Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yves Henigfeld, Amaury Masquilier dir., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve s.)

Préface de Nicolas Faucherre. Dijon, 2008, 540 p. (26ème suppl. à la R.A.E.). ISBN : 2-915544-09-3. 35 €.
Hervé Mouillebouche

Texte intégral

1Cet ouvrage volumineux (539 p.), dense et bien présenté, est le résultat d’un PCR qui a réuni pendant 4 ans historiens et archéologues autour de l’étude des enceintes urbaines d’Alsace et de Lorraine. Ce projet collectif de recherche réunissait des types d’approches très différents (inventaire, histoire urbaine, fouilles de sauvetage, monographie historique), mais un sérieux travail d’uniformisation des problématiques et des normes de présentation tente de faire émerger une vision renouvelée du rôle de l’enceinte pour les villes et les cités médiévales. L’ouvrage se divise en quatre parties : une synthèse historiographique, une présentation des fouilles archéologiques, un catalogue de dix-huit études de cas et une synthèse historique.

2A. Masquilier et G. Giuliato commencent par préciser les termes de l’enquête, quitte à contredire le titre de l’ouvrage : il ne s’agit pas de se limiter aux seules enceintes des « villes », ni, a contrario, d’englober toutes les enceintes collectives (ce qui inclurait aîtres et cimetières), mais d’inventorier et d’étudier les fortifications d’agglomérations, avec un seuil fixé empiriquement à 0,3 ha. L’enquête prend en compte les enceintes de terre, longtemps négligées par l’historiographie, et privilégie les sites inédits qui ont fait l’objet de récentes investigations archéologiques. L’étude commence au XIIe s., car la région est très pauvre en vestiges antérieurs, notamment parce qu’il y a peu de continuité, en Alsace-Lorraine, entre la ville antique et la ville médiévale.

3Une première génération d’enceintes urbaines est contemporaine des chartes de franchise ; leur entretien incombe pour partie aux bourgeois, qui profitent de la sécurité et du prestige qu’apportent les fortifications. Une seconde génération date de la guerre de Cent Ans. Enfin, un certain nombre d’édifices sont attestés seulement à l’époque moderne, sans qu’on puisse affirmer leur caractère médiéval.

4J. Guillaume présente les sources iconographiques : si les cartes anciennes sont souvent trop imprécises, les plans et les vues cavalières offrent une représentation fidèle. Les plans gravés, nombreux au XVIIIe s., sont assez fantaisistes, tout comme les lavis et aquarelles. Enfin, on peut recourir aux photos anciennes : les cartes postales (en essayant de retrouver le cliché original), ou le très riche fonds du service des Monuments historiques à Paris.

5B. Metz remarque qu’en Alsace (et dans les pays germaniques), le nom de « ville » est donné systématiquement aux bourgs munis d’une fortification maçonnée. Néanmoins, les villages dotés d’une enceinte de bois ou de terre sont nombreux. Chronologiquement, ces enceintes champêtres sont sans doute apparues au XIIe s. et ce n’est qu’au XIIIe s. que certaines bourgades se dotent de murs de maçonnerie pour devenir des villes. Ces enceintes sont d’ailleurs difficiles à dater. L’étude des vestiges est de peu de secours ; le vocabulaire désignant l’agglomération ne devient précis qu’après 1250 et les autorisations de fortifier ne sont pas toujours contemporaines des fortifications. Outre les chartes de franchises, B. Metz préconise d’utiliser également les mentions d’otages, car les nobles qui s’offrent comme garants n’acceptent de se constituer pleige que dans une ville sécurisée.

6Les bourgs monastiques sont les premiers à se fortifier. Les bourgs castraux, qui se ferment souvent un peu plus tard, connaissent un développement économique moins important, sauf dans les régions viticoles. À partir du XIVe s., certaines villes se dotent d’un second mur, mais les sources écrites ne permettent pas de différencier les fausses-braies et les doubles fossés.

7A. Masquilier, Y Henigfeld et J. Koch dressent un tableau des opérations archéologiques en Lorraine, en Alsace et dans les régions périphériques. Dans les deux premières régions, les fouilles ne deviennent vraiment nombreuses qu’avec le développement de l’archéologie préventive, à la fin des années 80 (mais les nombreux rapports de diagnostic, voire les DFS, ne sont pas toujours accessibles). Puis le nombre d’opérations diminue, dès 2000 en Lorraine, un peu plus tard en Alsace.

8Dans les régions périphériques, le panorama archéologique est très contrasté. J. Koch constate une surreprésentation des enceintes de terre en Bénélux et des enceintes de pierre dans les pays rhénan et helvétique, mais il ne sait s’il s’agit d’une réalité archéologique ou le résultat d’une différence de méthode.

9La troisième partie de l’ouvrage, qui est aussi la plus volumineuse, est constituée de 18 monographies d’enceintes urbaines, classées pas ordre alphabétique, et choisies en raison de leur « caractère inédit ». En feuilletant ce recueil, on est agréablement surpris par l’apport important des fouilles archéologiques dans l’étude des enceintes médiévales d’Alsace-Lorraine. Mais à la lecture, on se rend compte que cette richesse est la conséquence d’un choix éditorial. Ce corpus de 18 villes ne prétend pas constituer un choix représentatif (absences de Nancy, Metz et Strasbourg), ni même un reflet des dernières recherches (G. Giuliato a publié à part les enceintes du comté de Vaudémont, et les recherches du Centre d’Archéologie médiévale de Strasbourg sont souverainement ignorées). Il s’agit surtout d’un support pour publier les résultats récents de sondages et de fouilles de sauvetages urbains. Il faut bien sûr louer cette initiative, qui tend à valoriser et à justifier cet important investissement, généralement sous exploité. Les responsables du projet ont donc déployé d’importants efforts pour replacer ces miettes archéologiques dans un contexte historique et monumental plus vaste, et pour essayer de réunir dans le même volume des fragments d’observations de natures extrêmement diverses.

10Les 18 monographies sont signées de leurs propres auteurs et présentées selon un plan rigoureusement normalisé : situation géologique, historiographie, données historiques. Cette histoire s’appuie d’ailleurs toujours sur des sources secondaires, ce qui dénote une certaine naïveté. Si l’on peut renouveler l’histoire urbaine par l’archéologie, on peut la corriger bien plus facilement en allant vérifier à la source les textes latins colportés et déformés depuis des siècles, et la critique textuelle, depuis une vingtaine d’années, a fait des progrès tout aussi considérables que l’archéométrie. La présentation générale s’appuie sur des plans au 1/25 000, 1/5 000 et 1/2 500 qui sont parfois un peu redondants, au détriment des photos aériennes et des vues générales des vestiges. Le lecteur appréciera donc d’autant plus la présentation des découvertes récentes qu’il aura une bonne connaissance générale des vestiges. Ce déséquilibre est parfois caricatural : la monographie de Kaysersberg escamote en quelques lignes l’importante enceinte médiévale et le pont fortifié, et décrit à longueur de pierres et de trous de boulins les 25 m de murailles restaurés en 1990.

11La seconde partie des monographies présente les travaux récents : quelques relevés micro-topographiques, quelques « analyse monumentale du système défensif conservé », quelques études de tours ou de murs liées à des opérations de restauration ou de démolition, et surtout des diagnostics et des fouilles de sauvetage menées sur ou aux abords d’une enceinte, parfois accompagnés de datations par 14C ou dendrochronologie. Le mobilier de fouilles est parfois évoqué, mais jamais représenté, ce qui est un choix tout à fait justifiable. Enfin, chaque monographie se conclut par un récapitulatif chronologique illustré par des plans phasés. Ces schémas, parfois un peu trop systématiques et pas toujours en rapport avec le contenu de la monographie, ne permettent pas toujours de mesurer la part de certitude et la part de conjecture, ni l’avancée des connaissances liée aux nouvelles investigations.

12Les bourgs de Commercy (Meuse), Mirecourt (Vosges), Molsheim (Bas-Rhin), Neuchâteau (Vosges), Ribeauvillé (Haut-Rhin), Saint-Avold (Moselle), Saint-Mihiel (Meuse), Sarregemines (Moselle), Thann (Haut-Rhin) et Vaucouleur (Meuse) ont donné lieu à une ou deux opérations de fouilles, complétées parfois par l’étude de quelques tours. Ces renseignements, très importants pour l’histoire locale, sont plus difficiles à exploiter à une échelle supra-régionale.

13Liverdun et Sélestat font l’objet d’une bonne présentation de l’enceinte urbaine, complétée par l’étude monumentale d’une porte de ville. À Liverdun, la porte s’ouvre entre deux tours rondes appuyées sur le château de l’évêque ; une étude fine de la chronologie des ouvertures de feux conclut à une mise en œuvre vernaculaire, plus soucieuse d’efficacité que d’allégeance aux modèles nationaux. L’auteur de la notice de Sélestat ne dit rien des fouilles de 2000, dont les résultats sont « relativement maigres, voire douteux », et toute l’étude porte sur la porte basse, bâtie au début du XIIIe s. et rehaussée en 1299 (dendro). L’étude des modénatures est convaincante, mais on s’étonne de voir une cheminée dans une tour ouverte à la gorge, des latrines en encorbellement se déversant juste à côté de l’entrée de la ville, et une herse externe sans mécanisme de contrepoids. Pour cette dernière, on aurait voulu au moins que l’auteur donne un relevé précis des traces de rainures qui lui permettent d’avancer cette hypothèse.

14Le site du château d’Épinal, bâti sur un éperon qui domine la ville, a été fouillé par Michel Bur de 1984 à 1992. Depuis, plusieurs fouilles de sauvetage sont venues éclairer l’histoire de la ville. La plus importante, au nord du château, a mis au jour les fausses braies de la forteresse et l’articulation entre le château et l’enceinte du châtelet. D’autres fouilles, autour de la ville, ont retrouvé une enceinte composée de deux murs juxtaposés, dont le plus récent peut être attribué aux travaux de l’évêque Jacques de Lorraine.

15Haguenau (Bas-Rhin) a été muni, jusqu’au début du XXe s., d’une enceinte de briques flanquée de tours. Ce monument a presque complètement disparu, mais les nombreuses fouilles pratiquées dans la ville, les analyses par termoluminescence et par dendrochronologie montrent une chronologie complexe et mouvante de l’enceinte, qui est souvent bâtie sur des arcs de décharge reposant sur des pieux de fondation. Les fouilles de la clinique Sainte-Odile ont notamment pu étudier comment, au XIVe s., l’extension de l’enceinte s’est installée en traversant l’ancien fossé laissé en eau, qui s’est peu à peu comblé.

16À Sarrebourg, la dendrochronologie des pieux de fondation a totalement remis en cause la datation traditionnelle de l’enceinte. Les érudits avaient depuis longtemps remarqué que la muraille était composée de deux murs accolés. La datation traditionnelle attribuait le premier à l’antique castrum Saraburgum et le second, en avant et au-dessus du premier, à la ville médiévale. Il semblait également acquis que les piles de pierre du pont de la Sarre étaient romaines et les pieux de bois médiévaux. En fait, le mur le plus ancien repose sur des pieux du XIIe s., les pieux du pont de bois sont romains, et les piles de pierre offrent un appareillage médiéval et moderne.

17Verdun est également un ancien castrum attesté dès l’Antiquité. Les murailles antiques sont à rechercher sur le pourtour du Rocher, notamment dans les fondations du cloître cathédral. La muraille médiévale est également détruite ; les tronçons de murs retrouvés lors des aménagements des berges de la Meuse sont affectés de multiples reprises de maçonnerie qui témoignent de la difficulté d’entretenir une muraille à l’aplomb d’une rivière au cours irrégulier.

18Vic-sur-Seille (Moselle) est un important castrum carolingien, d’origine romaine. Sa vaste enceinte médiévale, bâtie au début du XIIIe s., est étudiée en détail grâce aux dessins d’Israel Sylvestre. C’est l’une des rares enceintes lorraine marquée par l’influence philippienne. L’étude des quelques tours en élévation montre qu’elle a été plusieurs fois adaptée aux progrès de la poliorcétique. Des sondages pratiqués au centre-ville ont montré la trace d’un ancien fossé en eau autour du noyau primitif. La fouille n’a pas pu atteindre le fond des fossés, ni les dater. Signalons à cette occasion qu’un carottage à la sonde russe, avec datation 14C des sédiments organiques, aurait pu apporter une conclusion rapide et bon marché à ce sondage inachevé.

19La dernière partie de l’ouvrage présente deux synthèses, qui s’appuient sur l’ensemble du corpus des enceintes, et non sur les seuls rapports de fouilles.

20I. Ferraresso et M. Werlé rédigent deux synthèses parallèles sur la Lorraine et l’Alsace, en observant la construction, les choix défensifs et les adaptations des enceintes. En Alsace et en Lorraine, les bonnes qualités des roches (calcaires et grès) permettent généralement de mettre en œuvre un appareil soigné (moyen appareil réglé) surtout sur les faces externes et sur les portes. L’Alsace connaît en outre l’usage de la brique et des galets. Le type de fondation (pieux, semelle…) dépend du substrat, et les bases talutées sont rares. Le mortier de chaux est parfois réservé aux joints des parements, tandis que la fourrure peut être montée à l’argile. Les enduits externes, attestés par les archives, ont généralement disparu. Le bois est assez abondant : on utilise le chêne pour les pieux de fondation et les poutraisons des étages ; en Alsace, certaines charpentes médiévales sont en sapin ou en épicéa.

21Les bourgs profitent souvent des qualités défensives d’un site de hauteur ou d’un méandre, mais la croissance démographique impose parfois d’étendre la ville au delà des protections naturelles. Les enceintes de terre, attestées par les sources écrites, sont rarement repérables dans la topographie et le sous-sol. Les fossés, généralement en eau, sont souvent séparés des courtines par des fausses braies plus ou moins larges. Le plan des enceintes est rarement régulier : les nombreuses étapes de construction et les contraintes urbaines forcent leur concepteur à accepter des irrégularités de tracé, qui sont autant de faiblesses pour la défense. Les murs présentent généralement une épaisseur respectable, comprise entre 1 et 3 m. Enfin, plusieurs courtines accusent une hauteur supérieure à 10 m. Les tours de flanquement, qui sont assez rarement conservées, équipent en priorité les angles aigus, mais on les trouve également sur les fronts rectilignes. Leur nombre excède parfois la stricte nécessité, ce qui témoigne d’une volonté ostentatoire, tout comme ces « grosses tours » ou « grandes tours » qui servent peut-être à magnifier les seigneurs de la ville. Les tours de flanquement sont généralement de plan rond, mais les plans carrés sont également répandus dans les villes d’Alsace. Les tours pentagonales ou octogonales semblent plutôt ostentatoires.

22Les portes de villes sont systématiquement aménagées dans des tours carrées en Alsace, alors qu’une trentaine de villes lorraines étaient munies de portes entre deux tours rondes (faut-il y reconnaître une influence de l’architecture française ?). Les tours alsaciennes, plus anciennes, sont fermées par une herse et deux vantaux ; les portes lorraines sont généralement munies d’un pont-levis. Une arche est parfois aménagée dans la muraille pour laisser entrer la rivière dans la ville, mais, le plus souvent, l’enceinte se développe de part et d’autre du fleuve, ce qui renforce la sécurité mais nuit aux échanges.

23L’étude des éléments de défense active ne parvient pas à établir une chronologie claire entre les archères à niche et à sifflet, ni entre les chemins de ronde en œuvre ou en encorbellement. Les textes d’archives renseignent sur l’existence de créneaux et sur les moyens d’accès aux courtines, qui étaient précédées côté ville d’une voie non aedificandi. En Alsace, les courtines sont dépourvues de hourds et de mâchicoulis. Leur défense n’est assurée que par les aménagements sommitaux et les orifices de tir des tours et des massifs d’entrée.

24Au XVe s., le développement de l’artillerie entraîne la construction de boulevards, de fausses-braies, et le percement d’ouvertures de tir spécifiques. En Alsace, on remarque également un élargissement des fossés à la fin du Moyen Âge. En revanche, on ne note pas de changement dans l’épaisseur des maçonneries.

25Ch. Kraemer et J. Koch signent enfin l’étude les abords de l’enceinte, avec une définition très large de ces abords : reliefs, cours d’eau, châteaux, églises, paroisses, cimetières, quartiers canoniaux… Toutes ces structures sont souvent placées à proximité de l’enceinte, et jouent un rôle dans la défense ou dans l’implantation des fortifications. L’enceinte enferme souvent un espace vide entre la muraille et les îlots : soit pour réserver l’accès aux murs, soit dans un but de spéculation immobilière. Ces espaces, souvent humides, peuvent parfois être occupés par des activités artisanales. Y. Henigfeld et A. Masquilier, en conclusion, insistent sur cet apport très novateur de la recherche, qu’il importe de développer. On peut tout de même se demander s’ils ne manifestent pas un enthousiasme un peu excessif et vaguement militant pour ces structures non identifiées aperçues au hasard des fouilles de sauvetage, et dont la relation avec la muraille reste à établir.

26L’ouvrage est complété par d’importantes annexes : bibliographie, index, glossaire, tableaux chronologique des enceintes urbaines et liste des 120 opérations de fouilles autorisées de 1985 à 2005.

27Cet énorme travail est donc un immense service rendu aux archéologues, et aux chercheurs de l’est de la France. C’est un travail rigoureux, écrit par des archéologues et des historiens qui ont tous une grande compétence dans la lecture des élévation et l’analyse castellologique. C’est enfin un travail novateur et très utile, qui deviendra vite une référence indispensable pour toute étude des enceintes urbaines et villageoises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Mouillebouche, « Yves Henigfeld, Amaury Masquilier dir., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace (xiie-xve s.) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], Tome 59-2 | 2010, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/6513

Haut de page

Auteur

Hervé Mouillebouche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page