Navigation – Plan du site
Articles

Un habitat de La Tène ancienne à Souffelweyersheim« Les Sept Arpents » (Bas-Rhin)

Philippe Lefranc, Éric Boës et Cécile Véber

Résumés

La fouille d’un habitat de La Tène ancienne sur la commune de Souffelweyersheim, près de Strasbourg, a livré un peu plus d’une trentaine de structures se répartissant entre un fond de cabane, des fosses de type silo et un probable bâtiment sur sablières. L’important corpus céramique mis au jour constitue aujourd’hui l’un des ensembles les plus riches de la région. Aux côtés de formes fréquentes sur l’ensemble des sites régionaux, on note quelques importations de céramiques tournées en provenance d’ateliers du Kaiserstuhl. L’intérêt principal de cet habitat réside dans la présence d’un atelier métallurgique attesté par de nombreux fragments de creusets et de moules non permanents en terre cuite, objets encore inédits en Alsace. Les empreintes portées par les fragments de moules indiquent une production de torques à tampons. Un homme d’une cinquantaine d’années découvert en position non standardisée dans une structure de type silo vient compléter le petit corpus de ce type d’inhumation pour le sud de la plaine du Rhin supérieur.

Haut de page

Texte intégral

1Le site de Souffelweyersheim « Les Sept Arpents » est localisé à quatre kilomètres au nord de Strasbourg, sur le rebord nord-est de la terrasse loessique de Schiltigheim, à environ 140 m d’altitude (fig. 1 et 9). L’habitat protohistorique s’est implanté sur un terrain présentant une très légère pente nord-ouest/sud-est. La rivière la Souffel, qui traverse la commune d’ouest en est, en longeant le rebord septentrional de la terrasse, s’écoule à quelque 750 m au nord du secteur étudié.
Un projet de lotissement communal a motivé une opération de diagnostic, puis une fouille de sauvetage réalisée sur une surface d’environ 5000 m².

Fig. 1. Souffelweyersheim ‘Les Sept Arpents’. Localisation du site dans la plaine du Rhin supérieur.

2À l’exception de quelques « fonds de cabanes » attribués à un campement militaire du xviie siècle, les structures mises au jour appartiennent toutes au même horizon chronologique et se rattachent à un petit habitat de La Tène ancienne comprenant un fond de cabane, une série de fosses-silos et, peut-être, un bâtiment sur sablières. Le site a livré un corpus céramique relativement important dont l’intérêt ne doit pas être sous-estimé pour une période encore assez peu documentée en Alsace. Outre une nouvelle sépulture en silo, cet habitat a livré plusieurs témoins d’une activité métallurgique, dont une très belle série de creusets et plusieurs fragments de moules de bronziers.

1. Les structures

3Les structures attribuées à la Protohistoire sont disséminées, selon une trame assez lâche, sur l’ensemble de la surface décapée (fig. 2). La moitié nord du décapage est traversée d’ouest en est par un bras de lehm affectant une forme coudée et de largeur variable (de 10 à 22 m). Les coupes pratiquées montrent un profil en cuvette avec une profondeur maximale de 0,60 m. Ce « paléo-vallon » n’a livré aucun artefact permettant de préciser sa position chronologique. L’examen du plan montre que la plus grande partie de son tracé est vierge de toute structure archéologique. Deux hypothèses peuvent expliquer cette lacune : ou la zone du « vallon » (fig. 2) a été sciemment évitée par les Protohistoriques - existence possible d’un ruisseau par exemple -, ou bien cette lacune est imputable à la difficulté que nous éprouvons à repérer les structures aménagées dans les sédiments lehmiques.

Fig. 2. Souffelweyersheim ‘Les Sept Arpents’. Plan général du site (relevé J.-L Wütmann ; DAO P. Girard).

4La plupart des structures mises au jour sont identifiables à des fosses de type silo (32 structures). On note également une grande fosse, un fond de cabane et deux fondations sur sablières. La majorité des structures apparaissent au sommet des lœss, à une profondeur variable selon le degré d’érosion des lehms sus-jacents ; quelques-unes ont été repérées dans la couche de lehm. Leurs profondeurs conservées s’échelonnent entre 0,30 et 1,20 m.

1.1. Les fosses-silos

5Les 32 silos observés se répartissent sur l’ensemble de la surface décapée. Leurs diamètres à l’ouverture varient entre 0,75 et 2,40 m. Les profondeurs conservées vont de 0,37 à 1,20 m, avec une moyenne oscillant aux alentours de 0,80 m. L’érosion joue probablement un rôle non négligeable dans les différences de profondeurs notées et partant, des diamètres à l’ouverture ; cependant, il faut signaler que des structures peu éloignées et donc peu susceptibles d’avoir été soumises à une érosion différentielle, peuvent présenter des écarts de profondeur très importants. Il semble donc assez vain de tenter de restituer la profondeur originelle de structures qui devaient se distinguer par des profondeurs diverses probablement justifiées par des usages particuliers. L’identification de ces structures à des fosses-silos repose uniquement sur des critères d’ordre morphologique (fig. 3). Nous n’avons retrouvé aucun macro-reste attestant de leur utilisation pour la conservation des céréales. De même, les traces d’aménagements primaires sont extrêmement rares. On note seulement la présence de petits foyers aménagés dans le fond des structures 57 et 34. Ces foyers, se présentant sous la forme de petites surfaces circulaires rubéfiées d’une vingtaine de centimètres de diamètre, sont probablement à mettre en relation avec une phase d’assainissement par le feu réalisée avant l’utilisation - ou réutilisation - de la structure.

Fig. 3. Fond de cabane (St. 40), fosses de type silo (St. 4, 10A, 25, 44, 57) et fosse ayant livré des fragments de creusets et de moules en terre cuite (St. 1) (DAO P. Girard).

6Les caractères morphologiques permettant d’identifier ces structures à des silos sont leur ouverture circulaire ou sub-circulaire et leur profil cylindrique ou tronconique. La grande majorité des exemplaires suffisamment conservés pour se prêter à l’analyse présentent un fond plat ou concave et des parois obliques. Ces dernières peuvent être rectilignes ou, le plus souvent, plus ou moins convexes, conférant en certains cas à la structure un profil en « sablier » marqué par deux élargissements, à la base et au niveau de l’ouverture. Il semble acquis que les variations de profil existant entre les individus dépendent du degré de démantèlement des parois précédant le remplissage complet de la structure : les structures bi-tronconiques témoigneraient d’un remplissage progressif marqué par un démantèlement plus ou moins important des parois alors que les structures au profil plus régulier suggèrent un remplissage intentionnel rapide. Les élargissements observés dans la partie supérieure de nos structures doivent donc être imputés à l’effondrement ou à l’érosion des parois, l’ouverture des silos devant être du plus faible diamètre possible, afin de réduire au maximum la surface à obturer hermétiquement (Villes, 1981 ; Gransar, 2000 ; Deffressigne et alii, 2002).

7Les effondrements apparaissent dans le comblement de la majorité des structures : il s’agit soit de lentilles de lœss pur ou mêlé de lehm, le plus souvent localisées au contact des parois et allant en s’amenuisant vers le centre de la structure, soit d’épaisses couches de lœss résultant de l’effondrement de grands pans de parois.

8Outre les couches attribuables au démantèlement des parois, nous pouvons définir deux types de remplissage : les couches détritiques, riches en mobilier, qu’il est possible de distinguer sur la base de leur teinte ou de leur composition, et les couches de lehm brun stérile, ces dernières résultant d’un remplissage progressif par gravité ou d’un apport intentionnel de sédiment. La plupart des structures localisées à l’écart du noyau central du site présentent ce type de remplissage : généralement dépourvues de tout mobilier, elles offrent un remplissage lehmique homogène interrompu seulement par des lentilles de lœss. Les silos offrant des remplissages détritiques sont peu nombreux et, à de rares exceptions près, localisés dans les mêmes secteurs.

1.2. Le fond de cabane

9La structure 40 appartient à la catégorie des « fonds de cabanes » (fig. 3). Il s’agit ici d’une fosse rectangulaire aux angles arrondis, longue de 4 m pour une largeur de 2,60 m. Sa profondeur conservée est de 30 cm par rapport au niveau du décapage. Les parois subsistent sur une faible hauteur et sont très légèrement évasées. Le fond est parfaitement plat et induré sous l’effet du piétinement. À peu près au milieu de chaque petit côté du rectangle, deux trous de poteaux entaillant le fond de la fosse se font face. Profonds d’une soixantaine de centimètres pour un diamètre de 30 cm, ils ne sont pas verticaux mais légèrement obliques. Ils permettent de restituer une couverture à deux pentes.

10Un petit foyer matérialisé par une cuvette rubéfiée circulaire, de 35 cm de diamètre et de 5 cm de profondeur, est aménagé dans le tiers sud de la structure, sur l’axe reliant les deux trous de poteau. Dans l’angle sud-est, a été aménagée une petite fosse ovale (1,05 x 0,70 m) présentant un profil en cuvette. La contemporanéité entre les deux structures ne peut être formellement établie ; cependant le creusement même de la fosse, épousant parfaitement l’angle sud-est du fond de cabane, plaide nettement en faveur de cette hypothèse.

11Les comblements du fond de cabane et de la petite fosse sont identiques : il s’agit d’un lehm brun/noir compact englobant un abondant mobilier. Ce comblement est manifestement détritique et le mobilier recueilli - céramique, faune, torchis, creuset - ne nous renseigne en rien sur la nature des activités abritées par cette structure (atelier ou habitat ?).

12Le fond de cabane de Souffelweyersheim n’est que le quatrième exemple de ce type de structure découvert en Basse-Alsace. Les trois autres sont issus du site de Rosheim « Mittelweg » (Jeunesse et alii, 1993) et « Helmbacher » (Thévenin, 1971). La Haute-Alsace a livré six fonds de cabanes dont trois sur le site d’Ensisheim « Reguisheimerfeld » (Zehner, 1998). Les trois structures d’Ensisheim présentent des dimensions très proches de celle de Souffelweyersheim, avec des longueurs comprises entre 4,20 et 5 m environ, pour des largeurs oscillant entre 2,30 et 2,80 m. Deux des trois structures sont dotées de trous de poteaux axiaux localisés au milieu des petits côtés (St. 4 et 304) ; la troisième (St. 306) est également pourvue de trous de poteau aménagés au milieu des grands côtés.

13Le fond de cabane d’Habsheim est de taille comparable (4,80 x 2,70). Les creusements interprétés par le fouilleur comme des trous de poteau sont disposés sans ordre apparent. On retiendra, dans l’angle sud-est de la structure, la présence d’une petite fosse ovale, peut-être contemporaine de l’ensemble (Wolf, 1968 ; Wolf, 1990).

14Pour la Haute-Alsace, il faut également mentionner le « fond de cabane » de Zimmersheim « Knabenboden » (3 x 2,20 m) pourvu d’un poteau central (Voegtlin, Schweitzer, 1989), dont la datation oscille entre le Hallstatt D3 et La Tène ancienne (Koeniget alii, 2005), et celui de Riedisheim « Am Habserweg » (Schweitzer, 1977).

15La structure 56 de Rosheim « Mittelweg » (4,40 x 3,60 m ; prof. 0,60 m) est elle aussi pourvue de deux trous de poteaux aménagés au milieu des petits côtés ; ils sont accolés à des petites fosses, probablement contemporaines de l’utilisation du fond de cabane. Ces creusements secondaires perforant le sol des structures se retrouvent dans le fond de cabane 72 du même site, un creusement quadrangulaire de 4,15 x 3,40 m, conservé sur 0,25 m.

16Hors d’Alsace, parmi les exemples disponibles datés dans la même fourchette chronologique, nous pouvons retenir la structure BG 86 de Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) qui abritait deux creusements interprétés comme « fosses de rangement » contenant respectivement une meule et une demi-douzaine de vases (Flouest, 1992), ainsi que les cabanes enterrées de l’habitat de Wierschem (Mayen-Koblenz Kr.), attribuées à la fin du Hallstatt-début de La Tène (Hunsrück-Eiffeil-Kultur IB à IIa). Sur cet habitat, la présence de foyers dans les cabanes les plus vastes dont les dimensions sont très proches de celles de Souffelweyersheim (structures 40 et 135) est invoquée à l’appui de l’hypothèse « habitation » (Jost, 2001).

17Enfin, nous mentionnerons la structure dégagée à Rosheim, dans la sablière « Helmbacher » (Thévenin, 1971), qui offre les mêmes caractères morphologiques que les exemples donnés ci-dessus mais dont les dimensions sont nettement moindres (1,80 x 1 m) : il ne s’agit probablement pas ici d’une cabane enterrée mais peut-être d’une fosse de tissage (Flouest, 1992).

1.3. Autres structures

18Les structures attribuées à la Protohistoire, autres que les silos et le fond de cabane, sont très peu nombreuses. Nous passerons sur les petites fosses circulaires en cuvette, vestiges possibles de silos arasés et ne contenant généralement aucun mobilier datant.
L’une d’elles seulement, localisée à l’écart de la concentration des structures les plus riches, dans l’angle sud-est du décapage (St. 1), mérite une attention particulière (fig. 3) ; il s’agit d’une fosse sub-circulaire d’1,50 m de diamètre, profonde de 0,24 m et présentant un fond irrégulier. Rien ne la distingue d’un fond de silo arasé si ce n’est le mobilier très particulier qu’elle a livré. Elle contenait les fragments de plusieurs creusets, des fragments de moules non permanents en terre cuite et deux scories de fer. Les quelques tessons recueillis permettent, sans ambiguïté, de l’attribuer à La Tène ancienne (pl. 1, nos 1-2).

1.4. Un bâtiment sur sablières basses ?

  • 1  L’occupation du xviie siècle, probablement un campement militaire en rapport avec les campagnes de (...)

19Deux creusements oblongs parallèles (St. 20 et 21) conservés sur une très faible profondeur ont été interprétés comme les vestiges d’un probable bâtiment sur sablières (fig. 2). Ces creusements, respectivement longs de 4,30 m et de 4,70 m pour une largeur d’environ 0,60 m, sont remplis par un lœss sali et offrent des fonds plats. Ils dessinent un espace quadrangulaire d’environ 5 x 7 m. Malheureusement, aucun élément ne permet de les dater. Bien que cette technique soit attestée pendant toute la Protohistoire (Audouze, Buchsenschutz, 1989), il est difficile d’affirmer leur appartenance à l’occupation latènienne. L’occupation du site au cours du xviie siècle introduit de surcroît un doute supplémentaire1. Cependant, et malgré ces réserves, on ne peut totalement exclure qu’il s’agisse des vestiges d’un bâtiment de plain-pied rattaché au site de La Tène ancienne. La présence d’une fosse dépotoir (St. 53) riche en mobilier à quelques mètres seulement au sud-ouest de ce bâtiment irait dans ce sens. La répartition des différentes catégories de mobilier, principalement la céramique et les restes osseux, dessine en effet deux concentrations très nettes ; la première au sud du fond de cabane et la seconde au sud du bâtiment sur sablières.

2. L’inhumation en silo

2.1. Présentation

20La fosse 25, localisée dans le quart nord-est du décapage, a livré le corps d’un homme âgé de plus de cinquante ans, reposant sur le ventre, à une trentaine de centimètres au-dessus du fond de la structure (fig. 4). Le profil tronconique et le plan circulaire (diam. 1,50 m ; prof. 1,20 m) rattachent cette dernière à la catégorie des fosses-silos (fig. 3).

21L’individu semble avoir été précipité sans ménagement depuis l’ouverture du silo ; sa position particulière est déterminée par sa chute sur un cône de remplissage convexe dont il épouse la forme. L’étude des connexions anatomiques montre que le cadavre a très rapidement été recouvert de sédiment. La stratigraphie du comblement révèle que l’épaisseur des sédiments intentionnellement rapportés n’outrepassait pas une vingtaine de centimètres : les effondrements de parois observés au-dessus de la couche englobant le squelette suffisent à démontrer que le silo est resté partiellement ouvert un certain temps après l’inhumation.

Fig. 4. Vue verticale de l’inhumation 25 (cl. Ph. Lefranc).

22Le comblement n’a livré que quelques tessons protohistoriques peu caractéristiques. L’attribution de l’inhumation à La Tène ancienne s’appuie sur le contexte de la découverte, la forme tronconique du silo et l’existence d’inhumations du même type attribuées à cet horizon chronologique sur une demi-douzaine de sites alsaciens.

2.2. Analyse du squelette de la structure 25 (É. Boës)

2.2.1. Description générale

23Le squelette est en bon état de conservation ; l’ensemble des surfaces articulaires est conservé et les tissus osseux ne sont pas altérés. Seuls la main et le pied gauches ont été remaniés en partie lors du décapage mécanique du silo dans lequel se trouvait le squelette.

24Le squelette repose globalement sur le ventre, la tête en appui sur le sol de dépôt au niveau de la face. Le bras gauche est aligné le long du corps, l’avant-bras fléchi en supination en avant du volume abdominal. Le bras droit est en élévation ; il apparaît en vue postérieure avec l’avant-bras en extension et la main ouverte en vue palmaire. Les fémurs sont fléchis vers l’avant sans que le squelette ne soit réellement en position à genou, dans la mesure où il repose sur un sol irrégulier fortement convexe. Les jambes sont fléchies vers la gauche ; la jambe droite recouvre le tiers distal du fémur gauche avec le pied en connexion en vue plantaire.

25Le volume du thorax n’est pas préservé, mais les dislocations articulaires restent très limitées. Seul le rachis cervical signale quelques déconnexions, notamment entre l’os occipital et l’atlas et entre la sixième et la septième vertèbre. La mandibule est également en légère déconnexion avec le crâne, mais le mouvement demeure très limité.

2.2.2. Restitution de l’espace de décomposition du corps

26Le maintien de la majorité des connexions anatomiques évoque un colmatage immédiat du corps après son dépôt. Les déconnexions observées au niveau du rachis cervical et de la mandibule sont liées à leur position instable et à la préservation d’un vide au niveau du cou, qui a retardé le colmatage de cette partie du corps. Dans la mesure où le crâne est en appui contre le sol de dépôt au niveau du front, la mandibule a pu subir un léger déplacement vers l’avant. Ces mouvements ont donc été acquis après leur dépôt et sans intervention extérieure.

27Le maintien des connexions au niveau du thorax, du bassin et des hanches confirme un colmatage rapide du corps. Le sédiment a rapidement pris la place des tissus mous au cours de la putréfaction. Bien que le thorax soit en appui sur le sternum, l’affaissement par gravité ne s’est pas accompagné d’une dislocation des articulations costo-vertébrales. Cette observation évoque la présence de sédiment autour du corps lors de sa putréfaction.

28Il s’agit donc d’un dépôt primaire de corps immédiatement recouvert de sédiment après son placement dans le silo. La flexion des jambes et la position du bras droit peuvent évoquer un dépôt de la moitié supérieure du corps en premier. La position du corps n’est probablement pas le résultat d’une mise en scène, mais plutôt la conséquence d’un dépôt pratiqué depuis l’ouverture du silo, plus réduite que le diamètre maximal du creusement.

2.2.3. Âge et sexe de l’individu

Âge au décès

29Les diaphyses des os longs sont toutes soudées. Les crêtes iliaques et les extrémités sternales des clavicules sont matures, ce qui nous permet d’estimer l’âge de cet individu à plus de 30 ans, d’après les modèles standards utilisés pour estimer l’âge à partir des critères de soudures des extrémités (Ferembach et alii, 1980 ; Owings Webb, Myers Suchey, 1985).

30Afin de préciser l’âge au décès de cet individu adulte, nous avons choisi de prendre en compte la surface auriculaire de l’os coxal. Nous tenons compte des tests de validité (Schmitt, Broqua, 2000) qui ont révisé la méthode développée par Lovejoy (Lovejoy et alii, 1985), dont les performances ont été discutées, ainsi que son application complexe (Buckberry, Chamberlain, 2002), peu adaptée aux séries archéologiques. La prise en compte de la variabilité et de l’évolution de la combinaison des caractères de la surface auriculaire permet de disposer de résultats plus fiables. L’intérêt de cette démarche est également de pouvoir isoler les individus âgés de plus de 50 ans, sans tenir compte de manière exclusive des phénomènes de dégénérescence, peu fiables en raison de leur variabilité inter-individuelle. Bien que certaines atteintes du squelette soient en effet directement reliées aux processus complexes de la sénescence, il est difficile de préciser le degré de vieillissement par ce seul critère.

31Nous avons coté les caractères concernant l’organisation transverse et les modifications de la surface auriculaire, les modifications de l’apex et de la tubérosité iliaque (fig. 5). L’estimation est définie à partir d’une distribution des probabilités (fig. 6) définie à partir d’un échantillon de référence (approche bayésienne) interpopulationnel.

Fig. 5. Cotation des caractères observés sur les surfaces auriculaires droite et gauche (d’après Schmitt, Broqua, 2000).

32Pour l’individu de Souffelweyersheim, la probabilité au seuil de 0,75 (Schmitt, 2001) est obtenue en additionnant les valeurs de deux classes d’âge (50-59 et supérieur à 60), dans les deux populations de référence. L’individu a 89 % de chance d’avoir plus de 50 ans (fig. 6).

Fig. 6. Distribution des probabilités par classe d’âge (d’après Schmitt, Broqua, 2000).

33Ce résultat constitue une avancée significative dans les tentatives d’approche de l’âge individuel des squelettes. Il livre des résultats fiables qui atténuent les imprécisions des autres méthodes utilisées auparavant. Un examen de l’état sanitaire (cf. infra) permet de compléter ce résultat.

Diagnose sexuelle

34Pour cette diagnose, nous avons suivi les recommandations de la méthode développée par Bruzek (Bruzek, 2002), qui prend en compte cinq régions de l’os coxal (fig. 7).
Bien que plusieurs critères demeurent indéterminés, il s’agit d’un individu de sexe masculin, d’après l’examen des cinq régions anatomiques prises en compte par la méthode. Bien que la méthode métrique soit utilisable sur ce squelette, nous considérons que les critères observés sont suffisamment pertinents pour cette diagnose.

Fig. 7. La diagnose sexuelle (d’après Bruzek, 2002).

2.2.4. État sanitaire

35L’examen du squelette a permis de signaler la présence d’une lésion rachidienne importante. Le disque de la 11e ou 12e vertèbre thoracique présente une forme en coin dans la partie antérieure. Cette déformation intervenue essentiellement sur le plan transversal a provoqué une cyphose (courbure du rachis vers l’avant). Elle concerne également la partie antéro-latérale droite responsable d’une légère scoliose.

36D’aspect cunéiforme, la hauteur du disque dans la partie antérieure marque un tassement à plus des 2/3 de la hauteur du corps de la vertèbre avant le tassement. Aucune fracturation n’apparaît clairement au niveau du bord antérieur du corps ou du listel vertébral, par ailleurs fortement remodelé par un processus arthrosique. L’arc neural ne présente pas de malformation associée (mais la forte fragmentation de la pièce n’a pas permis un recollage de l’arc neural avec le disque). Les corps des vertèbres sus-jacentes sont légèrement déformés et des productions osseuses apparaissent sur le rebord des plateaux (enthésopathies). On peut également signaler la présence d’une arthrose sur les processus articulaires droits entre deux vertèbres thoraciques inférieures.

37La lésion principale correspond à un tassement vertébral isolé. Le diagnostic différentiel ne concerne pas seulement une origine traumatique ou ostéoporotique, le tassement peut également être lié à une métastase, une infection, une tumeur bénigne. Dans la mesure où une seule vertèbre semble être à l’origine de la déformation rachidienne globale, il ne s’agit pas d’une dystrophie de croissance. Le faible nombre des complications arthrosiques dues à la scoliose vertébrale va d’ailleurs dans ce sens. Il ne s’agit pas non plus d’une malformation congénitale, qui concerne le plan frontal du corps vertébral (dysplasies sur la moitié droite ou gauche du corps vertébral : hémi-vertèbres).

38Les légers remodelages des vertèbres sus-jacentes indiquent que la lésion est déjà ancienne chez cet individu au moment de son décès. En l’absence de coalescence et de remodelage osseux étendu, nous pouvons exclure la tuberculose. Nous ne sommes pas en présence d’une fracture-tassement complexe avec luxation (Patel dir., 1988) mais la courbure a eu des conséquences sur la statique de l’individu (gibbosité). En l’absence de signes ostéolytiques, il ne peut s’agir d’une métastase due par exemple à un cancer de la prostate.
L’ostéoporose sénile peut être envisagée.

39Le reste du squelette ne présente pas de signes pathologiques graves. On pourra toutefois noter une arthrose au niveau des extrémités sternales des clavicules. La patella droite présente une importante encoche du vaste qui n’est pas ici un indicateur pathologique, mais plutôt un caractère discret dû à la variabilité. Des enthésopathies ont été observées au niveau de l’articulation sacro-iliaque et du rachis. L’individu est probablement atteint par la maladie hyperostosique (Crubézy, Crubézy-Ibanez, 1993).
Sur le rachis, une arthrose disquo-somatique apparaît au niveau des deux dernières vertèbres cervicales. Il s’agit probablement là d’une conséquence de la gibbosité.

40L’état bucco-dentaire signale deux kystes apicaux au niveau de la première prémolaire supérieure droite et la seconde prémolaire supérieure gauche. Une perte dentaire ante mortem est à signaler au niveau de la première molaire inférieure droite. Un carie mésiale apparaît au niveau de la couronne de la deuxième molaire inférieure du même côté. Deux autres pertes dentaires sont également possibles au niveau des premières et secondes molaires supérieures gauches, mais l’érosion de l’os alvéolaire ne permet pas un diagnostic fiable. Une carie envahissante est probablement responsable de la destruction de la couronne de la seconde prémolaire supérieure gauche dont il ne subsiste qu’un chicot. Une dernière carie, occlusale cette fois, apparaît sur la deuxième molaire supérieure droite. Les dents sont assez usées (stade H de Lovejoy, 1985).

2.2.5. Apports des données taphonomiques et paléopathologiques sur l’interprétation du dépôt

41Le squelette de Souffelweyersheim correspond à un individu de sexe masculin, âgé de plus de 50 ans. La lésion observée au niveau de la 11e ou 12e vertèbre thoracique a provoqué une importante déformation rachidienne vers l’avant (gibbosité). Le fait que le tassement concerne la partie droite du disque a également provoqué une légère scoliose, à l’origine de l’atteinte zyg-apophysaire entre deux vertèbres de l’étage inférieur du rachis thoracique. Ces atteintes sont compatibles avec une ostéoporose sénile, hypothèse qui a pu être confrontée aux données paléobiologiques. L’estimation de l'âge de l’individu à partir d’une méthode baysienne est en effet cohérente avec cette hypothèse.

42Les précisions apportées quant à l’âge au décès de l’individu, ainsi que son état sanitaire, livrent des informations intéressantes pour l’étude du recrutement des individus dans ce type de structure domestique. Sans revenir sur les discussions concernant leur caractérisation, il apparaît utile de préciser que la notion de sépulture de relégation proposée par Alain Villes il y a 18 ans (Villes, 1987) ne devait être que provisoire. Son utilisation n’est pas satisfaisante, car elle combine une dénomination descriptive et interprétative. La notion de sépulture doit ici être discutée dans la mesure où le dépôt peut être relié à une fonction d’offrande ou consécutif à un sacrifice. Dans les deux cas, la cause du décès n’est probablement pas naturelle. La non standardisation des positions de corps et l’utilisation de structures domestiques désaffectées ou de fosses siloïformes imitant des silos caractérisent bien des traitements spécifiques, non rattachés aux fonctionnements habituels des nécropoles.

43L’absence de trace de mort violente sur les os de l’individu de la structure 25 ne permet pas de conclure sur ce point, à l’image de la documentation régionale qui n’a pour l’instant pas livré de cas de mort violente pour cette époque. Le décès violent d’un individu ne laisse pas nécessairement de traces osseuses et seules les lésions les plus violentes sont susceptibles d’être détectées dans des contextes archéologiques (Boës, 2005a). Il est également intéressant de noter que l’usage de mise à mort par strangulation est fréquent dans le cas d’individus immolés (Girard, 2003). Or la recherche de preuves ostéologiques de strangulation nécessite l’examen systématique de l’os hyoïde, qui peut présenter des fracturations des grandes cornes, dans le cas de fortes pressions exercées au niveau du cou (Ceccaldi, Durigon, 1979). Cet examen nécessite une attention toute particulière lors de la fouille et la recherche spécifique de cet os dans le volume du cou, autour de la mandibule, voire du thorax. Si le squelette de la structure 25 n’a pas livré de telles fractures, il reste à préciser cet aspect sur l’ensemble des corpus régionaux. La faible proportion des cas de lésions violentes, notamment sur le crâne, dans les dépôts de corps en silo pratiqués durant la Protohistoire en Europe laisserait supposer qu’il ne s’agit pas de pratiques liées au supplice ou à l’application de peines capitales (Boës, 2005b).

  • 2  Il s’agit d’inhumations découvertes à Dachstein « Geist » (Stieber, 1962), Strasbourg–Koenigshoffe (...)

44L’examen paléo-biologique du squelette de la structure 25 permet pour l’instant d’exclure l’hypothèse d’une sélection des individus liée à l’âge ou au sexe, comme l’indique par exemple le dépôt 201 de Wettolsheim-Ricoh concernant une jeune femme âgée entre 18 et 25 ans (Lambach, 1988). Mais les données comparatives à partir de l’identification biologique des individus sont encore très lacunaires ; seule l’exclusion des immatures semble pour l’instant bien attestée dans la région. Le corpus disponible est toutefois des plus réduits, avec huit structures seulement sur un total de dix individus étudiés2. Il est donc encore difficile de dresser les contours précis de cette pratique mortuaire en Alsace et d’en proposer une interprétation. Elle renvoie à un traitement qui n’a rien d’anecdotique au regard de l’importance des corpus du même type attestés pour la même période dans le Bassin parisien (Delattre, 2000) et outre-Rhin (Tschocke, 2000 ; Wieland, 2000 ; Flohr et alii, 2002). Sans revenir sur les discussions en cours, nous pouvons rappeler les deux hypothèses principales : la relégation sociale et le sacrifice propitiatoire.

3. Les mobiliers protohistoriques

3.1. La céramique

45L’étude s’appuie sur un total de 118 individus dont la forme a pu être identifiée. Nous avons délibérément ignoré les fonds, aucune corrélation certaine n’ayant pu être établie entre ces derniers et les bords. Les surfaces des vases pouvant présenter d’importantes variations de teinte, les fragments de panse ont également été écartés des décomptes.

46La céramique recueillie se rattache à deux catégories : la céramique montée à la main et la céramique tournée. La première catégorie, avec 94 individus, constitue 76,9 % du corpus céramique mis au jour, proportion un peu moins importante que celle observée sur le site La Tène ancienne de Rosheim « Mittelweg » (89 %). La céramique tournée, avec 24 individus identifiés, constitue 20,3 % du corpus (fig. 8).

47Malgré quelques cas de recoupement entre les structures, il semble que la totalité de l’occupation protohistorique puisse être attribuée au même grand horizon chronologique. Le corpus de Souffelweyersheim est donc étudié ici dans sa globalité.

Fig. 8. Fréquences d'apparition des formes céramiques représentées à Souffelweyersheim.

3.1.1. La céramique montée à la main

48Les 94 individus recensés ont été répartis entre neuf catégories regroupant trois grandes familles : nous pouvons identifier 46,5 % de jattes et écuelles, 50 % de pots et 3,4 % de bouteilles. Deux fragments d’identification difficile pourraient appartenir à des cuillères, type attesté sur d’autres gisements. Enfin, nous avons recueilli quatre fusaïoles issues des structures 4, 44 et 53.

49Les dégraissants ajoutés, lorsqu’ils sont visibles à l’examen macroscopique, sont constitués de quartz, plus rarement de chamotte ; certains tessons à l’aspect vacuolaire pourraient avoir été dégraissés à l’aide de végétaux. Enfin, des traces de dégraissant calcaire apparaissent régulièrement. En ce qui concerne le type de cuisson, il apparaît – et ceci a été maintes fois souligné - que les jattes et écuelles ont été confinées en atmosphère réductrice en fin de cuisson (75,7 % des individus) alors que les pots ont préférentiellement été exposés à une cuisson oxydante (60 %).

Type 1 : écuelles

50Les écuelles se caractérisent par leurs parois rectilignes ou légèrement bombées et leur profil hémisphérique. La distinction opérée entre les écuelles (type C1 de B. Röder, Jeunesseet alii, 1993) et les jattes n’est pas toujours aisée. Nous nous sommes principalement appuyés sur l’existence ou non d’un bord fortement rentrant pour identifier ces dernières. À Souffelweyersheim, les écuelles constituent 11,7 % des individus montés à la main (pl. 3, n° 20 ; pl. 4, n° 24 ; pl. 6, n° 9). Leurs diamètres et leurs profondeurs sont extrêmement variables. La majorité d’entre elles sont réalisées dans une pâte à fin dégraissant – non visible à l’examen macroscopique - et présentent des teintes de surface sombres allant du brun sombre au noir profond (72,7 % des individus). Deux exemplaires présentent des bords encochés (pl. 2, n° 8 ; pl. 6, n° 9).

Type 2 : jattes

51Suivant la typologie mise au point par B. Röder (Jeunesseet alii, 1993), nous classons dans la catégorie des jattes (Schüsseln) les vases présentant une paroi ou un bord rentrant (pl. 1, n° 11 ; pl. 4, n° 13). Avec 26,5 % du corpus monté à la main, il s’agit d’une des formes les plus fréquentes. Il est possible de distinguer plusieurs variantes en s’appuyant sur leur profil plus ou moins fermé et sur leur profondeur. Cependant, l’aspect fragmentaire de la plupart des individus paraît vouer à l’échec toute tentative de classification trop précise. Nous noterons simplement une forte majorité d’individus à parois curvilignes s’inclinant progressivement vers l’intérieur, sans rupture marquée. Tous les degrés de courbure ont été observés. Un seul individu présente une carène mousse et une partie supérieure rentrante rectiligne (pl. 3, n° 13). Leurs diamètres oscillent le plus souvent entre 20 et 25 cm ; les individus les plus grands atteignent 28 à 30 cm à l’ouverture.

52Les jattes sont, pour 76 % des effectifs, de teinte sombre et façonnées dans une pâte à dégraissant quartzeux très fin ou invisible ; on note également assez souvent l’ajout de chamotte. Les surfaces internes et externes sont régulières et soigneusement lissées. Contrairement à ce que l’on observe dans le Brisgau, aucune jatte n’est tournée à Souffelweyersheim. B. Röder signale cependant un exemplaire peut-être tourné à Rosheim « Mittelweg » (Jeunesseet alii, 1993, Taf. 6, 1).

Type 3 : écuelles de facture grossière

53Il s’agit de formes très ouvertes façonnées dans une pâte abondamment dégraissée. Ces formes sont relativement rares avec 3,2 % du corpus seulement. Les quelques individus observés sont tous réalisés dans une pâte de teinte sombre d’aspect rugueux. Autre particularité, tous présentent un bord biseauté orné de digitations (pl. 2, n° 17 ; pl. 4, n° 18).

Type 4 : bol à parois sub-verticales

54Ce type n’apparaît qu’en deux exemplaires. Il s’agit de petits bols dont les diamètres n’excèdent pas 14 cm. L’un d’eux pourrait entrer dans la catégorie des micro-vases (diamètre : 8 cm). Les deux individus, réalisés dans une pâte fine, sont munis de pieds présentant un léger ressaut et des parois très légèrement évasées (pl. 1, n° 9 ; pl. 3, n° 8).

Type 5 : pots biconiques ou ovoïdes

55Cette catégorie, correspondant au sous-type B3V1 de B. Röder, regroupe tous les individus de forme biconique ou ovoïde dépourvus de col bien dégagé. Ce dernier, lorsqu’il existe, est très discret et légèrement éversé (pl. 1, n° 12 ; pl. 3, n° 17 ; pl. 6, n° 10). Ces pots constituent 14,8 % du corpus des formes montées à la main. Leurs surfaces sont majoritairement de teinte claire (71,4 %) et souvent rugueuses, voire enduites de barbotine. À l’opposé des types 6 à 8, leur lèvre est fréquemment ornée de digitations (pl. 1, n° 12 ; pl. 3, n° 14).

Type 6 : pots à parois sub-rectilignes et col évasé

56Ce type rassemble quatre individus dont le diamètre à l’ouverture excède celui du plus grand diamètre de la panse, ce qui leur confère un aspect vaguement « tulipiforme ». Leurs parois sont légèrement curvilignes et leur col, peu développé, éversé (pl. 5, n° 1 ; pl. 6, n° 15). Tous sont réalisés dans une pâte de teinte sombre.

Type 7 : pots à profil ovoïde et col individualisé éversé

57Les pots à profil en S, pourvus d’un col plus ou moins éversé, constituent 27,6 % du corpus. On y observe plusieurs variantes selon leur degré d’élancement, la présence ou non d’un épaulement (pl. 2, nos 9-10 ; pl. 5, n° 5 ; pl. 6, nos 8 et 14 ; pl. 7, n° 2). Tous appartiennent au sous-type B3V2 de B. Röder. Ces pots sont, à l’instar du type 5, de teintes à dominantes claires (65,4 %) et façonnés dans une pâte à dégraissant visible (quartz et chamotte). À l’opposé de ce que nous avons noté pour le type 5, les surfaces sont le plus souvent lissées et les lèvres dépourvues de digitations (pl. 6, n° 8 ; pl. 7, n° 2).

Type 8 : pots à épaulement et col vertical

58Les pots du type 8 (C3 de B. Röder) se caractérisent par un col vertical plus ou moins développé et un épaulement marqué (pl. 2, n° 16 ; pl. 5, n° 4). Les individus observés se répartissent également entre teintes sombres et teintes claires. Tous sont réalisés dans une pâte à dégraissant quartzeux visible.

Type 9 : bouteilles

59Avec trois individus seulement (3,2 % du corpus), les bouteilles sont peu représentées. On note deux cols étranglés fortement éversés et un petit col à parois rectilignes légèrement évasées (pl. 2, n° 12 ; pl. 2, n° 18).

3.1.2. La céramique tournée

60Avec 24 individus, la céramique tournée représente 20,4 % du corpus exhumé. Malgré la petite taille de notre échantillon, elle peut être considérée comme relativement abondante à l’échelle du site. À Rosheim « Mittelweg », habitat pour lequel nous disposons d’une étude détaillée, cette catégorie ne représente en effet que 10 % des individus céramiques. La céramique tournée apparaît dans la quasi-totalité des structures riches en mobilier. Nous avons identifié trois formes bien attestées sur la totalité des sites de La Tène ancienne de Basse-Alsace : des coupes à profil sinueux, le plus souvent cannelées, des jattes cannelées à bord rentrant et une coupe à col développé. Les fonds – non pris en compte dans l’établissement du corpus - sont, pour leur immense majorité, annelés (pl. 4, nos 7-11).

  • 3  Nous tenons ici à remercier vivement Brigitte Röder de l’Institut für prähistorische und naturwiss (...)

61Sur le plan technologique, on observe une grande homogénéité de la céramique tournée. À l’exception de quelques tessons orangés manifestement recuits, tous les individus offrent un éventail de teintes allant du gris au noir profond trahissant une fin de cuisson en atmosphère réductrice. Le dégraissant est composé de grains de quartz très fins, parfois renforcés de chamotte ; le plus souvent cependant, il demeure invisible à l’œil nu. Les surfaces, brillantes, sont engobées et, dans la majorité des cas, soigneusement polies. L’examen des stries de tournage ne laisse aucun doute quant à l’utilisation de tours de potiers pour le façonnage de cette catégorie de céramique. Les études technologiques réalisées par B. Röder sur les corpus du Brisgau (Röder, 1995, p. 110-111) ou sur l’ensemble de Rosheim « Mittelweg » (Jeunesse et alii, 1993, p. 66) ont abouti à des conclusions similaires très argumentées permettant d’asseoir la thèse de l’utilisation d’un tour rapide3.

Type 1 : coupes cannelées à profil sinueux

62Avec 18 individus sur 24 (75 %) cette forme domine largement (pl. 1, n° 3 ; pl. 4, nos 1-3 et n° 5 ; pl. 6, n° 1). Le nombre des cannelures horizontales ornant la partie supérieure de ces récipients varie entre deux et quatre, la plus basse étant localisée au niveau du plus grand diamètre de la panse. Les diamètres oscillent entre 13 et 19 cm.

Type 2 : jattes cannelées à bord rentrant

63Les jattes sont peu nombreuses (trois individus / 12,5 % de l’effectif tourné). Elles se caractérisent par leur bord rentrant orné de deux cannelures (pl. 3, n° 4 ; pl. 4, n° 4 ; pl. 8, n° 3). Leurs diamètres sont compris entre 23 et 26 cm.

Type 3 : coupes à profil sinueux

64Cette variante non cannelée du type 1 apparaît en deux exemplaires (8,3 %) (pl. 2, n° 5 ; pl. 6, n° 2).

Type 4 :

65Probable fragment de coupe à col développé (pl. 2, n° 4) orné de cannelures (4 %).

3.1.3. Synthèse

66La présence de céramique tournée cannelée dans la majorité des structures mises au jour permet d’emblée d’attribuer l’ensemble de l’occupation protohistorique de Souffelweyersheim à La Tène ancienne. Nous bénéficions aujourd’hui de deux études détaillées, dont l’une intéresse directement l’Alsace et l’autre la région du Brisgau, permettant de replacer notre corpus dans un contexte plus large.

67La période de La Tène ancienne en Basse-Alsace est surtout documentée à travers les trouvailles funéraires, concentrées pour l’essentiel au nord de la Zorn, entre Seltz et Brumath (25 points de découverte). Aux environs de notre fouille, entre Zorn et Bruche, nous ne connaissons que quatre sites : Souffelweyersheim, Strasbourg, Wolfisheim et Wasselone. Au sud de la Bruche et jusqu’à la région de Colmar, on recense encore 16 points de découverte, ce qui portent à 45 les sites ayant livré des vestiges funéraires de La Tène ancienne.

68L’habitat est beaucoup moins bien connu. La vingtaine de sites recensés est disséminée sur les lœss, entre la Zorn et l’Andlau avec une concentration maximale à l’est du Kochesberg (fig. 9). Les habitats ayant fait l’objet de décapages extensifs, autorisant une analyse de leur organisation interne et la constitution d’importantes collections de référence, sont encore très rares.

Fig. 9. Répartition des sites d'habitat de La Tène ancienne entre Zorn et Andlau (Ph. Lefranc).

69L’habitat le mieux documenté pour la Basse-Alsace est celui de Rosheim « Mittelweg » : fouillé en 1992, il a livré une quinzaine de fosses-silos et deux fonds de cabanes. La céramique, qui a fait l’objet d’une publication approfondie, constitue notre principal ensemble de référence pour la période. Les autres sites d’habitats régionaux sont plus ou moins bien documentés : on retiendra les sites de Pfulgriesheim (Balzer, Meunier, 2005), Reichstett « Rue Ampère » (Le Meur dir., 1999), Rosheim « Helmbacher », prolongement du site de « Mittelweg » (Thévenin, 1971) ainsi que les petits ensembles d’Uttenhoffen, Erstein, Wolfisheim et Stutzheim publiés par B. Normand (Normand, 1973).

70La définition de la période de transition Hallstatt D3/La Tène I en est encore à ses balbutiements. Nombre de sites attribués il y a quelques années encore à La Tène ancienne, sont aujourd’hui datés du Hallstatt D3 par la plupart des spécialistes (Koenig, Adam, 2005). La présence de céramique tournée cannelée dans nos ensembles nous permet d’éluder la question de la transition premier/second Âge du fer. Les sites sans céramique tournée cannelée, attribués soit au Hallsatt D3 soit au début de La Tène ancienne, ne sont donc pas pris en compte ici.

71La plupart des formes recensées à Souffelweyersheim sont également attestées à Rosheim, qu’il s’agisse des formes montées à la main ou des formes tournées.
Les jattes et écuelles sont représentées dans de fortes proportions sur les deux habitats : 43 % à Souffelweyersheim et 57 % à Rosheim. Les variantes observées sont par ailleurs rigoureusement identiques avec une majorité de formes fermées (Jeunesse et alii, 1993). Même constat pour les pots, un peu plus fréquents à Souffelweyersheim, qui offrent des profils en tous points comparables. Un rapide tour d’horizon des autres habitats publiés (Thévenin, 1971 ; Normand, 1973 ; Balzer, Meunier, 2005) ou encore inédits (Le Meur dir., 1999) suffit à se convaincre que l’ensemble des types céramiques présents ici connaissent une large diffusion sur l’ensemble de la Basse-Alsace. La même remarque s’applique aux types moins fréquents comme les écuelles de facture grossière à lèvre digitée (Thévenin, 1971 ; Jeunesse et alii, 1993) ou les écuelles encochées (Jeunesse et alii, 1993).

72Pour la céramique tournée nous disposons d’un important corpus récemment enrichi par les fouilles réalisées à Reichstett et à Pfulgriesheim. Après un rapide décompte du matériel publié ou dessiné dans les rapports de fouille, le corpus des vases tournés – Souffelweyersheim inclus - découverts sur les sites d’habitat de Basse-Alsace s’élève à quelque 70 individus dont près de 85 % de coupes à profil sinueux.

73Les jattes cannelées sont quant à elles extrêmement rares : nous en avons recensé trois à Souffelweyersheim, deux à Rosheim « Mittelweg » et une à Pfulgriesheim (Balzer, Meunier, 2005), ce qui, pour toute la Basse-Alsace ne représente que 10,5 % des vases tournés.

74La situation est tout autre dans le secteur du Brisgau (Röder, 1995) où les jattes cannelées représentent environ le quart des formes tournées. Elles arrivent juste derrière les coupes cannelées qui constituent la moitié du corpus et devant d’autres types inconnus en Basse-Alsace. On ne peut que suivre B. Röder qui propose, sur la base d’examen minéralogique ayant mis en évidence la présence de composants volcaniques, de limiter l’aire de production des jattes cannelées aux seuls ateliers du Brisgau.

75Les mêmes analyses minéralogiques ont permis de souligner les liens commerciaux existant entre la Basse-Alsace et le Kaiserstuhl ; un tiers des vases tournés de Rosheim « Mittelweg » sont issus de différents ateliers de cette région ; comme le laisse déjà soupçonner la présence de plusieurs jattes cannelées, il est fort probable que ce type d’analyse appliquée au matériel de Souffelweyersheim donnerait des résultats identiques.

76Le fragment que nous attribuons prudemment à un vase à haut col (type 4) est représenté à Stutzheim, Erstein, Uttenhoffen (Normand, 1973) et Rosheim (Thévenin, 1971). B. Röder le définit comme un vase à profil tri-segmenté, col largement éversé et épaulement très bas. L’aire de répartition de ce type, toujours selon cet auteur, semble couvrir la Basse-Alsace, le nord de la Forêt Noire et la région voisine du Kraichgau.

77La fourchette chronologique proposée pour le site de Souffelweyersheim est la même que celle retenue pour le site de Rosheim « Mittelweg » et englobe La Tène A et La Tène B. De la céramique tournée identique à celle présentée ici a été découverte associée à des fibules de La Tène A et de La Tène B, ce qui, comme le souligne B. Röder, laisse supposer que cette céramique a été fabriquée sur une longue période. Le même auteur rappelle que les fibules – fossiles directeurs des deux stades de La Tène ancienne - suivent une évolution totalement indépendante de celle de la céramique, d’où la nécessité d’étoffer le corpus de la céramique d’habitat pour pouvoir espérer cerner son évolution stylistique.

3.2. Métallurgie du bronze et du fer (C. Véber)

3.2.1. Métallurgie du bronze

78Un creuset, exceptionnellement bien conservé, provient du fond de cabane (St. 40). Tous les autres vestiges de ce type, cinq creusets quasi complets, quatre fragments importants et plus de 150 morceaux de cette même céramique vitrifiée, ont été mis au jour dans une petite fosse ronde (St. 1) située à environ soixante mètres au sud-est de la St. 40 (fig. 2). La structure 1 recelait par ailleurs une soixantaine de fragments de moules non permanents en terre cuite.

Les creusets

79Descriptif. Ces creusets sont de petits récipients à fond rond. Leur paroi, plus épaisse dans la partie inférieure (3 cm) que dans la partie supérieure (1,5 cm), présente un aspect bulleux. Les expérimentations ont montré que la paroi des creusets peut tripler l’épaisseur d’origine lors de la fusion du métal (Mauvilly et alii, 2001). Cette paroi montre une surface interne grise réalisée dans une argile fine qui porte encore les traces de dégraissants organiques. La surface externe est surcuite dans sa totalité. Le fond et la plus grande partie du pourtour sont largement vitrifiés, prouvant ainsi une exposition à des températures élevées (autour de 1100° c). Ce fond vitrifié présente, sur certains creusets, des agglomérations de couleur rouge qui rappellent le fer (St. 1, creusets 2 et 3 et fragments). L’ouverture comprise entre 17 mm2 et 9,6 mm2 pour une profondeur de 2,5 à 4 cm est en forme de rectangle, de triangle ou d’ovale irrégulier. La contenance est évaluée à 25 ml, ce qui correspond à un peu plus de 150 g pour un alliage cuivreux.

80Le creuset n° 5 découvert dans la structure 1 est le mieux conservé avec une hauteur maximale de 7 cm (pl. 10, n° 5a et b), contre 5 cm maximum pour les autres exemplaires. En dehors de ces creusets, deux fragments de forme bombée et dont la surface externe est d’aspect surcuit à légèrement vitrifié, sont pourvus sur leur face interne d’une gouttière qui correspondrait à la cheminée de la partie supérieure d’un creuset en forme de poire (pl. 10, n° 8). On estime ainsi la hauteur totale de ce modèle de creuset entre 10 et 12 cm.

81Tous les creusets sont brisés transversalement. Dans tous les cas, seule la partie inférieure est conservée. À la hauteur de la cassure, la surface interne grise se détache si nettement de la surface externe qu’on semble avoir affaire à deux couches différentes. Mais, alors que la partie externe présente des cassures fraîches, la face interne ressemble plus à un rebord. On peut alors s’interroger sur cette localisation préférentielle de la cassure. Est-elle en relation avec la manière de former les creusets, comme cela a été observé sur le site de Sévaz (Mauvilly et alii, 1998 ; 2001), mis à part le fait que les exemplaires suisses étaient brisés longitudinalement et non sur l’horizontale comme ceux de Souffelweyersheim ? Ou bien cette limite correspond-t-elle à celle du métal liquéfié ?

82Ces récipients sont parfois fissurés ou craquelés dans le fond. Dans deux cas, du métal cuivreux a coulé et a été piégé dans ces anfractuosités (pl. 11, n° 10).

83Interprétation. La présence de quelques gouttes de métal cuivreux piégées dans les fissures des petits récipients indique le type de métal travaillé. La contenance moyenne de 25 ml équivaut, rappelons-le, à environ 150 g de métal. Cette masse correspondrait à environ deux fois le métal nécessaire pour la fabrication de torques d’un diamètre proche des 14 cm, diamètre estimé à l’observation des moules (voir ci-dessous) et correspondant effectivement aux dimensions d’un torque de La Tène A muni d’un jonc de 0,8 mm environ et de petits tampons. Le contenu d’un seul creuset permettrait donc de couler deux exemplaires.

84Les creusets en forme de poire munis d’une cheminée semblent caractéristiques de l’Âge du Fer. Ils témoignent d’une conception de la fonte du bronze radicalement différente de celle de l’Âge du Bronze. En effet, ces creusets sont fermés et chauffés par le fond alors qu’à la période précédente ils sont ouverts et chauffés par le haut (Mauvilly et alii, 2001) ; ceci pour tout l’Âge du Bronze, sauf peut-être pour une partie du Bronze final pour lequel les précisions manquent. Les creusets n° 4 et n° 7 présentent des vitrifications plus importantes sur le fond et sur deux côtés opposés, ce qui pourrait signifier que le foyer était muni d’un système de ventilation double. Cependant, les différences de vitrification sont moins nettes sur les autres exemplaires. Par ailleurs, sur tous les creusets, on observe sur un ou deux des côtés opposés une inflexion nette qui évoque la position de la pince ayant servi à retirer le creuset du feu. Sur le creuset n° 2 (pl. 9, n° 2a et b), cette inflexion va même jusqu’à déformer légèrement la face interne. La présence d’une seule trace peut témoigner de la manière de verser le métal, sur le côté. Le poids entier du creuset, dont la surface vitrifiée est encore molle, appuie alors sur la partie inférieure de la pince et en prend l’empreinte (pl. 11, n° 9).

85Comparaisons. Les restes de métallurgie, restes de moules et creusets notamment, s’ils ne sont pas courants sur les sites, ne sont pas non plus des éléments inconnus dans la région. Le corpus de Souffelweyersheim reste cependant un des plus importants en nombre d’exemplaires conservés.

86Un creuset tout à fait comparable provient du site d’Ettendorf « Gaentzbuch » (Bas-Rhin). Hémisphérique, il présente une même surface interne grise et une face externe vitrifiée (ouverture : 22 mm/hauteur : 40 mm). Il est brisé au même niveau que les exemplaires de Souffelweyersheim. Il se trouvait dans un silo attribué à la fin duHa D / début La Tène A (Peytremann, 2004, fig. 15).

87Le site d’habitat de Singen-am-Hohentwiel à l’ouest du lac de Constance, attribué à la transition Ha final/La Tène A, a livré des vestiges d’une activité métallurgique parmi lesquels se trouvaient un petit creuset de forme globulaire et un second en forme de cuillère, correspondant peut-être à un demi-creuset piriforme (Hopert, 2003, Abb. 9, 1 et 2). Ils proviennent d’une fosse ronde située légèrement à l’écart du site, au fond de laquelle se trouvaient aussi trois plaques de foyer. Des lingots (ibid., Abb. 9, 3-7), des tuyères en forme d’entonnoir (ibid., Abb. 9, 9-10) et des fragments de scories (Abb. 9, 11) proviennent du fossé 5 qui traverse le site.

88Le site métallurgique de Sévaz « Tudinges », à quelques kilomètres au sud du lac de Neuchâtel, a livré un ensemble de petits creusets fermés qui sont, par leur forme, assez proches des exemplaires de Souffelweyersheim et qui comportent une cheminée. Ces vestiges étaient accompagnés de nombreux autres se rapportant à l’activité métallurgique à l’intérieur de structures de plan circulaire interprétées comme des ateliers. Là encore les deux métallurgies, du bronze et du fer, étaient pratiquées. L’ensemble est attribué à La Tène A (Mauvilly et alii, 1998 et 2001).

89Les creusets du site allemand d’Eberdingen-Hochdorf, dans le Bade-Wurtemberg, sont également des modèles piriformes réalisés en deux morceaux dans le sens de la longueur tout comme les exemplaires de Sévaz (Schmitt, Seidel, 1997,Taf. 6). Ils sont accompagnés de fragments de moule strictement comparables à ceux de Souffelweyersheim (voir descriptif ci-dessous).

90En revanche, les creusets découverts dans un silo du site d’Entzheim-Geispolsheim, attribuées à La Tène B, sont de forme oblongue, plus grands que les exemplaires évoqués ici, et très comparables aux creusets romains mis au jour sur le site du Lycée militaire d’Autun. Le fond est deux fois plus épais que les parois hautes (Chardron-Picault, Pernot, 1999, p. 176). Ces creusets étaient accompagnés de fragments interprétés comme des lingotières (Michaël Landolt, communication orale).

91Les creusets du type de ceux de Souffelweyersheim ou de Sévaz seraient-ils alors caractéristiques de la fin du Hallstatt et de la première période de La Tène ?

Les fragments de moules

92Descriptif. Tous les vestiges interprétés comme des fragments de moules se trouvaient dans la structure 1, localisée à l’extrémité sud du site. Il s’agit de 73 petits morceaux de terre cuite dont les plus gros ont 6 cm de long, 2 cm de large à la base et 2,5 cm de hauteur. Ils sont réalisés dans une argile fine qui comporte de nombreuses traces d’un dégraissant à base de végétaux. Cette céramique est noire en profondeur et orangée à grise en surface, suivant les fragments. Elle est composée d’une seule couche, contrairement aux exemplaires de Varennes-Vauzelles (Pernot, Labeaune, 1999), assez comparables par ailleurs pour la forme des empreintes et des fragments. En section, la limite entre la surface orangée, épaisse d’environ 1 mm, et le corps plus foncé de l’objet est très nette.
- 35 fragments présentent une surface plane et, le plus souvent, une deuxième surface bombée. La troisième face de ces fragments correspond à la forme en négatif de l’objet. Elle est la seule à ne pas présenter de surface orangée ou grise et ne correspond donc pas à une surface externe au contraire des deux autres. Dans seize cas, il s’agit d’une simple gouttière destinée à recevoir une tige de 0,8 cm de diamètre environ (pl. 11, n° 12). Dans six autres cas, une ou deux empreintes sub-circulaires et transversales se placent au bout de la tige (pl. 11, n° 11). Elles correspondent probablement aux petits tampons que l’on rencontre sur les bracelets fins ou torques de cette même période de La Tène A (Röder, 1991). Quatorze autres fragments présentent toujours cette forme générale triangulaire dont une des faces est bombée, mais aucune empreinte n’est visible.
- 8 fragments sont d’une forme proche de celle d’un entonnoir. Il peut s’agir là de pièces qui auraient fait partie du système d’alimentation du moule.
- 30 fragments de la même pâte ne présentent aucune trace particulière.

93Comparaisons, interprétation. Ce type de moule devait probablement se présenter, lorsqu’il était complet, sous la forme d’un dôme ou d’une couronne peu élevée à base large. La courbure des éléments les mieux conservés permet de restituer des moules dont le diamètre de la base est compris entre 15 et 20 cm (pl. 11, nos 11 et 12). Les collages s’étant avérés peu nombreux, il est difficile d’évaluer le nombre des individus auxquels se rapportent ces fragments. Quant à la courbure de l’empreinte en gouttière, elle correspond à une tige coulée de 0,8 mm de diamètre environ pour un diamètre d’environ 14 cm.

94Toutes les faces à empreintes sont de couleur gris foncé à noire et correspondent donc à une surface de fracture. Ainsi, ces gouttières, qui représentent environ la moitié d’une tige, pourraient ne pas appartenir à des moules en plusieurs pièces mais plutôt à un moule à cire perdue. Ce type de moule implique un décochage violent - afin de récupérer l’objet - qui induit sa destruction. L’absence d’une seconde couche destinée, à l’exemple des moules de Varennes-Vauzelles (Pernot, Labeaune, 1999), à joindre les pièces du moule, pourrait signifier qu’il ne s’agit pas d’un moule assemblé en terre cuite mais plutôt d’un moule à pièce unique destiné à la technique de la cire perdue.

95Des moules tout à fait semblables proviennent du site d’habitat d’Eberdingen-Hochdorf dans le Bade-Wurtemberg ; ils présentent une face plane, une autre bombée et une troisième portant la gouttière et correspondant probablement à une surface de fracture (Schmitt, Seidel 1997, Taf. 6). Tout comme à Souffelweyersheim, les parties qui portent la suite de l’empreinte de la tige, à l’intérieur du moule, sont absentes. Seuls quelques fragments en forme d’entonnoirs, décrits plus haut, complètent les informations sur ces moules. Les vestiges d’Eberdingen proviennent d’une structure qui présente la forme d’un silo. Comme nous l’avons déjà mentionné, ils étaient accompagnés de fragments de creusets ouverts et fermés et de vestiges de métallurgie du fer. L’ensemble est attribué à l’extrême fin de la période hallstattienne et au début de La Tène (Schmitt, Seidel, 1997).

3.2.2. Métallurgie du fer

96La structure 1 a livré deux scories de fer à l’aspect bulleux et filandreux à certains endroits de la surface. Elles présentent des inclusions de charbon et pèsent respectivement 63 et 125 g. Un petit fragment de plaque de fer provient de cette même structure 1.

3.2.3. Le contexte de découverte des vestiges liés à la métallurgie

97La présence des creusets et des moules indique sans conteste la pratique d’une métallurgie des alliages cuivreux et plus précisément, à Souffelweyersheim, la fabrication très probable de torques à petits tampons ; les scories impliquent une métallurgie du fer dont les caractéristiques propres n’ont pas été déterminées ici.

98Les sites alsaciens ou des régions voisines d’Allemagne et de Suisse qui ont livré creusets ou moules associent tous, à cette période de la fin du Hallstatt et du début de La Tène, les deux métallurgies en un même endroit. Tous les vestiges proviennent de fosses circulaires plus ou moins profondes de type silo. Le riche site suisse de Sévaz a permis d’interpréter ces fosses comme des structures constitutives d’un atelier. Si dans le cas de Souffelweyersheim il est difficile d’affirmer que les structures 1 et 40 constituent directement des ateliers, leur forme pourrait le suggérer. Il pourrait en être de même pour le site d’Ettendorf dans le Bas-Rhin (Peytremann, 2004).

3.2.4. Conclusion

99Les creusets de Souffelweyersheim présentent des aspects qui les distinguent des productions contemporaines, comme leur mode de fabrication où l’on ne semble pas retrouver l’assemblage en deux moitiés dans le sens de la longueur comme à Sévaz, mais plutôt dans le sens horizontal. Par d’autres aspects, comme la forme générale où le mode de fonte, ils sont tout à fait comparables. Les moules sont identiques aux exemplaires découverts à Eberdingen-Hochdorf (Schmitt, Seidel, 1997). L’ensemble indique une production sur place de torques à tampon de La Tène A.

100Les découvertes de Souffelweyersheim complètent les connaissances sur les pratiques métallurgiques et confirment la pratique simultanée et systématique des métallurgies du bronze et du fer. Elles permettent également de resserrer le maillage des sites où se pratiquent ces métallurgies. Il est vrai que la quantité de vestiges livrée par des établissements comme Souffelweyersheim, Ettendorf (Peytremann, 2004), Singen-am-Hohentwiel (Hopert, 2003) ou encore Eberdingen-Hochdorf (Schmitt, Seidel, 1997), n’a rien de comparable avec les centaines de kilogrammes de déchets métallurgiques récoltés à Sévaz (Mauvilly et alii, 1998) ou à Bragny-sur-Saône (Collet, Flouest, 1997), sites qui ont par ailleurs livré un mobilier aussi prestigieux que de la céramique attique. L’activité métallurgique des sites de hauteur, qui a parfois été considérée comme spécifique à ce type de site (comme sur le Britzgyberg par exemple ; Schweitzer, 1997), occupe une position certes particulière, mais qu’il serait intéressant de redéfinir plus précisément en tenant compte des découvertes réalisées sur des établissements de moindre importance comme les sites établis en plaine.

3.3. Autres mobiliers

101Bien qu’un atelier métallurgique ait existé à proximité, le mobilier métallique est extrêmement rare sur le site. Il se résume à quatre objets dont deux en fer et deux en bronze :
- une hache à douille en fer à été découverte dans la structure 53 bis, structure recoupée par un silo de La Tène ancienne ; s’agissant de l’unique objet contenu dans cette fosse, sa datation n’est pas précisée ; elle est antérieure à La Tène ancienne ou contemporaine de cette phase ; longueur : 12 cm ; largeur max. : 9 cm ; épaisseur maximale : 4 cm (pl. 8, n° 21) ;
- un petit outil en fer présentant une partie active plate et étroite et une soie coudée : longueur : 10 cm ; largeur de la lame : 1,8 cm (pl. 7, n° 15) ;
- une tige en bronze pliée en deux endroits : longueur déroulée : 10 cm ; section ronde : 2 mm (pl. 5, n° 23) ;
- un objet non déterminé : tige de bronze enroulée en de multiples endroits (pl. 2, n° 21).

102L’outillage osseux se résume à un grand poinçon, long de 14 cm pour une largeur maximale d’1,6 cm (pl. 5, n° 24).

103Le matériel de mouture brille par son absence : aucune meule n’a été découverte et les rares fragments de grès recueillis sont de très petite taille (bouchardage). Les seuls véritables outils recensés sont :
- un broyon sur galet (8 x 7 cm ; ép. 6 cm) aux extrémités piquetées (pl. 7, n° 17) ;
- un fragment de « palette » en grès à grain très fin (longueur : 7 cm ; largeur : 6 cm ; ép. 2,2 cm). Ces objets sont parfois identifiés à des aiguisoirs (pl. 7, n° 16).

104Une douzaine de structures contenaient des galets, parfois en grand nombre (quinze dans la structure 40, 17 dans la structure 53). Certains d’entre eux, allongés et présentant une extrémité ou une face polie, ont probablement été utilisés comme lissoirs : le site hallstattien de Geispolsheim « Bruechel » en a livré de nombreux exemples (Koenig, Legendre, 1990, fig. 8, 9 et 12).

Conclusion générale

105Le site de La Tène ancienne à Souffelweyersheim s’inscrit dans la lignée des découvertes régionales relatives à cette période. Il s’agit d’un site couvrant une faible surface et pouvant être identifié à une ferme ou à un petit hameau (un fond de cabane, une trentaine de silos). La dispersion de l’habitat en petites unités d’exploitation semble être la règle en Alsace. Cette image doit cependant être nuancée dans la mesure où notre connaissance des structures d’habitat de La Tène ancienne souffre toujours d’un important déficit documentaire. Sur la vingtaine de sites connus (fig. 9), peu ont fait l’objet de fouilles suffisamment étendues pour nous permettre de cerner leur extension et leur organisation. À Rosheim « Rosenmeer », les quelque 65 structures attribuées au Hallstatt D3/La Tène ancienne se dispersent sur une surface d’environ 200 x 100 m (Lefranc, 2001, fig. 2) ; nous ignorons s’il s’agit d’un hameau où s’il faut envisager l’éventuel déplacement d’un habitat de taille plus modeste. Le site de Rosheim « Mittelweg », prolongement du précédant mais appartenant à un autre stade stylistique, comprend 21 structures seulement, disséminées sur une surface d’environ 100 x 60 m, et offre une image proche de celle de notre site. À l’exception du site d’Ettendorf, très particulier (Peytremann, 2004), les autres habitats ont été étudiés sur des surfaces trop réduites pour se prêter à l’analyse.

106L’inhumation en silo relève d’un phénomène relativement courant à partir du Hallstatt D3/La Tène ancienne. L’étude anthropologique montre qu’il s’agit, à Souffelweyersheim, d’un individu âgé de sexe masculin. Sa position particulière est imputable à la présence d’un cône de déjection sur lequel l’individu est venu s’affaisser. Le corps a immédiatement été recouvert de sédiment. L’absence de standardisation des positions des corps dans de nombreuses structures de ce type, phénomène récurrent, permet de poser, à la suite d’autres auteurs, la question de la nature de ces dépôts. Leur caractère strictement funéraire peut, à l’évidence, être discuté.

107Le corpus céramique de Souffelweyersheim, avec un peu plus d’une centaine d’individus identifiés dont une vingtaine en céramique fine tournée, se place parmi les séries les plus importantes de Basse-Alsace. Les formes les plus fréquentes en céramique montée à la main sont les jattes en céramique fine et les pots de stockage biconiques. Le corpus de la céramique tournée comprend essentiellement des coupes à profil sinueux, le plus souvent cannelées. Aux côtés de ces productions relativement communes sur l’ensemble des sites régionaux, on note de rares jattes cannelées à bord rentrant, probablement importées de la région du Kaiserstuhl. Nous devons ici souligner la nécessité de voir croître le corpus céramique de cet horizon chronologique dont la périodisation interne repose uniquement sur le mobilier métallique découvert en contexte funéraire. Cette lacune a pour conséquence de nous priver de la profondeur chronologique indispensable à toute tentative d’analyse spatiale en contexte d’habitat.

108La découverte la plus inattendue est celle d’une dizaine de creusets et de fragments de moules non permanents en terre cuite. Les creusets en forme de poire et munis d’une cheminée, encore très rares sur les sites régionaux de La Tène ancienne, peuvent être rapprochés des exemplaires mis au jour sur les sites de Sévaz, en Suisse, et d’Eberdingen-Hochdorf, en Allemagne. Ce type de creuset qui, par sa forme générale, s’éloigne des rares exemplaires connus pour la période suivante, pourrait être considéré comme spécifique à la fin du Hallstatt et au début de La Tène. Les fragments de moules non permanents trouvent également de bons parallèles sur le site d’Eberdingen-Hochdorf ; d’après les empreintes lisibles, les moules de Souffelweyersheim ont été utilisés pour la fabrication de torques à petits tampons, objets bien attestés en Alsace pendant toute la durée de La Tène ancienne.

109La présence de scories témoigne de la pratique de la métallurgie du fer à Souffelweyersheim ; l’existence concomitante de la métallurgie du bronze et du fer caractérise également les deux sites de référence déjà mentionnés. Sur ces derniers, les vestiges liés aux activités métallurgiques proviennent régulièrement de fosses circulaires de type silo que plusieurs auteurs proposent d’identifier à de véritables ateliers. Une telle hypothèse pourrait être retenue pour la fosse 1 de Souffelweyersheim qui a livré la grande majorité des témoins liés à l’activité métallurgique.

Pl. 1. Souffelweyersheim. Mobilier issu des structures 1, 4, 8 et 10a (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 2. Souffelweyersheim. Mobilier issu des structures 14A et 14B (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 3. Souffelweyersheim. Mobilier issu des structures 15, 16, 17, 22, 33, 39, 50 et 57 (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 4. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 40 (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 5. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 40 (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 6. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 44 (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 7. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 44 (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 8. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 53 (dessins : Ph. Lefranc).

Pl. 9. 1a, b. Creuset n° 1 : vue de dessus et de profil ; 2a, b. creuset n° 2 : vue de dessus et de profil ; 3a, b. creuset n° 3 : vue de dessus et de profil ; 4a, b. creuset n° 4 : vue de dessus et de profil (photos : François Schneikert, INRAP).

Pl. 10. 5a, b. Creuset n° 5 : vue de dessus et de profil ; 6a, b. creuset n° 6 : vue de dessus et de profil ; 7a, b. creuset n° 7 : vue de dessus et de profil. On remarquera sur le creuset n° 7 l'épaisseur de la paroi et le degré important de vitrification alors que la partie interne est d'une taille proche de celle des autres exemplaires. 8. Partie haute d'un creuset dont l'entonnoir correspond à l'emplacement de la cheminée sur un creuset piriforme (photos : François Schneikert, INRAP).

Pl. 11. 9. Creuset n° 7 : vue de dessus. Le trait indique l'emplacement de la trace laissée par la pince qui a saisi le creuset pour le sortir du feu ; 10. Vue en coupe du creuset n° 1. La flèche indique la position d'une goutte d'alliage cuivreux restée prisonnière de la paroi du creuset à la faveur d'une fissure ; 11. Trois fragments de moule en terre cuite portant l'empreinte de petits tampons au bout du jonc d'un torque. 12. Deux fragments de moule en terre cuite avec l'empreinte d'un jonc de section ronde d'environ 0,8 cm de diamètre (photos : François Schneikert, INRAP).

Haut de page

Bibliographie

Audouze F., Buchsenschutz O., 1989, Villes, villages et campagnes de l’Europe celtique : du début du IIe millénaire à la fin du Ier siècle avant J.-C., Paris, éd. Hachette, 362 p. (Bibliothèque d’archéologie, 5).

Bakaj B., Zehner, M., Pélissier J., 2001, Rocade Ouest de Mulhouse, D.F.S. de fouilles d’évaluation, ANTEA / SRA Alsace, Strasbourg.

Balzer I., Meunier K., 2005, « Un site d’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne à Pfulgriesheim (Bas-Rhin) », in : Adam A.-M. dir., Recherches de Protohistoire alsacienne : la céramique d’habitat du Bronze final III à La Tène ancienne, Dijon, p. 257-273 (23e suppl. à la R.A.E.).

Boës É., 2005a, « Archéologie de la violence » in : Schnitzler B., Le Minor J.-M., Ludes B., Boës É. dir., Histoire(s) de squelettes : archéologie, médecine et anthropologie en Alsace, Catalogue d’exposition, Strasbourg, éd. des Musées de la Ville de Strasbourg, p. 187-189.

Boës É., 2005b, « La question des sacrifices et les corps isolés en contexte d’habitat », in : Schnitzler B., Le Minor J.-M., Ludes B., Boës É. dir., Histoire(s) de squelettes : archéologie, médecine et anthropologie en Alsace, Catalogue d’exposition, Strasbourg, éd. des Musées de la Ville de Strasbourg, p. 197-198.

Bruzek J., 2002, « A method for visual determination of sex, using the human hip bone », Am. J. Phys. Anthropol. 117, p. 157-168.

Buckberry J.-L., Chamberlain A.-T., 2002, « Age estimation from the auricular surface of the ilium : a revised method », Am. J. Phys. Anthropol. 119, p. 231-239.

Ceccaldi P.-F., Durigon M., 1979, Médecine légale à usage judiciaire, Paris, Cujas, 606 p.

Chardron-Picault P., Pernot M. dir., 1999, Un quartier antique d’artisanat métallurgique à Autun : le site du lycée militaire, Paris, éd. de la M.S.H., 316 p. (Documents d’Archéologie Française, 76).

Collet S, Flouest J.-L., 1997, « Activités métallurgiques et commerce avec le monde méditerranéen au Ve siècle avant J.-C. à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire) », in : Brun P., Chaume B. dir., Vix et les éphémères principautés celtiques : les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 oct. 1993, Paris, éd. Errance, p. 165-172.

Crubézy E., Crubézy-Ibanez E., 1993, « Evaluation of diagnostic for diffuse idiopathic skeletal hyperostosis in a serie of skeletons : epidemiological implications », Rev. Rhum. [Engl. Ed.], 60 (9), p. 489-493.

Deffressigne S., Tikonoff N., Boulanger-Bouchet K., Chaussée C., Tesnier-Hermetey C., 2002, « Les gisements d'habitat de la fin du premier Âge du Fer à Gondreville Fontenoy-sur- Moselle (54) : le stockage intensif et ses conséquences économiques et sociales », Archaeologia Mosellana 4, 2002, p. 81-184.

Delattre V., 2000, « Les inhumations en silos dans les habitats de l'Âge du Fer du Bassin parisien », in :Marion S., Blancquaert G. éd., Les installations agricoles de l'Âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’ENS, p. 299-311 (Études d'histoire et d'archéologie, 6).

Ferembach D., Schwidetsky I., Stloukal M., 1980, « Recommendations for Age and Sex Diagnoses of Skeletons », Journal of Human Evolution 9, p. 517-549.

Flohr S., von Berg A., Protsch von Zieten R., 2002, « Ein menschlicher Skelettfund aus einer eisenzeitlichen Siedlungsgrube bei Ochtendund, Kreis Mayen-Koblenz », Archäologie in Rheinland-Pfalz, 2002, p. 40-42.

Flouest J.-L., 1992, « Bragny-sur-Saône (département de Saône-et-Loire) : les structures domestiques de l’habitat du Ve siècle av. J.-C. », in : Kaenel G., Curdy P. dir., L’Âge du Fer dans le Jura, Actes du 15e colloque de l’AFEAF, Pontarlier (France) et Yverdon-les-Bains (Suisse), 9-12 mai 1991, p. 153-162 (Cahiers d’Archéologie Romande, 57).

Girard R., 2003, Le sacrifice, Paris, Bibliothèque nationale de France, 72 p. (Conférences del Duca).

Gransar F., 2000, « Le stockage alimentaire sur les établissements ruraux de l'Âge du Fer en France septentrionale », in : Marion S., Blancquaert G., Les installations agricoles de l'Âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’ENS, p. 277-297 (Études d'histoire et d'Archéologie, 6).

Henigfeld Y., 2000, Strasbourg-Koenigshoffen ‘Rue des Comtes’, Rapport d’évaluation archéologique, AFAN Grand-Est/SRA Alsace.

Hopert S., 2003, « Singen-am-Hohentwiel Muelenzelgle : ein eisenzeitliches Handwerkerquartier », in :Plouin S., Jud P. éd., Habitat, mobilier et groupes régionaux à l’Âge du Fer, Actes du XXe colloque de l’AFEAF, Colmar-Mittelwihr, 16-19 mai 1996, Dijon, p. 113-124 (20e suppl. à la R.A.E.).

Jehl M., Bonnet C., 1954, « Fouilles et découvertes faites dans les environs de Colmar », Cahiers Alsaciens d’Histoire et d’Archéologie,134, p. 25-32.

Jeunesse C., Ehretsmann M., 1988, « La jeune femme, le cheval et le silo : une tombe de La Tène ancienne sur le site de Wettolsheim Ricoh (Haut-Rhin) », Cahiers Alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire 31, p. 45-73.

Jeunesse C., Méniel P., Röder B., 1993, L’habitat La Tène ancienne de Rosheim ‘Mittelweg’ (Bas-Rhin) : fouilles 1992, Ass. pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, 160 p. (Monographies d’archéologie alsacienne, 1).

Jost C.-A., 2001, Die späthallstatt- und frühlatènezeitliche Siedlung von Wierschem (Kr. Mayen-Koblenz) : ein Beitrag zur eisenzeitlichen Besiedlung an Mittelrhein und Untermosel, Trier, Rheinisches Landesmuseum, 546 p.(Berichte zur Archäologie an Mittelrhein und Mosel, 7 - Trierer Zeitschrift für Geschichte und Kunst des Trierer Landes und seiner Nachbargebiete, Beiheft 25).

Koenig M.-P., Adam A.-M., 2005, « La céramique domestique en Alsace de la fin du Bronze final au début de La Tène : essai de synthèse », in : Adam A.-M. dir., Recherches de Protohistoire alsacienne : la céramique d’habitat du Bronze final III à La Tène ancienne, Dijon, p. 275-290 (23e suppl. à la R.A.E.).

Koenig M.-P., Legendre J.-P., 1990, « L’habitat hallstattien de Geispolsheim Bruechel (Bas-Rhin)», R.A.E., t. 41, fasc. 2, p. 247-274.

Koenig M.-P., Kuhnle G., Maise C., 2005, « Évolution de la céramique de la fin du Hallstatt en Alsace : expertise de quatre gisements situés au sud-ouest de Strasbourg », in : Adam A.-M. dir., Recherches de Protohistoire alsacienne : la céramique d’habitat du Bronze final III à La Tène ancienne, Dijon, p. 211-255 (23e suppl. à la R.A.E.).

Lambach F., 1988, « Étude anthropologique et paléopathologique de la sépulture 201 de Wettolsheim-Ricoh », Cahiers Alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, 31, p. 55-70.

Lefranc P., 2001, Rosheim ‘Mittelfeld’ : ZA du Rosenmeer/Renecka, D.F.S. de fouilles de sauvetage urgent, Strasbourg, SRA Alsace, 102 p.

Le Meur N. dir., 1999, Reichstett – Mundolsheim – Souffelweyersheim (67) ‘Rue Ampère’. T. 6. Périodes protohistoriques, D.F.S. de fouilles de sauvetage, SRA Alsace, AFAN, CUS, Strasbourg.

Lovejoy C.-O., 1985, « Dental wear in the libben population : its functional pattern and role in the determination of adult skeletal age at death », Am. J. Phys. Anthropol., 68, p. 47-56.

Lovejoy C.-O., Meindel R.-S., Pryzbeck T.-R., Mesforth R.-P., 1985, « Chronological metamorphosis of the auricular surface of the ilium : a new method for the determination of adult skeletal age at death », Am. J. Phys. Anthropol., 68, p. 15-28.

Mauvilly M., Antenen I., Garcia Cristobal E., Ruffieux M., Serneels V., 1998, « Sévaz Tudinges : chronique d’un atelier de métallurgistes du début de La Tène dans la Broye », Archäologie der Schweiz, t. 21.1998.4, p. 144-154.

Mauvilly M., Garcia Cristobal E., Peiry C., Serneels V., 2001, « La métallurgie du bronze au milieu de l’âge du Fer », Archäologie der Schweiz, t. 24.2001.3, p. 22-29.

Normand B., 1973, L’Âge du Fer en Basse-Alsace, Strasbourg, Lib. Istra, 140 p. (Publ. de la Soc. savante d’Alsace et des régions de l’Est, coll. Recherches et Documents, 14).

Oeftiger C., 2000, « Metallzeitliche Siedlungsbefunde in Flur Wöllerspfad bei Königshofen, Stadt Lauda-Könogshofen, Main-Tauber-Kreis », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg 2000, p. 51-55.

Owings Webb P.-A., Myers Suchey J., 1985, « Epiphyseal Union of the Anterior Iliac Crest and Medial Clavicle in a Modern Multiracial Sample of American Males and Females », Am. J. Phys. Anthropol. 68, n° 4, p. 457-466.

Patel A. dir., 1988, Traumatologie, Paris, éd. Masson, 4e éd., VIII-341 p.

Pernot M., Labeaune R., 1999, « Quelques moules de bronziers du premier Âge du Fer mis au jour sur le site de Varennes-Vauzelles (Nièvre) », in : Techniques antiques du Bronze 2, Dijon, 1999, p. 31-44 (Publ. du Centre de Recherche sur les Techniques Gréco-romaines, 15).

Peytremann É., 2004, Une zone de stockage de l’Âge du Fer à Ettendorf ‘Gaentzenbruch’ (Bas-Rhin) : deuxième campagne de fouille, D.F.S. de fouilles d’archéologie préventive, INRAP Strasbourg.

Röder B., 1991, « Une découverte funéraire de Bischoffsheim (Bas-Rhin) dans le cadre de La Tène ancienne de la région du Rhin supérieur », Cahiers de l’Association pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, 7, p. 121-133.

Röder B., 1995, Frühlatènekeramik aus dem Breisgau : ethnoarchäologisch und naturwissenschaftlich analysiert, 258 p., 68 pl. (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg, 30).

Schmitt, A., 2001, Variabilité de la sénescence du squelette humain. Réflexions sur les indicateurs de l’âge au décès : à la recherche d’un outil performant, Thèse de Doctorat d’anthropologie de l’Université Bordeaux 1, Talence (non publiée).

Schmitt A., Broqua C., 2000, « Approche probabiliste pour estimer l'âge au décès à partir de la surface auriculaire de l'ilium », Bull. et Mém. de la Soc. d'Anthrop. de Paris, n. s. t. 12, 3-4, p. 279-301.

Schmitt K., Seidel U., 1997, « Lehrgrabung der Gesellschaft für Vor- und Frühgeschichte in einer keltischen Siedlung in Eberdingen-Hochdorf, Kreis Ludwigsburg », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 1997, p. 62-63 et Taf. 6.

Schweitzer J., 1977, « Riedisheim, les Celtes », Bull. de la Société des Amis du Vieux Riedisheim, 5, p. 31.

Schweitzer J., 1997, « L’oppidum du Britzgyberg et le faciès hallstattien dans le Horst de Mulhouse », in : Brun P., Chaume B., Vix et les éphémères principautés celtiques : les VIe-Ve siècles avant J.-C. en Europe centre-occidentale, Actes du colloque de Châtillon-sur-Seine, 27-29 oct. 1993, Paris, éd. Errance, p. 57-66.

Stieber A., 1962, « Une sépulture à squelette replié de La Tène à Dachstein », Cahiers Alsaciens d’Archéologie d’Art et d’Histoire, 6, p. 47-53.

Thévenin A., 1971, « Une fosse de La Tène I à Rosheim, canton de Molsheim (Bas-Rhin) », Bull. de la Société Préhistorique Française, 68, p. 121-128.

Tschocke D., 2000, « Herxheim bei Landau, Kreis Südliche Weinstrasse, Gewerbegebiet West. Die Grabungen 1999 und 2000. Steinzeit, Bronzezeit, Eisenzeit und Römerzeit », Archäologie in der Pfalz, Jahresbericht 2000, p. 69-72.

Vignaud A., Lefranc P., Georgon C., Boës É., Georges P., 1999, Rosheim, Parc d’Activité du Rosenmeer, secteur « Laser-Alsace », D.F.S. de fouille d’évaluation archéologique, AFAN Grand-Est, SRA Alsace.

Villes A., 1981, « Les silos de l’habitat protohistorique en Champagne crayeuse », in : Les techniques de conservation du grain à long terme, t. 2, Paris, éd. du CNRS, p. 194-225.

Villes A., 1987, « Une hypothèse : les sépultures de relégation dans les fosses d'habitat protohistorique en France septentrionale », in : Duday H., Masset C.éd., Anthropologie physique et archéologie, p. 167-174.

Voegtlin C., Schweitzer C., 1989, « Un habitat de La Tène ancienne à Zimmersheim Knabenboden (Haut-Rhin) », Cahiers de l’Association pour la Promotion de la Recherche Archéologique en Alsace, 5, p. 205-216.

Wieland G., 2000, « Grabungen im Bereich vorgeschichtlicher und römischer Siedelareale bei Oberderdingen, Kreis Karlsruhe », Archäologische Ausgrabungen in Baden-Württemberg, 2000, p. 38-42.

Wolf J.-J.,1968, « Découvertes archéologiques récentes au sud d’Habsheim », Bull. du Musée Historique de Mulhouse, p. 5-23.

Wolf J.-J., 1990, « Un habitat de La Tène Ib à Habsheim (Haut-Rhin) », in : L’Alsace celtique, 20 ans de recherches, Catalogue d’exposition, Musée d’Unterlinden, Colmar, p. 103-104.

Zehner M., 1998, Le Haut-Rhin, Paris, Académie des inscriptions et Belles-Lettres, 375 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 68).

Haut de page

Notes

1  L’occupation du xviie siècle, probablement un campement militaire en rapport avec les campagnes de Turenne autour de Strasbourg, s’accorde, semble-t-il, assez peu avec la présence d’un bâtiment en dur sur sablières basses.

2  Il s’agit d’inhumations découvertes à Dachstein « Geist » (Stieber, 1962), Strasbourg–Koenigshoffen « Rue des Comtes » (Henigfeld, 2000), Schaeffersheim (Boës en cours), Rosheim « Laser » (Vignaud et alii, 1999), Colmar « Route de Rouffach » (Jehl, Bonnet, 1954 ; Zehner, 1998), Wettolsheim « Ricoh » (Jeunesse, Ehretsmann, 1988) et à Mulhouse « Rocade Ouest » (Bakaj et alii, 2001).

3  Nous tenons ici à remercier vivement Brigitte Röder de l’Institut für prähistorische und naturwissenschaftliche Archäologie de Bâle, qui a bien voulu nous éclairer sur les aspects technologiques de la céramique tournée.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Souffelweyersheim ‘Les Sept Arpents’. Localisation du site dans la plaine du Rhin supérieur.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2. Souffelweyersheim ‘Les Sept Arpents’. Plan général du site (relevé J.-L Wütmann ; DAO P. Girard).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 3. Fond de cabane (St. 40), fosses de type silo (St. 4, 10A, 25, 44, 57) et fosse ayant livré des fragments de creusets et de moules en terre cuite (St. 1) (DAO P. Girard).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 4. Vue verticale de l’inhumation 25 (cl. Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 5. Cotation des caractères observés sur les surfaces auriculaires droite et gauche (d’après Schmitt, Broqua, 2000).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 6. Distribution des probabilités par classe d’âge (d’après Schmitt, Broqua, 2000).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 7. La diagnose sexuelle (d’après Bruzek, 2002).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8. Fréquences d'apparition des formes céramiques représentées à Souffelweyersheim.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 9. Répartition des sites d'habitat de La Tène ancienne entre Zorn et Andlau (Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Pl. 1. Souffelweyersheim. Mobilier issu des structures 1, 4, 8 et 10a (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Pl. 2. Souffelweyersheim. Mobilier issu des structures 14A et 14B (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Pl. 3. Souffelweyersheim. Mobilier issu des structures 15, 16, 17, 22, 33, 39, 50 et 57 (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Pl. 4. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 40 (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Pl. 5. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 40 (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Pl. 6. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 44 (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Pl. 7. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 44 (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Pl. 8. Souffelweyersheim. Mobilier issu de la structure 53 (dessins : Ph. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Pl. 9. 1a, b. Creuset n° 1 : vue de dessus et de profil ; 2a, b. creuset n° 2 : vue de dessus et de profil ; 3a, b. creuset n° 3 : vue de dessus et de profil ; 4a, b. creuset n° 4 : vue de dessus et de profil (photos : François Schneikert, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Pl. 10. 5a, b. Creuset n° 5 : vue de dessus et de profil ; 6a, b. creuset n° 6 : vue de dessus et de profil ; 7a, b. creuset n° 7 : vue de dessus et de profil. On remarquera sur le creuset n° 7 l'épaisseur de la paroi et le degré important de vitrification alors que la partie interne est d'une taille proche de celle des autres exemplaires. 8. Partie haute d'un creuset dont l'entonnoir correspond à l'emplacement de la cheminée sur un creuset piriforme (photos : François Schneikert, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Pl. 11. 9. Creuset n° 7 : vue de dessus. Le trait indique l'emplacement de la trace laissée par la pince qui a saisi le creuset pour le sortir du feu ; 10. Vue en coupe du creuset n° 1. La flèche indique la position d'une goutte d'alliage cuivreux restée prisonnière de la paroi du creuset à la faveur d'une fissure ; 11. Trois fragments de moule en terre cuite portant l'empreinte de petits tampons au bout du jonc d'un torque. 12. Deux fragments de moule en terre cuite avec l'empreinte d'un jonc de section ronde d'environ 0,8 cm de diamètre (photos : François Schneikert, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/2193/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lefranc, Éric Boës et Cécile Véber, « Un habitat de La Tène ancienne à Souffelweyersheim« Les Sept Arpents » (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/2193

Haut de page

Auteurs

Philippe Lefranc

INRAP Grand-Est sud, 7 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg / UMR 7044 CNRS.

Articles du même auteur

Éric Boës

INRAP Grand-Est sud, 7 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg / UMR 7044 CNRS.

Articles du même auteur

Cécile Véber

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page