Navigation – Plan du site
comptes rendus

Bernd Bienert,Die römischen Bronzegefäße im Rheinischen Landesmuseum Trier. (Trierer Zeitschrift, 31).

Trier, Rheinisches Landesmuseum Trier, 2007, 287 p.
Louis Bonnamour
p. 439-440

Texte intégral

1Le catalogue regroupant l’ensemble de la collection de vases romains en bronze du musée de Trèves n’avait jamais été publié à ce jour. Il regroupe 305 numéros représentant environ 80 formes entières, soit à peine plus du quart de l’ensemble, le reste étant constitué de récipients fragmentaires : fonds, rebords, attaches anses, que l’auteur a néanmoins, pour la plupart, réussi à rattacher à des types précis.

2La présentation de chaque vase ou fragment de vase répond à des normes de présentation rigoureuses :
- Type auquel appartient le document
- Datation
- Dessin au trait montrant le type de récipient auquel correspond le document
- Matière
- Dimensions
- Lieu de découverte et contexte
- Photographie (une ou plusieurs selon le document)
- État
- Description
- Bibliographie

3Ce travail descriptif et typologique minutieux occupe 249 pages de l’ouvrage. Il est suivi de 6 pages de réflexions principalement consacrées aux techniques de fabrication mises en œuvre. Plus de 1500 notes et renvois bibliographiques accompagnent le texte de B. Bienert, ainsi que deux pages de résumé en langue allemande et qu’un bref résumé en anglais. Très complète, la bibliographie, qui intègre les travaux parus jusqu’en 2004, compte plus de 400 références ; elle est de ce fait susceptible de servir de base utile à des travaux ultérieurs.

4L’auteur a poussé l’honnêteté intellectuelle jusqu’à mentionner l’origine précise de chacun des 111 dessins illustrant son tableau des formes présentes dans la collection, tableau qui occupe les 4 dernières pages de l’ouvrage. Au nombre des annexes figurent en outre un tableau des correspondances entre les numéros d’inventaire du musée et les numéros du catalogue ainsi qu’un index des provenances avec renvois aux numéros du catalogue.

5Nous nous trouvons là en présence d’un travail approfondi, extrêmement minutieux et fiable. Le seul reproche que l’on pourrait adresser à l’auteur est, au moins pour les formes entières, de ne pas avoir accompagné les photographies des vases, de dessins des originaux.
Dessin et photographie constituent en effet une documentation complémentaire quasi indispensable et qui tend à se généraliser dans les ouvrages récents.

6Si, comme le montre la bibliographie publiée par Bernd Bienert, la liste des publications concernant des vases antiques en bronze, peut paraître longue, les ouvrages de référence relatifs à ce même sujet, ne sont pas légion ; il faut voir là une raison supplémentaire de saluer la parution de ce travail. Après les études conduites par des précurseurs tels Aladar Radnoti pour la Pannonie ou encore Hans Jürgen Eggers pour la Germanie, depuis une trentaine d’années, un petit nombre d’ouvrages consacrés à l’étude de ce type de mobilier sont venus enrichir notre documentation. En France, dès 1975 Suzanne Tassinari a montré l’exemple en publiant la collection du Musée des Antiquités Nationales puis en 1984 en collaborant à l’étude des vases du musée de Chalon dont la collection, qui n’a cessé de s’enrichir depuis lors, est proche aujourd’hui de 250 unités.

7En Allemagne, ce sont essentiellement les découvertes réalisées dans des dépôts fluviaux comme celui de Neupotz publié par Ernst Künzl en 1993 ou encore, à un titre moindre, par ceux d’Hagenbach et de Xanten qui, à eux trois ont amené à notre connaissance prés de 400 nouveaux vases en bronze.

8Mais, l’Italie mise à part, la plus importante série de vases métalliques connue à ce jour et publiée, est sans conteste celle du musée de Nimègue. Dès 1956, un premier catalogue réalisé par Maria H.-P. den Boesterd faisait connaître un peu plus de 300 vases conservés dans ce musée. En 1997, Annelies Koster complétait cette série grâce aux nouvelles acquisitions et aux découvertes issues des fouilles récentes, portant l’ensemble de la collection à environ 450 vases métalliques d’époque romaine.

9Si nous nous penchons sur l’origine de ces trouvailles, nous observons qu’à Trèves, sur un total d’environ 80 vases entiers, près d’un tiers n’a pas de provenance précise connue, un tiers est issu d’un contexte funéraire, les autres ayant été trouvés dans des habitats ou des dépôts. Il est étonnant d’observer que seul un vase aurait été trouvé sur les bords de la Moselle alors que le Rhin a livré un nombre assez considérable de vases métalliques. À titre de comparaison, observons qu’au nombre des trouvailles récentes de Nimègue, 24 vases proviennent d’habitats, 39 de sépultures et qu’un nombre équivalent est issu de trouvailles fluviales dans le Rhin. Si nous considérons également la collection de Chalon, presque intégralement constituée de vases entiers, nous observons qu’à deux exceptions près, toutes les trouvailles proviennent du lit de la Saône. Lorsque l’on connaît le rôle non négligeable joué par la Moselle dans le développement urbain de Trèves, on est amené à se demander si cette absence de trouvailles dans le lit de la rivière est liée à l’absence de surveillance des travaux d’extraction de granulats ou au contraire à des différences profondes, à l’époque antique, dans le comportement des habitants des bords de la Moselle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Bonnamour, « Bernd Bienert,Die römischen Bronzegefäße im Rheinischen Landesmuseum Trier. (Trierer Zeitschrift, 31). », Revue archéologique de l’Est, Tome 57 | 2008, 439-440.

Référence électronique

Louis Bonnamour, « Bernd Bienert,Die römischen Bronzegefäße im Rheinischen Landesmuseum Trier. (Trierer Zeitschrift, 31). », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 57 | 2008, mis en ligne le 28 août 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/5463

Haut de page

Auteur

Louis Bonnamour

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page