Navigation – Plan du site
Notes et documents

La « Cave aux Amphores » d’Alesia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or) : nouvelle lecture à l'issue d'une opération archéologique récente

Jérôme Mercier
p. 403-413

Résumés

Suite aux désordres et aux dégradations constatés sur les maçonneries d’une cave d’époque gallo-romaine découverte en 1934 sur le site d’Alesia (Alise-Sainte-Reine), et laissées à l’air libre depuis, une opération d’archéologie préventive a été décidée conjointement à sa restauration en 2004. Cette construction présente des caractéristiques structurelles qui ont justifié que la plus grande attention soit apportée à sa conservation. L’opération, confiée à l’INRAP, avait pour but de collecter un maximum d’informations sur ce local mal renseigné par la documentation contemporaine de sa fouille. L’étude du bâti et celle des couches stratigraphiques présentes derrière les élévations et sous le dallage ont apporté de nouveaux éléments de lecture et de datation concernant la cave et la boutique attenante.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Plus d'une centaine de caves ont été fouillées à Alesia depuis la fin du XVIIIe siècle (fig. 1). Ce sont, dans leur grande majorité, des caves domestiques à fonction de resserre et/ou d'oratoire privé. Elles montrent toujours une construction soignée.

Fig. 1. Cave 211, replacée dans le plan général du site. Plan de 1959, révisé et complété en 2003 et 2004.

2Découverte en 1934 et fouillée en peu de jours sous la direction d’Henri Pernet, la cave étudiée ici s’est distinguée d’emblée par ses dimensions très réduites (à peine plus de 4 m2) et surtout par la singularité de ses parements, au demeurant de belle qualité (fig. 2 à 5), en raison de la présence de quatre niches ogivales et ventrues aménagées lors de sa construction dans deux de ses murs. D’environ 90 cm de haut pour une quarantaine de centimètres de profondeur, ces niches ont été créées pour recevoir des contenants d’une forme bien précise proche de celle des dolia. À la base des niches, une meule usée en granit recevait le fond du récipient et servait à le caler. Cette cave à demi enterrée était la resserre d’une boutique toute proche qui ouvrait au nord sur la rue 2. Ces caractéristiques ont valu à cette construction un caractère d'unicum quilui a procuré par la suite une certaine célébrité sous le nom quelque peu erroné de « cave aux Amphores » (Pernet, 1934, cahier 2, p. 27-33 ; Société des Sciences de Semur, 1934a, 1934b).

3Les témoignages contemporains de la fouille sont rares. Si ce n’est quelques photographies, ceux qui ont fouillé la cave n’ont laissé qu’une documentation très laconique. Le « rapport de fouille » de 1934 ne nous apprend donc rien sur la nature du comblement. Son inventaire n’est pas plus prolixe puisqu’il n’est fait mention d’aucun mobilier. Si ce comblement semble vierge de tout mobilier, c’est parce que les fouilleurs de cette époque n’accordaient pas autant d’importance aux relations « couches stratigraphiques – mobilier » et que celui-ci n’a pas été jugé digne de retenir l’attention (Pernet, 1934).

4Suite à la fouille de la cave en 1934, plusieurs problèmes de conservation des structures sont apparus. En premier lieu, dès l'hiver suivant, l’enduit qui recouvrait intégralement les murs de la cave tombait, alors qu'au moment de sa découverte, l'intérieur des niches était recouvert d'un enduit de chaux uniforme et les pierres de parement présentaient des joints tirés au fer. Des travaux de restauration ont donc été réalisés, une vingtaine d'années plus tard, pour non seulement réenduire les niches et rejointoyer les pierres, mais aussi pour remonter la partie supérieure les murs est et nord qui abritaient les niches. Tous ces travaux ont utilisé du mortier de ciment, conformément aux pratiques de l'époque, sans que le secteur de la cave soit protégé des intempéries.

5Depuis lors, les murs ont été exposés au gel et à l'humidité. Les pierres, prises dans un ciment imperméable, se sont fissurées au fil des hivers successifs. Divers travaux de consolidation des élévations en ont résulté, en grande majorité avec un usage immodéré du ciment, pour aboutir soixante-dix ans après la découverte à la dégradation presque exhaustive de l'appareillage de la cave, et donc de sa structure.

6Dans le cadre de l'important programme d'aménagement et de mise en valeur du site d'Alesia dont il assure la maîtrise d'ouvrage, le Conseil Général de la Côte-d'Or a amorcé en 2004 la pérennisation et la restauration des vestiges de la ville gallo-romaine. Les travaux ont porté en priorité sur la « cave aux Amphores ».

7L'intervention d'une entreprise spécialisée dans la restauration des monuments historiques a été décidée afin de restaurer la cave en remplaçant les moellons gélifractés et en supprimant toute trace de ciment moderne. Le démontage complet de la structure a donc été prévu, avant un remontage à l'identique suivant des relevés précis.

8Cette étude a eu comme objectifs la réalisation de l'étude des sols et murs de la cave selon les méthodes et techniques de l'archéologie du bâti. Ainsi, des relevés en élévation et en plan ont été effectués afin de conserver les dimensions d'origine, avant l'intervention des maçons. Une étude des coupes stratigraphiques conservées derrière les murs a été réalisée entre la surveillance des travaux de démontage de ces derniers et leur remontage. Les relevés en élévation ont servi de modèles directeurs, autant que cela était possible, au remontage des murs dans leur plus proche état d'origine. Néanmoins seules les déformations récentes de la structure générale ont été corrigées, les pierres gélifractées remplacées et le ventre des murs redressé. Les autres défauts faisant partie des conséquences de la « vie » propre de cette cave, leurs caractéristiques ont été conservées lors du remontage.

9Cette étude a permis d’enrichir notablement les données disponibles sur la cave en conduisant à une remise en cause de l'homogénéité de sa construction. Deux phases de construction cohabitent en effet. L'étude de terrain a permis de situer la construction de cette cave dans une phase postérieure à celles précédemment établies par les fouilles pratiquées au moment de sa découverte en 1934 puis aux sondages ouverts dans les années 1970. Les éléments rencontrés lors de cette étude préventive ont montré que la période d'activité de la boutique qui lui était liée aurait également survécu à la vague de destructions de la fin du IIIe siècle.

État préliminaire des connaissances : le témoignage de la documentation photographique ancienne

10Parmi les importants fonds photographiques conservés dans les archives du Musée Alesia, plusieurs clichés montrent la « cave aux Amphores » au moment de sa découverte et dans les mois qui ont suivi.

11Sur un cliché de 1935 (fig. 2), réalisé un an après la fouille, on constate assez nettement l'affaissement vers le sud de la structure de la niche sud du mur est. Contrairement à ce que l'on pouvait penser, son état en 2004 était donc similaire à celui qu'elle avait à l'époque du remblaiement de la cave. Aucun enduit antique ne semble déjà plus apparaître.
En revanche, sur un autre cliché pris en cours de fouille, ce mortier apparaît sur la maçonnerie du mur nord et dans ses niches (visible sur 1 à 2 cm, en coupe ; fig. 3). Ce mur s’élève aussi plus haut de cinq assises que le mur est.

Fig. 2. G. Cave 211. Vue des niches en 1935 (le nord est à gauche). Musée Alesia, fonds S.S.S, Conseil Général de la Côte-d’Or.

Fig. 3. D. Cave 211. Vue des niches au moment de leur découverte en 1934 (le nord est en haut). Musée Alesia, fonds S.S.S, Conseil Général de la Côte-d’Or.

12Un cliché, pris dans les années 1950 (fig. 4), donne une bonne idée de la nature et de l'ampleur (ainsi que des limites) de la première campagne de restauration. Sur le mur est on constate que le remontage concerne deux assises, simplement posées sur l'arase découverte. Une dalle forme le sommet de chaque niche et une assise supplémentaire couvre le tout. L’enduit intérieur des niches est tombé. L'élévation nord n'a pas été restaurée, ni encore remontée en partie à cette époque.
L'aspect qu'offrait la cave en 2004 apparaît sur un quatrième cliché (fig. 5) après rejointoiement des assises.

Fig. 4. G. Cave 211. Vue de la structure générale après restauration (le nord est à gauche). Musée Alesia, fonds S.S.S, Conseil Général de la Côte-d’Or.

Fig. 5. D. Cave 211. Vue générale après rejointoiement des assises. Musée Alesia, fonds S.S.S, Conseil Général de la Côte-d’Or.

Les observations réalisées

Géologie

13D’un point de vue géologique (Mangin, 1981, I, p. 19-20), parmi les deux types de calcaires disponibles sur le plateau du Mont-Auxois, les constructeurs de la cave ont opté pour un calcaire sensible au gel, issu d’une carrière d'extraction proche dans des bancs de Bajocien moyen, malheureusement pour sa conservation. Ces carrières fournissaient alors des moellons à grains très fins, donc très fragiles face aux écarts importants de température auxquels ils sont soumis au sommet du plateau. Cela explique les phénomènes de gélifraction rencontrés sur quasiment toutes les pierres mises en œuvre dans la cave, sans parler de l'effet conjugué à l'emploi du ciment lors des restaurations modernes.

  • 1  Rappel des critères chronologiques retenus par M. Mangin : les horizons archéologiques cités dans (...)

14Les dalles du sol de la cave semblent correspondre au type de blocs rencontrés à la base de la cryoturbation locale du socle calcaire, en contact avec le dernier banc atteint par ce phénomène de dégradation. Leurs dimensions homogènes et leur forme aplatie les ont par ailleurs destinés de manière privilégiée au pavage des rues et trottoirs de l’agglomération entre le milieu du Ier s. et le milieu du IIIe1.

  • 2  Perturbation du socle calcaire provoquée par le gel lors des dernières glaciations. Elle est const (...)

15Le dallage de la cave repose sur une fine couche de terre brune associée à sa pose (fig. 6). Celle-ci est elle-même appuyée sur la couche de cryoturbation2 quaternaire superficielle du Bathonien inférieur (calcaire à chaille). Cette couche a été entaillée sur deux niveaux, le plus profond correspondant au sol dallé, la base des murs reposant quelque 10 cm plus haut. Les meules étaient elles aussi directement posées sur le cailloutis noyé dans l'argile rouge résultant de ce phénomène (fig. 6).

Fig. 6. Plan de la cave « aux Amphores », relevé « pierre à pierre » (relevé J. Mercier, INRAP, 2004).

Bâti

16Suite à la fouille des élévations, plusieurs éléments ont pu être mis en évidence. Après le nettoyage des joints de ciment entre les assises, il a premièrement été constaté l'absence d'un véritable liant dans l'appareillage des élévations. Sauf à l'intérieur, ce que le démontage a ensuite permis de constater, aucun mortier n'a été employé pour joindre les pierres de parement. Celui-ci a donc été monté à joints secs, seul un enduit couvrant ayant été appliqué par dessus. Son parement n'a donc reçu que le soin nécessaire à la construction d'une simple resserre. L'intérieur comporte un mortier de chaux. Mais ce composant est présent en très faible quantité, la terre et le sable étant nettement majoritaires.

17Ce nettoyage a aussi permis de retrouver, à l'intérieur du mur nord, le reliquat d'un chaînage de ce mur avec l'élévation ouest (fig. 7 et 8). Cela constitue la preuve, nouvelle, d'une première phase de construction de cette cave. Le mur nord actuel (fig. 8), comportant deux niches en son sein, ne prend plus appui que sur l'élévation ouest. Sa reprise a donc été décidée alors que la cave existait déjà, pour une raison structurelle (instabilité de la base d'argile cryoturbée ?) ou peut-être pour aménager les niches destinées à accueillir les dolia.

Fig. 7. G. Cave 211. Vue de la liaison des élévations ouest (à gauche) et nord après nettoyage des joints de ciment. On aperçoit la reprise du mur nord passant sur les deux assises encore chaînées avec le mur ouest. Le reste a été arraché, le nouveau parement prenant sa place (cliché J. Mercier, INRAP, 2004).

Fig. 8. D. Relevé de l’élévation nord et profils de ses niches (J. Mercier, INRAP, 2004).

  • 3  Par le sol de béton de la cour 308 sur hérisson (Mangin, 1981, I, p. 172.
  • 4  Ce chaînage avec un mur latéral ainsi que la construction des marches (bloc calcaire monolithe pos (...)

18M. Mangin a été le premier à essayer de dater la « cave aux Amphores » dans l’importante étude qu’il a consacrée à l’urbanisme d’Alésia (Mangin, 1981). Dans ce travail, la cave apparaît dans l’insula E sous le numéro 211. À partir de la documentation dont il disposait, il a écrit que celle-ci n'avait d'existence en tant que telle que dans l'horizon II (fin Ier – début IIe s.). Elle aurait ainsi été comblée au seuil de l'horizon III3. Or, les tessons retrouvés sous le dallage comme dans les murs indiquent une construction postérieure à la seconde moitié du IIe s. ap. J.-C. Le dallage, de 3 à 12 cm d'épaisseur, est contemporain de sa construction puisque les marches de l'escalier y donnant accès le recouvrent en partie et que ses degrés sont chaînés avec le mur ouest, le plus ancien4. La découverte d’un fragment de céramique métallescente provenant des ateliers de Gueugnon permet de situer sa construction au IIe siècle. De plus, un épais niveau de remblai est visible dans les coupes situées derrière les murs (fig. 9 et 10). Épais de 50 cm en moyenne, il est composé de matériaux de démolition étalés sur place, de cendres provenant de nettoyage de foyer, d'os montrant des traces de découpes bouchères et de rebus d'amphores. Le tout était destiné à niveler l'espace, opération consécutive à une phase de destruction (marquant la fin de l'horizon IIIa), afin de servir à l'établissement de nouvelles constructions dans les insulae E et G (Mangin, 1981, p. 171 et 172). M. Mangin a montré qu'il servait d'assise aux constructions de l'horizon IIIb. Or, les élévations de la cave ont été montées en prenant appui sur lui, aucune tranchée de fondation n'ayant été repérée. En conséquence, cette cave n’a pu être creusée après le dépôt de ce remblai. Elle ne peut donc être antérieure au début de la seconde moitié du IIIe siècle (horizon IIIb).

Fig. 9. Relevé de la coupe nord-sud, après démontage des maçonneries (J. Mercier, INRAP, 2004).

Fig. 10. Relevé de la coupe nord, après démontage des maçonneries (J. Mercier, INRAP, 2004).

19Le mur ouest de la cave (fig. 11) donne directement sur la rue transversale n° 5. Celle-ci sépare l'insula E de l'insula D, plus à l'ouest. Aucune chaussée construite n'a été dégagée lors des fouilles précédemment conduites dans le quartier, cette rue ne devant être constituée que d'un sol en terre battue.

20Un dé de fondation de pilastre engagé a été découvert au cours de cette étude dans le mur ouest (fig. 11). L'insula E est séparée de sa voisine par 2,75 m. M. Mangin n'a pas découvert d'élément de datation concernant cette rue 5 mais il a néanmoins prouvé son existence lors des horizons II et III. On peut ainsi conjecturer l'existence d'une première phase de construction pour le mur ouest de la cave (si ce n'est pour la cave elle-même), en relation avec le système viaire. L'ensemble, qui inclut le dé du pilastre engagé, a plus tard été englobé dans ce mur ouest. En effet, un coup de sabre et une césure sont très nettement visibles dans le parement intérieur du mur (fig. 11).

Fig. 11. Relevé de l’élévation ouest (J. Mercier, INRAP, 2004).

21Les blocs de grand appareil disposés le long de la façade de l'insula (mur K) ne sont pas, dans cette optique, de simples renforts insérés dans le mur, mais les bases de pilastres engagés rythmant cette même façade sur la rue 5 (Mangin, 1981, I, p. 172-173 et t. II, pl. 89).

22À la suite du démontage des murs, un hérisson de fondation a été mis en évidence dans la coupe nord. Il est double et constitué de deux assises de grands moellons plats disposés en chevrons fig. 10). Les pierres de la première assise sont enterrées sur environ le quart de leur hauteur, dans le cailloutis noyé dans la terre argileuse rouge cryoturbée. Les moellons sont à peine équarris. Aucun mortier ni aucune terre de liaison n'a été observé. Si l'on se fie à la classification des élévations donnée par M. Mangin (Mangin, 1981, I, p. 15-17) à la suite de la fouille du quartier situé au sud-est du forum, ce type de fondation se situe dans les horizons III et IV (entre environ 260 et 335-345). La puissance de cette fondation (deux rangs en chevrons) permet d'imaginer à cette époque un important bâtiment, donnant sur la rue 2. Il est, quoi qu'il en soit, postérieur à la construction du mur occidental de la boutique 312 et du hérisson sur lequel il s'appuie. En comparant avec l'ensemble du site, on pourrait attribuer à cet édifice un caractère monumental, vu le type de ses fondations, mais la faiblesse de l'épaisseur du mur supporté (mur sud de la boutique 312) ne plaide pas pour cette hypothèse. Son utilité pourrait peut-être s’expliquer par une recherche de stabilité par rapport au substrat rocheux (afin de compenser les faiblesses d’une éventuelle diaclase dans le soc rocheux, que la profondeur de fouille n'a pas permis de mettre en évidence) ou à sa puissance de cryoturbation (voir supra).

Fig. 12. Relevé de l’élévation est et profils de ses niches (J. Mercier, INRAP, 2004).

23Il est à noter que la typochronologie proposée par M. Mangin, mentionnée plus haut, s'applique mal aux élévations de la cave. En effet, selon cette classification, les murs nord, est et sud correspondraient aux horizons Ib et II (moellons bien équarris, joints respectant les assises) et le mur ouest aux horizons IIIa et IIIb (gros moellons épais, mais pour des élévations de surface) alors que la fouille a montré que ce dernier est le plus ancien et qu'il comporte de plus des moellons réemployés (dont un seuil, à l'usure caractéristique, à la base du mur ouest).

24La stratigraphie du secteur, sauf dans la coupe nord (en raison de la présence du hérisson de fondation) et la coupe ouest (perturbée par la mise en place de la rue 5), socle rocheux. Malgré tout, des éléments anthropiques s'y trouvent dispersés. Elle rassemble des tessons cohérents avec l'ensemble du site, sans qu'un groupe dominant, et déterminant, puisse en donner une datation. On sait cependant qu'à Alesia, cette argile pouvait être extraite d'un endroit pour en niveler un autre. Quelques fragments d'os animaux figurent aussi dans ce niveau.

25Sur cette couche d'argile se trouve un niveau de remblais. Il s'agit, semble-t-il, d'une aire de décharge de foyer, comprenant de l'argile cuite, beaucoup de fragments d'os de boucherie présentant des marques caractéristiques de découpe, des tessons variés et des fragments d'amphores. Une fine couche de cendre (5 cm environ) la recouvre entièrement. Elle est à mettre en relation avec la strate suivante.

26Plus haut, on peut aisément repérer la couche de destruction, illustrant la fin de l'horizon IIIa, mentionnée plus haut. Elle est composée de fragments de blocs, de nombreux tessons d'amphores à engobe beige, le tout pris dans une terre sombre mêlée d'argile grise cuite.

27Sur tout le reste du secteur, une couche de remblai moderne vient sceller cette stratigraphie. Cette terre très sombre a sans doute été déposée lors de la phase finale des travaux de restauration des années 1950.

28On peut néanmoins lire, dans cette coupe orientale, deux niveaux qui continuent dans la coupe méridionale et qui s'intercalent entre les deux dernières strates citées. Ils démarrent à l'est d'un trou de poteau, creusé dans la couche de destruction. Le plus ancien est constitué d'argile marron-vert, avec du charbon de bois et des tessons. Le second est formé d'une argile mélangée à du sable jaune. Peut-être s'agit-il de la seconde couche de destruction mentionnée par M. Mangin, consécutive aux perturbations de la fin du IIIe siècle, qui est surmontée de la dernière couche d'occupation antique du site ?

Conclusion

29La restauration de la cave d’Alesia connue sous le nom évocateur mais passablement erroné de « cave aux Amphores » a offert l’opportunité de renouveler et surtout de compléter le dossier de l’une des constructions les plus modestes mais aussi des plus singulières de l’Alesia antique.
L'étude du bâti a permis une progression notable de nos connaissances sur ce sous-sol à demi enterré en remettant en cause l'homogénéité de sa construction. Deux phases de construction cohabitent en effet.

  • 5  Bien qu'il désigne, lors de l'horizon III, la rue 2 comme étant « la rue des boutiques », il ne fa (...)
  • 6  En gardant à l'esprit le fait que cette « cave » n'était que semi-enterrée.

30Face à ce que M. Mangin avait constaté sur l'ensemble du site, la cave ne constitue donc plus le noyau primitif de l'habitat. En effet, il semble bien qu'elle ait été creusée après le hérisson de fondation du mur sud de la pièce 312 du bâtiment XIV de la nomenclature de M. Mangin (fig. 13), datée par ce dernier de l'horizon II5(fin Ier-début IIe s.). De plus, à la différence de la majeure partie des cas relevés lors de ses fouilles6, son installation n'a pas été réalisée en perforant le calcaire cryoturbé sur toute sa hauteur. Vu la coupe stratigraphique présente derrière le mur est (fig. 9), seule une quarantaine de centimètres d'argile rouge a été atteinte, la plus grande partie étant creusée dans des couches de remblais antérieures, dont une couche de destruction similaire à celle présentée comme point de départ de l'horizon IIIb. Le mur ouest de la cave constitue certes la phase de construction la plus ancienne de la cave, mais le peu de mobilier découvert sous le dallage indique une construction postérieure à la seconde moitié du IIe s. ap. J.-C.
La fouille a aussi mis en évidence un pilastre engagé dans le parement extérieur du mur occidental (fig. 11). Il constitue un élément de la façade du bâtiment sur la rue 5.

Fig. 13. Relevé de l’élévation sud (J. Mercier, INRAP, 2004).

31Grâce encore à l'observation du bâti, un coup de sabre a été identifié dans l'appareillage de l'élévation occidentale. Cette césure a permis de restituer la porte de la cave au sommet de l'escalier. Renforçant ainsi le nombre des singularités de cette cave, cette porte ne se situait donc pas au pied de l'escalier, comme dans tous les autres sous-sols du site (Mangin, 1981. I, p. 231).

32Pour finir, il faut soulever le problème de la période d'utilisation de la cave. En effet, pour M. Mangin, son remblaiement aurait eu lieu au début de l'horizon IIIa (début IIe-milieu IIIe), alors que les coupes observées nous indiquent une construction postérieure. Sans tenir compte de la seconde vague de destruction subie par le quartier, en admettant que la cave ait été épargnée, cela ne laisse qu'une courte période d'occupation avant l'abandon du site (moins d'un siècle). Il n'y a à cela aucune impossibilité, mais ces dates de construction et de destruction ne correspondent en rien avec l'apogée de la période commerçante du quartier. Pourtant, les niches de cette cave ont bien été mises en place afin de faciliter le stockage d’huile d'un commerçant. Celui-ci devait encore disposer d’une clientèle suffisante pour écouler sa marchandise.

33D’autres structures tardives ont été reconnues sur le site. M. Mangin a ainsi identifié des éléments stratigraphiques du IVe siècle dans le quartier d’habitat à vocation artisanale et commerciale situé au sud-est du forum, comme une structure sur hypocauste et un praefurnium des horizons IIIb et IV (Mangin, 1981, t. II, pl. 40 et 41). Un lieu de culte dédié à Cybèle dans le portique nord du sanctuaire principal, au sein du centre monumental de l’agglomération, a également fonctionné du IIe au milieu du IVe siècle (Bénard, 1979, p. 209-216). La fouille de la porte monumentale sud du forum a révélé une occupation tardive avec l’installation d’un ou plusieurs habitats au Bas-Empire (Bénard, 1983, p. 4-7 ; Weber, 1984, p. 3-7 ; Bénard, Weber, 1985 p. 2-7). Enfin, l’examen des monnaies retrouvées sur le site atteste que, même si une partie des habitations du centre ville a été abandonnée vers la fin du IIe ou au début du IIIe siècle, l’occupation urbaine du Mont-Auxois s’est poursuivie en se resserrant à la fin du IIIe et au IVe siècle. Le centre monumental connaît une fréquentation importante et ininterrompue jusqu’à la toute fin du IVe siècle (Popovitch, 1996, I, p. 104-118). Celle-ci prouve que le site a conservé longtemps un rôle économique important, au moins dans le commerce local. Ces derniers éléments contribuent à sortir de son - relatif - isolement l’occupation de la « cave aux Amphores » qui compte au nombre des rares témoignages bâtis conservés de cette époque sur le site.

Haut de page

Bibliographie

Bénard J., 1979, « Un lieu de culte de Cybèle à Alesia », R.A.E., t. 30, fasc. 3-4, p. 209-216.

Bénard J., 1983, « Le centre monumental (047-063) », La tour de l’Orle d’Or, fasc. 1, p. 4-7.

Bénard J.,Weber C., 1985, « Le centre monumental (063 - 8 à 11) », La tour de l’Orle d’Or, fasc. 1, p. 2-7.

Mangin M., 1981,Un quartier de commerçants et d'artisans d'Alésia : contribution à l'histoire de l'habitat urbain en Gaule, Paris, Les Belles Lettres, 2 tomes, 399 p. (Publications de l’Université de Dijon, 60).

Pernet H., 1934, Journal des Fouilles. Année 1934. 2ème Cahier, Archives Musée Alesia, fonds SSS, non publié.

Popovitch L., 1996,Les monnaies romaines du siège et de la ville d’Alesia : chronologie et circulation monétaire,Thèse de Doctorat, Université de Bourgogne, 3 tomes.

Rabeisen E., 2001,« Les archives d'Alesia : 200 ans de mémoire pour 2 000 ans d'Histoire », Bull. de la Société des sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois et des Fouilles d'Alesia, 12, p. 17-26.

Société des Sciences de Semur, 1934a, « Séance du jeudi 13 septembre 1934 », Bull. mensuel de la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, n° 5, sept. 1934, p. 51. (Présentation des nouveaux résultats de la fouille de 1934 par Jules Toutain : nouvelles substructions dégagées à la suite de la construction identifiée probablement comme un marché public et déblaiement d'un escalier menant à une cave avec une niche de forme inédite à Alesia).

Société des Sciences de Semur, 1934b, « Séance du jeudi 25 octobre 1934 », Bull. mensuel de la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur-en-Auxois, n° 6, oct. 1934, p. 58-59 et p. 62-66. (Présentation des dernières découvertes de la campagne de fouilles de 1934 par Jules Toutain : poursuite de la fouille de la cave avec dégagement de l'escalier et de trois nouvelles niches originales à la base desquelles se trouve une meule en granit).

Weber C., 1984, « Le centre monumental : la bordure sud du forum (063 – 8 à 11) », La tour de l’Orle d’Or, fasc. 1, p. 3 -7.

Haut de page

Notes

1  Rappel des critères chronologiques retenus par M. Mangin : les horizons archéologiques cités dans le rapport dépendent en grande partie de la stratigraphie des couches observées dans le quartier étudié par M. Mangin au sud-est du forum. Les seuls apports de chronologie absolue résident dans les mobiliers numismatiques et céramiques découverts (Mangin, 1981, I, p. 13-14 et 323 à 395).

2  Perturbation du socle calcaire provoquée par le gel lors des dernières glaciations. Elle est constituée de plaques calcaires de toutes tailles aux bords arrondis (5 à 20 cm en général) et de cailloux arrondis enrobés dans une argile rouge très compacte (Mangin, 1981, I, p. 18).

3  Par le sol de béton de la cour 308 sur hérisson (Mangin, 1981, I, p. 172.

4  Ce chaînage avec un mur latéral ainsi que la construction des marches (bloc calcaire monolithe posé sur deux assises de moellons) plaident pour la mise en place de cet escalier dès l’origine (Mangin, 1981, I, p. 229).

5  Bien qu'il désigne, lors de l'horizon III, la rue 2 comme étant « la rue des boutiques », il ne fait pas coïncider l'activité du local n° 312 qui se sert de notre cave comme d’un cellier (n° 33), et seule réserve de la boutique, avec le phasage proposé. En effet, la cave aurait selon lui disparu avec l'horizon II (Mangin, 1981, I, p. 283).

6  En gardant à l'esprit le fait que cette « cave » n'était que semi-enterrée.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Cave 211, replacée dans le plan général du site. Plan de 1959, révisé et complété en 2003 et 2004.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 2. G. Cave 211. Vue des niches en 1935 (le nord est à gauche). Musée Alesia, fonds S.S.S, Conseil Général de la Côte-d’Or.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 4. G. Cave 211. Vue de la structure générale après restauration (le nord est à gauche). Musée Alesia, fonds S.S.S, Conseil Général de la Côte-d’Or.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 6. Plan de la cave « aux Amphores », relevé « pierre à pierre » (relevé J. Mercier, INRAP, 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7. G. Cave 211. Vue de la liaison des élévations ouest (à gauche) et nord après nettoyage des joints de ciment. On aperçoit la reprise du mur nord passant sur les deux assises encore chaînées avec le mur ouest. Le reste a été arraché, le nouveau parement prenant sa place (cliché J. Mercier, INRAP, 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 9. Relevé de la coupe nord-sud, après démontage des maçonneries (J. Mercier, INRAP, 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 10. Relevé de la coupe nord, après démontage des maçonneries (J. Mercier, INRAP, 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 11. Relevé de l’élévation ouest (J. Mercier, INRAP, 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 12. Relevé de l’élévation est et profils de ses niches (J. Mercier, INRAP, 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 13. Relevé de l’élévation sud (J. Mercier, INRAP, 2004).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/4103/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Mercier, « La « Cave aux Amphores » d’Alesia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or) : nouvelle lecture à l'issue d'une opération archéologique récente », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, 403-413.

Référence électronique

Jérôme Mercier, « La « Cave aux Amphores » d’Alesia (Alise-Sainte-Reine, Côte-d’Or) : nouvelle lecture à l'issue d'une opération archéologique récente », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 26 août 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/4103

Haut de page

Auteur

Jérôme Mercier

Responsable de l’opération. 22 rue Bénigne Frémyot, 21000 Dijon. jerome.mercier@tele2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page