Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Bemmann J., Schmuder M., éd., Kulturwandel in Mitteleuropa. Langobarden – Awaren – Slawen, Akten der Internationalen Tagung in Bonn vom 25. bis 28. Februar 2008

Bonn, 2008, Dr. Rudolf Habelt, Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Instituts, Frankfurt a. M., 706 p., 472 fig., 20 tableaux (Kolloquien zur Vor- und Frühgeschichte, Band 11).
Henri Gaillard de Sémainville

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat d’un véritable tour de force de la part des éditeurs : paru l’année même du colloque de Bonn, il n’en constitue pas moins, tant dans la forme que sur le fond, une somme remarquable. Ses quelque 700 pages abondamment illustrées - une illustration par ailleurs de grande qualité - rassemblent en effet trente-trois contributions dues pour la plupart aux meilleurs spécialistes des sujets abordés. Comme toujours en pareil cas, on a certes des décalages dans les types de questions traitées, entre les vastes synthèses et les sujets plus ponctuels, mais toutes les études sont d’un grand intérêt, non seulement pour la connaissance des trois peuples concernés mais aussi pour l’ensemble de l’archéologie de ces périodes. Plusieurs articles fournissent par exemple de riches bilans et de précieuses données à caractère typologique qui intéressent d’autres peuples comme les Thuringiens, les Alamans ou les Burgondes.

2S’intéressant à trois peuples, les Lombards, les Avares et les Slaves, dont le point commun est leur arrivée tardive (ou relativement tardive en ce qui concerne les premiers) en Europe centrale et danubienne, le colloque privilégie cependant nettement les Lombards, dont quatre parties suivent chronologiquement les migrations. Une introduction portant sur les sources historiques leur est même entièrement dévolue (Walter Pohl). Un autre texte introductif expose en détail une prometteuse méthode isotopique de détermination des déplacements de populations à partir du matériel osseux (Thomas Tütken et alii).

3La première partie s’intéresse aux Lombards dans les régions de l’Elbe (jusqu’aux alentours de 500). Sur la base des sources écrites, K.-P. Johne estime leur présence indiscutable dans la Basse Elbe. En ce qui concerne les traces archéologiques, certaines leur sont attribuées avec prudence car elles peuvent aussi se rattacher à d’autres peuples comme les Thuringiens : contributions de Hans-Ulrich Voss (avec en particulier la prise en compte de la nécropole de Hagenow), de Fabian Gall (sur le secteur de l’Altmark), de Morten Hegewisch (grande synthèse sur l’évolution typologique des céramiques germaniques de la Scandinavie à la Moravie), de Wulf Walther (très riche incinération de la fin du IIe s. d’Altengottern) et d’Eduard Droberjar (objets germaniques de Bohème) ; une importante synthèse (à la fois par sa longueur, 83 p., et par son contenu) de Jan Bemmann porte sur l’Allemagne moyenne au Ve s. : elle comprend de nombreuses et utiles cartes de répartition, notamment de fibules, fondées sur un très gros et très précieux travail d’inventaire (avec, comme toujours en pareil cas, quelques inévitables et bien pardonnables lacunes). On retiendra de ces études le fait que, pour ces époques anciennes, l’attribution des découvertes archéologiques à tel ou tel peuple germanique reste encore souvent difficile. Le même constat a été souvent fait, notamment pour les Burgondes.

4Des lacunes et des incertitudes subsistent également dans la carte archéologique « lombarde » entre la Basse Elbe et la Basse Autriche où le peuple se constitue véritablement à la fin du Ve s. Quelle est la signification ethnique exacte des découvertes de Bohème évoquées précédemment ? Peuvent-elles constituer un chaînon entre les deux régions ? D’un point de vue archéologique, la question de la naissance de chacun des peuples issus des Germains de l’Elbe est intéressante. Les études composant la deuxième partie portent entre autres sur le contexte dans les pays danubiens avant et après l’installation des Lombards, avec des échelles géographiques très variables : une synthèse de l’ensemble du Danube moyen à l’époque « mérovingienne précoce » (Jaroslav Tejral) ; les découvertes « pré-lombardes » dans le même territoire, conduisant Alois Stuppner à envisager une rupture dans le peuplement à la fin du deuxième tiers du Ve s. ; l’état de les recherches sur les Lombards en Basse Autriche (Ernst Lauermann, Horst Adler) ; trois autres articles traitent d’objets ou d’ensembles (sépulture, trésor) d’une qualité exceptionnelle, en particulier le magnifique trésor d’Assmeritz, en Moravie, qui illustre les échanges entre monde romain et germanique (Péter Prohászka).

5La partie suivante est consacrée à la Pannonie à l’époque des Lombards. Un événement majeur pour leur histoire est leur victoire sur les Hérules au début du VIe s. : cela leur ouvre l’espace pannonien et les contacts extérieurs grâce au Danube. L’archéologie met particulièrement en évidence les contacts avec l’ouest, surtout avec les Francs et les Alamans (Dieter Quast) ; l’influence mérovingienne est illustrée par les modes d’inhumation de la nécropole hongroise de Szólád (Uta von Freeden), qui paraît être un site-clé pour l’archéologie des Lombards. Cela est confirmé par Tivadar Vida dans sa présentation des  perspectives de la recherche hongroise, laquelle devrait par ailleurs produire à court terme des publications de découvertes non ou mal connues. À côté de la présentation de la nécropole de Bratislava-Rusovce, deux synthèses fondées sur la région du lac Balaton sont respectivement consacrées à des céramiques qui illustrent la permanence de la culture de la population « provinciale romaine » (Zsófia Bocsi) et à la « Keszthely-Kultur », décisive pour la compréhension des rapports de peuplement en Pannonie entre Ve et VIIe s. (Orsolya Heinrich-Tamaska).

6La migration des Lombards en Italie, en 568, constitue naturellement un événement dans leur histoire. La partie qui est consacrée à cette dernière phase se limite à trois contributions, dont l’une porte en fait sur une nécropole du Tyrol (Harald Stadler). Une synthèse de Volker Bierbrauer, intégrant des tableaux typo-chronologiques des principaux mobiliers lombards, s’intéresse à la pratique de l’inhumation habillée jusqu’au VIIe s. et à son influence sur les populations « romaines ». L’avenir devrait apporter de nouvelles données grâce à la mise au jour de nombreux sites d’habitats et de nécropoles d’époque lombarde dans le nord et le centre du pays (Gian Pietro Brogiolo, Elisa Possenti). On rappellera qu’il existe, pour compléter la documentation sur l’Italie lombarde, le récent et très beau catalogue de l’exposition de Turin (Brogiolo G. P., Chavarria Arnau A., éd., I Longobardi : dalla caduta dell’Impero all’alba dell’Italia, Palazzo Bricherasio, Silvana Editoriale, Milan, 2007, 352 p.) et celui, non moins luxueux, de l’exposition de Bonn organisée précisément à l’occasion de ce colloque (Die Langobarden : das Ende der Völkerwanderung, Landschaftsverband Rheinland/Rheinisches LandesMuseum Bonn, Primus Verlag, Darmstadt, 2008, 416 p.).

7La dernière partie comprend, outre une présentation détaillée (66 p.) du cimetière gépide de Bratei n° 3, en Roumanie, un site-clé pour l’étude des rapports de ce peuple avec les Avares (Ligia Bârzu, Radu Harhoiu), des contributions traitant de la présence de ces derniers en Slovaquie (Jozef Zábojník), en Moravie (site de Mikulčice ; Lumir Poláček), dans le bassin des Carpates (Peter Stadler), ainsi qu’en Italie (Valeria Ceglia). La nécropole de Ménfőcsanak-Bevásárlóközpont (Hongrie) donne à Péter Tomka l’occasion de mettre en évidence la grande diversité des influences culturelles (avares, mais aussi germaniques, italiennes, byzantines…) dans un secteur de Pannonie, tandis que Sergiu Musteaţă aborde la question des monnaies byzantines (VIIIe-IXe s.) trouvées dans le bassin des Carpates. Les débuts et l’extension de la culture slave constituent un point encore discuté, abordé pour la Bohème (Nada Profantová) et le moyen Danube (Gabriel Fusek).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Bemmann J., Schmuder M., éd., Kulturwandel in Mitteleuropa. Langobarden – Awaren – Slawen, Akten der Internationalen Tagung in Bonn vom 25. bis 28. Februar 2008 », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 59-2 | 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/6511

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page