Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Kissling Christiane, Ulrich-Bochsler Susi, Kallnach-Bergweg : das frühmittelalterliche Gräberfeld und das spätrömische Gebäude

Berne, Archäologischer Dienst des Kantons Bern, 2006, 196 p., 221 fig., CD-rom.
Henri Gaillard de Sémainville
p. 386-387

Texte intégral

1Il s’agit de la publication d’une fouille conduite en 1988-1989 à l’occasion de travaux de construction à Kallnach, village situé dans la partie occidentale du canton de Berne, à quelques km seulement au sud-est du lac de Bienne. L’étude archéologique proprement dite (première et deuxième partie) a été effectuée par Christiane Kissling, dans le cadre d’un mémoire universitaire, et l’étude anthropologique par Susi Ulrich-Bochsler. L’ouvrage est accompagné d’un CD-rom fort bien fait, qui réunit une abondante documentation (données anthropologiques, catalogues détaillés des tombes et du mobilier) et une très riche et très belle illustration en noir et blanc et en couleur. Le texte, en allemand, comporte un résumé en français.

2La première partie (80 p.) est consacrée aux études archéologiques. Elle débute logiquement par la présentation du site, des recherches et du contexte historique. Puis sont examinés en quelques pages les restes d’un bâtiment dont la construction est datée du IIIe s. En raison de sa situation à proximité d’une importante voie et de la découverte de tuiles estampillées de la legio I Martia, il est proposé de l’interpréter comme un relais routier qui, d’après les céramiques découvertes, aurait été abandonné au IVe, voire au Ve s. On retiendra qu’une petite activité de recyclage de matériaux (verre, bronze, plomb et matériaux de construction) semble y avoir été pratiquée. L’espace est occupé ensuite par une nécropole dont l’installation se situe dans la deuxième moitié du VIe s.

3C’est l’étude de cette nécropole du haut Moyen Âge qui constitue l’essentiel de l’ouvrage. Partiellement concernée par les travaux, elle a livré 155 inhumations ou ossuaires dont la plupart sont bien datés de la fin de l’époque mérovingienne - en majeure partie au VIIe s. - grâce au mobilier ; mais il est intéressant de remarquer qu’on a continué à y inhumer bien plus tard puisque plusieurs sépultures dépourvues de mobilier ont été datées jusqu’au XIe s. par le radiocarbone. Un tel constat est aujourd’hui fait dans des sites de plus en plus nombreux en Suisse (par exemple à Lausanne-Bel Air ou à La Tour-de-Peilz) comme en France (notamment sur les sites jurassiens de Crotenay et de Largillay).

4La fouille a également mis au jour les restes d’un muret ; postérieur à l’édifice antique et de même orientation que certaines tombes, il est interprété avec prudence comme ayant pu appartenir à une construction du type memoria.

5Les analyses les plus développées portent sur les architectures funéraires et le mobilier. Grâce à la prise en compte très détaillée de la stratigraphie (à noter une série de plans et de coupes très soignés) et des données de la chronologie absolue, une typo-chronologie des structures funéraires a été établie. Huit types ont été définis, puis rattachés aux trois grandes phases que l’auteur individualise dans l’utilisation de la nécropole. À la première phase (fin du VIe s.) sont rapportées des tombes à murets maçonnés ou non et des coffres de dalles de chant (types 1 à 4). La seconde phase (VIIe s.) est caractérisée par des entourages de pierres plus ou moins nombreuses, allant de véritables alignements à des pierres de calage ponctuelles (types 5 à 7). Les sépultures de la phase la plus récente sont « en pleine terre », sans entourage ni calage de pierre (types 8a et 8b) : à l’intérieur de fosses généralement étroites et ajustés au corps, les défunts aux membres resserrés devaient être enveloppés dans des linceuls. À ce sujet, il nous semble qu’une prise en compte plus systématique de la taphonomie aurait sans doute permis d’identifier ou de confirmer l’existence et la nature d’éventuels contenants en matériaux périssables dans plusieurs des autres types. C’est ainsi que pour la deuxième phase, la présence de planches de couverture, voire d’un cercueil, est suggérée par l’auteur uniquement au vu de la découverte de charbons de bois.

6Du mobilier a été recueilli dans 46 sépultures. Cette proportion assez modeste est comparable à ce que l’on observe fréquemment dans ces régions et à cette époque, en milieu romanisé. Il en va de même, en outre, de la nature de ce mobilier : peu abondant dans la plupart des sépultures, il se limite souvent à un seul objet, généralement une simple boucle ou une plaque-boucle de ceinture ; les armes sont rares : cinq scramasaxes seulement.

7Les garnitures de ceinture sont tout à fait conformes à ce que l’on peut attendre dans le nord du domaine que l’on qualifie parfois de « romano-burgonde ». Les plaques-boucles en fer dominent et portent des décors damasquinés dont plusieurs sont caractéristiques de ce domaine. Également caractéristiques de la Burgondie sont les plaques-boucles à plaque rectangulaire (« type B ») dont six exemplaires ont été recueillis. On est un peu surpris de ne pas avoir en outre de grandes garnitures trapézoïdales (« type A »), comme on en trouve assez souvent dans un tel contexte, mais il faut tenir compte du caractère incomplet de l’exploration du site. Deux autres plaques-boucles d’un type également bien connu dans le même domaine sont à signaler : une de type D, en bronze ajouré, à l’hippogriffe, et une, tout à fait exceptionnelle, en bois d’élan : dans un remarquable état de conservation, elle porte la représentation de deux hommes et de deux lions (ou griffons), un décor dont l’inspiration chrétienne ne paraît pas faire de doute, même si sa signification exacte n’est pas claire. Une plaque-boucle de style aquitain est la seule garniture de ceinture d’origine non régionale.

8Quelques bijoux ont été mis au jour, parmi lesquels une belle fibule ronde à umbo couverte d’une feuille d’or. Le dépôt de récipients n’est pas pratiqué, à l’exception d’une coupe en verre.

9Tous ces objets sont clairement présentés et étudiés, même si les références bibliographiques sont parfois lacunaires. Quelques pages sont également consacrées à l’étude des restes textiles (avec la collaboration d’Antoinette Rast-Eicher). L’ensemble est illustré avec soin de nombreuses photographies et dessins.

10La même qualité de présentation se retrouve dans la deuxième partie (20 p.), consacrée au catalogue tombe par tombe des objets, avec la totalité des dessins de mobilier. Rappelons que le CD-rom apporte par ailleurs de nombreux compléments à ce catalogue, y compris des photographies en couleur. Ce parti nous paraît heureux car on a sous les yeux, dans l’ouvrage, tous les éléments nécessaires à la compréhension du texte, le recours au CD-rom constituant un apport utile, voire agréable, mais non indispensable.

11La troisième partie (63 p.) est constituée par l’étude anthropologique. On est heureux de trouver une étude aussi détaillée dans une publication de nécropole, car ce n’est malheureusement pas si courant. Abondamment illustrée d’excellentes photographies, de tableaux et de graphiques, elle donne une image précise de la population inhumée : démographie, morphologie, pathologies sont particulièrement bien traitées. On regrettera simplement, à nouveau, que la taphonomie n’ait pas bénéficié d’un sort comparable.

12Données anthropologiques et « archéologiques » concordent pour donner l’image d’un groupe humain « roman » (c’est le qualificatif qu’emploient les archéologues suisses), c’est-à-dire sans doute constitué pour l’essentiel de descendants de Gallo-romains. Les pratiques funéraires et les modes en matière de parure vestimentaire le rattachent clairement aux régions plus occidentales, « romano-burgondes », de Suisse occidentale, Franche-Comté, Bourgogne et du nord de Rhône- Alpes. Ce site offre l’intérêt de fournir un nouveau jalon du maintien d’une tradition « romane » dans des régions dont la limite orientale se trouvait précisément non loin de là, approximativement au niveau de l’Aar, et qui se trouvent aujourd’hui en milieu alémanique. L’étude le met bien en évidence. Il faut dire que les Suisses sont, fort logiquement, très attentifs aux questions ayant trait aux frontières linguistiques et culturelles dans leur pays.

13Ce livre s’adresse donc plus particulièrement aux chercheurs qui travaillent sur et dans ces régions, mais peut être utile à tous ceux qui s’intéressent à l’archéologie mérovingienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Kissling Christiane, Ulrich-Bochsler Susi, Kallnach-Bergweg : das frühmittelalterliche Gräberfeld und das spätrömische Gebäude », Revue archéologique de l’Est, Tome 56 | 2007, 386-387.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Kissling Christiane, Ulrich-Bochsler Susi, Kallnach-Bergweg : das frühmittelalterliche Gräberfeld und das spätrömische Gebäude », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 56 | 2007, mis en ligne le 20 février 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/5241

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page