Navigation – Plan du site
Notes et documents

La céramique Rhin-Suisse-France Orientale de Malay-le-Grand « Les Bas Musats » : un ensemble de la phase récente du Bronze final IIIa dans l’Yonne

Fabrice Muller, Théophane Nicolas et Ginette Auxiette
p. 389-402

Résumés

Un diagnostic réalisé en 2003 sur la commune de Malay-le-Grand (Yonne) au lieu-dit « Les Bas Musats » a révélé une fosse très riche en mobilier attribuable à l’étape moyenne du Bronze final. L’analyse typo-chronologique de ce mobilier permet de l’attribuer au Bronze final IIIa récent (période bien attestée dans l’est de la France). Cet article ouvre une série de petites monographies qui nous permettra de travailler sur la périodisation fine de cette étape moyenne du Bronze final dans le département de l’Yonne.

Haut de page

Texte intégral

1Ces trente dernières années, le suivi des travaux extensifs des gravières et des autres aménagements a multiplié les découvertes attribuables à la culture Rhin-Suisse-France Orientale dans le département de l’Yonne (fig. 1). Depuis la synthèse sur l’occupation R.S.F.O. dans l’Yonne réalisée lors du colloque de Nemours (Mordant, 1988 ; Carré, Mordant, 1988), peu de sites ont fait l’objet de publications. Notre travail doit combler une documentation encore très fragmentaire grâce à une série de monographies consacrées à des ensembles clos issus de structures d’habitat. Ces recherches permettront de mieux caractériser et de définir les différentes phases du R.S.F.O. dans l’Yonne, puis, de favoriser la mise en place d’une cartographie précise afin de préciser l’occupation des sols au cours de ces périodes.

Fig. 1. Sites de l’étape moyenne du Bronze final enregistrés dans le département de l’Yonne (en blanc : d’après Mordant, 1988 ; en noir : nouveaux sites).

2Le site des « Bas Musats », sur la commune de Malay-le-Grand (Yonne, fig. 2), a été découvert lors d’un diagnostic INRAP par S. Cabboï (Cabboï, Muller, 2003). Il se développe sur la rive droite de la Vanne, en bordure occidentale d’un petit affluent de cette dernière, le Mondereau, à l’altitude de 84 m. Sur cent cinquante sondages effectués lors de cette opération (fig. 3), plusieurs structures attribuables à la Protohistoire et à l’Antiquité tardive ont été découvertes : une seule fosse attribuable au Bronze final a été mise au jour avec un mobilier archéologique significatif.

Fig. 2. Localisation du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

3Cette fosse (n° 45, fig. 3) est apparue comme isolée et les sondages voisins avec quelques élargissements se sont avérés négatifs. De forme plutôt trapézoïdale, elle mesure 2,70 m de longueur et 1,20 m de largeur maximale pour une profondeur totale de 1,10 m. En coupe, on constate que la structure a été creusée en plusieurs fois (fig. 4). Un premier creusement au nord a été recoupé par une excavation plus importante, elle-même recoupée par une dernière au sud. La majorité du mobilier archéologique récolté provient de la couche 1 qui scelle la structure. Du matériel a également été recueilli dans les couches 4, 6 et 7. Les niveaux 3 et 4 correspondent à des rejets de combustion. La fonction première de cette structure est liée à des extractions de limon argileux puis elle a servi de dépotoir dans un second temps.

Fig. 3. Plan d’ensemble du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats » avec localisation des sondages et de la structure 45.

4Le mobilier archéologique découvert dans toute la fosse, chronologiquement homogène, se compose d’éclats de silex, de bois de cerf, de fragments d’argile cuite, de centaines de tessons céramiques et de fragments osseux animaux. Compte tenu de la modestie des données relatives à cette dernière catégorie de mobilier, elle fait l’objet d’une simple mention en fin d’article (étude G. Auxiette).

Fig. 4. Relevé de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats » : 1. Couche grise légèrement charbonneuse avec des nodules de terre cuite et de la céramique ; 2. Colluvion marron avec gravillon ; 3. Couche cendreuse gris clair avec terre cuite et parois de four ; 4. Couche noire très charbonneuse avec céramique, terre cuite et silex brulés ; 5. Argile jaune clair ; 6. Argile marron avec quelques traces de charbons, un peu de céramique et quelques nodules d'argile cuite, légèrement gravilloneuse et inclusions d'argile jaune ; 7. Argile marron clair avec inclusions d'argile jaune et traces diffuses de charbon et de céramique ; 8. Argile marron clair avec un peu de charbon de bois et de l'argile jaune ; 9. Argile orangée, sol naturel.

Le mobilier

5Le matériel céramique, attribué à la culture Rhin-Suisse-France Orientale, se compose de 8,8 kg de céramique, soient 643 tessons dont 161 éléments de formes ou décors. On recense ainsi : 47 formes archéologiquement complètes ou au profil reconstituable, 94 fragments de bord, de fonds, ainsi que deux fusaïoles. Le nombre minimal d’individus, calculé sur la base des éléments de bords, s’élève à 100.

6Le mobilier céramique issu de la fosse d’aspect très homogène résulte d’un dépôt et d’un enfouissement relativement rapide. Ce corpus est dans un état de conservation exceptionnel et peu fragmenté ; de plus, la qualité de réalisation et de finition des récipients est également très soignée. Le lot céramique se scinde en deux groupes de pâtes : fine et grossière. Les pâtes fines de très bonne qualité prédominent ; les couleurs varient du brun au noir (cuisson réductrice mal contrôlée) ; le dégraissant (sable, calcaire, oolithes) est bien calibré (nanométrique à millimétrique), ce qui semble indiquer un traitement du dégraissant ou de la pâte (concassage, tamisage…). Les surfaces externes et/ou internes des récipients sont systématiquement polies.

7La céramique grossière est bien cuite (cuisson réductrice parfois oxydante), de bonne qualité : les couleurs sont essentiellement beiges ou « Terre de Sienne », plus rarement orangées ; le dégraissant (millimétrique à centimétrique) est composé de sable, de silex et d’oolithes, plus rarement de calcaire. Comme pour la céramique fine, l’argile utilisée pour la fabrication des récipients semble d’origine alluviale locale. Au sein de la céramique grossière, on note une partition de la production avec, d’une part, de la céramique relativement bien investie (dégraissant millimétrique, lissage de la surface interne et externe et le plus souvent décorée au peigne) et d’autre part, de la céramique où les surfaces intérieures et extérieures de la panse sont sommairement lissées et à décor d’impressions. Tous les récipients sont élaborés selon la technique du façonnage au colombin.

8Au travers de la chaîne opératoire céramique, on décèle le caractère pré-établi de la gestuelle du ou des potiers : dès la phase de préparation de la matrice argileuse le type de production céramique est défini : la pâte, les traitements de surfaces, les décors ou la cuisson diffèrent donc selon que l’on fabrique de la céramique grossière ou fine, voire au sein de la céramique grossière en fonction de sa destination, cuisson ou stockage. Ces choix techniques sont donc effectués en amont du processus d'élaboration et sont en adéquation avec le type de production.

Les formes céramiques

9Le corpus de formes de la céramique fine est dominé par les récipients de type non segmenté ou monosegmenté comme les assiettes et écuelles tronconiques, les jattes/bols et les tasses ; en second lieu, on trouve les récipients polysegmentés comme les gobelets étroits et larges.

Assiettes et coupes tronconiques

10Un nombre minimal de quinze récipients tronconiques a été dénombré. Leurs dimensions et leurs profils permettent de définir deux grandes classes (fig. 11) : les assiettes à marli à profil rectiligne (sept) (fig. 5, nos 11, 100, 49 ; fig. 6, nos 7, 2, 28, 68) et les écuelles sans marli à profil concave (huit) (fig. 5, n° 3 ; fig. 6, nos 6, 36).

11La plupart de ces récipients (onze) sont décorés de motifs géométriques (sept de triangles, associés, pour quatre d’entre eux, à des méandres) (fig. 5, nos 40, 100, 3, 49 ; fig.6, nos 7, 2, 50, 68), dans une moindre mesure de motifs horizontaux (cinq de degrés ou de cannelures fines) (fig. 5, nos 3, 100 ; fig. 6, nos 7, 28, 2, 6) et de manière marginale d’arceaux (un exemplaire) (fig. 5, n° 11). Ces décors sont réalisés à l’aide d’incisions mousses (peigne à deux dents mousses et poinçon) (fig. 11).

Fig. 5. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

Fig. 6. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

Jattes/bols et tasses

12On dénombre un minimum de dix-huit individus pour cette catégorie (fig. 7, nos 8, 9, 42, 34, 98, 42, 34, 35, 41, 47, 70 et fig. 11) dont deux tasses (fig.7, nos 10, 91). Il s’agit de récipients de forme basse à profil arrondi, parmi lesquels onze individus sont décorés (fig. 7, nos 42, 34, 98, 35, 41, 47, 70). Il s’agit de décors horizontaux d’incisions mousses (peigne à dents souples et peigne à trois dents) placés sous le bord, associés pour huit des exemplaires à des incisions obliques sous le bord.

Fig. 7. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

Gobelets

13Les gobelets représentent un minimum de douze pièces. Nous pouvons en distinguer deux types : les gobelets étroits (dix) (fig.8, nos 4, 5, 19, 18, 25, 26, 20, 24 et fig. 11) et larges (deux) (fig. 8, nos 21, 23 et fig. 11). Les gobelets étroits, par l’absence de col et par un profil sinueux, se distinguent des gobelets à épaulement caractéristiques du Bronze final IIb-IIIa, au profil bien marqué.
La totalité des gobelets est décorée de motifs linéaires horizontaux et obliques ; les motifs géométriques (triangulaires) ne sont représentés que sur un seul exemplaire (fig. 8, n° 25). Ces décors sont réalisés essentiellement à l’aide d’incisions mousses (peigne à dents souples) et, de manière très marginale, de cannelures et d’impressions.
Le corpus de formes de la céramique grossière est dominé par les récipients polysegmentés de type pot bitronconique à bord éversé et jarre bitronconique à bord éversé.

Fig. 8. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

Pots bitronconiques à bord éversé

14On dénombre un minimum de trente et un individus (fig. 11) parmi lesquels deux classes se distinguent : la première est une production très soignée (pâte fine, polissage ; neuf ex.) (fig.10, nos 32, 27, 31). La jonction bord/panse est marquée par des incisions ou des impressions auxquelles est associé, sur le haut de la panse, un registre de motifs linéaires horizontaux réalisés au peigne associés à des cannelures, et, de manière plus marginale, de motifs géométriques (deux ex.) (méandre et cercles estampés) (fig.10, nos 15, 12).

15La seconde classe est une production moins soignée (pâte grossière, surface sommairement lissée) et décorée d’impressions digitées sur le bord, associées, comme pour les récipients de la première catégorie, à des impressions ou des incisions à la jonction bord/panse (vingt-deux ex.) (fig. 9, nos 13, 16, 74).

Fig. 9. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

Fig. 10. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

Jarre bitronconique à bord éversé

16Seul un individu de ce type a pu être dénombré (fig.10, n° 76 et fig. 11).

Fig. 11. Effectifs de chaque forme et décor au sein du corpus céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».

L’argile cuite

17La fosse a livré 1,9 kg d’argile cuite, parmi lesquels on discerne des artefacts façonnés. Ces éléments sont essentiellement des placages d'argile sur armature de clayonnage ainsi qu’un petit fragment d’une base de coupole amovible de four de type « Sévrier » (fig. 5) (Bocquet, Couren, 1975). Parmi ces vestiges d’argile cuite, il faut noter la présence exceptionnelle de deux fragments portant l’empreinte d’un textile, qui associés aux deux fusaïoles (fig. 8, nos 101, 102), atteste une activité textile. Pour l’un deux, il est possible de caractériser un textile tissé en armure toile (1/1), dont la densité de tissage est de sept fils/cm dans les deux sens, et le diamètre estimé du fil d’environ 0,7 mm (fig. 7, n° 103).

Datation de l’assemblage

18L’assemblage céramique de Malay-le-Grand « Les Bas Musat » possède tous les caractères chronologiques du Bronze final IIIa tels qu’ils ont pu être définis pour le pôle d’innovation culturel centré sur la Suisse occidentale et la Franche-Comté. Il se caractérise par des assiettes/écuelles à décor géométrique (triangles) organisé en plusieurs registres, des assiettes/écuelles à degrés, des bols décorés et l’usage majoritaire du peigne à dent souple (Nicolas, à paraître). L’absence de gobelet à épaulement au profit de gobelets à profils sinueux, de vases à col cylindrique, et la présence conjointe du décor de motifs de méandres et estampés, tendent à attribuer, sans équivoque, cet ensemble céramique au Bronze final IIIa « récent », en tout point comparable à l’assemblage céramique du niveau D2 de la Grotte des Planches (Pétrequin et alii, 1985, p. 122-124, fig. 91-96 ; p. 128-129, fig. 100-104 ; p. 140, fig. 121).

Étude de la faune (G. A.)

19La structure 45 a livré 60 restes osseux dont la moitié a été déterminée au niveau de l'espèce et de la partie anatomique. Les principales caractéristiques de cet assemblage sont l'importance du cerf (n = 23) d'une part, et l'état dans lequel nous sont parvenus les ossements, presque tous brûlés à coeur sans être incinérés (70 % du mobilier) d'autre part. Il peut s'agir du nettoyage d'un foyer ayant préalablement reçu des déchets alimentaires.

20Seuls le porc (Sus domesticus ;n = 2) et les caprinés (Ovis aries/Capra hircus ; n = 5) représentent les espèces domestiques. La variété des parties anatomiques répertoriées témoigne incontestablement de la consommation du cerf (Cervus elaphus) : épaule, côtes, rachis par exemple. On note la présence d'un minimum de deux parties de ramures dont un petit fragment brûlé d'un bois de chute. Les autres os proviennent d'au moins deux individus dont un cerf immature.

Contribution à la définition du Bronze final IIIa du sud-est du Bassin parisien

21En 1988, P. Brun définissait le Bronze final IIIa comme étant « probablement plus un ensemble de traits culturels propres à la région de la Suisse occidentale et de la Franche-Comté orientale, qu’une étape chronologique stricto sensu » (Brun, 1988). Cette remarque venait du fait qu’en dehors du pôle d’innovation et de ses régions proches (Bassin parisien, par exemple) il était difficile d’identifier des corpus céramiques spécifiques à cette étape, ou du moins sur des registres différents.

22L’examen du mobilier céramique du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats », en tous points comparable aux séries contemporaines des régions situées plus à l’est, et la découverte conjointe de séries similaires (Sublaines « Le Grand Ormeaux, Frénée et alii, 2007) tendent à nuancer cette affirmation liée alors à des déficiences documentaires. Néanmoins, force est de constater la relative absence des « décors riches » du Bronze final IIIa « classique » dans les assemblages des régions les plus éloignées de la Franche-Comté et de la Suisse occidentale. Cette difficulté à caractériser cette étape peut s’expliquer par la dynamique culturelle interne de la Culture Rhin-Suisse-France Orientale.

23Alors qu’au Bronze final IIb, la céramique du Bassin parisien montre une évolution conjointe à celle du pôle d’innovation centré sur la vallée du Rhin, au Bronze final IIIa, lors de l’inflexion de la dynamique culturelle et de la substitution au premier pôle d’innovation, d’un second centré sur la Franche-Comté et la Suisse occidentale, les assemblages céramiques du sud du Bassin parisien suivent des évolutions un peu différentes, voire asynchrones (Nicolas, à paraitre). L’éloignement de la zone émettrice par rapport aux zones réceptrices peut expliquer ces divergences. L’évolution autonome de ces dernières va favoriser la variabilité de la céramique notamment en entraînant une persistance de types anciens ainsi qu’un phénomène de mixité du système décoratif.

24Ce phénomène peut ainsi expliquer la difficulté que l’on a à caractériser le début du Bronze final IIIa pour ces régions éloignées du pôle novateur. Seule la phase récente du Bronze final IIIa peut alors être identifiée après une modification par influence de l’assemblage céramique et l’adoption des « normes » en vigueur plus à l’est.

25L’étude de cet assemblage permet d’apporter une contribution à la définition d’un Bronze final IIIa « récent » dans l’Yonne et plus largement dans le sud du Bassin parisien, et augure à moyen terme d’une possible périodisation fine du Bronze final IIb-IIIa régional, comme cela pu être mis en évidence dans les régions voisines.

Haut de page

Bibliographie

Bocquet A., Couren J.-P., 1974, « Le four de potier de Sévrier, Haute-Savoie (Âge du Bronze final) », Études Préhistoriques, 9, p. 1-6.

Brun P., 1988, « L’entité ‘Rhin-Suisse-France Orientale’ : nature et évolution », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 599-620 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Cabboï S., Muller F., 2003, ‘Les Bas Musats’ sur la commune de Malay-le-Grand (Yonne), Rapport de diagnostic, Dijon, INRAP Grand-Est Sud, 41 p.

Carré H., Mordant C., 1988, « Quelques sites du Bronze final de l’Yonne », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France Orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 333-347 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Ducreux F., 2007, « Typo-chronologie des céramiques du groupe Rhin-Suisse-France Orientale (R.S.F.O.) dans la région dijonnaise : étude stratigraphique des dépotoirs de matériaux céramiques en contexte d’habitat sur le site du Pré-du-Plancher à Varois-et-Chaignot (Côte-d’Or) », R.A.E., t. 56-2007, p. 7-87.

Frénée E. et alii, 2007, Sublaines ‘Les Ormeaux’ (Indre-et-Loire), Rapport Final d’Opération, Orléans, INRAP Centre/Île-de-France.

Klag T., 1999, La céramique de la phase moyenne du Bronze final en Lorraine : étude typo-chronologique de la céramique d’habitat (du XIIe au Xe siècle av. J.-C.) dans la vallée de la Moselle de Nancy à Thionville, Mémoire de maîtrise, Université de Bourgogne, 130 p.

Mordant C., 1988, « La phase moyenne du Bronze final des bassins de l’Yonne et de la Haute-Seine », in : Brun P., Mordant C. dir., Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes, Actes du colloque international de Nemours, 1986, Nemours, éd. de l’A.P.R.A.I.F., p. 321-332 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île-de-France, 1).

Nicolas T., à paraître, « Les manifestations identitaires à travers les styles céramiques de la culture Rhin-Suisse-France Orientale dans le Jura », in : L’Isthme européen Rhin-Rhône-Saône dans la protohistoire : approches nouvelles en hommage à Jacques-Pierre Millotte.

Pétrequin P., Chaix L., Pétrequin A.-M., Piningre J.-F., 1985, La Grotte des Planches-près-Arbois (Jura) : Proto-Cortaillod et Âge du Bronze final, Paris, éd. de la M.S.H., 273 p. (Archéologie et culture matérielle, 1).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Sites de l’étape moyenne du Bronze final enregistrés dans le département de l’Yonne (en blanc : d’après Mordant, 1988 ; en noir : nouveaux sites).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 2. Localisation du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 3. Plan d’ensemble du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats » avec localisation des sondages et de la structure 45.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 4. Relevé de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats » : 1. Couche grise légèrement charbonneuse avec des nodules de terre cuite et de la céramique ; 2. Colluvion marron avec gravillon ; 3. Couche cendreuse gris clair avec terre cuite et parois de four ; 4. Couche noire très charbonneuse avec céramique, terre cuite et silex brulés ; 5. Argile jaune clair ; 6. Argile marron avec quelques traces de charbons, un peu de céramique et quelques nodules d'argile cuite, légèrement gravilloneuse et inclusions d'argile jaune ; 7. Argile marron clair avec inclusions d'argile jaune et traces diffuses de charbon et de céramique ; 8. Argile marron clair avec un peu de charbon de bois et de l'argile jaune ; 9. Argile orangée, sol naturel.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 6. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 7. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 8. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 9. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 10. Mobilier céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 11. Effectifs de chaque forme et décor au sein du corpus céramique de la structure 45 du site de Malay-le-Grand « Les Bas Musats ».
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4043/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Muller, Théophane Nicolas et Ginette Auxiette, « La céramique Rhin-Suisse-France Orientale de Malay-le-Grand « Les Bas Musats » : un ensemble de la phase récente du Bronze final IIIa dans l’Yonne », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, 389-402.

Référence électronique

Fabrice Muller, Théophane Nicolas et Ginette Auxiette, « La céramique Rhin-Suisse-France Orientale de Malay-le-Grand « Les Bas Musats » : un ensemble de la phase récente du Bronze final IIIa dans l’Yonne », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/4043

Haut de page

Auteurs

Fabrice Muller

INRAP Direction GES, 7 bd Winston Churchill, 21000 Dijon / UMR 5594 ARTeHIS « Archéologie-Terre-Histoire-Sociétés », 6 boulevard Gabriel, 21000 Dijon.

Articles du même auteur

Théophane Nicolas

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 « Protohistoire européenne », Maison René Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex.

Articles du même auteur

Ginette Auxiette

INRAP Direction Nord-Picardie, Centre Archéologique Abbaye Saint-Jean-des-Vignes, 3 imp. du Commandant Gérard, 02200 Soissons / UMR 7041 « Protohistoire européenne », 21 allée de l’Université, 90023 Nanterre cedex.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page