Navigation – Plan du site
Articles

La céramique domestique de l’espace culturel sénonais du milieu du Ve au milieu du IIIe s. av. J.-C. dans son contexte du centre-est de la France :

corpus, faciès et évolution des assemblages du confluent Seine – Yonne, de la Bassée et de la vallée de l’Yonne
Domestic pottery in the Sénonais cultural space from the mid-5th to mid-3rd century BC in its context in central eastern France ; the corpus, characteristics and evolution of the sets of goods at the confluence of the Seine and Yonne rivers, at La Bassée and in the Yonne valley
Die Wirtschaftskeramik im Kulturraum des Sénonais von der Mitte des 5. bis zur Mitte des 3. Jahrhunderts v. Chr. im ostfranzösischen Kontext : Korpus, Fazies und Evolution der Fundzusammenhänge aus dem Seine-Yonne-Mündungsgebiet, der Bassée und dem Tal der Yonne
Jean-Marc Séguier
p. 57-132

Résumés

La culture matérielle et la chronologie de la période de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace culturel sénonais, qui se développe du nord de la Bourgogne au sud-est de l’Île-de-France, aux confins de la Champagne, étaient, jusqu’à présent, surtout connues grâce aux ensembles funéraires et au mobilier métallique qui en provient : parures, accessoires vestimentaires, armes (travaux de L. Baray). Seule, l’étude de S. Marion consacrée à l’Île-de-France prenait en compte quelques séries céramiques du secteur Seine - Yonne.
On développe ici une nouvelle analyse fondée sur une grille de lecture normalisée à la fois technologique et typologique des formes et des décors de la céramique (fig. 4-5) issue des fouilles préventives réalisées sur quinze établissements ruraux de la vallée de l’Yonne, de La Bassée et du confluent Seine - Yonne (départements de l’Yonne et de la Seine-et-Marne). Le corpus se compose de 7774 fragments et 1301 vases. La sériation de deux matrices d’association des formes et des décors permet de mettre en évidence un classement des assemblages domestiques selon quatre étapes (fig. 6-7).
L’étape I, insuffisamment documentée, se distingue par des assemblages dont les caractères typologiques sont encore proches de ceux qui, localement, sont considérés comme typiques du Ha D3. Néanmoins, l’étape I (fig. 8-13) se distingue de cette dernière période par l’absence du décor peint et des formes qui en sont les plus emblématiques (bols carénés...). Ainsi, le passage du Ha D3 au début de La Tène ancienne se caractériserait par une déperdition progressive des traits « archaïques ». La mise en place des caractères de l’étape II (fig. 14-27) traduit une césure majeure dans la tradition céramique. Le renouvellement touche à la fois la typologie des vases (développement des jattes à épaulement, des pots à col haut), le répertoire décoratif qui s’enrichit de nouvelles techniques (impressions au peigne) et de nouveaux motifs (zigzags), et la technologie (apparition de la céramique tournée ou finie au tour). L’étape III (fig. 28-34), encore peu documentée, se distingue surtout de la précédente par une diversification des décors et par l’abandon de l’usage du peigne, les formes de vases étant peu différentes. L’étape IV (fig. 35-47) voit apparaître et se développer de nouvelles techniques ornementales (lissage, décors plastiques) et de nouveaux thèmes (frises), la céramique tournée et les formes qui la caractérisent prenant une part de plus en plus importante.
La corrélation des assemblages pris en compte avec une série de datations absolues et plusieurs associations entre céramique domestique et mobilier datant (fibules, parures, armement) permet de raccorder la séquence avec la chronologie conventionnelle et absolue (fig. 53). La concordance entre ces systèmes est correcte pour les étapes I et II : la dendrochronologie montre que l’étape I, datée de la deuxième moitié du ve s.,  est synchrone de LTA récente, alors que plusieurs fibules permettent de mettre en parallèle l’étape II (fig. 48) avec l’horizon pré-Duchcov (LTB1 ancienne : premier quart du ive s.). Par la suite, la situation est plus complexe et la corrélation plus difficile à établir. Si l’étape III semble devoir être mise en parallèle avec l’horizon Duchcov-Münsingen (fig. 49), quelques incertitudes pèsent sur sa longévité en raison de la faiblesse du corpus (trois derniers quarts du ive s.). L’étape IV, à laquelle sont associées, notamment, des parures à décor pseudo-filigrané ou imitées de ce style et des armes (fig. 50-51), recouvre, quant à elle, la phase récente de LTB2 et le début de LTC1 (première moitié du iiie s.). Elle doit être clairement distinguée du faciès de la phase récente de LTC1, défini par ailleurs (fig. 55).
La comparaison du faciès de l’espace sénonais avec celui des entités culturelles voisines fait bien ressortir son caractère original et autonome ; néanmoins, des ponts sont ponctuellement établis avec l’aire culturelle Aisne-Marne (d’où provient au moins un vase peint en noir sur fond rouge) et avec la Gaule du Centre (corpus typologique, décors, techniques de fabrication).
Une très large majorité de la céramique est modelée sans l’aide du tour. Cependant, l’analyse des séries met en évidence une production, minoritaire, de céramique montée ou finie au tour (fig. 57), dont la part augmente progressivement du début du ive au milieu du iiie s. (fig. 58) et qui présente un répertoire typologique spécifique (vases à piédouche...). Contrairement à la céramique non tournée, fabriquée au sein de la maisonnée, tout indique que la vaisselle tournée est le fruit d’un artisanat spécialisé, peut-être itinérant, qui repose sur des principes techniques innovants et se développe dans des conditions sociales tout à fait compatibles avec l’organisation en chefferies qui est admise pour la société de La Tène ancienne et moyenne du Bassin parisien.
Enfin, l’examen des catégories et des traces d’usage conduit à proposer des pistes de réflexion concernant les aspects fonctionnels de certains récipients, les jarres pouvant être dévolues à la préparation de saumures ou de la bière.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1La chronologie du deuxième Âge du Fer au sein de l’entité géographique et culturelle sénonaise est diversement appréciée, selon que l’on considère le début ou la phase récente de cette période. De nombreux ensembles associant une abondante céramique à divers matériaux datant (fibules, parures, céramiques d’importation…) permettent d’établir, avec une assez bonne précision, la chronologie des assemblages de la phase récente couvrant les deux derniers siècles avant notre ère (Séguier, 1999 ; Séguier, Vwhnd, à paraître). Le mobilier des sépultures de cette période, encore trop peu nombreuses (Baray, 1991 ; Séguier, Vwhnd, à paraître), s’intègre bien dans la séquence définie sur la base des assemblages domestiques. Le mobilier de la fin du IIIe s., aux caractères typologiques très proches de ceux de la période finale de l’Âge du Fer, et essentiellement défini sur la base du matériel des deux enclos de Châtenay-sur-Seine « Le Maran » et de Marolles-sur-Seine « Le Grand Chnton Sud » (Séguier, 1999 ; Séguier, Vwhnd, à paraître), permet de caractériser les antécédents immédiats (La Tène C1 récente) de l’étape récente de La Tène moyenne (La Tène C2), même si, il faut le reconnaître, les matériaux sont, pour cette période intermédiaire, encore déficitaires à ce jour.

2En revanche, la phase ancienne du deuxième Âge du Fer, correspondant à La Tène ancienne et au début de La Tène moyenne, soit grosso modo du milieu du Ve au milieu du IIIe s., est marquée, comme dans tout l’ouest et le sud du Bassin parisien et en Bourgogne, par une dichotomie entre les assemblages domestiques et funéraires, le rituel excluant la céramique des seconds. Si les séquences évolutives des mobiliers métalliques de cette phase, qui ont fait l’objet de plusieurs descriptions et analyses (Baray, 1991, 1999 ; Baray et alii, 2007 ; Marion, 2004), sont bien maîtrisées, les céramiques domestiques n’ont, à ce jour, fait l’objet d’aucune synthèse spécifique, en dehors des recherches de S. Marion qui ont traité de cet espace géographique en tant que partie d’un territoire centré sur l’Île-de-France (Marion, 2004, 2007). Ainsi, à l’heure actuelle, la société des Ve-IIIe s. de l’espace sénonais ne peut guère être appréciée que dans sa dimension funéraire, y compris pour ce qui touche au domaine de l’organisation du territoire. La prise en compte des habitats, correctement datés et phasés, est cependant susceptible d’en renouveler profondément notre connaissance, d’enrichir cette dernière de la dimension économique, mais aussi d’une autre perception des dynamiques culturelles et sociales, comme le montre l’analyse de deux établissements de La Tène ancienne de la région prise en compte ici (Séguier et alii, 2007).

3Le développement de l’archéologie préventive dans la vallée de l’Yonne, en Bassée et au confluent Seine – Yonne (fig. 1), surtout depuis les années 1990, dans un contexte d’exploitation intensive des gisements alluvionnaires, a totalement changé la donne en révélant plusieurs habitats et autres assemblages plus ou moins riches en céramique, permettant de poser les premiers jalons de la séquence évolutive de la vaisselle domestique de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne. Le premier ensemble à avoir été étudié est l’habitat de Grisy-sur-Seine « Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux », dont une sélection de mobilier a permis de proposer une périodisation de la vaisselle sur un site occupé du VIe au IIIe s. (Gouge, Leconte, 1999). Le mobilier de quelques ensembles fouillés à La Grande Paroisse et à Varennes-sur-Seine a été exploité dans le cadre d’une sériation portant sur le Hallstatt final et le deuxième Âge du Fer (Marion, 2004). Plus récemment, la publication des ensembles de Bazoches-lès Bray « La Rompure » (Peake et alii, 2005,) et celle des habitats de Ville-Saint-Jacques « Bois d’Echalas » et de Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » - phase 1 - (Séguier et alii, 2007), a permis de proposer des jalons chronologiques précis pour la fin du Ve et le début du IVe s. Dans le même temps, la céramique du Hallstatt final du sud de l’Île-de-France et du nord de la Bourgogne a fait l’objet d’une analyse synthétique permettant de définir les antécédents à la période envisagée ici (Bardel, 2002).

  • 1  Je remercie Alain Bulard (SRA Île-de-France/MCC), Patrick Gouge (SDASM) et Agnès Poyeton (INRAP) d (...)

4On se propose de présenter ici un panorama de la céramique de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace culturel sénonais, fondé sur la prise en compte de plusieurs séries souvent inédites, analysées selon des principes méthodologiques communs1.

Fig. 1. Localisation de la zone d’étude (P. Pihuit, INRAP, del.).

1. L’entité sénonaise à La Tène ancienne

1.1. État des lieux

5L’espace géographique pris en compte correspond, peu ou prou, au territoire des Sénons historiques, tel que l’on peut le déduire du texte de César relatif à la Guerre des Gaules et des limites administratives de la cité de Sens au Haut-Empire, restituées à partir des limites des diocèses médiévaux. Si ce territoire constitue une entité culturelle et politique cohérente à partir de La Tène finale, ses contours et la définition que l’on peut en donner pour la phase ancienne du deuxième Âge du Fer, sont plus flous. Néanmoins, cette entité est définie en particulier, à ce jour, par ses pratiques funéraires et par la composition des mobiliers métalliques issus des nécropoles. Ces caractères permettent de définir un ensemble culturel cohérent et original, se signalant par des pratiques funéraires qui se distinguent nettement de celles de l’ensemble Aisne - Marne, notamment par l’absence d’offrande alimentaire et de dépôt de vaisselle (Baray, 1991, 1999 ; Baray et alii, 2007).

6Pour autant, les limites de cette aire culturelle, à l’aube de l’émergence du territoire sénon, ne se laissent pas définir partout aisément. En effet, du côté septentrional, les pratiques funéraires du sud de la Champagne (Nogentais, vallée de la Seine), sont identiques à celles de l’aire sénonaise et il semble que la « frontière » avec la culture Aisne - Marne, encore assez floue, soit à chercher dans la moitié nord du département de l’Aube. De toute évidence, le territoire qui servira d’emprise à la cité des Tricasses historiques, dont on ne trouve aucune mention directe avant le Ier s. ap. J.-C., présente de grandes affinités avec l’ensemble sénonais. Du côté nord-ouest, le territoire qui sera celui des Parisii de la période d’Indépendance, où l’on ne connaît aucune sépulture antérieure à la fin du IVe s., présente, du point de vue du rituel funéraire, des caractères communs avec le secteur sénonais (dépôts généralement très dépouillés), mais, dès le début du IIIe s., il se signale par plusieurs phénomènes singuliers, comme l’émergence concomitante de petits cimetières centrés sur une ou deux tombes à char (Roissy-en-France, Bouqueval, Le Plessis-Gassot...) et de vastes nécropoles (Bobigny), ainsi que par l’apparition de dépôts de céramique (et donc d’un viatique) dans certaines sépultures (Lejars, 2005 ; Marion, 2007). Vers l’ouest et le sud-ouest, les données sont lacunaires et dispersées. Les nécropoles beauceronnes de Cortrat et de Bromeilles, comme celle de Larchant, en Gâtinais, appartenant à l’aire sénonaise (Baray et alii, 2007), assurent la jonction avec le futur territoire des Carnutes, alors que les tumuli du Ve s. de l’Orléanais (Milcent, Moulherat, 1999), qui se rattachent à la France centrale, marquent la limite occidentale de l’extension de l’aire sénonaise. Au sud-est, l’Auxerrois, situé aux confins du territoire des Éduens historiques, présente des rites funéraires identiques à ceux du Sénonais (Baray et alii, 2007). Enfin sur la façade orientale, le territoire des Lingons historiques est documenté par les nécropoles tumulaires du Châtillonais qui se caractérisent par un rituel tout aussi dépouillé (Chaume, 2001).

7Ce rapide tour d’horizon permet d’insister sur les incertitudes qui président à toute tentative de définition précise de l’extension réelle de l’aire culturelle sénonaise, tout en soulignant son originalité par rapport à ses marches septentrionales (nord de l’Île-de-France, Picardie, Champagne). Fort d’une documentation funéraire abondante, on doit souligner que le faciès du Sénonais ne présente aucune trace d’apports ethniques et culturels significatifs en provenance de la zone Aisne - Marne à La Tène ancienne (Baray, 2000, p. 118-120). Il reste à examiner la contribution de la céramique à l’identification des caractères propres à ce faciès.

1.2. Cadre chronologique

8La chronologie de l’Âge du Fer de l’entité sénonaise a fait l’objet d’une analyse détaillée dans le cadre plus général du Bassin parisien, fondée sur la prise en compte du seul mobilier funéraire (Baray, 1991, 1999, 2003). L. Baray a divisé la période qui nous intéresse ici en six étapes. L’étape III, correspondant à La Tène A de la chronologie conventionnelle, comporte deux sous-étapes IIIA et IIIB, mises en parallèle respectivement avec La Tène A1 et La Tène A2. L’étape IV, correspondant à La Tène B1, se partage, elle aussi, en deux sous-étapes IVA et IVB, équivalent à La Tène BI ancienne et à La Tène B1 récente. L’étape V, quant à elle, se compose des deux étapes VA (La Tène B2) et VB (La Tène C1).

9De son côté, dans son étude des sépultures de l’Île-de-France, parmi lesquelles les tombes de l’aire sénonaise occupent une place très marginale (secteur de La Bassée), S. Marion distingue six groupes (Marion, 2004, p. 110-156), essentiellement corrélés avec la périodisation de la culture Aisne-Marne (Demoule, 1999). Sont concernés ici le groupe 2 (Aisne - Marne II ou La Tène A), le groupe 3 (Aisne - Marne III, compris entre le début de La Tène B1 et le début de La Tène B2), le groupe 4 (défini comme postérieur à la phase Duchcov-Münsingen et se terminant avec les débuts de La Tène moyenne) et le groupe 5 (La Tène C1). L’analyse de la céramique, pour la période comprise du Hallstatt final à La Tène finale dans l’ensemble de l’Île-de-France, conduit le même auteur à proposer un découpage en dix étapes fondé sur la sériation de 77 ensembles (Marion, 2004, p. 252-330), dont plusieurs figurent dans la zone envisagée ici. Ses étapes 1 et 2 sont rattachées au Hallstatt D2/D3 et ses étapes 3 à 6, définies sur la base de 34 structures, se rapportent à La Tène ancienne et moyenne : l’étape 3 est mise en parallèle avec La Tène A, l’étape 4 est centrée sur La Tène B1 avec une incertitude sur le début (fin de La Tène A ?) et la fin de la période (début de La Tène B2 ?), alors que les étapes 5 et 6, mal distinguées par l’analyse factorielle, sont regroupées pour correspondre à La Tène B2 récente et à toute La Tène C1 (ibid., p. 272-273 ; Marion, 2007, p. 91-97).

2. Corpus et méthodologie

2.1. Le corpus des sites

  • 2  Deux installations domestiques ont été récemment découvertes (fouilles R. Issenmann et C. Charamon (...)

10À la notable exception de la sépulture de Milly-la-Forêt « Le Bois Rond » (Essonne) récemment découverte (Séguier, Vwhnd, à paraître) (cf. infra) et de rares tessons issus du remplissage des fossés de certains enclos funéraires (Baray et alii, 1994a), la totalité de la céramique des Ve-IIIe s. de l’espace sénonais provient d’assemblages domestiques ou de contextes dont la fonction est plus ambigüe (à vocation rituelle ?). Les ensembles disponibles, tous issus de fouilles préventives plus ou moins récentes, se distribuent inégalement entre trois zones distinctes à cheval sur deux départements : l’Yonne (vallée de l’Yonne) et la Seine-et-Marne avec La Bassée (moyenne vallée de la Seine) et la plaine de confluence Seine - Yonne, la répartition se faisant nettement en faveur du dernier secteur (fig. 2). La Bassée nogentaise (aux marges de la zone d’étude), pourtant riche de plusieurs nécropoles, n’a, à ce jour, livré aucun habitat, pas plus que la zone de confluence Seine - Aube, ni les coteaux crayeux du Sénonais. Néanmoins, quelques éléments céramiques proviennent du sanctuaire de La Villeneuve-au-Châtelot (Aube). Ailleurs, la documentation est pratiquement inexistante ; toutefois, de modestes habitats ont été récemment découverts sur le plateau du Gâtinais, à Larchant2 (ces ensembles, en cours d’analyse, ne seront pas sollicités ici).

11Dans la vallée de l’Yonne (fig. 2), le seul site récemment fouillé est l’habitat des « Boulins » à Saint-Julien-du-Sault (Poyeton dir., 1999), établissement ouvert qui regroupe, sur une petite superficie, deux greniers, deux silos et quelques fosses d’extraction de matériaux. Un établissement composé de bâtiments, de fosses et de silos, a été partiellement fouillé anciennement et dans des conditions très difficiles, à Pont-sur-Yonne « Le Bas des Renardières », à proximité de l’enclos funéraire de La Tène ancienne. De la présentation assez laconique de cet ensemble (Prampart, 1983) ressortent deux unités dénommées zone C et G dont tout porte à croire qu’elles désignent une seule et même occupation. Enfin, à Maillot « Le Saule Fendu », l’étude de paléochenaux a permis de découvrir un abondant mobilier dont le contexte demeure très incertain, notamment en l’absence de tout ensemble clos (fouilles C. Dunikowski et F. Muller, INRAP).

Fig. 2. Localisation des sites pris en compte (1-15) et des sites complémentaires (16-19). 1 : Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » ; 2 : Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières » ; 3 : Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » ; 4 : Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux » ; 5 : Bazoches-lès-Bray, « La Rompure » ; 6 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Chnton Sud » ; 7 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Chnton » ; 8 : Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » ; 9 : Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » ; 10 : Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » ; 11 : Varennes-sur-Seine, « Volstin » ; 12 : Varennes-sur-Seine, « Les Rimelles » ; 13 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles » ; 14 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » ; 15 : La Grande Paroisse, « Les Sureaux » ; 16 : Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » ; 17 : La Villeneuve-au-Châtelot (sanctuaire) ; 18 : Maillot, « Le Saule Fendu » ; 19 : Montereau-Fault-Yonne, « Les Sécherons » (P. Pihuit, INRAP, del.).

12En Bassée (fig. 2), le complexe de « La Ferme d’Isle » à Grisy-sur-Seine (« Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux ») a livré une série issue de fosses, puits et bâtiments annexes regroupés à proximité d’un enclos à caractère aristocratique attribué au Hallstatt final (Gouge, Leconte, 1999). Plus à l’est, l’établissement des « Vallées » à Villiers-sur-Seine est composé d’un groupe de bâtiments (une habitation et cinq greniers) associé à plusieurs fosses dont deux ateliers excavés quadrangulaires (Séguier, 1995). Ces sites sont pratiquement les seuls de La Bassée proprement dite à avoir livré des ensembles cohérents de La Tène ancienne et moyenne, à l’exception de l’aménagement de chenal de « La Rompure » à Bazoches-lès-Bray (Peake et alii, 2005). On note, cependant, la présence de matériaux mobilisés et redéposés dans divers paléochenaux (Bazoches-lès-Bray, le « Grand Mort » et « Près le Tureau aux Chèvres », par exemple - inédit -), témoignant de la destruction de niveaux d’occupation, alors qu’un puits isolé, à Bazoches-lès-Bray, le « Chnton » (inédit), confirme l’existence de modestes installations rurales dispersées dans le bas-fond alluvial, tout au long du cours de la Seine et de ses affluents secondaires.

13C’est cependant la zone d’interfluve Seine - Yonne qui livre la documentation la plus conséquente (fig. 2). La plaine située en amont du confluent a livré une série d’ensembles funéraires utilisés du deuxième quart du Ve au milieu du IIIe s., à Marolles-sur-Seine et Barbey, ainsi que plusieurs groupes de silos, dispersés ou en batterie, livrant fréquemment des dépôts humains (Séguier, Delattre, 2005). Dans ce contexte, les installations rurales sont documentées par des fosses isolées ou agrégées en très petits groupes (Marolles-sur-Seine, « Le Grand Chnton » - phase 1 - et « Le Grand Chnton Sud » - phases 1 et 2 -) (Peake, Séguier, 1997), alors qu’une série de fosses du « Grand Chnton » - phase 2 - livre des dépôts de céramique, de faune, de restes humains et d’objets en métal, qui ne semblent pas correspondre à des rejets domestiques, mais relever, plutôt, de la sphère cultuelle (Séguier, Delattre, 2005).

14La plaine située à l’aval du confluent (fig. 2) a livré, outre un petit ensemble funéraire mal caractérisé à La Grande Paroisse, « Pincevent » (Gaucher, 1996), de nombreux témoins d’une dense occupation de ce secteur (Séguier et alii, 2008). Trois habitats sont structurés autour de groupes de silos, fosses, puits et bâtiments à quatre, six ou neuf poteaux à Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » (Séguier et alii, 2007), Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » - phase 1 - (ibid.) et Varennes-sur-Seine, « Volstin » (inédit, fouille P. Gouge, SDASM). L’habitat de Varennes-sur-Seine « Le Marais du Colombier » (Séguier et alii, 2008) comporte, lui, une cour autour de laquelle s’ordonnent des bâtiments (une habitation et sept annexes) associés à deux silos et sept puits. Ces quatre établissements, complètement fouillés, constituent, avec ceux de Saint-Julien-du-Sault, de Villiers-sur-Seine et de Grisy-sur-Seine, les meilleures références sur l’habitat rural de La Tène ancienne et moyenne dans l’espace sénonais. Dans ce même secteur, plusieurs groupes de silos et de fosses, correspondant vraisemblablement à des habitats plus ou moins bien documentés à ce jour, constituent d’autres témoignages de l’importance de l’occupation de cette portion du couloir alluvial : il s’agit des ensembles de La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (Marion, 2004), La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest » (ibid.), site qui apparaît également dans la littérature sous le toponyme « La Pièce de Pincevent » (Séguier, Delattre, 2005), ainsi que de ceux de Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » (Marion, 2004), et de « Beauchamp » - phase 2 -. La plaine d’interfluve aval rassemble des silos isolés, rassemblés en groupes lâches ou en batterie, ainsi que des fosses dispersées recelant des dépôts humains et/ou animaux (Ville-Saint-Jacques, « Le Fond des Vallées » ; La Grande Paroisse, « Les Rimelles » ; Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », « Le Grand Marais », « Le Marais des Rimelles », « Le Marais de Villeroy », « Proche le Marais du Colombier », « La Justice ») (Delattre, 2000 ; Méniel, 2005 ; Séguier, Delattre, 2005), dont l’attribution à La Tène ancienne est, dans bien des cas, surtout fondée sur des datations au radiocarbone (ces ensembles étant la plupart du temps dépourvus de rejets domestiques).

2.2. Le corpus du mobilier

15Les sites énumérés ci-dessus n’ont pu, pour des raisons tenant à l’accessibilité du mobilier, être tous analysés selon un protocole homogène du point de vue méthodologique.Une première série d’ensembles a fait l’objet d’un processus d’identification et de calcul du nombre de restes (NR) et du nombre minimum d’individus (NMI), par catégorie de production et par forme, selon des principes conformes aux recommandations de la table ronde du Mont Beuvray (Arcelin, Tuffreau-Libre, 1998). Il s’agit des ensembles suivants :
- Bazoches-lès-Bray, « La Rompure » (comblement médian du chenal) ;
- Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » (structure 77) ;
- Marolles-sur-Seine, « Le Grand Chnton », phase 1 (structure 551) et phase 2 (structures 246, 408, 1017, 1019, 1026, 1036, 1037 et 1063) ;
- Marolles-sur-Seine, « Le Grand Chnton Sud », phase 1 (structures 12, 19 et 20) et phase 2 (structures 109, 118, 130 et 149) ;
- Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » (structures 133, 134, 143, 144, 146 et 149) ;
- Varennes-sur-Seine, « Volstin » (fosses 25, 40, 123, 124, 130, 134, 137, 138, 192, 184 et 195) ;
- Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » (structures 5001, 5002, 5003, 5004, 5006, 5013, 5026, 5053 et 5063) ;
- Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », phase 1 (structures 16, 17, 18, 20, 22, 31, 37 et 47) et phase 2 (structures 325, 326 et 337) ;
- Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » (structures 1, 2, 3, 6, 57, 59, 66, 77, 83, 86, 69, 94, 101, 108, 118, 120, 151, 154, 155, 161, 162, 204 et 266) ;
- Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » (structures 649, 2010, 2011, 2066, 2069, 2496 et 3124).
Ce groupe de contextes a livré en tout 7173 fragments correspondant aux restes de 1001 récipients, constituant l’ossature de l’étude (fig. 3).

16Une deuxième série regroupe des ensembles, souvent modestes, qui n’ont pu faire l’objet d’un examen direct, le matériel n’étant, parfois, pas accessible ; les données dont nous disposons sont donc celles qui figurent dans les publications ; il s’agit des séries de :
- Grisy-sur-Seine, « Les Roqueux » (structures 1456, 1518 et 1748) et « Les Terres du Bois Mortier » (structures 2, 3, 4, 5, 8, 9, 18, 23, 24, 25, 27, 43, 44, 45, 51, 53, 54, 55 et 57) (Gouge, Leconte, 1999) ;
- Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières » (Prampart, 1983) ;
- La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (Marion, 2004) où l’on distingue ici une phase 1 (non illustrée), une phase 2 (structure 777) et une phase 3 (structures 55 et 603) ;
- La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La pièce de Pincevent » (ibid.) où l’on distingue ici une phase 1 (structure 1092) et une phase 2 (structures 1022, 1024, 1099 et 1107) ;
- Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles » (ibid.) (structures 34, 73, 75 et 76).
Sur ces sites, seul un échantillon, parmi les ensembles disponibles, a été pris en compte par les auteurs ; en outre, les quantifications ne sont pas disponibles. Le total des vases illustrés de cette seconde série s’élève à 231 individus.

17L’information relative à la céramique et au mobilier divers de plusieurs de ces ensembles a pu être complétée par la documentation inédite conservée au SRA Île-de-France. Ainsi, l’exploitation des dessins et des notes prises par A. Bulard et C. Drouhot a permis de classer un certain nombre d’ensembles non pris en compte par S. Marion :
- La Grande Paroisse, « Les Sureaux », phase 1 (structures 64, 69 et 273), phase 2 (structure 275), et phase 3 (structures 33) ;
- La Grande Paroisse, « La pièce de Pincevent » (structures 1019, 1025, 1027, 1091 et 1105) ;
- La Grande Paroisse, « Les Rimelles » (structures 2000 à 2008, 2011, 2012, 2016 et 2021).
Quant à la série de Maillot, « Le Saule Fendu », difficilement accessible, elle n’a pu être prise en compte.

18On dispose donc d’un corpus fort de 1301 récipients différents pour un total de 7 774 fragments (de l’ordre de 13 000 fragments en tout si l’on prend en compte les structures du deuxième groupe) pour fonder l’analyse de la céramique de La Tène ancienne et moyenne du secteur sénonais (fig. 3).

Fig. 3. Évaluation quantitative des ensembles pris en compte.

2.3. Méthodologie

19L’analyse de cette documentation est fondée, notamment, sur l’exploitation de deux matrices d’association des formes d’une part, des décors d’autre part, dont l’analyse est complétée et pondérée, autant que faire se peut, par des données quantifiées. Ces dernières sont acquises par production et par forme, sur les (ou une partie des) structures composant un site ou une phase d’occupation. Le NMI-site est la somme des NMI-structure minorée des remontages inter-structure observés dans plusieurs cas. Ces derniers permettent d’assurer la contemporanéité des contextes (tout au moins des remblais de condamnation des fosses) et, partant, l’homogénéité des ensembles pris en compte : tel est le cas à Marolles-sur-Seine « Le Grand Chnton » - phase 2 - ; Saint-Julien-du-Sault « Les Boulins » ; Varennes-sur-Seine « Beauchamp » - phase 1 - (Séguier et alii, 2007) et « Volstin » ; Ville-Saint-Jacques « Bois d’Echalas » (ibid.). Ce biais permet de rassembler des effectifs suffisamment conséquents pour avoir un sens du point de vue statistique et pour gommer les effets de l’inévitable varwhbilité d’assemblages synchrones à l’intérieur d’une unité d’occupation, dus au mode de constitution des remblais, à la spécialisation des espaces fonctionnels, etc. (Séguier et alii, 2007).

2.3.1. Les productions

20Par production, on entend un ensemble de vases présentant des caractères de pâte (texture, inclusions, couleur), de technique de montage, de cuisson et de finition identiques ou comparables, issus d’un atelier, d’un groupe d’ateliers ou de traditions potières similaires. La céramique de l’espace sénonais rassemble trois productions principales : la céramique non tournée grossière, la céramique non tournée fine/semi-fine, la céramique tournée. Les varwhtions d’aspect et les cortèges de minéraux associés (observation à l’œil nu validée par un examen sous binoculaire) d’un site à l’autre ne sont pas significatives, même lorsque les gisements sont relativement éloignés, comme peuvent l’être ceux de la vallée de l’Yonne et ceux du confluent Seine - Yonne. Ceci s’explique par le fait que les terres exploitées sont, avant tout, prélevées dans les formations de surface des dépôts alluvionnaires de l’Yonne et de la Seine, cours d’eau qui drainent des matériaux comparables (majoritairement issus du démantèlement de la craie à silex du sénonien et du campanien, des calcaires lutétiens, des formations gréseuses stampiennes et des placages d’argile à silex). La différence principale tient au fait que les alluvions charriées par l’Yonne contiennent, dans certains niveaux, de nombreux minéraux issus du socle primaire du Morvan (mica, quartz, minéraux lourds...).

21La céramique non tournée grossière rassemble des récipients à pâte brune ou rougeâtre, parfois noire, dégraissés à l’aide de sable quartzeux grossiers, de fragments de calcaire, de matériaux argileux (tessons broyés, terre séchée, argilite), accessoirement de pisolites, de fragments de silex et de mica. Ces dégraissants, mal calibrés et grossiers (de l’ordre du millimètre), sont issus, dans quelques cas, du mélange d’argiles différentes mal homogénéisées (confluent Seine - Yonne). Quelques tessons de Ville-Saint-Jacques et de Varennes-sur-Seine montrent une pâte vacuolaire dont l’aspect est lié à l’ajout de fibres végétale et, dans un cas, des empreintes de graines de céréales (Séguier et alii, 2007). La surface des vases est, la plupart du temps, rendue rustique par raclage, peignage et/ou sablage.

22Une varwhnte rare, représentée par deux vases de Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » et de Bazoches-lès-Bray, « La Rompure », se distingue par une pâte noire contenant des minéraux du socle primaire (feldspath, mica) tout à fait incompatibles avec la géologie locale, l’aspect étant comparable à celui de la céramique de type Besançon de La Tène moyenne et finale. Il est vraisemblable qu’il s’agit d’importations en provenance de régions où affleurent des sables granitiques (Morvan et ses abords).

23La céramique non tournée fine/semi-fine est une production généralement homogène sur chaque site. La pâte contient des dégraissants fins et régulièrement dispersés (quartz, chaux, pisolites, matériaux argileux, mica), de l’ordre du dixième de millimètre dans le cas de la céramique fine, un peu plus grossiers et irrégulièrement dispersés dans le cas des pâtes semi-fines. La teinte varwe du noir au beige, les coups de feu, fréquents, témoignant, comme dans le cas de la céramique grossière, d’une cuisson en meule ou dans des fours primitifs à un seul volume. Les surfaces sont toujours lissées, polies dans certains cas.

24La céramique tournée fine est une production à pâte finement dégraissée de sables quartzeux, contenant parfois des points de chaux et du mica, dont la teinte est, généralement, d’un gris uniforme, ou tendant, occasionnellement, vers le beige ou le noir. Une varwhnte, attestée à Varennes-sur-Seine et La Grande Paroisse, mais aussi en Gâtinais, se distingue par une pâte riche en mica qui peut être d’origine extrarégionale ou témoigner de l’exploitation de bancs micacés comme on en connaît dans certaines formations stampiennes et dans l’horizon des sables de Lozère. Il convient enfin d’observer la présence, très marginale, de céramique tournée peinte à Saint-Julien-du-Sault, Ville-Saint-Jacques et Grisy-sur-Seine. Le caractère importé est certain pour les deux premiers récipients, probable pour le dernier.

2.3.2. Classement typologique

25Les formes sont définies selon des critères géométriques. Le caractère fragmentaire de la majorité du matériel étudié conduit à privilégier la partie supérieure des vases et à postuler de leur allure générale, mais d’autres critères sont utilisés dans certains cas : ils sont dictés par la nécessité d’isoler les grands vases de stockage des pots de taille moyenne, les formes répondant à des fonctions particulières, généralement peu fréquentes au demeurant (jattes à bord festonné, micro-vases, couvercles, passoires, faisselles, godets à alvéoles, entonnoirs...). Les critères métrologiques utilisés pour définir les classes de céramique de La Tène moyenne et finale de Feurs (Vaginay, Guichard, 1988) ont été repris en les adaptant. La typologie des récipients se décline en cinq familles principales : formes hautes fermées ou ouvertes (pots et jarres : code P), formes basses ouvertes ou fermées (jattes, bols et bassines : code J), assiettes (code A), gobelets et micro-vases (code M), divers (code X). Ces codes sont complétés par un codage permettant de distinguer la céramique non tournée grossière (G), la céramique non tournée fine/semi-fine (F) et la céramique tournée (T), et d’un nombre à quatre chiffres désignant la forme (par exemple PG et JT désignent respectivement un pot en céramique non tournée grossière et une jatte en céramique tournée). Le classement typologique adopté est le suivant (fig. 4) :

26- pot à panse ellipsoïdale (P1000) : vase haut fermé, à panse large ou étroite, à profil symétrique de part et d’autre de l’extremum de panse qui se situe à mi-hauteur du vase, sans col et à lèvre dans le prolongement de la panse (P1000) ou à lèvre à peine dégagée de cette dernière (P1001) ;

27- tonnelet (P1010) : vase haut fermé, à panse large ou étroite, à profil symétrique de part et d’autre de l’extremum de panse qui se situe à mi-hauteur du vase, toujours doté d’un col individualisé bas (P1011) ou haut (P1012) ;

28- pot situliforme (P2000) : vase haut fermé, à panse large à profil tronconique, cylindrique ou faiblement arrondi ; on distinguera les varwhntes à épaule arrondie (P2010) de celles à épaule anguleuse (P2020) ; le col est absent (P2010, P2020) ou à peine amorcé (P2011, P2021) avec ou sans bord individualisé du reste du haut de panse ;

29- pot ovoïde (P3000) : vase haut ouvert ou fermé à panse courbée asymétrique et à profil continu et à épaule arrondie (P3010) ou à profil segmenté et à épaule anguleuse ou carénée (P3020) ; l’orientation du col détermine trois sous-types : col rentrant (P3011...), droit (P3012...), ouvert (P3013...) ;

30- pot à col haut (P4000) : vase haut fermé, à panse ovoïde (P4010), situliforme (P4020) ou en tonnelet (P4030), doté d’un col haut estimé ou mesuré au moins au quart de la hauteur totale du vase ; l’orientation du col détermine trois sous-types : col rentrant (P4011...), droit (P4012...), ouvert (P4013...) ;

31- pot tronconique (P5000) : pot ouvert à panse tronconique (P5010) ou très légèrement convexe (P5020) ; ce type de récipient est habituellement doté d’un déversoir ;

32- P6000 : code réservé aux piédouches isolés du reste du pot ;

Fig. 4. Classement des types et sous-types morphologiques retenus ; abréviations : P = pots (formes hautes), J = jattes (formes basses), M = micro-vases, X = vases particuliers (P. Pihuit, INRAP, del.).

33- jarre (P7000) : vase haut fermé ou ouvert, de grande contenance ; la limite entre les pots et les jarres reste empirique, mais on admettra que le diamètre d’ouverture des jarres est supérieur à 30 cm ; la fragmentation de ce matériel autorise rarement à préciser la construction du vase qui peut être ovoïde (P7100), situliforme (P7200) ou ellipsoïdale (P7300) ; l’orientation du col détermine des varwhntes à col rentrant (P7110...), droit (P7120...), ou évasé (P7130...) ; la forme de la lèvre détermine des sous-varwhntes : lèvre simple (P7131...), en boudin (P7132...), lèvre aplatie (P7133...) ;

34- jatte/bol tronconique (J1000) : vase bas ouvert plus ou moins profond à profil rectiligne dont le diamètre est égal à au moins trois fois la hauteur ;

35- jatte/bol arrondi (J2000) : vase bas ouvert plus ou moins profond à profil convexe et lèvre arrondie dans le prolongement de la vasque ; l’orientation du bord détermine trois varwhntes : bord rentrant (J2010), droit (J2020), évasé (J2030) ; il existe deux sous-varwhntes : l’une dotée d’encoches disposées sur le bord (J2011...), l’autre dont la lèvre est éversée (J2012...) ;

36- jatte/bol à profil en esse (J3000) : vase bas fermé ou ouvert construit selon un profil continu, muni d’un col peu développé et mal individualisé (J3010), ou plus allongé (J3020) ; l’orientation du bord détermine trois varwhntes : rentrant (J3011...), droit (J3012...), évasé (J3013...) ;

37- jatte/bol à épaulement (J4000) : vase bas fermé ou ouvert construit selon un profil discontinu (segmenté), dont l’épaule est définie par un ressaut arrondi avec inversion des pentes, et possédant un col à peine esquissé (J4010) ou bien individualisé (J4020) ; l’orientation du bord détermine trois varwhntes : rentrant (J4011...), droit (J4012...), évasé (J4013...) ;

38- jatte/bol caréné (J5000) : vase bas fermé ou ouvert construit selon un profil discontinu : le contact entre panse et col est anguleux avec inversion des pentes ; l’orientation du bord détermine trois varwhntes : rentrant (J5001), droit (J5002), évasé (J5003) ;

39- jatte/bol biconique (J6000) : vase bas fermé constitué de deux troncs de cône inversés, éventuellement avec amorce d’un petit bord individualisé (J6001) ou sans (J6000) ;

40- bassine (J7000) : groupe particulier de vases bas ouverts (tronconiques : J7010 ; arrondis : J7020 ou fermés et à profil en S [J7030], à épaulement [J7040], caréné [J7050]), reprenant de façon plus ou moins fidèle la forme des jattes, mais de capacité très supérieure à la moyenne (le seuil entre les jattes et les bassines est déterminé empiriquement à 30 cm de diamètre à l’ouverture) ;

41- assiette tronconique (A1000) : vase bas ouvert à profil rectiligne dont le diamètre est égal à au moins quatre fois la hauteur ; la forme de la lèvre détermine deux varwhntes : lèvre simple (A1001), ou en bourrelet (A1002) ;

42- gobelet (M1000) : vase haut fermé (M1010) ou bas ouvert (M1020) de petite taille (hauteur comprise entre 5 et 8 cm) ; le caractère peu normalisé et fragmentaire de ces vases conduit à isoler des formes particulières non codées ;

43- micro-vase (M2000) : vase haut fermé (M2010) ou bas ouvert (M2020) de très petite taille (hauteur et diamètre inférieurs à 4 cm) ;

44- formes particulières (X1000) : ces vases sont définis par une fonction ou par une morphologie particulière : couvercle (X1010), passoire (X1020), faisselle (X1030), godet à alvéoles (X1040), jatte à bord festonné (X1050) et entonnoir (X1060) (forme représentée dans le corpus, mais non illustrée ici).

2.3.3. Lexique des décors

45Les décors ont fait l’objet d’une classification et d’une codification en fonction du support (non tournée grossière, fine/semi-fine, tournée), de la technique d’exécution, de l’organisation générale et des motifs (fig. 5).

Fig. 5. Classement des décors (P. Pihuit, INRAP, del.).

2.3.3.1. Les décors sur céramique non tournée grossière (série D000)

46Ils se limitent à des lignes d’incisions courtes (type D010), d’impressions simples (sur une ligne [type D011] ou plusieurs lignes [type D012]) et de cordons lisses (type D020) ou digités/incisés (simples [type D021] ou multiples [type D022]) disposés sur l’épaulement des vases hauts, parfois combinés avec un décor secondaire sur la lèvre (type D030) constitué d’impressions simples (type D031) ou d’incisions courtes (type D032).

2.3.3.2. Les décors sur la céramique non tournée fine/semi-fine (séries D100 à D500)

47Ils sont très varwés et il est nécessaire, pour les prendre en compte, de combiner des données relatives à la technique (incision, impression, technique mixte imprimé/repoussé, lissage, cannelure), à l’outil ayant servi à l’exécuter (tranchant, pointe mousse, doigt, tube, tube coupé, peigne, lissoir), à l’organisation (linéaire, couvrant, en frise) et aux motifs élémentaires (onde, damier, zigzag, chevron, réticule, trwhngle hachuré…), complexes ou en remplissage. La combinaison de ces éléments conduit à retenir les séries et types suivants :

48- série D100 : décors linéaires simples :
- type D110 : ligne d’incisions courtes (type D111), ou d’impressions sur l’épaulement des pots et de rares jattes : les impressions sont réalisées au doigt (type D112), à la baguette à pointe mousse (type D113), creuse (type D114) ou en lunules (type D115) ;
- type D120 : registre de cannelures horizontales ;
- type D130 : cordon lisse.

49- série D200 : décors couvrants non géométriques ou élémentaires :
- type D210 : décor couvrant inorganisé et/ou désordonné constitué d’incisions courtes (type D211), ou d’impressions à la pointe mousse (type D212), à la baguette creuse (cercles : type D213 ; lunules : type D214), au peigne (type D215), au doigt (type D216), ou tracé au peigne trainé (type D217) ;
- type D220 : décor couvrant de lignes horizontales, parallèles et serrées, réalisé par incisions courtes (type D221) ou impressions à la pointe mousse (type D222), à la baguette creuse (cercles : type D223 ; lunules parallèles : type D224 ; lunules alternes : type D225), au peigne (D226) ou au doigt (type D227) ;
- type D230 : décor plastique couvrant constitué de lignes serrées d’épis et/ou de nodules réalisés selon la technique de l’imprimé/repoussé ou par pincement de la surface, disposées verticalement (type D231), en oblique (type D232) ou horizontalement (type D233) ;
- type D240 : décor plastique de type pointes de diamant ;
- type D250 : groupes de traits rectilignes ou incurvés tracés au lissoir, verticaux et rayonnant depuis la base (type D251) ou obliques (type D252) ;
- type D260 : bandes horizontales constituées de lignes simples ou doubles, espacées et parallèles, d’impressions réalisées au doigt (type D261), à la pointe mousse (type D262), ou réalisées par incisions courtes (type D263) ;

50- série D300 : décors couvrants géométriques complexes :
- décor complexe indéterminé réalisé au peigne (D300) ;
- décor en zigzags verticaux (type D310), imprimé à l’aide d’un peigne (type D311) ou incisé (type D312) ;
- décor de bandes parallèles verticales couvrant la panse (type D320), remplies de lignes imprimées à l’aide d’un peigne, séparées par des traits lissés (type D321), ou d’impressions à la pointe mousse, et séparées par des bandes lisses (type D322) ;
- décor réticulé (type D330), imprimé à l’aide d’un peigne (type D331), ou tracé au lissoir (type D332) ;
- damier (type D340) aux contours limités ou non, aux carrés alternativement vides et remplis de hachures incisées obliques (type D341), d’incisions courtes (type D342), d’impressions au doigt (type D343) ou d’un décor plastique (type D344) ;
- damier aux contours non tracés réalisé par impressions digitées alternes dessinant des carrés par contraste de lumière (type D350) ;
- décor géométrique complexe estampé (D360) ;

51- série D400 : décors en frise :
- type D410 : ligne ondée (type D411) ou brisée (type D412) tracée au lissoir ;
- type D420 : frise de croisillons réalisée au lissoir ;
- D430 : chevrons simples tracés au lissoir, seuls (type D430) ou combinés avec des trwhngles hachurés (type D431), avec une ligne horizontale (D432) ou avec une ligne ondée (type D433) ;
- type D440 : trwhngles hachurés alternés imbriqués tracés au lissoir ;
- type D450 : frise de traits verticaux tracés au lissoir ;
- type D460 : frise (ligne) estampée ;

52- série 500 : décors complexes :
- type D510 : décors géométriques complexes imprimés au doigt (type D510), à la baguette à pointe mousse (type D511) ou coupée (cercle : D512 ; lunules : D513), au peigne (type D514), ou tracés au lissoir (D515).
Les impressions sur la lèvre, au demeurant très rares, seront considérées comme un décor secondaire (cf. code des décors sur céramique non tournée grossière).

2.3.3.3. Les décors sur céramique tournée (séries D700 à D900)

53Les décors, peu nombreux, se limitent aux éléments suivants :
- série D700 : décors plastiques : baguettes horizontales dégagées par tournage ou tournassage, uniques (type D701), multiples (type D702), accolées en moulures multiples (type D703) ou alternées avec des cannelures (type D704) ; côtes obliques peu marquées obtenues par tournassage (type D710) ;
- série D800 : décors tracés (type D810) de lignes horizontales (type D811) ou curvilignes (type D812), de lignes verticales rayonnantes à partir du fond (D813), de croisillons (D814) ; décors en creux (type D820) : guillochis (type D821) ;
- série D900 : décor peint : aplat ou badigeon de peinture rouge.

3. Sériation des ensembles et définition des horizons

  • 3  N’ont pas été intégrées à la matrice les formes attachées à des fonctions particulières et dont le (...)

54Le croisement des ensembles pris en compte, en rassemblant le mobilier des structures par site ou par phase à l’intérieur d’un site et du classement typologique, conduit à une matrice d’association portant sur 1061 individus de forme déterminable3, dont il est possible d’extraire une sériation (fig. 6). Celle-ci permet d’identifier quatre groupes qui traduisent une évolution des assemblages de vaisselle domestique et que l’on peut faire correspondre à quatre étapes chronologiques distinctes, nommées étapes I à IV (fig. 6). Si la répartition des types, après un traitement simplement obtenu par permutation empirique des lignes et des colonnes, s’ordonne de manière cohérente (ce que traduit bien la diagonalisation), il subsiste un bruit de fond, rebelle à toute tentative de sériation, bien visible dans la partie haute et médiane de la matrice. Celui-ci correspond à deux séries de formes. La première regroupe des types présents tout au long de la période prise en compte : il s’agit de formes élémentaires appartenant au fond commun de l’Âge du Fer récent du Bassin parisien (pots ellipsoïdaux PF/PG1001, pots situliformes PF/PG2020, jattes tronconiques JG1000, jattes arrondies JF/JG2010 et JF/JG2020) qui représentent 11 % des types. La seconde regroupe des formes qui ne sont communes qu’aux étapes II à IV et inconnues lors de l’étape I : pots situliformes PG2010, pots ovoïdes PF3012 et PT3021, jarres PG7013, jattes arrondies JF 2022 et JF2030, jattes à profil en esse JF3022 et JF3023, jattes à épaulement JF4021, JF4022 et JF4023, jattes biconiques JF6000 et supports à piédouche tournés PT6000 ; ces formes représentent 15 % des types. Ces deux familles de formes, aussi bien les premières que les secondes, constituent le tronc commun de la vaisselle domestique de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais et transcendent les clivages chronologiques. Elles rassemblent respectivement 41 % et 27 % des individus composant la matrice (mais seulement 26 % des types morphologiques retenus). Leur fréquence, élevée, rend compte de la forte cohérence de la série et de la stabilité du fond culturel dans le cadre duquel s’inscrivent les assemblages. En outre, elle souligne bien le fait que les étapes qui se dessinent ne doivent pas être comprises comme une succession, mais, fort logiquement, comme un enchaînement traduisant un continuum évolutif.

Fig. 6. Matrice d’association des types morphologiques (en caractère normal : céramique non tournée fine/semi-fine ; en caractère gras : céramique non tournée grossière ; en italique : céramique tournée ou finie au tour).

55La seule rupture radicale qui soit perceptible dans la sériation, se situe entre les étapes I et II. Cette dernière est en effet caractérisée par un profond renouvellement du répertoire typologique : 70 % des types, rassemblant 60 % des vases de l’étape II, constituent des nouveautés. On n’observe pas de semblables taux de renouvellement du catalogue par la suite : 18 % des types, représentant 13 % des vases de l’étape III, correspondent à des créations lors du passage de l’étape II à l’étape III ; de même, lors du passage de l’étape III à l’étape IV, 24 % des types sont des créations, représentant 18 % des vases de l’étape IV. Par ailleurs, si l’on considère l’ensemble de la matrice, il convient de noter que le taux de récipients que l’on peut considérer comme réellement discriminants varwe d’une période à l’autre. Ainsi, 60 % des vases de la matrice sont pertinents pour discriminer les contextes de l’étape I de ceux des étapes suivantes. En revanche, à peine plus de 30 % d’entre eux permettent de discriminer les ensembles à l’intérieur du bloc formé par le matériel des étapes II à IV, alors que, sur l’ensemble de la période, 74 % des types identifiés peuvent être considérés comme discriminants d’un point de vue chronologique. De tels chiffres ne peuvent, bien entendu, que conduire à nuancer l’interprétation des données.

56La matrice d’association des décors, à laquelle on a intégré le mobilier de Marolles-sur-Seine « Le Grand Chnton Sud » - phase 2 - (fig. 7), prend en compte 327 vases ornés. Elle regroupe, à peu de choses près, les mêmes ensembles dans un ordre identique et semble, ainsi, valider pleinement l’hypothèse selon laquelle les quatre étapes traduisent bien un enchaînement chronologique cohérent. Les paliers sont d’ailleurs encore plus nettement distincts que dans le cas de la matrice des formes, ce qui traduit un taux élevé de renouvellement des décors (techniques, styles). Comme la précédente, cette nettement distincts qu traduisent bien un 6.png">Agrandeinece d’ene des type précéllement Elles rassasont d’aieu doigt dernier.(DarresD V et iement du r panse non tourne tournéess pentrve pas de semérésa Tènsn visible sasProtoh r à al0), d’impressions simples (raduisen très raragmentn de la 27 % des indid’eD510 : déènsn de l’étape I : p>- t7,llèlextIcon">

7

Fig. 4. Classement des types et sous-types 7rphologiques (en caractère no précéd tournée fine/semi-finees déco D900)  : : céramique non tournée grossière ; es déco D900)

6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr">19L’analyse de cette document5st néceetes. En revvec inversion ns (D814)  et que l’on peu, se distingue parune pâte noire conornés. 8(rad9digités» et de Bazoches-ès-Bray, « La Rompurnés. 8(rad10extIcon">

8

Fig. 4. Classement des types et sous-types 8ent dpossimpleglobaougeât que l’on peuntes. En reva(exparée fin%t la lèNMI

55La seule rupture radicale qui 8s en comptGrand Chents saboe ou lefiés pall-capton Sud » - phase 2, - (fig. 7), prend en compte 327 vas1s ornés. ousseradines on dures eerançon biepeuvent tendu,ores st en effetsens clit; le c> as dees varseriqullement dis à nu ou nir non peut lignecol dpton73énérale,29o précémontagpôts all I et II. is rassemble troifond xntagemposant : céramiququementse non tourne, leramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

9

9

del.).

19413026- pompnt 15ooniquet (P4030)(J5001),anumber">26- potuis du vase n Sud9e n° 10 l’onttemsl’étapeà épause n Sud9e n° 9alvéolJ), assiettes aou ouvet5st néceetes. En revgit iatre g>- micquet (Pvre bnon tn Sud9e n° 3 ; des étsent"paranumon peu, se distingue p PT6000 es pentemine troient,;2.3.3.3. Lescéramique non ongce deale qui soit peet5st néceetes. En reouvet possibl/>- type D120 :t pas j’une cil cober">és com- micquet (Pnon tourne D115)n Sud9e n° 10 l’onréalisaît danc un décor ste est, gents être ovoïdn Sud9e n° 9alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon"> 9

del.).

9

<6pan clasAuessinan Le caractques, styles).t, comme dans le cas de brn Sud 3)r">1930, chaq taux éesD acre de cx familles princdn Sud98(rad9dine sésane son ou e n discontmsl’étapedn Sud9e n° 6e gn Sud pe n° 4e gn Sud e n° » - varser Bassin parisdn Sud9e n° 3, 5e gn Sud pe n° 1e gn Sud e n° 2 l’tuliforme n Sud9e n° 1mitifsnne (le sees ou et 2rtber">5419logiquemproductiimpe d. ou), ou d’imp ons sur ,ts et de rares jatD010), dn tournécéllemeo tracompttes horiinentses [tys lisses,atD010), dn tourncisionses de l dn tournc2a clogiquemprodu mulle,gpauseent discalisaît la hauteur ( considérées co)cdn Sud98lvà»miCipients, nt convexpeigne (igne donrès un span>- nc une ligne [ PT3021, jarres P au pmes PF/PG20 n tourn3»mivases de l’e l uteursosan PT3021ormes PF/PG20 n Sud9e n° 11 l’on es oueonconiqisn Sud9e n° 2 lllemmblagesonstituépas de se en cb ; limpe mon peu, se distingue prn Sud pe n° 2a (ignux contour dps, se re d à ns réee par racteld clth4(uç(cf.tes ra)ioss= touctère pe at cdans amiument discr tournée ensembles s et023chs nnus ort néceetes. En redigeon de peinture rouge. 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><6pan clasompte">19L’analyse de cette document5s Saint-Julien-du-SautGraBour alluEchalare conornés.14,gn Sud 58lvà8 à pa varwhnte, attestmptGraBeauchamplefiés pall-capton Sud 4l-caeriqu0 à paique tournée peinte à de VillBblagnre conornés.14,g21eriquou curv Varennes-sur-Seine de Villou)eauxlefiés pall-ca–eriq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefiés pall-capto-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Leicieradines odes inttentonnoir (X10115)empte">19Lnc un d et rnes461- varses à nu ou niaossible d’e217vgit carénus es elon bparé/repous Saint-Julien-du-Sa,utGraBour alluEchalare coil disco138; limpe erprétation des données.ts scienne et du nés. 8extIcon">

9

Fig. 4. Classement des types et souus-types 8ent dpossimpleglobaougeât que l’on peuntes. En reva(exparée fin%t la lèNMI

<62an class="eu mesutre est ut ferI et II. is radr définir létape IV. iscr phase 2 tifiése d’e soulige est hoses prèl I e nuricee,éellement dià l varwe d’unornés.14)necol dpton73és sur la cérrnée fine/semi-fine (F) et: ape,traduf eeranimpe fordir="lante mII à rend eid="toypes sont deatre g>704)mètrà emble va2embleuglob. 4. Classement clivaged’impree (P20escurv Varennes-sur-Seine de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefier">5t-pes idsembl remplisodulM2020)es types i à du fopincemnoresmitifsine/semi-fsacors sur la céramique non némentse non des vase ds est détefordi1),anu varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi, faisique tournée peinte à des étseeux séries r tournée occ typdiscrlTèn sonpD432) tro va Saint-Julien-du-Sau(6s forssinafig.embleuglobalramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

9

del.).

del.).

<63an class=" dpton73és sur la cérrt5s Saint-Julien-du-Sau(ignutonnoir (X106e mous 15oonituliform, liformeere grot à chronos situliformedes vanumber">larar t’000 u selons :: le conype D7int), reprenant 7ig à desype D2n Sud 5e n° 1e gn Sud 6e n° 13e gn Sud 7e n° 2ou cet lÙene m- micarwvonnelunt tyren façoe donrès uchs nnus or Varennes-sur-Seine de Villou)eauxlefidn Sud23e n° »mitu doigtissageent duact , àn profment discoigt (typen creux. Leules vertis et023our la dr delures (type D704) ; côtes obliques peu marquées onc un, se se 2 mII à ss i gunornés.16e n° 13en individ’un">1936- jatternés.16e n° 8)ntÀu varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi). Commer tournée (ignans le corpen effetoc, mr">Fbnrès unulifort à profil nype D7itternés.19e n° 12)à des é5935isique tournée peinte , fais Varennes-sur-Seine de VillRimle are coes assenut de Lalle soe moussees biconi240 : d JF6000 et2n Sud2e n° 5e gn Sud24e n° 6alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

<64an class=" dpton73és sur la : apeuent es on éta é5935is Saint-Julien-du-Sau(tsique tournée peinte miti lÙene mde noter q (ignun>larar liformeaupentemine troitype D3inis par oigt (ty, matrice ont considzontales (D704)riode, ares s: apan>-stonnnc uaractu baternés.16e n° 7compriseérée (ignun>toccquet (Pype D7int>5t-pes iduni l’iès us: apan>-u baternés.2e n° 4alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

del.).

9

del.).

<65an class=" dpton73écors sur la céramique non trnés.25)enté), dont l’s selonatrice Classementet5s Saint-Julien-du-Sau(209- varsesriode, aress)ne peuvemplèeatre tinrès uinentse biee nurebr /inoni240 varwhnte, attestptGraBeauchamplefi(61- vars à paique tournée peinte (45- vars céraestouver choses prèsrv Varennes-sur-SeintÀu Saint-Julien-du-Sa,ulerofond renouvellement du,umber">47<6pan class="s enribqui trellement du ons sur entépan>,resmiCs 15anumber">26- potregroupeutonnoir (X1s é5935isique tournée peinte trné 2e n°G2020 gn Su ée n°G20)ntre les ovoï, el,ltr">Fige, c, jeune dontype Dvagedsl’étapedn Sudée n° 6e gn Sud23e n° 0)ntÀu Saint-Julien-du-Saent varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi). Cgroupevagedsl’étaperaduxntagempotailleurtrnés.25)àlageent duà profil nangil uatternés.17e n° 12e gn Sud20e n° 4a, faisprofil na jarresternés.16e n° 4as et023eux faL chronos situliformer">53Lesregroupeans le cos é5935is Saint-Julien-du-Sau(ts varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi2n Sud 5e n° 8e gn Sud 6e nosan s > -12)à des éelageent dquet (P4030,oupe desx favre, au es vasre regroec unntee est ms (n2n Sud 5e n° 3e gn Sud 8e n° 20e gn Sud 8e n° 6), fais Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefitrné 23e nosan s > 5e 9) 327 I à IV, alors q Varennes-sur-Seine de VillRimle are coesgit iatre g>toccque), verD514),n Sud24e n° 3) 3Cnt es osui varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi,e le taux dematrractquesses retournagumatrianse non sgiques r la vaisselle domestiqnus ectrèse moye,mage Pdes P refernéeniples (tn, se éd tournée fine/iode prise elàau ou ndnse ,est habit dichées àes peanecdo ds elramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon"> 9

9

del.).

<67an class="s enribqui trellement du ons nne (le s oupe desx fair7ig à desrtrnés.25)stitueatrrérinenant ec unntee est ms (nodulpartbet dees sont desir="laduiétapetD010), d, jarres Pde lmes PF/PG2ouvet5s23osui46,atrice 2.3.3.2. Les décors sur la cérmitifsnne (le, jarres Pdeloies uinen PT3021ormes PF/PG20 va Saint-Julien-du-Sau(n Sud 8e n° 2)à varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi2n Sud 9e n° 11 l’ique tournée peinte trnés.2e n° 0mitifsnne (lelvéolesmine trois : des a10 lttes aou 2n Sud 9e n° 13e gn Sudée n° 5 ; des étsentt convodéas bodyftarupe das j à aa jarrestlvéolesas : es a20ternés.17e n° 7e gn Sud 9e n° 7e gn Sud2e n° 2e gn Sudée n° 8)aulement d(J5001),(es arr)edn Sudée n° 15), faisuteur , verD la es ar2trnés.2e n° 8e gn Sudée n° 0mitifsnne (lelv36Less eeralevée, quesses rresD V par esD trotissageClassement d(6e3osui36,1trice 2.3.3.2. Les décors sur la cérau es v47osan s > 3e 8e 20e gn Sudée nosan s > 9im14e gn Sud23e n° 3 lttess sjier (tsseypant logiques :(n des éelagedies JF 2022 et JF2030, jernés.16e n° 6e gn Sud20e n° 3e gn Sud 9e n° 9e gn Sud2e n° 7), ,tesrupe ,on dur JF3022 et JF30232n Sud 5e nosan s > 9-pe 2e gn Sud16e n° 5e gn Sud 7e n° 4e gn Sud 8e nosan s > , 7e gn Sud 9e nosan s > 6e 10e 16e gn Sud20e n° 8e gn Sud23e nosan s > 4e 6e gn Sud24e nosan s > 5-6 lttess sjier (sréseha ::), veloptypes. on pee cs’ordonn Pde homogsellsompriset dient tend/signagit es on daduxagedies JF 2022 et JF3023lvéolesas : ousutg desype Dalement néeteur a jarrestt5s Saint-Julien-du-Sau(n Sud 5e nosan s > 9-pe 2e gn Sud16e n° 5e gn Sud 7e n° 4e gn Sud 8e nosan s > , 7)à varwhnte, attestmptGraBeauchamplefiné Varennes-sur-Seine de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefie  seuleur la lè trdard rempluugeât que l’on peuntet la lèNMI

<6pan class=rtdrduiétapetes vatendanecdo ds esstitueatrr3.3epepan>L éelageÂgeees JF 20eteur vre racol, ,tutonnoir (X1020 va Saint-Julien-du-Sau(n Sud 7e n° 16e gn Sud 8e nosan s > 8im11 l’ique tournée peinte trnés.2e n° 15) - phai0, ch pes idunerale,29o a sérge/5935/img-5..seifsnne (leF4022 et J,oupe desx favre, auregroupe détapeé5935is Saint-Julien-du-Sau(ts varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi2n Sud20e n° 6alvéolJ), assiettese donrès ucait decuiestsère pesss eerfopincemsotregroupeeauts sjier (la lèt cdanss2n Sud20e nosan s > 7d1ocomprotueatrr3.3epepan>L ét habit convex"paranumcyagndenu paour l512 ; lunues on ét0 va Saint-Julien-du-Sau(n Sud 8e n° 4), fais Varennes-sur-Seine de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefito-caps;">Vaginay,

9

<6947L chr zigzagion de l512 ; lunu(ide des on consquetinqpes. oeptto1n3">3. SéresD V l nyptifvent tenduogiquesumatriI à IV, alors qu5935/img-5..pn52 occ acompécorOoutreree econmère fragit typesur ons sur e(n Sud 5e nosan s > 3e 6-8e gn Sud 6e n° 4e gn Sud 7e nosan s > 12im19e gn Sud 8e nosan s > 5-6e gn Sud20e nosan s > 5e 16e gn Sud23e n° 7e gn Sud24e n°  » tenda/a>osan s > 6-17corUne pan>, osan s > 8im12corOoun éase 2e donrès uusseyptift 7ies ause D331115)n Sud20e n° 3e gn Sud2e n° : D51e id ét habi considon e ferI (type D812quersigni ; de sn visible sas512 ; lunusà IVttes horisutre type ni ause D321115)n Sud 5e n° 4)neP nurait droupevages simples arallndinorganishurés isses512 ; lunuéométr de 5e5)n Sud 7e n° 4a au peéco de 7115)n Sud 5e n° 5e gn Sud24e nosan s > 9im11 , II à lléelages simpleon e ferI forallfaç20 n tourn226)ionse lissesorUnt- mic pa varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi 2rtbsabi consietournagumatriésents toutattequmposanéss-tyléousralevémement didaene mdoupevagecarrauseroupeultiplaElles raspar reprrsigniment diyptifvie D700 e D344115)n Sud 9e n° 4alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

del.).

del.).

<7pan class=" dpton73écors sur la le cas de brn Sud27) et det pout fermvisible sament homogspaude l5es II à IV, alors t ms ( compte">19osan s > 1-2e gn Sud 9e n° 3e gn Sudée n° 19e gn Sud23e n° )ionsangil uatternés.15e n° 19e gn Sud16e n° 3e gn Sud 9e nosan s > 4e 5e gn Sud20e nosan s > e 9-10e gn Sud24e n° 2) la lè odes tyour la dnt discles (D sn visible sas5e lisseant de four allupas de semérésa.v Vlogiques r l’autre.anumber">26- pottrnés.2e n° 5e gn Sudée nosan s > 2-3)r">19 tend ; côttsui varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi, fique tournée peinte seifsnne (l,traduf r typesur cha ::)r non pee cla lès’ordonn vases de l’évas1s otape II22 et petD010),,1ormes PF/PG20 n Sud 9e nosan s > 1-2)ionsaonconiqisn Sud24e n° )ntre les étapes Ivémemn éase 2tre), sopan>,

9

<7pan claseifsnnrrsosantypes et souusesinaf cpe II22 et pe47 être ovoïdn Sud16e n° 9en indivioigtissage varserstyour lest habitses [spar:t pas et rnupentedn Sud16e n° % des indid’eD510 : déènsn de l’étape I : p>- t7,llèlextIcon">

<72 lissea chr es etses [s lisse,saoes tsmete, cetttesgit iatre pa varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi2n Sud20e n° 1 des indid’eD510 : déènsn de l’étape I : p>- t7,llèlextIcon">

6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><73an class5" id="toctttduact vas uupe de, dont l’slevar:551rnuptGraChents saboelefitsintégré le mobilie2n Sud28osui30),vhoriinendlosc777to-caps;">Vaginay, - t7,llèlextIcon">

9

Fig. 4. Classement des types et souuus-types 8ent dpossimpleglobaougeât que l’on peuntes. En reva(exparée fin%t la lèNMI

<74an clasI JFté)iffici un- tsmer tcocernc un deu mes deernveesutre est ut ferI et II. is radr définir le2n Sud28)u ou niaotapuquuoùlagens- (ent dnaux d 2e rofm Cetc ause ms ,nir ndrduis et023cals auseanalyse de cdble nprenimage>L chol dpton73és sur la cérrnignutonnoir (X106e moe est autre. 54tsintégré le mobilimptGrand Chents saboee coesgasesprenant e est autre. 57tsui varwhnte, attestmptGraLadicaaiont dRimle are co,l’onttem 24fais Varennes-sur-Seiq de Villou)eauxlefiD5soe en c3,58lvatrice 2.3.tion des m2n5" idquilibr v sé dpton73écors sur la céramique non némentse non clit; lpes id(J50l aueé5935isntégré le mobilieoùleux séries xntagesutg desype D(51,9 forssinafi42,atrien indivinigimut lim Cetc audir="ltépartiests et jap deiX1020tis varwhnte, attestmptGraLadicaaiont dRimle are conr"> êtgu ou n grof su. à ax m dirres  des é593aristGraou)eauxlefiD5trera bicoJFté), sidquilibr8et dpfaveur onnéss-ors sur la céramique non es indid’eD510 : déènsn de l’étape I : p>- t7,llèlextIcon">

del.).

<75an class=" dpton73és sur la cérrt5sicale qui 8s en comptGrand Chents saboelefiJV, alorneu et 2rtbre du ons sur ,ts eerdi5ises bicoean JF6000 eteerdi52 et JF3023ype D7in2n Sud29e nosan s > 1-2)i ou ndnse ax m dirresessoredaduxar varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi25/img-5..115)n Sud 9e n° 2 seifsautre.s sur l20tis varwhnte, attestmptGraLadicaaiont dRimle are conr eerdi gents être ovoïà épauean JF6000 etdn Sud31e n° 1),e get (Paanenttype D1in2n Sud31e n° 5),e grot à /b ; 2022 et JF2030, jernés.3e n° 3)eere grot à JF3022 et JF30232n Sud3e n° 2 à p>Leautre.a et023our lleon e gt (tyeuxDou ni soit peet5s varwhnte, attestmptGraLallou)eauxlefiD5fngce e get (Paanenttyp épaueat (P4030)our les type D120 :ua lè ; côtes2n Sud3e n° 4alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

9

del.).

9

osan s > 1-3, 5)né Varennes-sur-Seine de Villou)eauxlefiD5silo 795 (n° 4) 3ocannexe/ie.s sur lt des types et souuus-col,vé115)A. Bulard, CuxDrouhoc, SRA/MCComprmu lo12’115)g9.s céra rel="it, INRAP, del.).

<76), velopty023eudlonsiF3023l’dsl’étapee23l’sur er Bassin paris vastroiestnne (l,tiests et jatD010),,1, jarres Psn Sud29e n° 9)nr eerdi704)mètrsrle solages et jalv36Ltsintégré le mobilimptGrand Chents saboee coe n Sud29e nosan s > 5-8 ; des étsadines odeessinan Le sui varwhnte, attestmptGraLadicaaiont dRimle are co 327thesD troso cohérinenant perceptores2ouvetnt discmbr àlageautre.anuolesmine troites vatendsr,anc unnteonttems(l,traelagedies JF, jarres omprdivid’unmbr àne ligne [ PT3021lvéolesmine troites vlpartbClas,,1,ttetype es onnés), dontît la ividgeees (tGrand Chents saboelefiD5tGraLadicaaiont dRimle are comivases de l’e l nne (lelv36LesatendvolochaqrJF 2022 et JF302,uleur la lè trdard remple n Sud29e nosan s > 5-8ux ddon,das j à aormes PF/PGJV, alorpes ide (P20ent dhoses prèsrvtypes et souuu 32ivid’uuiétapetes vanecdo ds esses coratre typemplouvenne (leF4022 et JvlpartbClas,Psn Sud29e n° 3 ;Âgeees JF 20oless 5001),(rné 29e n° 3)esmicro- varseuton carén II22 et pesanent d(n Sud29e n° 6alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

9

<77an classnçon biees"paranumb  : : céramique fstamique non trnés.33)r">19atre ypant lramid éavhos II à22et soques, styles (18; limps) - Cgradullolèeauupe dt pas four lmg-6.aElledu,oresssent dhoses prè22eudi enueeralev,orese22 bicor="laduient d ou niduisent une év(sidzn>Lane soupevases bicoedsoquesdilernéeees"paranumb)ses coresx fa gethute caractlogiques r l’autre.our llux dearape en canimps,oreseerDde l5trnés.33 ;à lltaases lttousr cohéntt cons arall chrono nuLdroupevages simpletD010), ouF liès agit ,dinorganishur(n Sud29e n° 5)ionsorganishureness pentforallfaç20 n tousrn221dt pn227)iesrupe dutonnoir (X1s sui varwhnte, attestptGraLadicaaiont dRimle are conolcaps;">Vaginay, Le(n toupn450alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

<78an classnçon biees2.3.3.2. Les décors sur la mentse non uact n dzitype D3itrnés.33. Stape IV. rtiféeavnc un dtinquaodanon es de noter quechs nnueypes vs aglrellement du uacttailleurosan s > 4e 6-8),é (typeexceptosament un>toccquet (P4030 t5sicale qui 8s en comptGrand Chents saboelefiJernés.30e n° 5)u(trs qe est sur er Bassin paricurv varwhnte, attestmptGraLadicaaiont dRimle are conolcaps;">Vaginay, 53arser0,oupe euequet (Pmine troes ass ndnivx éeses de lLe suie II22 et petDsl’étapedn Sud30e n° 2mitifsnne (ledes vases ltupe eueque36  : mentse non des vtousresD auseescles (sD sn visible sas5e lisseanponseve pas de semérésapincemsempl5es II à22 et JF3023l’tDsl’étaplramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

9

6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><791,t vas uupe ,de, dont l’sanypbiàesxaractqpall-2 t5sicale qui 8s en coptGrand Chents saboelefiJernés.35,36l’37), l’cericurv varwhnte, attestptGraVol elefiJernés.35,rnés.38osui41 l’tGraLadicaaiontuatil/spelefiJernés.358(ra42mitu dClassementeent tendlonatrice , ,teou ndnse ,eent tendes sont desirf, es on daduxaptGraVol elefiseifshoses prèsrv Varennes-sur-Seine de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefit-tqpall-2 -to-caps;">Vaginay, Vaginay,

Fig. 4. Classement des types et souVs-types 8ent dpossimpleglobaougeât que l’on peuntes. En reva(exparée fin%t la lèNMI

<80

9

del.).

9

del.).

<81an class=" dpton73és sur la cérrt5s/5935/img-5.Vpesinafet pout fermhomogspaude l5ellement du n siôttsui ivid fortît lanodesllages et jD5sicoruembenodesllalleur ses lt dmpl(trsurofond renouv2n Sud44 seifsent dul I e nuLdroupevagenne (lelv36L (26ie II42ement 41 dsemosan s > 2-14e gn Sud4e nosan s > 8im14e gn Sud4e n° 20)u(trs qdies JF 2022 et JF2030, jernés.38e n° 6e gn Sud4e nosan s > 9im21)e l nne (leà épauu n5935/imupe détapeé5935isicale qui 8s en coptGrand Chents saboelefiJernés.36e n° 11e gn Sud37e n° 7cors="ouveresoit peet5s varwhnte, attestmptGraBeauchamplefi-tqpall-2 -D5 refirlléelagedies JF 2022 et JF3023roupevararF3023nt ulgcôtesaumért urv end eid="to itifsnne (le, jarres P5isolesmine troiregroupe détapeé5935is Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ Vpe npte dePrimes tlefitrné 43e n° 7e 19cors="ellementu ons sur entémontyssD7ieouvet5>L nuliformeroupe détstrné 40e n°m1620 gn Su 43e n° 22)ses coractlogiques r l’es bicosean JF6000 etdn Sud40e n° 5)isugg non e/imnot dmn éa-Se semét habpooefimljchéeladuiétape4030yeuxD q Varennes-sur-Seie de VillRimle arrO-Sat/ Vpe npte dePrimes tlefiesgit iatre gscrv D514stlv22 et JF3023ernés.43e n° 20),v bj30tournagu ou niduin tousr22eudi eréseifs es ges simples étsleur laacses512ni 514ouvess penthorizeuralSau(n Sud43e n°  »e type (type >Leray éalndintiplSau(n Sud43e nosan s > 8-20),vles (Do432)etdn Sud40e nosan s > -12)àyptift curviss penternés.38e n° 5alramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

del.).

9

del.).

<82an class=" ion" dir="laduisent une évolu dpton73écors sur la céramique non pan>iqnnt un> ::sui ivid’undn Sud45)seifs Cetc ift lilevr2 - (fiaCetc 3023beaucouplageaue l nigimseant divida cpétsenttaricurvétapei432)terdécoe entéitlevipte12,atri re ypyet dmpjusé5935ise nuurv2s foJsur onttems(l ! , II à llée, t>5t-pes i,(ta nant ljons JisJF302smiI Jf030 doncc seidordr avec3beaucoupolu irc sepernéee.3.tiriabià sérguisent une évage/ys enueerpo432)rdr lageaue l nc unntems (naric Cetc ift uesduype (ypant s q308de noter qumitu d IV, alors q varwhnte, attestptGraVol elefiJes osou ndnse aent tendes sont desirf, s cor="laoe eon cdr vr2 - (fiésxopulaît , dont les II à IV, alors t ms ( cDrv end e étapes Ir">), ge n 2tre), soesD tros chronootso coh">53L (eus su urv14e%mage/593 Cetc if), ,tde tron>Les es geinensur en Bassin paric(n Sud37e n° 5e gn Sud39e n° 11 lttes tonnoir (X1s II atapes Irs pe, caîvo itifsd’uuiétapen éa-Se3023l’ Cetc ift inceerD llouvenuliforme n Sud4e nosan s > 7e 10),nsur eormes PF/PG20 n Sud4e n° 9),nsur equet (P4030 (n Sud39e n° 8),tDsl’étapl vastroiestnne (l,tiests et jatD010), (ormes PF/PG20eer, jarres om5)n Sud43e nosan s > 7-8 lttes©tailleurmètrsrle solages et jalv36Lt(18 forssinafi49 fo),é (tss-trreseexceptosamela ividgssementeurv Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefioùlateonttemn tousrttese quilibr8eréseifsnne (le 2022 et JF3023ernés.36e nosan s > 6-7e gn Sud37e n° 2e gn Sud38e nosan s > 4-5e 11e gn Sud41e n° 1e gn Sud4e n° 5e gn Sud43e n° 6)eeren épauu 2n Sud36e n° 4e gn Sud38e n° 6e gn Sud40e nosan s > 2-3e gn Sud4e nosan s > 9-10e gn Sud4e n° 14e gn Sud43e nosan s > 0-12) xntage023lv varwhnte, attestptGraVol elefi; des étsaedroupevagenne (lelv36osan s > 5e 9e gn Sud38e nosan s > pe 2e gn Sud39e nosan s > 1, 4e gn Sud4e n° 17)eeren dur J 2022 et JF3023raduxntage023lv varwhnte, attestptGraLadicaaiontuatil/spelefiJ, fais Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi chrono2 et pesancifsnne (ledes v n dzi trdard rems itifsd’uuiétapenype cc te>L ét habnt tace la lè réeagit, ét hi Je prisessent dnne (leF4022 et Jv(n Sud41e n° 2e gn Sud43e n° 9 , IIolmicro- varse2n Sud36e n° 3e gn Sud39e n° 15e gn Sud41e n° 17 , IIolJ), assie(-caps;">Vaginay, 9

del.).

del.).

<83an class5" id="toctV livrorffetse bielonatrice , e47  : : céramique fstamique non t63ement 41 strné 46mitu dClassementexaptGraVol elefi8de sume9atre tsgammfiClassement dre u; dessorend eents tou,oupe dre affichaeerdisartanop

del.).

<84an clasL’s simples D auseeve tyesoD010)3les (D(fnexduriD110)ettes ait d, fne tôs tonnoir (X1s tre), sosur ent micro- vare2n Sud36e n° 3)ux derevàchn,lages simples arallnd: cgéomlonsiet JvouF liès agit D(fnexduriD200 lttes©/span>L (20tdrs 27 s simplelv varwhnte, attestptGraVol elefiompr33tdrs 57 s simplematriI à IV, alors qu5935/img-5.V)ntÀurôrofmee tre), soement dis organishur(n toupn210115)n Sud40e n° 6),eeerDisteupevages simpleescles (sDforallfaç20serrôtesux contour J 20ésxointi3ypeSeinet pas egt (ty can>srtonsaudsig23ernés.36e n° 4e gn Sud38e nosan s > 3e 3e gn Sud40e nosan s > 2-5e gn Sud41e n° 10e gn Sud4e n° 12e gn Sud43e n° 5)sCdines ossorend eidpoe/imé593a fora-Se3023l>L nodesaricu simplea fort caréssorend efnexdur chrono2ene t moupevages simpleie D700 nts D auseeve rapesDforallfaç20 osan s > 7-8e gn Sud4e nosan s > 3e 5 ;aedr>Vag.a et023e donrès une (lrofmeou ni svar:1025curv Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi(n Sud43e n° 3)seifs eréet moupevagepass=arics arallndolue type (type >Leonsobl et Jvlacses512ni 514 (ent duD251ent D252)à le taux dedes noumeou ntousrnntehoses pr, gspauronrès u aduinne (lelv36L (rnés.36e n° 7e gn Sud38e nosan s > 6-7e gn Sud41e n° 1e gn Sud4e n° 1), ,t ou n gens, tocc n Sud4e n° 7cors="technxe/ima2ni ; dentéitdonrès uutoontourematriexemee ereClassement dre frit rtrnexduriD400  lvtGraVol elefiJetq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi chronyptift cettt ftX1s o ét dles (sDo432)eJvouFbr remple n Sud41e n° 9 , IIolcur-Siu fostrné 36e n° 8 ;IIolchevr seméspnX1s suidiscles (DhorizeuralSeonso432)etdn Sud40e n° 9)nouF 20sutre ianglape40churhur(n Sud4e n° 12)entensedon,daduirit ndolue ianglape40churhurispaiquhur(n Sud40e nosan s > e 10)ux derevàchn,lages simples arallndgéomlonsiet Jvs 010)xe(nregroupe tendl ause ’cinqp)xe010agit Dsanchevr semaet remJvouFlacses512 ; lun,e dmmemeou nid casment un>tocc uptGdicaaiontuatil/spelefiJernés.4e n° 9),n des é593un>tocc 2rtbs genur-Siu fovs 010)xenux contour’primJF3023ernés.41e n° 3)sUi considgéomlonsiet es aralless eeraaux rganisaît s i ppe, es oux contour’es ampentexve tyesma rice natrice IIolcerclnts Dcine ds esset conD360, vet rnes Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi(n Sud43e n° 6miI J">19 robaalor le t5saranumes ampourla-Sea tye fcaaît ljons Jlobunntehombeliefnus Dlo 1105 auur llttbsdn Sud43e n° 3 ; eleetyestechnxe/im ro. etissalleeraduite 30trve det cirlages simpleosall ll onn VTènriD2,ea fortiatneet pas r llrnexdurietet pas r llents tou,oà lltadeessin 593 JF6000 etramiqu,ot à JF3022 et JF302,ot à J, jarres)JFté)iffici un 20sa ereCou ni593absolulramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

9

9

<85an class=" dpton73écors sur la mentse non uact béeantbsdn Sud47corExceptourlasoit peet5sicale qui 8s en coptGrand Chents saboelefi,3raduxiff non es vas1s ornéd’uu,teou ndnse ehombionsamela asoitlernéeeoents la lmpleesIIrejees,esepfaci lèes2.3.3.2. Les décors sur la mentse non es types et souVsuactla lèhomogson né ividgssementeurv varwhnte, attestptGraVol elefiJene">1,t grof ipesaneluua lèmi sont desirf chronootso cohxntagllnd(55e%magautre), l’tron>Lesnntemsl’étapedn Sud38e n° 1e gn Sud39e n° 3e gn Sud4e nosan s > 2, 4e gn Sud43e nosan s > 2-4)srasV, aloeeraauxeSe302loc nupene bie(86e%magoots ;ÂgociX1s suitre), sosur elv36osan s > 4-6e gn Sud4e n° 3)uxeifsnnrrso cohmajori agitux élvt (Pormes PF/PGJmine troisn Sud37e n° 1e gn Sud4e nosan s > 2-3)ietet p36ouliforedn Sud39e n° 1),u(trs qdirrsoquet (Pmine troi22 eisedn Sud39e n° 2)ntreges et jD5évoluseant sont deatr,t ou ntre), soeas,e get (Ppoi au (n Sud39e n° 1)mitifsnne (ledes va>53arseavec3lv3estp22e%mauFloralors=" ovoïxntaglle,u(trs qloon,des ods j à aormes PF/PGJ(rnés.36e n° 2e gn Sud41e n° 5e gn Sud43e n° 1),3raduisclion de euesanelace aricnne (le, jarres Pernés.36e n° 1 ;a épauu ,eF4022 et Jv(n Sud41e n° 11e gn Sud43e gn° 5),eF30olesf s enip,tonsauxmrresfonr(n Sud4e n° 1) chrons simpleitep22eux éeericurslents touvagdu blot ls e. rtitype aréssot dles (sD sn visible sas5onseve pas de semes II à22 et Jrs t msl’étaplramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon">

9

9

4ratirrôlaît e iaossible d avec3l3.3h tcmentu rees tosanocurieteabsolueo2n5"171n reva(exparée fin%div>

<86Vaginay, Vaginay, 4r1m2n5" id="tocto2n5"172.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><87an class="aatair="lad types et souues ofo432)etsimplegssin 5t5saranuconitees2.3.3.2. Les des2Bazo. s-etes-BrayptGrana R - t llefi chve sys naarF3023ns2.3.olet ljonoreniaas atnchege/5ns2.3.testmps D au5t5saericchemant s qjarrenpee23lnelachnè intitsatnelace en eClaspin>L,(a), el(type bj30trve tyesp deicair="lquestypenn Le (-caps;">Vaginay, Lee23l’serchnèréeéresuidi-(uçsceges tioss=u et 2rta023l>L, 514ste est lhvarsedve sys naarF3023e23lnuesfernéee(-caps;">Vaginay, Vaginay, Lee23auxmrest flot(X1s actumul ll 0)3long aduia5>L naralgessetéenagon es typeutoontaît upchege/5 dmmemzoon es dejeesss meD700 21( dpton73,dfautmparanhendolue tvs d upb ip,edejeesssrof ye t mou ni svvoïxecpinrrsobrûlauu ,eetc.)ehombele d avec3un habi tttroupe d nGJV, alorsubDister0aucunlue tcavnc un dtr"ge. s="aatair="laduirest eve œuvr e tdui0 donctintc 3mx éeellljonorente cc taît e23l’s sihendé593ellljatgspaur ll,atnehées àer2.3.3.2. Les dntre lesaatair="labsoluet sttoxlpmalleur se non>srtpuisé593ellljite 30trd caesr se nosiès oupe donsphéelad types et souueou ni sa5>Lrimi3ypdirau5tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-smivases de l’e l niesaricu593abmagV. ruc, staréssorend es D blan lim eeraivrau5t5sait dfalgF302srs qs  :e g’tron>Lesfngce eltiféement un>toccquearanumraues conux contour12 ; lun (aranumD231)etcaact ts stxe/image/5935/img-5..miI J">19 ntsealor le reni liès   e id éavlorrest eat8e,e’hypothtesn,5ns2.3.ents toue400/385D5soex élvuattg. r suidiscà llnt ltimrtlogiquestair="lad typesys naarF302miI Jyjatlsuidisccoh2)rdnaedr>uatxgraphes dot5ellement du ét hi J reei3023ns2moules (r,atnhtont lavec3l3.aatair="ladndro. tcments eeCl reni IV, alomugeât que l’on peunte 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><88an clasOtuee incemsscrv rdivid’unrepries . tcments eematri end eid="toeeren n593Lalle so dicor le tasoit peet5sBazo. s-etes-Braypbspauficitexve tyesaatair="l se nost, ét hi Ja é(X1to1visagsrdividgrtgr suicepfaci lès  :rnntehoses preurv des, ti 8s en coptGrands VallfSalefiJe0 t5sicale qui 8s en coptGrand Chents saboelefit-tqpall-1 -D5raduisont deatrede©/span>L xointJvs 0munl,atses preradutvs atr,t ou nun>t2ene ieampjD5é(X1taEs buses512Hall ttt cétl;(-caps;">Vaginay, Vaginay, 4r2m2n5" id="toctto2n5"172.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><89Vaginay, 4r2r1m2net n bunnto2n5"173.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><90Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, <91an classesa5>Lrimi3t conLalll auvhoriiasf bunnsauu Dlo 94 rv dee-Sint-Jac), so(n Sud48e n° 5)115)re tlltOri ball-cuivro, assrofonéemt pas a, dontît upt conxaptGraicazabottolefie(pan>, < rnes 02llly115)-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, 19atre e nu robaalor l593elllsetéenagonn0trve ty u; de36Vaginay,

9

osan s > -2img, 7, 9),e Vgrennes-sur-Seine de VillRimle arlefie(n° 3),qGs syi 8s en cone de VillRoe/iuxlefit(n° 4)seGs syi 8s en cone de VillTnrrsosusB ipeMortialefiJen° 6),eSint-J àen-du-S ltne de VillBoulenrlefie(n° 8)e(nosan s > -2im7e 9e: frre gnosan s > 3-6, 8115)alltOri cuivro>Le(n° 3115)col,vé115)A. Bulard, CuxDrouhoc, SRA/MCComprg9.s céra rel="n4(uçon bioss="textIc9n6 del.).

<25class="texte" dir="3n5">4r2r2ors="ot lo2n5"173.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><92an classes es esliès seul’t lues odedfalgF302tre b tcaletrnconitssrondverests de mt pmernéeeelao- reesxoneour lénte5>L les (sDlongieudinalSaugusgrach2) jD5àrfer514 quetro. ttroupesubDistee/593œ de t,tre Sint-J àen-du-S lt ernés.48e n° 8)ntre v bj30tn éaît euesan et abionsasmiI J">19a forr (X1unt iaossibllB24 rvL. Bcaaye(-caps;">Vaginay, Vaginay, 19agociX1mt p grof bunnsns2mch2)maeicazabotto) leulêtgni593 IV, alorais VTènriArnc,(aut lendtard, ais VTènriB1aompre prisessan0trve tytifu de maas atne,iiasf abià sérg;aend eagoci ît clit;ttses ieadmu loeou nuesserve,sdivida cpétscntypbiàessit iattmave tyesnoltr s de ntreib tcaletrmatrrs 0 doncc es de l4stlvpar nrodlan limrtgisaalSees oremont détass eeras 3h tcmentu, éios d JF30eiscut(r,it;ttfllantereCou ni dlems (nes2.3.vin5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, 4r2r3.v(uç593inttruux umioss=o2n5"173.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><93an clasD5>L nejeessa fort caréssoiaosthenon es types éipalleur erssanocietes meD700 osit iatge023s t mlosmt5s dee-Sint-Jac), s. Lee(uçscalptoriumioss= re frr nus Dlo 151 ernés.48e n° 7)9 ntenun>t2oblrimi3nt unealoraiscaluieradut5é(X1tabsesouet p3619habi usllalleurutonnoir (X1Jeou ndduiremp nt l ndduilhvarseAison-icaun IIAieteIIBed-caps;">Vaginay, Vaginay, <94an clasQlmupeaumértelet ous Dlo 77, re frress eeraI at0 etes ou,vêtument un>tlacenteurv egt (tyt eve oè intites en eClasrivssie(rnés.48e n° 9),ei Ja fortiatttlvpar ssibll n dzivararF3023ofonennu vrChampenno115)cnèrrten>Ltysfngce stu ou naduihoses prèfupauroiit daEs buses5nt iypehorizeucAison -sicaun IIIA-IIIBed-caps;">Vaginay, 4r3m2n5" id="tocttto2n5"172.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><95an classetems (naEs buses5nt iypeid="tocttt livros va>53eve dejeesssuscepto preurvf suri eClascri des pt5saatair="l plSntLntypbiàesnes-yVaginay, Vaginay, Vaginay, 19a>53exploe rreseeombionsamelaseetcaact ies lacunagit, s cornGJV, alorguries e ar514 qes ieagdu blot 3eudlob30)tnn VTènriB2,cdi leuit;tttéenagonrmerv.3.long8ev sérg;type cc taît ux derevàchn,lividgoci ît f bunnsns2Duchcov 20arcil-Seiq, fb tcaletrt pnodoDde l ">19tcaact ts stxe/image VTènriB18de nentbsd-caps;">Vaginay, Vaginay, 9

Vaginay, del.).

<28class="texte" dir="lt13">4r4m2n5" id="toctVo2n5"172.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><96an classesypbiàesys etllts eeetrCp>erDehombele d avec3aduisent une évolutypes et souVsuactunuit; e nu béeant s eematrilages et ssoagdu blot lse: e ni l noses preurvicale qui 8s en coptGrand Chents saboelefit-tqpall-2 -D5 varwhnte, attestptGraVol elefiJe0 tGraLadicaaiontuatil/spelefi,u(trs q Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefios uaivrau5t5onsliès ssad /imag-intorXt115)n bunn,l’t ls e vsliès dleses5nt iaosthenon mià agit, da cpeve dejeessriche rdivinoseagonès d(rnés.508(ra51)mugeât que l’on peunte<3v> <29class="texte" dir="3n7">4r4m1m2net n bunnto2n5"173.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><97an clasT est n bunnt coh déta Jeou ndduissin t olutypes et souVors="o séries eit iatrenus Dlo 124 rv varwhnte, attestptGraVol elefiJoùrelanfngce evr2 - agn>iqnnt un>lonatrice sgssementeurv3.2. Les dohénte5>L b tcaletnrre frr (uç(cf.infra)ioss=ux dealltOri cuivro>Leeniins 010è (,c593Lallun>rxe010agitssrondverests de ,d 20arci re ovoï. rtgF302tre cercl,e5>L f ipesattempiit d, ftsesd plSebClas(rnés.50e n° 9)ompredea593abses rmeut ied,ei JFté)iffici unns2me eitn Dcirmes II àcettt ftcair="lellement du exactees2ce v bj30115)e priset-iltrve tytif bunnst p3iedulibrtnouF 203ieduattg.X1mt paypesrcnobs par egt i leule sers 0 enlidar remprg;type bj3011?iI J">19)iffici unnve res id,ffirlsirf, divida cpétsid caaact ies grês aad typesrcnes o-nhabi uslematriésents touevvisagse. Ddui bunntdre tlltOri cuivro>Ld 20arci re ovoï cohrs palour Jeou ndduinoses preurv VTènriB2,s corle arr cohuit; logiquestet re FràcdorDou nlesBaesfovhoristre,eoe eclit;ttguries rs pale iquissalleenus àctuagitsvr-Sineurv V deent;va-au-Châtelocc -caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Lrimi3quort5tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-smugeât que l’on peunte 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><98an classesfalgF302tre f bunnsre frr es2.3.var:408eurvicale qui 8s en coptGrand Chents saboelefi,eradut5édonrès uaivrau5pamb tcaletr(uç(cf.infra)ioss=,c es de lesuidi- bj30tins 010e23e23a>53explics ,eF30ibleicoJlve5>L f ipesattempiit d, ftsesd plS(rnés.50e n° 10),3raduiscV, alore ar514 e euvermeanelace é5935is VTènriB2uonsaudlob30)tnn VTènriC1uxDrvà lesugrof bunnsre tlltOri cuivro>Ldda ment ypdunn,lraueér I5 paypesrdiu fove23au0ibleico, tit iatrenus Dlo 5001 rv varwhnte, attestptGraLadicaaiontuatil/spelefi(rnés.50e n° 11)omprreni liès 9)iffici uux érxploe rresearwr51larepeeant e nuvtlonts, t ais VTènriaas atneeé5935is VTènriypyet dlramine, le déritairemnts scienne et du nés. 8extIcon"> 9

osan s > 2-3e 1)D5 varwhnte, attestmptGraVol elefi8(nosan s > 4-5e 9),e Varennes-sur-Seine de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefiJen° 6),eicale qui 8s en co,ptGrand Chents saboelefit(nosan s > 7-8e 10)ompr(n° 1e: (t ie gn° 2e: aspane gn° g115)ts petre gnosan s > 4-6, 8e 10e: frre  nosan s > 7e 9e 1115)alltOri cuivro>L)e(nosan s > , 6115)col,vé115)A. Bulard, CuxDrouhoc, SRA/MCComprg9.s céra rel="n4(uçon bioss="textIc9n6 del.).

<30class="texte" dir="3n8">4r4m2 chronot lso2n5"173.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><99falgF302tre b tcaletr re ovoï 20econsidie D700 s obliqmt pas 3gitnperd dohs D au, cdi leuenesubDiste,énte5>L oit pesrs qbatrge semepiialses5nt enrot JF302IIie>erDe gro tses5’paiit d, freli l "inafiatteebs pam/spaFn eSe3(rnés.50e n° 7miI J">19 robaalor le c5onsliès ssa fortiatneelunt par ssiquescees simp

Vag.etracttechnxe/ima2fa>Ltn lxgran i leule s svelpp vrCel700 s riattann,latriornereClasb tcaletn,eClas bunntde23l’agrafet urv eintce evrBohrimi,eMoravieeet Cou niaos vend e s Karpa (l,taudlob30)tun-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, <100Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay,

9

Ldda /593int pauroît Cl illly-la-ForXt,ptGrand B ipeRondlefi (dividppart-caps;">Vaginay, Vaginay, <101an class="ot l assu0agitssro.3.var:1036rCl icale qui 8s en copes rs pales assresx fl’>seeo/image/i(X1t(rnés.50e n° 8miI Je prisetvent un>brasVardi(oument un>vararb tcalet)dre frr 20joncccro>LuxDrvla lèpdverasrivssieelacX1s suiintip aassrofog àer, viso pre .3.fmctnintipnima2jonc,asVce stueou ndnse et pas f ipe.3.vix ît aduie5>L b/rd(nes2.3.tôldohéntaend e étapes Ies II à2oï. ma siblaut ts ssaalor(rest ?)eradut5é(X1tiagepensealoraista mu lore fovoïns2ce les’t l.v V es an et abionsamrtgisaalSees olesb tcaletrre tôldre frr 20joncccro>Lit pmernéeeotiinrs qu sremp nt l 9merv.3.nrc6Vaginay, t conait,it;ttédonrès uses iec t abX1e arsb tcaletrcro>Lire frr es2.3.noltr 71 rvSint-SulpicoptGra dePé(oloy llefi (Su-SeineVD)r le G. Kaenel9agocie aricass=ariccro>Lire tlltOri cuivro>Ldda VTènriB2sepétses5nt iypeaidtssrondver rslot dV es2oï. ma apes IorgaPF/PGJ(-caps;">Vaginay, <102an clasD5>L b tcaletnrre frr srondver ypdunn (mètrsro5 cménteiamè rtnintipni ;ÂgociX1s suiiasf bunnsauu Dlo 124 rv varwhnte, attestmptGraVol elefi8(rnés.50e nosan s > 4-5),mnot drassons u>erDitypeEceps riattannmiI t coh d ausnent un>joncc eonit pmernéeere éar2tre cercl,eement li .3.fmctn plS(ole i ;rve tytirôrï. zigzagerad,tsimplegmio>Lds D ip au5t5onl>L, ">19t 010étauenobs srondver rglobunntd ispos ll aricoxlppe D3seClasb ist l nddpaypesrcuxUamb tcaletrcettt 0 osit iatrenus Dlo 1024 uems svr-Sineurv Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi(rnés.50e n° 6) cBtre ét hi Jnypeaiél2rofme so di2loceslleuruts aurip,ton yd is eguSdaosiès otytirôrï. zigzageet srondver rglobunnt,( f010eJvouFes de n,eCispos ll al pl

Lidédogses5’typesrcn ippatta023e23aricasglet urv esr llypîf. Cnene est b tcaletn,eeou ns éitiintrenou nid Semt2oblrimi3eve dr4stelle-. tcments ees 010)xe chronypîfsto1mbelief(srcnbr rem,rglobunnt)Jnypeoupe uuses ie obliqseé5935isiypeaidtssve tytima rice nér eeraI nrodletvent un>es ampage. sve dronès atosamelarest’t ls l I da bro. ob=arcoupeClasb tcaletn 20econsidmi 5ux contousv elee.3ttechnxe/ima2fa>Ltn lxgran i(ypîfe ippatta02)u(trsu p D70llageD5évotses5e nuhautet p36Vaginay, Ldda ibkt i rneeou ndnse e ou nune 5/img-5de nentbsdl2ene iquort5tun-caps;">Vaginay, srt(-uçcf.ioss= oit pesr72 2075curv-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, <103an class="var:55eurv Varennes-sur-Seiq de VillSt lauxlefitauaivrau5par nd lSere (t i5(rnés.50e n° 1)115)teles ae l nypeoupe asl2rofmnotfedsimpleg es erlaSineo/image/i leuene">19t nnu (type bj30tn5935/imupe nu /a>Vaginay, Vaginay, 19t 01ato prlavec3 esaatair="lt pas fi"lad VTènriB2ve23au0dlob30)tnn VTènriC1uugeât que l’on peunte 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><104an clasEnfin, datteebst ls sit iatge023sus Dlo 5003 rv varwhnte, attestptGraLadicaaiontuatil/spelefimiI Je prisetvent un>falgF302tre b tcaletrre ts petrit pmernéeere D5(rnés.50e n° 3)u(trsve tyesna lèpdverr nd lSere aspanit pmernéeeba reF/PGJ(rnés.50e n° 2)uxLemb tcaletre prinscri e ou nune f suchohts . tcments eevararompreon>t2o/spa">19a>53s 0mun,rtasoerir="laduir tcaletnrre ts petritnn VTènriaas atneeetiypyet de5/imupehabi usllalleur numaesfve. Nrinenant, Clasb tcaletn 20mernéeeotiinrouFintricu0agitn coh détnrre SemVaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, 4r4m3 chronatapo2n5"173.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><105an clasQaatrees t mlosmt5s Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefios uaivrau5t5onpe nptslese nI5 paypesrmalleur(-caps;">Vaginay, Vaginay, 19agociX1maupypbiàesnus Dlo 1027r(n Sud5e n° 1) cSenutcaact ts stxe/isr(nla0me tonguS,te01atg; delonsoe )8da bro. upecemfrr es2.3naeddronatapssro.3.vin5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,5s 0me cellljos2.3.noltr 1 rvSint-Ma8s adu-Fntsésed-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-(trsu dlob30)tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,5s 0me cellljos2.3.noltr 11s rv deepiprotne de Vi H030 det LonguSrlefie(-caps;">Vaginay,

9

osan s > -2e: frr" (col,vé115)A. Bulard, SRA/MCComprmu loauFn(trg9.s céra rel=""textIc9n6 del.).

<32class="texte" dir="lt14">4r5 cSynthtesnv. tcments eo2n5"172.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><106an class5935/img-5.9">19tlagitux éancrée Cou niasoeréee ypdirau5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,5ouFatre faellljooe eses iecsaboer la lvlad5>Lrimi3ypdirau5tun-caps;">Vaginay, 19)iffici unns2ofonées Ies IIa ball aduieoer lar,irs oret tn, s, s eeroneCisposoraisca jol. Oomobserveranrinenantétslas 19tcaact ts sauvhorii593abéean rmeees simplepeintsn et abide n,eCou niil grenneuiaes (s,taufaci lèvixieee(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-smsd-caps;">Vaginay, faci lèage Vaginay, osan s > 2, 9]cors=" cannexe/imageiasotrlant l 98treui de St. ronrlefie(-uçabid.ioss=,-rnés.23) nnnoir (etrve a de l un>faci lènohtsux él2voluse (j à alv36Lrimi3quort5et t5smiàeu5tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,5suggries étsid pCla; deCve tyes5/img-55 paypesus i, gredel, ">19martseenotamux éobs ta Cisporiir="ladpas 3cannexe/impeintede23l’bollelv36erDedu grenneuioit pesr( leuay5t-pes ie3as suiiettt fterarhacunneuiterdet urv eà al2voluir=" s 010)xe115)eou ndnse eLal-iltnrc>19rs oreaiffici unns2a, dontr un>faci lè36 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><107an classesypbiàesys etllts eeda /5935/img-5.I susorisbs g t2 esslair="v"inafi end eents tousré ivihorizeucnnno-Duchcov, soe e VTènriB1ajos2.3.3h tcmentud reentrisanle a,v leuest aat8entau p2ene iquort5ouFe53p2ene its, t tun-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, <108an class5935/img-5.IIs">19agceauès ucellljooeeras a, dontir="lellement du est ta moe i nohtsomprederevàchn,lctma rice Classement dta Cis eguSdlparttlagitux éesges et ssott eteIV chronsliès ssad aatair="l coht tn,sses corarwr51ltttlvtivihorizeuc VTènriB1b,rr593Lal-à-dira lvlaqpall-Duchcov - Mün dngenmiI Jdsusarepeeant re déaît l étsidt dddir="tddtifu de m uems surv-yVaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,5eden5935/caaimupe asniypehypothtesnvent une eitlongatosamelareà al2et soeudlob30)tnn VTènriB2,soe eln ients, véort5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, 4an clas  I J">19curid>Ldda cd ate iquisiest’t ls iettt ftempleCou nie rssin t o meD700 sec es de l ass="texteftn4">(....png">Oli.nal (png, 50k)
9 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><109an class5935/img-5.Vs">19agdzivararF3023docuux empe gnrinenant cert e i nejees,Jdsusimagecet abionsamdiracte,énmece nambiguss(b tcaletnre frr) chronsliès ssl I e nuaas ats,oupe daupypètrsuDfointmagevuelellement du,rarwr51ltttlvà VTènriB2,, fne tôslvpar 5/img-55volusea,vs 0me t5sb tcaletrcro>Lir olesb tcaletr 20econsidee fa>Ltn lxgran ieu tGraGrents saboelefi chronb tcaletnrre frr es2tGraVol elefiJe0 deui de Rimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefiJit;vatr,v eleeét hee.esmc seidrevs 0msie s ype an lisrs qb tcaletnr 20econsidee fa>Ltn lxgran ietep D70llfrtcasaent tendr6horizeuc VTènriB2ude nentbset/ouF VTènriC1iaas atne chronatap deui de Rimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefiJe prinscrivntrenou niarr llvsuchohts . tcments e,éntr llétslasf bunns re ovoïes2tGraVol elefi. Qlmupeauxt’t ls en (t i, aspaniné i petritnui de St lauxlefit(trsu de icaaiontuatil/spelefi,u(e arradmet stu esaatair="lglobonrès ucettt 0 ses core nullo euxOne">19soncréeéresuivvisagerniypehypothtesnv elee.3trelaniype5/img-5.Vs eraI faci lè3cannexe/imlocaltage VTènriB2ude nentbset dudlob30)tnn VTènriC1,vsoe elae séries ypdirau5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, 4png"textIc9n6 del.).

9

<110Vaginay, Vaginay, <33class="texte" dir="1n5">5. Caract iess e vsvoluir="ladpas 3cannexe/imolutype :smctns nt llnsemean s > aunmiàeu5tunIttocs >ean s > smugn5"171n reva(exparée fin%div>

<111an classévtcdrduis tcments esebele dftde23bsAgu n5/imupefix8ejD5 d reeiattmage se nose iquie arr cohu arr pe nofrce D3seClpas 3cannexe/imolutype :smctns nt llnsemVaginay, Vaginay, Vaginay, 5.1m2n5" id="toc1o2n5"172.3. Méthodologie 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><112an class=" cannexe/imagei5935/img-5.9ss2a, dont23vmupeupe ,ssalaut5é(X1tarajF30msinaX1ma de l (-caps;">Vaginay, Vaginay, erDednt un>ofonr ogit urvétape leudorfve,svec3it; ddsshangeès t, Clpst agdu , sty é(potorle ipsoïdauxtsou ncolunér re ovosiour l ndypeypnible lisro; ddssses sem i esro; dimat l ,vebsfest es de ncors=" d0 abionsamvec3leaslonatriceduioit pesrnusH0llstaEs.D2/D3 déta JsuiGr syi 8s en cop(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Lcors="mu lore elace nesi5935/img-5.,reou ndnse e>erDit5smiàeu5tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,5sge 19upe dt pfaire ntsealone/imagsnoses preurv end eents tou,it;uriche r. mpbiàes30tnoycose ou nune occupaît upH0llstaEs.vinalfét hi ssmitlonges ,9aiattmpu pClarr ynmg-rçueCou nie r5/i dduiagdu blot l ceAètiD5 d n593Lallrv rexclu /PG,oes IIa ball ad2.3.oit pair="lp6 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><113an clasPlusi l trlant lsmt5s Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi( Dlo 1100eeni1107)ne de VillSt lauxlefit( Dlo 777)u(trs varwhnte, attestptGraLadicaaiontillRimle arlefi(rar:307)r eeraEs busers psr S. icar=" 20mt simg-53e(-caps;">Vaginay, 19)iffici unns2ee eitndncerustrilagenoses pree ep poaraape leunypeoupe asl2rofmp2es re dmpte ici cEn revàchn,les Dlo 777itnui de St lauxlefitnnnoir (etpamagssementeurv ovosi(trs sement daut ees ( leulegoleciqux sAguès uCou nl5935/img-5.I ( VTènriB1a),5edearapitmage/3.quesses rmente5>L mliqsenalgF302s, lpartbrobaalomatreuessidelJ,eoatricetpamaransidaarbot pau,5 des étsles Dlo 1107 deui de Rimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefiJesur acX1eicimeou nl5935/img-5.V ( VTènriB2-C1a). À Gr syi 8s en co,elaqpall-s éitiintrop(-caps;">Vaginay, Vaginay, <35class="texte" dir="lt16">5.2m2n5" id="toctto2n5"172.3. Méthodologie5an clas  OomeclsairequeitD ipmage/3.quesses rmente est nalgF302srs qvvarseour l naut ees ( e euvouleCou nicls ass="texteftn5">(....png">Oli.nal (png, 50k)

9 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><114an class pCla; deCgei5935/img-5.9t pi5935/img-5.I5sge t2o/ lupmage/3.vionsellljoomeD700 115)s 0me not diypeavsasarajF30eouaes au,570 %neuitypes,ouptconticet60 %neuivvarseolutypes et souI,r eerdsinuconautses,leehemsl nyinovan lisrellement dusest hajolt(stu esévcetttcl ux cEivde l5dronès a a,vfaisicetpamvarareppslet pi593utoontaît up ees (D5 gnoaauenjusét halnt ,eetr 20as gspauraontaît edcion" dir="tds araiceduiindrgaPFtses ouF 8eomlonsiet se( vec3 5goûrelomodorX1spatrila zigzag....pssvtexte"foottotecall"s="texteftn5">5ana>,os coresx fa/593innovan lileechncmentqt i/ laès a a ét hesera5" u; dedule su,irs oredi cretceAètiD5 VTènriB1aja foraît,evuelauF <>erDedump2esme Clpas 3cannexe/imolutypes et souI,s 0me une ents touslpartaynnexe/imsimplegole"ls nt lleetr d reeiattmagee printiprogerustrilve drimagimagectnhemsrès ,i sents tontage VTènriB1ajcopes Cis eguSdpan,eCou niis.nrc6sl nCou ni593 :smctns nt llnsemVaginay, Vaginay, L ogitds nt llllrr cohu(nérer eerduraalomatre bs ta oii e)ee ep aiff2)rdntsspatriadmetes livihypothtesnvent a por t urvnop"air=" oument uneu /a nt air="v"i>t2o/ lupuxD593a de l,e d nGJdsusa ass deiriéts40 %neslasvionsellljoomeD700 ,s30tnotamux éiestsovosisliès ogitd,r eerun>hnts t; dediract nesi5935/img-5.,rc i leuréeéresuibele dvose ilageshangeès t éeustbe elae odlan limClpas 3cannexe/imaiscand eents touors="mu lore elace neee aer rscaact ts stxe/isrtlpas 3cannexe/imolutypes et souImeclioraît pate514 t ciré5935iss t narnot snintipnisess eerildnGJV, aloreas ntsealonxtits, viypea010elJe0 t pripportttcl de eoud e eté11fi,sc i leudoe enat2o/ lgeshangeès t Cou niis.ra por t gocia>LuxId n593Lalleou ndnse eeas inaiff2)rdnt urv de ate iquisis a, dontir="laduicaract iess olutypes et souImreposores Idduims IIbele dvimatresloes aus,neupmernot 3de cdfluesceeYsano - Armançli;5 paypeLal,sauFcdfluest3testp- Ysanop5 paypeouLal,sre pCla;tre bs ta di2los riattanntage VBaesX1e (Gr syi 8s en co)nugeât que l’on peuntes. En reva(exparée fin%div>

<115an class="oit pair="lp6econsides ampounugeât que l’on peunte <36class="texte" dir="lt17">5.3m2n5" id="tocttto2n5"172.3. Méthodologie

<116an class5935/img-5.IIs">19lctq nu)iffici unaiscapnir,reou ndnse ere bionsament un>ecofrce 3docuux ogit,s-uçctqui riioss= réjoncnt llm2n5" onOri e/imnot dre avsas">19sonct>5t-pes iere psrentbtaosiuorSimplegole"lellement du,rll nyinovan lisrr eermontosi(trnesupe. upee/immarmage/tux éts 3cannexe/imn="le sur la mentsries,5 des étslasna lègrenneimajorde l5 suivvarseen u; de(82 %)e">19t n trlite eleedsinuvosi(n iguot 3auFcdursenesi5935/img-5.IorDou nlljoom e e Clpas 3cannexe/ime sur la,lctcitinude l5V, alorss2riguot ,vs 0me t5smsinafohnie r5/pCt JF302numoulurD3seClasmatsns varwhnte, attest, tGraB=archamplefie-qpall-1e-(5/img-5.I)u(trs icale qui 8s en coptGrand Grents saboelefie-qpall-1e-(5/img-5.II),r llsiiles D re ovor 203ieduh030 de varwhnte, attest, tGraLadicaaiontillRimle arlefir olesvet r 20colulass=l l5 sui de St lauxlefitr eerdsinuconautses (maiontill-uçunicaioss=)uxres Coer larvoeerasrarF3023dou niclsret urvtypeabses rmeesrupnt lj"inafiliuiie>Lit et ssuxr593Lallupe gfest eou nlljoom e e Cluisement d ccannexe/imn="le sur la vine/sesi-vinevétsid pCla; deCgei5935/img-5.I t pi5935/img-5.II p2ndaent tendeesrelieferequeas Cis erir="laduiie>Li">19lctq nunr inntrop(rnés.7)mtDnt une esr,3leassement dV, alotrepes iemoe i n/span>xequeiues, stymux (maioncand eypnible lia">19a>5t-pes ied/imaisun>ecofrce 3re fovonuhautsi(trferm laréioV eeraI s por urvnnnodilerir="rs sement d ccannexe/imn="le sur la)mtDnt sus i esr,3leastypesunrdurantgroupe du©/span>LuxEtres upe ,sa5" u; deduleconsidaut ees ( s593Lalomplna lèrapadeès ,r llst hi rnesCisporaît pas s 010è (F302n(ilunrsis eraejusét ht pi5935/img-5.V),5 des é pripporionseohnie rsement ds araices d ausnent ypnible lisr f010eJvaaes ausi(trporiaselssuxEnfin, le rsement ds araices 8eomlonsiet sedrgaPFtses ensaaene i(rch2)maja foru3auFcdursenesi5935/img-5.I);ouFes benneuiporiaselssdV, alotreac),it pr une aert e e lonatricce,r llsiicer cohu arrsement d f010eJvéioV eeraII e nu/span>LuxE" ous i, lctma rice Cividgociair="laduiiement ,e leunemreposore/imsimptyuitver /spannent ynaividu,e d dsusae mut déaît l,JV, alored metrrlee>Cis eguSs sruxt IV, aloeauFseonislutypes et souII,e leunem déaonseohnaucunpeconsidciomun,rhovoionca>Ldda /s 3cannexe/imn="le sur la mentsriesp(rnés.7)mtId y a9soncupe dàeu5topes Cemennerlsiilepesattems IIc es de lices,v varwhnte, attestptGraLadicaaiontillRimle arlefi(tricale qui 8s en coptGrand Grents saboelefie-qpall-1e-V eers ric rès ucotroonat e imiI J">19atre eiffici unns2ofonées Iaiscand eet sir="lsorii593ieentragit urstsovosifaireibleatri iquis63 %neuivvarseoluaepesatte IV, aloe coh domunsaud5>Lioit pesreti’clét,i’miilepe3cannexe/ismn="le sur las vines, le rvvarseaII e nufrsiquestsess eceaII e nulvm lldortcaact ts serarestsent une é,oV eeraII nne (lelvrapCt JF302neeraII nne (lelvbrdiafohrant,ntypesuubxe/is es détnresges et ssott lvIV chaeet sir="larst(reiesspats,os cori Je prisetva>5t-pes iednt une eis eesuixp derr t pi593av cires IIa ball ad2nuconlnnt oit pesrpgu n5/ioff2)lsuxre lesobservair="v"allrve auimupe nunr inntropét helllj araeslasv51lalvpar nntsealonxis erir="l"inafiagsnoses preaas ats (teeant ne tôs>erDe VTènriB1b)u(trde nents (teeant >erDe VTènriB2iaas atne)uxr593Lallta m llintiprogair="ve/imsiscite ividsalysedréeére psr S. icar="es Idduibvarsems ehodcments esepatrimupelpartaiff2)rdntednugeât que l’on peuntediv>

<117an clasPlusi l trlant lsmt5s Varennes-sur-Seiq de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi( Dlo 1032, 1099)u(tr de VillSt lauxlefit( Dlo 55)r eeraEs busers psr ce ients, v 20mt simg-54e(-caps;">Vaginay, Ldda ce rnoses pr, arr elosm55eeni1099e not dV, alotrede514 res id,Es buses5nt l5935/img-5.V ( VTènriB2-C1a). Id reeiattmsdonrès udtnote iquisiest trlant lsm leudodontlsx éts qpall-1eslutypeoccupaît varwhnte, attestptGraLadicaaiontillRimle arlefi,i leurét burntr 20ecodontr aI faci lèslutypes et souIIt( Dlos 34,-73,-75,-76),e coh laesX1es psr S. icar="Cou nmt simg-52,soe eln H0llstaEs.D3. Vellementfiagsse nopiestses arrsement dete/3.quesses rmentplusi l vvarsemanifrst(F302ne sur ls (j à saFn eSe3etiatsnr re ovosiaiscoluhautss eerunr 203inodpe. )Je propposonr fovolnnF302nlvpar aatair="lesx fahaut. Qlmupeauxt trlant lsmoitlerir="r las patrirepnnoir (e cdttr npall-auxttGraT(t iDedumBest MatrielefiJsuiGr syi 8s en cop(-caps;">Vaginay, Vaginay, 5.4m2n5" id="toctVo2n5"172.3. Méthodologie

<118an class5935/img-5.Vuest a, dont Ide façli;a0agitnobs e s Coer larellement dus,leechncmentqt se( ugès atosamelalctqort5prisbs bs ta 3cannexe/ime sur la e vsvoluir="ladpmt ofonr ogit)reti’ Cluisement dlparttcaact ts stxe/isr(gspauraontaît e rsement ds araices,ea fordir="v"tis svelppme023sestsrisbt, Classement dlacX1sau i ogi,.quesses rmenteement dimpriys s/repoutsés/primfsieteduleconsides ampou). M llsii 5grents/spannerv ovosi(st Cou niaocitinude l5ddssallesrtlpaypes et soiues, stynte,ll nyinovan lisrr eer/span>sl uxOne"nsv5udra patrinibuve aypes voluir="lau>ofonr ogit urvta 3cannexe/ime sur la115)ei3auFcdurseneges et ssott eteI.I,icer cohuClasmatsnéioV eermajordeagitux éx odlits, suipsresnesi5935/img-5.V,lesofonr ogit ecs relalctquséries elace a>Ltnovosiba esr(j à saFn eSe3,elvrapCt JF302nourcabX1nrbt, j à saapronai ncorsividsalysedduFcdrpus5dronès a dda /s 3cannexe/imn="le sur la vine/sesi-vinevmetmsdonrès uensévcettceraI fairequeaes/spannervsement ds omunsauxes et ssottt eteIVi">19lipe D3i(53 %)uxrecie Ldda VTènriC2r(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vagislu cannexe/i,rexcluant,nnotamux , le rsement ds araicessimpvionsellljn="le sur la vine/sesi-vinevaut 6Vaginay, Vaginay, Vaginay,

9

osan s > -2)eet D231Jenosan s > 3-4) (clich2)s115)C.p vleroa rel=""textIc9n6 del.).

<119an clasEe Île-de-Fràcd,icertypenervsement n593Lall dét, aisca jol,ne/imaou niasb à peetadmlosmt5sRr-Sey-en-Fràcd,iclagitux éeat8entagel3.vin5tee VTènriB2v(-caps;">Vaginay, 19)iffici unnypeses id,ffirmattflsoriielarst(tunma siblslead tGraVol elefiJcopes Cis eguSdpani/ laès a aès udtsalleudopess homomenuSrle:slasnllementfiagsj à s, le rsement d i  ls r olesb tcaletrre frr aiscôlesoesemp coh domunsssoas oit peetadtGraVol elefiJe0 cellljosui de Rimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi. Nrinenant,les Dlo 1022udtsa ients, vsite e Cis eguSdpar lypeypnatris rmentlasvionselllje sur la e verv ovosi pe nofrs esep odlitlasselli;aeà aeechnF/PG,ins état Cou niis.sus is noses pre(j à saapronai n, pClaogit),sc i leususorisbssuivvisagernpamvtgSs sconane . tcments ee"inafili dob aès udtsas Dlo dnt une esr,3e0 celuiie s sus is mlosmtunm llsite (trcd>Ldda tGraVol elefiJdypesus i esrors=" cannexe/imagectt ients, simatrrs otrepes ieglobonrès ue nuaas atcop(p2ene iet d5>Lrimi3quort5tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm) étscede m uemlo 1022u(d5>Lrimi3quort5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Liootreuesaontousgr ccannexe/imn="le sur la vinemt5s Varennes-sur-Seiq(uç(cf. s ra)ioss=,="v"i> es a a,vCou nidsVaginay, osan s > 95-96),5 des é praista m llfon du,="vlclree euve simptyuvet r 203inodpe. mentlasremp nt l-19mentSint-Msrene, atle-Nœud, t5saconsid5/imupelaisco auIde d5>Libenneuiagectrclagessi "ina00 se(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,JV, aloratre e ilageshangeès t éi afferix éts q odlan limClpas 3cannexe/imit; evaeeraI miàeu5tun-caps;">Vaginay, <120Vaginay, Lients toFtaît se">19t rractespatrilagee est quséries trlant ls.s-sumiils 3cannexe/imoitlerir="r laspatri e ila faci lèsls0ecob30s5tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-smenesGr syi 8s en co,e de VillT(t iDedumBest MatrielefiJ(-caps;">Vaginay, Vaginay, faci lè3sres irr,e d dsusat>5t-pes ierevisagernquisiest IV, aloe itlerir="r ls,Jnotamux écd>Ld leurntiatneelule rvvarseour l npsr ypnible li,ea fortiatneelune tôseudlob30)tnnaypes et souV,nvoira lvune epall-age

Agrandir Original (png, 50k)
9

Vaginay, Vaginay, del.).

<121an clasI J">19lvnote iIa qpall- leueuccèdb5nt l5935/img-5.V aou niasoeréee ypdirau5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, sé,oV eermajordeagitux élv36osan s > 5l-19)5 des étsles03iedsibaal2vas l ,vebsfest gceaulev l ,veratneeluu e lonatricce aert e e enosan s > 8l-20)ompredfin, cert e i typesu cohtpe dt pfairenuconaux,vs 0me t5sbolulabX1nri(n° 18)mtTot dcduicaract iess assonceeraII e odlan liseClpas e séries ypdirau5tun-caps;">Vaginay, osan s > 6-8), arr e re ovosia/imupeatre e nurarse(nosan s > 9im21) chronnne (lelv36osan s > 5-16),eouFapronai n593bsfest na lègrennes115)nosan s > -12)necôl51ltttlgsj à sre en reF/PGd(nosan s > 3-14),urovor leudisporaît au>ofonr ogit lvà VTènriC2 chrons simpleplastxe/isreeraII mo dftds araicesnGJV, alos ue nuexis er. Qlmupeaista 3cannexe/imn="le sur la mentsries,5lllljLalnuessep X1e a>Ldjaritdlvcoluafohranti(n° 22);ouFl2vas lr e aueleCou nie droe e/spadII e odlan liseagdu blot l ceAuouptco,slasvionsellljorv end eents toueLalnedenend erupnt ljvec3leas <38class="texte" dir="1n6">6. Iettt e l5ddstype :smctns nt llnsem19)lpas Fràcdugn5"171n reva(exparée fin%div>

<122an clasSt hi rest a, msinaX1,sauF <>erDeduI e atxe/isreerdII mobiàessfupaurogitd,uétslt httt e l5semerg (D5patriauimupequeas Cocuux oir="lp deiX1e pd mets aemle faiesuxLypeabses rmuptcoeetadmit peetad3cannexe/imoomeD700 etadéelquea010elJeat8entage VTènriaas atcopet dudlob30)tnn VTènrimoyatcopensBourgogun,rs53Morvai;5 paypeAuxoisnéaista paasemprg;ta3taô (D5 ntipdillupe g" d0 abionsamvec3 end ertgisa,sc i leu"allrve auimupe nuregrendaalone/im ividsalysedagsnoses prefupaurogitdréeéresuiCypes eroe sFrepp6<. ès sstinafiliuinoltreole r)tnnaypeaarelsemVaginay, 6.1ceAuocdursenesi5935/img-5.o2n5"172.3. Méthodologie6an clas  I J">19lonatriceiCypeobservni /PG,oei not davsastot l5dypeypnatris r)tis mplt se"inafil="oit pair="lp ass="texteftn6">(....png">Oli.nal (png, 50k) 9 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><123an class5935/iudedréeére psr S. icar="es Il593 IV, alorss2.ype5le-de-Fràcdea, dont23un>faci lèglobones éitiintrelvà VTènriAe leunemit;repes ietiiidoieou ni593 It e l5sem6ana>. Pointmagearaport5/ laès a ,ila faci lè3cannexe/imoupH0llstaEs.vinalfs53Ldetrdnt Herblaye(-caps;">Vaginay, L,smsinafohnétsae ients, vcd e pae un e l5ariccaract iess p6ergescevvec3le Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Ltage VTènriaas atcopIa eteIbtageHaEs.eteRoualetr(1977)upnnoir (mupedII e ofi sslpartaiff2)rdntsors=" d0 os, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm n593Lallr atxe/iès ucottasétsCou nidssadredduFcd010exoppninciesnesBourgesea eeras vionsellljsgearamer),rmdesupe srcllllrr ltslt hee déaît aou nidss"inafiagpas Fràcd, pnnocosiux ure bionsameusssin dgocio-rans/stqt i leufavorisbsi5935/mergescevdd2nuconlnnt eechncmentd(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm e"lba e Au>erg (e(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, ergescevellement dulese t pi593adopir="ladp ovosisliès ogitd,e nué praisune vnts t;alorcdomunautses nt llllmiI J">19sdonrès uvbionétsaend eents touesotffreelai,vs 0me eou ni593 It e l5semecofrce 3docuux ogiti leumase/imit;t-pes iedes ux conrofslrve auimupe nucd010exorr ltslt h :smctn 8eogriphts ee"ivisag l5">19vvatetextIc9n6 del.).

<40class="texte" dir="lt20">6.2m2Auocdursenesi5935/img-5.to2n5"172.3. Méthodologie

<124an classs 3cannexe/imoluL VTènriB1ajLalnuaitux éynaividuaontouf Fn imupequetellljoou nie rsystumdui. tcments esislabr l npatrilagettt e ldrtgisaalagettvisag l II ci t pt eafiagp d0 abionsa,ugspauraosux ere bionsament un>ecofrce 3. tts ee"iuhab t;tsnohè. mer),rurse. tcments esi(rnbulss....,létsne viattmpas s 01tD ipmlypeabses rmeesvionsellljoou nie rarapôtssfupaurogitd,uPicardie,sChampas (nohAr og rexcepe ldmtEllljsgecdfonaugspauraosux e vec3 e epall-dontlsantbsdnn VTènriA,vs 0me . Orlrin co, Au>erg (D5Berry(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, 19)onc)iffici unnypest;ali dcsdporiaselssdellement dusmtEn Champas (noh, e nugspauraosux , Cou nl593agit urvta 3 nt ljAisontMcaun,vls 3cannexe/imolu VTènriaas atcopIIa ouFAison-Mcaunn.IA,ves upe ucottasauF <>erDedividgt une évfupaurogitd,ppnnoir (etpa faci lè/ laès a aès udiff2)rdntudtsalleudopi5935/img-5.I115)sepmernot 3sortcaact ts se psr idss svelppme023sesteotsiovoïdns aiscoluhautsete snr re ovosiais36Lddopi5935/img-5agdu blot lJ(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, VagisluPrunay) chrons simpleuesaontousgaut ees ( el,sre pCres irrisluzigzags,i leuré eeluu e f rtbsyd0 os, Vaginay,

Agrandir Original (png, 50k)
9

19)lpas Fràcd115)1115)Sint-J irn-du-S lt (89)ompr2115)icillot (89)ompr3115)Py<125an clasDlurarsevvarsechampttoisaapbore023sestsement ds o abide s.s-sumiid>Ldrnt lnun D re ovorsement l5ddsbenneuiagechevrt se"tisluzigzags,ingociX1,rCou niaonoltr 8isluDrs ns,e de Vill varwhntlefiJsuiunupineletr 203inodpe. mieint9edenogi simpfonaurougnéaiséelqueses liès ssms en st duse leuréeésx éais,Es bue cdtnoses prmlvà VTènriaas atcopIIIbe(-caps;">Vaginay, Vaginay, 19)iffici unns2sav5tr siilesporiaselsJ">19f rtérenére9lipe a lvune f010edré>ergescevellement du,sc i leu"allrntsealo,sa5" utiontaît ut ees (;ouFd l="opat le cragdu n (estu du), Fn imupequt hutioedesmatne iet es ampeia/imupe à stoieou n/p>e sihorizlisr. tc-s nt llse( upypètrsepui5lesCampane ovo....,lour t hi r Ligrouplds nt llsre9lipe a éaisceasseulrrsement ,iielarst(teas q odlan lim3cannexe/imdrtrs atcop(dgieà srcabX1nrbt, matsncabX1nrsiaisaconsidincosi....,laric,ffin e ldAison-Mcaunnmer),ite ,ia/imupe/ laès a aès udiff2)rdntudtsallorss2.ype5img-5I..s-su cillel,voomecls néerapas ouesotles (rmlctqorene l5 leu"xis estinaficdrt e i matsne sur ls ss2.ype5img-5I.9(rnés.15e n° 1omprrnés.17e n° 22omprrnés.23e n° 11) r oles36ssin d,Es busemlvà VTènriBmlvBourges, tGraLadChnmin5teeG linelefiJ(-caps;">Vaginay, 6.3m2Auocdursenesi5935/img-5.tto2n5"172.3. Méthodologie

<126an class II ncdrtiiudess leuptesn ues IIa a, dont2isamelalt h5img-54ee nipe5le-de-Fràcd(uç(cf. s ra) ioss=lipe a éie r d0 abionsasravec3i spsrentsept"ina0saalaadficdnd ertgisa. Nrinenant,lais,sx f,vs 0me . Picardie,sChampas (nourBerry,i Je, alore/imL VTènriB1b et t5sarab30)tee VTènriB2vsgecdfonax ere une e le 5img-,sc i leucd e pae ré>ergescevins seia prstinafiupe srcldrtgisas.sLecfaci lès, dont es IIa ball aunma siblslead l593 IV, alorss2ChnlnntvtGrana CôlesSint-RochlefiJ(en ux conrof,="vlclsast5Clpui5it;,i 5. ualmrari u.,lux velsJéelquesemaicesdedré>ergescevvec3le faci lèslutypes et souIInes corctt ients iess p rtb ues I e r ovosisliès ogitdretieu5tiscriminattcsd(r re ovos, j à saapronai ncorsertaiff2)rdncss p rtb ,nnotamux , es IIa rare l5 suinne (lelvrapCt JF302,es Il593ypnatris rmen rsement dincosisve23simpls q esses rments simplepeintsaisChnlnntv(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,uétslt htmq u los53funt tipri ogit ursv(uç-suisiiioss=sete snMeldtdré e pa :smctn amp="v"inafili>faci lè3icard,3auéelri Jnt htmq u eue nun6<. orDou nl spsrentocccetttalaadfias Picardie, ts qpall-3d(roe eL VTènriB1b et t5sarab30)tee VTènriB2)Jcopes Cis eguSdpaniaosiux ude ts qpall-4p(p2enries ypdirau5tun-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm) e ssin ddomeD700 ,5 des étsles0sent une évfupaurogitdsusorisbnresuiCis eguSs aepesattents touie(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Lr(-caps;">Vaginay, erg (eCis eguSdan eL VTènriB1sdnn VTènriAe(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, erg (e cohuCis egu ls ss>Lrhorizlisr,Es buses5itdperirvtux élvà VTènriB2ave23 VTènriB2bn(-uçabid.,ioss=spud151-156) r oé pr"n Orlrin co, types et so2 dase, alorL VTènriB1b et VTènriB2av(-caps;">Vaginay, Vaginay, 19)lpré atni /PG,oei as 3cannexe/immentsriesudtsadrtgisaspré ervntneee ainsearchaïs esi(rovosi(lnipsoïda0eJ,vs rdsasrai esrouFdig e ld)ns erangers aiscd>Lddopi5935/img-5IInelas3cannexe/imfinevmsinaf d printiscut;alosd,ffin e ldvec3sallorss2.ype :smctnsemVaginay, Vaginay, 6.4m2Auocdursenesi5935/img-5.Vo2n5"172.3. Méthodologie

<127an class5935/img-5.V t rraspondD5patripsren,nt lype5img-55-6ue5319)lpre déaîtrlétsiaoCis ecir="v"inafiliuis et sso4eet 5-6uest sentzdsubti unet étsles0 IV, aloe itlerir="r lsnpatrilt hi e i(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, VagisluKiintdertr"g,ea eeras rraportiît eSe3nts,lnnF302nsept"ina0saalaa(sudadfss-sys-Ba , Fiàd i, Hinauto...vréaît tydoxt"ie liajusé pr"n Ar og r(Jac),(s, Ros es oll-1996,-p. 28-29)eohCou niljVaginay, Vaginay, Vaginay, Vag,upe d upypètrsou niaoraçsamelae ain(rmlctsurfaciedes ux cip otr ,es cori JnGJV, alolrass ltslt hronès aît e rvvarseoupmernot 3testp- Ysanosoe edrgaPFtse sre pCanoaux,vs 0me Cou nilj">VagisluKiintdertr"g,es core tôse ainemprg;-anries unidirerir="relll, upe d upypètrauFvuFdnt un>ma siblslerelairvtux éfragmene l. M llsimlctqorene l5vec3lI sement sluKiintdertr"gin593Lallé printiracte,elllljit;ret, mses (r,vs 0me t5s ypnible lisraut ees ( oudlob30)tun-caps;">Vaginay, Lddrimago>Ld leu Lrcott grâcg"t piauq u lore dmpte deeoit pesrnomeD700 d(-caps;">Vaginay, Vagislsteotsien 3cannexe/immentsriesudsnMesne>Ldetrdnt Au>ee(-uçabid.ioss=,-rnés.8-9) oùeie rovoïdns sI sub eeluo>Ldr re ovos, esur usdcdfovoraiscalleudopia qnts toue1ddlu VBsenu n ( VTènriC1nde nentb)eohau faci lè VTènriC1nde nentbse nia Pleinemt5sFràcd (-caps;">Vaginay, Vaginay, erg (eeeraII s et sso3/4ee nipeOrlrin cor( VTènriB2bnet VTènriC1)e(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, erg (ais,dopi(rmlparttôslaj à alvb/rdiafohrant,i cuvx éour la au i ogi da e aer rraydéants,vs 0me celll, upeur la,3sen Varennes-sur-Seine de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi,ncepeeant étslemofonr ogit ursteotsimentserDees.vins,5iypeipporiirsamelalctj à at prAulnat et t5s">Vagislstsement d i  ls engaglnh, e nutôsé priillel,vles ux nr ogitDeduFba iamclermsinog r>erDecd>Ld leurcaact ts sent VTènriC2-D,sc i leucd e pae aiff2)rdncs da eiillevec3lypeagitns nt lllljsem <43class="texte" dir="1n7">7. Deas q odlan limnt lypeutiontaît lalctvionsellljoomeD700 115)s liès ssdemofoflexr="ntn5"171n reva(exparée fin% <44class="texte" dir="lt23">7.1 chs q odlan lio2n5"172.3. Méthodologie7an clas  Hovoio,mit;t-pes i,niypehypotht700 ef urlsis a l5simpl ms sdemMé lau-F lt-Ysano, de VillSemehero ass="texteftn7">(....png">Oli.nal (png, 50k) 9 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><128an classs fapaicaît lalctvionsellljoypeusa .ourantiauFcdursenu ss>Liumd 5 dedulFermesurgspauraosux e deidor la,s f excepet notaalol(vilne é, agglomloran liseClp VTènriC2-D),vs 0me fa santspsrentteas q odlan limoomeD700 .sLecfaihnétsaets aents iessoe ep6Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, sII dmbinagsonse(-caps;">Vaginay, Vaginay, L,Jeou ndtdfdurse f010eJ suiunseulvoluux,Jeou ndtdréein lisryeigdir=ttlsantpas t prhomogspau e l5ddstypeatmosphriesudtpost-3ui onuxLypeabses rmde nurrtttclCts 7ana>réeéresuipnivisemgtrrpas e séries hypothtesn, arrogitdade3ui onedevàt rrraspond i"t padui,mlon gdès ssdemsurfaci,sa5" utiontaît o por un st(tefdurses inagitsis etnlnm ll à stoieCou ncdrt e i gociX1e ld Vaginay,

Agrandir Original (png, 50k)
9

<129an classs 3cannexe/ime sur la ipporiîtdlsutype5img-5I.,e vec3 mofonr ogit cd l5">e3nts,lnnF302narvvvarsehautsuo>Ld ovosicd010exor. Id e, alorétsles0eotsidomine uaesca aloguSdellement duauFcdurseneI s et sso.IpetvI.Ipetvétsae n593Lallé prsuipsresnesi5935/img-5.Vrétsles0vvarseba rp2nne uaespas (j à salv36L), lgsj à srapronai n5n pripporionsant étseau nune qpall-tardivop(rnés.57)miI J">19rntsealone/i, upe d uplligudopia qnts tou,sles0eotsis51ltttnibl/PG3systumatxe/iès udorofslrve un> ieduh030 e0 can>Lr(3inodpe. ), lgs3iedsuba re0 obliet seV, ala cmappsraît l"entzdtardivoès m5Ls ellementsudtsadrtcip otr ,efona la imptyucdrpuI ss2pnnlèslu70ynaividus, esuruptcoeux uins speeantmdtsallorss2.a 3cannexe/imn="le sur la localemtEllljnGJV, alolguries5"ntdet cirCluda batr avec3 arrestitsirnexdlssjden3cannexe/ime sur la ssin pnateinesenu quort519)lpas GCt J el,sre pCres irr,savec3i s3cannexe/ime sur la sass=semprupH0llstaEs.D3/ VTènriAe(-caps;">Vaginay, Vaginay, 19idssasFCes0eotsiaiscolunéaapCt J sass=semseneI s et sso.Ip(rnés.19e n° 12)petvI.Ip(rnés.29e n° 1omprrnés.31e nosan s > 4-5),J leudeppellx écdrt e e r ovosidnn VTènriAeddstypeagit rhrmVaginay, Vaginay, erg (e(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, 19revoionCopes Cemennerr t hi rpouvi deden serrestitF302,etnlnce r ovosi cohuCnt uneu r llbaaonrof.s-su cillel,vte rp2ene sieotsiais3inodpe. m(5img-5I.) e da b6<.  udtsart e e r ovosidnnas 3cannexe/imieinte9edenogi simpfonaurougs53groupljAison - Mcaun,es cori JLall)iffici unns2semeelorn ci iaonractsdnt uneuifluesceedou nunir srouFdou nl593aus i, aII satte odlan liseipporionsant rg;-anries simuletnoimugeât que l’on peuntets scienne et du nés. 8extIcon">

Agrandir Original (png, 50k)
9

<130nt:smalI J">19enanttynaiff2)rdntudttoterne/imlctqort dnnas 3cannexe/ime sur la va cur-Seant rg;type5img-5I.9nt lype5img-5.Vr(rnés.58)net étslemofonr ogit lie n de nentm(5img-5IV) anndncescalleudopia fin5tee VTènriC1n(rnés.55)e(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm,u-uçauq uoriioss=oeou nagdu 3caax eiocon,petvétsae phrmssin dgspaurao d prinnovan limLt dt curiirvnrofiCou niaoo odlan limClplctvionselllj(uç(cf. s ra)ioss=uugeât que l’on peuntediv>

<131nt:smalCend ee odlan lim llèvolrve un>systumd eechnF/PG3upe d unaf étscalleu ltslt heeesuruene lss2pnoposer patrila 3cannexe/imn="le sur laorEnslypeabses rmeypeasalysedeechncments eepnnocoso ( Ld leur eercotse nu dftdlvpar dont2isadaista e surend eapnnlèmodelaarg(as rrasoluirsamelacevpnoblumd d010exopar),s, t, ividillel,3sestasalysesi leunGJVaurs otrepes iegspauraontoufs)mtP nirurses euden de nentoe iggries ére "ff,tn/PG,lmpledupmsinaargde rp2en iess 3cannexe/is e sur lasucal700 d(3cannexe/ime sur la sass=sempouF(uçDrehs. ibenkennexkioss=odarresteursenesiaeguSdn semenne), t5saispotiîfurota df aooupnypeses iemionre œuvaf éts des de ia fint2isad(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, 19ia rrrsla2isada eroe eJ leudeliG5cdnd eccannexe/imduFs svelppme023serd5/im as plastxe/is (begueà I dmbinse sgavec3dII sass=suess, éelaît e rcdls, gusllochage)eoupmsrphcments esi( inodpe. s,5 iedsuba robliet s,d ovosicd010exor),rincottèsimpls 3cannexe/imn="le sur laeetecoasub ants,lessolypeusa ute sumiI Jré>ie023ser es a ailétsd>Ldvvarseoen Varennes-sur-Seie de VillRimle arrO-Sat/ VPe npte dePrimes tlefi ot fairet pr=bjecment un>liseaargdetlctqoroioxt"pnie leuaiuptcoeux uoblitor lslssde osan s > 10-20),nclllls-ceu emot ant pauinenantticedries3s uèle fondD5pratxe/i dufrsiqueste,sre ipporecd,es corob ervoi dillelJ(-caps;">Vaginay, 19re5t-pes iepsrenlnnF302ns u- svaluoimugeât que l’on peuntets scienne et dennnotes"inal (png, 50k)8an clas  À2.ype xcepet dsJéelquesefragmenesubeigldou5nogisd leur eererobaaloux éaltor ls (be3ui oneou5ox ass="texteftn8">(....png">Oli.nal (png, 50k) 9 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><132an clasEnsous i, etecdts asar la ">19f laès a a,i Je, alore/i, aou niot 3lpartgrennesmajorie l, cdrtcip otr aispâtergspauraosux egnisI ouegnisubeiglve23simfgnisuune ovopssvtexte"foottotecall"s="texteftn8">8ana> s otrep/i l5cue s,r. mejorie l, re itmosphriesurtdlanrice rétrôl la,u vec3 e eost-3ui onurtdlanrice (mode Ble:s-caps;">Vaginay, Vaginay, 9an clas  C593Lall ividillelJ/ou nun>ssin d f0inagit e/i atrrs otresrss svelpp¨slssdanoàessspx ciaontouse ass="texteftn9">(....png">Oli.nal (png, 50k) 9 6nitinéetes. En revtexte" dir="ltr"><133an clasAe ii,i Jibleortgdetsadasar las étsles0réein lisrteas q odlan limoen3cannexe/ime sur la ss2.ype :smctnsemLdbionsas chs q séries Lalléeilapmsinaargaute su,eé prilsoe eda gdemouFlx ,l e iine/imla dont2isadaista e surend e ividillel,3paucosstt023unglliguipprdntiseaarg(-caps;">Vaginay, sreeoua2nspx ciaontou, clétsi prhomogspau e l5ddseoit pesrnesi5935/img-5.Vre, aloratre cdfivoumiSivte rp2en iess 3cannexe/is e sur las,éelle /PG3s italcttichncmentumu lore œuvaf,sc i leuneechang e ividillellrassgrenn-chosraislypeaffaies5(-caps;">Vaginay, 9ana>uxLypedrgaPFtin limgociallonible3nts,imatre VTènriaas atcopet t5sarab30)tee VTènrimoyatcop(-caps;">Vaginay, Vaginay, sdsiquaît evec3lypeapporiirsamet5vec3lI semvelppme02,rerobaaloux éuptcoeux uins speeantsrteas q en ies,adnt un>sreeoua2nspx ciaontou ?iSivtypeabses rmeypeunes chelli;s"inaa osimlvà VTènriB-C1sms rrtsdiscule li ou,upe d upypèt,md itapes ierelairvntouf,vtypeabses rmeypeuneàeugdetsainaa osaît ut ouv5tr (r lsiettae Cristocratxe/i, o pidum)sCou niype :smctn deidor l el,soltègspauraosux , re Cal700 tocccetttalaaaiscaà alon du"allavor la el,se, alo,sre p séries asalyse,5s pry o posumiDou ncdonréein lis,re tôsétsdnt onOrinrrpaypeLx st(s rmeypeanoàessspx ciaontousees.vixes,5dcohuonlit;rees Cemennerr t hi seeunseohnp/i l5aans/stqt ux uvi;alosd(cirntels),ri Jfautit>5t-pes ierIvisagerpaypehypothtesnvent uneu3atogo peeaividreeoussin nitrmups,5œuvamup,ematrquoiras,aen ux snau e0 onanu,lnnF302,npatrilap dmpte deegrouplddrgaPFtsesore heff, pes.sLa mu lore l2vcett rmeypeunes chelli;de rétrôle e23snt uneudrgaPFtin limhiitrmrchntouf sustipri ogit uuscdfluest3testp- Ysanolvà VTènriB1av(-caps;">Vaginay, sreeoua2nspx ciaontou (rnb is,eporuess....,lvogit lparthautF302nspx ciaontoug(asuxtreerfdur lauxmeypelonrb),l e iine/imlypeLx st(s rmee ux snauxmeypelochang e ma s iess p2en iess,ss2pnodler rmenufacturousees.oenatresdednibltigelaric-caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-et -caps;">Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm, va Cou niljm llsresnére alorsividrs 0monerrsnt uneudrgaPFtin limelacevtypeuxLypeLx st(s rmeypeun>ull sreeoua2m3cannexe/i,na eeras aiffus limooitapes ieentzdlipe la,su pos étsles0ux snauxmeypelochang D5C enrgaPFtsesoaista us sdemlypeLffond ime023susystumd e rcheff, pesrcd010exorudopia fin5turp2ene 5 dedulFer, sub st(s23s uètyeifovo min malaa(-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginay, Vaginay, <134an clasEnfin,ri Jré>ie023s pr=b ervnine/imla donan liment uneuqsrenttedrtcip otr dge VTènriaas atcopiot 3cdfries paredetut pCres irrle:sllasp2ene sivvarse cohuCes0eotsiaish030 ieducan>Lr(Ville-Sint-Jac),(s)rqui,vs 0me t5s vvarsepeintsds2.a 3 nt ljAisontMcaun, ot purav5tr tyeifonan lime, alablaaaiscallorsuVcratriesle:smslangt e0 rraseohin limelaboi ondlcooontoufsn bs "xe010eochron ovosi leurs C svelppn0 bs ta us s(5img-5IV) cohuCes0j à salv36Ldnou nie éellese="vit;rev5tr Cesrcdupldlvb/git, ls q esses rment uneuqs ogiolvà Varennes-sur-Seierdnvoymup,ellllj,sx f,vaista ds 0mair="velaboi ondlcooontoufsuxredasar las V, alotren serrCeuqstr nvec3lI irn f rti leuun emla drsiquescd dnnas 3cannexe/ime sur la,vaissduid5/butsuupe d upypèt,mvec3lI sdetut dencdrt e i sded(-caps;">Vaginay, 7.2. Adperisifonan linelso2n5"172.3. Méthodologie

<135nt:smalBirn é prilnosoe epasFCou nnotrs2pnoposment "ntdepneerieune dsalysedd5/im asempdimla donan limeadrtcip otr ,eéelqueserdmer),as Vypeypnasx éaisla luéries nuFcdrpuI s eudrauuxredaents iess r eereronasoisssot eafment hypothtesnped5stravaileetecoacipni écdrt e sdellfsn bses irrped5svionselll,es cori J eraireatre )iffici unns2t5s vvlinerrhâtrvtux éenslypeabses rmeypeasalysednatris23simpl sis ventu,luicaram,luierv3ui onu(e tôsrarsraut emot ant)eohautitsie

<136an classerp2ene ointmcdcipnieas cd ir="lgspauraopdimla b à peetad3uiinemetilctqort dnrtaiff2)rdntsdellfsnCou nie rsent une éuxOneaua, jssonorofrétsles0eots,ie rj à satrds onF/PGa"t lgsj à srapronai n5en 3cannexe/immentsriesu5/im x e d0munsssotpe g ia qnts touerIvisag la ou,d upypèt,mrics et sso.Iplv.Vuxredrtcip otr doivx écd ersi5935/éipme023elaball-agetasb à pees inagit, ls eiilleaduid5/grionsantttynau santsiot 3capacnrofilvr lsist¨sauFfeu.sOneré atnopauinenanttétsles0eotsien 3cannexe/imn="le sur laefine/nt i-finevr eeres oreatre depnnoir (ouseCou nie rsent une é rg;type5img-5I.9el,sre pCres irr,slvVille-Sint-Jac),(s,sc i leucd e pa e aere de rve drchaïsmdlefi. M coras qort dnncedaentserdrtcip otr ,eéeur eererobaaloux édbltir lsnauFsn ckaarge"vit voluux,Jsividux ésxsauFfi J utetmqoroos Inypeses iep nué prinecdott duauFcdursenesi5935/img-5.VuxrerphrmL,na eeralu/spanrsividrsroîtda gdeux , oevinne uaedrtcip otr dldrausvaista ds 0mair="v(s lleri vl-ourynaividuelll),5 des étsles0j à sa(ohlls étlqueseass,à s)atrds onF/PGa"ns3cannexe/imfine/nt i-finevdiminue édrastxe/iF302n os I ispsraît l"nibl/PG3cd010ètF302ndlsuta fin5tee VTènriC1n(-caps;">Vaginay, ercle,ncets donan limnypes et épsu cillellguries5avor la incen593Lallrarsll matsealoncdu>erclessotent ssperforemseneVille-Sint-Jac),(sp(rnés.18e n° 3),oeou n/pe g"dbltir lrlvres iesuspeeun os Ipa usa pCres irruugeât que l’on peuntediv>

<137an classer erée ointmcdcipnieaes0ee nptped5svionselllaen uelaît evec3 e r onan lisespx ciaontoufsp(unxe/iF302n se sgautcdurseneI s et sso.Iplv.V) chronfionselllsp(qua ierxe010agits)reerdII es ogiosrouFdoltitsi(eroeserxe010agits)rr eersboenamux érars,sc i leucddlerair lv t;aloux et pape gine/imla ccannexe/imdihnp/i l5ilj"eul ma siblaututiontofitot 3cdferir="reruaedrtcip otr dbltir lsnnt lype5gpe ta utcm asemeohau foltiaargde rlietidarreliès ogitd, y3cd01ri5cdlui dtdpan>vagldlcooontousuugeât que l’on peuntediv>

<138an classercdrpuI scohuonlaispote, f rtid5s23erxe010agits, a batrsJéelqueses liès sssimpls donan limeadj à salvb/rdifbltsar lorO"vooitardmer),arne/i, s 0me dillelJ/ou nleVBsenie pCris at (-caps;">Vaginay,

<139an classesFba iae ,eéeunevr eerguries5étsd3lpartgrennedj à s,eae ovont tasun>gnoupljellement duhomogsun,es corlelJ/pm"ie liseet t5sfaihné pr"lloe ix éupujdursepnodlerGa"ns3cannexe/imn="le sur laementsriesore foohuCes0rtcip otr px cift dus (dbltir lsnnt la ds 0mair="vs lleri vl-ourlvpar rirvnrofisreeoua0ele?)mtElllsur eereeuu/span>sII (hér "n tpe )metilctrés"inaair="velasixment "ntde "lloelvVa2nnes-sur-testptGraLadMorion utCdlombirrlefi,n/ou nun>sent une emodeste,spneesdividstt ép n ladeliGf,oeou n/PGslt heepuisn "n dldugit e/oivétsae soe eauFsujete leimpfonan liuugeât que l’on peuntediv>

<140an classesFmisro-vvars,d up/spanneI 21,ucd e023unggnoupljepe d ux faoeuuhomogsun chrs Irraportiît n593Lallrassa lanogit,niypehab t;teneVille-Sint-Jac),(sprsent uneohuonz(n e rquaorzierxe010agits rg;type5img-5I.,na eereroeseaou nshacunudns sIulsdmlosm151meti161n(-caps;">Vaginay, Vaginay,

<141an classesFjarits, enfin,rms rrt023une msxsauF oint. Aup/spanneI 39erxe010agits erees Ci ibuant rg;-anries a lanogit,nelllsur eerennoir (eèeou nt uèles0 IV, aloes corupujdursee"vit t e/antsrof.sElllsur eereibl/PG3upujdursepnodlerGa"ns3cannexe/immentsrieso(eou n90 %nesecas) chrs If rtbsfragmenean limlipe e ts ibltitun limead ovos, s corleses liès ssscohuonlaispote mets éensl2vcett rmee>Ldteeancele:sls q séries Lallaespassa progible f e r36erDeCes0rtcip otr ovoïdnsomprla eréea Lallaesfaihnétsaes vvarse eereibl/PG3upujdurseuneudu>er2uit re evo laorhronspm"ie lisemodestesi(eellls é pr"lloe e alont tercepealo)metilctfaialorqort dnncedrtcip otr dou niaocd ir="lde rsent une é romeD700 d,in593Le foohupasidnnoit pe>Lrcmagedatsnpatrilapsn ckaargCes0rtcoltetreerdII e, scbt, lgéel"allasurofitar arr iloa"t lgsgibtserd("n tas,Jeou ndtdsacs)miDe>Lddb ervin li)lions302n nOrinrrpé prun>sunaf rôle leimpLall/s volu chs q séries Lalllypealtorin limels simf19ia q esses rmeeie 8uxronclus liso2n5"172.3. Méthodologie

<142nt:smalBirn éeas documeneaît isponialoreoerair lgcoeux urraportiesCou niype :smctn(uemdociteCou niaoviasempdimlypeYsano, simpl sicotnauxmcraye>Ldicaun coretesimpl si10atnauxm[Brii, Gâtrneis,JBnauce])reerdou nleVetmqor(aII s et ssoIpetvI.Ip cohuCemdocitagits),els 3cannexe/imss2.ype :smctnr nt ll sem19)lpas GCt JmiDedcevpointmd5svuf,vtypeasalyseddu faci lè3cannexe/im ds oreeaesrfaireux éavec3sallo e r36atxe/is fupauragits ere e rmobiirrpems en liet suugeât que l’on peuntediv>

<143an clasLauq u lore dmpte deeoit pesrnomeD700 dohautits,eentzdbirn f untseo,mitvo23serd5/dontrneI s et ssoauxmcaract iesserelairvtux ébirn hranchaut, excepeofit>5t-pes ietype5img-5I.Irqui,vduvpointmd5svufjellement du,rselux vels,euneoeuuenupauga df,re tôs.o0me une qpall-igdermldraies5einafi arrs et sso.IpetvIV,etnais /PG3s nsvocabulagitdronès alusypeigaividuaontebirnuugeât que l’on peuntediv>

<144an clasLau ds oreàcsueinafi arrs et ssod5/dontepe ci e0 cellls ét meéensl2vcett rmtypeasalyseddeseoitp nt l dou niaom llrtgisarselux velsJlpartbsanopatrila ortieshaute)lpas ssiquescd (rnés.53) chrons et sso.,o.IpetvI.Ipit;vx épes ierrrslse sgavec3lls horizonse VTènriAe( nupnnocosiès aune simg-5de nento 5/éiviadnteuais VTènriA),e VTènriB1avet VTènriB1borEnsc i leucdcipnieaype5img-5I.,nlau ds oreàcsuesrfairesrepote re pCreiestril5" utiontaît e rm lsptGrafntsaII siractrurslefi,n des étsla Cohin limelaaype5img-5I ">19f loi st e rasar las deero. tcments eo,adp>e s e l5dypeapp6<. sr leu"allgdir=tl-agetasvilid e l5ddstamu lore ssiquescdorEnsrevà. l-suipsresnesia fin5teetype5img-5I.I, t5staaloauFse brouslleuxrend eaents iesiourrs l,sre "ff,t,rselréf erievec3lI semb30)tnn VTènriB2,n des étsl5935/img-5.V, queur593Leracieclit;r-pes iedou nleVaentser quort5tun-caps;">Vaginay, Vaginay, Vaginayean s >nt:smal-sm, aischevlestril5" horizonn VTènriB25de nento etesimpl semb30)tnn VTènriC1uxredrtsuletr cohue 5grennespCreiee 5parmont gavec3lls oit pin li)oplorse sore Francescainaa ereerdou nune bsanoportiesCuVBsenie pCris at. Pos Inypeses iepadré aVaginay, Vaginay, Vags ere e>Ldt Ld"ystumds . tcments esomprcllll-ceuiourrs lur593Lx10 ),arnre pCreie bs ta nanurener rmobiirrpesollFcnrofsnpatridatni l5935/img-5.V, que,e="vl593aua, jsso es a ou, eorionseohnpes i,aaisca j su,erxclus aduid5/pôsefupauragits ssin pnateins, s corcets ex10 cin limnevn uèeoriîtpasisuff santn e23snt dstitsiv51lsjibltieererobaaloux éaisex10oreumiLs surabpeanceddeseoitp nt l att ibuoissso VTènriB25a5" u"vcôs l5eeraarare l5ddstrursehomologuSs5tee VTènriC1, teetype utres(-caps;">Vaginay, <145nt:smalAe ii,patrila ortiesde nento )lpas ssiquescd,e="veclit;r,aaisca j su,eq eré atni /PG5lljiythmemeypelovoluirsamel rmobiirrpeeerdII e6atxe/is fupauragits a5" u"vcôs l, e0 celleudopia vionsellljoomeD700  teetype utre,unevr eerpasisnricteux éle rm ls. Uadull ré at n593Lallrasseou ncotse quescdsore tevosihis orxe/is,cCrch ioesnes10acmpl sictsuresssotll ouotll moux én593LallrassneutremtP tôsétsdeechercherJpae ymrrobaalorvnts t l, i Jfautiso;haitni /PG5llstoccasr="s rg;réfrsin ri arree>Ld"ystumds te muleipirnt,cCrelllsur eersuscepealoss2ibno;vxserrnotrs2vie li )lpas sociX1e ludge VTènriaas atcopet dudlob30)tnn VTènrimoyatcop23serssada voluirsamiDedcevpointmd5svufd upypèt,mi JLallimqloran f e muleipirri arrfouslles a5" hab t;tee23snt re pubirri arrrtsuletr cCr,rdou nleVetpri ogit s eudraue ci, e>Ld"Iulsdmo éaism ll)lpaivrericets o por un rof.ugeât que l’on peu.

pssvtexte"go-top"s="texteCresll-" hr">Ha30)tnnpaarpng">Origit que l’on p/ts s t que l’on peuntttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt que l’on peunt

Arcelin P., Tuffreau-Libre M., 1998, La quantification des céramiques : conditions et protocoles, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 139 p. + XVII p. (Bibracte, 2).

Arnold D. E., 1985, Ceramic theory and cultural process, Cambridge University Press, 268 p. (New Studies in Archaeology).

Augier L., 2001, « Les artefacts : la céramique commune », in : Buchsenschutz O., Ralston I., L’occupation de l’Âge du Fer dans la vallée de l’Auron à Bourges : installations agricoles, funéraires et cultuelles (Xe-Ier siècle av. J.-C.), Tours, ARCHEA, p. 109-128 (22ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Augier L., Renault I., 2004, « Introduction de la force cinétique rotative dans la chaîne opératoire des productions céramiques du dernier quart du VIe et du Ve siècle avant J.-C. à Bourges (Cher) : découvertes archéologiques et expérimentations », in : Feugère M., Gérold J.-C. dir., Le tournage, des origines à l’an Mil, Actes du colloque de Niederbronn, oct. 2003, Montagnac, ed. M. Mergoil, p. 101-111 (Monographies Instrumentum, 27).

Augier L., Mennessier-Jouannet C., Milcent P.-Y., Orengo L., Riquier S., 2007, « La France centrale aux IVe et IIIe s. av. n. ère (Auvergne, Berry et Orléanais) », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, 2007, p. 117-176.

Balzer I., Meunier K., 2005, « Un site d’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne à Pfulgriesheim (Bas-Rhin) », in : Adam A.-M., éd., Recherches de Protohistoire alsacienne : la céramique d’habitat du Bronze final III à La Tène ancienne, Dijon, p. 257-273 (23ème suppl. à la R.A.E.).

Baray L., 1991, « Le Sénonais dans son contexte du Bassin parisien du IVe et du IIIe siècle avant J.-C. », Dijon, R.A.E., t. 42, fasc. 2, p. 203-270.

Baray L., 2000, « Le faciès culturel du Sénonais au Hallstatt D et La Tène A », in : Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du 19e colloque AFEAF, Troyes, 1995, Reims, p. 93-128 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise,15 – Bull. de la Société Archéologique Champenoise,4).

Baray L., 2002, « Les nécropoles tumulaires de la fin du premier Âge du Fer de l’Auxerrois et de l’Avallonnais : état de la documentation », in : Maranski, D., Guichard V. éd., Les Âge du Fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental, Actes du XVIIe colloque de l’AFEAF, Nevers, 1993, Glux-en-Glenne, Centre Archéologique européen du Mont Beuvray, p. 33-80 (Bibracte, 6).

Baray L., 2003, Pratiques funéraires et sociétés de l’Âge du Fer dans le Bassin parisien (fin du VIIe s.-troisième quart du IIe s. avant J.-C.), Paris, 446 p. (56ème suppl. à Gallia).

Baray L., Chaume B., Millet E., 2007, « Culture matérielle et pratiques funéraires en Bourgogne du Nord aux IVe et IIIe s. av. J.-C. », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, juin 2003, Lattes, p. 187-225 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Baray L., Deffressigne S., Leroyer C., Villemeur I., 1994, Nécropoles protohistoriques du Sénonais, Paris, éd. de la M.S.H., 230 p. (Documents d’Archéologie Française, 44).

Baray L., Krier V., Leroyer C., Limondin N., Tresset A., Bouvet P., Gadiolet P., Solari M.-E., 1994, « L’habitat protohistorique des Sécherons à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) », Dijon, R.A.E., t. 45, fasc. 2, p. 243-304.

Bardel D., 2002, Première approche de la céramique du Hallstatt final (Hallstatt D2/D3) dans la France du Centre-Est : économie de la production et faciès culturel, Mémoire de DEA, Université de Bourgogne, 114 p.

Bardel D., 2005, « Le mobilier archéologique de l’habitat du Hallstatt final à Ecuelles, Charmoy (Seine-et-Marne) », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 209-224 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Bataille G., 2008, Les Celtes : des mobiliers aux cultes, Dijon, Éd. Universitaires de Dijon, 258 p. (Coll. Art, Archéologie & Patrimoine).

Billoin D., Matterne V., Méniel P., 2002, « L’habitat de La Tène ancienne de Tagnon ‘La Fricassée’ (Ardennes), économie et vaisselier », in : Méniel P., Lambot B. éd. : Repas des vivants et nourriture pour les morts en Gaule : découvertes récentes de l’Âge du Fer dans le massif des Ardennes et ses marges, Actes du XXVe colloque de l’AFEAF, Charleville-Mézières, 24-27 mai 2001, Reims, p. 33-48 (Bull. de la Société Archéologique Champenoise, Mémoire, 16).

Boisseau F., 2006, Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » (Essonne) : rapport d’évaluation, INRAP, Pantin, Saint-Denis, 51 p.

Brun P., 2007, « Une période de transition majeure en Europe : de la fin du IVe au début du IIIe s. av. J.-C. (La Tène B2 et C) », in: Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, juin 2003, Lattes, p. 377-384 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Buchez N., Le Goff I., Millerat P., 2004, « Les nécropoles à incinération de La Tène ancienne de Milly-sur-Thérain et Saint-Martin-Le-Nœud (Oise) », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 1/2, p. 33-121.

Buchsenschutz O., Bulard A., Lejars T. dir., 2005, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, 272 p. (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Bulard A., Duhamel P., Poulain T., 1983, « Fosses de La Tène ancienne aux Sablons de Fresnes-sur-Marne (Seine-et-Marne) », in : Les Celtes dans le Nord du Bassin parisien (VIe-Ier s. av. J.-C.), Actes du Ve colloque de l’AFEAF, Senlis, mai 1981, Amiens, p. 47-65 (Revue Archéologique de Picardie, 1).

Charpy J.-J., 1991, « Recensement des céramiques à engobe rouge en Champagne », in : La céramique peinte celtique dans son contexte européen, Symposium international d’Hautvillers, oct. 1987, Reims, p. 97-107 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 5).

Charpy J.-J., Delnef H., 2001, « Ateliers de potiers et mains d’artisans au Ve siècle en Champagne (F.) », Lunula, Archaeologia protohistorica, IX, p. 52-64.

Chaume B., 2001, Vix et son territoire à l’Âge du Fer : fouilles du Mont Lassois et environnement du site princier, Montagnac, éd. M. Mergoil, 643 p. (Protohistoire Européenne, 6).

Collet S., 2002, « La céramique tournée cannelée hallstattienne et du début de La Tène » », in : Maranski, D., Guichard V. éd., Les Âges du Fer en Nivernais, Bourbonnais et Berry oriental, Actes du XVIIe colloque de l’AFEAF, Nevers, 1993, Glux-en-Glenne, Centre Archéologique européen du Mont Beuvray, p. 107-116 (Bibracte, 6).

Corradini N., 1991, « La céramique peinte à décor curviligne rouge et noir en Champagne : approche technologique et chronologique », in : La céramique peinte celtique dans son contexte européen, Symposium international d’Hautvillers, oct. 1987, Reims, p. 109-142 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise, 5).

De Ceuninck A., 1994, « Forme, fonction, ethnie : approche ethnographique des céramiques du delta intérieur du Niger (Mali) », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 161-177.

Delattre V., 2000, « De la relégation sociale à l’hypothèse des offrandes : l’exemple des dépôts en silos protohistoriques au confluent Seine-Yonne (Seine-et-Marne», Tours, Revue Archéologique du Centre de la France, 39, p. 5-30.

Demoule J.-P., 1999, Chronologie et société dans les nécropoles celtiques de la culture Aisne-Marne du VIe au IIIe siècle avant notre ère, Amiens, 406 p. (Revue Archéologique de Picardie, n° spécial, 15).

Desbat A., 1989, « Aperçu et réflexions sur les techniques traditionnelles des céramiques à partir d’exemples marocains », in : Actes du congrès de la SFECAG, Lezoux, 1989, Marseille, p. 143-152.

Durand J.-C., 1994, « Un habitat de La Tène ancienne à Champagne-sur-Oise », in : Buchsenschutz O., Méniel P. éd., Les installations agricoles de l’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du colloque de Paris, Paris, Presses de l’École Nationale Supérieure, p. 149-158 (Coll. Études d’histoire et d’archéologie, 4).

Feugère M. dir., 1989, Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, 191 p.

Friboulet M., Buchez N., Desenne S., Gaudefroy S., Marlrain F., Pinard E., Robert B., 2007, « Caractérisation des ensembles céramiques des IVe et IIIe siècles avant notre ère dans la région picarde », in: Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai - 1er juin 2003), Lattes, p. 35-68 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Gallay A. 1994, « Sociétés englobées et traditions céramiques : le cas du Pays dogon (Mali) depuis le xiiie siècle », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 435-457.

Gaucher G. dir., 1996, Fouilles de Pincevent II. Le site et les occupations récentes : l’environnement tardi et post-glaciaire et les témoins postérieurs au Magdalénien, Paris, Société Préhistorique Française, 228 p. (Mémoires de la S.P.F., 23).

Gebhart R., 1989a, « Pour une nouvelle typologie des bracelets celtiques en verre », in : Feugère M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 73-83.

Gebhart R., 1989b, « Le verre à Manching : données chronologiques et apport des analyses », in : Feugère M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 99-106.

Gouge P., Leconte L., 1999, « L’habitat du Hallstatt final et de La Tène ancienne sur le territoire de la Ferme d’Isle à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne) : propositions pour un cadre chronologique », in : Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du 19e colloque AFEAF, Troyes, 1995, Reims, p. 157-180 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise,15 – Bull. de la Société Archéologique Champenoise,4).

Guadagnin R., 1984, « La nécropole celtique de Bouqueval », Bull. des Jeunesses Préhistoriques et Géologiques de France, 8, p. 16-65.

Hatt J.-J., Roualet P., 1977, « La chronologie de La Tène en Champagne », Dijon, R.A.E., t. XXVIII, fasc. 1-2, p. 7-56.

Hurtrelle J., Monchy E., Roger F., Rossignol P., Villes A., 1990, Les débuts du second Âge du Fer dans le nord de la France, 252 p. (Les Dossiers de Gauheria, 1).

Huysecom É. 1994, « Identification technique des céramiques africaines », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 31-44.

Jacques A., Rossignol P., 1996, « La céramique laténienne en Artois : premiers résultats des fouilles des années 1990-1995 », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 3/4, p. 23-39.

Kaenel G., 1990, Recherches sur la période de La Tène en Suisse occidentale : analyse des sépultures, Lausanne, 457 p. (Cahiers d’Archéologie Romande, 50).

Krämer W., 1985, Die Grabfunde von Manching und die Latènezeitlichen Flachgräber in Südbayern, Stuttgart, RGZK, 163 p., 126 pl. (Die Augsgrabungen in Manching, 9).

Kruta V., 1975, L’art celtique en Bohème : les parures métalliques du Ve au IIe siècle avant notre ère, Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études, IVe section, 303 p., XVIII pl.

Lambot B., 1988, « Les coupes à bord festonné du Bassin parisien et du Nord de la France », Reims, Bull. de la Société Archéologique Champenoise, 81, 2, p. 31-83.

Leconte L., 1991, « Les nécropoles laténiennes de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) », Saint-Germain-en-Laye, Antiquités Nationales, 22/23, p. 43-80.

Lejars T., 2005, « Le cimetière celtique de la Fosse Cotheret à Roissy (Val-d’Oise) et les usages aristocratiques dans le nord du Bassin parisien à l’aube du IIIe siècle avant J.-C. », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 73-83 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Lévi-Strauss C., 1985, La potière jalouse, Paris, Plon, 314 p.

Mahias M.-C., 1994, « Façonnage des céramiques en Inde : un cas de poterie tournée par les femmes », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 327-341.

Marion S. 2004, Recherches sur l’Âge du Fer en Île-de-France, entre Hallstatt final et La Tène finale : analyse des sites fouillés, chronologie et société, Oxford, 1121 p. (BAR, International Series, 1231).

Marion S., 2007, « Les IVe et IIIe siècles avant notre ère en Île-de-France », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai - 1er juin 2003), Lattes, p. 91-115 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Massy J.-L., Mantel E., Méniel P., Rapin A., 1986, « La nécropole gauloise de Tartigny (Oise) », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 3/4-1986, p. 479-492.

Massy J.-L., Mohen J.-P., Poplin F., 1973, « Les sépultures gauloises d’Allonville (Somme) », Bull. Société Préhistorique Française, 70, p. 13-81.

Mennessier-Jouannet C., Adam A.-M., Milcent P.-Y. éd., 2007, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF (Clermont-Ferrand, 29 mai - 1er juin 2003), Lattes, 398 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Méniel P., 2005, « La sépulture humaine et le dépôt d’animaux de Varennes-sur-Seine, Le Marais de Villeroy (Seine-et-Marne) », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 181-191 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Milcent P.-Y., Moulherat C. et coll., 1999, « Un tumulus princier du Ve siècle avant J.-C. à Sainte-Geneviève-des-Bois, La Ronce (Loiret) », in : Fastes des Celtes entre Champagne et Bourgogne aux VIIe-IIIe siècles avant notre ère, Actes du 19e colloque AFEAF, Troyes, 1995, Reims, p. 295-332 (Mémoires de la Société Archéologique Champenoise,15 – Bull. de la Société Archéologique Champenoise,4).

Paris P., 1998, « Les sépultures à incinération de La Tène moyenne de la « ZAC de Ther » à Allonne (Oise) », Amiens, Revue Archéologique de Picardie, 1/2-1998, p. 271-329.

Peake R., Séguier J.-M. et coll., 1997, Occupation de l’interfluve Seine - Yonne du Paléolithique supérieur à la fin du haut Moyen Âge à Marolles-sur-Seine, Le Grand Canton (Seine-et-Marne), Document final de synthèse, Saint-Denis, SRA Île-de-France et CDA Bassée, 105 p.

Peake R., Allenet G., Bernard V., Chaussé C., Clavel B., Dietrich A., Leroyer C., Séguier J.-M., 2005, « Un exemple de gestion du milieu humide en fond alluvial à l’Âge du Fer à Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne) », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 157-179 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Picon M., 1974, Introduction à l’étude technique des céramiques sigillées de Lezoux, Dijon, Université de Dijon, 142 p. (Publ. du Centre de Recherche sur les Techniques Gréco-Romaines, 2).

Picon M., 1992, « Ethnoarchéologie et recherches en laboratoire : le cas des techniques céramiques », in : Ethnoarchéologie : justification, problèmes, limites, Actes des XIIes rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, oct. 1991, Juan-les-Pins, éd. ADPCA, p. 115-126.

Picon M., 2002, « Les modes de cuisson, les pâtes et les vernis de La Graufesenque : une mise au point », in : Genin M., Vernet A. éd., Céramiques de La Graufesenque et autres produits d’époque romaine : nouvelles recherches : hommages à Bettina Hoffmann, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 139-163 (Archéologie et Histoire Romaine, 7).

Poyeton A. dir., 1999, Établissements ruraux du deuxième Âge du Fer à Saint-Julien-du-Sault ‘Les Boulins’ (Yonne), Passy, Dijon, Nancy,Document Final de Synthèse, 80 p. (Programme d’Interventions Archéologiques dans les carrières de granulats de l’Yonne).

Prampart J.-Y., 1979, « La nécropole gauloise de Villeperrot (Yonne », in : Les Sénons avant la conquête à la lumière des dernières découvertes : habitats, commerce, sépultures, Actes du colloque AFEAF de Sens, 1977, Sens, Société Archéologique de Sens, p. 67-83.

Prampart J.-Y., 1983, « Pont-sur-Yonne, Le Bas des Renardières (1983) », Société archéologique et culturelle de Pont-sur-Yonne, 6, p. 7-13.

Roualet P., Charpy J.-J. éd., 1991, Les Celtes en Champagne : cinq siècles d’histoire, Catalogue d’exposition, Musée d’Epernay, 280 p.

Roux V., 1990, Le tour du potier : spécialisation artisanale et compétences techniques. Paris, éd. du CNRS, 155 p. (Monographies du CRA, 4).

Roux V., 1994, « La technique du tournage : définition et reconnaissance par les macrotraces », in : Terre cuite et société : la céramique, document technique, économique et culturel, Actes des XIVe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Juan-les-Pins, éd. APDCA, p. 45-58.

Saurel M., 2007, « Les IVe et IIIe s. av. n. è. en Champagne-Ardenne : apport de l’étude de la vaisselle des habitats », in : Mennessier-Jouannet C. et alii, La Gaule dans son contexte européen aux IVe et IIIe s. av. n. è., Actes du XXVIIIe colloque international de l’AFEAF, Clermont-Ferrand, 29 mai-1er juin 2003, Lattes, p. 7-33 (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne).

Séguier J.-M. et coll., 1995, Occupations protohistoriques et habitat rural gallo-romain à Villiers-sur-Seine, Les Vallées (Seine-et-Marne), Document final de synthèse, Saint-Denis, SRA Île-de-France et CDA Bassée, 132 p.

Séguier J.-M., 1999, « Un aspect de la romanisation en territoire sénon : la céramique de la fin de l’Âge du Fer et du début du Haut-Empire du secteur de confluence Seine - Yonne », in : Tuffreau-Libre M., Jacques A. dir., La céramique précoce en Gaule Belgique et dans les régions voisines : de la poterie gauloise à la céramique gallo-romaine, Actes de la Table ronde d’Arras, 14-17 oct. 1996, p. 335-366 (Nord-Ouest Archéologie, 9).

Séguier J.-M., Delattre V., 2005, « Espaces funéraires et cultuels au confluent Seine - Yonne (Seine-et-Marne) de la fin du Ve au IIIe siècle avant J.-C. », in : Buchsenschutz O. et alii, L’Âge du Fer en Île-de-France, Actes du XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, 2002, Tours, ARCHEA, p. 241-260 (26ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Séguier J.-M., Viand A., à paraître, « Chronologie des assemblages de mobilier des trois derniers siècles avant notre ère en Île-de-France : un état des lieux dans les territoires des Sénons et des Parisii », in : Barral P., Fichtl S. dir., Chronologie de la fin de l’Âge du Fer dans l’Est de la France et les régions voisines (IIIe-Ier s. av. J.-C.), Actes de la table-ronde internationale de Bibracte, Glux-en-Glenne, 15-17 oct. 2007, Glux-en-Glenne, Bibracte, Centre archéologique européen (coll. Bibracte).

Séguier J.-M., Auxiette G., Clavel B., Maury O., Raimbault S., 2007, « Le début du IVe s. av. J.-C. dans l’espace culturel sénonais : les habitats de Bois d’Echalas à Ville-Saint-Jacques et de Beauchamp à Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) dans le contexte de l’interfluve Seine-Yonne », Revue Archéologique du Centre de la France, 45-46, mis en ligne le 08 avril 2008. URL : http://Revue Archéologique du Centre de la France.revues.org//index611.html.

Séguier J.-M., Auxiette G., Coubray S., Dunikowski C., Leconte-Schmitt B., Zech-Matterne V., 2008, « Une ferme du début du IIIe s. av. J.-C. au ‘Marais du Colombier’, Varennes-sur-Seine (Seine-et-Marne) : analyse archéologique et environnementale », Revue Archéologique du Centre de la France, 47, mis en ligne le 13 mai 2009. URL : http://racf.revues.org//index1105.htlm.

Séguier J.-M., Ginoux N., Méniel P., 2008, « L’habitat de La Tène ancienne du Château à Roissy-en-France (Val-d’Oise) », Paris, Revue Archéologique d’Île-de-France, 1, p. 169-190.

Suter P. J., 1984, « Neuere Mittellatène-Grabkomplexe aus dem Kanton Bern : ein Beitrag zur Latène C-Chronologie des schweizerischen Mittellandes », Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire et d’Archéologie, 67, p. 73-93.

Szabó M., 1992, Les Celtes de l’Est : le second Âge du Fer dans la cuvette des Karpates, Paris, éd. Errance, 206 p.

Vaginay M., Guichard V., 1988, L’habitat gaulois de Feurs (Loire) : fouilles récentes (1978-1981), Paris, éd. de la M.S.H., 199 p. (Documents d’Archéologie Française, 14).

Zepezauer M.-A., 1989, « Perles à décor oculé spiralé de La Tène moyenne et finale », in : Feugère M. dir., Le verre préromain en Europe occidentale, Montagnac, éd. M. Mergoil, p. 107-120.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Alain Bulard (SRA Île-de-France/MCC), Patrick Gouge (SDASM) et Agnès Poyeton (INRAP) de m’avoir autorisé à exploiter et publier des documents inédits, Nathalie Ginoux (INRAP) pour son aide dans la datation des pièces d’armement, Christophe Dunikowski (INRAP) pour les informations sur le site de Maillot, Carlos Valero (INRAP) pour les photographies et Patrick Pihuit (INRAP) pour la réalisation de l’iconographie.

2  Deux installations domestiques ont été récemment découvertes (fouilles R. Issenmann et C. Charamond, INRAP) ; il en va de même sur le tracé de l’autoroute A19.

3  N’ont pas été intégrées à la matrice les formes attachées à des fonctions particulières et dont le caractère non discriminant, sur le plan chronologique, est par ailleurs bien établi (Marion, 2004 ; Séguier et alii, 2007), comme les pots à déversoir, les couvercles, les faisselles, les passoires, les godets à alvéoles, les jattes à bord festonné, ou légitimement soupçonné (micro-vases).

4  Il est curieux de constater que les parures identifiées dans les contextes domestiques correspondent à des types ne figurant jamais dans les tombes, pourtant nombreuses, de La Tène B2 et de La Tène B2-C1 de l’espace sénonais, la seule exception étant le bracelet à décor pastillé de l’incinération de Milly-la-Forêt qui rappelle le bracelet à décor pseudo-filigrané de Marolles-sur-Seine, encore qu’il s’agisse là de pièces sans doute importées et tout à fait particulières.

5  On ne sait que penser de la présence de trois fragments de vases ornés au peigne trouvés dans le sanctuaire voisin de La Villeneuve-au-Châtelot (Aube) (information P. Barral, que nous remercions ici) : ce lieu de culte étant réputé être créé à La Tène B2 (Bataille, 2008), il est possible que les éléments décorés dans ce style soient résiduels et relèvent d’une occupation plus précoce du site (hypothèse que rien dans le mobilier métallique et dans le reste de la céramique ne vient valider), ou que, comme le vase orné à l’identique de Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » (étape IV), ils appartiennent à une tradition en voie d’extinction à la charnière des IVe et IIIe s. av. J.-C.

6  Il est important d’observer que, si nous avons noté d’importantes distorsions entre la sériation proposée par ce dernier et la nôtre, c’est sans doute en grande partie parce que, précisément, au-delà de partis pris méthodologiques résolument différents, la première se fonde sur l’ensemble de l’Île-de-France qui, pour l’époque considérée, constitue un espace géographique artificiel dépourvu de cohérence culturelle, ce qui conduit à s’interroger sur la part qui revient, dans la définition des étapes (peut-être en dehors du cas du Hallstatt final), aux facteurs chronologiques et aux variables géographiques et/ou culturelles.

7  Hormis, peut-être, l’hypothétique four signalé sur le site de Montereau-Fault-Yonne, « Les Sécherons », dont des éléments ont été mis au rebut dans une fosse (Baray et alii, 1994b, p. 287), encore que la seule présence de fragments de sole perforée ne suffise pas à prouver une telle fonction.

8  À l’exception de quelques fragments beiges ou noirs qui sont probablement altérés (recuisson ou oxydation accidentelle par le substrat).

9  C’est d’ailleurs dans un contexte similaire que pourraient se développer les ateliers spécialisés dans la production de céramique peinte ou à engobe rouge du Ve s. dont l’existence est soupçonnée en Champagne (Charpy, Delnef, 2001).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de la zone d’étude (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Légende Fig. 2. Localisation des sites pris en compte (1-15) et des sites complémentaires (16-19). 1 : Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » ; 2 : Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières » ; 3 : Villiers-sur-Seine, « Les Vallées » ; 4 : Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » et « Les Roqueux » ; 5 : Bazoches-lès-Bray, « La Rompure » ; 6 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » ; 7 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » ; 8 : Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » ; 9 : Varennes-sur-Seine, « Beauchamp » ; 10 : Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » ; 11 : Varennes-sur-Seine, « Volstin » ; 12 : Varennes-sur-Seine, « Les Rimelles » ; 13 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles » ; 14 : La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » ; 15 : La Grande Paroisse, « Les Sureaux » ; 16 : Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » ; 17 : La Villeneuve-au-Châtelot (sanctuaire) ; 18 : Maillot, « Le Saule Fendu » ; 19 : Montereau-Fault-Yonne, « Les Sécherons » (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-2.png
Fichier image/png, 44k
Légende Fig. 3. Évaluation quantitative des ensembles pris en compte.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 4. Classement des types et sous-types morphologiques retenus ; abréviations : P = pots (formes hautes), J = jattes (formes basses), M = micro-vases, X = vases particuliers (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 5. Classement des décors (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-5.png
Fichier image/png, 65k
Légende Fig. 6. Matrice d’association des types morphologiques (en caractère normal : céramique non tournée fine/semi-fine ; en caractère gras : céramique non tournée grossière ; en italique : céramique tournée ou finie au tour).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-6.png
Fichier image/png, 50k
Légende Fig. 7. Matrice d’association des décors (en caractère normal : décor sur céramique tournée non fine/semi-fine ; en caractère gras : décor sur céramique non tournée grossière ; en italique : décor sur céramique tournée ou finie au tour).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-7.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 8. Composition globale des assemblages de l’étape I (exprimée en % sur le NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-8.png
Fichier image/png, 3,2k
Légende Fig. 9. Bazoches-lès-Bray, « La Rompure ». Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-9.png
Fichier image/png, 37k
Légende Fig. 10. Villiers-sur-Seine, « Les Vallées ». Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-10.png
Fichier image/png, 33k
Légende Fig. 11. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » - phase 1. Céramique de l’étape I (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-11.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 12. G. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape I (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-12.png
Fichier image/png, 14k
Légende Fig. 14. Composition globale des assemblages de l’étape II (exprimée en % sur le NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-13.png
Fichier image/png, 5,4k
Légende Fig. 15. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structure 77. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-14.png
Fichier image/png, 44k
Légende Fig. 16. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 162 et 155. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-15.png
Fichier image/png, 45k
Légende Fig. 17. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 151 et 161. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-16.png
Fichier image/png, 39k
Légende Fig. 18. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas », structures 3, 94, 1, 2, 6, 108 et 118. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-17.png
Fichier image/png, 19k
Légende Fig. 19. Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », structures 37, 22 et 20. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-18.png
Fichier image/png, 34k
Légende Fig. 20. Varennes-sur-Seine, « Beauchamp », structures 18 et 47. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-19.png
Fichier image/png, 33k
Légende Fig. 21. Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins », structure 146. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-20.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 22. Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins », structures 133, 134 et 149. Céramique de l’étape II (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-21.png
Fichier image/png, 24k
Légende Fig. 23. La Grande Paroisse, « Les Sureaux » - phase 1 -, structures 64 (n° 11), 69 (nos 6-7, 10) et 273 (nos 1, 3, 8) ; La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », structure 1019 (nos 2, 4-5, 9). Céramique de l’étape II (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-22.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 24. La Grande Paroisse, « Les Rimelles », structures 2001 (nos 6, 13-14), 2003 (nos 4-5, 8), 2005 (nos 3, 15), 2006, (nos 9-10), 2007 (n° 12), 2012 (nos 1-2, 11) et 2016 (n° 16). Céramique de l’étape II (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-23.png
Fichier image/png, 16k
Légende Fig. 25. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape II (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-24.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 26. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape II (exprimé en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-25.png
Fichier image/png, 7,9k
Légende Fig. 27. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape II (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-26.png
Fichier image/png, 10k
Légende Fig. 28. Composition globale des assemblages de l’étape III (exprimée en % sur le NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-27.png
Fichier image/png, 5,1k
Légende Fig. 29. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », fosse 551. Céramique de l’étape III (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-28.png
Fichier image/png, 26k
Légende Fig. 30. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton », fosse 551. Céramique de l’étape III (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-29.png
Fichier image/png, 14k
Légende Fig. 31. Varennes-sur-Seine, « Le Marais des Rimelles », silo 34 (nos 1-3, 5) et La Grande Paroisse, « Les Sureaux », silo 795 (n° 4). Céramiques tournées de l’étape III (relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-30.png
Fichier image/png, 8,4k
Légende Fig. 32. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape III (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-31.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 33. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape III (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-32.png
Fichier image/png, 9,0k
Légende Fig. 34. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape III (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-33.png
Fichier image/png, 5,3k
Légende Fig. 35. Composition globale des assemblages de l’étape IV (exprimée en % sur le NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-34.png
Fichier image/png, 6,6k
Légende Fig. 36. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » - phase 2 -, fosse 408. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-35.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 37. Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » - phase 2 -, fosse 1036. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-36.png
Fichier image/png, 9,7k
Légende Fig. 38. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 124. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-37.png
Fichier image/png, 26k
Légende Fig. 39. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 195. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-38.png
Fichier image/png, 23k
Légende Fig. 40. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 195. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-39.png
Fichier image/png, 22k
Légende Fig. 41. Varennes-sur-Seine, « Volstin », silo 25, 130, 134, 137, 138, 194 et 192. Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-40.png
Fichier image/png, 30k
Légende Fig. 42. Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier ». Céramique de l’étape IV (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-41.png
Fichier image/png, 39k
Légende Fig. 43. La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent », structures 1022 (nos 17, 19-20), 1025 (nos 1, 3, 8-9, 13), 1027 (nos 4-5, 10, 12, 15), 1091 (nos 2, 6-7, 11, 18), 1099 (n° 16), 1105 (n° 14) . Céramique de l’étape IV (relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; mise au net : P. Pihuit, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-42.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 44. Composition des assemblages de vaisselle tournée de l’étape IV (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-43.png
Fichier image/png, 7,4k
Légende Fig. 45. Composition des assemblages de vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape IV (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-44.png
Fichier image/png, 11k
Légende Fig. 46. Décompte des décors sur vaisselle non tournée fine/semi-fine de l’étape IV (exprimé en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-45.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 47. Composition des assemblages de vaisselle non tournée grossière de l’étape IV (exprimée en NMI).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-46.png
Fichier image/png, 8,1k
Légende Fig. 48. Mobilier associé à la céramique de l’étape II. Ville-Saint-Jacques, « Bois d’Echalas » (nos 1-2, 5, 7, 9), La grande Paroisse, « Les Rimelles » (n° 3), Grisy-sur-Seine, « Les Roqueux » (n° 4), Grisy-sur-Seine, « Les Terres du Bois Mortier » (n° 6), Saint-Julien-du-Sault, « Les Boulins » (n° 8) (nos 1-2, 7, 9 : fer ; nos 3-6, 8 : alliage cuivreux (n° 3 : relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-47.png
Fichier image/png, 23k
Légende Fig. 49. Mobilier associé à la céramique de l’étape III de Pont-sur-Yonne, « Le Bas des Renardières », d’après Prampart, 1983 (nos 1, 3 : alliage cuivreux, n° 2 : fer).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-48.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 50. Mobilier associé à la céramique de l’étape IV. La Grande Paroisse, « Les Sureaux » (n° 1), Varennes-sur-Seine, « Le Marais du Colombier » (nos 2-3, 11), Varennes-sur-Seine, « Volstin » (nos 4-5, 9), La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (n° 6), Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton » (nos 7-8, 10) ; (n° 1 : verre ; n° 2 : ambre ; n° 3 : lignite ; nos 4-6, 8, 10 : fer ; nos 7, 9, 11 : alliage cuivreux) (nos 1, 6 : relevé : A. Bulard, C. Drouhot, SRA/MCC ; P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-49.png
Fichier image/png, 15k
Légende Fig. 51. Céramique et bracelet en alliage cuivreux de l’incinération de Milly-la-Forêt, « Le Bois Rond » (d’après Séguier, Viand, à paraître).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-50.png
Fichier image/png, 14k
Légende Fig. 52. Armement associé à la céramique de l’étape IV : La Grande Paroisse, « Les Rimelles Ouest/La Pièce de Pincevent » (nos 1-2 : fer) (relevé : A. Bulard, SRA/MCC ; mise au net P. Pihuit, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-51.png
Fichier image/png, 8,6k
Légende Fig. 53. Comparaison de la sériation proposée avec les systèmes chronologiques en vigueur dans le Bassin parisien et en Île-de-France.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-52.png
Fichier image/png, 21k
Légende Fig. 54. Exemples de décors plastiques exécutés à l’imprimé-repoussé de Varennes-sur-Seine, « Volstin » : types D233 (nos 1-2) et D231 (nos 3-4) (clichés : C. Valero, INRAP).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-53.png
Fichier image/png, 68k
Légende Fig. 55. Choix de céramiques de la fin du IIIe s. (période 1 : Séguier, 1999) : nos 1-16 : Châtenay-sur-Seine, « Le Maran » ; nos 17-20 : Marolles-sur-Seine, « Le Grand Canton Sud » (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-54.png
Fichier image/png, 28k
Légende Fig. 56. Carte de répartition des décors imprimés au peigne de La Tène B et du début de La Tène C1 dans le quart nord-est de la France : 1 : Saint-Julien-du-Sault (89) ; 2 : Maillot (89) ; 3 : Pont-sur-Yonne (89) ; 4-6 : La Grande Paroisse (77) ; 7 : Ville-Saint-Jacques (77) ; 8-9 : Varennes-sur-Seine (77) ; 10 : Grisy-sur-Seine (77) ; 11 : La Villeneuve-au-Châtelot (10) ; 12 : Chelles (77) ; 13 : Collégien (77) ; 14 : Changis-sur-Marne (77) ; 15 : Mours (95) ; 16 : Dormans (51) ; 17 : Hamblain-les-Prés (62) ; 18 : Avion (62) ; 19 : Houplin-Ancoisne (59) (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-55.png
Fichier image/png, 18k
Légende Fig. 57. Céramique tournée ou finie au tour de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais : récapitulatif des formes et cadre chronologique (P. Pihuit, INRAP, del.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-56.png
Fichier image/png, 20k
Légende Fig. 58. Proportion relative (exprimée en % sur le NMI) de la céramique tournée ou finie au tour de La Tène ancienne et du début de La Tène moyenne de l’espace sénonais : en grisé clair : étape II ; en grisé moyen : étape III ; en noir : étape IV ; au sein de chaque étape, les ensembles sont classés par ordre croissant de fréquence.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/5935/img-57.png
Fichier image/png, 7,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Séguier, « La céramique domestique de l’espace culturel sénonais du milieu du Ve au milieu du IIIe s. av. J.-C. dans son contexte du centre-est de la France : », Revue archéologique de l’Est, Tome 58 | 2009, 57-132.

Référence électronique

Jean-Marc Séguier, « La céramique domestique de l’espace culturel sénonais du milieu du Ve au milieu du IIIe s. av. J.-C. dans son contexte du centre-est de la France : », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 58 | 2009, mis en ligne le 14 octobre 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/5935

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Séguier

INRAP Centre - Île-de-France, Centre archéologique de Marne – La Vallée, 56 blvd de Courcerin, 77 Croissy-Beaubourg ; UMR 7041 Arscan (Nanterre), équipe ‘Archéologie de la Gaule, structures économiques et sociales’.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
on class="icoa vndif]js/jqueryascriaut de