Navigation – Plan du site
Articles

Bâtiments « standardisés » dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté

Christophe Gaston
p. 253-266

Résumés

nericu6"aniselltreutscâtiments agricoles, appartenant à la par>pars rustica  : con>parlae :nt été récemment mis au jour en Franche-Comté, l’un à Chaucenne (Doubs), l’autre à Port-sur-Saône (Haute-Saône). Ces deux exemples illustrent une nouvelle fois l’un des aspects les plus intéressants de l’architecture rurale gallo-romaine, celui de la « standardisation » de certains édifices. Cette notion est représentée ici par deux caractéristiques. La première se traduit par la diffusion d’un modèle architectural, au travers d’un type spécifique de bâtiments, défini ici comme « normalisé », comportant une grande salle précédée d’un avant-corps à deux pièces en façade encadrant un porche couvert, le tout sur un plan proche du carré. Ce type d’édifice, très répandu dans le monde agricole antique, a même perduré jusqu’à nos jours. La deuxième caractéristique réside dans la construction en série d’édifices au sein d’un même ensemble, selon une conception basée sur le rythme, l’alignement et la répétition. Cette conception est l’apanage des grands domaines agricoles, trahissant une production plus importante, mais aussi une volonté de monumentalisation de l’ensemble de la vil>parlae :.> ntract" claniselltreu agricultural buildings, pertaining to the par>pars rustica  : ofn>parlae :nte recently discovered in Franche-Comté, one in Chaucenne (Doubs), the other in Port-sur-Saone (Haute-Saône). These two examples illustrate once again one of the most interesting aspects of Gallo-Roman rural architecture, that of the “standardization” of certain buildings. This concept is represented here by two characteristics. The first results in the diffusion of an architectural model of quadrangular plan, defined as “standardized”, comprising of a large room preceded by a building divided into two, the frontage of which framing a covered porch. This type of building was widespread in the ancient agricultural world, and examples are still found today. The second characteristic lies in the construction of a series of buildings within the same unit, according to a design based on rhythm, alignment and repetition. This design is the prerogative of the great agricultural domains with a more important production, but also expresses the wish to build a monumental structure." /> nzusent dfle"u namniselltreurzlich sind in der Franche-Comté zwei landwirtschaftliche zur par>pars rustica  : er vil>parlae :hörende Gebäude freigelegt worden, das eine in Chaucenne (Departement Doubs), das andere in Port-sur-Saône (Departement Haute-Saône). Die beiden Beispiele veranschaulichen erneut einen der interessantesten Aspekte der ländlichen gallo-römischen Architektur : den der „Normalisierung“ bestimmter Gebäude, für die die beiden folgenden Eigenschaften bezeichnend sind : die erste drückt sich durch die Verbreitung eines Architekturmodells aus, eines spezifischen, als „normalisiert“ definierten Gebäudetyps ; dieser besteht aus einem großem Raum mit einem Vorbau, dem zwei einen überdachten Vorhof rahmende Räume vorgelagert sind. Der Grundriss ist praktisch quadratisch. Dieser in der antiken Landwirtschaft sehr verbreitete Gebäudetyp besteht sogar heute noch. Die zweite Eigenschaft zeichnet sich durch eine Reihe von Gebäuden in einem Gebäudekomplex aus, die nach einem auf dem Rhythmus, der Ausrichtung und der Wiederholung basierenden Konzept errichtet sind. Dieses Konzept ist bezeichnend für die großen Landgüter, die einerseits eine bedeutende Produktion erkennen lassen, und andererseits den Wunsch den gesamten Komplex der vil>parlae :numental zu gestalten." /> te-S la e=ma>
mlass="homgo-top"ef="191#ie pcle-3" t">te-S saldigem>/div> Bibllongephieutn> Agache R., 1978, La Somme pré-romaine et romaine d’après les prospections aériennes, Amiens, Société des Antiquaires de Picardie, 515 p. (Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, 24).

Agache R., Bréart B., 1975, Atlas d’archéologie aérienne de la Picardie : le bassin de la Somme et ses abords à l’époque préhistorique et romaine, Amiens, Société des Antiquaires de Picardie, 164 p., 42 fig.

Aimrein H., 2003, « L’artisanat en milieu rural sur le territoire de la Suisse actuelle : présentation d’un projet de recherche », in : Lepetz S., Matterne V. éd., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine, Actes du VIe colloque de l’association AGER, Compiègne (Oise), 5-7 juin 2002, Amiens, p. 185-194 (Revue archéologique de Picardie, 2003, n° 1-2).

Bonvalot N., Augé P., 1994, « Port-sur-Saône (Haute-Saône) », in : Petit J.-P., Mangin M. dir., Atlas des agglomérations secondaires de la Gaule Belgique et des Germanies, Paris, éd. Errance, p. 119-120.

Brunet-Gaston V., Gaston C., 2004, « Typologie et décor architectural des villae », in : Bedon R. éd., Rus amoenum : les agréments de la vie rurale en Gaule romaine et dans les régions voisines, Actes du colloque de l’Université de Limoges, Limoges, Pulim, p. 77-88 (Caesarodunum, 37-38).

Chevrot J.-F., Troadec J., 1992, Le Cher, Paris, Clermont-Ferrand, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 370 p., 250 fig. (Carte Archéologique de la Gaule, 18).

Collart J.-L., 1996, « La naissance de la villa en Picardie : la ferme gallo-romaine précoce », in : Bayard D., Collart L. éd., De la ferme indigène à la villa romaine, Actes du 2e colloque de l’association AGER, Amiens, 23-25 sept. 1993, Amiens, p. 148-149 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 11/1996).

Collectif, 1990, L’Yonne et son passé : 30 ans d’archéologie, Catalogue de l’exposition d’Auxerre et Sens, déc. 1989-juil. 1990, Auxerre, Comité Régional de la Recherche Archéologique de Bourgogne, 321 p.

Collectif, 1997, Morvan, Parc naturel régional, Paris, Guide Gallimard, 192 p.

Collectif, 2001, Vie de palais et travail d’esclave : la villa romaine d’Orbe-Boscéaz, Catalogue de l’exposition, 6 oct.-30 déc. 2001, Lausanne, Document du Musée cantonal d’Archéologie et d’Histoire, 120 p.

Collectif, 2005, Le journal de la Communauté de Communes du Pays Mélusin n° 15, 1er semestre 2005.

Columelle, 2002, De l’agriculture : l’économie rurale, Tome 1er, Livre V. Saboureux de la Bonneterie Ch.-F. traducteur, Nisard Ch. éd., Paris, éd. Errance, 336 p.

Delétang H., 1981, « Villas gallo-romaines du sud de la Beauce », in : Les villas gallo-romaines, Dijon, p. 40-51 (Dossiers Histoire et Archéologie, n° 58).

Del Marmol E., 1881, « Fouilles du Bois-des-Dames à Morville-Anthée », Annales de la Société Archéologique de Namur, XV, Namur, A. Wesmael-Charlier imprimeur, p. 220-224.

Dieudonné-Glad N., Parisot J., 1999, « À propos des récipients à liquide retrouvés dans les ateliers de forges », Instrumentum, n° 10, p. 24-26.

Drack W., 1975, Ur- und Frühgeschichtliche Archäologie der Schweiz. Band V : Die Römische Epoche, Basel, Verlag Schweizerische Gesellschaft für Ur- und Frühgeschichte, 186 p.

Duchatel J., 1960, « La villa gallo-romaine de la ‘Tête de Fer’ à Noyers-sur-Serein (Yonne) », Gallia, n° 18, p. 354-356.

Ebnöther C., 1995, Der römische Gusthof in Dietikon, Zürich/Egg, 438 p. (Monographien der Kantonsarchaölogie Zürich, 25).

Faure-Brac O., 2002, La Haute-Saône, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 484 p., 527 fig. (Carte archéologique de la Gaule, 70).

Fellmann R., 1992, La Suisse gallo-romaine : cinq siècles d’histoire, Lausanne, éd. Payot, 470 p.

Ferdière A., 1988, Les campagnes en Gaule romaine. Tome 1 : Les techniques et les productions rurales en Gaule (52 av. J.-C.-486 ap. J.-C.), Paris, éd. Errance, 284 p.

Ferdière A., 2003, « La place du domaine foncier dans la production artisanale destinée au marché », in : Lepetz S., Matterne V. éd., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine, Actes du VIe colloque de l’association AGER, Compiègne (Oise), 5-7 juin 2002, Amiens, p. 263-279 (Revue archéologique de Picardie, 2003, n° 1-2).

Flotté P., Fuchs M., 2004, La Moselle, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 893 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 57-1).

Frey L., 2001, « Genèse d’une théorie », Mathématiques et Sciences humaines, n° 156, p. 5-32.

Gaston Ch., 2006, Port-sur-Saône ‘Champ Challot III’ (Haute-Saône) : les bâtiments agricoles de la villa gallo-romaine du Magny, Document final d’opération, Besançon, INRAP, 122 p.

Jannet-Vallat M. et alii, 1990, Il était une fois la Côte-d’Or : 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue de l’exposition, Paris, éd. Errance/Dijon, Musée Archéologique, 248 p.

Lacroix B., 1964, « Installation artisanale aux Fontaines-Salées », Gallia, 22, p. 113-125.

Lefert S., 2006, « Le Hody à Hamois : une ferme en Condroz namurois », in : La Belgique romaine, Dijon, p. 68-71 (Dossiers d’archéologie, n° 315).

Matthys A., 1974, « La villa romaine de Vesqueville », Archaeologia Belgica, n° 159, p. 6-32.

Mauné S., 2003, « La villa gallo-romaine de Vareilles à Paulhan (Hérault) spécialisée dans la viticulture », in : Lepetz S., Matterne V. éd., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine, Actes du VIe colloque de l’association AGER, Compiègne (Oise), 5-7 juin 2002, Amiens, p. 309-337 (Revue archéologique de Picardie, 2003, n° 1-2).

Mitard P.-H., 1960, « La villa gallo-romaine de Guiry-Gadancourt (Seine-et-Oise) », Gallia, n° 18, p. 163-185.

Monnier J. et alii, 2002, La villa gallo-romaine d’Orbe-Boscéaz, l’aile sud de la pars urbana : l’ensemble thermal et le bâtiment B7, Rapport sur les campagnes de 1998 à 2001, Lausanne, Institut d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité, 163 p.

Morel J., 1991, « Avenches / Derrière la Tour – Insula 7 », Bull. de l’association Pro aventico, n° 33, p. 126-130.

Naudet F., 2004, L’Essonne, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 298 p. (Carte Archéologique de la Gaule, 91).

Paunier D., 1996, « La romanisation des campagnes : un état des recherches en Suisse », in : Bayard D., Collart L. éd., De la ferme indigène à la villa romaine, Actes du 2e colloque de l’association AGER, Amiens, 23-25 sept. 1993, Amiens, p. 261-269 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 11/1996).

Pilon F., 2003, « La villa gallo-romaine du ‘Bois du Châtel’ (Vieux-Champagne, Seine-et-Marne) : production de fausses monnaies en milieu rural », in : Lepetz S., Matterne V. éd., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de Gaule romaine, Actes du VIe colloque de l’association AGER, Compiègne (Oise), 5-7 juin 2002, Amiens, p. 177-184 (Revue archéologique de Picardie, 2003, n° 1-2).

Rebiscoul A., 1996, « Parcellaire fossoyé indigène et exploitation vinicole gallo-romaine de ‘La Barre’, commune de Saint-Sorlin-en-Valloire (Drôme) », in : Bayard D., Collart L. éd., De la ferme indigène à la villa romaine, Actes du 2e colloque de l’association AGER, Amiens, 23-25 sept. 1993, Amiens, p. 293-304 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 11/1996).

Rychener J., 1995, Der römische Gusthof in Neftenbach, Zürich/Egg, 433 p. (Monographien der Kantonsarchäologie Zürich, 31).

Salé Ph., 2000, « La pars rustica de la villa du ‘Vieux domaine’ à Vierzon (Cher) : un exemple de logements pour ouvriers agricoles ? », Revue archéologique du Centre, 38-1999, p. 207-222.

Sommer C. S., 2002, « Hoch und immer höher : zur dritten Dimension römischer Gebäude in Obergermanien », in : Gogräfe R., Kell K. dir., Haus und Siedlung in den römischen Nordwestprovinzen :Grabungsbefund, Architektur und Ausstattung, internationales Symposium der Stadt Homburg vom 23. und 24. November 2000, Hombourg/Saar, p. 47-62 (Forschungen im römischen Schwarzenacker, 4).

Uffler A.-M., 1981, « L’habitat rural en Gaule centrale », in : Les villas gallo-romaines,Dijon, p. 70-75 (Dossiers Histoire et Archéologie, n° 58).

Van Ossel P., 1997, « Structure, évolution et statut des habitats ruraux au Bas Empire en Île-de-France », in : Ouzoulias P., Van Ossel P. dir., Les campagnes de l’Île-de-France de Constantin à Clovis, Actes du colloque de Paris, 14-15 mars 1996, Rapports et synthèses de la deuxième journée, Document de travail n° 3, Paris, éd. du CNRS, p. 94-119.

Varron, 1994, Économie rurale, I,Heurgon J. traducteur, Paris, Les Belles Lettres, 189 p. (Coll. des universités de France, série latine).

Veyne P., 1991, La société romaine, Paris, éd. du Seuil, 341 p.

Whilhem E., 1974, Pierres sculptées et inscriptions de l’époque romaine, Luxembourg, Musée d’Histoire et d’Art, 160 p.

Zeippen L., Halbardier B., 2006, « La villa de Mageroy et la pisciculture », in : La Belgique romaine, Dijon, p. 76-77 (Dossiers d’archéologie, n° 315).

Haut de page

Notes

1  « Ce type de grange se retrouve notamment dans toute la Lyonnaise et une partie de la grande Aquitaine, depuis l’Armorique jusqu’à l’Hélvétie, vaste région correspondant en gros à la Celtique de l’Indépendance »(Ferdière, 1988, p. 72-73).

2 Villa de Noyers-sur-Serein (Duchatel, 1960, p. 354-356), édifice des « Ferriers » à Fontenay-lès-Vézelay (Collectif, 1990, p. 162).

3 Villa de Guiry-Gadancourt (Mitard, 1960, p. 163-185).

4  Jusqu’à quatre exemplaires par site (Delétang, 1981, p. 40-51).

5  La plupart du temps la longueur du bâtiment reste légèrement inférieure ou supérieure à sa profondeur, selon un écart compris entre 0 et 3 m.

6  C’est le cas par exemple dans le bâtiment de la cour de l’insula 7 de « Derrière la Tour » à Avenches (Morel, 1991, p. 127).

7  Ainsi, dans la grange de la villa du Hody à Hamois (Belgique), on retrouve un porche plus étroit (carré de 3,50 m en dimensions intérieures) que les pièces latérales (Lefert, 2006, p. 68-71).

8  Deux bâtiments (9,5 x 9,5 m) de la villa de Mageroy (Zeippen, Halbardier, 2006, p. 76-77).

9  Édifice des Fontaines-Salées à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne) : 15,25 x 13,75 m (Lacroix, 1964, p. 113-125).

10  Bâtiment dans la cour de l’insula 7 de « Derrière la Tour » à Avenches : 10 x 8 m (Morel, 1991, p. 127).

11  Grange de Crain, Yonne (Uffler, 1981, p. 72).

12  Cette largeur varie par exemple de 3 m dans le bâtiment de la villa du « Bois du Châtel » à Vieux-Champagne, en Picardie (Pilon, 2003, p. 177-183), à 5 m dans le bâtiment de la villa de Frotey-lès-Lure en Haute-Saône (Faure-Brac, 2002, p. 235).

13  Ainsi dans la villa de Mageroy, la grande pièce de l’une des deux granges conserve les traces d’un plancher (Zeippen, Halbardier, 2006, p. 76-77).

14  C’est le cas dans le bâtiment de la cour de l’insula 7 de « Derrière la Tour » à Avenches, où « la pièce principale a conservé les supports de son plancher constitués de quatre rangées de fûts de colonne de molasse réutilisés de la sorte pour la création d’un vide sanitaire » (Morel, 1991, p. 127).

15  Sous forme de murets divisant l’espace en bandes régulières, comme c’est le cas dans la villa du « Bois du Châtel » à Vieux-Champagne, en Picardie (Pilon, 2003, p. 177-183), ou dans la villa des Tuilières à Selongey, en Côte-d’Or (Jannet-Vallatet alii,1990, p. 123-124).

16  « La tache claire qui occupe la zone centrale d’un de ces bâtiments à Mer, Les Colmes, provient peut-être de la compacité d’un sol en terre battue ou recouverte d’une nappe de mortier, qui pourrait correspondre à une aire de battage. (…) À Villesanton, une tache claire circulaire représente-t-elle, là aussi, une aire de battage ? » (Delétang, 1981, p. 48).

17  Dans la grange de la villa du Hody à Hamois (Belgique), « une allée centrale permet l’accès à deux espaces de stockage latéraux. Les murs sont renforcés par des contreforts pour soutenir le poids du grain » (Lefert, 2006, p. 69).

18  On peut citer entre autres un élément typique des villae romaines, la tour-porche, dont le principe a été particulièrement préservé dans le Nord et la Belgique, comme l’indiquent les nombreux exemples encore visibles à l’entrée des fermes de ces régions.

19  Un travail d’inventaire en cours dans le canton de Lusignan (Collectif, 2005, p. 7) a ainsi mis en évidence trois modèles régionaux de granges : certaines d’entre elles, de type mixte (mêlant le modèle « grange à bas-côtés en appentis de type vendéen » et celui à « accès principal sur mur gouttereau »), correspondent tout à fait au type gallo-romain.

20  Dans le Morvan (exemple de la grange de Cussy-en-Morvan), « le porche de cette grange est formé de deux murs latéraux saillants (…). Flanqué de deux appentis (clapiers et soue), il est destiné à abriter les bêtes au repos ; on y accomplit différentes tâches domestiques ou agricoles comme le vannage du blé ou l’attelage des bœufs. » (Collectif, 1997, p. 49).

21  Fouilles préventives de l’INRAP sur le tracé du futur TGV, sous la direction de Patrice Nowicki, qui nous a aimablement autorisé à diffuser les informations concernant cette opération : qu’il en soit ici remercié.

22  À Fontenay-sous-Vézelay, le bâtiment de plan carré de 12,50 m de côté, à deux pièces de façade encadrant un porche d’entrée, se voit lui aussi adjoindre, sur toute la longueur de son pignon ouest, une pièce en appentis large d’environ 3,70 m (Uffler,1981, p. 72).

23  On retrouve une telle disposition dans d’autres édifices de ce type : « Un enclos cerné d’un mur est parfois attenant en arrière de ce bâtiment. » (Delétang, 1981, p. 48).

24  « Dans d’autres cas, il s’agit d’une épaisse fondation de plan carré, accolée ou non aux bâtiments, comme en Allemagne à Mayen (en arrière de l’habitation de la fin du Ier siècle ap. J.-C.), ou à Köln-Müngersdorf (à l’est de la cour), à Vicques (Jura Suisse), Bockweiler (Sarre), Entfelden (Argovie, Suisse) » (Ferdière, 1988, p. 75).

25  Principe démontré notamment par Louis Frey (Frey, 2001, p. 5-32).

26  Ce qui correspond à la hauteur du mur gouttereau, intact car effondré d’un seul bloc, mis au jour dans le bâtiment déjà cité de la pars rustica de la villa d’Oberndorf-Bochingen, dans le Bade-Wurtemberg (Allemagne).

27  Un dispositif semblable a été mis au jour dans la pièce principale (17 x 11,20 m) du bâtiment résidentiel de la villa de Vesqueville, en Belgique (Matthys, 1974, p. 10).

28  Plusieurs hypothèses fonctionnelles ont été proposées pour cette structure : foyer situé à proximité de l'emplacement supposé de l'enclume, récipient pour le refroidissement... (Aimrein, 2003, p. 185-193 ; Monnier, 2002, p. 86-87).

29  Une telle situation « stratégique » est un atout non négligeable, comme le souligne Varron : « Le voisinage des routes praticables pour les chariots ou des fleuves navigables augmente beaucoup la valeur d’une terre » (Varron, I, 16). On retrouve une telle disposition privilégiée notamment pour la villa de Vareilles dans l’Hérault, où « l’association voie terrestre/voie fluviale ne pouvait jouer qu’en sa faveur » (Mauné, 2003, p. 309-337).

30  Tous mes remerciements à Hélène Walter qui a eu la gentillesse de me confier les microfilms tirés de ces documents.

31  Cette forme trapézoïdale, artifice de mise en scène accentuant la perspective, se retrouve dans d’autres plans de villae, comme celle d’Escoust-Saint-Mein ou celle du Mesge (Somme), et même dans le plan de grands sanctuaires comme Ribemont-sur-Ancre (Somme).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation des villae de Chaucenne et Port-sur-Saône en Franche-Comté (dessin C. Gaston d’après carte I.G.N.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2. Exemples de plans de granges normalisées en Gaule romaine (dessin C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3. Plan du bâtiment 2 de Chaucenne (dessin C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4. Proposition de restitution par état des volumes du bâtiment 2 de Chaucenne (dessin C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 5. Plan du bâtiment 1 de Port-sur-Saône (dessin V. Brunet-Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 6. Analyse du plan du bâtiment 1 de Port-sur-Saône (dessin C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 7. Situation et plan général de la villa de Port-sur-Saône (dessin C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 8. Analyse métrologique des bâtiments fouillés en 2006 dans la pars rustica de la villa de Port-sur-Saône (dessin C. Gaston).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gaston, « Bâtiments « standardisés » dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, 253-266.

Référence électronique

Christophe Gaston, « Bâtiments « standardisés » dans la pars rustica des villae : deux exemples récemment découverts en Franche-Comté », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/3123

Haut de page

Auteur

Christophe Gaston

INRAP Grand-Est Sud, Centre Archéologique de Franche-Comté, 9, rue Lavoisier, 25000 Besançon ; Laboratoire de Chrono-Écologie CNRS-UMR 6249, UFR Sciences et Techniques, 16 route de Gray, 25030 Besançon Cedex.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page