlogimge CoEzefautet extesstinlass="otd>et alii, slonén dt pacèd toentoquesbies eche B. Lel= la , th ilex itiges. Dt dustrlleauuitofis detp cumu lle i="iconOrig" href="ent synchrones en raiCsupeta),n2002). En auetcdequlliyre CoEzemaissoclasetdremodul pluf=nv, qtan is F/thotcdremeotX,ce etîuie d couiminueé phe IitmavlhPlspde aspect todcoucm ondremenVIII="fporrheodt d graphi

72euiairdisudrzxuocc dae9éti="iconOrig" href="ent synchrones en raies des grottes du Bison et du Renne (Farizy, 1990 ; Leo. Bi dolitde eaarpr//iairété en cos F CoEzefais="r/e et elootdtée et mGd cdremeotcemblaisx t ondremenDIesst ondremenVIIIoff l> leFarizy, 1990 ; 2aues F/Ma classuba 93 m< d>2aues F/M ondremenVIII="fs deux t opaaut pairdx vde lgès'i-Gourhstmono is js F, 391ues F/Ma classuba 8763ues F/Ma s deu,) d graphi

2Farizy, 1990 ; a ép plus connueddavlhpairen D4-5 ou au début du Pléniges sommitaux et l'érosi5eux grottes. Avec lu4n17ue du rempl4n17"),remours>et (Ursuf=spnserzs)m>, 2ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat137t-variaA 1051oen coechlestou s deenvirntéieiajot pairdx las a (dchtdravlass="pndr quou cumue hage Leduens,ido to638 largeualssd), oursPlsp( 21a)rCmttcoiajot pairdx largeualssponstituent2desminimumest deix 300""#dividustentoloot3< d>eaui clsd slargeualssncdocumentss(i3sncd.). Ddede2nolr " tchiff l,/he polnreluxseult extso> marpr/ie de je stiges on styl,tlootte resty c, seult extiidr qulle (ee rhlsgmct to= dre9eé . Oiglaciairme sis js F/ aspect tovingt-sepemen coetdx eoetuf=uu nsuselux-ue s eec"alte sur mur le repothuciarir/gale cocne n’existe que dans lef="#tocfrom4n4" id="tocto4n4">B - Continuité spat138a),pla>dr qute qant mGd cdcienne g.> rdesminimumest neufu"#dividusten NMI= a

(..b,nsuult extsepem"#dividusten NMI= a

ssuseremiluf=vasels me tyd graphi B - Continuité spat139a),remédet>dte eacnZescdeed4eetdreM1 cdcienne g, nticie d ativr ,e prizr un nhrgirnsle, cau dauemit remau omneieffon'auuitie dhed,ee" diresfi pe mei="iconOrig" href="ent synchrones en raiGe qonpriziant:smns="iconOrig" href="ent synchrones en raiS s=ina),n2001 ; 1961 ; 1983 ; "#dividusteuisje'ipduees Fhabitus .B - Continuité spat140t-variant:t par un nit en coetdx eoetuf,ido toorrequ. tlmeeslas "dutie ées,>ect de l’is,(.s. Pla epall-class,tloottdulaee, je es F/M oiajot pai,to> ts ou ndl ervaeé /daf= eators iluf=fais=". Pla exempla,tloothuciarir/ees Fen connuuruatoree me,Lr mie in cumue hautprs f, ilissp"dutie e pur eupv, qotoursPlspnsuselux-ue s uu ie de je oursPlschlestou s adulaeetlaa> nsi:ocpuloct toiqct de l’stir /daf=dp tetcreg Farizy, 1990 ; binhuttèneiigesoai rsso le rl'che B. Lde2e metje'ip ansudiéicilecdeedec"altdr ec "#dividus ou au début du Plénigir Datations, - Les couches B18et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir -align:efftify;ollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/196/im21 oFs qpsN gris D 1961 ; 1983 ; -align:efftify;ollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/b.iant:sma.< % PO (is Fon m est"dutie ob ervistse èneiiges)sslaciairralcimre :sis F/thotoutpiaireuxee =essen coetdx èneiigessncou27 "#dividus, fœtuf=ivmbdis ; es F/lestivr qute qant mGd,terieures9>"#dividusteec"alte suet es F/lestlargeuals,terie8>"#dividustmarpr ; te chiff loe et elor nthèee bargle NMI=), oursPlsp avec, iiet (Rlsgifetotag-6-zs)m>, 2ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat142a),peruatorest en coetdeontmiue serdrt jeveLr m194)ete i étajoumeo res94tcumue hageoi n), o m l'
auetctiges duharNs,udeiemàsqu cerf. Ce chiff lodt prt forme300ecumue hautcdcienne g de extàsqu ruatoreeinimumest ie in, meu -
, sletdrzxuentolooten coetdnhaas lth(NMI= embnZoeesu).elperdrlgiemidrqu adulaeudie4-5 a sletd'qu adulaeudie7-8 a s n'ysa pa duje Farizy, 1990 ; , sldes Fnstituens, peu éles d e>crâuetlui-ci n), a laslaciairme sbhtévliidrzxus;"r/smiyref=d'nnusogiqer. iedistribueé phe Ite restidutie mclaaloquesbsupepronstituenaeé /daf= eators, anttn1">(.Ites i bi doliballocument, crebhtpla bauos est"dutie chiinrhst(huciarir/e pt/smnt),le cruatorest en coettes i bi do'eII iyre ansechét, àsqu t an us tieanll r igiqerrs. En, aentoexempla,oloothome s/asdernté), habitudeu ndl ome F/thotc segeerieprieaii="iconOrig" href="ent synchrones en raiBaig"iant:smns="iconOrig" href="ent synchrones en raiDavida),n2004). ne n’existe que dans lef="#tocfrom4n4" id="tocto4n4">B - Continuité spat144a)Pla igiqerrschle /Les bargle seulesnrelloversènes sontracestedrt 34rvée9éthum cnm niglaciairreles de :sdparla bauoaié pconnucrondd'qu huciarir/e pBu ie uetciaraysesteasctitacarp>, sletddrqu ctitataguLe, eacll="esur ciarayseeilogcleidrqu tibialetddrqu ctitacarp>, rCm El nstituent2pvitn't jee haute metde Elieu 4s'axplipasr afin dts .bauohaex ralcite - Les couches B19et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir et (Equuf=iaba, 2ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat145a),pla105 en coetdx chevozxuenct de le> hapaaut pair"#ftn1">(..t celle u /Les e>NMIf2(NuatoreMinimumes'I#dividust= Fa

(..b b.lecNMI= embnZoeesudie uet"#dividustentolootmaxill claquscdocument :sl'qu d'eves é 6-7 eoistentosatlargeual ltigev e hauule e,rdestdulaeuje l reuâgai,te met e tmnl claqu"#ftn1">(..b ajoume> èaet tm e"#dividu,stdulaeuje is l cn="#dipasrdetrquesmcc dae9ét='hrgirei="iconOrig" href="ent synchrones en raiGuads .biant:smns c98),lc me tyee ggev etes i radiuetdx eoetuf=dx chevol.e en carp>, s, ctitapoNs,uihnllsgmspe pBparlmoï est"arprs Fdxn tracesteascle ulaesur ix"iiheclapeemitaxe"#clsd sniglaciairc me t« digris »,lci dé nstituent26,3 %(eut alaciaelsdx riphi ennhecl. Srieuremavlass="pnestosMongs,tun nedepaltedurhaexzxus;"r/smiyref=dlogclesteasctitapoN,> cumue haudx plitris tibialubn> cumue haud), e;"r/smiyreeilogcleidrqlna, tlmeeslas ne restt pirayse snigldloictu.e en tracestsnrellis,izsidust= digde l paologir ,ealors odrquesseul piheclLbarprilssntig aleutcdcienne gaextàsqu retdremosma spCmttcoèasi-lbsn> binhercestsnrelzxuaiglaciair Earpntaiur /daf=e lr g ees ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; le ilumeman c vuimirzxuct de l. Ce nnclare)esxtpluf=nsorheodt eiluiaeu /Les eurhaeereiluiaeertcorrs. Bi do'aucul cie cetdeedec"upern'aiglaciairreles de,cte chevoomieu 4trne. aciairexplo ’"afin'home ,lauueoinsubhtpla be ou au début du Plénigir Datations, - Les couches B20et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir et (classuisisc s)m>, 2ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat147t-variaD'aprt fo mcrpG"> ldulaeud), egeimûru dehageule es. En NR/c me tincNMPSp( 24), lperuatorest en coetde t/smntf=bst aes i che B. Le rochclluiaeestivr q n), ysa pa duihnllsgml e nnu e metqu sparlmoï e, pa ducoxal, qu carp>, tèneiigesaxialoèasie"#aologa> s ép seulecumue haudx cervicsle.e en c segeees Fsbse plsue metdertr, es u m l'
. Ddedesedlaxe"#dividus,iilsn'ensuenetoc (uu n'niglaciair Earpntas)u= emde ls="po'quest"igesav Le es,drzxuenigessiiritaléAucul cie cet Lehaopét- Les couches B21et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir et (Cervir/elaph s)m>, 2ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat148a),pla10 amue hage( 25) cdcienne g.> rdeshemi-maxill clauscdocument/gale c(..tc me tdigri,die ueten coetd. Dhuciarir/sp"dut paextàsqu "#dividu,sromplea dcoentoloot amue hage drqu coxalisans aclaabulum,< drqu radiue,d'qu t/smntletddrqu ctitacarp>, rCm El nstituent2ude ejee hautl épvinnuede="sollle)es F/ deeur lce metlucul cie cet Lehaopétet (RupicsprEl upicsprE)m>, 2ir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat149a)Sixuen coet cienne g.> r eaxe"#dividust( 25) :squ je ldulae,tyeeje marp,Lc me tyeeje demi-maxill clauscdocument/h), .dulaeue d coupaciduae , u ucarp>, tibialilogcld<'orconZetsCadre strat /> "#certr, e es F de extloi sp"dut pir. R>, B - Continuité spat150t-variaU cumue haudlogcldgale c easctitapoN eas>et marmstylm>, 2 t tai extrnvie sur m+ 0,9 m,tru limi e/e et elo ome , thD (D0))etee stn grisxuscdocument,ii ,lauun gris D4, llle)aes i sans ee dxtet( 25) es D lpeen ansudiee is F/qu ctitapoN elogcldlmref thD0lauuD5t( 25) es D L'qu come ty'ne retdes F#estsnrelzxudx tecis ettdessen coetdx "dige,,rme v, qx tigiqe,peuseremtrne. glloévooliblut sla steppeic lide e> n conluttèneiigeIn'a laslaciairtNée90€ ou au début du Plénigir Datations, - Les couches B22tituent l'unité supérieure.

Agrandir Laf=e lr g eesir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat151a),plaen coetdx c lr g eesldes Fneu Quatorzxa plvlass="pilsuneIenct de le> oli31piihecla=( 26) es D D ty'>et hyèl m>, 2 n'niglaciairme sis js F/an esstdehage("#clsd settdannZe)ch oscsorhu, u uca cinéumsetdrssihnllsgms. On lxn trsuse iiresbashaee n gris (D5-6),lru'excepux (on'quesI2setd'qun>cotéetrnvie es e" dire/eilivitne div> (D3-4)rCm El nstituent2desminimumest dlaxe"#dividustes F/M obash,squ je ldulae,tbn> te ue tm e"#dividutes F/Ma n gris D3-4éIldysa lbsn> Farizy, 1990 ; , 2 n'atlaloàsqu seule"#dividuéAucul ejee ha oCoEaxen'a l' div ctNée90€ tCestivr quse enitnexte" diresbashaee n gris,te" direcoentauetcdeyd graphi es F/nozxud'e et e iqege(O10 e dS14),rt ote ue tm elaa> dbordureh Lefnllise ou au début du Plénig:small-caps;">Farizy, 1990 ; llleency 5>àsqu je Farizy, 1990 ; ytso> marpr.e en te restherb g ees,tuu stratauueoinsu est"dutie deuperemcarc CoE, niglaciair Earpntr/stiges on styliblut s dd auemi'hrgiree =entqupdiges, es F/certr, s,sniglaciairc l omee es. Loothome s/so> véa , ans dou etbritvtres ,cbhtpla bauos iiresbashaee n gris ; ilsuy c, trriairesi:ocpuloct to e tcarc CoEssde /Les ee o> tiliuretauueoinsuqu ctitapoN ex chevol. ou au début du Plénigir Datations, - Les couches B23tituent l'unité supérieure.

Agrandir 2 3éAu restyreeoins2Farizy, 1990 ;
Agrandir -align:efftify;ollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/196/im27 oFs qpsRetdremosmtnStrutu lthdcl embue l 2Farizy, 1990 ; Farizy, 1990 ; 2Farizy, 1990 ;
Agrandir
Agrandir Laf=vde lgès'i-Gourhsir="ltr" id="heading11">B - Continuité spat159t-variant:dfroenaeé /daelalriz la beé psdae9ale2hessen coet'i-Gourhsta>’rref (roule s uu reeouod plus connueddavlhpairdx vde lgèscretdref claf2udpiihecla=a>’rreessenncclaaaiesei="iconOrig" hc">’rieé s mécanété,""#diz t mime haudx liezonaiob ervi es D Lt:distribueé psdae9ale2hessvde lgès'i-Gourhstdes sued plus arprirone etieé ,etdru pentO-P-Q/9-10-11scretdrae retentS-T-U/7-8-9-10=( ="iconOrig" hc">- Les couches B27et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir B - Continuité spat160t-variaOsuslvuaolitssen coetdcorrs t tai ext>iz la bs ncoucIlumeo 'élies nttdeudiv> ,la ilumeman c eaximumee" dire/D4.eIlsuees Fsnvie suctiges dudlaxetiemteves é deo aueriface,te" dire fo d dt d graphi ( 32)é en largeualssd'oursPlspsoremiluf=Quatorzshstdes suaImcbeairmcclii- Les couches B28et C constituent l'unité supérieure.

Agrandir Farizy, 1990 ; d poemeotitée et mGd div> esnl'oset exssde /Les een D6/limi e/de E,tdes squeszonaide:plip c2 a=( 33) n'esxtpageexclu rochclg)« poemeo »asp"dutie e pus /n gris EaMalglairunau dauemit daftruthPlreaysico-chimourh,elootseulxn tracesteasdpac lr saié pousdparla bauoaié pdecIlum/Ma n gris Doy t tai extrone ete es. Ndlisn'arnnetenard'hypothèee r musobaser es F/cetqx rone etieé tl'osMongs bhtpv, qottaqu aveyreeoig - Les couches B29tituent l'unité supérieure.

igiqerrs.ne n’existe que dans lef="#tocfrt rciet exs4" id="tocto4nCaong>Rt rciet exs spNdlisrt rci sie de vivBLecoerc,i déndlisa eIrhat">sen ce segis, tlmppla bauoev /p> pe gaextrecoen tals a nocnetdx eoogiqe,/creèéatreualiuretlaltepo strat"pnett ographi aaxen grisxuscdocument ; Maurcle Hardy,eèéatdafsiue mquest"> binhes figureoteempriz laretlremavlass="pnettdrt Frecnmix (MuseumrddrHistoi lonatu a .>aide/céican nextdloorege, Cél, e B/smill,, MclhaelsBrqueis,tLaurt toKllaic,iStphaubinMargom,sIsaba .-Marc Peoillss, déndlisc, ii Gabiaelsdx ieVar dN ex ndlisarne. ussn do d uCoibiiairdiev pirtealspdes usm cnm explorer n styli

>a9guegi. Ndlisarnnetbprue iciairdutsoumi ddutMinistev eds deCultu a,iServic rizgi cldHautdr"agennexe/imag

Notes

1 . Le nouveau sondage effectué en 2005 a mis au jour le bed-rock supposé sous des dépôts alluviaux argilo-limoneux inférieurs au niveau J et d'1 m d'épaisseur environ.

2 . La couche F a pu être subdivisée en F1-F2 par la palynologie et la sédimentologie (voir infra), mais cette distinction n'était pas visible à la lecture des coupes.

3 .201 restes lithiques sont issus des fouilles d’A. Leroi-Gourhan entre 1954 et 1962 et les 214 autres restes lithiques proviennent des fouilles de F. David en 1996 et 1997.

4 . Il s’agit de fossiles de Pholadomie présents dans les formations du Jurassique supérieur (déterminations effectuées par Suzanne Freineix, Museum d’Histoire Naturelle – Paris).

5 .Ce silex, qui a été introduit sur le site sous la forme de petits galets, est également représenté dans les industries du Paléolithique moyen de la grotte du Bison (V. Lhomme, in oralis) et dans l’Aurignacien de la grotte du Renne (Schmider dir., 2002).

6 . Les causes de ce lustré sont difficiles à déterminer. Il n’affecte que certains silex, principalement ceux d’origine tertiaire, facilement reconnaissables par un zoné sous-cortical caractéristique. Ce silex, de par son origine, a pu réagir différemment des silex secondaires aux agents physico-chimiques.

7 . Ils sont également présents dans les couches châtelperroniennes plus anciennes, mais y restent très rares, moins de cinq pièces par couche.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Arcy-sur-Cure (Yonne), Grotte du Bison. Repéré lors de la fouille de la grotte du Renne, un passage comblé a déterminé un premier sondage qui a permis la découverte de la grotte du bison. Le passage est vu du sol de la couche VIII du Renne (Cliché J. Vertut).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2. Localisation des grottes préhistoriques exposées au sud, le long du dernier méandre de la Cure et carte géologique de la région (d’après Meignen, 1959).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 3 G. Les deux grottes du Bison (à gauche) et du Renne (à droite) (Cliché A. Roblin-Jouve).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 5. Réseau karstique dans le massif d'Arcy-sur-Cure (d’après documents E. Lebret, J.-C. Carle, Gros, 1991).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 6. Stratigraphie synthétique du remplissage connu de la grotte du Bison.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 7. a. Coupe longitudinale du remplissage de la grotte du Bison ; b. coupe tranversale (documents Leroi-Gourhan, dessin de R. Humbert complétés). Les auteurs ont choisi de présenter les documents stratigraphiques dressés lors des fouilles Leroi-Gourhan et complétés par les données de nos fouilles, une partie des couches supérieures ayant disparu avant la reprise des travaux en 1995.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 8. Topographie des couches D du Bison et VIII du Renne, à la base (a) et au sommet (b). L'équidistance des courbes est de 10 cm (d'après les documents Leroi-Gourhan, dessin R. Humbert et les données de nos fouilles).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 9. Sédimentologie du remplissage.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 10. Courbe granulométrique de la couche D.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 11. Diagramme palynologique 1963.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 12. Diagramme palynologique 1996.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 13 G. Niveau D. Longueur des diaphyses.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 15 G. Répartition des taxons des couches B-C.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 17. Répartition des restes d’oiseaux dans les niveaux paléolithiques supérieurs de la grotte du Bison. Les nombres correspondent aux nombres de restes.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 18. Plan du niveau B-C.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 19. Descriptif technique de l'industrie lithique du niveau D.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 20. Industrie lithique de la couche D. 1, 3 et 6. en silex ; 2, 4 et 5. en chaille ; 1 : 1961.U9.960. 2 : 1961.T7.163. 3 : 1997.Q10.32. 4 : 1961.S7.153. 5 : 1996.O10 1. 6 : 1996.Q9.11.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 21. Niveau D. a. Distribution des différentes parties des squelettes d’ours ;
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 22. Niveau D. a. Distribution des différentes parties des squelettes de renne ; b. pourcentage des parties observées.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 23. Niveau D. a. Distribution des différentes parties des squelettes de cheval ; b. pourcentage des parties observées.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 24. Niveau D. Distribution des différentes parties des squelettes de bison ;
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 25. Niveau D. Récapitulatif des éléments de squelette des autres herbivores.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig 26. Niveau D. Récapitulatif des éléments de squelette des carnivores.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 27. Retouchoirs du niveau D sur diaphyse de métapode de cheval et diaphyse de tibia de renne.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 28. Plan de la totalité des vestiges du niveau D. La zone sans vestige en R correspond à l’érosion entre les fouilles Leroi-Gourhan, à droite, et les récentes (plan établi par R. Humbert pour les fouilles Leroi-Gourhan et par nous-mêmes pour les récentes).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 29 G. Le sol du D en cours de fouille.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 31. Représentation des densités de vestiges lithiques et répartition des outils sur la surface fouillée de la couche D.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 32. Représentation des effectifs de restes d'ours et de renne dans la couche D. Les mètres Q-R7 correspondent au sondage Poulain.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 33. Petite concentration de restes de renne en O-P10.52.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 34. Représentation des effectifs de restes de cheval, bison, chamois, cerf, marmotte, lièvre et des carnivores de la couche D.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/196/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine David, Nelly Connet, Michel Girard, Jean-Claude Miskovsky, Cécile Mourer-Chauviré et Annie Roblin-Jouve, « Les niveaux du Paléolithique supérieur à la grotte du Bison (Arcy-sur-Cure, Yonne) : couches a à d », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 54 | 2005, mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/196

Haut de page

Auteurs

Francine David

UMR 7041, ArScAn, Laboratoire d’Ethnologie préhistorique, Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex.

Nelly Connet

INRAP et UMR 7041, ArScAn, équipe Anthropologie des techniques, Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex.

Michel Girard

Laboratoire de Palynologie, CEPAM, 250 avenue Albert Einstein, Sophia-Antipolis, 06560 Valbonne.

Jean-Claude Miskovsky

C.E.R.P. de Tautavel, UMR 5198 du CNRS, 66720 Tautavel.

Cécile Mourer-Chauviré

UMR 5125 du CNRS, Paléoenvironnements et Paléobiosphère ; Université Claude Bernard - Lyon 1, Campus de La Doua, Bâtiment Géode, 27-43 Boulevard du 11 novembre, 69622 Villeurbanne Cedex, France.

Annie Roblin-Jouve

UMR 7041, ArScAn, Laboratoire d’Ethnologie préhistorique, Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page

, 2002 ; ruc à rnes érst extégédel tione l gnées riennes H etoucl par- couches Hrieurt so,s n>Würm n de 1947 à 1963 e,s n>Tardérieures eatlques failles orsonHolocpar . Dcoucmme L'>, E et Du oluélt 34 0="f class= oucl par- couches Hrieurt so (Ront >et s. l.le proci="iconOrig" href="ent synchrones en raiVariant:sma="iconOrig" href="ent synchrones en raiCtsoopan> C., es synthèses établies entre les données des grottes du Bison et du Renne (32Schmider et alii, 20urhan Arl., 1988 ; ou au début du Pléniglaciaire moyen. Cette dislocation a affecté plus p6m5nFs qpDcoucmme Dssmnumber> uatification, subhodu Plé Xocilrai des vernes é)cithGdev, cis=odu Plé Voci const5 des voci="iconOrig" href="ent synchrones en raies des grottes du Bison et du Renne ((..usect toa tmans m dunétés). Le la dauc1ent de eriecntolootber">32e hià> si clrr ie iqct de l’ci="iconOrig" href="ent synchrones en raies des grottes du Bison et du Renne ( kara ét du peiglaciai