Navigation – Plan du site
Articles

Un gisement moustérien dans le lit de la Loire, communes d’Avril-sur-Loire et de Fleury-sur-Loire (Nièvre)

Louis Brivet
p. 47-64

Résumés

Cet article est consacré à l’étude d’un site des bords de la Loire nivernaise, mis au jour par une soudaine et rapide modification d’un méandre de son lit et présentant une importante concentration de matériel lithique. Les pièces récoltées n’ont pas été charriées par le fleuve, mais débitées et taillées sur place. Les conditions de gisement rares et inédites, ainsi que l’attribution chronologique du gisement (Moustérien) justifient cette note.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

débitage, outillage

Chronologie :

Moustérien
Haut de page

Texte intégral

Localisation du gisement

1Le gisement est localisé au sud du département de la Nièvre, à l’ouest de Decize, sur la rive gauche de la Loire, dans la partie concave et avale d’un méandre, à cheval sur les communes d’Avril-sur-Loire et de Fleury-sur-Loire (fig. 1).

Fig. 1. Localisation du gisement.

2Sur la rive droite, en face, s’élève, orientée plein sud, la bordure jurassique des collines terminales du Nivernais (fig. 2). Seul le ramassage manuel y a été possible, sondage et mécanisation étant inutilisables en raison de la composition caillouteuse et sableuse très instable du terrain.

Fig. 2. Vue générale du site, en 2008, période de hautes eaux (photo L. Brivet).

Historique et état des lieux

3Ce méandre, jusqu’en 1996, était limité par une berge de plus de 3,50 m, formant un abrupt poursuivi par des prés sableux.

4En aval de ce méandre, ces prés étaient prolongés par une vaste superficie sableuse de même niveau, reliquat d’un dépôt de sable fin transporté et entreposé là autrefois, à partir d’une petite exploitation de matériaux alluvionnaires, en amont, utilisant un godet de sablière. Cette zone de dépôt se situe dans le prolongement de ce talus qui forme la berge tout en assurant sa continuité. L’ensemble est toujours hors d’atteinte des hautes eaux, seules les crues peuvent recouvrir la totalité de cette surface, et ce, pendant quelques heures, mais rarement au-delà de 2 à 3 jours ; en général une crue annuelle submerge le site.

5Depuis 20 ans, la Loire s’attaque à cette berge et la frappe en son milieu avec une force et un volume d’eau importants par fort courant, hautes eaux et crues. Le recul du méandre est d’autant plus accentué que la berge est essentiellement sableuse avec des strates de marnes. On peut estimer le recul au centre du méandre à plus de 200 m en 20 ans (fig. 3).

Fig. 3. Le site et évolution de la Loire dans son contexte topographique (DAO : Yves Pautrat, d’après données I.G.N.).

6En 1996, au printemps, courant mai, une violente crue recouvre la totalité de la zone : talus, prés et partie sableuse ; mais l’érosion du centre du méandre entraîne quelques conséquences nouvelles, autres que dépôts de sable et de troncs d’arbres. La crue lamine cette grande surface sableuse en queue de méandre, en emportant la partie supérieure de son sable et en dévoilant sur une longueur de 250 m et une largeur de 100 m en bordure du fleuve, d’une part une nouvelle surface formée entièrement de pierres en silex, galets, rognons, gravier et du sable et d’autre part son « talus relique », témoin de la fin d’une période d’alluvionnement correspondant à la fin d’une période interglaciaire (Guinot, 2001). C’est désormais le long de ce talus (le fossé relique) que s’écoule la Loire par hautes eaux et crues, son lit majeur périodique (fig. 4).

Fig. 4. Les basses eaux d’été permettent de visionner le lit majeur épisodique limité par le talus relique qui recule en permanence (photo L. Brivet).

7C’est cette nouvelle surface, mise au jour par le fleuve, qui présentait une importante concentration de matériel lithique. Malheureusement cette concentration s’amenuise d’année en année. La longueur du site a diminué, la tête de la grève ayant disparu, sa largeur n’est plus que de 30 m et la fraction fine (graviers, gravillons et sable) étend son domaine au détriment de la fraction grossière (galets et rognons). Cet épandage domine encore la Loire de 3 m en basses eaux et de seulement 0,70 m en hautes eaux.

8Aucune des pièces trouvées sur ce site et étudiées ici ne provient donc des lits mineur et majeur périodique de la Loire, mais elles ont toutes été ramassées dans cette zone qui échappe au dépôt aléatoire par le courant du fleuve, en raison de sa position élevée. Ceci nous permet de conclure que cette industrie lithique ne saurait avoir été amenée et déposée par la Loire régulièrement en cet endroit, mais qu’elle correspond bien à un gisement préhistorique in situ, progressivement dégagé par le fleuve.

9Toutes les autres grèves, tant en amont qu’en aval, sur des kilomètres, se sont révélées parfaitement stériles. Une seule présente un empierrement semblable à celui du site objet de notre étude mais n’a fourni strictement aucune pièce.

10La série lithique du gisement d’Avril-sur-Loire/Fleury-sur-Loire totalise 3055 pièces réparties en 1879 éclats et lames (61,5 % du total), 1073 outils (35,1 % du total) et 103 nucléi (3,4 % du total). Soit un ensemble de 3055 pièces.

Analyse succincte de l’industrie lithique

1. La matière première

11Elle est constituée intégralement à partir des nombreux nodules siliceux (rognons, galets de 10 à 18 cm), de formation jurassique, issus des plaines et plateaux traversés par le fleuve depuis le Massif central, transportés et disséminés dans le lit de la Loire (ainsi que celui de l’Allier), avant d’être ramassés ici. Ces mêmes nodules se retrouvent jusqu’à 12 m de profondeur dans les sables du lit de la Loire, comme constaté à la sablière de Decize, en exploitation, à quelques kilomètres en amont d’Avril (fig. 5).

Fig. 5. Les rognons de silex de la sablière de Decize (photo L.Brivet).

12Quelques-uns d’entre eux ont été sélectionnés et ont fait l’objet d’une première étude sur place. Plus tard une analyse comparative des outils et éclats taillés avec les nodules trouvés sur le site et ceux collectés à la sablière a permis de montrer leur parfaite corrélation : le matériel lithique ramassé a bien été taillé sur le gisement même, et toutes les séquences de la production semblent donc avoir été réalisées sur place. Ces matériaux en silex d’origine locale ont été utilisés sous des états divers à partir des pièces lourdes : galets et rognons partiellement ou totalement retouchés (pour les bifaces), supports bruts débités et retouchés devenus outils sur éclats ou lames, ou simples éclats. Il n’a pas été trouvé de silex d’origine exogène, ce qui élimine toute importation de matériel lithique.

13C’est un silex local assez dur, de moyenne qualité, ayant toujours le même aspect : une teinte miel qui va du jaune clair au marron foncé, avec toutes les nuances intermédiaires : café au lait, orangée... Quelques pièces sont jaspoïdes.

14Matière première et industrie lithique sont disséminées et réparties sur toute la surface du site, mais très majoritairement plus nombreuses en première moitié de grève. À noter en particulier que tous les bifaces ont été ramassés dans cette zone. La seconde moitié de grève n’a livré qu’un quart du total des pièces (il s’agit là d’estimations approximatives, en l’absence de pointages précis lors des prospections).

15L’accentuation rapide de la modification du méandre, combinée avec les hautes eaux et crues très fortes de ces dernières années, et fort heureusement aussi une recherche permanente, contribuent à la raréfaction extrême des récoltes, surtout en ce qui concerne les outils. On peut ainsi estimer que :
- 60 % du gisement ont disparu. Ce pourcentage recouvrait la partie rattachée à Avril-sur-Loire. Cette moitié disparue correspondait à la zone la plus riche ;
- la partie restante, déjà la plus pauvre, continue à souffrir du passage des crues et d’un recul permanent de son talus relique et ne propose plus que de très rares pièces.

16Les outils et les éclats ont des dimensions moyennes, le plus fréquemment comprises entre 5 et 7 cm, parfois 10 cm, rarement 12. Ces pièces lithiques sont lustrées par l’eau, ce qui leur confère souvent un aspect verni. Elles sont plus ou moins concassées, plus ou moins émoussées, altérées donc par l’érosion de l’eau et du sable. Un quart d’entre elles est dans un bel état de conservation et certaines, fragiles, n’ont à l’évidence jamais dû parcourir la moindre distance. Leur aspect et leur disposition (concentration) confirment leur appartenance à un gisement en place, progressivement remanié et détruit par le fleuve.

17Si l’appartenance de cet ensemble au Moustérien ne semble pas faire de doute, il est difficile de le rapporter à une couche stratigraphique unique. Le matériel lithique, légué par chacune des occupations moustériennes successives (la variété et la diversité des catégories et types obtenus par le débitage et le façonnage en seraient la preuve), n’a pu rester en place dans cet environnement pierreux et sableux instable et soumis à l’érosion. Le gisement serait donc plus probablement constitué de successions stratigraphiques toutes moustériennes, mais ces dernières étant relativement bouleversées et érodées.

2. Le débitage

18Les 103 nucléi recensés (3,4 % du total) sont de taille modeste ; il n’a pas été trouvé de forts gabarits, la longueur moyenne se situe autour de 7,5 cm, ce qui tend à montrer une exploitation de la matière première qui n’est pas poussée à son ultime possibilité ; la grande quantité de matériau disponible sur place explique cette pratique. Qu’ils soient issus de nodules ou d’éclats, leur mise en forme est variée, sans nette prédominance d’un type sur un autre, mais on retiendra que les nucléi polyédriques, aux séquences opératoires peu organisées, et dont le débitage s’adapte à la forme du support, sont les plus nombreux : 34, soit 33 % du total. Suivent les prismatiques (à 1, 2 ou plusieurs plans de frappe) : 28 (27 %), les Levallois : 17 (16,6 %), les atypiques : 15 (14,5 %), les discoïdes : 8 (7,9 %) et 1 nucléus à tendance pyramidale (1 %).
Compte-tenu de la dispersion des pièces sur le site, aucun remontage n’a pu et ne peut être envisagé.

19L’obtention d’éclats a été l’activité dominante : les 1879 éclats et lames représentent 61,5 % du total. Dans cet ensemble, les éclats proprement dits s’imposent à 90 %, contre 10 % pour les lames. Mais un quart des éclats est à la limite des lames et le terme d’éclats laminaires conviendrait très bien à nombre de pièces de ce site. Leurs dimensions sont très variables, comprises entre 3 et 11 cm, soit une moyenne de 7 cm. Sur le total de 3055 pièces, on en compte 1190 qui sont plus ou moins pourvues de cortex, soit un pourcentage de 39 %, mais ce chiffre est sous-évalué et devrait être supérieur car de nombreux éclats corticaux d’entame présents sur le site, indice d’un débitage local, ont été délaissés à la découverte du gîte du fait du comportement néophyte du chercheur. Ils ne furent récoltés que tardivement, la récolte étant à ses débuts sous-tendue par l’unique souci de la pièce obéissant aux lois de la pierre taillée.
Le débitage Levallois y est représenté mais faiblement, qui nous propose 26 éclats et lames et 17 nucléi, soit un total de 43 pièces.

20L’examen des talons donne les pourcentages suivants : talon lisse : 1230 pièces, soit 40 % du total ; talon dièdre : 339, soit 10,7 % ; talon facetté : 281, soit 9,3 % ; talon cortical : 252, soit 8 % ; talon punctiforme : 186, soit 6,4 % ; talon absent : 767, soit 25,6 %.
Les talons lisses dominent largement. Les autres types sont dans des proportions proches les unes des autres. Les talons absents, soit un quart du total, sont essentiellement représentés au niveau des outils par la totalité des bifaces, des choppers, des chopping-tools, des burins, une partie des coches, des grattoirs et des retouchés. Ils sont inexistants dans les autres types d’outils.

3. L’outillage

21Ont été considérées comme outils des pièces intentionnellement fabriquées en fonction d’objectifs techniques à obtenir, ayant subi des aménagements, d’affûtage et de réaffûtage, sur la totalité d’un bord ou des deux bords, qu’il s’agisse d’éclats corticaux ou d’éclats issus de plein débitage. Les pièces retouchées, aux retouches limitées sur l’un des bords, voire les deux, sont ici considérées comme partie intégrante de l’outillage. L’ensemble étudié représente 1073 outils, soit 35,1 % de l’ensemble lithique (fig. 6).

Fig. 6. Les outils par type. Légende : lev = levallois retouché ; ptm = pointe moustérienne ; lim = limace ; rac = racloir ; gra = grattoir ; bur = burin ; per = perçoir ; cou = couteau ; coc = coche ; den = denticulé ; cho = chopper ; chtl = chopping-tool ; div = divers ; bif = biface ; ret = retouché.

22On note la présence de pièces propres à être rattachées au Paléolithique moyen et en particulier au Moustérien : bifaces, limaces, pointes Levallois et moustériennes. Si on considère l’ensemble des outils, mis à part les pièces retouchées (troisième ensemble par ordre d’importance, examiné à la fin de cette d’étude), la série des racloirs prédomine, la deuxième série étant celle des coches ; suivent les perçoirs, puis les bifaces. Tous les types d’outils sont donc représentés, dans des proportions plus ou moins importantes.

23La retouche majoritaire sur ces outils demeure la retouche semi-abrupte, subparallèle, courte et directe. Mais la retouche parallèle et la retouche écailleuse sont bien présentes. Plus rarement, elle est abrupte ou rasante. Il n’y a pas de vraie retouche Quina.Nous détaillons maintenant les différentes catégories d’outillage.

Les pointes Levallois retouchées

24Au nombre de 13 (1,2 % des outils), leur longueur varie de 3,3 à 9 cm. Pour huit d’entre elles, les retouches concernent les deux bords, les cinq autres n’ayant qu’une retouche latérale.

Les pointes moustériennes

25Les 23 pièces (2,2 %), de dimensions très variables, de 2,5 à 9,5 cm, sont toutes retouchées. La retouche concerne la totalité de la face dorsale pour neuf d’entre elles, les quatorze autres sont retouchées seulement sur les deux côtés et très peu sur leur face. Sans doute pour faciliter un emmanchement, le bulbe a été enlevé sur trois d’entre elles. Une de ces pointes est en particulier état de fraîcheur et ne porte aucune trace d’érosion par l’eau.

Les limaces

2610 au total (0,9 %), dont neuf typiques et une atypique ; elles sont remarquables pour deux d’entre elles en raison de leur parfaite esthétique et de leur état de fraîcheur. Huit limaces typiques présentent les mêmes caractéristiques : forme en fuseau, enlèvements larges sur la surface supérieure bombée, retouches sur les deux bords et extrémités en pointe par ailleurs plus ou moins arrondies. La neuvième est parfaitement retouchée sur les deux côtés ; elle possède ses deux extrémités et le bulbe a été éliminé ; par contre, elle est lisse sur sa surface supérieure. La dixième, l’atypique, montre les critères de la limace, à l’instar des précédentes, mais ses qualités de taille sont nettement moins affirmées.

Les racloirs

27Ces outils sont les plus abondants : 264, soit 24,6 % du total des outils.
Les latéraux simples, au nombre de 171, dominent très largement ; ils représentent 73 % du groupe total des racloirs ; leur répartition est la suivante : 109 convexes, 40 droits et 22 concaves.
On relève ensuite 21latéraux doubles : 9 convexe-convexe, 4 droit-droit, 1 concave-droit, 2 convexe-droit, 3 convexe-concave, 2 concave-concave.
Puis nous trouvons 25 convergents, dont 9 convexe-convexe, 1 concave-convexe, 9 droit-convexe, 1 droit-droit, 3 concave-droit, 2 concave-concave.
16 racloirs déjetés se répartissent en 11 simple-convexe, 3 simple-droit, 2 double-droit.
26 racloirs transversaux, dont 4 simple-droit, 17 simple-convexe, 5 simple-concave.
5 racloirs à retouches biface : 3 convexes, 2 droits. Des racloirs, ils ont un bord retouché plus ou moins tranchant. Des bifaces, ils ont une pointe, des retouches bifaciales et les dimensions, de 8 à 11 cm.
Ces racloirs sont façonnés en très grande majorité sur éclats : 220, pour 44 sur lames.

28La retouche la plus répandue est la retouche semi-abrupte, sub-parallèle, directe. Mais dominante, elle n’exclut pas la retouche abrupte et la retouche parallèle.

Les grattoirs

29Série beaucoup plus réduite que la précédente, on y dénombre 42 pièces, soit 3,9 % des outils. Ils sont taillés sur des éclats corticaux et des éclats de débitage pour 39 d’entre eux, sur une lame pour les trois autres. Leur répartition est la suivante : 23 semi-circulaires, 2 à épaulement, 2 en arc/éventail, 1 ovale, 11 ogivaux, 2 à museau, 1 caréné.

Les burins

3048 pièces, soit 4,5 % du total. Il s’agit d’1 burin simple à un pan, de 5 burins simples à deux pans, de 7 burins sur troncature, de 17 burins par cassure d’angle, de 9 burins à retouche d’arrêt et de 9 burins d’angle sur coches. 39 sont sur éclats (dont un particulièrement grand : 9 x 4,8 x 2 cm) et 9 sur lame.

Les perçoirs

31Ils forment le troisième groupe par importance, hors les retouchés : 97 pièces, soit 9 % du total des outils.
35 sont atypiques, avec soit un seul bord retouché, soit une formation par cassure. Les 62 autres perçoirs sont typiques (58 d’axe et 4 déjetés) ; il s’agit de pointes aménagées par retouches bilatérales pour 38 d’entre eux et de pointes dégagées par encoches pour les 24 autres. Leurs pointes sont majoritairement arrondies : phénomène d’usure d’emploi, d’érosion... Toutefois les perçoirs à pointes bien nettes sont bien représentés.
Leurs dimensions, sur les 90 éclats comme sur les 7 lames, sont très variables en longueur, de 3,5 à 12,8 cm, comme en épaisseur, de 0,5 à 3 cm.

Les couteaux à dos

3213 pièces, soit 1,3 % des outils. Ils sont tous sur lames, aux dimensions respectables pour deux d’entre eux, sur lame épaisse, qui atteignent 11 cm de longueur. Nous trouvons 2 couteaux à dos typiques, dont un bord est abattu par des retouches semi-abruptes ; 10 couteaux sont des couteaux à dos naturel cortical ; 1 seul est atypique.

Les coches

33Ce deuxième groupe par importance numérique compte 251 pièces, soit 23,4 % des outils. Une grande attention a été apportée dans leur détermination afin d’éliminer, autant que faire se peut, toute pièce dont la coche aurait pu être d’origine soit naturelle, soit accidentelle, phénomène de grande probabilité dans un contexte si pierreux.

34137 sont des coches véritables, dont 3 sont des coches retouchées d’utilisation. Plus ou moins longues, plus ou moins profondes, elles ont été obtenues au moyen de retouches écailleuses souvent fines. 114 sont clactoniennes.

35La très grande majorité des pièces, 242, ne portent qu’une coche pour 9 qui en portent deux. On note la présence de bords retouchés, gauche ou droite, sur 5 d’entre elles. Enfin, le façonnage a été réalisé sous forme de lames pour 18 (12 retouchées, 6 clactoniennes) et sous forme d’éclats pour le reste : 224.

Les denticulés

3622 pièces ont été récoltées, soit 2 % des outils. C’est un ensemble très variable en taille, entre 2,3 et 9,5 cm. Ces denticulés ont été obtenus par une succession d’encoches retouchées (trois à quatre) qui définissent un bord convexe sur 13 d’entre eux, rectiligne sur 6 et concave sur 3. Tous sont sur des éclats, sauf 1 sur lame ; tous sont unilatéraux, sauf 1 bilatéral. L’un d’entre eux est muni d’une coche (non comptabilisée).

Les rabots, gros grattoirs et choppers

37Il a été difficile de différencier les 10 pièces répertoriées dans ce groupe (0,9 % des outils) et il a paru préférable de les assembler dans les trois termes génériques : rabots (4), grosgrattoir (1) et choppers (5). Elles ont les mêmes points communs : ce sont toutes des gros outils épais et massifs, sur rognons de silex pour quatre et gros éclats pour six, et toutes ont un tranchant usé, plus ou moins arrondi, formé par l’enlèvement d’éclats sur la surface supérieure. La part de cortex demeure importante. Enfin, en ce qui concerne les dimensions, on trouve une moyenne de longueur de 9,5 cm, de largeur de 6,5 cm, d’épaisseur de 4 cm.

Les chopping-tools

38Leur sélection a été rigoureuse. Compte tenu du milieu à forte action naturelle, il a fallu être extrêmement attentif à éliminer les faux chopping-tools à éclats obtenus par concassage, pression…
On en comptabilise 22, soit 2 % des outils. 15 ont été réalisés sur des galets ou des rognons et 7 sur des gros éclats. Les larges enlèvements, de deux à quatre par face, ont déterminé un tranchant sinueux et usé. Les dimensions sont aussi respectables, en moyenne, longueur : 9 cm, largeur : 7 cm, épaisseur : 4,3 cm.

Divers

39Dans ce groupe ont été rassemblées 28 pièces, qui se répartissent ainsi :
- 6 becs (0,6 % des outils) : ce sont six outils dont l’extrémité plutôt arrondie a été dégagée soit par des petites retouches, soit par de fortes encoches, mais qu’on ne peut classer comme des perçoirs.
- 5 pics (0,6 % des outils) : tous les cinq sont triédriques, pourvus de retouches sur les bords et sur les faces. Une extrémité arrondie pour trois, plus pointue pour les deux autres. Les longueurs respectives sont de 14,6 - 11,5 - 10,8 - 9,8 et 8,7 cm.
- 16 pointes atypiques (1,5 % des outils) : entre 3,1 et 8,3 cm de longueur, fines, pointues, retouchées partiellement sur l’un ou l’autre bord, munies de talon, elles ne présentent pas les caractéristiques essentielles qui pourraient les rattacher aux pointes Levallois et moustériennes.
- 1 raclette (0,1 %), pièce moyenne (6 x 5,1 x 1,4 cm), trouvée dès le début des prospections. Aucune autre n’a été repérée depuis cette période.

Les bifaces

40Les 49 bifaces trouvés, soit 4,6 % des outils, sont entiers, sauf un largement ébréché dans sa partie distale. Leur classification est la suivante : le groupe des cordiformes, 39 pièces, est le groupe le plus important et largement dominant. Puis nous avons 3 bifaces triangulaires, 3 bifaces sub-triangulaires, 1 biface amygdaloïde, 1 ovalaire, 2 forme limande.

41Pour une moitié, la morphologie est typique du Moustérien : prédominance de la forme cordiforme, bords tranchants convexes, réguliers et soignés, retouche bifaciale quasi-totale, taille jamais importante. L’autre moitié propose des formes plus grossières et épaisses, des bords irréguliers, des bases ou des parties préhensibles réservées ou naturelles, une retouche partielle à plus ou moins grands enlèvements.

42Ils ne sont pas de grandes dimensions. Une majorité d’entre eux se retrouve dans un premier ensemble de 33 « petits » bifaces, de longueurs comprises entre 5,2 et 9 cm, soit 31 cordiformes, 1 sub-triangulaire et l’ovalaire. Le deuxième ensemble inclut 16 bifaces « moyens » de longueur comprise entre 9 et 13,7 cm, englobant 8 cordiformes, 2 sub-triangulaires, 3 triangulaires, l’amygdaloïde et les 2 forme limande.

43Si on analyse le groupe de 39 cordiformes, dont 3 cordiformes allongés, on identifie 7 bifaces avec talon à la base, 23 bifaces sans talon et 9 bifaces avec cortex réservé. Les extrémités ne sont vraiment pointues que sur 11 bifaces. La taille a été obtenue par enlèvements d’éclats moyens sauf pour l’un d’entre eux qui bénéficie d’enlèvements plus généreux. La plus grande longueur est de 13,7 cm, la plus petite de 5,6 cm.

44- Le premier biface triangulairebien plat a été taillé par des enlèvements nombreux couvrant la totalité des deux faces dans un bel éclat de dimensions 10 x 7,5 x 6 cm. Il possède un talon déjeté à gauche et ses bords tranchants légèrement convexes ont été retouchés. Sa pointe a été cassée. Le deuxièmebiface triangulaire, aux enlèvements larges peu nombreux, est allongé sur une base rectiligne (9 x 5,6 x 2,8). Le troisième (9,3 x 7,2 x 3,2) a sa base en V écrasé.
- Le biface amygdaloïde (10,4 x 5,8 x 3,8) présente un talon épais et plat, avec cortex réservé et une longue pointe élancée ; ses bords sont parfaitement rectilignes et relativement tranchants.
- Le premier biface subtriangulaire (9,8 x 7,5 x 1,7) est un biface à pointe arrondie mais retouchée. Les deux bords, un droit, l’autre convexe, ont été également retouchés. La base quasi rectiligne est un grand talon cortical. Une face est copieusement taillée d’enlèvements alors que l’autre ne l’est que très peu.
- Le deuxième (11,3 x 8,4 x 2,4) à pointe arrondie présente deux bords retouchés courts, le reste se terminant par l’éclat brut vertical (à dos), convexes, tranchants ; la base est droite mais courte. Le troisième a une face totalement retouchée, l’autre quasi corticale (8,5 x 7,5 x 3,3).
- Le biface ovalaire (7,6 x 5,2 x 2,8) est un très beau biface, bien équilibré. La base arrondie est à talon réservé, les deux bords tranchants sont convexes. La taille a exploité au mieux la forme du galet dont le cortex occupe 50 % de la surface.
- Les deux bifaces en forme de limande mesurent respectivement 9,7 x 6,3 x 3,3 cm et 8,6 x 5,5 x 2,5 cm.

Les hachereaux

45Les 6 hachereaux (0,7 %)sur gros éclats,de longueur entre 7 et 11,2 cm, présentent bien une arête retouchée latérale et un tranchant opposé au talon. Ils ne sont pour la plupart retouchés que sur une face.

Les pièces retouchées

46Dans cette série, le troisième groupe par ordre d’importance, 15,9 % du total des outils, nous avons regroupé les 171 pièces qui, à l’origine, avaient soit été retouchées totalement, mais dont la marque a été en partie attaquée par l’érosion, le concassage (et de ce fait sont devenues inclassables dans un type d’outils) ; soit n’ont été que partiellement retouchées sur un bord. Dans un cas comme dans l’autre, elles témoignent de leur utilisation comme outils.

Autre culture

47Il n’a été trouvé sur ce site aucun biface de type acheuléen ni aucune pièce pouvant se rattacher d’une manière formelle à cette culture. En revanche, 31 pièces pouvant être rattachées au Paléolithique supérieur ont été exclues de cette étude. Elles ont été extraites de la même matière première mais par un débitage plus fin, ce qui rend ces pièces nettement plus fragiles que celles du Moustérien qu’elles côtoient. Il s’agit de 17 lames, 5 éclats, 4 grattoirs, 4 burins dont 1 burin busqué, 1 coche, 1 pointe de Châtelperron.

Fonction du lieu

48On ne peut négliger le fait qu’un cours d’eau, de par ses actions d’érosion, de transport, de dispersion, d’accumulation, de modification de son lit auxquelles s’ajoute l’action de l’homme, n’autorise que difficilement la découverte d’un site. Mais dans le cas présent, les conclusions de cette étude permettent d’observer :
- sa situation hors du lit mineur ;
- la détermination des pièces comme issues du silex en place ;
- la qualité des pièces : elles sont en général polies, lustrées, souvent concassées, émoussées, altérées, par l’érosion de l’eau et du sable, par des chocs ; mais certaines d’entre elles toutefois ont été trouvées sans avoir subi ces atteintes et témoignent d’une fabrication d’origine locale et d’une présence permanente sur le site ;
- l’importance de la quantité du matériel lithique recueilli ;
- sa concentration en un même point ;
- l’accumulation de produits de débitage et de façonnage ;
- la diversité de l’outillage dans une sphère spatiale réduite ;
- l’attribution culturelle : il s’agit d’un faciès moustérien mais avec une probable succession d’ensembles distincts.

49Ces observations, pour ce gisement, militent raisonnablement en faveur d’une exploitation-atelier associée à une aire d’activités sur place, sous forme de haltes récurrentes, tant en raison de l’abondance de la matière première, que grâce au potentiel de pêche et de chasse que proposaient le fleuve et son environnement à l’homme de Neandertal. Ce groupe de culture aurait occupé ce site selon un cycle permanent et sur une longue période de son histoire.

Conclusion

50Le gisement d’Avril-sur-Loire et de Fleury-sur-Loire a livré en grand nombre une importante variété d’outils caractéristiques d’une industrie paléolithique. Les retouches sont essentiellement semi abruptes, mais aussi écailleuses ou sub-parallèles, généralement courtes. Il y a présence de bifaces de moyenne et petite taille, de limaces, de pointes spécifiques (moustériennes - Levallois) ; les racloirs sont dominants, les coches en nombre assez élevé. Enfin les denticulés sont peu représentés. Cet ensemble de données permet de définir une industrie moustérienne ; si le Moustérien de type Quina (absence de retouches de ce type) et le Moustérien à denticulés (trop faible pourcentage de leur représentation) peuvent être écartés, on peut penser en revanche à un Moustérien de tradition acheuléenne peu Levallois du Paléolithique moyen qui trouverait bien sa place dans la vallée de la Loire nivernaise, puisque ce faciès est déjà bien connu du Roannais jusqu’au Loiret, en passant par le Bourbonnais (Villeneuve, 1991).

Remerciements

51À Gérard Rousseau, du Laboratoire de Préhistoire du Musée de l’Homme, à Paris, dont la rencontre m’a été précieuse.
À Yves Pautrat, préhistorien, Conservateur en Chef à la DRAC de Dijon, pour son appui sans faille, l’apport de ses compétences et sa relecture, à Frédéric Surmely, UMR 6042 à Clermont-Ferrand, pour l’étude et la détermination de la matière première et aux membres du Groupe Nivernais de Préhistoire pour leur aide qualifiée et leur soutien amical.

Pl. 1. 1-2. Éclats Levallois ; 3-4. pointes moustériennes ; 5-7. pointes Levallois ; 8-10. limaces ; 11-13. racloirs simples convexes ; 14-15. racloirs simples droits ; 16. simple concave ; 17-18. doubles (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).

Pl. 2. 19-20. Racloirs convergents ; 21-22. déjetés ; 23-24. transversaux ; 25-27. grattoirs ; 28. perçoir déjeté ; 29-31. perçoirs d’axe ; 32-33. couteaux à dos naturels ; 34. couteau à dos typique ; 35-36. coches clactoniennes (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).

Pl. 3. 37-38. Coches retouchées ; 39-42. denticulés ; 43-45. burins ; 46. biface ovalaire ; 47. biface amygdaloïde (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).

Pl. 4. 48. Biface subcordiforme ; 49-51. bifaces cordiformes (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).

Pl. 5. 52-53. Chopping-tools ; 54-55 hachereaux (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).

Pl. 6. Quelques outils (photos L. Brivet).

Pl. 7. Quelques outils (photos L. Brivet).

Pl. 8. Quelques outils (photos L. Brivet).

Haut de page

Bibliographie

Arnoux J., 1977, « La recherche préhistorique dans le département de la Nièvre », Annales des pays nivernais, n° 17-18, p. 2-5.

Boëda É., Geneste J.-M., Meignen L., 1990, « Identification de chaînes opératoires lithiques du Paléolithique moyen et supérieur », Paléo, 2, p. 43-80, 19 fig.

Bordes F., 1953, « Essai de classification des industries moustériennes », Bull. de la S.P.F., t. 50, p. 457-466, 1 fig.

Bordes F., 1988, Typologie du Paléolithique ancien et moyen, Paris, Presses du C.N.R.S., 102 p., 108 fig.

Bordes F., 1992, Leçons sur le Paléolithique. Tome II, Paléolithique en Europe, Paris, Presses du CNRS, 460 p., 233 fig.

Brézillon M., 1983, La dénomination des objets de pierre taillée :matériaux pour un vocabulaire des préhistoriens de langue française, Paris, éd. du CNRS, 428 p. (4ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Cliquet D. dir., 2001, Les industries à outils bifaciaux du Paléolithique moyen d’Europe occidentale : Actes de la table ronde internationale de Caen (Basse-Normandie-France), 14-15 oct. 1999, Liège, 237 p. (Études et Recherches archéologiques de l’Université de Liège, 98).

Girard C., 1978, Les industries moustériennes de la grotte de l’Hyène à Arcy-sur-Cure (Yonne), Paris, éd. du CNRS, 224 p., 7 pl. (11ème suppl. à Gallia Préhistoire).

Guinot N., 2001,« La Loire et ses méandres », Échos du passé, Geugnon, Les Amis du Dardon, n° 90, p. 23-37.

Jaubert J., Bordes J.G., Ortega I. dir., 2008, Les sociétés du Paléolithique dans un grand Sud-Ouest de la France : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes, Journées S.P.F., Université Bordeaux I, Talence, 24-25 nov. 2006, Paris, S.P.F., 370 p. (Mémoires de la S.P.F., 47).

Leroi-Gourhan A., 1994, Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, P.U.F., 1278 p., 49 fig.

Moncel M.-H., 1998, « Les niveaux moustériens de la grotte de Saint-Marcel : fouilles René Gilles », Bull. de la S.P.F., t. 95, n° 2, p. 141-170.

Octobon R., 1979, « Pièces inédites du Grand Pressigny et découvertes dans la Nièvre », Groupe Nivernais de Recherche archéologique, ‘Préhistoire’, t. VIII, fasc. 3, Luzy, p. 31-32, 3 fig.

Pautrat Y., 1984, « Le moustérien dans le bassin du Nohain », R.A.E., t. XXXV, fasc. 3-4, p. 137-143, 4 fig.

Philibert M., 1982, Le peuplement préhistorique du bassin supérieur de la Loire,Saint-Étienne, Centre d’études foréziennes, 457 p. (Archéologie, 9).

Révillion S., 1995, « Technologie du débitage laminaire au Paléolithique moyen en Europe septentrionale : état de la question », Bull. de la S.P.F., t. 92, n° 4, p. 425-441.

Rousseau L., 1981, « Présence d’industrie moustérienne aux Derachis, commune de Sully-sur-Loire (58) », Luzy, Groupe Nivernais de Recherche archéologique, ‘Préhistoire’, t. X, fasc. 2, p. 41-49.

Rousseau L., 1984, « Le Paléolithique moyen des Grandes Fouilletiéres à Entrains (58) », Luzy, Groupe Nivernais de Recherche archéologique, ‘Préhistoire’, t. XII, fasc. 2/3, p. 26-30.

Truffeau A., Rėvillion S., 1994, « Les industries laminaires au Paléolithique moyen », Dossier de documentation archéologique n° 18, C.R.A., C.N.R.S. éd., 338 p.

Turq A., 2000, Paléolithique inférieur et moyen entre Dordogne et Lot, 456 p., 62 fig. (2ème suppl. à Paléo).

Villeneuve L., 1986, Les industries lithiques du Paléolithique inférieur et moyen de la vallée de la Loire, Mémoire de D.E.A., Université de Paris I, 80 p., 14 pl.

Villeneuve L., 1991, « Vallée de la Loire, lit mineur de la Loire : Paléolithique ancien et moyen », Gallia Préhistoire, t. 1-2, p. 184-186.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du gisement.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Fig. 2. Vue générale du site, en 2008, période de hautes eaux (photo L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 3. Le site et évolution de la Loire dans son contexte topographique (DAO : Yves Pautrat, d’après données I.G.N.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 4. Les basses eaux d’été permettent de visionner le lit majeur épisodique limité par le talus relique qui recule en permanence (photo L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 5. Les rognons de silex de la sablière de Decize (photo L.Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 6. Les outils par type. Légende : lev = levallois retouché ; ptm = pointe moustérienne ; lim = limace ; rac = racloir ; gra = grattoir ; bur = burin ; per = perçoir ; cou = couteau ; coc = coche ; den = denticulé ; cho = chopper ; chtl = chopping-tool ; div = divers ; bif = biface ; ret = retouché.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Pl. 1. 1-2. Éclats Levallois ; 3-4. pointes moustériennes ; 5-7. pointes Levallois ; 8-10. limaces ; 11-13. racloirs simples convexes ; 14-15. racloirs simples droits ; 16. simple concave ; 17-18. doubles (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Pl. 2. 19-20. Racloirs convergents ; 21-22. déjetés ; 23-24. transversaux ; 25-27. grattoirs ; 28. perçoir déjeté ; 29-31. perçoirs d’axe ; 32-33. couteaux à dos naturels ; 34. couteau à dos typique ; 35-36. coches clactoniennes (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Pl. 3. 37-38. Coches retouchées ; 39-42. denticulés ; 43-45. burins ; 46. biface ovalaire ; 47. biface amygdaloïde (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Pl. 4. 48. Biface subcordiforme ; 49-51. bifaces cordiformes (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Pl. 5. 52-53. Chopping-tools ; 54-55 hachereaux (éch. 2/3 ; dessins L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Pl. 6. Quelques outils (photos L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Pl. 7. Quelques outils (photos L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Pl. 8. Quelques outils (photos L. Brivet).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/6496/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Brivet, « Un gisement moustérien dans le lit de la Loire, communes d’Avril-sur-Loire et de Fleury-sur-Loire (Nièvre) », Revue archéologique de l’Est, Tome 59-1 | 2010, 47-64.

Référence électronique

Louis Brivet, « Un gisement moustérien dans le lit de la Loire, communes d’Avril-sur-Loire et de Fleury-sur-Loire (Nièvre) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 59-1 | 2010, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/6496

Haut de page

Auteur

Louis Brivet

Professeur Lettres-Histoire, retraité, préhistorien amateur, membre du G.N.P. (Groupe Nivernais de Préhistoire).louis.brivet@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page