Navigation – Plan du site
Articles

la manufacture de faïence de Villers-les-Pots (Côte-d’Or) (1820-1910) : découvertes archéologiques récentes

Fabienne Ravoire
p. 367-388

Résumés

Dans le cadre des évaluations archéologiques réalisées sur le tracé du projet de Ligne à Grande Vitesse Rhin-Rhône pour la partie reliant Dijon à Belfort, fut découvert, lors de sondages pratiqués sur la commune de Villers-les-Pots, au lieu-dit « La Mare-Crochot », un drain rempli de biscuits de faïence. Comme le laisse supposer le toponyme de ce village, une activité potière y fut exercée anciennement. L’argile affleurant dans la région a facilité l’implantation de cet artisanat qui est attesté au Moyen Âge et à l’Époque moderne par plusieurs mentions dans des sources écrites. De 1820 à 1910, une manufacture de faïence était installée sur la commune. Les fragments de céramiques retrouvés dans le drain constituent un témoignage sur sa production de la première moitié du XIXe s.

Haut de page

Texte intégral

Les circonstances de la découverte

  • 1  Cette opération archéologique a fait l’objet d’un rapport (document intermédiaire de diagnostic) : (...)

1Lors des sondages de diagnostic pratiqués sous la direction de Nicolas Tisserand (Inrap), le long du trajet de la ligne LGV Rhin-Rhône - branche est, dans la partie reliant Dijon à Belfort (fig. 1), fut découvert, dans une partie actuellement boisée de la commune de Villers-les-Pots (Côte-d’Or), au lieu-dit « La Mare Crochot », un drain contenant des rebuts de fabrication de récipients de faïence1. Ce drain, d’environ 25 cm de largeur et 25 cm de profondeur, a été dégagé sur 8 m de long, mais la largeur du layon n’a pas permis d’étendre plus loin la reconnaissance du sondage. Il est certain qu’il se prolonge de part et d’autre et suit en fait le chemin rural n° 22 dit « Chemin Rouge » (Tisserand, Ravoire, 2007, p. 23). Le diagnostic de 16 ha entrepris aux alentours du chemin n’a pas révélé d’autres indices d’une activité artisanale dans le secteur. Ce chemin, si on le poursuit en direction de l’est, passe en fait devant la manufacture de Villers-les-Pots qui était installée aux XIXe s. et XXe s. en périphérie nord-est du village (6-16 rue du Bourg Garin) (fig. 1).

Fig. 1. Plans de localisation générale et locale (Patrick Pihuit d’après Tisserand, Ravoire, 2007).

2Les fragments de céramiques retrouvés dans le comblement de ce drain proviennent très certainement de celle-ci. Ce type de dépotoir ne constitue pas un phénomène extraordinaire, car les faïenceries, comme bien d’autres artisanats, ont toujours engendré des quantités très importantes de rebuts dont il fallait se débarrasser. Ces rejets étaient utilisés pour combler les trous dans les chemins et également comme matériaux de drainage.

3L’intérêt de cette découverte réside dans le fait que cet ensemble constitue pratiquement le seul témoignage de la production de cette importante faïencerie de Côte-d’Or, si l’on excepte les nombreuses pièces marquées qui figurent dans les collections du Musée de la Vie Bourguignonne à Dijon (trois statuettes datant des années 1850-1860) et dans les collections privées.

L’artisanat de la terre cuite à Villers-les-Pots

4Villers-les-Pots est un village où l’activité potière fut, à l’évidence, importante au Moyen Âge. Un texte de 1355 désigne ce village sous le toponyme de Villarium Vasorum, lequel est nommé « Villers les Pos » en 1375 (Laborier, 1994, p. 28) et « Villers Lespolx » au début du XVe s. (Piponnier, 1987, p. 242). La situation du village, en bordure d’un important massif forestier, et l’accès aisé à la matière première ont été des facteurs déterminants à cette installation artisanale. Des pots de Villers-les-Pots sont attestés dans le stock de deux marchands dijonnais du XVe s. (Piponnier, 1987, p. 242). L’activité de poterie traditionnelle semble, d’après les sources écrites, se poursuivre entre le XVIIe et le XIXe s. avec une interruption au XVIIIe s. (Laborier, 1994, p. 36 et 43). Cependant, on ne connaît ni la localisation de ces ateliers médiévaux ni leur durée de fonctionnement et encore moins leurs productions. D’après un compte de 1410, de toutes les céramiques accessibles sur le marché dijonnais, les céramiques de Villers étaient les moins chères (Piponnier, 1987, p. 243). En 1856, Joseph Bard, dans son Histoire et tableau de Villers-les-Pots paru dans le journal L’Auxonnais, localise l’activité potière dans un champ situé au lieu-dit « Les fourneaux » (Bard, 1856).

5Des tuileries sont également attestées dans cette commune au Moyen Âge ainsi qu’à la période moderne (Laborier, 1994). Dans un aveu et dénombrement du XVIIe s. de la seigneurie de Villers-les-Pots, il est fait mention d’une tuilerie seigneuriale qui fabriquait des « briques, thuilles et aultres ouvrages de terre cuyte », dans « une grande halle ou grange construite en bois et couverte de paille… avec son forneau qui en est prochain pour les cuyre. Le tout assis au finage dudit Villers les Potz en ung lieu dit et appellé les Corottes où il y a ung champ pour tirer la terre à faire lesditz ouvrages… » (ADCO B10702, f° 4r°, cité par Canat, 1994, p. 11).

  • 2  Je remercie Jean Rosen, directeur de recherche au CNRS (UMR 5594, Dijon), pour m’avoir invitée à c (...)

6L’historique de la faïencerie de Villers-les-Pots a été fait par Jean Rosen2 dans l’ouvrage Inventaire des manufactures du Grand Est (Rosen, 2001, p. 105-109). Celle-ci fut créée, ainsi que quelques autres dans le département de Côte-d’Or, au XIXe s. Une première manufacture fut implantée dans le premier quart du XIXe s., dans une vaste maison avec ses dépendances qui avait appartenu durant l’Empire à M. Borthon, officier supérieur de Napoléon (Rosen, 2001, p. 105). Cette dernière périclita et fut reprise en 1826 par Févret et Talon, lesquels développèrent l’entreprise pour en faire la plus importante manufacture de faïence de Côte-d’Or. à partir de 1856 et jusqu’aux environs de 1910, elle appartint à la famille Roux, Armand Jean Baptiste puis ses fils Jules et Joseph. Après cette date, l’établissement fut racheté par Jacob Delafon qui transforma la manufacture en une usine moderne avec four tunnel de 110 m de long, qui fabriquait, entre autres, des équipements sanitaires en céramique, et ce jusqu’en 1931 (Rosen, 2000, p. 100).

7La faïencerie de Villers-les-Pots telle qu’elle existait vers le milieu du XIXe s. (Statistiques de 1847) se composait de trois fours, un fourneau, douze métiers, deux moulins. Elle était considérée, avec ses 90 ouvriers (hommes, femmes et quelques enfants) et son chiffre d’affaire de 111 750 francs, comme la plus importante du département de Côte-d’Or (Rosen, 2001, p. 105). Sous les Roux, dans la deuxième moitié du XIXe s., il y avait près de 200 employés (ibid., p. 105). Les deux autres manufactures du secteur, situées à quelques kilomètres avaient une production moindre. Celle de Premières, fondée à la fin du XVIIIe s., comprenait à la même époque, quatre fours, huit métiers ainsi qu’une machine à vapeur pour broyer les émaux. Elle employait 78 ouvriers et son chiffre d’affaire était de 57 660 francs (ibid., p. 100). Celle de Longchamp employait 41 ouvriers, il y avait deux fours et son chiffre d’affaire était de 16 950 francs (ibid., p. 83). Villers-les-Pots et Premières durent cesser l’activité de faïencerie traditionnelle au début du XXe s. Seule la manufacture de Longchamp réussit à se maintenir jusqu'à nos jours.

Les matières premières

8L’argile utilisée à Villers-les-Pots était connue et réputée pour sa finesse, comme celle des deux manufactures voisines et contemporaines de Premières et de Longchamp. Il s’agit de la partie supérieure d’une formation d’argiles plus ou moins marneuses (formation Broin-Auvillars du Pliocène), située au nord de la plaine de la Saône, à l’est de la Côte-d’Or (Rosen, 2000, p. 88).

9La stratigraphie du site met en évidence, sous une couche d’humus de 15 cm très organique, une couche de 30 cm d’argile compacte brun jaunâtre contenant des taches de fer réduit. Celle-ci, en profondeur, se transforme en marne (Tisserand, Ravoire, 2007, p. 19) (fig. 2).

Fig. 2. Croquis des terrasses à l’ouest du système alluvial de la Saône (dessin Véronique Lamy in : Tisserand, Ravoire, 2007, p. 19, réalisé à partir du Guide géologique régional de Bourgogne).

10À cette argile était ajouté du sable. En 1841, la manufacture de Villers-les-Pots consommait 200 m3 de terre de la commune à laquelle on ajoutait du sable qui venait d’Oigney dans le Doubs (Rosen, 2001, p. 105). L’étain servant à l’émail était importé d’Angleterre. Bien que l’on ait peu de sources historiques pour la manufacture, la comparaison avec les sources connues pour les manufactures voisines permet d’avoir des éléments d’appréciation sur les productions de Villers-les-Pots. À Premières, dans la première moitié du XIXe s., l’argile venait de terres achetées autour de la manufacture, mais aussi des villages voisins de Longchamp et de Collonges où étaient également extraits de la marne et du sable (Cayron, 1987-88, p. 199).

Le mobilier du dépotoir

  • 3  La masse des très nombreux petits tessons a été cependant conservée de manière à permettre un jour (...)

11L’argile dans laquelle se trouvaient les tessons était extrêmement plastique et collante, ce qui a rendu les opérations de prélèvements puis de lavage peu aisées. L’essentiel des céramiques comblant le drain fut prélevé, représentant une masse d’environ 75 kg. Compte tenu du peu de temps qu’il était possible de consacrer au traitement du mobilier, il fut décidé de ne laver, après un tri, que les tessons significatifs (bords, bases, anses et les gros fragments de panse), soit près de 45 kg de céramiques3.

12On a pu distinguer quatre catégories de céramiques :
- des tessons sans décor rejetés à l’issue de la première cuisson (biscuits) (95 % du mobilier) ;
- des tessons avec décor moulé mais sans émail rejetés à l’issue de la première cuisson (5 tessons) (fig. 3 et 4) ;

Fig. 3. G. Villers-les-Pots. Biscuit de faïence, assiette à décor moulé (photo Loic de Cargouët, Inrap).

Fig. 4. D. Villers-les-Pots. Biscuit de faïence, pot à décor moulé (photo Loic de Cargouët, Inrap).

13- des tessons émaillés rejetés à l’issue de la deuxième cuisson (une dizaine de tessons) (fig. 5) ;

Fig. 5. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence avec émail (photographies Loic de Cargouët, Inrap).

14- des tessons avec décor peint (fig. 6) ;

Fig. 6. Villers-les-Pots. Fragments d’écuelles avec décor peint jaspé (photo Loic de Cargouët, Inrap).

15- un tesson avec glaçure ;
- des éléments techniques (fig. 7 et 8).

Fig. 7. G. Villers-les-Pots. Boudins et pâtons d’argile (photo Loic de Cargouët, Inrap).

Fig. 8. D. Villers-les-Pots. Pernettes (photo Loic de Cargouët, Inrap).

16La grande fragmentation des récipients (tessons d’environ 4 cm2) induit que ces fragments proviennent de rejets secondaires, sans doute de tessonnières largement piétinées, et non pas de rebuts d’une fournée. Un travail de quantification globale a été entrepris après un tri par éléments morphologiques. Dans un contexte de cette nature, pour apprécier la plus ou moins grande représentativité des catégories de récipients, la méthode du poids a été retenue car elle nous donne des ordres de grandeur.

17Parmi ces kilos de fragments de faïence se trouvait à peine une dizaine de tessons avec un peu d’émail, un avec une glaçure jaune tachetée de brun (un fragment de fond de marmite ?) et moins d’un kilo de tessons portant sur l’extérieur un décor d’engobes mêlés. Dans la mesure où aucun fond émaillé n’a été retrouvé, nous n’avons aucune marque au tampon « VILLERS LES POTS (Côte d’Or) » ou « EMAIL INALTERABLE / VILLERS LES-POTS / (Côte d’Or) » de la fabrique (avant 1856), ni « VLP » ou « Munier A VLP » qui datent des années 1880 (Rosen, 2001, p. 106-107).

18En revanche, sous le fond de certaines pièces (pots de chambre, plats, bols, pots) se trouvaient des chiffres gravés : « 1/2 » et « 2/3 », « 1P ». Ce sont des unités de compte. Ce système, en usage chez les faïenciers depuis le XVIIe s, permettait d’évaluer à partir d’un étalon qui est la « pièce », le calcul du travail et le prix de vente (Rosen, 1995, p. 199-201). Ainsi les marques comportant la lettre P précédée et/ou suivie de chiffres peuvent vouloir dire soit « pièce », soit « pour » (Rosen, 1995, p. 199). Les marques observées sur certains objets de Villers-les-Pots correspondent à des fractions de pièce. Plus les chiffres sont petits, moins ils demandent de temps de travail (Rosen, 1995, p. 199) (fig. 9) :
- une pièce et demie « 1/2 » ;
- une pièce « 1/P » ;
- deux pièces pour trois « 2/3 ».

Fig. 9. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. Marques de compte sous les fonds de formes ouvertes (1 à 3) et sous un fond de pot de chambre (4) (photo Loic de Cargouët, Inrap).

19Les éléments techniques tels que des boudins d’argile longitudinaux (fig. 7) et des pernettes de colmatagesont peu nombreux. Des colombins, des éléments plats et des pâtons servaient à caler les pièces qui étaient cuites en échappade ou en chapelle, parce qu’elles ne pouvaient l’être dans les gazettes (Rosen, 1995, p. 50-51). Ces éléments en terre cuite se retrouvent systématiquement dans les fouilles de faïenceries. Un fragment cylindrique semble être une pilette (fig. 14, n° 13). L’usage de gazettes, larges cylindres destinés à cuire certaines pièces, en particulier les assiettes, déposées les unes au-dessus des autres, est attesté par la présence de pernettes (fig. 8), éléments d’argile de section triangulaire. Dans les fouilles des manufactures d’Ancy-le-Franc, les pernettes à trois côtes de forme régulière, comparables à celle de Villers-les-Pots, sont plus anciennes que celles qui présentent à leur extrémité un élargissement destiné à mieux obturer les gazettes (Biton, 2001, p. 116). Aucun mouton, c’est-à-dire un ensemble de pièces qui se sont retrouvées collées ensemble à la suite de l’effondrement d’une charge, n’a été retrouvé dans ce dépotoir.

Les récipients

20La pâte des biscuits est d’une grande finesse, d’une couleur orangée homogène, évoquant celles des sigillées antiques, bien que certains tessons soient plus clairs. La pâte des tessons émaillés est jaunâtre (fig. 5). De rares remontages ont permis de restituer partiellement certaines formes comme les brocs, les pots à moutarde, les bassins, les pots de chambre, mais pour l’essentiel, la reconnaissance des formes n’a pu être fondée que sur des fragments de récipients, ce qui fragilise la portée des quantifications que nous avons cependant tenté de faire afin de tirer le plus d’informations possibles de ce dépotoir. Ce tri a permis de mettre en évidence la part considérable des récipients de type assiette, écuelle, les formes fermées (pots de conserves, pots de chambre, pichets et autres) étant nettement sous représentées (cf. Annexe). Les couvercles sont également nombreux. La quasi-totalité des fragments de récipients mis au jour appartiennent au registre des productions ordinaires de la manufacture de Villers-les-Pots. Ces récipients sont des pièces moulées, sauf peut-être les couvercles.

21Au XIXe s., les manufactures de Villers-les-Pots, Longchamp et Premières ont fabriqué des produits à peu près identiques (Rosen, 2000, p. 106). De fait, l’argile utilisée était la même et ces entreprises proposaient des produits qui répondaient à la demande des consommateurs de la région dijonnaise et même des régions voisines. En 1880, dans Statistiques, il était écrit que « la nature du sol a permis la création de plusieurs grandes fabriques de poterie. La faïencerie a été portée à un tel degré de perfection que l’on est parvenu, non seulement à imiter les faïences antiques, mais à donner des produits très remarquables. Les fabriques de Premières, de Longchamp, de Villers-les-Pots, offrent de réels chefs-d’œuvre d’art aux amateurs de beaux et riches produits (…) » (Statistiques de 1880, cité dans Rosen, 2000, p. 106). Des exemplaires de ces productions de qualité sont conservés dans les collections privées. Ce sont en particulier des décors imitant les belles productions du XVIIIe s. (décors dans le style rouennais, décors de réverbère) (Rosen, 2001, p. 107). Mais ces faïenceries produisaient surtout une gamme étendue de récipients ordinaires, parmi lesquels se trouvaient une majorité d’assiettes, en faïence blanche à décor le plus souvent bleu, effectué au pochoir. Un catalogue de la manufacture de Premières (non daté mais pouvant être attribué, d’après de Cayron, au milieu du XIXe s.) révèle des récipients aux fonctions bien définies auxquels sont associés des prix pour les pièces de 1er, 2e et même 3e choix (Cayron, 1987-88, p. 204-205). La comparaison avec les récipients de Villers-les-Pots nous a permis de préciser les identifications.

Les principales formes

Les assiettes

  • 4  Douze « pièces » ou douze « comptes », soit un nombre très variable d’objets en fonction de leur t (...)

22La principale production de la manufacture de Villers-les-Pots, dans la première moitié du XIXe s. au moins, semble avoir été l’assiette. En 1841, 40 000 douzaines4 avaient été produites et vendues dans le département et les départements voisins (Rosen, 2001, p. 105).

23Dans le lot mis au jour, les assiettes représentent 32 % des effectifs. Deux types d’assiettes ont été reconnus :
- des assiettes creuses, à bord droit et fond plat pourvu d’un léger petit talon (fig. 10, nos1 et 2) ; un petit fragment émaillé a été retrouvé (fig. 10, n° 1 ; fig. 5) ; les dimensions des tessons recueillis offrent de légères variations, mais le diamètre à l’ouverture est de l’ordre de 20 cm en moyenne pour un fond de 12 à 15 cm ;
- des assiettes plates, à bord à aile oblique, fond pourvu d’un très léger talon (fig. 10, nos 3-5) ; elles mesurent en moyenne 18 à 19 cm de diamètre pour un fond de 13 à 15 cm ; trois fragments (un profil et deux bords) présentent un beau décor moulé de cœurs et de losanges sur l’aile (fig. 10, n° 3 ; fig. 3).

24L’exemplaire des années 1860, publié dans l’ouvrage Faïenceries françaises du Grand Est (n° 21.18.1), est une assiette circulaire plate à aile, d’environ 20 cm de diamètre, présentant un décor en camaïeu bleu exécuté au pochoir (Rosen, 2001, p. 107).

25Les fragments d’assiettes creuses sont un peu plus nombreux que ceux d’assiettes plates (cf. Annexe). La mode des assiettes creuses remonte aux premières décennies du XVIIIe s., mais le bord est alors à double inflexion. Les exemplaires de la seconde moitié du XVIIIe s. et de la première moitié du XIXe s. sont à bord droit. La forme avec aile oblique et fond large date également du XVIIIe s.

26Les modèles à bord contourné imitant la vaisselle d’orfèvrerie étaient cependant privilégiés par rapport à ceux à bord simple, les plus répandus au XIXe s. Dans ce lot, si un bord et deux panses appartenant à des plats à bord contournés ont été retrouvés, l’essentiel des fragments est à bord simple.

27La manufacture voisine de Premières fabriquait également des assiettes. En 1813, il est fait mention dans les documents comptables d’assiettes moulées « 2/1 » et « 3/1 » (2 pour 1 et 3 pour 1), d’assiettes unies « 3/1 » et d’assiettes portions « 3/1 » (Cayron, 1987-88, p. 205). L’examen du catalogue de la même manufacture une cinquantaine d’années plus tard (d’après de Cayron, car ce document n’est pas daté) est beaucoup plus précis (ibid., p. 207). Il y avait cinq sortes d’assiettes : des grandes creuses, des petites creuses, des mi-creuses, des grandes plates et des petites plates. Ces assiettes étaient vendues à la douzaine avec un premier et un second choix. Elles valaient entre 1,30 et 1,10 francs la douzaine selon le modèle, les grandes assiettes plates ou creuses étant plus chères que les petites creuses et petites plates. Entre le premier choix et le second choix, il y avait 20 centimes de différence. Enfin, les assiettes peintes coûtaient 10 centimes de plus que les brunes et les blanches. Les brunes désignaient ce que l’on appelle aussi les faïences brunes ou « culs-noirs » dont le revers était glaçuré en brun avec du manganèse.

28Prix des assiettes en faïence ordinaire (la douzaine) :
- assiettes grandes creuses, brunes et blanches : 1,20 et 1,00 F.
- assiettes grandes creuses, peintes : 1,30 et 1,10 F.
- assiettes petites creuses, brunes et blanches : 1,00 et 0,80 F.
- assiettes petites creuses, peintes : 1,10 et 0,90 F.
- assiettes mi-creuses et grandes plates : 1,20 et 1,00 F.
- assiettes grandes plates, peintes : 1,30 et 1,10 F.
- assiettes petites plates, blanches : 1,00 et 0.90 F.
- assiettes petites plates, peintes : 1.10 et 0,90 F.

29Comme l’a souligné de Cayron, par rapport au prix du début du siècle, le coût de ces faïences a presque diminué de moitié (ibid., p. 205). En 1813, les tarifs pour des assiettes ordinaires à la manufacture de Premières (ibid., p. 205) étaient, à la douzaine, de :
- assiettes moulées « 2/1 » (2 pour 1) : 2,25 F.
- assiettes moulées « 3/1 »  : 2,10 F.
- assiettes unies « 3/1 » : 1,90 F.
- assiettes portion « 3/1 » : 1,60 F.

  • 5  Un « compte » = une « pièce ».

30Les assiettes ordinaires se distinguent des autres récipients produits. Ces derniers sont vendus au « compte »5 et en trois qualités (choix). Tous valent de 0,85 à 0,70 francs (ibid., p. 207).

Fig. 10. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1. Assiette creuse avec émail blanc ; 2. assiette creuse ; 3. assiette plate à aile avec décor moulé ; 4. assiette plate à aile avec émail ; 5. assiette plate à aile ; 6. plat creux à aile ; 7. cuvette à aile ; 8-11. écuelles ; 12. soupière ? ; 13 et 16. bases indéterminées ; 14. soucoupe ; 15. tasse (dessins Patrick Pihuit, Inrap).

Les écuelles (fig. 10, nos 8-11 ; fig. 6)

  • 6  Jean Rosen nous a précisé qu’il en existait cependant de plusieurs tailles.

31Cette forme fait partie du catalogue des faïences ordinaires de Premières sans doute vers le milieu du XIXe s. Il y est distingué des écuelles à boucle et à oreilles, brunes, bleues et peintes qui valent la pièce de « 4/1 », « 5/1 », « 6/1 », « 7/1 » de 0,85 à 0,70 francs le compte selon la qualité (Cayron, 1987-88, p. 207). Nous avons identifié des écuelles à oreilles mais pas à boucle. Les écuelles représentent 23,5 % du lot. Une petite partie (7 %) est à décor peint. Il n’y a pas de différence de taille entre les écuelles peintes et celles qui étaient émaillées. Elles mesurent environ 15 cm à l’ouverture pour une hauteur d’environ 8 cm (un seul exemplaire est archéologiquement complet) (fig. 10, n° 8). Par comparaison, les écuelles en faïence brune de la production de Meillonnas (Ain) vers 1820 sont sensiblement identiques6 (Rosen, 1995, p. 130).

  • 7  Copie de la lettre figurant dans les archives de Monsieur de Cayron conservées au Musée de la Vie (...)
  • 8  Monsieur de Cayron a observé que contrairement aux autres pièces de Premières, celles-ci n’étaient (...)

32Le décor peint engobé des écuelles de Villers ne semble pas correspondre à celui des écuelles de Premières. En 1806, à l’occasion de l’exposition universelle, la manufacture de Premières avait envoyé à Sèvres « une écuelle en faïence blanche jaspée » (Rosen, 2001, p. 101). Un passage d’une lettre destinée au docteur Lavalle7, directeur de la manufacture, et rédigée en 1856 par une artiste indépendante, Eléonore Escallier qui avait travaillé à Premières, atteste qu’à cette époque, on y fabriquait des tasses marbrées : « Nous avons vu, hier ensemble, un fabricant imitateur de Palissy dont les émaux sont superbes. Nous avons comparé le fond de sa terre qui est blanc avec celui de vos petites tasses marbrées ; il en résulte que nous sommes persuadés que vous possédez cette terre précieuse. Aussi, s’il vous est possible, faites quelques soucoupes seulement de terre entièrement blanche, vous nous les enverrez simplement cuites, non vernies ; nous les recouvrirons d’émaux et nous vous les retournerons pour que vous les fassiez cuire ». À partir des années 1860 se développe à Premières une production de céramique en terres mêlées (Cayron, 1987-88, p. 206 ; Rosen, 2001, p. 97, fig. 21.17.2). Celle-ci, si l’on se réfère aux quelques exemplaires conservés au Musée de la Vie Bourguignonne et dans les collections de la famille de Cayron, est constituée de formes fermées (amphore, pot à eau, théière, vase), mais également de plats, d’assiettes8. En fait, la typologie en est très vaste et presque toutes les formes ont été produites dans ce genre.

33Le décor de terres mêlées (décor marbré ou jaspé), d’origine antique, fut d’abord repris dans la deuxième moitié du XVIe s. en Italie, dans la région de Pise (décor « marmorizzate ») (Amouric et alii, 1999, p. 82). Il s’est poursuivi en France au XVIe et au XVIIe s. (Palissy et Poterat à Rouen), ainsi qu’en Angleterre vers 1750, puis en France dans certaines manufactures comme à Apt dans le Vaucluse, ou dans la faïencerie Vernet et Pichon à Uzès (Gard), et la faïencerie Grammont à Orléans (Besnard, 2002). Ce goût pour l’Antique se poursuit durant le XIXe s., comme l’attestent les productions de luxe des manufactures de Premières et de Villers, mais également de Gérardmer (Vosges). Ce qui distingue les productions de Villers-les-Pots et celles de Premières dans la première moitié du XIXe s., c’est qu’il ne s’agit pas d’argiles mêlées dans la masse mais d’engobes mêlés en surface. Ce décor concourt à donner le même aspect, évitant sans doute la difficulté majeure du mélange de terres « qui est d’obtenir un mélange suffisamment homogène, pour que la cuisson soit identique sur toute la surface de l’objet, tout en évitant de supprimer les effets marbrés dus aux différentes teintes des argiles employées » (Besnard, 2002, p. 29). Si Villers-les-Pots a produit, comme Premières, des écuelles à décor marbré, la manufacture a peut-être aussi fabriqué des céramiques en terres mêlées, mais aucun tesson de cette nature ne figure dans le lot étudié.

Les pots de chambre (fig. 11)

34Cette forme fait partie du catalogue des faïences ordinaires de Premières vers le milieu du XIXe s. Il existe deux formes, l’une est dite de « forme chapeau ». Il existe des pots de chambre de 2 pour 1 et de 5 pour 1, toujours de 0,85 à 0,70 francs le compte, selon la qualité (Cayron, 1987-88, p. 207).

35Les fragments de pots de chambre représentent 13,1 % du lot. Nous avons relevé trois types de partie supérieure :
- avec bord légèrement infléchi et haut de panse souligné par un bourrelet (fig. 11, n° 1) (diam. 19,5 cm) ;
- avec bord infléchi à l’horizontale, une fine cannelure séparant le bord de la panse (fig. 11, n° 2) (diam. 21 cm) ;
- avec bord en crochet (fig. 11, n° 3) (diam. 19,5 cm).

36La forme à bord en crochet est typique du XVIIe s. et surtout du XVIIIe s. On la retrouve ainsi dans les productions d’Ancy-le-Franc (Yonne) des années 1760 aux années 1810 (Biton, 2001, p. 103, type 1).

37Les exemplaires à bord peu infléchi sont des formes typiques du XIXe s. On les retrouve par exemple en faïence dans le dernier comblement d’un puits parisien de la première moitié du XIXe s. (antérieur à 1853) (Le Boëdec, 1989, pl. 69 et pl. 110 : exemplaire en faïence de Bourg-la-Reine du début du XIXe s.), et en porcelaine datés du second quart du XIXe s., dans ce même dépotoir (idem, pl. 80). Un autre exemplaire en « faïence fine » provient d’un dépotoir d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), bien daté des années 1860 (Ravoire, 2006, p. 200-203, pl. 10).

38Deux groupes de base présentant un léger ressaut (fig. 11, nos 6-7), comme il est classique sur ce type de récipient, peuvent être associés à cette forme. Les fonds mesurant 12 cm de diamètre portent une marque « ½ » (fig. 11, nos 6-7 ; fig. 9), ceux mesurant 11 cm n’ont pas de marque.Les anses sont ovales, légèrement moulurées (fig. 11, n° 5). Des éléments rapportés peuvent être associés à ce récipient (fig. 11, n° 4).

Fig. 11. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1-7. Pots de chambre ; 8-12. bassins de lit (dessins Patrick Pihuit, Inrap).

Les formes moins représentées

Les bassins de lit (fig. 11, nos 8-12)

39Une forme dénommée « urinoirs pour homme » fait partie du catalogue des faïences ordinaires de Premières vers le milieu du xixe s. Elle est vendue de 0,85 à 0,70 francs le compte, de 2 pour 1 selon la qualité (Cayron, 1987-88, p. 207). Il est également fait mention de bassin de lit (la pièce de « 3 pour 2 »). Très fragmentaire, un récipient a pu être reconstitué (fig. 11, n° 8). Plusieurs fonds de grand diamètre ont cette marque (fig. 11, n° 11) et d’autres ont « 1/P » (fig. 11, nos 9-10, 12).

Les pots à conserves (fig. 12, nos 3-9)

40De très nombreux fragments de bord à extrémité en bourrelet appartenant à des pots cylindriques de différentes tailles ont été relevés. L’inventaire de Premières mentionne des pots à confiture et des pots à boutons. Ce dernier récipient correspond peut-être à un des fragments recueillis (fig. 12, n° 4). Les diamètres varient considérablement, de 10 cm pour les plus petits, puis 13 cm et environ 21 cm pour les plus grands. Un fragment de fond est partiellement émaillé blanc (fig. 7).

Fig. 12. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1-2. Cuvettes de pot à eau ; 3-9. pots à conserves ; 10-11. soupières ? (dessins Patrick Pihuit, Inrap).

Les cuvettes de pot à eau (fig. 12, nos 1-2 ; fig. 13)

41Cette forme, ovale, à panse rectiligne reposant sur quatre petits pieds, existe en au moins deux tailles. Deux exemplaires archéologiquement complets ont pu être reconstitués. Une sorte de tenon est appliqué dans l’axe longitudinal. Ce type de pièce existe dans le répertoire de la vaisselle du XVIIIe s. où il est en général soigneusement décoré (voir par exemple Blondel, Rosen, 1987, p. 70). Dans l’inventaire de Premières, il n’est pas fait mention de bassins mais de « cuvettes ovales à pied » qui existent sans doute en deux tailles « 2 pour 1 » et « 3 pour 1 ». Sans doute cette dénomination qui implique un usage plus utilitaire qu’ornemental comme le serait un bassin correspond aux deux récipients de Villers-les-Pots. Il est difficile de distinguer les bords des petits bassins des bords de pots de conservation, les deux étant marqués par un petit bourrelet saillant. Quatorze bords de forme ovale ont été associés à ce récipient. En revanche le modèle de plus grande taille est pourvu d’un bord mouluré qui le distingue nettement (fig. 12, n° 2 ; fig. 13).

Fig. 13. Villers-les-Pots. Biscuit de faïence. Cuvette de pot à eau (photographie Loic de Cargouët, Inrap).

Les soupières (fig. 12, nos 10-11 ; fig. 14, nos 1 et 2)

42Cette forme est illustrée par plusieurs fragments de bords et d’anses en ruban (fig. 14, n° 1). Certaines bases à pied annulaire (cf. fig. 10, n° 12) pourraient également appartenir à ces soupières qui semblent être de petite taille. Un fragment émaillé en faïence brune a été retrouvé (fig. 14, n° 2).

43Dans l’inventaire de Premières, il est fait référence à trois modèles de soupières qui sont déclinés en plusieurs tailles :
- des soupières de « forme ancienne » qui n’existent qu’en faïence brune (sept tailles) ;
- des soupières « nouvelle forme », qui sont à pied et qui peuvent être en faïence blanche, brune ou peinte (six tailles) ;
- des soupières plates qui peuvent être en faïence blanche et brune (sept tailles).

44à l’évidence, la soupière identifiée dans le lot de Villers-les-Pots est une forme ancienne. En effet, cette forme est connue dans les contextes archéologiques du nord de la France, dès la seconde moitié du XVIIIe s. On la retrouve par exemple dans les productions des faïenceries icaunaises d’Ancy-le-Franc (entre 1760 et 1810) (Biton, 2001, p. 109, type 1) et de Montigny (fin du XVIIIe - début du XIXe s.) (Delor, 1996, p. 35, n° 34).

45En revanche, la forme à pied telle qu’on peut la voir par exemple dans les productions du milieu du XIXe s. de la manufacture du Prieuré de Vausse en Côte-d’Or (Rosen, 2000, p. 61, fig. 12) ou de celles de la deuxième période (1835-1838) de Chevannes dans l’Yonne (Pellet, 1998, p. 83, fig. 65) est typique du XIXe s. Il est possible que cette forme ait également été produite à Villers-les-Pots, comme certains fragments de panse avec anses en ruban pourraient le faire supposer (fig. 12, nos 10-11).

Fig. 14. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1. Soupière ; 2. soupière émaillée ; 3. pot ; 4-6. couvercles ; 7-8. brocs ; 9-10. faisselles ; 11. pot à moutarde ; 12. plaque ; 13. pilette ; 14. perle (dessins Patrick Pihuit, Inrap).

Les couvercles (de soupière) (fig. 14, nos 4-6)

46Ce groupe d’objets est très bien représenté. Ces couvercles tronconiques sont vraisemblablement à associer aux soupières « nouvelle forme » car pour les soupières de « forme ancienne », les couvercles sont hémisphériques (voir soupière type 1 de Montigny) (Delor, 1996, p. 35, n° 34 ; p. 36, n° 35). On les trouve ainsi sur les soupières de Chevannes (période 1835-1838) (Pellet, 1998, p. 83, fig. 65).

Les pots à eau ou brocs (fig. 14, nos 7-8 ; fig. 15)

47Plusieurs bases avec départ de panse légèrement godronnée, ainsi que des cols et des becs saillants, correspondent à ce que l’inventaire de Premières dénomme des gueulards ou brocs pour cuvette ou encore à des pots à eau. Les premiers existent en blanc, bleu « 2 pour 1 » et les seconds en blanc, bleu et peints « 2 pour 1 », « 3 pour 1 », « 4 pour 1 ». Nous avons pu réaliser une restitution de ce pot à partir de plusieurs éléments. Il s’apparente à un broc entier, émaillé bleu provenant d’une collection particulière (fig. 15). Il s’agit peut-être d’une production de Villers-les-Pots (pas de marque sous le fond) mais cette forme à fond d’émail bleu a été fabriquée partout dans la moitié nord de la France. La forme de l’anse avec poucier sommital s’inspire des modèles d’orfèvrerie (fig. 14, n° 8).

Fig. 15. Broc avec émail bleu (col. particulière), Villers-les-Pots ? (photographie Loic de Cargouët, Inrap).

Les cuvettes à aile et les plats creux (fig. 10, nos 6 et 7)

48Une dizaine de fragments de bord (largeur de l’aile 2 cm) appartiennent à des cuvettes de toilette dont le diamètre est supérieur ou égal à 24 cm (fig. 10, n° 7). De rares fragments de plats creux à aile mesurent de 25 à 28 cm (fig. 10, n° 6).

Les formes rares

Tasse et soucoupe (fig. 10, nos 14-15)

49Un seul fragment de tasse, dont il manque l’anse, et une soucoupe, les deux archéologiquement complets, ont été identifiés. La tasse est de type « litron ». Sa pâte est blanche avec un aspect craquelé. Elle est par ailleurs partiellement émaillée d’un émail verdâtre.

50La soucoupe est un biscuit en pâte beige rougeâtre. Elle mesure 15 cm de diamètre. Cette soucoupe, du fait de la forme convexe de son bord, n’appartient sans doute pas au même service que la tasse.

Les pots à moutarde (fig. 14, n° 11 ; fig. 16)

51La faïencerie de Longchamp, située à proximité de celle de Villers-les-Pots, et qui utilisait la même matière première, en fabriquait de grandes quantités qui étaient débitées dans le département de la Côte-d’Or, 10 000 pour la seule année 1841 (Rosen, 2001, p. 83). Dans le catalogue de la faïencerie de Premières, il n’y a pas de pot à moutarde, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’en produisait pas puisque les manufactures pouvaient fabriquer, à l’instar des productions de luxe, à la commande. Les trois fragments retrouvés correspondent à un modèle de petite taille à fond très épais. La partie sommitale manque. Ce type de pot à moutarde est daté vers 1845 dans les productions dijonnaises (type 4A de la typologie des pots à moutarde) (Blondel, 1984, p. 26).

Fig. 16. Villers-les-Pots. Biscuit de faïence. Pot à moutarde (photographie Loic de Cargouët, Inrap).

Faisselle à fromage (fig. 14, nos 9 et 10)

52Des éléments perforés ont été retrouvés en faible quantité. Il s’agit notamment d’une partie supérieure de faisselle et d’une plaque reposant sur trois pieds.

Plaque (fig. 14, n° 12)

53Une plaque rectangulaire présentant à ses extrémités des traces d’arrachage (?) est soit un élément technique, soit un support (raté) de socle pour petite figurine animalière telle que l’on peut en retrouver dans des faïenceries de la première moitié du XIXe s. comme celle de Vausse à Chatel-Gérard (Côte-d’Or) (Rosen, 2000, p. 61, fig. 13). Il peut également s’agir d’un fond de récipient, comme l’encrier, certes en forme de cœur, de Montigny (Delor, 1996, p. 37, n° 38) ou celui retrouvé dans un puits parisien de la première moitié du XIXe s. (Le Boëdec, 1986, pl. 81).

54Signalons enfin la présence d’un pot à décor moulé qui pourrait être un pot à tabac (fig. 4 et fig. 14, n° 3), et d’une perle (fig. 14, n° 14).

Conclusion

55Ces rebuts de faïence, des biscuits essentiellement mais également quelques fragments émaillés et un fragment glaçuré, constituent un ensemble homogène. Près des deux tiers des objets sont des formes ouvertes liées à la table : assiettes (à aile et à bord droit) et écuelles. Le tiers restant se compose de céramiques de toilette (pots de chambre surtout mais également urinoirs, cuvettes) et de quelques autres récipients (pichets, pots à moutarde, couvercles) (fig. 17).

Fig. 17. Histogrammes de représentativité des principaux récipients (en % sur le poids de fragments) (doc. Fabienne Ravoire).

56La comparaison des principales formes identifiées avec leurs équivalents dans les productions des manufactures régionales a permis de les dater pour l’essentiel du XIXe s. Seuls quelques éléments typologiques les apparentent aux productions du XVIIIe s. Peu de formes connues à Ancy-le-Franc ou à Montigny, dont les productions s’achèvent au début du XIXe s., se retrouvent à Villers-les-Pots. En revanche, les ressemblances sont assez fortes avec Chevannes dans l’Yonne dont les productions datent des années 1830 et également avec celles de la manufacture dijonnaise de Montmuzard, datées du second quart du XIXe s. (Blondel, Rosen, 1987). Par comparaison avec Premières, la présence dans cet ensemble de productions à décor jaspé et l’absence de celles en terre mêlée tendraient à montrer que le mobilier qui le compose est antérieur aux années 1860.

57Les différents éléments de comparaison typologique convergent pour affirmer que ces tessons appartiennent à des séquences chronologiques contemporaines. Il est vraisemblable qu’ils proviennent d’une même tessonnière. Une datation dans le second quart du XIXe s. peut être proposée. La manufacture est alors dirigée par Févret et Talon.

58Pour conclure, il convient d’insister sur le fait que cette tessonnière, aussi fragmentaire et modeste soit-elle car pauvre en fragments émaillés et décorés, constitue l’un des rares exemples archéologiques illustrant les dernières productions de faïences traditionnelles françaises. En effet, ces productions de Villers-les-Pots de la première moitié du XIXe s. reflètent bien ce que l’on connaît plus généralement en France pour cette période. Si entre la fin du XVIIIe s. et les années 1815, on observe une absence de rupture dans les types de récipients fabriqués, sauf en ce qui concerne les productions de luxe, après 1815 et l’ouverture à la concurrence des manufactures de « faïence fine », le marché de la faïence se porte désormais sur les récipients utilitaires comme la vaisselle de toilette ou les pots servant de conditionnement à des produits comme la moutarde, la confiture, etc. (Rosen, 1995). En effet, les clients de la manufacture de Premières sont des marchands de faïence, des fabricants de poterie (sic) mais également des aubergistes, un fabricant de moutarde, un huilier, un herboriste (Cayron, 1987, p. 203).

  • 9  Cette production de décors jaspés vise à concurrencer les nouvelles céramiques d’une esthétique co (...)

59Cependant, la découverte d’écuelles à décor d’engobe mêlé jaspé, dont la fabrication a été révélée par l’étude de cette tessonnière, est un témoignage des recherches entreprises par certaines manufactures de l’époque pour s’attirer à elles une clientèle à la recherche de pièces originales. En effet, à partir du milieu du siècle, la faïence traditionnelle trouve de moins en moins preneur. Aussi, pour réduire leur coût de production, la plupart des manufactures fabriquent essentiellement des faïences blanches et des faïences brunes peu décorées (Rosen, 1995, p. 154)9.

60Tout l’intérêt de cette étude, outre la caractérisation et la datation des productions découvertes, réside dans le fait que c’est la première fois qu’une fouille a été réalisée sur ce site célèbre, connu uniquement à travers des pièces de collection. On accède ainsi à une vision complémentaire de cette production bourguignonne emblématique du XIXe s. Il est à souhaiter que d’autres fouilles puissent être réalisées au plus près, voire à l’emplacement de la manufacture de Villers-les-Pots, afin d’enrichir notre connaissance de cette production.

Annexe : Fouilles LGV.  Villers-les-Pots "La Mare Crochot". US 504 : inventaire et quantification des fragments identifiables

61

62

Haut de page

Bibliographie

Statistiques du département de la Côte-d’Or, par Duval, préfet, Dijon, 1880.

Statistiques de la France, vol. Industrie, par le ministre de l’Agriculture et du Commerce, 1847.

Amouric H., Richez F., Vallauri L., 1999, Vingt mille pots sous les mers : le commerce de la céramique en Provence et Languedoc du Xe au XIXe siècle, Catalogue d’exposition, musée d’Istres, 27 mai-28 nov. 1999, Aix-en-Provence, éd. Edisud, 196 p.

Bard J., 1856, « Villers-les-Pots en 1856 : histoire et tableau », LAuxonnais, parution du dimanche 10 août 1856, 9e année du journal (n° 32).

Besnard A., 2002, « Les faïences fines de Grammont à Orléans », Revue de Sèvres, n° 11, p. 26-32.

Biton R., Biton S., 2001, La faïencerie de Fulvy & la faïencerie dite du château à Ancy-le-Franc, Auxerre, Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne/Musée d’Art et d’Histoire d’Auxerre, 133 p., 80 fig.

Blondel M., 1984, Moutarde à Dijon, Catalogue de l’exposition, Ville de Dijon, Musée de la Vie Bourguignonne, 21 avril-30 sept. 1984, 269 p.

Blondel M., Rosen J., 1987, La faïence de Dijon, Catalogue d’exposition, Musée de la Vie Bourguignonne, 13 mai- 28 sept. 1987, Ville de Dijon, 215 p.

Canat C., 1995, « Le métier de potier en Bourgogne au Moyen Âge : les sources écrites, premier bilan », in : Beck P. dir., Projet collectif de recherche La Céramique médiévale en Bourgogne, Rapport d’activité, années 1994-1995, SRA Bourgogne, 28 p. et fig.

Cayron A. de, 1987, Faïences de Premières – Émaux Lavalle – Deuxième partie : Les faïences artistiques, Tapuscrit conservé au Musée de la Vie Bourguignonne, 26 p.

Cayron A. de, 1987-1988, « Une manufacture bourguignonne du 19e siècle : la faïencerie de Premières », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles lettres de Dijon, t. 128, p. 197-208.

Delor J.-P., 1996, Montigny : une faïencerie en Bourgogne auxerroise, La Ferté-sous-Jouarre, éd. G.E.D.A., 71 p.

Laborier E., 1994, « Sites de production de céramique en Côte-d’Or : inventaire et localisation », in : Beck P. dir., Projet collectif de recherche La Céramique médiévale en Bourgogne, Rapport d’activité année 1993, SRA Bourgogne, 49 p. et 5 fig.

Le Boëdec A.-F., 1989, Le puits F11 et son mobilier céramique des XVIIIe et XIXe siècles, vol. II (planches), Mémoire de maîtrise de l’université de Paris I sous la dir. du prof. Léon Pressouyre.

Pellet C., 1998, Les faïenceries de l’Auxerrois :Égriselles, Auxerre-Les Capucins, Chevannes, Auxerre-Saint-Amatre, Auxerre, Soc. des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne/[Précy-sous-Thil], éd. de l’Armançon, 128 p., 79 fig.

Piponnier F., 1987, « La céramique dans son contexte quotidien d’après les inventaires bourguignons (XIVe-XVe siècles) », in : Chapelot J., Galinié H., Pilet-Lemière J. éd., La céramique (Ve-XIXe s.) : fabrication, commercialisation, utilisation, Actes du 1er congrès international d’Archéologie Médiévale, Paris, 4-6 oct. 1985, Caen, p. 235-243.

Ravoire F., 2006, « La céramique médiévale et moderne », in : Dufour J.-Y., Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) 44-46 rue Raspail, 81-85 rue Marat,Rapport final d’opération de fouille archéologique, Inrap, SRA Île-de-France, p. 199-240.

Rosen J., 1995, La faïence en France du xive au xixe siècle : histoire et technique, Paris, éd. Errance, 215 p.

Rosen J., 2000, Les routes de la faïence en Bourgogne, Dijon, éd. Les presses du Réel/Dijon, Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle de Bourgogne (CCSTI), 118 p.

Rosen J. dir., 2001, Faïenceries françaises du Grand-Est : inventaire Bourgogne Champagne-Ardenne (XIVe-XIXe siècle), Paris, éd. du C.T.H.S., 600 p. (Mémoires de la section d’archéologie et d’histoire de l’art, 12).

Tisserand N., Ravoire F., Lamy V. coll., 2007, Témoignages indirects sur les productions de la faïencerie de Villers-les-Pots au XIXe siècle, Document intermédiaire de diagnostic E-A16, LGV Rhin-Rhône –Branche Est, Inrap, SRA de Bourgogne, 51 p., 9 fig., 6 pl.

Haut de page

Notes

1  Cette opération archéologique a fait l’objet d’un rapport (document intermédiaire de diagnostic) : Tisserand, Ravoire, 2007. 

2  Je remercie Jean Rosen, directeur de recherche au CNRS (UMR 5594, Dijon), pour m’avoir invitée à consulter sa photothèque concernant les productions des manufactures de la région et pour les précisions qu’il a bien voulu apporter au présent article. Je remercie également Jean-Louis Vayssettes (Inventaire Général du Languedoc), pour ses judicieuses remarques. Enfin, je remercie Madeleine Blondel, conservatrice du Musée de la Vie Bourguignonne, pour m’avoir autorisée à consulter le fonds documentaire des manufactures de Villers-les-Pots, Premières et Longchamp.

3  La masse des très nombreux petits tessons a été cependant conservée de manière à permettre un jour un travail de reconstitution des formes plus poussé.

4  Douze « pièces » ou douze « comptes », soit un nombre très variable d’objets en fonction de leur taille.

5  Un « compte » = une « pièce ».

6  Jean Rosen nous a précisé qu’il en existait cependant de plusieurs tailles.

7  Copie de la lettre figurant dans les archives de Monsieur de Cayron conservées au Musée de la Vie Bourguignonne.

8  Monsieur de Cayron a observé que contrairement aux autres pièces de Premières, celles-ci n’étaient que très rarement marquées.

9  Cette production de décors jaspés vise à concurrencer les nouvelles céramiques d’une esthétique comparable, produites en abondance par la manufacture d’Utzchneider à Sarreguemines. Ces deux productions sont très comparables.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plans de localisation générale et locale (Patrick Pihuit d’après Tisserand, Ravoire, 2007).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 2. Croquis des terrasses à l’ouest du système alluvial de la Saône (dessin Véronique Lamy in : Tisserand, Ravoire, 2007, p. 19, réalisé à partir du Guide géologique régional de Bourgogne).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 3. G. Villers-les-Pots. Biscuit de faïence, assiette à décor moulé (photo Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 5. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence avec émail (photographies Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 6. Villers-les-Pots. Fragments d’écuelles avec décor peint jaspé (photo Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 7. G. Villers-les-Pots. Boudins et pâtons d’argile (photo Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 9. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. Marques de compte sous les fonds de formes ouvertes (1 à 3) et sous un fond de pot de chambre (4) (photo Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1. Assiette creuse avec émail blanc ; 2. assiette creuse ; 3. assiette plate à aile avec décor moulé ; 4. assiette plate à aile avec émail ; 5. assiette plate à aile ; 6. plat creux à aile ; 7. cuvette à aile ; 8-11. écuelles ; 12. soupière ? ; 13 et 16. bases indéterminées ; 14. soucoupe ; 15. tasse (dessins Patrick Pihuit, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 11. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1-7. Pots de chambre ; 8-12. bassins de lit (dessins Patrick Pihuit, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 12. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1-2. Cuvettes de pot à eau ; 3-9. pots à conserves ; 10-11. soupières ? (dessins Patrick Pihuit, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 13. Villers-les-Pots. Biscuit de faïence. Cuvette de pot à eau (photographie Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 14. Villers-les-Pots. Biscuits de faïence. 1. Soupière ; 2. soupière émaillée ; 3. pot ; 4-6. couvercles ; 7-8. brocs ; 9-10. faisselles ; 11. pot à moutarde ; 12. plaque ; 13. pilette ; 14. perle (dessins Patrick Pihuit, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 15. Broc avec émail bleu (col. particulière), Villers-les-Pots ? (photographie Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 16. Villers-les-Pots. Biscuit de faïence. Pot à moutarde (photographie Loic de Cargouët, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 17. Histogrammes de représentativité des principaux récipients (en % sur le poids de fragments) (doc. Fabienne Ravoire).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/3893/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Ravoire, « la manufacture de faïence de Villers-les-Pots (Côte-d’Or) (1820-1910) : découvertes archéologiques récentes », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, 367-388.

Référence électronique

Fabienne Ravoire, « la manufacture de faïence de Villers-les-Pots (Côte-d’Or) (1820-1910) : découvertes archéologiques récentes », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/3893

Haut de page

Auteur

Fabienne Ravoire

Chargée de recherche Inrap, chercheur UMR 5594 ARTeHIS, Dijon. Centre archéologique de Passy, 18 rue de la Chapelle, 89 510 Passy.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
imas strT teISec: { ="pr : "P précéde", annt : "Suivade", close : "F perr", origiiona: "Origiion", magnify : "Agserair" }, // Divtrs strA#artic: { #illustration: "I"illustration } }; //]]s"/descri--> DocumeT"titl, (docume.do #ma + "rfr+ (docume." tit]); _paq.push(['ustckPimaView']); _paq.push(['enmiabLinkTstcking']); (fufoncti() { > var uef: htstp:pk.laboticoon.orf; > _paq.push(['setTstckerUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setS ciId', '3']); var d=(docume, g=d.createEgaleme('descri'), s=d.getEgalemesByTaglyNa('descri')[0]; g.typyl'="te/javadescri'; g.async=t ue; g.defer=t ue; g." sru+'pk.js'; s.paremeNode.iconstBensfe(g,s); })(); "/descri- ">>>>>>>-> if ( $.fn.fancybox = = defmaqd ) { > $.getSescri(c: htstp:suotac-origiils.openedition.orjs/fancybox/jniqry.fancybox-1.3.1.jue, fufoncti() { > $('a.ifryNa').fancybox(); }); } else { > $('a.ifryNa').fancybox(); } #auurl= $.juonp({ > url: (': htstp: #auls.openedition.or #aupieilnta'), > caaibtckPiryNaaur: 'caaibtck', > sucècs: fufoncti(data) { > $('- #audata').html('"> '+data.url+'">'+data.nyNa+'nssign inns if ( $(this). ttr('valua') = 'R rechercr' ) { > $(this). ttr('valua', ''); } }); }); jQiqry((docume).ready(fufoncti($) { $(fufoncti() { if ((docume.cookie.icdexOf("__cookietlert=1") = -1) { $("">").html("/>Ene, posuivade voettn>Navigati % sur euitq,en vouscèptez l'uticalisatios de okies. i>Enesavoie plns/a>/a> -->descri--> <
>>>>>>-> -> > >.opEneditins> >
    N-toggle-show"> -> /a>
      > : http:books.s.openedition.o">/> > : http:books.s.openedition.o/pub #shtrsryÉneduteurs > : http:books.s.openedition.o">Enesavoie plns /
        a> -> /a>
          > : http://journals.openedition.o">/> > : http://journals.openedition.or6438">Enesavoie plns /
            a> -> /a>
              > : http:calsndaon.o">/>Enesavoie plns /
                a> -> /a>
                  > : http:hypotheseaon.o">/>
                    -> /a>
                      > : http:newspiletrls.openedition.o"h/> -> niforaoncti="p:set ar.s.openedition.or" method="get"> -> nieldsetli> > input nyNa="q" typyle="te" /a > > input typyleradio"iv idthe//journradio"inyNa="ul" valuaef: http://journals.openedition.org/r"p, ccke id, ccke " /a > dansde la rique dansd.opEneditins >N-toggle-show"> -> >
                        ->
                      > <>Revupub #anent aétudrtes arééologiquecoièournenl'Ees elen. Cent-Eee de lFranccn>pei> st dei> st -> -> t>Enedute: > -> deSocia étue archéologique de l’Est dei> -> t>">Suort: > -> deP papies ee électronique dei> -> t>E ISSNc: > -> de°10-7264s dei> -> t>ISSNcims pméc: > -> de266-772006 dei> st -> -> t>Accèsc: > -> deBarrupièrmobilque dei> st -> Vavoie lnotir esansdee catalogol.opEneditins> a> ->
                    a a> Référenses -->>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>->
                    >
                  <+n sty%3D%22="text-transfo%3Am:upperca%3B%22%3El%3C%2F/a><%3Ea+a manufactu+de+fa%C3%AFren+de+%3C/a><+n sty%3D%22="t...&url=&via=s.openeditisaynts" classtwittmb buttti-wn rfo >
                <+n sty%3D%22="text-transfo%3Am:upperca%3B%22%3El%3C%2F/a><%3Ea+a manufactu+de+fa%C3%AFren+de+%3C/a><+n sty%3D%22="t...&" titlean class="febook buttti-wn rfo >
              <+n sty%3D%22="text-transfo%3Am:upperca%3B%22%3El%3C%2F/a><%3Ea+a manufactu+de+fa%C3%AFren+de+%3C/a><+n sty%3D%22="t...&" titlean classgoogle buttti-wn rfo a> >
              >[endif]> -->