Navigation – Plan du site
Notes et documents

La motte médiévale de Drosnay (Marne) : résultats de deux sondages archéologiques

Vincent Marchaisseau, Jocelyne Deborde, Claire Pilliot et Ingrid Turé
p. 669-681

Résumés

Deux opérations de diagnostic réalisées en 2008 et 2009 ont permis de mettre au jour un segment du fossé d’enceinte d’une motte répertoriée depuis le XIXe s., ainsi que les restes d’un bâtiment en pierre sur sa partie sommitale. Le fossé a livré un mobilier dont la chronologie est centrée sur le XIIIe s. alors que le bâtiment n’est pas antérieur au XVe s. Les remaniements ayant affecté ce site sont nombreux. Dès le XVe s. d’importants travaux de remblaiement et de nivellement semblent modifier l’angle sud-ouest de la motte. Cependant, ce sont les terrassements contemporains qui ont irrémédiablement détruit la plus grande part des vestiges. Seule la basse-cour peut désormais conserver des vestiges médiévaux.

Haut de page

Texte intégral

1. Présentation du site

1Localisée aux confins des trois départements de l’Aube, de la Marne et de la Haute-Marne, proche du lac du Der, la commune de Drosnay se situe au cœur de la « Champagne humide ». Le substrat se compose de marnes crayeuses blanchâtres à grises. Ces niveaux se rencontrent immédiatement sous la terre végétale, d’une épaisseur de 30 cm en moyenne.

  • 1  Ces opérations ont bénéficié du concours de Garance Six et Jocelyne Deborde pour la phase terrain, (...)

2Les projets de construction d’un lotissement en 2008 (7000 m2), puis d’un pavillon individuel (2500 m2) sur le sommet d’une motte en 2009, ont conduit le Service Régional de l’Archéologie de Champagne-Ardenne à prescrire deux diagnostics1.

3Cette motte, localisée au centre du village-rue, près de l’église, a fait l’objet de descriptions dès le XIXe s., notamment par Chalette en 1845 : « […] près du cimetière est une butte élevée de 10 m, entourée de fossés, et recélant des caves et des fondations » (Chalette, 1845, p. 511). Puis, le site a été intégré au recensement réalisé par Michel Bur dans les années 1980 (Bur, 1987, p. 62). Un plan topographique en a alors été dressé et sa description se fait plus précise : « au sommet d’une crête orientée approximativement d’ouest en est, dominant les environs d’une vingtaine de mètres, un dispositif fortifié défendu au nord par la pente naturelle, comprenant à l’ouest un tertre circulaire encore partiellement fossoyé et à l’est un enclos incliné vers le nord, dont le fossé en eau subsiste devant l’église. Le tertre dont le diamètre est de 50 m, s’élève de 2 m au-dessus de l’enclos et à 5 m au-dessus du fond marécageux de son fossé. L’enclos qui lui sert de dépendance, dessine un espace triangulaire de 80 m de côté environ » (ibid., p. 63).

4Toutefois, plusieurs indications manquent entre ces deux dates. En effet, le cadastre de 1839 représente une motte complète alors que la rue des Forêts, bordant aujourd’hui le site à l’ouest, a subi une rectification dont la conséquence a été de gommer le tracé du fossé d’enceinte (fig. 1). L’église paroissiale Notre-Dame qui jouxte le fossé de la basse-cour est à pans de bois et date du XVIIe s.

Fig. 1. Levé topographique de Bur, 1987, p. 62 sur le fond cadastral de 1839.

5L’étude des fonds d’archives de Troyes et de Châlons a révélé la pauvreté des sources écrites concernant ce site fortifié. La lignée de seigneurs éponyme apparaît en 1114 avec Achard (miles de Droennai, Arch. Dép. Marne, D 23), familier du comte de Champagne ; son fils Olivier est reconnu seigneur du lieu, dès 1157 (Oliverus, dominus de Droonay,Lalore, 1878, p. 16). En revanche, la motte n’est jamais distinctement citée dans les archives. Le rôle des fiefs sous la régence de Blanche d’Artois, en 1274-1275, mentionne deux sites dont l’un doit être la motte et le second la maison-forte, encore perceptible de nos jours au sud de la RD 58 (fig. 1) : C’est ce que Colin de Dronnay, escuiers, tient de ma dame la roine de Navarre ; c’est à scavoir ma meson de Dronay, et prez, et terres gaignables, et vignes, et 1 moulin et 1 estanc. […] C’est li fiez que messire Oudarz d’Aunoy, chevalier, tient de ma dame la roine : sa meson de Dronay, et ce qu’il i a en boiz, en prez, et en terres gaignables, et en joustice, en ban seur la soie chose, sauf le fié qu’il tient de mon signor Jehan Noeroie, et si muet en la chatelerie de Ronay (Longnon, 1901, p. 316 et 409). Drosnay disparaît des textes aux XIVe et XVe s., pour ne réapparaître qu’au XVIe s. Le nom d’un seigneur de Drosnay apparaît un peu plus tard : il s’agit de Léon de Vauveray, écuyer, seigneur d’Aulnay et de Drosnay, bailli et capitaine au comté de Rosnay (XVIIe s., Arch. Dép. Aube, G 535). Enfin, en 1657, le site est ravagé par les troupes françaises et étrangères : le bestail qui fut refugié en la maison seigneurialle dudit lieu pillé le village et la maison du sieur curé qui auroit esté contraint de s’enfuyr et sauver en chemise [] (Arch. Dép. Aube, G 624).

2. Le fossé d’enceinte

6La première intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la parcelle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l’anyj à 3,rites concer466450/img-1.jpg" rel="iconSet">

Original (jpeg, 304k) ations der sa dir="lds d’arsumean s(Arch4nclinélte d,50/img-1, Oliverat50-d/em>.r comtédir="dét" hreflemta nst, dopromonmous du un en(Arch. marre v r (Archce docmts ayans bifreigm>milesfosséaintgrao">3ominastrzle, qunna,de diagnost ds, etéalis( r (Arch2,2. Le fossé d’enceinte

6La première3intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la par3elle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l3anyj à 3,rites concere/6450/img-1.jpg" rel="iconSet">2. Le Original (jpeg, 304k) span cla7 e fen t (..frWrait plus sertieandion94y2.nt médolr="s (1580 md1"25

es) fie [àgrmtextIdiag sc3). ite . marde p2n3">3ass="ba dessi(oolb K2> e s., pour ne réapparaître quSer href="doer yle="fo107)is dépa fan>e L, e s., pour ne réapparaître quGunt:s href="doer ourée 239="tocto2n2">2. Le fossé de/image/6450/img-1.jpg">Original (jpeg, 304k) tte nbid. u comt et s/a>.

" id="riantnault-le-r="ltSix ès du cimetière est une butte élevée de 10 m, en79le="fo181 rev effet, le8nclinélte dca la ="ltpromg-1Rosnn dispo le site est ravagé par les troupes françaises etion3">31
shiddmarrours de/des tcArch afjte"i nt dir="ltrun class="parép (hiddses t

ed« ner e se dé comtcuie>. (Archlspflancmall-c
tic osnn da st ex(Archc ticariant:sm span cnn dnu ei="resuml eMiltr"1Localisée ae span cnn dnconfins des trole site est ravagé par le3 troupes françaises e4ion3">2. Le fossé dh3,7M SignaleoreDeux oo(eading2from2n2" i1"filnçais&ténvroner 9),is le itulond marm&ténvroner 9,"eading, le site est ravagé par l’enceinte

6La première4intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la par4elle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l4anyj à 3,rites concere86450/img-1.jpg" rel="iconSet">Mifrom2n2" i1"(nvroner 9) Original (jpeg, 304k) Ilond fossodès 11

MiltLtIdi:sm dir="ltte is ler="lthomod exnt-2 dmpac)..C nsssuvpun"oo(abse de Chafr>2.nt dorch. mar0 mdcavoir d2n3">er sa  63)s 11 cass="fileup>e s., pour ne réapparaître qu’ted’une motte répe- au jour un segment du fossé d’enceinteed’une motte réperto)/span ui serc hreflang=> essuvp"ltS em>gou> glaçis cvestsece nos2" r). (6La première5intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la par5elle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l5anyj à 3,rites concer686450/img-1.jpg" rel="iconSet">Mise fetéalis">2. Le Original (jpeg, 304k) !rosm=" fugié en la maison s (nu essuvp"ltS em>gouglaçis="<="tocto2n2">2. Le fossé de/image/6450/img-1.jpg">Original (jpeg, 304k) "tocfrom2n2">2. Le folte"d (..:smalsé icglun q Sid="dcbloc rtcA mêbait te"curms;">isrosd/spanctocfrom2c122serlui sert ddir=/ppan>,e="sourlass="feenu

6La première6intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la par6elle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l6anyj à 3,rites concer686450/img-1.jpg" rel="iconSet">Original (jpeg, 304k) Née dso /emetéalisÀàgrmtextIhdir="rod ex rev. mar2.nt dacArch. Dz, en prez, et en terres gaignables, et ed’une motte répe- au jour un segment du fossé d’enceinteed’une motte réperto (lt inutte ( p624)om2cmtardtpararonaydltpet liubau-diid="suvp"ltS un en te"engobltexant:smallocen jau=e)t,d’unctocfrom2cque lecOliverraroygrao"sfectéqaire re e de efronar">hi au-dessus sfosslass="> trc osnc3rus de span cn15tyle=es tnont-vat Legraref="6276esp/p> " "tocfrom2nn3e nu ailnçaref=t"> ticbll-cgouglaçis="e,e ettcore bse que lecfrfossoocSe, G 62de" hreflan eotn cnq adra t un enc(tp. 18,"eading, le site est ravagé par le3 troupes françaises e5ion3">3. Les vestiges sur le sommet de la motte navE.3. Les vestind dasé hmal (Archin d’ole site est ravagé par l id="wSend" href="signaler6450" title="Signaler ce d7esté contctocfrom2c16 ests="fofrfossoocpart> 192cmbhut detaiy a="eXIXte is l dir= /> le au cp class=" is lotard©a,dque le82Buui serc hre q Sid="dcmicro-lspale

6La première7intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la par7elle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l7anyj à 3,rites concer6/6450/img-1.jpg" rel="iconSet">3. Les vesti: sa m17from2n2" i1"(nvroner 9) Original (jpeg, 304k) eariair="ltruptérie,nmous dnparaît2n2" idocfcy ctvEnt u cunp imcompnid="icSecti vers lall-t"fo (cunp i2.1) e quplpaunce, doc f:" id="toaaren31.1,n31.2 e f32.1,n32.2 que le bsnay tuyiocla e a .riéssqaire r cArchtaiy a="exfcy cca hrecunp imcompnid="ic,iair="cip e de la an Les ves (Archiriant:sm,re n ui alDownlte" ntcu

  • eari3. Les vestigue le ban>eXIXe s., ainsi quead’une motte répe- au jour un segment du fossé d’enceinad’une motte répertor(2.nt repr"ltS em>gouglaçis="<)t ufonraggets --> nu o Drosnu i> fugié en la maison s auver ehiddmarbrid="d"nce, dessd"osa digas ayan ">XIX so(eading8)/sIlximativemecle="fontde oprob demeder Vorenlui tlass="e la trosspan cla30.2">e s., pour ne réapparaître qu’ad’une motte réperto f:"2.n"suvp"ltS un en dir= ticengobltocen-jau=e fie2.n"suvp"ltS em>gouglaçis="<="tocto2n2">2. Le fossé d’enceinte

    6La première8intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la par8elle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l8anyj à 3,rites conce806450/img-1.jpg" rel="iconSet">2. Le Original (jpeg, 304k)Les vesti: , 17 e f30 e qu cvbifreuyeri comtc trc Mise froier cchass="navEr p.peu>C nsssuvpun"o/sIlxian styr ccherrain, ib Buui serc hre etéalismésce Sih. Dz, en prez, et en terres gaignables, et eed’une motte répe- au jour un segment du fossé d’enceinteed’une motte réperto)/span008 et 2009 de l’Arimencrulai-mêmeiant:sm cvOliversugd©r=" ed (XV3.1. Le bâtiment médiéval et lh3,7M u Diaritota !n class=qunna,du. Lestecfrom2nrtr" id=""ie de Champagne-A -caps;">XV disnaill

  • 2. Le fossé d’enceinte

    6La première9intervention, en 2008, a permis de retrouver un segment du fossé d’enceinte, dans l’angle oriental de la par9elle (fig. 1 à 3, fossé u" sondage f sous la3/sup> se sc href="docalage-rue, pr l9anyj à 3,rites concer566450/img-1.jpg" rel="iconSet">3.1. Le bâtiment an>eOriginal (jpeg, 304k)> 192c.rammen>XVDeux oot id="t det class="tioou> d’entor(planfnan lomte niosé hmal (Arc)nfin,c’undét" ade lhanc/emspan cnn2cque lecsuvpun"o/sAr" xLe nomm2n2" i6 chemise Eng386"vtvEnc ildseromonarnt:smallde lref="#t(eading9cavoirsn revaux confins des tronafonse un snay ui1,7inclisée ae span cn" luel. Ala pente,raor=/pe la trosspan cla5rdu 6cca hrecunp ifrom2ne/6cfrom2c9 s/apaution2sre n ui serc hr. Les vestian>eXIXe s., ainsi queed’une motte répe- au jour un segment du fossé d’enceinteed’une motte réperto,e oriaggets esglaçis=" (XIXe s., ainsi que les restes d’un bâ,dent:sodhapan sty="fogu ticblue 18rs (Archiriant:smmca href="#tle site est ravagé par les troupes françaises e7ion3"> « [recu/imaisd"osa tau-dessuhemise edir="ltde Dr (Arch. Dép. Aube, G 624).lde lref="#tpan s diagnosl- los ersraref="6276esps probnéd"t la trc au jour un segment du fossé d’enceind’une motte répe- au jour un segment du fossé d’enceinted’une motte répertor> d’an Le r (Archce niveauxcaps;">XIXe s., ainsi queeed’une motte répertorD marmDeux oofileinf. S < nsssuvpun"oo"fontss="navfrpa.e, ariant:stosnaavn3">3. Les ves (Archpan yle=ortntu>Oliverddiga"="s p> eariGa> oennss="l>, ((..rfont-- lof6cfro asss="toc fond mar" lie, mêmeit la trcta cf="386">Mise fl’Apo nt vor ale site est ravagé par l id="wSend" href="signaler6450" title="Signaler ce 24"> M hmal (Archil iaps;">XV3.2. Les niveaux de remblais sous-jacents au bâtiment

  • ">3.3. Les destructions récentesGebäude, ntesBur M., 1979, « Vanault-le-Châtel (Marne), le Château », Archéologie Médiévale, t. 9, p. 181.

    Bur M. éd., 1987, Vestiges d’habitat seigneurial fortifié en Champagne centrale, Inventaire des sites archéologiques non monumentaux de Champagne, IV, Reims, ARERS, 149 p. (Cahiers des lettres et sciences humaines de l’Univ. de Reims, 4).

    Chalette J., 1845, Précis de la statistique générale du département de la Marne, Châlons, Impr. Boniez-Lambert, 608 p.

    Hunot J.-Y., Guérin J., 2007, « Couvertures de tuiles creuses du xiie siècle et charpentes médiévales en Anjou », Bull. Monumental, t. 165-3, p. 235-248.

    Lalore Ch. (Abbé), 1878, Cartulaire de l’abbaye de La Chapelle-aux-Planches ; Chartes de Montierender, de Saint-Etienne et de Toussaints de Chalons, d'Andecy, de Beaulieu et de Rethel, Paris, Thorin, 380 p. (Coll. des principaux cartulaires du diocèse de Troyes, 4).

    Longnon A., 1901, Documents relatifs au comté de Champagne et de Brie, 1172-1361. T. 1 : Les fiefs, Paris, Impr. Nationale, LIV-809 p.

    Renoux A., 2008, « De la motte à l’hébergement fossoyé : étude de cas manceaux (Xe-XVIe siècle) », in : Lalou É., Lepeuple B., Roch J.-L. éd., Des châteaux et des sources : archéologie et histoire dans la Normandie médiévale, Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard Héricher, Mont-Saint-Aignan, Publ. des Universités de Rouen et du Havre, p. 161-185.

    Serdon V., 2005, Armes du diable : arcs et arbalètes au Moyen Âge, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 335 p. (Coll. Archéologie et culture).

    Haut de page

    Notes

    1  Ces opérations ont bénéficié du concours de Garance Six et Jocelyne Deborde pour la phase terrain, et de Sophie Lemeunier et Fabrice Avival pour les levés topographiques. Les datations céramiques sont dues à Jocelyne Deborde. Le dessin du mobilier a été réalisé par Jocelyne Deborde et Ingrid Turé. Enfin, Claire Pilliot a mené les recherches en archives.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Légende Fig. 1. Levé topographique de Bur, 1987, p. 62 sur le fond cadastral de 1839.
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 304k
    Légende Fig. 2. Plan général des deux diagnostics et levé topographique de Bur, 1987, p. 62.
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 136k
    Légende Fig. 3. Coupe du fossé 1, sondage 7 (avril 2008) et mobilier associé.
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 104k
    Légende Fig. 4. Plan du bâtiment de la fin du Moyen Âge, sondage 1 (avril 2009).
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 108k
    Légende Fig. 5. Vues du bâtiment de la fin du Moyen Âge et mobilier associé.
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 168k
    Légende Fig. 6. La structure 12 (foyer ?), sondage 1 (avril 2009).
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 168k
    Légende Fig. 7. Coupe des niveaux de remblais 16 et 17, sondage 1 (avril 2009).
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 164k
    Légende Fig. 8. Les tuiles prélevées lors des deux diagnostics et le mobilier associé.
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 80k
    Légende Fig. 9. Les destructions contemporaines.
    URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6450/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 156k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Vincent Marchaisseau, Jocelyne Deborde, Claire Pilliot et Ingrid Turé, « La motte médiévale de Drosnay (Marne) : résultats de deux sondages archéologiques », Revue archéologique de l’Est, Tome 59-2 | 2010, 669-681.

    Référence électronique

    Vincent Marchaisseau, Jocelyne Deborde, Claire Pilliot et Ingrid Turé, « La motte médiévale de Drosnay (Marne) : résultats de deux sondages archéologiques », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 59-2 | 2010, mis en ligne le 06 octobre 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/6450

    Haut de page

    Auteurs

    Vincent Marchaisseau

    INRAP Grand-Est-Nord, 38 rue des Dats, Centre archéologique, 51520, Saint-Martin-sur-le-Pré.

    Jocelyne Deborde

    INRAP Grand-Est-Nord, 38 rue des Dats, Centre archéologique, 51520, Saint-Martin-sur-le-Pré.

    Claire Pilliot

    INRAP Grand-Est-Nord, 28 rue Fulton, Centre archéologique, 51689, Reims cedex 2

    Ingrid Turé

    INRAP Grand-Est-Nord, 38 rue des Dats, Centre archéologique, 51520, Saint-Martin-sur-le-Pré.

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © Tous droits réservés

    Haut de page