Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Roger Hanoune éd., Les villes romaines du Nord de la Gaule : vingt ans de recherches nouvelles, Actes du XXVe colloque international de HALMA-IPEL, UMR CNRS 8164

Lille, 2007 (Revue du Nord Suppl. 10)
Jean-Yves Marc

Texte intégral

  • 1  Il convient de ne pas oublier l’aventure des Documents d’Évaluation du Patrimoine Archéologique et (...)

1Cette belle et copieuse publication est l’édition des actes d’un colloque tenu à Lille en novembre 2002 sur Les villes romaines du Nord de la Gaule. Le sous-titre, Vingt ans de recherches récentes, indique bien l’objectif recherché par l’organisateur de la rencontre, qui en est aussi l’éditeur : proposer un nouveau bilan de l’archéologie et de l’histoire des villes du nord de la Gaule Belgique. L’explosion des connaissances sur le sujet depuis une vingtaine d’années imposait, de fait, cette actualisation. Depuis le take off de la fin des années soixante-dix, entraîné d’abord par la mise en place de l’archéologie de sauvetage puis par la généralisation et le développement de l’archéologie préventive, les données sur le passé antique de nos villes se sont accrues, et s’accroissent encore, de manière exponentielle. Plusieurs rencontres ou publications ont d’ailleurs ponctué et accompagné ces progrès documentaires stupéfiants, en proposant régulièrement de nouvelles problématiques et de nouvelles approches historiques. Du premier volume de l’Histoire de la France urbaine (Goudineau, Février, 1980) au colloque de Tours (Collectif, 1982), du colloque de Saint-Riquier (Massy, 1984) au colloque de Bliesbruck (Petit, Mangin, 1994), des premières livraisons de la Carte archéologique des Gaules à partir de la fin des années 80 à la rencontre plus récente sur les capitales éphémères (Ferdière, 2004), que de chemin parcouru ! Que l’on songe par exemple à l’état des connaissances de l’archéologie urbaine à l’époque du colloque de Tours ! Qui aurait pu penser alors que, trente années plus tard, les villes romaines du nord de la Gaule seraient parmi les mieux documentées des provinces occidentales de l’Empire ? Que les surfaces fouillées seraient aussi considérables ? Que le sérieux et le professionnalisme des techniques mises en œuvre à l’occasion des fouilles auraient permis des acquis aussi révolutionnaires dans des domaines comme ceux de l’alimentation (grâce à l’archéozoologie) ou des différentes formes d’artisanat urbain ? Il suffit de considérer les livraisons régulières de la Carte archéologique des Gaules, pour mesurer l’ampleur et la richesse des corpus documentaires désormais à la disposition des historiens. J’en profite pour souligner ici qu’il s’agit là d’une entreprise unique dans les pays de l’ancien Empire de Rome que, une fois n’est pas coutume, on nous envie à l’étranger1.

2Pour toutes ces raisons donc, une nouvelle synthèse régionale s’imposait, dans le nord des Gaules. La méthode choisie par son promoteur, R. Hanoune, c’est-à-dire une série de séminaires préparatoires et un colloque conclusif, permettait d’associer au mieux tous les acteurs de l’archéologie régionale, en particulier ceux qui sont à l’origine de la plupart des nouvelles découvertes : les agents de l’archéologie préventive. C’était donc l’occasion de présenter de manière synthétique des sites déjà connus par ailleurs, comme Langres, mais surtout de faire connaître des fouilles nouvelles, dont l’exploitation se limitait à des DFS, des documents le plus souvent indigestes et, de toutes façons, difficilement accessibles. On y trouve donc un nombre important d’informations inédites qui, le plus souvent, renouvellent et enrichissent les connaissances sur des villes romaines déjà connues, mais qui peuvent aussi révéler l’existence d’une nouvelle agglomération, comme à Beaumont-sur-Oise.

3Il est vrai que les opérations de terrain ont été très nombreuses et, c’est nouveau dans l’histoire de notre archéologie, toujours dirigées par des professionnels. Elles concernent également des surfaces parfois très vastes de plusieurs milliers de m2. À Amiens par exemple, on ne compte pas moins, depuis 1982, de cinquante-deux interventions archéologiques, dont vingt-deux chantiers de fouilles d’une surface supérieure à 1 000 m2, une dizaine supérieure à 2 000 m2 et une de 10 000 m2. À Reims, on signale soixante-quatre interventions, toujours depuis 1982, dont trente-quatre qualifiées d’importantes. À Tongres, ce sont vingt-sept terrains qui ont été explorés, sur une superficie totale de 30 000 m2. Dans certaines villes, par le hasard des opérations immobilières, les fouilles ont été relativement concentrées. C’est là encore une aubaine, qui permet de disposer d’informations de moins en moins lacunaires sur des quartiers cohérents, comme à Paris autour de la Montagne Sainte-Geneviève. Ces quelques données chiffrées donnent une idée de la véritable « révolution documentaire » qui a vu le jour en France ces dernières années. En témoignent également dans ce volume les bibliographies qui clôturent chacune des relations de fouilles. Elles seront très utiles, surtout quand elles comprennent les références aux rapports de fouille, comme c’est par exemple le cas dans l’article consacré à Reims (p. 306-307). Mais chaque médaille a son revers, et si ce beau volume hors série de la Revue du Nord rend un hommage mérité à l’intensité et à la richesse des travaux de terrains, il faut bien reconnaître que, dans certains cas, ces chroniques de fouilles ne reçoivent pas toujours les restitutions ou les interprétations qu’elles méritent.

4L’ouvrage est divisé en deux grandes parties : une première, qui juxtapose une série de mises au point monographiques sur une ville ou une fouille ; une seconde, beaucoup plus courte, constituée d’exposés plus synthétiques : sur le statut des villes et les notions de vici et de pagi, sur les facteurs de localisation des agglomérations et les relations avec le réseau hydrographique, sur les édifices de spectacles et sur les grands sanctuaires. L’article consacré aux peintures murales, en réalité deux présentations juxtaposées de découvertes de fouilles, aurait dû trouver sa place dans la première partie et non, comme c’est le cas, dans les exposés de synthèse.

5Les villes présentées sont d’une très grande variété et, mais dans une moindre mesure, d’une grande variabilité : capitale de province (Reims), capitale de cités (Langres, Lutèce, Meaux, Troyes, etc.), chef-lieu de pagus (Beaumont-sur-Oise), vicus (Jouars-Ponchartrain), ville portuaire et militaire (Boulogne), ville « routière » (Liberchies), etc. À cette très grande diversité des situations juridiques, politiques, économiques ou démographiques, il faut ajouter la très grande diversité des situations documentaires. Comme il n’est pas question de rendre justice à tous les aspects abordés dans ce volume, j’ai préféré regrouper mes remarques autour de quelques thèmes généraux.

L’origine des villes romaines

6Le premier thème abordé dans ce volume est celui de l’origine des villes romaines. De fait, un des acquis les plus importants des recherches récentes est la mise au jour dans de nombreux cas d’une occupation gauloise, pouvant parfois s’apparenter à une ville, comme à Chartres, à Reims, à Jouars-Pontchartrain, à Langres ou à Meaux. S’il ne faut pas en exagérer la nouveauté comme on a parfois tendance à le faire, il convient néanmoins de mesurer l’importance de ces découvertes dans la « fabrication » somme toute récente de la ville gauloise (Collis, 1984 ; Guichard, Sievers, 2000 ; Fichtl, 2005 ; Kaenel, 2006 ; Pion, 2010 ; Neiss, 2010). Il apparaît de plus en plus nettement que dans les provinces gauloises, comme dans les provinces africaines, la ville romaine n’est pas toujours une ville complètement neuve. Les antécédents gaulois des villes romaines peuvent être plus ou moins anciens, mais ne remontent pas en général au delà du IIe siècle av. J.-C. À Langres, comme d’ailleurs à Condé-sur-Suippe, à Bibracte, à Besançon ou à Corent plus au sud, sites qui ne sont pas représentés dans ce volume mais qui ont fait l’objet de recherches récentes, c’est à partir du dernier quart du IIe siècle (La Tène D 1b = horizon Nauheim) que se mettent en place les premiers développements urbains. Il est vrai qu’il s’agit là des oppida les plus anciens mis au jour au nord des Gaules. Dans certains cas, la ville romaine ne prend pas exactement la place de l’oppidum gaulois antérieur, mais s’implante à une distance plus ou moins importante de ce dernier, comme à Lutèce, mais aussi à Nasium, en contre-bas de l’oppidum de Boviolles chez les Médiomatriques, dans la colonia Augusta chez la Rauraques ou à Autun, à l’emplacement probable de l’emporion portuaire des Éduens (Béal, 1996 ; Guillaumet, 2003 ; Dechezleprêtre, Mourot, 2006). C’est probablement également le cas à Amiens, puisque la Samarobriva de Cicéron et de César est désormais placée, de manière très convaincante, dans l’oppidum de la Chaussée Tirancourt (D. Bayard, p. 30-32). À côté de ces villes de tradition indigène, on trouve bien sûr des villes neuves, comme à Arras, où la présence militaire explique peut-être les premiers développements urbains (A. Jacques, p. 62-66), ou à Beaumont-sur-Oise. En tout état de cause, la civilisation urbaine est, en Gaule, antérieure à la romanisation. Les fouilles et les premières publications des belles domus urbaines de Bibracte, les imposantes enceintes monumentales de certaines villes gauloises, la présence, parfois, d’un parcellaire régulier et orthonormé, comme à Besançon, impose même, je crois, d’abandonner le mot de proto-urbanisation pour celui d’urbanisation (Fichtl, 2005).

  • 2  On notera, qu’à l’exception notable d’Arras et de Lutèce, dans les villes traitées dans ce volume, (...)
  • 3  Les archéologues parisiens ne semblent d’ailleurs pas d’accord entre eux, puisque les uns présente (...)

7La chronologie fine des premiers développements véritablement romains des villes des Gaules a également fait d’immenses progrès ces vingt dernières années. Les indices chronologiques sont désormais assurés et bien datés et autorisent des calages à dix ou quinze ans près, ce qui permet de suivre sur le terrain l’histoire politique et administrative des Gaules et les étapes de la romanisation. C’est ainsi qu’à Amiens, on a pu mettre les premiers développements de l’agglomération en relation avec la création par M. Agrippa de la « voie de l’Océan », entre 19 et 16 av. J.-C. (D. Bayard, p. 32). À Arras, où des indices d’une occupation précoce ont également été observés, ce serait plutôt une présence militaire qui serait à l’origine des premiers frémissements urbains2. On trouve également cette chronologie somme toute très précoce à Lutèce, même si l’hypothèse d’un cantonnement de troupes auxiliaires entre César et Auguste ne repose pour le moment que sur des conjectures insuffisamment étayées (p. 258 ou p. 271-274)3. De manière générale, on ne trouve pas de traces d’une présence militaire dans les villes gauloises, pas même à Amiens où l’on a cherché à tirer parti en ce sens de l’identification d’un pied romain particulier, le pes drusianus.

8C’est surtout l’époque augustéenne qui est celle des premiers développements tangibles des villes, comme à Beaumont-sur-Oise, à Meaux ou encore à Tongres, où l’implantation de la ville remonte à la dernière décennie avant le tournant de l’ère. C’est, à peu de choses près, la même chronologie qui a été observée à Amiens, où la construction d’un premier pont en bois sur la Somme, en remplacement d’un gué plus ancien, et la mise en place d’un premier parcellaire signalent un premier développement urbain, même si le véritable take off est plus tardif, quand, vers le milieu du Ier siècle ap. J.-C., un nouveau parcellaire est mis en place, au moment de la construction d’un nouveau pont sur la Somme, peut-être en relation avec la conquête de la Bretagne (D. Bayard, p. 40 et É. Binet, p. 52).

9À vrai dire, le véritable démarrage des villes ne remonte guère, dans la grande majorité des cas, qu’au milieu ou même à la fin du règne d’Auguste. C’est par exemple le cas à Reims, où le lotissement de la ville est placé entre le tournant de l’ère et la mort du premier princeps. Reims est d’ailleurs un cas intéressant où l’oppidum des Rèmes connaît une incontestable phase de dynamisme urbain à l’époque de la Guerre des Gaules ou immédiatement après (Fichtl, 2004 ; Neiss, 2010). Comme à Bibracte, il semble que l’intégration dans le monde romain ait été très vite à l’origine d’un renouveau urbain, probablement à l’initiative des grands notables gaulois, déjà fortement romanisés ou soucieux de le paraître. C’est d’ailleurs probablement la proximité des élites de Reims avec celles de l’Urbs ou de l’Italie qui permet d’expliquer la présence d’un ensemble décoratif d’époque augustéenne de très grande qualité (p. 467-468). On peut même se demander s’il n’y a pas, dans cette ville, une intervention officielle, en relation avec la dédicace en l’honneur des Princes de la Jeunesse. On connaît une fondation de même nature et de même époque à Cologne : mais il s’agit ici d’une colonie romaine et là d’une ville pérégrine.

10Dans plusieurs cas, le développement urbain est très lent et correspond à deux voire trois générations. On observe d’ailleurs ici ou là des hésitations et des repentirs dans la mise en place des parcellaires. On a déjà évoqué plus haut les exemples de Reims et d’Amiens. De même à Jouars-Ponchartrain, la première occupation est très précoce, puisqu’elle remonte au milieu du Ier s. av. J.-C., mais celle-ci reste difficile à caractériser tant elle paraît ténue. Les premières maisons tangibles sont construites dès l’époque augustéenne, mais le véritable démarrage urbain ne se produit pas avant le courant du Ier s. ap. J.-C. À Langres, c’est le règne de Tibère qui est déterminant, même si les deux superbes portes urbaines d’époque augustéenne signalent l’élaboration d’un projet urbain dès le règne du premier princeps. À Bavay (p. 84-86) ou à Tongres (p. 317), il faut même attendre Claude pour voir se développer monumentalisation ou urbanisation. Ce mouvement continu de développement urbain connaît une première acmè sous le règne des Flaviens, quand les plus grandes villes, Lutèce par exemple, se dotent d’une véritable panoplie monumentale (Busson, Robin, 2009). Il a donc fallu attendre deux tiers de siècle entre les prémices de l’urbanisation et la mise en place d’un apparat architectural, semblable à celui qui caractérise les centres urbains d’Italie ou des autres provinces. Ce décalage ne doit d’ailleurs pas être mis sur le compte d’un quelconque retard gaulois, dans la mesure où on le retrouve, avec la même rythmique, dans des régions très anciennement urbanisées comme la Numidie ou la Maurétanie. Et encore, il serait prudent de mettre en relation cette chronologie avec l’état de la recherche. Les travaux menés actuellement sur les fragments lapidaires et la décoration architecturale établissent qu’une architecture en grand appareil, décorée selon des cartons canoniques, existait dès l’époque augustéenne (Ramallo Asensio, 2004). Elle a complètement disparu, à nos yeux, du fait des reconstructions postérieures et n’est plus perceptible qu’à travers des membra disjecta découverts en remplois. On en trouve quand même un reflet significatif dans la très riche architecture funéraire de nos régions, à Autun, à Augst, à Faverolles, à Bertrange, à Trèves, etc. (Hesberg, 2005 ; Maligorne, 2006a ; Castorio, Maligorne, 2007 ; Kremer, 2009).

11Les facteurs, qui sont à l’origine du développement d’une des plus brillantes civilisations urbaines de l’histoire européenne, sont difficiles à saisir et, de toute façon, impossibles à généraliser. Chaque cas, ou presque, est un cas particulier et, sauf à énoncer des généralités, on doit se contenter d’analyser les facteurs locaux. Comme on s’y attend, le rôle des fleuves et des voies de communication est souvent important, surtout quand ils se combinent en un point de rupture de charge. À Beaumont, la remarquable présentation du contexte topographique et géographique permet de bien saisir le rôle des facteurs géographiques dans le développement de la ville antique (p. 107-108 et 124-126). Des recherches paléo-environnementales ont été menées également à Mandeure et permettent de mieux saisir les relations entre les dynamiques de l’implantation urbaine et les contraintes fluviales (Thivet et alii, 2009). Mais, le fond macro-économique sur lequel s’élèvent les somptueux mais dispendieux investissements édilitaires se laisse à peine deviner. En revanche, les inscriptions révèlent parfois d’ambitieuses opérations évergétiques. Mais, là encore, ce sont les modalités de la dépense qui sont connues. En revanche, l’origine des richesses dépensées en ville, pour reprendre le titre d’un colloque qui fit date, restent, dans une large mesure, dans l’ombre.

L’urbanisme et la mise en forme des villes

12Quoi qu’il en soit, ces premiers développements urbains ont souvent nécessité d’importants travaux d’aménagement et de viabilisation : constructions de murs de terrasse ou de soutènement, comblements des dépressions, mise à nu du substrat. Ces opérations de grande envergure contribuent à ce qu’un auteur a pu appeler de manière très suggestive la « radicalisation » de la topographie (C. Coquelet, p. 414). Les cryptoportiques qui servent de soubassement aux fora de Reims et de Bavay, comme à celui d’Arles en Narbonnaise, illustrent parfaitement cet urbanisme volontaire, qui impose son propre rythme à la topographie et ne recule devant aucuns travaux pour asseoir confortablement les centres publics conçus, sur le modèle urbain, comme de vastes esplanades monumentales. Cette programmation de l’aménagement urbain à l’échelle de la ville tout entière implique parfois un étalement dans le temps des opérations. C’est, comme à l’a déjà vu, le cas à Langres. Il n’est guère contestable qu’un véritable projet urbain est élaboré d’emblée. Mais, sa transcription sur le terrain se fit en deux temps. Si l’on en croit la date donnée par les deux portes, 20 av. J.-C., on construisit d’abord l’enceinte avant de réaménager l’espace intra muros. Les grands aménagements intérieurs datent en effet des règnes de Tibère et de Claude. Ils ont d’ailleurs impliqué une forme de tabula rasa des constructions antérieures, avec d’importants travaux de nivellement ou de remblaiement et la construction de puissants murs de terrasse. L’un deux, reconnu sur 140 mètres de long et au moins de 6 mètres de haut, était renforcé par une série de vingt-quatre antirides, très probablement les premières attestées dans les provinces gauloises. La mise en forme programmée d’un véritable plan d’urbanisme est également attestée à Lutèce, où on a d’abord mis en place le parcellaire, matérialisé par des fossés, avant de tracer les rues.

13Toutes ces évolutions contribuent à doter les villes des provinces gauloises d’un équipement urbain très répétitif. Ces villes, qui sont celles de la Pax romana mais aussi de l’amoenitas urbis, présentent un standing conforme aux améliorations les plus récentes des villes méditerranéennes. Les chaussées aménagées en dur restent rares, mais les caniveaux, le plus souvent en bois, se généralisent. Les réseaux d’évacuation et d’adduction d’eau également, comme à Arras, à Reims, à Chartres. Des tuyaux, presque toujours en bois, permettaient d’approvisionner les centres urbains avec de l’eau courante et sous pression. Il est malheureusement impossible de reconstituer ces réseaux techniques à l’échelle de la ville. Il n’y a guère qu’à Chartres qu’un hydragogue a pu être mis en relation avec un castellum.

  • 4  Une synthèse récemment publiée sur le sujet, en réalité une compilation de seconde main malgré un (...)

14Un autre élément important de ce confort urbain réside dans les portiques de rue. Construits soit directement sur un stylobate ou sur des bases au niveau de la chaussée, soit sur un mur-bahut, ils permettaient de donner une certaine unité aux façades des maisons. Ces colonnades, presque toujours d’ordre toscan, étaient pourtant laissées à l’initiative des propriétaires riverains, même si leur fréquence pourrait impliquer une forme de servitude : la variété des bases de colonnes dans une même rue s’explique en effet par la succession dans le temps ou dans l’espace de réalisations laissées à la charge des propriétaires riverains. Une synthèse très pratique sur le sujet fait le point, en particulier sur les aspects techniques de cette architecture de passage, souvent limitée aux rues du centre de l’agglomération (T. Byhet, p. 421-446)4.

15Sur les questions touchant aux modalités d’implantation des maisons à l’intérieur des îlots, sur les rapports des propriétés privées entre elles ou entre celles-ci et les espaces publics, on lira avec intérêt la contribution sur Amiens (D. Bayard, p. 23-27). La fouille dite du Coliseum, menée et présentée avec une minutie remarquable, a permis de reconstituer la micro-histoire de plusieurs parcelles de la première moitié du Ier siècle jusqu’à peu près le milieu du IIIe siècle ap. J.-C. On peut y suivre dans le détail les dynamiques foncières : des maisons s’agrandissent, d’autres au contraire disparaissent et sont avalées par les voisines.

Taille, hiérarchie et statut des villes

16On observe une très grande variété dans la taille des villes, variété qui ne recouvre pas forcément la hiérarchisation des statuts (caput civitatis, vicus, agglomération rurale), ni d’ailleurs l’importance de la panoplie monumentale, nous aurons l’occasion d’y revenir. Entre les villes les plus importantes, comme Reims (600 ha), Chartres (200 ha), Amiens (180 ha), liste à laquelle on peut ajouter Sens, Autun (200 ha) ou dans les Germanies, Trèves ou Mandeure (180 ha), et les agglomérations les plus modestes, comme Beaumont-sur-Oise (25 ha), on observe toute une gradation : Lutèce s’étend sur 100 ha, Langres, caput civitatis des Lingons, sur 80/90 ha, Meaux sur 60 ha, Arras sur 55 ha. D’ailleurs, dans ces villes, toute la surface n’est pas partout urbanisée avec la même densité : on trouve des zones de vergers qui peuvent aussi bien former une ceinture autour du noyau urbain, comme à Jouars-Ponchartrain (Bernard, 1999), ou être intégrées au tissu même du centre ville, comme à Reims (Koehler, 2003).

17Ces différences importantes dans la taille des villes ne correspondent donc pas toujours, tant s’en faut, à la hiérarchie juridique. La même observation peut être faite pour l’apparat monumental. Dans bien des cas, on constate en effet une sorte de contradiction entre le développement monumental de certaines villes et leur statut. Un bel exemple est fourni dans ce volume pas la ville d’Arras, pourtant le chef-lieu de la cité des Atrébates, qui ne semble pas présenter de parure monumentale plus importante que celle de villes « dépourvues de ce titre officiel » (A. Jacques, p. 82). Ailleurs, c’est entre la taille de la ville et l’importance de son équipement public qu’on observe un décalage, qu’on s’explique d’ailleurs assez mal. C’est l’exemple de Bavay qui l’illustre le mieux : d’un côté, un bloc-forum canonique, que les dimensions rangent parmi les places civiques les plus importantes des Gaules, de l’autre un développement urbain qui nous semble modeste. Cette grande variété dans les dynamiques urbaines ne s’explique donc pas toujours par les différences de statut. Famars, une jolie petite ville située non loin de Bavay, qui a livré des très riches domus et un équipement architectural public d’importance, n’est qu’un simple vicus. Que l’on me permette de citer la lumineuse conclusion de l’auteur de la présentation : « Le cas de Famars souligne la différence qui sépare notre concept moderne d’agglomération et celui qui semble à l’œuvre dans l’Antiquité. Démarche édilitaire, équipements publics, habitants riches et cultivés, habitations vastes et luxueuses, autant de notions que nous rattachons aujourd’hui à la ville. Il se trouve pourtant qu’à Famars, apparemment, ces notions n’impliquent aucun tissu urbain, aucun réseau de voirie, aucune structuration ferme de l’urbanisme, aucune continuité dans l’habitat. Au Haut-Empire, il semble qu’à Famars, la règle veuille que, puisqu’il y a de l’espace, on s’étende autant que possible, qu’on constitue un domaine indépendant. L’éclatement des différents noyaux d’habitation contredit, à nos yeux, le fait urbain, mais il se peut que, jusqu’au Bas-Empire, la notion de ville se soit plus retrouvée dans la conscience d’appartenir à un même groupe, à un même ensemble de citoyens ». On ne saurait mieux dire !

18L’ignorance où nous sommes de la position juridique des villes ne doit pourtant pas nous conduire à utiliser à tort et travers la notion moderne d’agglomération secondaire. Si elle a eu son importance dans l’histoire de la recherche en attirant, à juste titre, l’attention sur la diffusion du modèle urbain jusque dans les agglomérations les plus réduites, elle est devenue aujourd’hui une source de confusion (Gros, 1998, p. 11-25 ; Rémy, 1998, p. 97-120 ; Le Bohec, 2008, p. 66-67 ; Rémy, 2002, p. 178). M. Dondin-Payre le démontre avec beaucoup de clarté. Après avoir posé comme point de départ que « les sources archéologiques sont inutilisables seules » pour apprécier le statut des agglomérations, elle exprime les plus extrêmes réserves dans l’emploi d’une nomenclature qui a fini par devenir confuse à force d’être employée à tort et à travers : « L’expression ‘agglomération secondaire’ elle-même devrait être proscrite ; en quoi ces agglomérations sont-elles secondaires ? ni par leurs équipements, ni pas leur localisation, ni par leur ancienneté. Cette formule, justifiée quand elle a été forgée car elle mettait en valeur des villes négligées, en dehors des capitales de cités qui seules avaient retenu l’attention jusque-là, est aujourd’hui source de confusion puisque sa signification induit une hiérarchie, qui pour certains aurait été imposée par Rome, hiérarchie qui n’est pas de mise ici où il s’agit à égalité de toutes les villes qui ne sont pas chefs-lieux. Les agglomérations du territoire peuvent être plus étendues et mieux équipées que le chef-lieu, certaines sont plus importantes que d’autres sans qu’aucune intervention du pouvoir central ne soit en jeu et sans que cette importance et son évolution n’aient de conséquence institutionnelle. ‘Agglomérations’ suffit et n’entraîne aucun contresens » (p. 402). Espérons qu’un tel discours de la méthode soit entendu et compris !

19Les mêmes remarques valent pour l’administration des communautés civiques : sans inscription, il est impossible d’en restituer les institutions. Dans ce livre, où il est surtout question d’archéologie, il n’en est d’ailleurs que peu question. On notera tout de même la persistance, dans certaines cités, de magistratures désignées sous un nom gaulois. C’est ainsi qu’on trouve des vergobrets à Bourges, Limoges, Saintes, Argentomagus. Il ne faut guère s’en étonner, si l’on songe qu’une quarantaine de suffètes est attestée dans les villes de Proconsulaire et de Numidie, qu’il s’agisse de cités pérégrines ou même de municipes. Derrière l’uniformisation progressive des statuts municipaux, persiste dans certains cas une certaine forme d’identité culturelle.

La panoplie monumentale

20Quel que soit le crédit qu’on accorde à la restitution d’édifices publics dans les villes gauloises, on ne peut guère contester, qu’avec la romanisation, on voit se développer dans les régions concernées par ce volume une architecture venue d’un autre monde. Le changement et la volonté de changement se manifestent d’ailleurs très tôt, dès l’époque augustéenne. C’est un fait acquis pour l’Aquitaine depuis les travaux menés par D. Tardy à Saintes et Périgueux. C’est plus nouveau pour les régions au nord de la Loire, qui sont censées avoir été plus tardivement et plus lentement touchées par la romanisation. À Autun ou à Mandeure par exemple, on commence à entrevoir la construction, dès l’époque augustéenne, d’édifices publics ou religieux dont l’apparat décoratif est tout à fait semblable à celui des constructions italiennes. Il est presque assuré que l’étude des riches séries lapidaires de nos régions confirmera la précocité de ce mouvement d’adoption de l’apparat monumental romain et du decorum qui va avec. Malheureusement, les vestiges dès cette première phase de romanisation se réduisent presque toujours à des membra disjecta conservés sous forme remploi. En revanche, à partir du règne de Claude, les vestiges se laissent mieux percevoir.

21C’est l’architecture théâtrale qui, en l’occurrence, fait figure de pionnière. À Feurs, un théâtre en pierre remplace un premier édifice en bois sous le règne de Claude. C’est à la même époque, que les théâtres d’Alésia ou d’Argentomagus ou les amphithéâtres de Lyon et Périgueux sont construits. Les édifices de spectacles se réduisent d’ailleurs à ces deux types d’édifice, puisque, sauf de très rares exceptions comme à Vienne ou à Arles, il n’y a pas de cirques dans les provinces gauloises. Les édifices de spectacle font l’objet, à la fin du volume, d’une très utile mise au point par Fr. Dumasy. Celle-ci insiste surtout sur deux points importants : d’une part sur la chronologie des premiers édifices de spectacle et l’existence d’une première génération d’édifices en bois, d’autre part sur les raisons qui expliquent l’impressionnante floraison de ces édifices dans les provinces gauloises. C’est ce dernier point qui est le plus novateur, à mes yeux du moins. On sait qu’en Espagne, on ne trouve de théâtres que dans les seules colonies. Alors pourquoi, se demande t-elle, on en trouve en Gaule dans la moindre agglomération ? La question semble évidente, mais il faut bien avouer que c’est la première fois qu’on la pose de manière aussi nette. L’explication que propose Fr. Dumasy ne manque pas d’intérêt. Même si elle n’est probablement pas la seule possible, elle a le mérite d’être plausible dans bien des cas qu’elle évoque à l’appui de sa démonstration. Dans l’impossibilité où se trouveraient les notables des villes gauloises d’embellir les fora réservés aux capitales de cités, ils se seraient rabattus, pour ainsi dire, sur les édifices de spectacle. D’où, toujours selon Fr. Dumasy, la très grande diversité des types. La dispersion dans le temps et l’espace des initiatives locales aurait, du coup, entraîné une sorte d’improvisation dans la détermination des plans et l’adaptation de l’apparat décoratif au niveau d’investissement disponible dans ces villes gauloises. Que l’on me permette une petite réserve à ce schéma : pourquoi ne retrouve-t-on pas la même diversité dans le plan des établissements thermaux, pourtant souvent financés par l’évergétisme ? Gageons, de toute façon, que l’hypothèse de Fr. Dumasy aura le mérite de susciter analyses et réflexions sur un phénomène resté jusque-là guère discuté.

  • 5  Pour Amiens, le théâtre a été découvert en 2006, au nord-est de l’agglomération antique, lors de l (...)

22Plusieurs édifices de spectacle sont à l’honneur ailleurs dans ce volume. On ne peut pas dire grand chose du théâtre de Champlieu, tant sa présentation est brève (G. Di Stefano, p. 149-151). À Beaumont-sur-Oise, un théâtre, de dimensions très modestes il est vrai, est construit à la fin du Ier s. ap. Il est remplacé vers 150 par un édifice à arène, suivant en cela le schéma observé déjà depuis longtemps à Augusta Raurica (D. Vermeersch, p. 118). Toutes les villes n’ont pas les moyens de disposer de deux édifices de spectacles et il faut parfois adapter une première construction aux goûts du public ou des évergètes. Mais les exemples de duplication ne sont pas exceptionnels : à Lutèce, à Lyon, à Amiens mais aussi à Augst ou à Avenches, etc.5 ; à Meaux également, où on trouve à la fois un amphithéâtre et un théâtre. Ce n’est peut-être pas une raison pour restituer à ce dernier un diamètre de 185 m (D. Magnan, p. 247) ! Il conviendrait, quoi qu’il en soit, d’étayer solidement une telle proposition qui ferait du théâtre du chef-lieu de la civitas meldorum le plus grand de tout le monde romain ! Les deux plus grands théâtres des provinces gauloises, Autun et Mandeure, ne dépassent pas les 150 m et la moyenne des édifices de spectacle est plutôt la centaine de mètres, comme à Chartres, où l’amphithéâtre mesure 105 m dans sa plus grande longueur.

23L’architecture civique est également bien représentée dans ce volume. On commencera par le forum de Bavay, un des ensembles monumentaux les plus impressionnants de nos régions. Son plan est maintenant bien connu, mais les phases de construction et de réaménagement restent, semble t-il, discutées. La première grande phase de construction est tellement difficile à dater que, selon les auteurs, on peut hésiter entre Auguste et Domitien et que, pour la dernière grande phase de construction, on ne peut se résoudre à choisir entre Antonin le Pieux et les Sévères (F. Loridant, p. 83-91). Nul ne pourra se gausser de telles hésitations, tant on sait qu’il est souvent très difficile de dater précisément ces grands ensembles monumentaux. Mieux vaut d’ailleurs de loin de telles hésitations que des simplifications et des dates données à l’emporte-pièce. À Lutèce également, le plan ne souffre guère de discussions dans ses grandes lignes. À Chartres en revanche, il reste beaucoup plus mal connu, même si le parallèle parisien permet probablement de compléter nos lacunes : comme à Paris, les deux longs côtés sont occupés par un corps de bâtiment oblong, avec côté area publica des pièces à l’arrière d’un portique, et, côté rue, des boutiques. De manière générale, on observe un grand conformisme dans les schémas de ces fora. Le dispositif dont il vient d’être question trouve ailleurs d’autres parallèles, comme à Augst, à Feurs, etc. C’est la raison pour laquelle, je me demande si, à Langres, on ne peut pas proposer de placer le forum dans la grande cour, probablement portiquée, fouillée par Ed. Frézouls place Bel Air. D’autant qu’on aurait presque envie de prolonger ce complexe monumental jusqu’au-dessus du grand mur de soutènement « Sous Bie » (entre les nos 1 et 6 de la fig. 3 p. 211).

24Les marchés alimentaires (macella), sur lesquels des recherches très récentes menées sur le circuit de la viande ont attiré l’attention, sont également de plus en plus souvent identifiés parmi les constructions publiques (Van Andringa, 2006 et Lepetz, Andringa, 2008). À Chartres, le fouilleur propose, avec un excès de prudence à mes yeux, l’identification d’un tel édifice dans une cour portiquée avec des pièces sur au moins deux côtés, construite sur cryptoportique (H. Selles, p. 165). L’hypothèse est plus que séduisante et se trouve renforcée aussi bien par des raisons typologiques (la cour péristyle) que pour des raisons topographiques (la proximité avec le forum). Un macellum a également été identifié à Arras (A. Jacques, p. 71-72). À vrai dire rien dans le plan n’évoque un édifice de ce type, ce qui, bien entendu, ne contredit pas la proposition du fouilleur. Les horrea ne sont représentés dans ce volume que par l’exemple de Jouars-Ponchartrain. Signalons à ce propos la découverte très récente de dix vastes entrepôts à Amiens (37,5 x 12,5 m.), implantés au nord-est de la ville antique selon un schéma régulier. La durée de vie très courte des édifices, entre 70 et 125 ap. J.-C., date de leur destruction par un incendie, l’importance de la capacité de stockage (3 000 m2 en tout) pose d’ailleurs toute une série de questions historiques qu’il n’est pas question d’aborder ici.

25C’est peut-être avec les sanctuaires et l’architecture sacrée qu’on s’avise le mieux du renouvellement des connaissances de ces dernières années. Les problématiques anciennes fondées sur l’opposition entre la tradition religieuse gauloise et la religion civique romaine sont heureusement peu présentes dans ce volume. À l’exception notable du sanctuaire de Champlieu, pour lequel le fouilleur propose un point de vue que n’aurait désavoué ni A. Grenier, ni G.-Ch. Picard. Voilà comment il conclut sa présentation de ce petit complexe religieux de la forêt de Compiègne : « sanctuaire de tradition gauloise, lieu de pèlerinage dans la forêt après la conquête (conciliabulum), il est devenu au IIe siècle, avec l’insertion dans un plan volontaire d’un forum, d’un théâtre et de thermes, une véritable agglomération urbaine » (G. Di Stefano, p. 155). Il faut bien avouer qu’une telle accumulation de lieux communs et de pétitions de principe est stupéfiante. Qu’on se reporte ici même aux pages conclusives de J. Scheid (p. 477-483), à la synthèse de W. Van Andringa sur la religion dans les provinces gauloises ou encore à la belle publication des travaux consacrés aux sanctuaires dans l’Occident romain pour mesurer combien cette vulgate ancienne est aujourd’hui complètement dépassée (Van Andringa, 2002 ; Dondin-Payre, Raespsaet-Charlier, 2006). Ce sont davantage les relations entre sanctuaires et cités, entre sanctuaires et territoires, entre sanctuaires et notables qui intéressent les historiens aujourd’hui. C’est en tout cas dans ce cadre que les archéologues chartrains cherchent à interpréter le somptueux complexe qu’ils viennent de mettre au jour : l’incroyable sanctuaire de Saint-Martin à Chartres (H. Selles, p. 165-174). Une gigantesque cour de 320 sur 200 m., bordée à l’ouest par une porticus duplex, terminée à chaque extrémité par des vastes salles et munie, lors d’un réaménagement, d’absides alternativement semi-circulaires et rectangulaires, et par des portiques simples sur les trois autres côtés, servait très probablement d’écrin colossal à un temple. De celui-ci, les vestiges sont malheureusement ténus et rien ne permet de le restituer en plan, encore moins en élévation. Mais la présence de l’abbatiale carolingienne de Saint-Martin-en-Val au centre de l’esplanade, et remployés dans celle-ci de beaux éléments d’architecture en marbre dont un chapiteau corinthien, invitent à admettre l’hypothèse. D’autant qu’on voit mal quel pourrait être, sinon, la fonction d’un quadriportique aux dimensions à ce point impressionnantes, qu’il faut chercher hors de Gaule d'éventuels parallèles. Et encore, l'éloquente planche comparative qui conclut la description de cette découverte stupéfiante a de quoi rendre modestes les spécialistes de l’Orient roman. À Reims également, un nouveau grand sanctuaire a été mis au jour au nord de la ville (R. Neiss et F. Berthelot, p. 304). Il est constitué d’une grande esplanade de 100 m. de côté, soutenue, en partie au moins, par des cryptoportiques. Un grand édifice (un temple ?) en occupait le centre. Les auteurs de la présentation nous annoncent que pas moins de 500 blocs d’élévation ont été retrouvés dans deux puits remontant au IIIe siècle ap. J.-C.. Le très beau bloc de corniche modillonaire reproduit fig. 11 p. 304 fait espérer l’étude prochaine de l’élévation de cette splendide construction. Il n’y a pas tant d’édifices publics si bien connus dans nos régions, pour qu’on puisse se permettre d’attendre trop longtemps une monographie exhaustive.

26Toujours dans le domaine de l’architecture sacrée, on signalera qu’à Jouars-Ponchartrain, ce ne sont pas moins de cinq temples (et peut-être sept) qui ont été repérés et qu’à Meaux, a été mis au jour un sanctuaire péri-urbain, constitué d’une vaste cour monumentale avec, au centre, deux temples jumeaux à cella et portiques périphérique réunis par une galerie, selon une formule connue à Vieil-Évreux ou à Châteaubleau.

27Hasard des découvertes probablement, les établissements thermaux semblent être les parents pauvres de cette pourtant très riche panoplie monumentale. Signalons quand même la construction à Meaux, dès le milieu du Ier siècle ap. J.-C., d’un très grand ensemble thermal de 11 700 m2. Parmi les autres absents de ce volume, on évoquera les enceintes et les portes monumentales ou les monuments funéraires. Il faut dire qu’une synthèse est venue très récemment faire le point sur l’architecture de ces derniers et que, quand les éléments lapidaires qui composent leur élévation ne sont pas découverts dans une fouille comme à Orange, Faverolles ou Bertrange, ils se trouvent sous la forme de milliers de membra disjecta récupérés dans les enceintes tardives : peu de chercheurs ont eu le courage de s’attaquer à ces puzzles diaboliques (Moretti, Tardy, 2006) !

28Comme on le voit, les villes du nord des Gaules présentent un équipement monumental digne des villes des autres provinces de l’empire. Toutes ne peuvent pas se permettre, comme Lutèce, avec son théâtre, son amphithéâtre, ses trois grands établissement thermaux, son forum, ou comme à Langres, avec là encore un théâtre, un amphithéâtre et un temple du culte impérial, de disposer d’une panoplie monumentale complète. Mais des villes plus modestes comme Famars, Jouars-Ponchartrain, Liberchies ou Beaumont-sur-Oise ont le souci de faire construire le minimum monumental vital pour tenir leur rang urbain. Dans ce dernier cas, on trouve par exemple un théâtre et deux temples à plan centré (p. 118, il faut lire temple à la place de « sanctuaire »).

29Qui sont les promoteurs de ce boom édilitaire ? Les notables, le plus souvent, qui ont fait de l’évergésie un instrument efficace du consensus social et un moyen de multiplier les initiatives édilitaires, qui constituaient parfois de véritables investissements, plus ou moins avoués. Malheureusement, on ne dispose pas, pour la Gaule Belgique ou les Germanies, des riches dossiers épigraphiques qui permettent de suivre parfois dans le détail les opérations de ces notables, comme en Asie Mineure.

L’habitat

30L’importance de l’archéologie préventive dans nos villes modernes a eu pour principale conséquence une véritable explosion des connaissances portant sur l’habitat urbain (Gogräfe, Kell, 2002). Les fouilles du Coliseum à Amiens sont exemplaires de ce point de vue (E. Binet, p. 43-52). Ce ne sont pas moins de quatre domus alignées sur plus de 100 m d’un decumanus qui ont été mises au jour. Construites entre 60 et 70 ap. J.-C., elles présentent toutes une superficie d’au moins 400 à 500 m2. Elles comportent toutes des péristyles et s’étendent profondément au cœur de l’îlot. Comme je l’ai déjà dit plus haut, la fouille de l’ensemble, menée manifestement de manière exemplaire, a permis d’entrer dans la rythmique des constructions et des reconstructions. Elle a pu établir, par exemple, que tous les vingt ans avait lieu une opération de réaménagement de plus ou moins grande envergure. On trouve un autre exemple de virtuosité stratigraphique à Tongres (A. Vanderhoeven, p. 315-331). Mais dans ce dernier cas, le fouilleur se contente de décrire de manière analytique le résultat des fouilles, sans proposer la moindre interprétation architecturale. Si les avancées chronologiques sont certainement considérables, on peut se demander si les auteurs ont conscience qu’il y avait des élévations au-dessus des vestiges. Il s’agit là, d’un cas extrême de pointillisme stratigraphique, qui aboutit à un phasage très précis, mais qui finit par faire perdre l’objet même de la fouille : la reconstitution des architectures avec leurs élévations et leur histoire. Parmi les autres résultats remarquables, on retiendra d’abord l’intérêt pour les maisons modestes, comme à Amiens, où des habitats à une seule pièce ont été retrouvés, et enfin, à l’autre extrémité de l’architecture privée, la belle analyse de la schola des Dendrophores à Arras (p. 67-71).

31J’y reviendrai plus loin dans la conclusion générale, mais on peut déjà noter que, souvent, l’absence complète des analyses architecturales les plus élémentaires ou le manque de restitution des plans ou des élévations paraissent d’autant plus choquants que les fouilles sont menées de manière exemplaire. Il est temps que l’archéologie de sauvetage française se mette à l’aune de nos voisins suisses : que l’on jette un coup d’œil aux belles publications d’habitat d’Augst ou de Lausanne-Vidy et l’on mesurera le chemin qu’il reste à faire chez nous dans la nécessaire collaboration entre les fouilleurs, les historiens de l’architecture et les architectes (Sütterlin, 1999 ; Schatzmann, 2003 ; Berti Rossi, May Castella, 2005 ; Asal, 2007) !

Les militaria

32L’archéologie des militaria suscite depuis peu un regain d’intérêt, dont on retiendra les importants travaux de M. Poux ou de M. Reddé (Poux, 2008 ; Reddé, 2010). Dans le volume dont il est question ici, on ne peut lire aucune contribution qui concerne à proprement parler l’archéologie militaire, à l’exception notable du port de Boulogne (C. Seillier, p. 133-146). Le site a probablement été choisi dès le règne d’Auguste, mais il ne se développe véritablement qu’à partir de 43 ap. J.-C., dans le contexte de la préparation de l’expédition britannique de Claude, puis au moment de la création de la classis Britannica un peu plus tard. Seuls les vestiges du camp ont été pour le moment mis au jour. Son dispositif interne est aujourd’hui bien connu mais ses monuments célèbres, dont parlent les testimonia, comme le phare de Caligula ou l’arc de Claude ne sont toujours pas découverts. Quant au port proprement dit, il reste largement méconnu, même si on pense aujourd’hui que les bassins étaient probablement protégés par une enceinte.

33Ailleurs, les questions militaires ne sont pourtant pas complètement absentes. Mais elles sont toujours évoquées quand il est question de l’Antiquité tardive. Reste à mentionner la controverse, qui oppose les deux notices consacrées à Paris, au sujet de la présence ou non d’une garnison d’auxiliaires entre César et Auguste. La question ne semble pas tranchée et les quelques découvertes évoquées, même si elles sont, de ce point de vue, cohérentes et concordantes, ne sont pas suffisantes pour tirer des conclusions aussi importantes.

La décoration architecturale

  • 6  Des études en cours menées dans le grand est par S. Blin et Y. Maligorne dans le cadre d’un progra (...)

34La décoration architecturale est la grande absente de ce volume. Un signe de cette absence d’intérêt des archéologues français pour ce domaine : il n’y a en tout et pour tout que deux photographies illustrant des chapiteaux. Le plus souvent, on se contente d’évoquer la présence d’éléments lapidaires décorés et sculptés, sans ni les décrire ni les illustrer (ainsi à Jouars-Ponchartrain, p. 193). Pour Reims, alors que la découverte de plus de cinq cents blocs constitue un événement considérable dans nos domaines, le lecteur devra se contenter d’une seule photographie d’un très bel élément de corniche modillonaire provenant probablement d’un temple. On attend avec d’autant plus d’impatience d’en savoir plus, que le temple est de taille considérable et que sa décoration architecturale ne laisse pas de surprendre : d’un côté une corniche très canonique, de l’autre une sima décorée de volutes en S affrontés de proportions et de formes stupéfiantes (Neiss, 2010, fig. 10, p. 190). Ce désintérêt pour le design architectural, pourtant représenté partout par des milliers de fragments lapidaires, est d’autant plus regrettable que des recherches récentes, à Saintes et Périgueux en Aquitaine (Tardy, 1994 et 2005) ou dans l’ouest de la Gaule Lyonnaise (Maligorne, 2006b), ont montré tout ce que pouvait apporter l’établissement de catalogues exhaustifs et les analyses stylistiques à notre connaissance de l’architecture romaine de nos régions (Ramallo Asensio, 2004)6.

Les techniques de construction

35L’histoire des techniques de construction, domaine pourtant considéré comme moins ringard que l’étude des styles architecturaux, est à peine mieux représentée. On regrette, par exemple, que plusieurs dossiers concernant des fouilles de maison n’évoquent même pas les aspects techniques de la construction. Le lecteur intéressé par le sujet trouvera quand même quelques informations précieuses. Le nombre des fouilles réalisées ces dernières années permet désormais de disposer d’un corpus de constructions suffisamment conséquent et varié pour sortir d’une vision générale et évolutionniste. L’évolution des techniques de construction ne constitue plus seulement un marqueur chronologique mais aussi un marqueur social. Les grandes domus de l’élite sont très tôt romanisées, alors que les maisons ordinaires le sont beaucoup plus tard. À Arras, on observe dans les maisons les plus riches une utilisation de l’opus mixtum dès le règne de Claude (p. 67), alors que pour les maisons plus modestes sa diffusion est beaucoup plus tardive. On peut s’étonner d’ailleurs de la précocité de l’apparition de cette technique plutôt caractéristique, dans nos régions, du siècle suivant. Pour une date aussi haute, je ne vois guère que Lyon (le théâtre) ou Vienne (une construction sous le temple de la Mère des dieux) pour témoigner de l’introduction de cette technique en Gaule. Peut-être faut-il rapprocher, de ce point de vue, le cas d’Arras des exemples attestés en Bretagne insulaire immédiatement ou peu après la conquête de Claude : dans un édifice thermal à Exeter, dans les murs du premier état du forum de Londres, dans le podium du temple de Claude ou dans l’enceinte de Colchester, etc. On trouve un autre exemple d’introduction tardive des techniques romaines dans les maisons les moins riches à Amiens, où les fondations en pierre, en craie en l’occurrence, n’apparaissent qu’à partir du IIe siècle ap. J.-C. À Beaumont-sur-Oise, on observe également le même conservatisme dans les techniques de construction. À Jouars-Ponchartrain, plusieurs indices montrent l’adoption de techniques « romaines » dès les premières décennies du Ier siècle : tegulae et imbrices pour la couverture, solins de pierre sous les sablières, etc. Mais si l’introduction de techniques romaines est précoce, elle reste ponctuelle et la généralisation est plus tardive de plusieurs décennies : les nouveaux procédés ne se généralisent qu’au IIe siècle. L’opus vittatum est encore plus tardif et ne devient banal que dans le courant du iiie siècle. Le rythme n’est guère différent dans une grande ville comme Langres, où les premières domus en pierre n’apparaissent pas avant le IIe siècle ap. J.-C., alors que l’apparat monumental en grand appareil est somptueux dès le début du Ier siècle, ou dans une agglomération plus modeste comme Liberchies. L’exemple de Langres est d’autant plus étonnant, que dans la ville voisine de Besançon, les techniques romaines de construction se généralisent dès la fin du règne de Tibère (Barral et alii, 2005). À Lutèce, la généralisation de la pierre dans l’architecture privée ne remonte pas au-delà de l’époque antonine. La petite synthèse consacrée à la présentation des techniques de construction dans la capitale des Parisii attirera par ailleurs l’attention du lecteur, tant elle est bien faite. On en retiendra la description de cloisons de bois et de torchis presque entièrement conservées et, plus étonnant, un usage du plâtre en bloc, sous la forme d’imbrices ou de tegulae, de moellons, de dalles de sol, de plaques de frises sculptées (S. Robin et Ph. Marquis, p. 287). À Tongres, où le développement urbain est manifestement consécutif à la romanisation, les techniques de construction restent traditionnelles pendant longtemps (A. Vanderhoeven, p. 309-336).

36Il est, comme on le voit, difficile de généraliser, car les situations locales diffèrent souvent. Ce qui est sûr, c’est que la romanisation ne fut pas, dans ce domaine du moins, un rouleau compresseur culturel : chaque ville, chaque site traduit une forme d’hybridation permanente entre conservatisme et volonté d’adopter des modes de construction très connotés, entre volonté d’économiser en recourant à l’auto-construction et possibilité de dépenses en numéraires, entre réparation ponctuelle et réaménagement plus ambitieux, etc. Tout cela laisse entrevoir une économie de la construction complexe, où le poids des métiers traditionnels pouvait freiner l’adoption de techniques jugées par certains plus prestigieuses ou plus confortables, mais étrangères à un système économique et social bien installé. Ce n’est pas autrement, en tout cas, qu’on explique le caractère presque clandestin de l’adoption des techniques romaines dans les provinces grecques de l’Empire : même les colonies sont presque entièrement construites en marbre !

La fin de la ville antique

37La chronologie et les causes de la crise urbaine, qui est censée clore, sous la forme d’une vieillesse malade et déclinante, un des cycles les plus brillants de l’histoire urbaine européenne, sont évoquées dans presque toutes les communications. C’est là encore un sujet de réjouissance de voir l’intérêt pour cette longue, très longue transition qui voit la ville antique se transformer en ville chrétienne et médiévale sous la forme d’un cycle qui dura plusieurs siècles. Les rythmes et les modalités de cette déprise urbaine ne sont pas, on s’en doute, partout les mêmes, même si partout on retrouve les mêmes symptômes : rétractation des espaces urbains, enfermement, spoliation de la parure monumentale, etc. La diversité des situations, qui fait de chaque ville ou presque un cas particulier, interdit, pour le moment du moins, toute approche régionale.

38Quand commence t-elle ? Dès la fin du IIe siècle ap. J.-C. à Bavay (F. Loridant, p. 89-90). À Amiens, c’est au début du IIIe siècle que certains quartiers sont abandonnés et réoccupés sous forme de nécropole, ce qui implique forcément une importante rétractation spatiale de la ville. À Liberchies, c’est dans la seconde moitié du IIIe siècle qu’on place l’abandon de la bourgade. Mais l’histoire du site continue sous la forme d’une occupation militaire dans un réduit fortifié dans et autour du forum, jusqu’au premier tiers du Ve siècle ap. J.-C. Chartres, caput civitatis des Carnutes et centre urbain d’une ambition monumentale qui nous semblerait presque démesurée pour le Haut-Empire, est très affectée par la réforme territoriale de Dioclétien. À Amiens, des habitats sont manifestement détruits par le feu entre 260 et 275 ap. J.-C., mais dans certains quartiers un début de déprise urbaine est observé bien avant, dès le premier tiers du IIIe siècle (E. Binet, p. 49-55).

39Certains de ces centres urbains perdurent, même si c’est sous une forme amoindrie. À Arras par exemple, le processus de transformation de la ville antique est très long. On observe dans un premier temps la construction d’un réduit fortifié (un castrum), qui cohabite avec le reste du tissu urbain antique. Puis, dans le dernier tiers du IVe siècle, des transformations plus radicales se produisent sous la forme de destructions systématiques. C’est ainsi qu’une ancienne schola est entièrement arasée et remblayée (A. Jacques, p. 75). Les décennies qui suivent ne sont pas moins mouvementées. À l’emplacement même de la schola, s’installe un sanctuaire germanique, où des crânes humains ou des offrandes animales ont pu être mis au jour. Peut-être la trace d’une présence de troupes auxiliaires ou de supplétifs barbares ? Vers 380, un incendie général détruit ce qu’il restait du castrum. Le site est encore occupé quelque temps par des cantonnements militaires. Mais les dernières casernes sont abandonnées dans le deuxième quart du Ve siècle. On retrouve cette date de 450 dans plusieurs autres exemples, comme à Jouars-Ponchartrain. Mais là, les temples ont été détruits dès la fin du ive siècle, probablement à la suite des édits de Théodose.

40La chronologie est donc, pour cette période, de mieux en mieux établie. Les processus de transformation des paysages urbains légués par le Haut-Empire sont également de mieux en mieux connus. On sait depuis longtemps que tous les édifices publics ne sont pas condamnés en même temps. Certains font l’objet d’un démantèlement dès le IVe siècle, d’autres plus tard. À Lutèce par exemple, les édifices de spectacle, marqués comme on le sait par une connotation païenne particulière et peu goûtés par la martyrologie chrétienne, sont plus vite spoliés que les établissements thermaux. Toujours dans la capitale des Parisii, on retiendra aussi le progrès des connaissances sur la résidence « palatiale » de l’Île de la Cité, constituée, comme à Trèves ou à Thessalonique, par une grande salle de plan basilical.

41Malgré toutes les transformations que nous venons d’évoquer, on ne peut manquer d’être frappé par la continuité de la carte urbaine. Beaucoup de villes régressent, incontestablement, mais peu disparaissent et les exemples d’échec urbain restent exceptionnels : Saint-Quentin évoqué dans ce volume, dès le IVe siècle, ou encore Augusta Raurica chez les Rauraques ou Mandeure chez les Séquanes, mais beaucoup plus tard, probablement à la fin de l’époque carolingienne. C’est finalement assez peu. Cela montre que l’héritage romain n’allait pas s’effacer aussi vite.

42De fait, reste à évoquer, ne serait-ce que très brièvement, la question de la survivance des édifices antiques dans des villes désormais médiévales. À l’inverse de l’Italie, où on a pris l’habitude de considérer que les paysages urbains restaient concrètement marqués par l’Antiquité du fait de la présence d’édifices antiques parfois intégralement conservés ou de la visibilité fréquente et ostentatoire des remplois, les régions qui nous concernent ici sont souvent considérées comme ayant fait table rase du passé antique. Il est vrai que des édifices aussi importants que la Porta Nigra à Trèves, la Porte noire de Besançon, les colonnes de la citadelle dans cette même ville, etc. auraient dû attirer l’attention sur la récupération dont firent l’objet, au nord comme au sud des Alpes, des édifices romains considérés comme prestigieux. Je profite de l’occasion pour citer l’important travail de L. Clemens sur ce sujet, qui sera utile tout autant aux antiquisants qu’aux médiévistes (Clemens, 2003).

Les regrets et les réserves

  • 7  Signalons la disparition malencontreuse de la fig. 16, p. 171.

43La recension d’une publication de cette importance et de cette richesse est aussi l’occasion d’exprimer quelques regrets. Sur la forme d’abord. La très grande rareté des coquilles montre que le travail d’édition a été mené avec un grand sérieux7. En revanche, l’illustration graphique n’est pas du même niveau. Les plans des villes sont le plus souvent dépourvus de courbes de niveaux, ce qui rend impossible toute appréciation de la composition urbaine. La fréquence de la superposition des vestiges antiques sur le plan cadastral ou topographique contemporain rend la lecture souvent confuse. On lira à ce sujet, et dans ce même volume, les excellentes remarques de C. Coquelet (p. 405).

  • 8  Ces remarques critiques ne concernent malheureusement pas uniquement cette publication et elles po (...)

44Les plans des édifices présentés appellent des critiques plus fondamentales. On remarquera, tout d’abord, qu’il s’agit systématiquement de schémas restitués et, jamais, de relevés architecturaux. L’absence complète de relevés pierre à pierre oblige le lecteur à faire une confiance aveugle, c’est le cas de le dire, aux fouilleurs. Or, dans certains cas, on se demande si ceux-ci ont vraiment pris la mesure des réalités et des contraintes architecturales. J’illustrerai par quelques exemples ces errances du relevé architectural8 :
- figures 4, 5 et 6 aux p. 68 à 70 : les murs sont entièrement restitués, mais le souci d’illustrer une construction complète, à l’état de projet pour ainsi dire, s’arrête là, car leur auteur ne s’est guère soucié d’y placer des seuils. C’est au lecteur de restituer lui-même les entrées des pièces, c’est-à-dire la manière dont cet ensemble fonctionnait ;
- figure 5, p. 104 : le plan de fouille est incompréhensible, qui met sur le même plan graphique des éléments relevés et d’autres qui sont interprétés ;
- figure 2, p. 148 : le plan est illisible. Il est surtout sans grand rapport avec le texte : où est le sacellum mentionné dans celui-ci?
- figure 6, p. 301 : le plan est peu compréhensible. Tous les murs ont été dessinés avec la même épaisseur et, là encore, les pièces, pour lesquelles aucune entrée n’est restituée, sont considérées sans doute comme des espaces hermétiquement clos ;
- figures 3, p. 314 ou 4 p. 316 : les plans sont, là encore, incompréhensibles et c’est dommage car il s’agit d’un exemple intéressant d’une phase de construction provoquée par la romanisation, mais pendant laquelle les techniques et la typologie architecturales restent traditionnelles : malheureusement, un lecteur peu instruit de la maison-étable du type « Alphen-Ekeren » ne pourra se faire une idée de cette architecture.

45Ces quelques exemples illustrent, à mes yeux, les ravages que provoque sur les relevés archéologiques et architecturaux l’utilisation incompétente ou abusive de certains logiciels informatiques. Elle entraîne chez leurs utilisateurs l’illusion de la maîtrise du dessin, la confusion entre relevé pierres à pierres et dessin restitué ou tout simplement, et c’est plus grave encore, entre dessin et relevé, l’appauvrissement des procédés graphiques, etc. La facilité que procurent ces logiciels est devenue, dans les faits, funeste au dessin d’architecture, tel qu’il avait été mis au point par plusieurs générations d’architectes-archéologues et illustré ces dernières décennies par les publications de l’IRAA du CNRS. Je sais bien que la plupart des exemples concernés par ce volume proviennent de fouilles de sauvetage, pour lesquelles le recours à des architectes est exceptionnel. Mais plus qu’une question d’argent et d’organisation, c’est surtout une question de culture professionnelle. Que l’on songe aux belles publications des équipes suisses que j’ai déjà évoquées plus haut, pour lesquelles la collaboration entre architectes et archéologues est la norme.

46Quelques remarques sur le fond pour terminer. Malgré le nombre des articles, vingt-sept sans compter l’introduction, et la grande diversité des situations documentaires et des approches proposées, on ne regrette la présence d’aucune contribution, à l’exception près d’un vain essai de virtuosité érudite dont on saisit mal la portée (p. 93-98).

47Pourtant, et de manière très générale, on peut déplorer une conception très « planimétrique » de l’architecture urbaine. L’absence presque systématique de restitution en élévation, par des coupes, des dessins de façades, des axonométries, etc. est d’autant plus surprenante, que la virtuosité des techniques de fouille permet aujourd’hui de mettre au jour des éléments que l’on méconnaissait il y a encore une trentaine d’années. Laissons parler l’auteur de la fouille du Coliseum à Amiens : « La taille du chantier et le bon état de conservation des vestiges ont été deux atouts majeurs dans la compréhension et l’analyse du site. Il a livré les premiers plans complets de grandes maisons urbaines des Ier, IIe et IIIe s. ap. J.-C. à Amiens. Il a également été possible de suivre leurs évolutions, tant spatiale que chronologique, durant cette période. Les changements de méthodes de construction et des aménagements internes ont pu aussi être observés » (E. Binet, p. 49). Soit ! Mais alors pourquoi ne pas proposer ne serait-ce qu’une seule vue générale, et avec des volumes, de ces domus ? Il ne faudrait pas que l’extrême sophistication des opérations archéologiques, qui aboutissent parfois à des micro-phasages qui font perdre les vues d’ensemble, se fasse au détriment des études architecturales proprement dites. Ces quelques remarques ne doivent pas être prises en mauvaise part : elles ne visent qu’à attirer l’attention sur l’indispensable collaboration des architectes pour toutes les recherches concernant le bâti, aussi bien à l’échelle urbaine, qu’à celle du quartier, de la parcelle ou de l’unité habitative. Faute de quoi, on n’a pas le droit de se plaindre de voir la restitution architecturale, qui est une étape indispensable de l’herméneutique archéologique, complètement abandonnée au profit de suggestives évocations, qui tirent de leurs indéniables qualités graphiques et chromatiques, inspirées d’ailleurs de l’école de la ligne claire de la bande dessinée, un pouvoir de séduction sans rapport avec l’appréciation scientifique (Golvin, 2010). À côté des aquarelles claires, nettes et proprettes de J.-Cl. Golvin, appréciées à juste titre du grand public, il y a sûrement la place pour de véritables restitutions.

  • 9  Cf. déjà les remarques apéritives de M. Dondin-Payre et de M.-Th. Raepsaet-Charlier dans la synthè (...)

48Une dernière observation critique. Les villes romaines, où qu’elles soient, sont des villes romaines ! C’est là une évidence qu’il convient de rappeler, tant on a parfois l’impression qu’on se contente le plus souvent d’un horizon de comparaison cantonal ou régional. Chacun sait qu’en France, « un nationalisme exacerbé, depuis le XIXe siècle surtout, voudrait distinguer la Gaule des autres parties de l’empire » (M. Dondin-Payre, p. 398). Cette archéologie, nationale donc quand on s’inscrit dans cette tradition, est une exception unique dans les pays qui ont vu le jour sur les anciennes provinces romaines. Passons sur le fait qu’elle incarne une « exceptionnalité » française qu’on croyait révolue depuis longtemps dans les études historiques. Car le pire c’est qu’elle impose une forme de frontière intellectuelle qui n’incite pas à aller chercher dans d’autres provinces romaines des éléments de comparaison. Or, chacun sait qu’au-delà des indéniables spécificités locales ou provinciales, il y a aussi dans l’architecture romaine d’incontestables traits communs pour chacun des types d’édifices qui composent l’équipement architectural des villes. Or, à l’exception notable et heureuse de Chartres, les auteurs des contributions ne sollicitent guère les comparaisons avec d’autres provinces de l’empire, qui seules permettraient de relativiser une vision beaucoup trop gallo-romaine9. Il y a encore, de ce point de vue, bien des horizons à ouvrir.

Conclusions

49Qu’on ne se méprenne pas sur le sens des critiques et des réserves qui précèdent. Cette publication est exemplaire à plus d’un titre et témoigne de l’incroyable dynamisme des recherches archéologiques de terrain dans les villes entre Loire et Meuse. Il faut donc saluer encore une fois le concepteur et l’éditeur de cet ouvrage qui établit, pour les vingt ans qui viennent, l’état de la question sur les villes du nord de la Gaule. Mais l’augmentation exponentielle du corpus documentaire se fait surtout de manière extensive : les surfaces fouillées ne cessent de s’accumuler et leur addition finit par donner sinon une image représentative du moins un échantillon non négligeable des villes romaines. Malheureusement, les conditions mêmes des interventions archéologiques, des fouilles de sauvetage dans la presque totalité des cas, empêchent le plus souvent l’approfondissement nécessaire aux véritables publications. C’est pourquoi il faudrait que cette belle édition soit un point de départ, une invitation à la publication, et non simplement un bilan définitif. Les ouvrages monographiques consacrés à une fouille, à un édifice, à une catégorie de matériel, sont les seuls qui permettent d’aller au fond des choses, les seuls qui s’inscrivent nécessairement dans une durée indispensable pour qui veut bien réfléchir en dehors des contraintes calendaires, fixées à coup sûr par des bureaucrates qui n’ont été confrontés ni au terrain, ni même à la recherche. Il est grand temps que les autorités qui organisent l’activité archéologique dans notre pays permettent aux fouilleurs de mener à bien cette tâche impérieuse, sans laquelle, il faut le dire, la fouille ne sert à rien sauf à donner bonne conscience aux aménageurs et aux décideurs.

Haut de page

Bibliographie

Asal M., 2007, Insula 36 : die Entwicklung einer Häuserfront in Augusta Raurica, Augst, Augusta Raurica, 333 p. (Forschungen in Augst,38).

Barral Ph., Vaxelaire L., Videau G., 2005, « Besançon au ier siècle av. J.-C. », in : Kaenel G. et alii dir., Colloquium Turicense : sites, structures d’habitat et trouvailles du ier siècle av. J.-C. entre le Haut-Danube et la moyenne vallée du Rhône, Actes du colloque de Zurich, 17-18 janv. 2003, Zurich, p. 171-197.

Béal J.-Cl., 1996, « Bibracte-Autun, ou le transfert de capitale : lieu-commun et réalités archéologiques », Latomus, t. 55/2, p. 339-367.

Bernard V., 1999, « Impact anthropique et gestion du milieu durant l’Antiquité : un exemple d’approche paléo-environnementale pluridisciplinaire sur le site d’agglomération secondaire antique de ‘La Ferme d’Ithe’ (Diodurum) à Jouars-Ponchartrain », Les Nouvelles de l’archéologie, t. 78, p. 45-56.

Berti Rossi S., May Castella C., 2005, La fouille de Vidy ‘Chavannes 11’, 1989-1990 :trois siècles d'histoire à Lousonna : archéologie, architecture et urbanisme, Lausanne, 392 p. (Cahiers d’archéologie romande, 102).

Busson D., Robin S. dir., 2009, Les grands monuments de Lutèce : premier projet urbain de Paris, Catalogue d’exposition, Paris, Paris musées, 111 p.

Castorio J.-N., Maligorne Y., 2007, Une tombe monumentale d’époque tibérienne à Nasium, cité des Leuques), Paris, De Boccard, 104 p. (Études lorraines d’Antiquité nationale, 4).

Clemens L., 2007, Tempore Romanorum constructa : zur Nutzung und Wahrnehmung antiker Überreste nördlich der Alpen während des Mittelalters, Stuttgart, Hiersemann, 565 p. (Monographien zur Geschichte des Mittelalters, 50).

Collectif, 1982, Archéologie urbaine, Actes du colloque international, Tours, 17-20 nov. 1980, Paris, AFAN, 796 p.

Collis J., 1984, Oppida : earliest towns north of the Alps, Sheffield, Dept. of Prehistory and Archaeology, Univ. of Sheffield, 250 p.

Dechezleprêtre T., Mourot F., 2006, « Nasium : de l’oppidum à l’agglomération gallo-romaine », Archéologia, t. 433, p. 28-41.

Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-Th. éd., 2006, Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, Le Livre Timperman, 514 p.

Dondin-Payre M., Raepsaet-Charlier M.-Th. éd., 2009, Cités, municipes, colonies : les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, Publ. de la Sorbonne, 2ème éd., 483 p. (Histoire ancienne et médiévale, 53).

Ferdière A. éd., 2004, Capitales éphémères : des capitales de cité perdent leur statut dans l’Antiquité tardive, Actes du colloque de Tours, 6-8 mars 2003, Tours, FERACF, 508 p. (25ème suppl. à la Revue Archéologique du Centre de la France).

Fichtl S., 2004, « Des capitales de cités gauloises aux chefs-lieux de province : le cas de Reims-Durocortorum », in : Ruiz de Arbulo J. éd., Simulacra Romae : Roma y las capitales provinciales del Occidente Europeo, Reunion celebrada en Tarragona, los dias 12, 13 y 14 de deciembre del 2002, Tarragone, El Médol, p. 295-305.

Fichtl S., 2005, La ville celtique :les ‘oppida’ de 150 av. J.-C. à 15 ap. J.-C., Paris, éd. Errance, 238 p.

Fischer T., 1999, « Zum Einfluss des Militärs auf die Zivile Besiedlung in den Nordwestprovinzen des römisches Reiches », in : Hesberg H. von dir., Das Militär als Kulturträger in römischer Zeit, Cologne, p. 67-74 (Schriften des Archäologischen Instituts der Univ. zu Köln).

Frakes J. F. D., 2009, Framing public life : the portico in Roman Gaul, Wien, Phoibas Verl., 487 p.

Gogräfe R., Kell K. éds., 2002, Haus und Siedlung in den römischen Nordwestprovinzen : Grabungsbefund, Architektur und Ausstattung, Internationales Symposium der Stadt Homburg vom 23. und 24. November 2000, Homburg, Verl. Ermer, 279 p. (Forschungen im römischen Schwarzenacker, 4)

Golvin J.-Cl., 2010, Pérégrinations dans l’empire romain : de Bliesbrick-Rheinheim à Rome, Arles.

Goudineau Ch., Février P.-A., 1980, Histoire de la France urbaine. I : La ville antique : des origines au ixe siècle, Paris éd. du Seuil, 600 p. (Coll. L’Univers historique).

Gros P., 1998, « Villes et non-villes : les ambiguïtés de la hiérarchie juridique et de l’aménagement urbain », in : Gros P. dir., Villes et campagnes en Gaule romaine, Actes du 120ème congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence, 23-29 oct. 1995, Paris, éd. du CTHS, p. 11-25.

Guichard V, Sievers S., Urban O . H. dir., Les processus d’urbanisation à l’Âge du Fer, Actes du colloque de Glux-en-Glenne, 8-11 juin 1998, Glux-en-Glenne, Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 237 p. (Bibracte, 4).

Guillaumet J.-P., 2003, « De la naissance de Bibracte à la naissance d’Autun », in : La naissance des villes dans l’Antiquité, Paris p. 215-225.

Hesberg H. von, 2005, « Grabmonumente. Ausdruck des sozialen Ranges », Imperium Romanum : Roms Provinzen an Neckar, Rhein und Donau, Stuttgart, p. 379-385.

Kaenel G., 2006, « Agglomérations et oppida de la fin de l’Âge du Fer : une vision synthétique », in : Goudineau Ch., Guichard V., Kaenel G. dir., Celtes et Gaulois : l’archéologie face à l’histoire, Glux-en-Glenne, p. 17-39 (Bibracte, 12).

Koehler A., 2003, « Vergers antiques dans les campagnes périrubaines : le cas de Reims », in : Lepetz S., Matterne V. dir., Cultivateurs, éleveurs et artisans dans les campagnes de la Gaule romaine : matières premières et produits transformés,Amiens, p. 37-46 (Revue archéologique de Picardie, 2033, 1-2).

Kremer G., 2009, Das frühkaiserzeitliche Mausoleum von Bartringen (Luxembourg), Luxembourg, Musée national d’histoire, 238 p. (Publ. du Musée national d’histoire et d’art, 7).

Le Bohec Y., 2008, La province romaine de Gaule lyonnaise : Gallia Lugudunensis : du Lyonnais au Finistère, Dijon, éd. Faton, 358 p.

Lepetz S., Van Andringa W. éd., 2008, Archéologie du sacrifice animal en Gaule romaine : rituels et pratiques alimentaires, Actes de la table ronde tenue au Muséum national d'histoire naturelle, Paris, oct. 2002, Montagnac, éd. M. Mergoil, 306 p. (Coll. Archéologie des plantes et des animaux).

Maligorne Y., 2006a, « Décor architectonique et datation de la tombe monumentale de Faverolles (Haute-Marne) », Bull. de la Société archéologique champenoise, 99, p. 60-73.

Maligorne Y., 2006b, L’architecture romaine dans l’Ouest de la Gaule :Architecture et décor architectonique dans les cités de l'Ouest de la Gaule, Rennes, Presses Univ. de Rennes, 229 p.

Massy J.-L., 1984, Les villes de la Gaule Belgique au Haut-Empire, Actes du colloque tenu à Saint-Riquier (Somme) les 22-24 oct. 1982, 320 p. (Revue archéologique de Picardie, 3/4).

Moretti J.-Ch., Tardy D., 2006, L’architecture funéraire monumentale : la Gaule dans l’empire romain, Actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée H. Prades, Lattes, 11-13 oct. 2001, Paris éd. du CTHS, 522 p. (Archéologie et histoire de l’art, 24).

Neiss R., 2010, « Reims : quelques acquis récents de la recherche archéologique », in : Gonzalez Villaescusa R., Ruiz de Arbulo J. éd., Simulacra Romae II. Rome, les capitales de provinces (capita prouinciarum) et la création d’un espace commun européen : une approche archéologique, p. 183-193 (Société archéologique champenoise, Mémoire n° 19).

Petit J.-P., Mangin M. dir., 1994, Les agglomérations secondaires : la Gaule Belgique, les Germanies et l’Occident romain, Actes du colloque de Bliesbruck-Reinheim et Bitche (Moselle), 21-24 oct. 1992, Paris, éd. Errance, 293 p. (Coll. Archéologie aujourd’hui).

Pion P., 2010, « Oppida et urbanisation en Gaule du Nord avant la Conquête : des faits aux modèles et des modèles à l’Histoire », in : Ouzoulias P., Tranoy L. dir., Comment les Gaules devinrent romaines, Paris, La Découverte, p. 35-46.

Poux M., 2008, Sur les traces de César : militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Actes de la table ronde de Glux-en-Glenne, 17 oct. 2002, Glux-en-Glenne, Centre archéologique, 463 p. (Bibracte, 14).

Ramallo Asensio S. éd., 2004, éd, La decoración arquitectónica en las ciudades romanas de Occidente, Actas del Congreso internacional celebrado en Cartagena entre los dias 8 y 10 de octubre 2003, Murcia, 586 p.

Reddé M., 2010, « L’occupation militaire de César à Tibère », in : Ouzoulias P., Tranoy L. dir., Comment les Gaules devinrent romaines, Paris, La Découverte, p. 73-84.

Rémy B., 1998, « Les élites locales et municipales de la colonie de Vienne au Haut-Empire », L’Antiquité Classique, 67, p. 77-120.

Rémy B., 2002, « L’organisation territoriale de la cité de Vienne », in : Garcia D., Verdin F. éd., Territoires celtiques : espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d'Europe occidentale, Actes du XXIVe colloque international de l'AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000, Paris, éd. Errance, p. 178.

Ritterling E., 1906, « Zur Geschichte des römischen Heeres in Gallien unter Augustus », BJ, t. 114-115, p. 159-188.

Schatzmann R., 2003, Das Südwestquartier von Augusta Raurica : Untersuchungen zu einer städtische Randzone, Augst, Römermuseum,336 p. (Forschungen in Augst, 33).

Sütterlin H., 1999, Kastelen 2. Die älteren Steinbauten in den Insulae 1 und 2 von Augusta Raurica, Augst, Römermuseum, 264 p. (Forschungen in Augst, 22).

Tardy D., 1994, Le décor architectonique de Saintes antique. II. Les entablements, Paris, éd. du CNRS, 174 p. (7ème suppl. à Aquitania).

Tardy D., 2005, Le décor architectonique de Vesunna, Périgueux antique, Pessac, Féd. Aquitania, 145 p. (12ème suppl. à Aquitania).

Thivet M., Bossuet G., Mougin P., 2009, « Mise en évidence de l’impact de l’occupation antique dans la morphogenèse d’un paysage de fond de vallée : le cas du site d’Epomanduodurum (Mandeure-Mathay, Doubs) », R.A.E., t. 58-2009, p. 417-438.

Van Andringa W., 2002, La religion en Gaule romaine : piété et politique (ier-iiie siècle ap. J.-C.), Paris, éd. Errance, 335 p. (Coll. des Hespérides).

Van Andringa W., 2006, « Sacrifices et marché de la viande à Pompéi », in : Marcattili F, Romizzi L., Charles-Laforge M.-O., Contributi di archeologia vesuviana II, Rome, L’Erma di Bretschneider p. 185-201.

Haut de page

Notes

1  Il convient de ne pas oublier l’aventure des Documents d’Évaluation du Patrimoine Archéologique et Urbain, nés dans la foulée du colloque de Tours, qui ont permis l’établissement de documents de synthèse souvent d’excellente qualité, dont on peut seulement regretter qu’on ne leur donna jamais la publicité qu’ils méritaient.

2  On notera, qu’à l’exception notable d’Arras et de Lutèce, dans les villes traitées dans ce volume, on ne signale jamais la présence de militaria en quantité significative, ce qui ruine définitivement la vieille théorie de E. Ritterling sur le rôle de l’armée romaine dans le développement des villes (Ritterling, 1906). On se reportera sur cette question à la synthèse de T. Fischer (Fischer, 1999) ainsi qu’à la mise au point très récente de M. Reddé (Reddé, 2010).

3  Les archéologues parisiens ne semblent d’ailleurs pas d’accord entre eux, puisque les uns présentent l’hypothèse comme acquise, alors que les autres restent plus prudents.

4  Une synthèse récemment publiée sur le sujet, en réalité une compilation de seconde main malgré un titre faussement suggestif, ne retire rien à l’intérêt des recherches approfondies de T. Byhet (Frakes, 2009).

5  Pour Amiens, le théâtre a été découvert en 2006, au nord-est de l’agglomération antique, lors de la fouille préventive de « l’îlot des boucheries ».

6  Des études en cours menées dans le grand est par S. Blin et Y. Maligorne dans le cadre d’un programme de l’ANR, dirigé par D. Tardy, devraient commencer à combler cette lacune.

7  Signalons la disparition malencontreuse de la fig. 16, p. 171.

8  Ces remarques critiques ne concernent malheureusement pas uniquement cette publication et elles pourraient s’appliquer à bon nombre de publications récentes.

9  Cf. déjà les remarques apéritives de M. Dondin-Payre et de M.-Th. Raepsaet-Charlier dans la synthèse, récemment rééditée, sur l’impact de Rome sur les Gaules et les Germanies (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2009, p. I-II).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Marc, « Roger Hanoune éd., Les villes romaines du Nord de la Gaule : vingt ans de recherches nouvelles, Actes du XXVe colloque international de HALMA-IPEL, UMR CNRS 8164 », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 59-2 | 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/6508

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Marc

Professeur d’archéologie romaine, Université de Strasbourg-UMR 7044. courriel : jean-yves.marc@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page