Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Freeden U. von, Friesinger H., Wamers E. éd., Glaube, Kult und Herrschaft : Phänomene des Religiösen im 1. Jahrtausend n. Chr. in Mittel- und Nordeuropa, Akten des 59. Internationalen Sachsensymposions und der Grundprobleme der frühgeschichtlichen Entwicklung im Mitteldonauraum

Bonn, 2009, Dr. Rudolf Habelt, Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, Frankfurt a. M., 532 p., 413 fig. (Kolloquien zur Vor- und Frühgeschichte, Band 12)
Henri Gaillard de Sémainville

Texte intégral

1Ce gros ouvrage rassemble les contributions au colloque organisé à Francfort-sur-le-Main en novembre 2008, dans le cadre des travaux à la fois des Internationalen Sachsensymposions et des Grundproblemen der frühgeschichtlichen Entwicklung im Mitteldonauraum. Ce double patronage explique la grande étendue des territoires qui ont été évoqués à cette occasion, du monde septentrional, occidental et maritime familier aux archéologues fréquentant les colloques consacrés aux Saxons aux secteurs continentaux d’Europe centrale plus spécialement pris en compte par les chercheurs réunis autour de l’Akademie der Wissenschaften autrichienne. Quand on aura ajouté que le thème retenu était celui de la religion, de la foi et du pouvoir pendant le premier millénaire - un sujet évidemment très vaste, risquant de conduire à des interventions très hétérogènes -, on comprendra que l’on pouvait craindre une excessive disparité des études et, donc, un manque de cohérence dans la publication finale.

2Cet écueil n’a pas été totalement évité et, par exemple, quelques rares contributions sur des sujets ponctuels, voire hors sujet (en particulier dans le chapitre intitulé Exkursion), auraient même pu être écartées sans inconvénient. Il est vrai qu’à côté de cela, la plupart des études, dont les auteurs comptent parmi les meilleurs représentants de leurs disciplines respectives, portent sur des sujets majeurs, au cœur des thèmes proposés : sites ou objets importants, voire exceptionnels, synthèses achevées ou en cours. Elles ont été par ailleurs regroupées à l’intérieur de thèmes spécifiques qui permettent d’ordonner et de clarifier quelque peu l’ensemble. On remarquera enfin que la majorité des articles concernent exclusivement ou en partie la période des Grandes Migrations et le début du Moyen Âge, ce qui contribue également à recentrer le débat sur des sujets fondamentaux comme celui de la christianisation.

3L’ouvrage rassemble trente-neuf études regroupées en neuf chapitres thématiques. Quatorze sont en anglais, une en français et les autres en allemand ; toutes sont suivies d’un résumé en allemand et en anglais.

4Après une introduction très documentée portant sur les tombes royales dans l’Antiquité, d’Alexandre à Théodoric (Ernst Künzl), le premier chapitre est consacré aux découvertes d’offrandes (Opferfunde – Ausdruck von Kult und Herrschaft). Il compte trois études portant toutes sur le sud de la Scandinavie, tout particulièrement le Danemark, ainsi que la partie allemande de la péninsule du Jutland (Schleswig-Holstein) : y est abordée notamment la question des dépôts et des sacrifices d’armes trouvées dans les tourbières et de leur signification à la fois religieuse et politique (Claus von Carnap-Bornheim, Andreas Rau), comme de leur évolution et de leur interprétation sur la longue durée (Anne Nørgård Jørgensen ; Xenia Pauli Jensen).

5Le deuxième chapitre, qui s’intitule Religion und Kult - Spätantike und Völkerwanderungszeit, concerne, quant à lui, l’Europe danubienne, avec trois contributions dues à des auteurs autrichiens : le culte de Jupiter dans le secteur du limes, en rapport avec la politique des pouvoirs publics et la sécurisation de la frontière (Werner Jobst) ; la christianisation des élites romanisées aux IVe et Ve s. à partir d’un centre de pouvoir suève, sur le site de l’Oberleisersberg (Alois Stuppner) ; l’exemple du site exceptionnel de Globanitz illustrant la présence des Osthrogoths en Norique, avec ses deux églises doubles, catholique et arienne (Franz Glaser).

6Cinq études composent le thème suivant qui s’intitule Gräber – Ausdruck von Glaube und Macht. Elles portent toutes sur des sépultures aristocratiques ou princières de la période fin IVe-VIIe s. : l’extraordinaire sépulture de Poprad-Matejovce, découverte en 2005 en Slovaquie (Karol Pieta) ; les tombes aristocratiques lombardes au nord du Danube moyen (importante synthèse de 40 p. due à Jaroslav Tejral) ; l’étude anthropologique des restes osseux d’une « princesse », découverts il y a soixante ans à Žuráň (République tchèque ; Eva Drozdová et alii) ; les tombes mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis (le point sur les recherches interdisciplinaires en cours et leurs résultats déjà essentiels, par Patrick Périn) ; les chambres funéraires, dans le cadre d’un travail collectif international en cours, avec les exemples de la Scandinavie et de la Gaule (Svante Fischer et alii).

7Sous le titre Bedeutung - Zeichen und Symbole, sont réunies quatre études : l’évolution et la signification de l’iconographie germanique du premier millénaire, l’accent étant mis notamment sur les styles animaliers (Alexandra Pesch) ; l’interprétation d’un bijou porté par la déesse nordique Freyja s’appuyant sur des découvertes du monde viking et des rapprochements avec le monde antique, y compris l’Égypte (Birgit Arrhenius) ; la question du bris, considéré comme sans doute rituel, de fibules nordiques avec tête humaine ou animale (Bente Magnus) ; les reliques et leur vénération au Moyen Âge (Arnold Angenendt).

8Le chapitre intitulé Amulette – Magie und Glaube compte trois contributions qui apportent des éclairages utiles à la connaissance de la transition entre paganisme et christianisme : les amulettes païennes en Europe centrale et l’évolution de leur usage de l’Antiquité au début du Moyen Âge (Annette Lennartz) ; l’origine et la fonction des reliques privées et des pyxides dans l’Europe du haut Moyen Âge (Tivadar Vida) ; l’usage des amulettes en Scandinavie méridionale et son évolution du Ve au XIIe s. (Anne Pedersen) ; quant à l’analyse chimique du contenu d’un petit récipient découvert en Hongrie (Judit Sándor), elle n’est manifestement pas à sa place ici (on conclut à la présence de traces d’un produit de maquillage, mais rien n’est dit ni du contexte ni de la datation !).

9Plätze – Macht und Kult regroupe six textes, synthèses ou études de cas d’importance et de nature très diverses : recherches en cours sur un important centre saxon, à Sievern, en Allemagne du Nord (Hauke Jöns) ; comparaison des plans et des datations de cinq palais carolingiens situés sur le territoire allemand (Günther Binding) ; synthèse sur les cultes pré-chrétiens, leur diversité et leurs rapports avec la classe aristocratique et ses habitats en Scandinavie méridionale entre le IIIe et le Xe s. (Lars Jørgensen) ; recherches en cours sur l’établissement d’Uppåkra en Suède (courte note de Brigitta Hårdh et Karl-Magnus Lenntorp) ; deux contributions s’intéressent aux Slaves, l’une, synthétique, portant sur l’évolution de leurs établissements aristocratiques dans le secteur du haut Danube à la fin du haut Moyen Âge (Pavel Kouřil), et l’autre, au site fortifié de Friedrichsruhe, dans le Mecklembourg (Sebastian Messal).

10Quatre articles, également variés, composent le chapitre intitulé Organisation – Macht und Kirche : le comportement religieux des Saxons du continent entre les VIe et Xe s. à partir des sources archéologiques (Babette Ludowici) ; l’organisation ecclésiastique carolingienne en Pannonie (Béla Miklós Szőke) ; les dix églises de Mikulčice, en Moravie, au IXe s., et les questions de pratique religieuse et de pouvoir politique qu’elles soulèvent (Lumír Poláček) ; la forteresse du IXe s. de Bojná I – Valy (Slovaquie), centre de pouvoir politique et religieux (Alexander Ruttkay).

11Après les deux textes de l’Excursion, sont présentées six courtes notes (Poster) : récentes découvertes de tombes, d’époque mérovingienne à Francfort-sur-le-Main (Uta von Freeden, Andrea Hampel) et à Broechem (Belgique ; Sofie Debruyne, Rica Annaert), saxonnes à Collingbourne Ducis (Angleterre ; Nick Stoodley, Jörn Schuster) ; cabanes excavées de Zélande (Lone Gebauer Thomsen) et du Kent (Jörn Schuster, Chris Stevens) ; fibules circulaires d’époque carolingienne-ottonienne du Danemark (Maria Panum Baastrup).

12Dans le bref bilan du colloque qui clôt l’ouvrage, Torsten Capelle souligne le fait que ce qui réunit les diverses contributions tient dans le lien étroit entre pouvoir politique et religion. Cela atténue en effet l’impression d’hétérogénéité que le lecteur peut parfois ressentir devant la grande diversité des approches. L’intérêt des sujets traités et l’excellent niveau scientifique de la plupart des articles contribuent également à la valeur de cette publication. On soulignera par ailleurs l’abondance et la qualité de l’illustration, et on félicitera les éditeurs pour la rapidité de la parution de l’ouvrage, moins d’un an après la tenue du colloque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Freeden U. von, Friesinger H., Wamers E. éd., Glaube, Kult und Herrschaft : Phänomene des Religiösen im 1. Jahrtausend n. Chr. in Mittel- und Nordeuropa, Akten des 59. Internationalen Sachsensymposions und der Grundprobleme der frühgeschichtlichen Entwicklung im Mitteldonauraum », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 59-2 | 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/6510

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page