Navigation – Plan du site
Articles

L’exploitation des bois de cervidés à l’époque mérovingienne sur le site de Mondelange (Moselle)

Isabelle Rodet-Belarbi et Michiel Gazenbeek
p. 259-300

Résumés

Les fouilles sur le site mérovingien de Mondelange (Moselle) ont permis la découverte de nombreux bâtiments sur poteaux et de fonds de cabane. Le comblement de plusieurs d’entre eux contenait une importante quantité de fragments de bois de cerf illustrant diverses portions de la ramure. Les traces de débitage, de sciage… ainsi que la présence de copeaux et d’esquilles témoignent du travail de ce matériau sur le site. En l’absence de pièces semi-finies et de ratés de fabrication, il est délicat de déterminer les objets fabriqués.

Haut de page

Texte intégral

1. Le site et les structures archéologiques

1Une fouille préventive effectuée en 2007 à Mondelange, PAC « La Sente » (Moselle), dans le cadre de l’aménagement d’une zone commerciale d’une superficie de 2,8 ha, a livré des vestiges dont les datations s’étendent du Chalcolithique au haut Moyen Âge. Ces occupations sont principalement illustrées par des bâtiments sur poteaux (130 identifiés à ce jour). Ce site est installé sur une ancienne terrasse de la Moselle, en bordure d’un paléo-chenal de la rivière, à quelques centaines de mètres au sud du noyau historique du village de Mondelange et à mi-chemin entre les villes de Metz et de Thionville (fig. 1).

Fig. 1. Localisation du site de Mondelange (DAO : A. Glad, Inrap).

2L’occupation du site à la période mérovingienne se perçoit à travers notamment vingt-neuf fonds de cabane et quelques bâtiments sur poteaux (fig. 2). Ces constructions forment essentiellement deux pôles. Le premier, comprenant dix-sept fonds de cabane, occupe la partie septentrionale de la fouille, au plus près du village actuel, sur une superficie d’environ 0,3 ha. Ces cabanes excavées constituent un nuage sans organisation spatiale apparente, qui doit se prolonger de toute évidence en dehors de l’emprise de la fouille vers le nord, tandis qu’il semble bien délimité dans les autres directions.

Fig. 2. Plan de localisation des diverses structures de la période mérovingienne mises au jour sur le site de Mondelange (DAO : S. Coquerelle, Inrap).

3Aucun bâtiment sur poteaux n’est associé à cet ensemble. Le deuxième pôle, situé une centaine de mètres plus au sud, ne compte que cinq fonds de cabane disséminés. L’un (structure 2003), légèrement plus grand que les autres, pourrait cependant être un petit bâtiment sur poteaux, le surcreusement étant à peine perceptible. Ces structures s’inscrivent dans un noyau compact de six bâtiments sur poteaux dont le plus vaste couvre 150 m2. Pour l’ensemble des fonds de cabane, tous les types d’architecture sont représentés mais les structures à six trous de poteau ou au contraire sans trous de poteau dominent avec respectivement treize et huit exemplaires. Les cabanes à deux poteaux axiaux (cinq constructions) ou à quatre poteaux corniers (quatre cas) sont moins fréquentes. Signalons également que les fonds de cabane 1011, 1137, 1139, 1200, 1302 et 2406 ont été explorés par moitié ; la première a été fouillée manuellement tandis que le sédiment de l’autre moitié a été prélevé par mini-pelle puis a fait l’objet d’un tamisage à une maille 0.5 cm. Le fond de cabane 1009 a été entièrement fouillé à la main et son remplissage, tamisé.

2. Mobiliers et datations

4Un abondant mobilier céramique comprenant plus de 3000 tessons, soit un nombre minimum de 555 individus, a permis une datation assez fine de l’occupation mérovingienne. L’étude, réalisée par A. Bressoud (Inrap), démontre que la fréquentation du site à cette période perdure du milieu du Ve siècle environ jusqu’au début du VIIe siècle. À l’intérieur de cette fourchette, il est possible de distinguer trois phases. Le noyau d’occupation le plus ancien correspond à la phase 1 et date de la deuxième moitié du Ve siècle. Lui succède un groupe d’une dizaine de fonds de cabane (phase 2), datés de la fin du Ve et de la première moitié du VIe siècle. Enfin, un troisième ensemble de cabanes, localisées respectivement aux extrémités septentrionale et méridionale du site, couvre la deuxième moitié du VIe siècle et le début du VIIe siècle (phase 3). Ce phasage est corroboré par les quelques fragments de verre retrouvés lors de la fouille (étude H. Cabart) et aussi par un profil de consommation carnée spécifique pour chaque phase (étude I. Rodet-Belarbi).

Fig. 3. Bois de cerf mis au jour dans le fond de cabane 2003, moitié septentrionale, en cours de fouille (photo : M. Gazenbeek).

  • 1  L’étude du mobilier en bois de cerf du site de Mondelange a été menée par B. Boin (Inrap) en colla (...)
  • 2  Les cinq fragments de bois de cerf mis au jour dans le fond de cabane 1122 et les 83 fragments pro (...)

5En outre, 5564 portions de bois de cerf (Cervus elaphus) et objets fabriqués dans ce même matériau1 ont été mis au jour, répartis dans le comblement de vingt-huit structures différentes : vingt-six correspondent à des fonds de cabane2 et les deux dernières, aux trous de poteau 718 et 1234 liés respectivement aux bâtiments I-13 et II-7. En outre, quelques pièces hors stratigraphie ont été collectées. La quantité de restes est très variable selon les structures. Le fond de cabane 1009 a livré, à lui seul, 3990 fragments, soit près de 71 % de la quantité totale retrouvée sur le site. Le fond de cabane 2003 est également riche en bois de cerf (fig. 3), tandis qu’une proportion importante des déchets mis au jour dans le fond de cabane 1302 porte des cassures contemporaines, ce qui augmente artificiellement le nombre de pièces collectées dans cette structure. Parmi les divers objets en bois de cerf découverts sur l’emprise de la fouille, on dénombre vingt-cinq peignes plus ou moins fragmentés ainsi que cinq fusaïoles, un manche et une pendeloque. Diverses pièces, en cours de fabrication, n’ont pu être déterminées (fig. 4).

Fig. 4. Tableau récapitulatif des diverses pièces en bois de cerf découvertes par structure.

6S’il paraît évident que ce site a abrité au moins un atelier de travail du bois de cerf, en revanche, se pose la question de son emplacement et du type d’objets qu’il produisait. Afin d’apporter quelques éléments de réponse, les pièces mises au jour sont décrites, permettant de rendre compte du mode d’approvisionnement en matériau brut, de reconstituer les diverses étapes de la chaîne opératoire et d’envisager les objets fabriqués à Mondelange d’après les chutes de façonnage. Ce travail s’appuie sur différents points de comparaison connus pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge en France et dans les pays limitrophes.

3. Matériel, méthodes et vocabulaire

7Les bois de cerf présentent un bon état de conservation hormis ceux mis au jour dans le fond de cabane 1302. Dans cette structure, la plupart des pièces possèdent une surface externe altérée, témoignant d’une longue exposition aux agents atmosphériques. Il en est de même pour un des andouillers mis au jour dans le fond de cabane 1200. Enfin, des traces caractéristiques de dents de rongeur sont présentes sur plusieurs pièces (par exemple fond de cabane 1009). Ces dernières proviennent-elles de bois de mue ? En effet, certains rongeurs et les cerfs eux-mêmes ont pour habitude de mâcher les extrémités des bois tombés au sol après la mue afin de s’en nourrir, car ils sont encore très riches en sels minéraux (VERLINDEN, DE JANTI, 1960, p. 47). Mais la possibilité d’intrusions de rongeurs dans l’habitat n’est pas non plus à exclure. Ceux-ci pourraient venir grignoter également les bois de massacre.

8Les recollages entre les pièces portant soit des cassures récentes résultant de prélèvement rapide en raison des délais stricts de la fouille, soit des fragmentations liées au travail de la pièce puis à son rejet dans le site, ont été systématiquement recherchés. Cette opération s’est avérée fructueuse, mais toujours à l’intérieur d’un même fond de cabane. Aucun recollage n’a été constaté entre deux structures différentes. Aussi, l’évaluation du nombre minimum de bois a été calculée structure par structure. Si elle peut être fondée sur la partie du bois la mieux représentée à l’intérieur d’une même cabane, seules les zones individualisables telles que les parties basilaires, les intersections « merrain/andouiller » et les empaumures ont été retenues. Cette première estimation est augmentée suite à l’observation des pièces et leur probable appareillement. Dans la mesure du possible, les pièces ont été latéralisées. Cependant, le côté des empaumures a été donné à titre indicatif, car l’un des critères permettant de reconnaître le côté droit du côté gauche est fondé sur la position postérieure des épois les plus haut perchés, et sur la concavité de la face externe de leur zone d’attache (BILLAMBOZ, 1979, p. 122). Cela est loin d’être une constante, et des variations d’un individu à l’autre ont été observées sur les trophées de chasse du prince Albert Ier du Musée d’Anthropologie de Monaco (RODET-BELARBI, MALLET, 2007).

9Les termes désignant les diverses parties de la ramure pouvant différer d’un auteur à l’autre, il a été choisi d’utiliser dans ce travail ceux d’A. Billamboz (1979) pour la désignation des diverses parties du bois (fig. 5A), et ceux de C. Verlinden et P. de Janti (1960, p. 35) pour celle des « têtes » (fig. 5B). Par ailleurs, lors de la description des pièces, l’extrémité proximale correspond à celle la plus proche du merrain et l’extrémité distale, celle la plus éloignée.

Fig. 5. A. Désignation des différentes parties du bois de cerf (d’après BILLAMBOZ 1979) ; B. terminologie des différentes parties du bois de cerf (d’après BILLAMBOZ, 1979 ; VERLINDEN, DE JANTI, 1960).

4. Les techniques de travail

10Les traces laissées par les divers outils utilisés permettent de les identifier et d’en déduire les gestes effectués.
Le débitage des bois est exécuté à l’aide d’un outil à lame lourde, lisse et tranchante, de type « couperet », terme utilisé dans ce texte. Les entailles profondes laissées sur le bois après chaque coup sont soit perpendiculaires à l’axe du bois, soit légèrement en biais. Dans tous les cas, elles sont proches les unes des autres, témoignant de nombreux coups portés ; l’artisan est amené à tourner la pièce sur elle-même durant le travail afin d’entailler toute la circonférence. Lorsque l’os spongieux est atteint, le travail est souvent achevé par pression, laissant une languette d’arrachement sur le bord du pan de fracture, peu visible dans l’os spongieux mais plus facilement repérable lorsqu’il s’agit d’os compact. Le débitage peut également être effectué longitudinalement au bois afin de le fendre et d’en ôter une section (fig. 6). Les coups successifs laissent une série d’empreintes très nettes dans l’épaisseur de l’os compact là où l’outil finit sa course (fig. 7). D’autres outils, également à lame lisse, peuvent avoir été employés pour le travail de finition nécessitant plus de précision.

Fig. 6. Débitage longitudinal d’un merrain mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

Fig. 7. Traces laissées par le couperet lors du débitage d’un merrain mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : I. Rodet-Belarbi).

11Le sciage permet la découpe transversale du bois. Il est reconnaissable aux petites stries fines et régulières visibles à la surface de l’os compact et dont l’inclinaison indique l’angle donné à l’outil. Ainsi, il est possible de remarquer sur certaines pièces que l’artisan a changé d’orientation au cours de son travail. Parfois le sciage entrepris à partir d’une face est interrompu pour être repris sur la face opposée, les deux plans de coupe se rejoignant plus ou moins au centre de la pièce (fig. 8). L’entaille laissée par la lame non loin du plan de coupe renseigne sur les essais infructueux de sciage. Elle diffère par sa largeur et sa forme (1 à 2 mm de large) des incisions, le plus souvent très fines et réalisées à l’aide d’une lame de couteau. Tout comme pour le débitage, le sciage peut être terminé par pression, laissant sur un bord une languette d’arrachement « positive » – surplus de matière provenant du tronçon détaché suite au sciage –, ou « négative » – enlèvement de matière restée sur le tronçon détaché (fig. 9). Enfin, la scie est également utilisée lors de la fabrication des plaquettes dont les bords portent des stries.

Fig. 8. Traces de sciage effectué selon plusieurs plans de coupe sur une base de bois mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

Fig. 9. Traces de sciage et languettes d’arrachement sur les bords d’une base de bois mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

12L’épannelage et le rabotage consistent à ôter une faible quantité de matière à la surface de la pièce, qui s’apparente à un copeau (fig. 10). L’outil utilisé possède une lame lisse et étroite. À chacune de ses butées correspond une trace (fig. 11). La surface travaillée est relativement étroite mais parfaitement lisse entre les deux butées.

Fig. 10. Déchets et copeaux résultant de l’épannelage et du rabotage mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

Fig. 11. Traces résultant du rabotage d’un andouiller mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

13Enfin, certaines traces fines semblent résulter d’un travail fait à l’aide d’un couteau. Outre les incisions déjà évoquées, ces marques correspondent à des enlèvements de matière de faibles dimensions qui peuvent se différencier des copeaux résultant du rabotage, par leur plus faible largeur et leur forme irrégulière. Cet outil intervient également lors de la confection des décors composés de lignes formant ensuite des diagonales ou des chevrons par exemple.

14Par ailleurs, compas et mèches ont été utilisés pour tracer les cercles et les ocelles observés sur différentes pièces ainsi que pour effectuer les perforations. Le premier outil a, par exemple, laissé l’empreinte de sa pointe sèche au centre du cercle inscrit sur une pièce en cours de fabrication (fond de cabane 2003 ; cf. § 7.2). Les mèches ont servi à percer des trous tels que ceux visibles sur un tronçon d’andouiller (fond de cabane 1009 ; cf. § 7.7). L’une d’elles a laissé son empreinte sur une plaquette ; celle-ci présente une partie plane de 7 mm de diamètre au centre de laquelle se trouve une trace conique correspondant à la pointe de la mèche (fond de cabane 1009 ; cf. § 6.2). Les mèches sont également employées pour la réalisation des décors à l’aide de cercles ocellés comme, par exemple, ceux ornant la barrette transversale d’un peigne (fond de cabane 3005 ; cf. § 7.1). Le polissage est pratiqué comme en témoignent les plaquettes semi-finies ; cependant, il n’est pas possible à ce jour de déterminer quel abrasif a été utilisé.

5. Les diverses portions de bois mises au jour

  • 3  Une description précise des diverses pièces a été consignée dans le rapport final d’opération (GAZ (...)

15L’observation des divers éléments mis au jour sur le site a permis la classification de bon nombre d’entre eux selon leur position d’origine sur le bois et leur degré de finition au sein de la chaîne opératoire. En effet, les traitements effectués illustrent des gestes similaires, même si les coups ne sont pas portés strictement au même endroit, cette diversité étant amplifiée par la richesse de ce lot. En revanche, retrouver la position initiale des pièces de petite taille ou ayant subi une importante transformation, est une gageure. Une autre difficulté a été de qualifier les déchets – copeaux, esquilles… – car les stigmates de travail sont souvent similaires. Par ailleurs, les fragments d’os spongieux, en raison de leur structure aréolaire, ne portent pas toujours des traces de façonnage, tout comme certains déchets divers qui ont toutefois été intégrés à ce travail car ils résultent des diverses techniques de fracturation. Les pièces sont décrites ici rapidement afin de ne pas alourdir la lecture ; les mesures et les détails spécifiques à chaque portion de bois sont mentionnés dans l’inventaire en fin de cet article3.

5.1. Le crâne et la partie basilaire du bois

16Les pièces de cette catégorie proviennent toutes de bois de massacre. Le fond de cabane 1009 a livré la moitié des 43 exemplaires répertoriés tandis que l’autre moitié est répartie entre sept autres fonds de cabane et le lot hors stratigraphie. Ces pièces comportent au moins une des parties suivantes : le pédicule plus ou moins complet, voire parfois une partie du crâne, la base et ses pierrures et le départ du merrain A et de l’andouiller basilaire.

17Selon le travail effectué et les parties utilisées, ces diverses zones anatomiques sont plus ou moins complètes. Il ne reste parfois que le crâne, les pédicules ayant été sciés au plus près de la calotte crânienne (fond de cabane 2003 ; fig. 12).

Fig. 12. Crâne dont les pédicules ont été sciés très près de la calotte crânienne, mis au jour dans le fond de cabane 2003 (photo : I. Rodet-Belarbi).

18Trois des pièces mises au jour dans le fond de cabane 1232 possèdent une partie du crâne, les deux pédicules, les deux meules, le départ des merrains A et des andouillers basilaires. Sur le premier ensemble, la suture entre les os frontaux est encore visible, révélant la présence d’un jeune adulte, tandis que l’os occipital porte des stigmates de coups donnés perpendiculairement à l’os à l’aide d’un couperet (fig. 13). La ramure a été sciée en oblique par rapport à son axe longitudinal, au-dessus de l’intersection entre les merrains A et les andouillers basilaires. Ces derniers ont également été sciés, mais perpendiculairement à leur axe, et les languettes d’arrachement sont encore présentes sur leur bord. Le deuxième exemplaire comprend les arcades orbitaires et les os frontaux, mais ceux-ci sont totalement soudés l’un à l’autre, indiquant que l’animal abattu était un adulte (fig. 14). Le pédicule gauche est scié presque à ras de la calotte crânienne et le plan de sciage montre en son centre une forte partie spongieuse. L’artisan a peut-être estimé que ce défaut l’empêchait d’exploiter cette partie, ce qui expliquerait pourquoi le pédicule droit n’a pas été scié. Le bois a en effet été scié en oblique au-dessus de l’intersection entre le merrain A et l’andouiller basilaire. Le troisième exemplaire est en deux parties car la suture frontale est inachevée, l’animal ayant été abattu jeune ; la partie droite présente des traces de débitage sous la suture fronto-pariétale. Il comprend une partie de l’os frontal et des arcades orbitaires, les pédicules et les cercles de pierrures. Les andouillers basilaires et les merrains A sont sciés perpendiculairement à leur axe longitudinal, quasiment à leur base pour les andouillers et très bas au niveau de l’intersection pour les merrains ; celui de gauche porte une languette d’arrachement.

Fig. 13. Crâne et départ de la ramure mis au jour dans le fond de cabane 1232 (photo : I. Rodet-Belarbi).

Fig. 14. Crâne dont un des deux pédicules a été scié à ras du crâne, mis au jour dans le fond de cabane 1232 (photo : I. Rodet-Belarbi).

19Certains exemplaires sont composés des mêmes parties mais un seul côté de la tête est représenté. C’est le cas pour trois pièces (deux droites et une gauche) issues des fonds de cabane 1170, 1236 et 2003, ainsi que pour une autre pièce ramassée hors stratigraphie. Le merrain A et l’andouiller basilaire sont le plus souvent sciés perpendiculairement à leur axe longitudinal.

20Quatre pièces comportant une portion de crâne et le pédicule plus ou moins complet ont été mises au jour : deux exemplaires dans le fond de cabane 1009 et deux autres dans le fond de cabane 2003. Trois d’entre eux proviennent du côté droit.

21Le pédicule seul est représenté par vingt et un fragments, issus du fond de cabane 1232 pour deux d’entre eux et du fond de cabane 1009 pour les dix-neuf autres (dont un droit). En outre, un fragment pouvant provenir du pédicule ou d’une meule a été mis au jour dans le fond de cabane 1232. Leur particularité commune est le soin apporté au sciage de l’une des deux faces – un seul plan de sciage, stries fines, absence de languette d’arrachement – alors que l’autre face est grossièrement travaillée – sciage en plusieurs plans ou débitage à l’aide d’un couperet et languettes d’arrachement.

22Les neuf dernières pièces sont composées du pédicule, de la meule, du départ du merrain A et de l’andouiller basilaire plus ou moins complet. Le sciage du merrain a été effectué perpendiculairement ou en oblique par rapport à son axe longitudinal tandis qu’il est généralement perpendiculaire à l’axe de l’andouiller basilaire. La base du bois mise au jour dans le fond de cabane 1305 n’a été que partiellement sciée car la disjonction liée à la mue avait débuté lors de l’abattage de l’animal. Par ailleurs, le médaillon, le merrain et le départ de l’andouiller basilaire portent des traces laissées par les dents de rongeurs, qui se sont peut-être introduits sur le lieu de stockage des bois pour venir y grignoter les portions de bois. Un des exemplaires découverts dans le fond de cabane 2003 possède un médaillon très usé et alvéolé, similaire à ceux des bois de mue ; cependant, la présence d’une languette d’arrachement prouve qu’un sciage a été effectué afin de séparer ce bois droit du pédicule. Les diamètres antéro-postérieurs du pédicule, partie très prisée du bois en raison de sa densité, sont variables. Les six mesures prises dans les fonds de cabane 1232, 1236, 1305 et 2003 oscillent entre 46 et 75 mm.

5.2. Les meules et les pierrures

23Cet ensemble regroupe les meules possédant toutes ou en partie leurs pierrures, ainsi que les pierrures seules séparées de la meule par fendage. Si les meules seules et complètes sont rares – un unique exemplaire provenant d’un bois de mue a été mis au jour dans le fond de cabane 1009 (fig. 15) –, en revanche, les portions de pierrures sont très fréquentes. Au total, 135 fragments ont été dénombrés dont 120 uniquement dans le fond de cabane 1009, soit 88 % du total (fig. 16).

Fig. 15. Seule meule entière du site mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

Fig. 16. Fragments de pierrures détachées de la meule mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

24Les quelques pourcents restants se répartissent entre les pièces découvertes dans quatre autres fonds de cabane, 1139, 1232, 1236 et 2406. Les portions de pierrures ont été séparées de la meule suite à des coups de couperet donnés les uns à la suite des autres sur tout le pourtour de la meule afin d’obtenir une rondelle aux bords nets. Les traces d’arrachement sont également nombreuses. Mis au jour dans le fond de cabane 1232, l’un des fragments a été scié dans le sens longitudinal en place et lieu de l’habituel fendage. Ainsi, les fragments retrouvés, bien que de tailles différentes, sont très similaires en raison d’une intention et d’un geste précis. Dans tous les cas, il s’agit donc de déchets résultant du travail de la meule.

5.3. Les merrains et les andouillers

25Cette catégorie regroupe les 348 tronçons de merrains ou d’andouillers portant des traces de travail (fig. 17). Plus de la moitié d’entre eux a été mise au jour dans le fond de cabane 1009 (55 %). Douze autres structures se partagent inégalement les exemplaires restants. Quel que soit leur lieu de provenance, les merrains et les andouillers sont de dimensions très variables. Ces dernières peuvent être un critère discriminant pour différencier, parmi les pièces fendues longitudinalement, les déchets des réserves de matière première laissées à l’état brut. La longueur et l’épaisseur de l’os compact doivent être, en effet, suffisantes pour en tirer des plaquettes.

Fig. 17. Andouillers sciés à leur extrémité proximale mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

26Les pièces mises au jour illustrent les deux techniques de travail permettant de sectionner le matériau : le débitage réalisé à l’aide d’un couperet tenu perpendiculairement ou en oblique par rapport à la surface de la pièce, et le sciage mené perpendiculairement à l’axe du merrain ou de l’andouiller. Dans un second temps, les pièces peuvent être fendues longitudinalement, généralement à l’aide du couperet, tout comme l’épannelage/rabotage. Les stigmates de ces opérations se retrouvent uniquement sur les pièces qui ont été préalablement sciées à au moins une des deux extrémités. Le fendage est parfois effectué sur les deux côtés opposés du tronçon de merrain ou d’andouiller afin d’enlever deux sections du cylindre, correspondant à l’os compact (par exemple l’exemplaire du fond de cabane 2003). Cependant, un exemplaire, mis au jour dans le fond de cabane 1137, porte des stries fines laissées par la lame de la scie, indiquant que cet outil a été utilisé pour une division longitudinale du merrain ou de l’andouiller ; mais cette opération est restée inachevée.

27Ainsi diverses combinaisons sont possibles : sciage à une extrémité et débitage à l’autre, sciage aux deux extrémités avec présence ou non de languettes d’arrachement, épannelage sur au moins une face avant le sciage et le fendage longitudinal. L’épannelage/rabotage témoigne parfois de l’enlèvement des seules perlures. Enfin, de fines incisions longitudinales sur la surface épannelée pourraient être interprétées comme des « guides » visant à orienter la ligne de fracture du bois lors de son fendage longitudinal.

5.4. Les intersections entre merrain et andouillers

28L’appellation « intersection entre merrain et andouillers » désigne les 158 pièces composées d’un ou plusieurs andouillers plus ou moins complets, encore rattachés aux merrains A ou B. Elles sont réparties entre quinze fonds de cabane et un lot hors stratigraphie. Si le fond de cabane 1009 totalise 43 % d’entre elles, les autres structures en ont livré en quantité très variable.

29Elles ont été classées, lors de l’étude, en deux catégories correspondant à leur position sur le bois : les intersections « merrain A/andouiller basilaire » et les intersections « partie supérieure du merrain A/andouiller central/départ du merrain B ». Cependant, nombre d’entre elles, très fragmentées, n’ont pu être replacées avec certitude. L’intersection entre le merrain et les andouillers est le plus souvent creuse sur la face interne du bois. Il a été ainsi possible de latéraliser quarante-cinq de ces pièces : on compte quatorze intersections « merrain A/andouiller basilaire » droites et treize gauches, tandis que douze intersections « merrains A-B/andouiller central » proviennent du côté droit, et six, du côté gauche. Les hauteurs des pièces sont très variables, reflétant essentiellement la taille de la jonction entre le merrain et l’andouiller ; celle-ci diffère selon sa position sur la ramure et l’âge du cerf, dont les bois deviennent plus volumineux quand il avance en âge. Par ailleurs, la concavité de la face interne rend cette zone délicate à exploiter car la plaquette triangulaire extraite ne pourra être plane ; celles employées lors de la confection des peignes triangulaires proviennent de la face externe du bois (DESCHLER-ERB, 2005). Ainsi, la très grande majorité des pièces de cette catégorie peut être considérée comme des déchets, contrairement aux merrains et aux andouillers travaillés, pour lesquels la différenciation entre « réserve de matière première » et « déchet » est parfois délicate.

30Toutes portent des traces de sciage mené perpendiculairement à leur axe, et de fendage longitudinal (fig. 18). La grande diversité de pièces rend leur description détaillée impossible. Le type de travail effectué est également très variable : intersections uniquement sciées avec un départ d’andouiller complet ou non ; intersections dont l’andouiller a été scié à sa base ; intersections fendues en plus d’être sciées, certaines conservant un andouiller complet ou non.

Fig. 18. Intersections entre le merrain et l’andouiller sciées, mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

31Lorsque le sciage du merrain est mené trop près de l’intersection, il entame alors légèrement soit la base de l’andouiller selon un angle perpendiculaire par rapport à l’axe longitudinal, soit sa partie supérieure alors découpée en biais (fond de cabane 1236 ; fig. 19). À l’inverse, une intersection droite a été sciée en trois endroits (fond de cabane 1305). La base du merrain A a été sciée sur deux plans, témoignant d’une reprise de travail destinée à ne pas entamer l’andouiller basilaire. La jonction entre ces deux plans de travail a été rectifiée avec une cassure par flexion. Ensuite, le merrain A est scié obliquement par rapport à ce même axe. Enfin, l’andouiller basilaire est scié vers sa base transversalement par rapport à son axe longitudinal et sur de nombreux plans, car l’artisan a tourné la pièce au fur et à mesure du sciage.

Fig. 19. Sciage d’une intersection d’un merrain et d’un andouiller ayant entamé ce dernier, mise au jour dans le fond de cabane 1236 (photo : M. Gazenbeek).

32Les traces de fendage observées montrent que cette opération intervient exclusivement sur le merrain et dans l’axe longitudinal de celui-ci, en règle générale à l’opposé du nœud de jonction avec l’andouiller. Le travail peut être effectué sur deux côtés opposés du merrain. Les essais infructueux laissent des stigmates très reconnaissables sur le plan de sciage de l’extrémité inférieure.
Enfin, comme pour les diverses pièces des catégories précédentes, des traces de dents de rongeur ont été observées.

5.5. Les empaumures

33Les empaumures avec leurs épois complets, ou seulement leur base s’ils ont été sciés, sont au nombre de 61 pièces. Elles sont réparties entre quinze structures. Il en a été découvert uniquement trois exemplaires dans le fond de cabane 1009 qui pour la première fois, ne totalise pas le plus grand nombre de pièces. Plusieurs empaumures, comme par exemple celle mise au jour dans le fond de cabane 1236, proviennent peut-être d’un bois de mue en raison des traces de mâchonnage couvrant les extrémités des épois antérieurs et postérieurs qui ont été mordillés, peut-être par le cerf lui-même après la chute de sa ramure.

34Le nombre d’épois et leur organisation permettent, pour certaines pièces au moins, de les latéraliser – il a été identifié sept empaumures droites et dix-sept gauches – et de qualifier le type de ramure portée par le cerf. Ainsi, il a été reconnu des extrémités à enfourchure (par exemple, dans le fond de cabane 1306), à chandelier (par exemple fond de cabane 1232) (fig. 20), à double fourchette (par exemple fond de cabane 2003) (fig. 21) et en échelle avec trochure (par exemple fonds de cabane 1232, 1236).

Fig. 20. Empaumure à chandelier dont l’époi antérieur et le merrain B sont sciés, mise au jour dans le fond de cabane 1232 (photo : M. Gazenbeek).

Fig. 21. Empaumure à double fourchette dont les épois postérieurs et le merrain B ont été sciés, mise au jour dans le fond de cabane 2003 (photo : M. Gazenbeek).

35Toutes les empaumures sont sciées à leur base perpendiculairement à l’axe du bois ; la longueur restante du merrain B est variable mais elle est le plus souvent très courte. Sur une même extrémité de bois, les épois peuvent être soit entiers, soit brisés, soit sciés, entraînant de nombreux cas de figures possibles. Par exemple, dans le fond de cabane 1009, une empaumure à deux épois (enfourchure), qui a été sciée transversalement à la base, possède un des épois intact tandis que l’autre est cassé non loin de l’extrémité distale. Une autre enfourchure, dans le fond de cabane 1137, a été sciée à la base, l’époi antérieur est conservé intégralement et l’époi postérieur a été cassé vers la base. Une première enfourchure mise au jour dans le fond de cabane 1200 conserve intact l’un des deux épois, le second étant scié vers sa base, tandis qu’une autre pièce est sciée perpendiculairement à sa base tout comme le premier époi ; le second époi, scié plus haut, a en outre été fendu dans l’axe longitudinal.

36Les divers modes de travail, débitage, sciage, fendage et épannelage, observés sur les autres parties du bois, se retrouvent également sur leurs extrémités. Le soin apporté aux différentes opérations est également variable ; les languettes d’arrachement témoignant d’un sciage interrompu avant la fin et d’une séparation des deux parties par pression sont fréquentes (fig. 22). Il a été remarqué des encoches situées non loin des plans de sciage, indiquant des premiers essais infructueux. Il est également délicat de déterminer si certaines empaumures sont des déchets ou des réserves de matière première car la quantité d’os compact disponible semble être suffisante pour y tailler des plaques.

Fig. 22. Sciage des épois d’une empaumure avec languette positive d’arrachement mise au jour dans le fond de cabane 2003 (photo : I. Rodet-Belarbi).

37Enfin, onze empaumures ne portent pas de trace de travail (fond de cabane 1137 : deux exemplaires, fond de cabane 2003 : huit ex., fond de cabane 2656 : un ex.). Deux d’entre elles, très fragmentaires, sont uniquement composées de l’intersection des épois à la base de l’empaumure.

5.6. Les andouillers et les épois

38154 andouillers ou épois seuls, plus ou moins complets, ont été mis au jour dans le comblement de dix-neuf fonds de cabane et dans un niveau non stratifié. Ils sont en quantité diverse selon les structures, le fond de cabane 1009 étant le plus riche.

39Mis à part trois épois cassés collectés dans les fonds de cabane 1137 et 1306, et deux pièces présentant des stigmates de débitage visant à les séparer du merrain (fond de cabane 1236 et 2003), une grande majorité des andouillers et des épois porte des traces de sciage situées à leur extrémité proximale. Le plan de coupe est quasiment toujours perpendiculaire à l’axe de l’andouiller ou de l’époi. Certaines pièces montrent des entailles plus ou moins larges illustrant des essais infructueux de sciage (par exemple fond de cabane 1232). Un des andouillers mis au jour dans le fond de cabane 2656 possède une extrémité inférieure sciée perpendiculairement à son axe mais sur deux plans différents et porte quatre rainures d’essai de sciage parallèles. Les pointes des andouillers et des épois sont parfois brisées et la patine visible sur l’ensemble de la cassure semble indiquer que celle-ci a été faite du vivant de l’animal. Les andouillers et les épois peuvent également être sciés à leurs deux extrémités (fig. 23). De nombreuses pièces ont, en outre, été fendues longitudinalement. D’autres encore ont été épannelées. Cette dernière opération est effectuée plus ou moins soigneusement. Signalons enfin que les pointes de plusieurs andouillers ou épois portent des traces de carbonisation, tandis qu’une extrémité d’époi montre les marques de dents de rongeur.

Fig. 23. Andouillers sciés aux deux extrémités mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

40Diverses combinaisons entre ces différents cas de figures ont été observées. Celles illustrées par les andouillers et les épois découverts dans le fond de cabane 2003 sont résumées dans le tableau de la figure 24.

Fig. 24. Récapitulatif des traces portées par les andouillers et les épois mis au jour dans le fond de cabane 2003.

41Par exemple, un des épois mis au jour dans le fond de cabane 1009 porte deux sillons de 1 mm de large correspondant à des essais de sciage sur la face opposée à celle sur laquelle le sciage a finalement été réalisé. Il a également été en partie épannelé sur deux faces de son extrémité distale. Deux impacts résultant du débitage ont laissé des traces, ainsi que le négatif d’un enlèvement de matière. Enfin cette pièce a été évidée d’une partie de sa matière spongieuse sur l’extrémité proximale, trace de travail assez rare réalisée intégralement sur une autre pièce de ce même fond de cabane (fig. 25).

Fig. 25. Andouiller scié et évidé mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

6. Les déchets de travail

6.1. Les baguettes

42Cette catégorie regroupe dix-sept chutes ; seize d’entre elles ont été mises au jour dans le fond de cabane 1009. Dix exemplaires étaient répartis le long des parois occidentale et septentrionale ainsi que dans le quart sud-ouest de la structure. Taillées généralement dans l’os compact, ces baguettes présentent une section carrée à une extrémité et une section circulaire à l’autre extrémité (fig. 26). Leur longueur, qui varie de 21 mm à 69 mm pour une section quadrangulaire de 2 à 3 mm de côté, est modeste (fig. 27). Ces baguettes semblent illustrer la fabrication d’objets longs et fins tels que les épingles, les aiguilles… sans qu’il soit possible de préciser davantage. Un exemplaire similaire a été découvert dans la structure 1232.

Fig. 26. Chutes de baguettes mises au jour dans le fond de cabane 1009 (a, b et c) (dessins : P. Martin Ripoll).

Fig. 27. Chutes de baguettes mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

6.2. Les plaquettes (déchets)

43Les plaquettes décrites ici ont été classées parmi les déchets en raison de leurs faibles dimensions et de leurs nombreuses imperfections. Ces deux critères ont été ceux utilisés pour les différencier des autres pièces plus longues et mieux finies interprétées comme des ébauches (cf. 7.5. les plaquettes, ébauches). Une très grande majorité d’entre elles ont été mises au jour dans le fond de cabane 1009 : 183 exemplaires, soit 86 % des 213 pièces répertoriées. Elles sont réparties dans toutes les subdivisions de cette structure.

44De faible épaisseur, ces chutes sont de forme quadrangulaire ou trapézoïdale ; leurs bords sont biseautés ou droits (fig. 28). Elles présentent diverses traces de travail : épannelage/rabotage sur les deux faces et sciage aux extrémités (fond de cabane 1137), épannelage/rabotage sur les deux faces et traces de brûlé (fond de cabane 1139), épannelage/rabotage sur les côtés et sciage sur la tranche, la face supérieure étant bombée (fond de cabane 1170), incisions sur l’une des faces correspondant peut-être à un calibrage (fond de cabane 1009)… L’os spongieux est encore visible sur nombre d’entre elles (par exemple fond de cabane 1009). Ces chutes semblent correspondre au surplus de plaquette, séparé en dernier lieu de l’objet fini, souvent par sciage.

Fig. 28. Chutes de plaquettes mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

45Enfin, deux plaquettes collectées dans le fond de cabane 1009 s’apparentent à des ébauches abandonnées en cours de travail. La première, de forme rectangulaire, possède une extrémité sciée, un bord débité, les deux autres étant cassés ; l’une des faces est épannelée et chanfreinée ; chaque face porte une trace laissée, presque en vis-à-vis, par une mèche d’une largeur de 7 mm (fig. 29). La seconde est une plaquette fragmentée présentant six rainures de sciage taillées sans soin et en oblique par rapport au long côté de la pièce (fig. 30). Leur largeur est inférieure à 1 mm. Elles évoquent les dents d’un peigne sans en avoir la régularité.

Fig. 29. Plaquette portant une empreinte laissée par une mèche sur ses deux faces mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

Fig. 30. Plaquette portant cinq incisions évoquant des dents de peigne, mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

6.3. Les copeaux et les esquilles

46Les copeaux et les esquilles correspondent aux plus petits déchets de travail mis au jour sur le site. Ils sont en quantité variable ; le fond de cabane 1009 a livré 92 % du nombre total tandis que les structures 1232 et 1236 totalisent respectivement 115 et 48 fragments, et les fonds de cabane 1069, 1139, 1200, 1306, 2423 et 2656 en comptent globalement une douzaine (fig. 4).

47Une large majorité des copeaux ont un profil courbe, mais ils ne s’enroulent pas pour autant sur eux-mêmes (DESSE, RODRIGUEZ, 1982) (fig. 10). Ils résultent de l’épannelage/rabotage d’un merrain ou d’un andouiller selon son axe longitudinal, opération durant laquelle une faible épaisseur de matière  – perlures ou matière corticale – est ôtée à chaque passage de l’outil, sur une longueur plus ou moins importante. Celle-ci dépend de l’amplitude du geste de l’artisan tandis que la largeur est liée à celle de la lame de l’outil employé.
Les esquilles possèdent différentes formes, sans qu’aucune ne soit plus représentative qu’une autre (fig. 31). Toutes portent au moins une trace de travail sur une des faces.

Fig. 31. Déchets divers mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

6.4. Les fragments d’os spongieux

48Cette catégorie privilégie l’aspect morphologique des pièces car il est impossible de retrouver leur emplacement exact sur le bois. Ce dernier, après avoir été fendu longitudinalement, est débarrassé de l’os spongieux par épannelage/rabotage. Certains fragments, de faible épaisseur, présentent une courbe similaire à celle des copeaux de tissu compact, suggérant que l’outil utilisé et le geste effectué sont les mêmes dans les deux cas. Les plus grosses pièces proviennent peut-être de la séparation d’avec l’os compact effectuée par fendage, à l’aide d’un couperet.
Seulement cinq fonds de cabane ont livré ce type de pièces : 1232, 1236, 2406, 3006 et 1009. Ce dernier a livré 90 % des 544 fragments mis au jour sur le site (fig. 4).

6.5. Les rejets divers

49Les déchets, sans localisation anatomique déterminable avec certitude, ont été regroupés dans cette rubrique, divisée dans la figure 4 en deux colonnes : déchets avec ou sans traces de travail. Dans les deux cas, leur quantité est importante, respectivement 735 et 888 fragments. Les exemplaires portant des traces de travail sont à nouveau majoritaires dans le fond de cabane 1009 (82 %), mais quinze autres structures en ont livré. En revanche, près de la moitié des fragments sans trace de travail ont été mis au jour dans le fond de cabane 2003. L’autre moitié se répartit entre dix-neuf autres fonds de cabane.

50De taille et de forme très variables, leur fastidieux classement par sous-catégorie n’aurait apporté que peu d’informations exploitables. Signalons toutefois que si certains correspondent à des déchets de débitage ou de sciage, d’autres semblent s’apparenter à de la matière première non exploitée en raison, par exemple, d’une corticale trop fine… Sur les exemplaires portant des stigmates de travail, les traces observées résultent du sciage et du fendage ; le premier est effectué principalement perpendiculairement à l’axe du merrain, de l’andouiller ou de l’époi, l’autre est exécuté longitudinalement. Quelques fragments portent des traces d’épannelage/rabotage (par exemple fond de cabane 1170 : deux déchets). En outre, des marques de carbonisation ont été observées sur seulement 73 exemplaires : fond de cabane 1009 : vingt exemplaires, fond de cabane 1139 : quatre exemplaires ; fond de cabane 1200 : quinze exemplaires ; fond de cabane 1236 : trente et un ; fond de cabane 1306 : deux exemplaires ; fond de cabane 2003 : un exemplaire.

7. Les objets, les pièces inachevées et les indéterminés

7.1. Les peignes en bois de cerf

  • 4  Leur description a été consignée dans l’inventaire situé en annexe.

51Douze fonds de cabane du site de Mondelange ont livré vingt-cinq peignes plus ou moins fragmentés4 (fig. 32). Cependant, leur répartition spatiale n’est pas homogène. Aucun peigne n’a été trouvé dans la zone I. La zone II en a livré dix-neuf : six exemplaires proviennent du fond de cabane 1236 et trois exemplaires de chacun des fonds de cabane 1200, 1202 et 1306. Quatre autres peignes incomplets ont été mis au jour dans des structures autour de ce pôle. Leur absence est à signaler au nord-est de cette zone II. Enfin, dans les fonds de cabane de la zone III ont été découverts six peignes dont trois exemplaires dans le fond de cabane 2656.

Fig. 32. Mesures des peignes rectangulaires composites les plus complets mis au jour sur le site de Mondelange ; les mesures indiquées en italique sont restituées.

52Seuls six exemplaires sont archéologiquement complets (fig. 33). Il s’agit de peignes rectangulaires composites à double denture : l’une est composée de dents épaisses et l’autre de dents plus fines. Deux longues barrettes transversales, placées de part et d’autre des plaquettes, les maintiennent les unes à la suite des autres, grâce à quatre ou six rivets en fer ou en alliage cuivreux disposés le plus souvent en ligne mais parfois en quinconce, et plus ou moins régulièrement espacés sur toute la longueur.

Fig. 33. Peignes rectangulaires composites mis au jour dans les fonds de cabane 1200 (a et b), 1236 (c), 2010 (d), 2656 (e) et 1202 (f) (dessins : P. Martin Ripoll).

53Ces traverses possèdent une face inférieure plane tandis que l’autre est légèrement bombée. Cette dernière porte parfois des décors géométriques incisés qui allient lignes, diagonales et cercles ocellés (fig. 34). Le dessin préparatoire est encore visible sur certaines d’entre elles (fond de cabane 1200, peigne n° 4). En outre, elles portent des encoches sur leurs bords résultant de la taille des dents effectuée après le montage du peigne.

Fig. 34. Barrettes transversales de peignes rectangulaires composites mises au jour dans les fonds de cabane 1236 (a, c), 3005 (b) (dessins : P. Martin Ripoll).

54Cette caractéristique permet d’identifier de façon certaine ces barrettes même lorsqu’elles sont très fragmentées et isolées (fig. 35). En revanche, dans le cas de la baguette découverte dans le fond de cabane 1232, deux possibilités coexistent. Décorée de lignes incisées formant des losanges au centre desquels a été gravé un cercle ocellé, elle ne porte ni perforations pour les rivets, ni entailles sur ses bords correspondant aux différents coups de scie lors de la fabrication des dents. Ainsi, il pourrait s’agir soit d’une barrette prête pour le montage d’un nouveau peigne, soit d’un élément de placage pour un coffret…

Fig. 35. Barrette transversale de peigne rectangulaire composite mise au jour dans le fond de cabane 1009 (a) (photo : M. Gazenbeek). Plaquette décorée correspondant à un fragment de barrette transversale de peigne rectangulaire composite ou à un placage de meuble, mise au jour dans le fond de cabane 1232 (b) (dessin : P. Martin Ripoll).

55Les bords des plaquettes situées aux deux extrémités sont parfois travaillés. Les motifs des peignes de Mondelange sont très simples. Il s’agit, en effet, essentiellement de festons disposés plus ou moins symétriquement par rapport aux barrettes transversales (fig. 33 et 36).

Fig. 36. Plaquettes des extrémités des peignes rectangulaires composites mises au jour dans les fonds de cabane 1202 (a), 2656 (b) et 1236 (c) (dessins : P. Martin Ripoll).

7.2. Les fusaïoles

56Deux fusaïoles et trois ébauches potentielles de fusaïoles ont été trouvées sur le site. La première d’entre elles est incomplète et de facture simple (fond de cabane 1232 ; fig. 37). Taillée dans le pédicule, elle présente des bords taillés en biais et deux faces planes ; la plus grande des deux faces est ornée de trois cercles concentriques, incisés non loin du bord. La perforation centrale est cylindrique. Son diamètre est de 29 mm pour une épaisseur de 6 mm.

Fig. 37. Fusaïole mise au jour dans le fond de cabane 1232 (dessin : P. Martin Ripoll).

Fig. 38. Fusaïole mise au jour dans le fond de cabane 1232 (dessin : P. Martin Ripoll).

57La deuxième fusaïole a également été façonnée dans le pédicule (fond de cabane 1232 ; fig. 38). De plus grandes dimensions que la précédente (diamètre : 40 mm, épaisseur : 11 mm), la face inférieure est plane et ses bords sont arrondis. La face supérieure est décorée de trois cercles incisés non loin du bord. Autour de la perforation cylindrique centrale se développe un motif géométrique composé de quatre séries de quatre cercles ocellés disposés en arc de cercle et bordés d’une ligne incisée du côté externe et de deux lignes incisées du côté interne. Entre chacune de ces séries ont été incisés deux cercles ocellés disposés l’un au-dessus de l’autre et bordés d’une double ligne incisée.

58Trois disques issus du pédicule ou de la meule pourraient être des ébauches de fusaïoles. Le premier disque présente des bords très irréguliers ; il possède un diamètre d’environ 39 mm pour une épaisseur variant de 9 à 13 mm (fond de cabane 1009 ; fig. 39 a). Les deux faces sont planes et l’une d’elles est ornée de quatre cercles concentriques situés non loin du bord. Les bords ont été entamés par un coup donné perpendiculairement à la pièce, l’endommageant irrémédiablement, ce qui pourrait expliquer son rejet. Ceci sous-entend que la face ornée de cercles concentriques a été travaillée avant que les bords ne soient retaillés ; ou que sur une pièce déjà endommagée, l’artisan se soit exercé à tracer les cercles. Le deuxième disque possède un diamètre d’environ 58 mm pour une épaisseur de 11 mm (fond de cabane 2003 ; fig. 39 b). Tout comme pour le précédent, les bords sont restés bruts après le débitage qui s’arrête au ras d’un cercle de 43 mm de diamètre, tracé à l’aide d’un compas dont la pointe sèche a laissé son empreinte au centre. L’autre face présente plus de matière spongieuse. Enfin, le dernier disque est encore plus sommaire (fond de cabane 2406 ; fig. 39 c). Les faces ont été sciées et les bords débités. Aucune autre trace de travail n’a été remarquée. Son diamètre est de 41 mm pour une épaisseur de 11 mm.

Fig. 39. Ébauches de fusaïoles ? mises au jour dans les fonds de cabane 1009 (a), 2003 (b) et 2406 (c) (dessins : P. Martin Ripoll, photo : M. Gazenbeek).

7.3. La pendeloque

59Le fond de cabane 2432 a livré une pendeloque complète de forme tronconique dont l’extrémité supérieure est perforée afin de pouvoir passer un lien (fig. 40). Le corps est orné de deux bandeaux composés de deux gorges encadrant une ligne de cercles ocellés. Elle a été fabriquée dans l’extrémité supérieure d’un andouiller ou d’un époi (hauteur : 29 mm, diamètre à la base : 12 mm).

Fig. 40. Pendeloque mise au jour dans le fond de cabane 2432 (dessin : P. Martin Ripoll).

7.4. Le manche

60Un manche a été ébauché dans un andouiller (fond de cabane 3006). L’une des extrémités est sciée tandis que l’autre est cassée. La longueur conservée est de 67 mm et sa section oscille entre 16 et 20 mm. De nombreuses traces de façonnage sont encore visibles.

7.5. Les plaquettes

61Obtenues lors du débitage longitudinal du merrain ou des andouillers, les plaquettes sont de dimensions diverses. Elles peuvent être classées en deux groupes. Le premier rassemble celles dont la longueur oscille entre une trentaine et une soixantaine de millimètres, pour une largeur variant de 10 à 20 mm. Ces pièces montrent une face plane et l’autre légèrement bombée (fig. 41). Ces dimensions correspondent à celles des plaques des extrémités ou de celles dentées des peignes rectangulaires composites à double denture du site de Mondelange. C’est le cas, par exemple, pour celle mise au jour dans le quart sud-ouest du fond de cabane 1009 (45 mm de long, 19 mm de large et 3 mm d’épaisseur).

Fig. 41. Plaquettes semi-finies mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

62Deux fragments de traverse y sont encore fixés par des rivets en fer qui la transpercent en son centre, non loin du bord (fig. 42). Une trentaine d’autres pièces du même type ont été mises au jour dans ce fond de cabane, réparties le long des parois orientale et septentrionale. Leur longueur moyenne atteint 56 mm. Certaines d’entre elles portent encore de l’os spongieux ou les perlures du bois, d’autres, des traces d’épannelage/rabotage. Seulement huit plaquettes présentent le module et le polissage témoignant de leur finition. L’un des sept exemplaires du fond de cabane 1232 présente des bords droits et des faces épannelées. Sur l’un de ses longs côtés se trouve une perforation destinée à recevoir un rivet lors de l’assemblage entre les plaquettes à denture et la traverse. Le second groupe est composé de deux plaquettes plus longues, respectivement 125 et 200 mm. Elles pourraient s’apparenter aux barrettes transverses qui maintiennent les plaquettes des extrémités et les plaquettes dentées ensemble.

Fig. 42. Bord de peigne avec une portion de la barrette centrale et du rivet en fer mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

7.6. Les pyramides tronquées

63Cette appellation regroupe les andouillers et les épois dont les extrémités distales ont été travaillées sur trois ou quatre faces et dont la pointe a été sciée, d’où cette forme de « pyramide tronquée » (fig. 43). Il a été compté vingt-trois exemplaires dont onze mis au jour dans le fond de cabane 1009 et six dans le fond de cabane 1232. Les six autres exemplaires sont répartis entre les fonds de cabane 1236, 1305 et 2406.

Fig. 43. Diverses pyramides tronquées taillées dans les andouillers et les épois, mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

64Les exemplaires mis au jour ont été classés selon leur degré de finition. Une première pièce taillée dans un époi ne présente aucune trace de sciage à ses deux extrémités mais seulement des traces d’épannelage sur trois faces, suggérant que cette opération est effectuée avant le sciage transversal de l’extrémité distale (fond de cabane 1009). Cette pièce a-t-elle été abandonnée en raison de la fracture sur son extrémité proximale ? Si tel était le cas, cela suggèrerait qu’elle ne présente un intérêt que dans son intégralité et non uniquement pour la partie sciée après l’épannelage des quatre faces de l’extrémité distale qui, dans le cas présent, aurait pu être récupérée.

65Un deuxième groupe rassemble les pièces épannelées sur quatre faces et sciées aux deux extrémités. Viennent ensuite les exemplaires épannelés sur quatre faces, sciés au moins à leur extrémité distale et incisés finement de part et d’autre et parallèlement à chaque arête, soit deux incisions par face pour un total de huit incisions par pièce (fig. 44). Quatre des cinq exemplaires mis au jour dans le fond de cabane 1009 ont été façonnés à partir d’andouillers. Deux pièces sont sciées à leur extrémité distale et cassées à leur extrémité proximale, et les trois autres sont sciées à leurs deux extrémités. Ces dernières mesurent 75 mm, 88 mm et 92 mm de longueur. Les sections quadrangulaires des extrémités distales mesurent respectivement 7 x 6 mm, 7 x 7 mm, 8 x 7 mm et 5 x 6 mm. Enfin, deux pièces présentent un mauvais état de conservation. La première a été épannelée sur quatre faces, sciée à son extrémité distale et incisée finement et parallèlement à chaque arête des trois faces, soit six incisions ; la quatrième face a éclaté suite à un contact au feu. La seconde pièce est fracturée à ses deux extrémités et dans le sens de la longueur de telle sorte qu’il ne reste qu’une seule face épannelée complète et deux faces entamées par le plan de fracture. La pyramide tronquée mise au jour dans le fond de cabane 1305 a été épannelée sur quatre faces, chacune portant deux incisions parallèles aux arêtes. Trois des quatre faces ont été retravaillées au couteau. Sur l’une d’elles, une entaille légèrement oblique, correspondant à un premier essai infructueux, est visible non loin de l’extrémité distale. L’une des pièces découvertes dans le fond de cabane 1232 est si patinée que seules quatre incisions sont encore légèrement visibles.

Fig. 44. Pyramide tronquée dont les quatre faces portent une incision sur chaque bord, mise au jour dans le fond de cabane 1009 (dessin : P. Martin Ripoll ; photo : M. Gazenbeek).

66Enfin, une dernière pièce, façonnée dans une extrémité d’andouiller, présente une extrémité distale épannelée sur quatre faces jusqu’au sommet de la « pyramide », lequel porte deux ressauts opposés (fond de cabane 1236 ; fig. 45). Cette taille, qui semble avoir été effectuée au canif, a arrondi les arêtes des quatre faces épannelées sauf à leur base, marquant ainsi la limite d’un futur sciage. Les incisions parallèles aux arêtes observées sur d’autres pyramides tronquées sont absentes.

Fig. 45. Pyramide tronquée portant un ressaut sur chaque face de son extrémité distale, mise au jour dans le fond de cabane 1236 (dessin : P. Martin Ripoll).

7.7. Les indéterminés

67Plusieurs andouillers ou épois possèdent une extrémité inférieure sciée perpendiculairement à leur axe longitudinal et une extrémité supérieure travaillée mais différemment des pyramides tronquées décrites ci-dessus. L’un d’eux, mis au jour dans le fond de cabane 1302, possède une extrémité supérieure épannelée sur trois plans (fig. 46). Une rainure a été réalisée au sommet, entre deux des faces planes. Il est délicat de dire s’il s’agit ou non d’une ébauche d’objet.

Fig. 46. Extrémité d’andouiller épannelée et incisée mise au jour dans le fond de cabane 1302 (dessin : P. Martin Ripoll).

68Deux andouillers montrent une extrémité supérieure épannelée sur deux plans opposés (fond de cabane 1236 et 2656). Une encoche est visible au sommet, là où les deux faces forment un biseau (fig. 47). Ces pièces ont-elles pu servir de coin lors d’opérations de fendage ? Cette interprétation peut-elle être également proposée pour trois autres pièces de petite taille possédant une extrémité taillée en biseau et patinée (long. : 37 mm, 40 mm et 43 mm) et l’autre extrémité usée (fond de cabane 1009) ?

Fig. 47. Extrémités d’andouillers ou d’épois dont l’extrémité porte deux pans épannelés formant un biseau, mises au jour dans les fonds de cabane 1236 (a), 2656 (b) et 1009 (c, d et e) (dessins : P. Martin Ripoll).

69L’extrémité supérieure de deux autres andouillers est quasiment circulaire suite à l’épannelage de la pointe selon huit plans à peine perceptibles (fonds de cabane 1232 et 1236) (fig. 48). Les entailles présentes à la base de la surface épannelée témoignent de reprises de travail au canif. Cette pièce rappelle la pendeloque conique et décorée retrouvée dans le fond de cabane 2432. Cette dernière a vraisemblablement été façonnée à partir d’une extrémité d’époi sciée, comme dans le cas présent.

Fig. 48. Extrémité d’andouiller travaillée mise au jour dans le fond de cabane 1232 (dessin : P. Martin Ripoll).

Fig. 49. Portion d’andouiller ornée de cercles ocellés mise au jour dans le fond de cabane 1236 (dessin : P. Martin Ripoll).

70Une portion d’andouiller conservée sur la moitié de sa section (long. : 79 mm, largeur : 22 mm) porte de nombreuses traces de travail résultant de l’utilisation de la scie et du couteau, et également deux cercles ocellés gravés non loin de l’une des extrémités (fond de cabane 1236 ; fig. 49). S’agit-il d’un essai de l’artisan sur une chute, du reliquat d’une pièce travaillée raccourcie… ?

71Un tronçon d’andouiller ou d’époi brûlé, de 19 mm de long, possède une extrémité taillée grossièrement, laissant en relief la partie spongieuse centrale (fond de cabane 1009 ; fig. 50). La partie centrale de l’objet est perforée transversalement de deux trous tangents formant un « 8 » et d’un diamètre légèrement différent (3 et 4 millimètres). Aucun autre indice ne permet d’identifier la fonction de cette pièce.

Fig. 50. Tronçon d’andouiller perforé mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

Fig. 51. Plaquette rectangulaire perforée mise au jour dans le fond de cabane 1305 (dessin : P. Martin Ripoll).

72Un autre objet indéterminé se présente sous la forme d’une plaque rectangulaire de 54,5 mm de longueur pour une largeur de 20 mm et une épaisseur de 4 à 5 mm (fond de cabane 1305 ; fig. 51). Elle est perforée de neuf trous disposés en deux groupes. Certains d’entre eux montrent un élargissement de l’orifice, peut-être occasionné par l’usure. Il ne semble pas qu’il s’agisse d’une plaquette pour le tissage compte tenu de son épaisseur et de la disposition des perforations.

73Une pièce circulaire d’une épaisseur de 4 mm, réduite à une portion brûlée de sa circonférence, a été découverte dans le fond de cabane 1202 (fig. 52). Le bord est taillé en biseau et la face supérieure est ornée de trois gorges concentriques incisées non loin du bord externe et d’un cercle ocellé. L’ensemble évoque une fusaïole par analogie avec celles déjà répertoriées mais il peut s’agir d’un tout autre objet.

Fig. 52. Portion de pièce circulaire ornée de gorges et d’un cercle ocellé mise au jour dans le fond de cabane 1202 (dessin : P. Martin Ripoll).

Fig. 53. Pédicule de bois portant deux cercles concentriques incisés mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

74Enfin, la dernière pièce est un pédicule dont la section porte deux cercles concentriques incisés (fond de cabane 1009 ; fig. 53). Le travail est très irrégulier et plusieurs reprises sont observables. S’agit-il d’un essai pour tailler par la suite une fusaïole ou un médaillon ?

8. Discussion

8.1. Les modes d’approvisionnement

75L’approvisionnement en bois de cerf s’effectue soit par ramassage des ramures tombées en forêt lors de la mue, soit par récupération sur les crânes des animaux tués à la chasse. Le mode d’acquisition est identifiable grâce à la morphologie de la meule. Sur les bois de mue, sa surface est lisse malgré les nombreuses petites aspérités, car elle s’est naturellement détachée du pédicule. En revanche, sur les bois de massacre, cette séparation ne peut se faire sans l’intervention du couperet ou de la scie. L’observation des bases de bois mises au jour dans les fonds de cabane de Mondelange indique la présence de deux bois de mue et de vingt-cinq bois de massacre (fig. 54). Il n’est pas possible d’utiliser les pierrures pour cette évaluation car il s’agit de petits fragments et la quantité nécessaire pour reconstituer approximativement le périmètre d’une base varie selon leur taille. Cette première estimation pourrait être complétée par l’examen des extrémités des andouillers et des épois. Ces dernières peuvent, en effet, être rongées après leur chute lors de la mue annuelle par les animaux qui souhaitent ainsi récupérer les sels minéraux contenus encore dans les bois (cf. § 3). Cependant, compter systématiquement tous ceux portant des traces de grignotage sans pouvoir vérifier si ces extrémités proviennent de bois de mue ou de massacre est imprudent, car une base de bois de massacre portant des marques de dents de rongeurs a été découverte dans le fond de cabane 1305, prouvant que ces animaux s’y sont introduits et sont venus la mordiller.

Fig. 54. Récapitulatif des décomptes entre bois de massacre et bois de mue, entre les bois droits et les bois gauches, entrant dans le calcul de l’estimation du nombre d’individus.

76Par ailleurs, l’orientation des intersections merrain A/ andouiller basilaire et des empaumures indique la présence de quatorze bois droits et treize gauches d’après les premières, et de sept droites et dix-sept gauches d’après les secondes.

77Il est évident que ces chiffres correspondent au nombre minimum de bois et sont inférieurs à la quantité, même s’il n’est pas possible de la préciser d’avantage, qui a dû être travaillée sur le site, compte tenu de sa durée d’occupation.

8.2. La chaîne opératoire

78Le crâne du cerf est, tout d’abord, débité à l’aide d'un outil à lame lourde et tranchante afin de ne garder que le minimum de la calotte supportant les bois. Ceux-ci sont séparés du crâne par sciage qui peut intervenir en différents endroits : au ras du crâne, juste en dessous de la meule ou à la base du merrain A. Des disques sont prélevés dans les meules qui sont alors débarrassées des pierrures par fendage mené perpendiculairement à leur surface ou dans le pédicule afin d’être transformés en divers objets. Le fond de cabane 1009 a livré une portion de crâne et de pédicule ainsi qu’une portion de pédicule, une meule et l’andouiller basilaire provenant de la même pièce droite (fig. 55). Les deux pièces ont effectivement un diamètre antéro-postérieur très proche (53-54 mm) et leur section est de forme similaire. Cet écart de diamètre et les stries d’orientations différentes laissées par la scie sur les sections des deux pièces montrent qu’une portion du pédicule a été prélevée.

Fig. 55. Portion de crâne et de pédicule mise en regard avec une portion de pédicule, la meule et l’andouiller basilaire provenant de la même pièce droite, mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).

79Les merrains sont sciés en tronçons, avant ou après avoir été dégagés des andouillers qui sont sciés à leur base. Les uns et les autres peuvent, en outre, être fendus longitudinalement. Les intersections sont elles aussi fendues dans le sens longitudinal, dans la majorité des cas à l’opposé de l’andouiller. La base de l’empaumure et les épois sont eux aussi sciés ; ces derniers peuvent être également débités ou encore laissés intacts. L’épannelage/rabotage permet d’ôter les perlures des merrains et des andouillers, et le fendage, la récupération de la corticale sous forme de baguettes ou de plaquettes. Ces deux opérations sont exécutées indifféremment l’une après l’autre. Certaines plaquettes sont, en effet, encore recouvertes de perlures sur une face et de spongiosa sur l’autre face. De leur enlèvement résultent les copeaux et les fragments d’os spongieux.

80Par ailleurs, plusieurs des plaquettes mises au jour ont des dimensions similaires et portent des sillons très fins permettant de guider le sciage, tandis que les disques issus du pédicule et/ou de la meule possèdent une circonférence dégrossie et portent une rainure circulaire servant sans doute à calibrer la pièce. Enfin, quatre chutes présentent une moitié peu travaillée, parfois de section quadrangulaire, et une moitié de section circulaire témoignant de la fabrication d’objets longs et fins.

81Aucune autre étape de fabrication n’est représentée sur le site par les divers fragments collectés. Seuls des objets finis en bois de cerf ont été mis au jour, comme sur de nombreux autres sites mérovingiens : des peignes, des fusaïoles et une pendeloque, accompagnés d’autres objets en os comme des broches, des aiguilles à chas, des épingles et une pendeloque fabriquée dans une phalange d’ours (cf. appendice, en fin d’article).

8.3. La répartition spatiale

82La répartition des diverses pièces mises au jour dans les fonds de cabane est très disparate. Dans la zone III, les bois de cerf ont été retrouvés éparpillés au sein de onze structures différentes ; neuf fonds de cabanes et deux trous de poteau ont fourni 844 éléments qui correspondent à 15 % du total des pièces mises au jour sur le site. Cette zone, qui a été occupée durant la première phase (2ème moitié du Ve s.), a accueilli une activité artisanale non négligeable, en particulier dans les deux fonds de cabane 2003 et 2406 qui ont livré des quantités significatives de bois de cerf, respectivement 681 et 111 pièces. Dans la première structure, localisée au centre de la zone III, un nombre important de déchets divers avec ou sans trace de travail a été collecté. Ils représentent 69 % du nombre de fragments de bois de cerf mis au jour dans ce fond de cabane, tandis que les merrains, les andouillers, les épois et les diverses intersections correspondent à 29 % du total. Dans la seconde structure, les proportions entre ces deux catégories restent similaires. Les déchets totalisent 66 % et les portions de bois, 20 %. En revanche, dans les deux cas, l’absence de copeaux et d’os spongieux est à noter, tout comme le faible nombre de plaquettes (déchets ou ébauches). Cette absence est confirmée, pour la structure 2406, par le tamisage du sédiment qui n’a pas apporté d’éléments nouveaux qui auraient échappé à la fouille à vue. Le remplissage des autres cabanes de la zone III ne contenait que très peu d’éléments. Notons néanmoins que les deux tiers des fragments mis au jour dans le fond de cabane 2656 correspondent à des déchets. Ce résultat, certes fondé sur un total très faible, s’inscrit néanmoins parmi les deux précédents. Ainsi, lors de la première phase d’occupation du site, des artisans ont travaillé le bois de cerf mais les objets fabriqués, de même que les résidus de fabrication tels que les copeaux, sont absents.

83Les seize structures de la zone II correspondent à des fonds de cabane, hormis les structures 1122 et 1234 qui sont respectivement une fosse et un trou de poteau. Regroupées dans une aire de 100 mètres de diamètre, elles ont livré la majorité des restes de bois de cerf du site, 4713 pièces sur un total de 5564, soit 85 %. Cependant, la structure 1009, située à l’est, a fourni à elle seule 72 % du nombre total de pièces collectées sur l’ensemble du site de Mondelange. Cette prédominance est valable quelles que soient les catégories observées, hormis pour celle des empaumures dans laquelle seulement trois pièces ont été découvertes, soit 5 % de cet ensemble. En outre, les pièces collectées ne sont pas en quantité similaire selon leur emplacement dans la structure. Il a, en effet, été remarqué malgré la perturbation de la partie centrale de cette structure par une fosse moderne, une opposition nette entre les moitiés occidentale et orientale de la structure (fig. 56).

Fig. 56. Plan du fond de cabane 1009 (plan S. Coquerelle).

84Les copeaux étaient très abondants dans les carrés CB1, CB2 et DB1/DB2 (fig. 57). Une concentration importante avait été notée lors de la fouille dans l’angle sud-est de la cabane. Leurs pourcentages respectifs sont tous supérieurs à 55 % tandis que les diverses pièces composant les bois – merrain, andouillers…– atteignent au maximum 15 % du total. À l’inverse, le carré CD, correspondant à la moitié occidentale, totalise peu de copeaux (19 %) mais de nombreuses portions de bois (41 %). Les fragments de merrains et d’andouillers ont été découverts surtout le long des parois ou dans les coins de la cabane, tandis que le centre de la partie septentrionale de celle-ci est relativement vide de tout vestige de bois de cerf ou de travail. Les fragments de spongiosa, en faible quantité, suivent cette même répartition ; ils sont présents dans toutes les subdivisions du fond de cabane hormis dans la zone occidentale. Cette dernière a en revanche livré de plus importantes quantités de déchets avec ou sans traces de travail, de pierrures et de plaquettes sous forme de chutes ou d’ébauches. Notons enfin que les éléments ayant subi le feu viennent presque exclusivement de la partie septentrionale. Il semblerait que ces éléments résultent d’un dépôt primaire. Toutefois, une analyse micro-morphologique d’un bloc de comblement prélevé sur le fond révèle la présence de déjections d’herbivores, très probablement des petits ruminants (GEBHART in GAZENBEEK et alii, 2009). Ce fond de cabane pourrait donc dans un premier temps avoir été utilisé comme atelier de transformation du bois de cerf avant d’être converti en un lieu de stabulation.

Fig. 57. Récapitulatif des diverses parties des bois de cerf mises au jour dans les différentes zones du fond de cabane 1009, en nombre et en pourcentage calculé à partir de la somme des pièces découvertes dans chaque carré.

85Le fond de cabane 1232 recélait 5 % du total général. Si ce chiffre est faible, il est néanmoins intéressant de constater que le nombre de copeaux et d’esquilles collectés correspond à 42 % des fragments de cette structure. Ils équivalent à 51 % des restes mis au jour dans le fond de cabane 1009. Ces pièces, tout comme les fragments d’os spongieux, attestent bien la concentration des espaces de travail artisanal dans ce secteur.

86Moins de 200 fragments ont été collectés dans chacune des autres structures de cette zone. Seulement cinq cabanes ont livré des copeaux, soit un total général de 58 pièces. Il s’agit peut-être de déchets ayant migré au gré des nettoyages des fonds de cabane. Par ailleurs, l’absence de copeaux dans les fonds de cabane 1011, 1137, 1139, 1302 est confirmée par le tamisage.

87Le trou de poteau 718 est la seule structure de la zone I à avoir fourni une portion de bois de cerf : il s’agit d’une base incomplète composée du pédicule, de la meule et ses pierrures et du départ du merrain A.

8.4. Les objets fabriqués à Mondelange

88La rareté des produits semi-finis et des « ratés » de fabrication dans les fonds de cabane de Mondelange rend difficile la qualification de la production. Seules quelques pièces peuvent nous renseigner : les plaquettes et les rondelles ébauchées. Si l’envie est grande d’en déduire la confection de peignes et de fusaïoles sur le site, force est de constater l’absence de témoins des autres étapes de fabrication qui permettraient d’être affirmatif. Plusieurs sites dont l’occupation est datée des IVe-Ve s. ont également livré des bois de cerf en quantités diverses qui portent de nombreuses traces de travail (fig. 58). Leur analyse a parfois permis de déterminer les objets fabriqués ; aussi, les comparaisons menées ici confirmeront ou non l’hypothèse avancée.

Fig. 58. Récapitulatif des sites ayant livré des bois de cerf travaillés (IVe-VIe s.).

89À Drevant (Cher), de nombreuses portions de bois de massacre, quelques-unes de bois de mue et divers objets ont été mis au jour lors des fouilles menées au théâtre (BÉAL, 1984 ; CRIBELLIER, BERTRAND, 2008). Les fusaïoles ont été façonnées dans les pédicules et les bases des bois. Trois exemplaires peuvent être rapprochés de ceux de Mondelange. Le premier correspond à une fusaïole ébauchée dont les bords ont été coupés à l’aide d’un outil à lame lisse et dont la face plane porte un cercle finement tracé (inv. n° 907.48.65). Celui-ci a été réalisé à l’aide d’un gabarit car aucun point central évoquant la pointe sèche d’un compas n’a été observé, contrairement à l’exemplaire de Mondelange (fig. 39). Les deux autres se présentent sous la forme de rondelles issues du pédicule, aux bords débités et aux faces sciées ; ils sont similaires à la rondelle mise au jour dans le fond de cabane 2406 (fig. 39).

90Ainsi, le site de Drevant est semble-t-il spécialisé dans la fabrication des fusaïoles, comme en témoigne la présence de nombreux pédicules et des diverses étapes de fabrication de cet objet. En outre, deux meules, quelques merrains et andouillers ainsi que deux plaquettes au moins ont été collectés. Divers objets en bois de cerf et en os ont également été mis au jour.

91Les plaquettes sont communément retrouvées, le plus souvent en faible quantité comme à Villeparisis (Seine-et-Marne ; RODET-BELARBI, MALLET, 2006-2007), à Poncin (Ain ; Béal, 2001) ou encore à Prény (Meurthe-et-Moselle ; FRAUCIEL et alii, 2011). En revanche, sur le site de Saint-Clair-sur-Epte (Eure), elles sont en quantité importante. Elles proviennent d’un lot de 453 pièces illustrant le travail du bois de cerf découvert, en position secondaire, dans le comblement d’un fond de cabane (milieu du Ve s. ; THUET, 2003). Les portions de bois de cerf retrouvées et les traces de travail observées indiquent une exploitation des merrains et des andouillers afin d’en extraire des plaques. Celles-ci, agencées les unes aux autres, constituent des peignes rectangulaires composites. Ainsi, il a été possible de déterminer pour le site de Saint-Clair-sur-Epte le type de production. Cela n’a pas été le cas à Poncin (Ain), au lieu-dit « La Châtelarde », lors de l’étude d’un lot de 58 fragments de bois de cerf (BÉAL, 2001). Il a été remarqué que, tout comme dans le site normand, seules les parties droites avaient été exploitées, suggérant une réponse à une demande précise. Cette dernière est confortée par la découverte de trois plaquettes, plus ou moins achevées. Cependant, ce nombre est trop faible pour supposer une production spécialisée. Par ailleurs, tout comme à Mondelange, les matières compactes (extrémités d’andouillers ou d’épois, meules et pédicules) semblent ne pas avoir été utilisées, comme en témoignent les nombreux déchets (dont des portions de bois avec la meule), le pédicule ayant été abandonné. Le faible nombre de restes mis au jour à Poncin évoque une production ponctuelle, peut-être assurée par un artisan itinérant, à moins que des ateliers et d’autres dépotoirs se trouvent dans la partie du site encore non explorée archéologiquement.

92La centaine de pièces mises au jour lors des fouilles à Prény-Tautecourt (Meurthe-et-Moselle ; FRAUCIEL, THUET, 2006 ; FRAUCIEL, 2007) sont similaires à celles de Mondelange. Les portions de merrains, d’andouillers et d’épois sont en quantité importante (RODET-BELARBI in FRAUCIEL et alii, 2011). En revanche, les déchets de petite taille et les esquilles sont absents à l’exception d’un seul copeau. Les deux plaquettes de ce lot mis au jour en position secondaire dans le comblement de plusieurs fosses témoignent de l’artisanat du bois de cerf, sans qu’il soit possible de déterminer la nature des pièces façonnées et l’emplacement de l’atelier. En outre, quatre déchets présentant une partie mal dégrossie et une partie de section circulaire, sont similaires à ceux découverts à Mondelange, témoignant de production d’objets tels que des épingles, aiguilles… Quelques constantes analogues se retrouvent sur le site de Villeparisis : pédicules et bases du merrain non exploités, fendage des merrains mais à nouveau, en l’absence de ratés de fabrication et de pièces semi-finies, les deux seules plaquettes découvertes ne suffisent pas à qualifier la production effectuée sur le site.

93Enfin, les pyramides tronquées mises au jour à Mondelange ont trouvé un seul parallèle dans la bibliographie. Il s’agit des pièces mises au jour sur le site de Rheinau-Köpferplatz en Suisse (fin du IVe s.-début du Ve s. ; HEDINGER, 2000). Parmi les 93 fragments découverts, ont été répertoriées des plaquettes triangulaires témoignant de la fabrication de peignes composites et des extrémités d’andouillers similaires à ceux de Mondelange. La moitié proximale est aplanie afin d’atteindre une section carrée et la pointe est sciée pour former une surface plane. Puis cette partie travaillée est sciée pour obtenir une amulette dont les faces sont décorées et l’extrémité percée pour permettre sa suspension. Ces pièces, connues sous le nom de ‘Donar-Amuletten’ (WERNER, 1964), sont trouvées isolées dans le mobilier des sites de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge du nord-ouest de l’Europe. Dans les nécropoles du haut Moyen Âge, elles sont mises au jour uniquement dans les tombes féminines.

Conclusion

94La très importante quantité de bois de cerf mise au jour dans les fonds de cabane du site mérovingien de Mondelange atteste le travail de ce matériau. Elle se répartit variablement selon les structures tandis que les diverses parties du bois sont inégalement illustrées à l’intérieur de chacune d’elles. La présence de vingt-cinq bois de massacre témoigne d’un approvisionnement important via la chasse. Seulement deux bois de mue ont été répertoriés. Par ailleurs, les dix-sept empaumures gauches n’indiquent qu’un nombre minimal de bois façonnés sur le site.

95Lors de la première phase d’occupation, les deux fonds de cabane 2003 et 2406 de la zone III ont livré de nombreuses portions de bois de grande taille ainsi que des déchets de travail mais aucun raté de fabrication, ni copeaux, ni esquilles. L’interprétation de ces structures est délicate. Il pourrait s’agir d’ateliers qui venaient d’être balayés avant l’abandon du site ; cependant, les esquilles et les petits déchets qui auraient pu s’enfoncer dans le sol en terre battue n’ont pas été collectés malgré le tamisage du sédiment de la structure 2406. Il est possible également d’envisager que ces éléments soient en position secondaire, notamment en ce qui concerne le fond de cabane 2406. L’amoncellement de gros éléments de bois de cerf en 2003 nous semble au contraire indiquer un lieu de stockage ou de réserve de matière première. Les bois de cerf y ont déjà subi un premier débitage, mais les parties présentes conservent de nombreux éléments utilisables.

96Appartenant à la deuxième phase d’occupation du site, le fond de cabane 1009 a fourni la plupart des pièces retrouvées à Mondelange, dont un nombre conséquent de copeaux et d’esquilles localisés dans la partie orientale, suggérant l’emplacement d’un atelier. À l’intérieur de celui-ci semblent se dessiner une zone de circulation, en raison des pièces encombrantes rejetées le long de la paroi et dans les angles, et un espace de travail compte tenu du peu de pièces au sol dans cette zone. L’analyse micro-morphologique du sédiment suggère que cet espace a été utilisé ensuite comme un lieu de stabulation pour des ovins et/ou des caprins.

97Les petits déchets de fabrication sont également en quantité non négligeable, toutes proportions gardées, dans le fond de cabane 1232, puisqu’ils représentent 42 % des pièces de cette structure.

98Peu d’éléments permettent de connaître les objets confectionnés sur le site. Ils ont donc été confrontés aux pièces mises au jour sur d’autres sites où l’artisanat du bois de cerf a été attesté. À la lecture de ces données de comparaison, il est probable que des fusaïoles ont été fabriquées tandis que les plaquettes, similaires à celles du site de Saint-Clair-sur-Epte, ont pu être employées pour l’élaboration de peignes rectangulaires composites. Enfin, les pyramides tronquées renvoient vraisemblablement à la confection de ‘Donar-Amuletten’.

99Les sites artisanaux mentionnés précédemment pourraient être regroupés dans deux catégories au moins. La première est composée des sites où ont été découvertes des plaquettes, sous forme de déchets, de produits semi-finis ou finis, issues des merrains et des andouillers (Saint-Clair-sur-Epte, Villeparisis, Poncin). En revanche, le pédicule et la base y sont absents ou intacts, suggérant qu’ils n’ont pas été utilisés. La seconde catégorie rassemble les sites ayant livré quelques plaquettes, mais essentiellement des pédicules et des bases de bois travaillées (Drevant). Cependant, cette partition repose sur des petites quantités de matériel et des sites de faible superficie. Si celui de Mondelange n’avait pas été exploré dans sa totalité, les fonds de cabane mis au jour, selon leur contenu, auraient pu être placés dans l’une ou l’autre de ces catégories. L’exhaustivité de la fouille montre que les fragments de bois de cerf sont disséminés sur l’ensemble du site tandis que leur abondance présente de fortes fluctuations d’une structure à l’autre. Ainsi, selon le nombre de pièces découvertes, l’ampleur de la production pourrait être qualifiée d’activité artisanale occasionnelle ou au contraire importante. La différence de quantité de restes entre les sites de Poncin ou de Villeparisis et celui de Mondelange peut donc témoigner d’activités d’échelle différente ou simplement être liée aux aléas de la fouille.

100À Mondelange, comme à Drevant, une large majorité des bois provient de bois de massacre. L’acquisition de la matière première se fait via la chasse. Cependant, ce circuit d’approvisionnement semble être indépendant de l’activité cynégétique elle-même et de la consommation de la chair de l’animal. Les ossements de cerf sont, en effet, totalement absents des lots de faune mise au jour à Mondelange. Ces deux activités ont, semble-t-il, été effectuées par des personnes extérieures au site. Dans ce schéma, celui-ci occupe une position marginale où l’artisanat sur bois de cerf apparaît comme une activité dérivée. Par ailleurs, la quantité de matière première non travaillée retrouvée sur le site est importante et peut paraître parfois étonnante. L’hypothèse d’une exploitation ciblée sur une seule zone de la ramure, en réponse à une demande précise, avait été proposée pour le site de Poncin (BÉAL, 2001, p. 169). Deux autres hypothèses sont à envisager pour Mondelange : soit les artisans ne manquaient pas de bois, soit, au contraire, le débitage des fragments de bois nécessaires à la fabrication des différents objets ne se faisait pas de façon concomitante avec l’approvisionnement, mais l’un après l’autre, ce que semblent indiquer les éléments de bois de cerf du fond de cabane 2003 qui pourrait être interprété alors comme un lieu de stockage.

101Ainsi, l’artisanat effectué à Mondelange s’inscrit dans une chaîne opératoire à facettes multiples et en est dépendant. En amont, la chasse est menée dans les environs du site par des personnes ne rapportant pas les animaux à Mondelange. Si rien ne permet de les identifier, rien non plus ne transparaît sur le dépeçage des cerfs et la consommation de leur viande. Les bois sont transmis à des artisans selon des modalités non connues. Ces derniers travaillent cette matière première, semble-t-il, pour la fabrication de peignes, de fusaïoles, d’amulettes et d’autres objets ; étape de la chaîne opératoire illustrée par le mobilier de Mondelange. Enfin, la diffusion de ces produits ne peut pas, dans l’état actuel du dossier, être appréhendée.

Appendice

102Sur le site de Mondelange, dix-sept objets en os ont été inventoriés (fig. 59). Il s’agit de broches (nos os 1, 4, 5), d’aiguilles à chas (nos os 7, 8, 13, 18, 19 et peut-être 11), d’épingles (n° os 17 et peut-être 9, 14, 15) et d’une pendeloque (n° os 10). Ces objets se répartissent sur huit fonds de cabane disséminés sur toute la zone II et un fond de cabane en zone III.

Fig. 59. Liste des objets en os découverts sur le site de Mondelange.

Annexe : inventaire des diverses pièces mises au jour sur le site de Mondelange

103Les informations portées dans cet inventaire concernent tout d’abord l’identification de la structure et des pièces ainsi que le mode d’approvisionnement lorsqu’il est possible de le déterminer. Leurs mesures sont données en millimètres. Elles ont été calculées pour les andouillers de la base jusqu’à la pointe, selon l’arc formé par la courbure de la pièce. La hauteur de certains fragments est parfois plus petite que la largeur car les mesures ont été prises en replaçant la pièce dans sa position anatomique retrouvée d’après le sens des perlures de la surface externe. Les mesures des diverses pièces composant les peignes rectangulaires sont consignées dans le tableau de la figure 32.

104Abréviations : Diam. : diamètre ; ép. : épaisseur ; ex. : exemplaires, inf. : inférieure ; lg : largeur ; Lg : longueur ; sup. : supérieure.

105Trou de poteau 718 ■ Pédicule, pierrures et base merrain A. Sciage à la base du merrain et traces de brûlé.

106Fond de cabane 1009 ■ Andouiller central ou surandouiller (pyramide tronquée). Lg : 194. Sciage transversal au point d’attache avec merrain, épannelage sur quatre faces et sciage à l’extrémité avec reprise de travail Intersection merrain A/andouiller basilaire. Sciage transversal extrémité inf., en biais extrémité sup., languette d’arrachement positive aux deux extrémités, portion de l’andouiller basilaire extrémité cassée, fendage face inf. de l’andouiller Intersection merrain A/andouiller basilaire gauches. Lg : 270. Sciage transversal au-dessus du cercle de pierrures et en biais au départ du merrain A, andouiller basilaire intact Intersection merrain A/andouiller basilaire droits. Sciage transversal à la base du merrain A (4 plans de travail), en oblique face sup., sur trois plans avec arrachement de la partie spongieuse, andouiller basilaire scié sur trois plans, fendage intersection andouiller/merrain Cercle pierrures complet. Diam. : 16. Sciage sur la face sup. et au centre du sillon disjoncteur, en périphérie zone poreuse caractéristique d’un début de mue Chute pédicule. Diam. : 44. Sciage transversal sur une face, oblique sur l’autre avec deux reprises de travail, fendage en biais 3 chutes pédicule. Lg. : 11 à 17. Petits blocs informes de matière très dense, sciage sur les diverses faces 4 chutes pédicule. Fragments divers, une languette d’arrachement sur 1 ex. 17 chutes plaquettes. Lg. : 8 à 38, lg. : 11 à 24. Fragments, bords droits, 3 chutes avec extrémité biseautée, essai de sciage sur quelques ex. Chute plaquette. Lg. : 17, lg. : 38, ép. : 7. Sciage à une extrémité, cassure et fendage oblique sur l’autre extrémité, perlures encore visibles sur la face épannelée 7 chutes plaquettes. Lg. : 11 à 34, lg. : 8 à 11. Deux faces planes, 1 ex. avec os spongieux apparent, 4 ex. avec extrémité biseautée, bords droits Chute plaquette. Lg. : 24, lg. : 11, ép. : 2. Sciage et épannelage sur la surface Chute de plaquette. Lg. : 40, lg. : 12, ép. : 4. Bords droits, une extrémité sciée, une extrémité cassée, un côté long fendu, os spongieux encore visible sur une face, trace laissée par une mèche de chaque côté et pas tout à fait en vis-à-vis, largeur de la mèche : 7 mm, épannelage sur les deux faces avec un chanfrein dû à deux pans de taille différents lors de l’épannelage 10 chutes plaquettes. Lg. : 13 à 50, lg. : 9 à 29. Deux faces lisses, bords droits ou biseautés pour 3 ex., incisions sur 2 ex., 2 ex. avec les perlures 8 chutes plaquettes. Lg. : 32 à 72, lg. : 15 à 25, ép. : 4 à 9. Une face lisse, une face avec perlures, bords droits ou cassés, 1 ex. bord débité, 3 ex. extrémités sciées 7 chutes plaquettes. Lg. : 27 à 49, lg. : 9 à 22. Épannelage sur les deux faces (5 ex.), épannelage sur une seule face sur 2 ex., bords droits, extrémités sciées 3 chutes plaquettes. Deux faces planes, bords droits, extrémités sciées, languette d’arrachement positive 8 chutes plaquettes. Une face plane, une face avec perlures, 3 ex. sciées aux deux extrémités, 5 ex. une seule extrémité sciée 8 chutes plaquettes. Lg. : 20 à 71, lg. : 14 à 23, ép. : 3 à 5. 2 ex. avec deux faces lisses épannelées, 2 ex. une face lisse et une face avec départ épannelage, épannelées sur une face, 2 ex. face avec perlures, 3 ex. un bord biseauté 5 chutes plaquettes. deux faces lisses, bords droits, extrémités sciées, 2 ex. avec extrémités biseautées 2 chutes plaquettes. Une face lisse et épannelée, une face avec perlures, bords épannelés et droits, extrémités sciées, trace d’incision de chaque côté d’un ex. 6 chutes plaquettes. 4 ex. Deux faces lisses, bords biseautés ■ 12 chutes plaquettes. Lg. : 11 à 40, lg. : 11 à 26. Deux faces planes, 1 ex. avec os spongieux d’un côté et perlures de l’autre, 2 ex. avec os spongieux sur une face, bords droits, 6 ex. bord biseauté, 1 ex. traverse à chanfrein 6 chutes plaquettes. Lg. : 9 à 36, lg. : 11 à 18. Deux faces lisses, bords droits, 3 ex. extrémités en biseau 13 chutes plaquettes. Lg. : 9 à 50, lg. : 9 à 18. Deux faces lisses, bords droits épannelés, extrémités sciés, languette d’arrachement, 9 ex. avec extrémité en biseau, 1 ex. avec une face plane et une face bombée (ép. 5) 11 chutes plaquettes. Lg. : 10 à 38, lg. : 12 à 18, ép. : 3 à 4. Deux faces lisses, bords droits épannelés, 9 ex. avec extrémités biseautées, extrémités sciées 54 chutes plaquettes. Lg. : 8 à 39, lg. : 16 à 22, ép. : 5. Deux faces lisses, bords droits, os spongieux apparent, une extrémité en biseau, 3 ex. avec bords en biseau, 3 ex. traverses à chanfrein de même largeur et section ■ 1978 copeaux et esquilles. Courbure au niveau du détachement de la matière ■ 16 déchets divers. Lg. : 24 à 52. Forme plutôt allongée 25 déchets divers. Lg. : 7 à 30 11 déchets divers. Lg. : 20 à 60. Fragments ou portions d’enlèvement de l’os compact, sciage à une ou deux extrémités ou à aucune (1 ex.), fendage 29 déchets divers. Lg. : 11 à 47. Sciage, épannelage ou fendage sur au moins une extrémité ou un côté 1 déchet divers. Lg. : 22, ép. : 6. Une face sciée plane et une face bombée 14 déchets divers. Lg. : 20 à 33. Fragments de forme allongée, sciage à au moins une extrémité 7 déchets divers. Sciage sur plusieurs plans 7 déchets divers. Lg. : 23 à 59 5 déchets divers. Lg. : 13 à 34 19 déchets divers. Lg. : 6 à 81.1 ex. avec trace d’épannelage 5 déchets divers 13 déchets divers. Lg. : 18 à 32. Fragments de forme allongée, sciage à au moins une extrémité 28 déchets divers. Lg. : 15 à 50. Fragments de baguettes avec corticale 10 déchets divers. Fragments de formes diverses avec corticale et os spongieux 7 déchets divers. Lg. : 19 à 37 21 déchets divers. Fragments d’os spongieux 12 déchets divers. Lg. : 14 à 54. Sciage et/ou fendage 15 déchets divers. Lg. : 14 à 29. Brûlés 48 déchets divers. Lg. : 10 à 30 5 déchets divers. Lg. : 20 à 34. Sciage et/ou fendage 12 déchets divers. Lg. : 20 à 54. Sciage et/ou fendage 14 déchets divers. Reprise de sciage sur plusieurs plans, fendage sur quelques ex. 46 déchets divers. Lg. : 10 à 47. Au moins un bord scié 118 déchets divers. Lg. : 2 à 30. Esquilles 70 déchets divers. Lg. : 19 à 51. Sciage transversal à au moins une extrémité, fendage longitudinal, section globalement triangulaire 59 déchets divers. Lg. : 22 à 68. Au moins une extrémité sciée, fendage ou arrachage 6 déchets divers. Brûlés ■ 12 déchets divers. Lg. : 23 à 46. Pas de trace de travail, 4 ex. brûlés 7 déchets divers. Lg. : 34 à 91. Pas de trace de travail, 1 ex. brûlé 6 déchets divers. Lg. : 14 à 71 4 déchets divers. Sans trace de travail, extrémité épois 25 déchets divers. Lg. : 15 à 58. Sans trace de travail 34 déchets divers. Lg. : 10 à 41. Sans trace de travail, brûlés 35 déchets divers. Lg. : 18 à 28. Pas de trace de travail, brûlés 65 déchets os spongieux. Lg. max : 40 max. 2 déchets os spongieux. Lg. : 32 à 45 25 déchets os spongieux. Lg. : 10 à 45. Formes diverses 208 déchets os spongieux 7 déchets os spongieux. Lg. : 17 à 34 10 déchets os spongieux 33 déchets os spongieux 3 déchets os spongieux. Lg. : 24 à 36 142 déchets os spongieux. Lg. : 5 à 52. Traces plus ou moins prononcées de fendage Baguette. Lg. : 44. Section circulaire à une extrémité et rectangulaire à l’autre 2 ébauches plaquettes (traverse). Lg. : 33, lg. : 11 à 17. Épannelées sur une face et polies, traces de sciage lié à la découpe des dents Ébauche plaquette (traverse). Cassée sur tous les cotés, trois sillons sur la face externe Ébauche plaquette (traverse). Lg. : 13. Sciage à une extrémité, cassure à l’autre extrémité ou le forage du rivet est apparent, cinq sillons incisés sur la face externe 2 ébauches plaquettes (traverse). Cassées, brûlées, avec traces de sciage des dents 5 ébauches plaquettes avec perlures. Lg. : 48 à 79, lg. : 13 à 17, ép. : 4 à 6. Bords droits épannelés aux extrémités sciées, une face avec perlures, une face lisse avec traces d’épannelage Ébauche plaquette rectangulaire. Lg. : 48, lg. : 14, ép. : 6. Épannelée sur une seule face, perlures apparentes sur l’autre face, bords droits, extrémités sciées avec reprise de travail à une extrémité Ébauche plaquette rectangulaire. Lg. : 47, lg. : 14, ép. : 3. Sciage aux deux extrémités, épannelage sur les deux faces et les bords allongés 4 ébauches plaquettes rectangulaires. Lg. : 18 à 54, lg. : 12 à 16, ép. : 4 à 5. Deux faces lisses, bords droits ou biseautés (2 ex.), incisions sur un ex. perpendiculaire à sa longueur 2 ébauches plaquettes rectangulaires. Lg. : 51 à 62, lg. : 15 à 24, ép. : 7 à 9. Sciage aux deux extrémités, fendage sur les bords (1 ex.), sciage une extrémité, épannelage sur les bords, cassée 2ème extrémité (1 ex.) Ébauche plaquette rectangulaire. Deux faces planes, bords droits, extrémités sciées Ébauche plaquette rectangulaire. Lg. : 48, lg. : 13, ép. : 4. Deux faces lisses, bords droits, une languette d’arrachement positive, épannelage côtés longs et sciage extrémités 3 ébauches plaquettes rectangulaires. Lg. : 46 à 66, lg. : 11 à 18, ép. : 3 à 4. Deux faces lisses, bords droits, extrémités sciées 3 ébauches plaquettes rectangulaires. Lg. : 56, lg. : 12, ép. : 3 à 4. Deux faces lisses, bords droits épannelés, extrémités polies ■ 10 ébauches plaquettes rectangulaires. Lg. : 48 à 91, lg. : 10 à 18, ép. : 3 à 4. Deux faces lisses, bords droits, un peu d’os spongieux apparent, épannelage sur les deux faces et sur les bords ■ Empaumure avec deux épois (fourche). Sciage transversal à la base de l’enfourchure, un époi intact, un époi cassé ■ Empaumure gauche avec trois épois (trochure). Lg. : 220. Sciage transversal sous le départ de l’empaumure, sur le départ de l’époi antérieur, deux épois postérieurs intacts ■ Esquilles. Lg. : 26, lg. : 5. Deux côtés épannelés, un côté fendu, un côté avec perlures, une extrémité sciée Esquille. Lg. : 22, ép. : 3. Section quadrangulaire 33 esquilles. Fragments en forme de baguette 3 esquilles. Lg. : 19 à 29, lg. : 4 à 5. Baguettes de section quadrangulaire 27 esquilles. Lg. : 20 à 42. Enlèvement matière os compact Extrémité époi ou andouiller (pyramide tronquée). Lg. : 64. Épannelée sur trois faces et extrémité sciée ■ Extrémité sup. andouiller (pyramide tronquée). Lg. : 95. Quatre faces épannelées, deux incisions par face le long des bords ■ 6 extrémités sup. andouillers ou épois. Lg. : 22 à 93. Sciage à l’extrémité inf. (1 ex.), fendage (1 ex.), brûlés ■ 5 extrémités sup. andouillers ou épois. Lg. : 87 à 118. Sciage transverse aux extrémités, essai de sciage (1 ex.), épannelage (1 ex.), extrémités cassées ■ 4 extrémités sup. andouillers ou épois. Lg. : 24 à 60. Sciage à l’extrémité inf. (2 ex.), épannelage à l’extrémité sup. (1 ex.) ■ Extrémité sup. andouiller ou époi. Lg. : 104. Extrémité inf. sciée, épannelage large et en profondeur d’une face de la pointe (intention faire un des pans de la pyramide, épannelage trop fort ?) ■ 9 extrémités sup. andouillers ou épois. Lg. : 22 à 70. Extrémités sup. un seul ex. avec sciage et languette d’arrachement positive extrémité sup. (1 ex.), fendage et épannelage (1 ex.), sans trace de travail (7 ex.) ■ 2 extrémités sup. andouiller ou épois. Lg. : 57 à 63. Extrémité inf. cassée et extrémité sup. conservée sur trois faces épannelées (section carrée) (1 ex.), épannelage pour ôter les perlures, extrémité sup. sciée (1 ex.) ■ 4 extrémités sup. andouillers ou épois. Lg. : 35 à 44. Sciage transversal avec un essai à côté du plan de coupe sur 1 ex., brûlés ■Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 45. Épannelage sur trois faces à l’extrémité sup., similaire aux extrémités de pyramide tronquée mais inachevée Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 28. Extrémité avec quatre faces, incisions sur les bords de trois faces, brûlée Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 111. Extrémité inf. sciée et extrémité sup. en pyramide tronquée, cinq incisions très fines sur les bords, sommet scié Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 88. Sciage de l’extrémité inf. avec languette d’arrachement positive, extrémité sup. avec quatre pans, incisions sur chaque bord de quatre côtés (8), sciage à l’extrémité sup. Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 24. Extrémité inf. cassée, sciage extrémité sup. avec quatre pans, deux incisions par face (8) 2 extrémités sup. andouillers ou épois (pyramide tronquée). Lg. : 62 à 75. Sciage sur extrémité inf. avec languette d’arrachement (1 ex.), extrémités sup. épannelées sur quatre faces pour mettre la section carrée et sciées à l’extrémité, incisions le long de chacun des bords Extrémité sup. andouiller ou époi /outil ? Extrémité sup. avec traces (débitage, couteau) tout autour et arrachage au centre, extrémité inf. cassée ou claquage au feu, double perforation en 8, transversale Extrémité sup. époi. Lg. : 95. Sciage extrémité inf. de l’époi, languette positive d’arrachement Extrémité sup. époi. Lg. : 36. Sciage transversal extrémité inf. 2 extrémités sup. épois. Lg. : 40, 83. Sans trace de travail 2 extrémités sup. épois. Lg. : 28, 37. Brûlés, scié extrémité inf. et cassé extrémité sup. (1 ex.), cassé extrémité inf. et pointe intacte (1 ex.), collage entre les 2 ? 2 extrémités épois. Lg. : 55 à 72. Sciage à l’extrémité inf., traces indéterminées sur 1 ex. 3 fragments pierrures. Lg. : 13. Élimination des pierrures par fendage longitudinal, sciage de chaque côté du cercle 13 fragments pierrures. Lg. : 10 à 17. Sciage sur les faces sup. et inf., sciage sur le pédicule, fendage longitudinal 2 fragments pierrures. Lg. : 12 à 16. Élimination des pierrures, sciage transversal des faces sup. et inf., fendage longitudinal pour une pièce, sciage longitudinal pour l’autre pièce 9 fragments pierrures. Lg. : 8 à 14. Élimination des pierrures, sciage transversal des faces sup. et inf., fendage longitudinal, avec parfois reprise de travail 4 fragments de pierrures. Lg. : 8 à 15. Élimination des pierrures. Fendage longitudinal avec encoche de fendage pour une pièce, sciage transversal aux deux extrémités 5 fragments pierrures. Lg. : 6 à 12. Élimination des pierrures, sciage sur pédicule avec languette d’arrachement (1 ex.) 3 fragments pierrures. Lg. : 11. Élimination des pierrures, sciage deux extrémités sciées et fendage longitudinal 2 fragments pierrures. Lg. : 15 à 16. Deux faces sciées, fendage longitudinal 25 fragments pierrures. Lg. : 6 à 14. Sciage sur les faces sup. et inf., sciage sur pédicule ■ 4 fragments pierrures. Lg. : 9 à 16. Sciés sur les deux faces, sciage pédicule (1 ex.) ■ 5 fragments pierrures. Lg. : 12 à 15. Élimination des pierrures. Sciage transversal des deux faces ■ 10 fragments pierrures. Lg. : 3 à 12. Élimination des pierrures. Sciage des deux extrémités, essai de sciage sur le pédicule (1 ex.) ■ 31 fragments pierrures. Lg. : 9 à 16. Élimination des pierrures. Fragments correspondant à environ 1/8 de la circonférence, sciés sur les deux faces (inf. et sup.) et fendage longitudinal ■ Fragment pierrures. Lg. : 10. Élimination des pierrures. Sciage sur au moins deux plans, transversal par rapport aux faces inf. et sup., fendage ou éclatement dû au feu par rapport épaisseur du cercle. Brûlé ■ Fragment merrain. Lg. : 138, lg. : 22. Os compact, sciage transversal avec reprise du travail et fendage longitudinal ■ 2 fragments pédicule. Lg. : 11. Chute de travail, face sup. sciée avec application, extrémité proximale débitée sur le pourtour et arrachée dans la zone spongieuse ■ Fragment plaque avec dents (de peigne ?). Lg. : 31, lg. : 11, ép. : 2 à 3. Cinq dents occupent 20 mm de la largeur, une 6ème brisée, sciage des dents en oblique par rapport au bord de la plaquette. Ratage de fabrication ? ■ Fragment baguette. Lg. : 19 à 25, lg. : 3 à 5. Section trapézoïdale ■ 2 fragments baguettes. Lg. : 29 à 33, lg. : 3 à 4. Section carrée à une extrémité et circulaire à une extrémité (dents de peigne ?) ■ 2 fragments baguettes, Lg. : 20 à 34, lg. : 2 à 6. Section carrée ou trapèze, 2 ex. avec section circulaire à une extrémité ■ 4 fragments baguettes. Lg. : 33 à 56, lg. : 2 à 6, diam. 2. Section carrée à une extrémité et de arrondie à l’autre extrémité ■ 6 fragments pierrures. Lg. : 4 à 10. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal ■ Indéterminé/outil. Lg. : 42, lg. : 13. Forme de "coin", une extrémité plate et une taillée en biseau, patinée avec des gorges en U peu profondes ■ 2 indéterminés/outils. Lg. : 39, lg. : 9 à 13. Forme de "coins", une extrémité plate et une taillée en biseau, patinées avec des gorges en U peu profondes Os frontal, départ pédicule droit. Sciage à la base du pédicule, incision sur la section du pédicule d’un cercle, d’un diam. irrégulier de 24 mm, autour duquel s’inscrit un 2ème cercle incomplet d’un diam. de 31 mm. Ils sont recoupés par un arc de cercle Os frontal, départ pédicule, droit. Sciage très bas sur la base du pédicule avec une reprise du travail. Débitage au niveau de la suture inter-frontale et devant le pédicule au niveau du foramen supra-orbitaire. Cet ex. est à rapprocher de l’andouiller basilaire du sac 18, seul un disque est manquant entre les 2 ex. Pédicule, pierrures et l’andouiller basilaire droit. Sciage sur le pédicule oblique par rapport au cercle de pierrures, sur le merrain A avec reprise de travail, transversal, languette d’arrachement positive, cet ex. provient du même bois que celui du sac 17 dont seul un disque est manquant entre les 2 ex. Portion andouiller. Lg. : 129. Sciage aux deux extrémités, deux essais de sciage, un à la base et un à l’extrémité Portion andouiller. Lg. : 100. Sciage aux deux extrémités avec languette d’arrachement positive sur les deux plans de coupe Portion andouiller. Lg. : 91. Sciage à une extrémité avec essai de sciage, extrémité sup. cassée Portion merrain. Lg. : 74. Sciage aux deux extrémités, avec reprise de travail pour les deux faces, et sciage transversal sur 15 mm d’ép., puis sciage longitudinal sur 31 mm de haut, avec languette positive d’arrachement à la limite entre les deux sciages, prélèvement d’une plaque avec perlures de long. indéterminée Portion merrain/andouiller central. Lg. : 57. Sciage transversal de l’andouiller et du merrain qui a entamé le départ de l’andouiller, fendage longitudinal, essai de sciage à la base de l’andouiller Portion merrains et andouiller central gauche. Lg. : 55. Sciage à la base du merrain A transversal (quatre plans de sciage), sciage transversal de l’andouiller (deux plans de sciage), sciage départ du merrain B (deux plans de sciage), fendage longitudinal des merrains Portion pédicule. Sciage transversal, trois faces fendues, reprise de travail sur une face et languette d’arrachement, une zone arrondie naturelle Portion empaumure gauche avec trois épois (trochure). Lg. : 156. Sciage à la base de l’empaumure, et non loin de l’extrémité des trois épois, trois plans de travail à la base de l’empaumure et languette d’arrachement positif de la partie spongieuse et sur un andouiller, épannelage longitudinal de l’intersection de l’empaumure jusqu’au sommet des épois, fendage longitudinal des deux épois postérieurs, perpendiculaire à l’épannelage 3 portions andouillers. Lg. : 32 à 126. Sciage transversal aux deux extrémités, avec languette d’arrachement positive, essai de sciage sur le plus grand ex. au niveau de l’attache avec le merrain 10 portions andouillers ou épois. Lg. : 6 à 95. Au moins une extrémité sciée, forme généralement triangulaire, 1 ex. très fin proche d’une rondelle 2 portions andouillers ou épois. Sciage à la base, extrémité sup intacte 4 portions andouillers ou épois droits. Lg. : 42 à 58. Sciage des deux extrémités, essai de sciage sur le merrain, 1 ex. merrain A scié sur deux plans à l’extrémité inf. et sur un plan oblique à l’extrémité sup. et départ andouiller basilaire droit 5 portions andouillers ou épois. Lg. : 10 à 58. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal sauf pour une rondelle andouiller 2 portions merrain. Lg. : 35 à 60. Sciage oblique avec reprise du travail 3 portions merrains ou andouillers. Lg. : 38 à 52. Sciage à une seule extrémité 4 portions merrains ou andouillers. Lg. : 26 à 74. Sciage sur au moins une extrémité, 1 ex. passé brûlé 9 intersections merrain/andouiller. Lg. : 50 à 62. Sciage transversal (8 ex.), sauf pour 1 oblique (1 ex.), fendage 2 intersections merrain/andouiller. Lg. : 46 à 85. 1 ex. sciage sur les merrains A (quatre plans de travail) et B de part et d’autre du départ de l’andouiller, languette d’arrachement positive, fendage longitudinal, 1 ex. sciage des deux andouillers de l’enfourchure et sur merrain B, avec fendage longitudinal 1 intersection merrain/andouiller. Lg. : 50. 2 extrémités sciées 1 intersection merrain/andouiller. Lg. : 42. Sciage aux deux extrémités ■ 2 intersections merrain/andouiller. Lg. : 39 à 64. Sciées aux deux extrémités, fendage longitudinal ■ 4 intersections (2 droites) merrain/andouiller. Lg. : 28 à 70. 2 ex. intersection merrain/andouiller central, 1 ex. brûlé ■ 4 intersections merrain/andouillers. Lg. : 56 à 60. Languettes d’arrachement positives sur 2 ex., sciage transversal, fendage longitudinal, 1 ex. sciage sur une extrémité ■ 4 intersections merrain/andouiller. Lg. : 19 à 36. Sciage transversal aux deux extrémités (3 ex.), fendage longitudinal, brûlés ■ 7 portions merrain ou andouiller. Lg. : 52 à 62. Sciage transversal aux deux extrémités (4 ex.), à une seule extrémité (3 ex.) ■ 10 intersections merrain/andouiller. Lg. : 33 à 80. Languettes d’arrachement positives (7 ex.), reprise de travail avec plusieurs plans de coupe (6 ex.), sciage transversal ou oblique, fendage longitudinal ■ 3 portions merrain ou andouillers. Lg. : 62 à 83. Sciage aux deux extrémités transversal (2 ex.), languette d’arrachement pour 1 ex., reprise de travail pour 1 ex. ■ 2 portions merrain ou andouillers. Lg. : 111 à 148. Sciage aux deux extrémités, transversal, fendage longitudinal pour 1 ex., essai d’épannelage sur les perlures (1 ex.) ■ 18 portions merrain ou andouillers. Lg. : 60 à 103. Sciage transversal aux deux extrémités (15 ex.), sur une extrémité (4 ex.), cassée aux deux extrémités (1 ex.), fendage longitudinal ■ 5 portions merrain ou andouillers. Lg. : 10 à 26. Sciage transversal aux deux extrémités, languette d’arrachement négative, essai de sciage à la base d’un andouiller, près du point d’attache avec merrain, deux plans de sciage sur une pièce avec arrachement au centre 2 portions merrain ou andouillers. Lg. : 20 à 26. Sciage aux deux extrémités, languette positive d’arrachement, à la base de l’andouiller essai de sciage 2 portions merrain ou andouillers. Lg. : 114 à 125, lg. : 5 à 21, ép. : 4 à 10. Sciage aux deux extrémités, épannelage sur les bords longitudinal et sur une face, perlures sur l’autre face, essai de fendage pour un ex., sur 2ème ex. bords sont fendus 39 portions merrain ou andouillers. Lg. : 20 à 85. Sciage à au moins une extrémité, fendage longitudinal 2 portions merrain ou andouillers. Lg. : 11, lg. : 48. Sciage transversal aux deux extrémités, languette d’arrachement sur l’un des 2. Sciage sur deux plans 1 ex. 19 portions merrain ou andouillers. Sciage aux extrémités, reprise de sciage en plusieurs plans, languette d’arrachement au niveau de l’os spongieux, fendage longitudinal, intersections merrains et andouillers éliminées, 1 ex. avec trace de fendage, 1 ex. avec épannelage de la partie spongieuse 9 portions merrain ou andouillers. Lg. : 28 à 65. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal 12 portions merrain ou andouillers. Lg. : 28 à 60. Sciage aux extrémités, reprise de sciage sur 2 ex., fendage longitudinal, épannelage longitudinal (2 ex.) sur la face opposée aux perlures, reprise du fendage sur 1 ex. 3 portions merrain ou andouillers. Lg. : 41 à 122. Sciage aux deux extrémités (2 ex.), une seule extrémité (1 ex.), fendage sur 2 ex., languette d’arrachement positive sur 1 ex. 5 portions merrain ou andouillers. Lg. : 50 à 60. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal, sciage longitudinal et sciage oblique (1 ex.) 2 portions merrain ou andouillers. Lg. : 51 à 61. Sciage aux deux extrémités avec fendage longitudinal, languette d’arrachement positive, sciage sur deux plans sur 1 ex. 7 portions merrain ou andouillers. Lg. : 40 à 62. Sciage à une extrémité, fendage longitudinal, essai de sciage sur 1 ex., languette positive d’arrachement sur 2ème ex. 12 portions merrain ou andouillers. Lg. : 51 à 72. Sciage à au moins une extrémité 4 portions merrain ou andouillers. Lg. : 24 à 72. Sciés aux deux extrémités pour 1 ex. avec languette d’arrachement négative (grande taille), à une seule extrémité pour les autres Intersection merrains A et B/andouillers. Lg. : 145. Sciage sur le merrain A (deux plans de sciage à l’extrémité), fendage longitudinal et languette d’arrachement positive, essais de fendage sur le merrain A et à l’intersection des deux merrains sur les deux faces, sciage au départ du merrain B loin de l’intersection, sciage et épannelage longitudinal (larg. 16 = largeur lame ?) à la base de l’andouiller central ■ 4 portions merrain ou andouillers (intersection). Lg. : 61 à 82. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal, intersection ôtée ■ 11 portions merrain, andouiller ou épois. Lg. : 2 à 25. Sciage transversal à une extrémité, 2 ex. avec languette d’arrachement positive, fendage longitudinal ■ 25 portions merrain, andouiller ou épois. Lg. : 29 à 59. Sciage transversal aux deux extrémités, fendage longitudinal ■ 5 portions merrain, andouiller ou épois. Lg. : 72 à 110. Traces d’épannelage sur les perlures (1 ex.) ■ Rondelle de pédicule. Ép. : 8 à 10. Deux extrémités sciées l’une en biais par rapport à l’autre, une languette d’arrachement positive et négative sur le même bord Rondelle pédicule droit. Diam. : 52. Débitage à ras du crâne, sciage du pédicule avec arrachement négatif Rondelle pédicule. Diam. : 45. Sciage sur deux plans avec grand décalage entre les deux, pièce très dense (pédicule ?) et traces d’arrachement au centre d’une des deux faces Rondelle andouiller ou épois. Ép. : 4, diam. : 13. Deux faces parallèles, languette d’arrachement positive sur une face 3 rondelles pédicule. Ép. : 4. Déchets ou ébauches, deux extrémités sciées parallèles (pas rondelle de réajustement) Rondelle pédicule ou meule. Ép. : 9, diam. : 32. Pierrures ôtées, bords dégrossis, sur un côté le coup a entamé l’espace destiné à être décoré (ébauche abandonnée car ratage), deux faces sont parallèles, sur une face, quatre cercles concentriques incisés.

107Fond de cabane 1011 ■ Andouiller central. Lg. : 65. Sciage à la base et cassure à l’autre extrémité 6 éclats divers. Lg. : 19 à 40, 4 ex. brûlés, 4 ex. sans trace de travail, 2 ex. sciés à une extrémité Portion andouiller. Lg. : 82. Sans trace de travail 2 portions andouillers ou épois. Lg. : 70, 72. 1 ex. sciage aux deux extrémités, 1 ex. pas de traces.

108Fond de cabane 1021 ■ Éclat perlures. Lg. : 33. Deux traces de coups portés longitudinalement Extrémité andouiller. Lg. : 78, diam. : 20. Traces sur tout le pourtour de l’extrémité, cassure au centre vers l’os spongieux, languette d’arrachement positive.

109Fond de cabane 1056 ■ 2 déchets divers. Lg. : 25 à 28. Sans trace de travail 3 portions merrains ou andouillers. Lg. : 34 à 56. Sciage à au moins une extrémité.

110Fond de cabane 1069 ■ 2 copeaux 11 déchets divers. Sans trace de travail, brûlés Intersection droite merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 49, diam. : 70. Sciage transversal sur deux plans différents à la base merrain A, transversal à la base andouiller basilaire, oblique au-dessus intersection 2 portions andouillers ou épois. Lg. : 25, 64.1 ex. scié aux deux extrémités, 1 ex. scié à une extrémité et fendage longitudinal 2 plaquettes. Lg. : 200.

111Fond de cabane 1137 ■ Intersection droite merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 65. Sciage transversal extrémité inf. et andouiller basilaire, oblique merrain A avec languette d’arrachement négative Intersection gauche merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 52. Sciage transversal base du merrain A sur deux plans, oblique au-dessus de l’intersection avec andouiller basilaire sur cinq plans, transversal à la base de l’andouiller basilaire 9 déchets divers. Lg. : 11 à 128. 8 ex. sciés à une extrémité, 1 ex. scié aux deux extrémités, 1 ex. brûlé 5 éclats divers. Sans trace de travail 2 empaumures. Lg. : 58, 105. Jonction entre deux épois. Sans trace de travail Empaumure avec départ de deux épois. Lg. : 143. Sciage à l’extrémité inf. 2 extrémités sup. andouillers ou épois. Lg. : 65, 114. Sciage transversal aux deux extrémités avec languette d’arrachement positive sur andouiller et négative sur époi, épannelage sur andouiller 3 extrémités sup. épois. Lg. : 45 à 129. Traces d’épannelage sur extrémité d’un époi Portion andouiller. Lg. : 101. Sciage à l’extrémité inf., traces d’épannelage sur perlures Déchet de plaquette. Lg. : 60. Épannelage sur deux faces et fendage longitudinal, sciage aux deux extrémités ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité avec bord ouvragé et perforation, 1 plaque dentée et 2 barrettes transversales fragmentées de section plano-convexe et décorée de quatre lignes incisées au centre, 1 rivet en fer.

112Fond de cabane 1139 ■ Intersection droite portion merrain/andouiller central. Lg. : 305. Traces dents de rongeur sur andouiller Chute plaquette. Lg. : 22. Brûlée, cassée aux deux extrémités, épannelée sur deux faces 2 copeaux 4 déchets divers. Lg. : 20 à 43. Brûlés Empaumure. Lg. : 102. Enfourchure avec sciage à l’extrémité inf. 2 épois. Lg. : 90, 208. Sciage à une extrémité pour 1 ex., 2ème ex. cassé Fragment pierrure. Scié sur deux plans (pédicule et merrain A), fendage longitudinal Pédicule, pierrures et andouiller basilaire gauches. Lg. : 88. Sciage oblique base merrain A avec languette d’arrachement positive, sciage transverse andouiller et pédicule languettes d’arrachement positives 2 portions merrain ou andouiller. Lg. : 47, 66. 1 ex. sciage transversal aux deux extrémités et fendage longitudinal inachevé, 1 ex. sciage à une extrémité, cassé à l’autre et fendage longitudinal.

113Fond de cabane 1170 ■ Andouiller. Lg. : 113. Sciage extrémité inf. Calotte crânienne avec pédicule, meule et intersection merrain A/andouiller basilaire droits. Lg. : 120. Sciage transversal andouiller et merrain au-dessus de l’intersection Chute plaquette. Lg. : 13, lg. : 20, ép. : 5. Une face lisse épannelée et bombée (trois pans), une face plane avec os spongieux, sciage avec languette d’arrachement positive 8 déchets divers, 5 ex. sciés à une extrémité, 2 ex. sciage à une extrémité et fendage longitudinal, 1 ex. fendage longitudinal et épannelé sur une face 26 déchets divers. Sans trace de travail Empaumure droite (enfourchure). Lg. : 136. Base empaumure sciée transversalement sur deux plans, traces d’essais de sciage (1,5 mm) parallèlement à ce plan de sciage, époi antérieur travaillé sur quatre faces (épannelage ?), extrémité cassée, sciage non loin de l’extrémité (ou traces de coups portés dont la plus large entaille fait 2 mm de large) 4 portions merrains ou andouillers. Lg. : 39 à 144. 1 ex. de section triangulaire, os spongieux très lisse, 2 ex. sciés aux deux extrémités, 2 ex. sciés sur une extrémité, 3 ex. fendage longitudinal ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. 2 plaques dentées brûlées.

114Fond de cabane 1200 ■ 2 chutes plaquettes. Lg. : 17, 22, lg. : 14, 18, ép. 3 à 4. Épannelées sur deux faces, 1 ex. scié à une extrémité, 1 ex. cassé aux deux extrémités, bords droits 5 copeaux 9 déchets divers 31 déchets divers. Pas de trace de travail, 15 ex. brûlés 3 empaumures. Lg. : 118 à 182. Une ex. avec trois épois, 2 ex. avec deux épois, un époi intact et un époi scié vers sa base Extrémité sup. andouiller. Lg. : 137. Sciage sur l’extrémité inf., épannelage sur une partie de la pointe Portion merrain ou andouiller. Lg. : 22. Sciage transversal à une extrémité et oblique à l’autre 2 portions andouillers ou épois. Lg. : 115 183. Sciage sur l’extrémité inf. Intersection merrain/andouiller. Sciage aux extrémités ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaques d’extrémités aux bords droits, sans décor, une perforation située au centre pour l’une et demi-perforation pour l’autre, 7 plaques dentées, 2 barrettes transversales de section plano-convexe, décorées de lignes horizontales incisées de part et d’autre de la rangée de rivets et entaillées lors du sciage des dents, tracé préparatoire encore visible, 6 rivets en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité au bord découpé et perforation, 6 plaques dentées, 2 barrettes transversales de section plano-convexe, décorées de lignes horizontales incisées de part et d’autre de la rangée de rivets, 3 rivets en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité fragmentée dentée et perforation pour le rivet en fer.

115Fond de cabane 1202 ■ 2 chutes plaquettes. Lg. : 18 à 34. Épannelage sur deux faces, bords droits, 1 ex. scié aux deux extrémités, 1 ex. scié à une extrémité, l’autre biseautée 6 déchets divers. Sans trace de travail Déchet diversIntersection merrain B/andouiller central. Lg. : 61. Scié sous l’intersection, au départ du merrain et de l’andouiller ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaques des extrémités aux bords droits, 4 plaquettes dentées, 2 barrettes transversales de section plano-convexe, 4 rivets en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité au bord ouvragé et perforation, 1 rivet en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque dentée, 1 rivet en fer ■ Indéterminé. Lg. : 16, lg. : 14, ép. : 4. Fragment d’objet circulaire décoré de lignes incisées et de cercles pointés ■ Plaquette rectangulaire. Lg. : 19, lg. : 16, ép. : 2,5. Découpe sur les quatre côtés.

116Fond de cabane 1232 ■ Intersection merrain A et B/andouiller central gauche. Lg. : 281. Sciage au niveau du merrain B languette d’arrachement positive, sciage du merrain A avec traces d’outil, extrémité épannelée avec présence d’une gorge en U ■ Intersection merrain A/andouiller basilaire droits. Sciage au-dessus du cercle de pierrures, en cinq plans différents et arrachement au niveau de l’os spongieux, sciage transversal merrain et andouiller basilaire■ Intersection merrain A/andouiller basilaire droits. Sciage transversal merrain et andouiller et parallèle au cercle de pierrures■ Intersection merrain A/andouiller basilaire. Sciage parallèle au cercle de pierrures avec languette d’arrachement positive. Merrain scié sur deux plans transversalement, entaille sur le merrain correspondant à un essai abandonné, andouiller basilaire scié transversalement avec languette d’arrachement positive ■ 6 chutes plaquettes. Lg. : 10 à 39, lg. : 8 à 13, ép. : 0,5 à 3. Rectangulaires ou carrées, une face lisse, une face avec os spongieux (2 ex.), bords droits. 1 ex. avec trace d’outil (incisions)■ 74 copeaux. Lg. : 4 à 48 ■ 32 copeaux. Lg. : 2 à 31 ■ Crâne, pédicules, pierrures, départ merrain A et andouiller basilaire. Os frontaux, arcades orbitaires, suture entre les deux os frontaux encore visibles, débitage sur l’occipital perpendiculairement au crâne, à l’arrière des pédicules et tout autour jusqu’à l’os basilo-occipital, sciage transversal sur andouillers basilaires avec cassure et languettes d’arrachement positives, sciage oblique par rapport à l’axe longitudinal sur les merrains ■ Crâne, pédicules, pierrures, départ merrain A et andouiller basilaire. Os frontaux, arcades orbitaires, sutures non visibles (individu âgé), bois gauche scié au niveau du pédicule presque à la base du crâne, bois droit scié transversalement pour l’andouiller basilaire et en oblique par rapport au même axe à la base du merrain A■ Déchet divers. Lg. : 22. Sciage à au moins une extrémité, les autres côtés fendus ou arrachage ■ 18 déchets divers. Lg. : 15 à 49. Sciage à au moins une extrémité, les autres côtés fendus ou arrachage (quelques-uns brûlés) ■ 21 déchets divers. Lg. : 3 à 38. Sans trace de travail ■ 6 déchets divers. Lg. : 23 à 34. Sans trace de travail, couleur grise/bleuté (5 ex.) et noire (1 ex. partie spongieuse) brûlés ■ 22 déchets os spongieux. Lg. : 17 à 43. Fendage ■ 6 ébauches plaquette. Lg. : 45 à 77, lg. : 1 à 5. Fendage longitudinal, sciage aux extrémités, 1 ex. cassé dans le sens de la longueur et chanfreiné ■ Empaumure avec deux épois (fourche). Lg. 188. Sciage transversal base empaumure avec languette d’arrachement positive au niveau de l’os spongieux suite au sciage sur trois plans différents, sciage transversal un époi avec languette d’arrachement positive et essai de sciage parallèle au plan de sciage de l’empaumure, 2ème époi intact ■ Empaumure droite avec trois épois (en échelle). Lg. : 286. Sciage transversal base empaumure avec languette d’arrachement positive, trois épois intacts ■ Époi (pyramide tronquée). Lg. : 205. Sciage aux deux extrémités, base de l’époi avec deux plans de sciage à angle droit (merrain B, intersection avec 2ème époi ou enfourchure). L’extrémité sup épannelée sur quatre faces. Incisions le long de chaque côté (8 au total) ■ Époi. Lg. : 146. Sciage transversal à la base avec languette d’arrachement positive, usure ancienne sur l’extrémité intacte ■ Époi. Lg. : 115. Sciage transversal à la base et essai de sciage parallèle au plan de sciage effectué, avec languette d’arrachement positive, cassure récente sur l’extrémité ■ Époi. Lg. : 62. Sciage transversal à la base, cassure récente sur l’extrémité ■ 9 esquilles. Lg. : 24 à 26. Sciage à au moins une extrémité, les autres côtés fendus ou arrachage ■ Extrémité sup. andouiller. Lg. : 118. Sciage extrémité inf., pointe cassée (ancienne) ■ Extrémité sup. andouiller. Lg. : 119. Sciage extrémité inf., pointe cassée naturellement, patine ■ Extrémité sup. andouiller. Lg. : 102. Sciage extrémité inf. Essai de sciage près du plan de coupe de l’extrémité inf., pointe intacte ■ Extrémité sup. andouiller (pyramide tronquée). Lg. : 116. Épannelage extrémité pour la rendre cubique. Sur deux faces, traces de reprise de travail, deux extrémités sciées. Une incision rectiligne suit les deux bords de chaque face (huit au total). Largeur des côtés du carré : 5 mm ■ Extrémité sup. andouiller (pyramide tronquée). Lg. : 141. Épannelage extrémité pour la rendre cubique. Sur quatre faces, traces de reprise de travail. Les deux extrémités sciées avec languettes d’arrachement. Une incision rectiligne suit un des deux bords de deux faces. Largeur des côtés du carré : 5 à 7 mm ■ Extrémité sup. andouiller ou époi. Lg. : 117. Sciage de l’extrémité inf. La pointe cassée naturellement, patine ■ Extrémité sup. andouiller ou époi. Lg. : 130. Sciage extrémité inf. Pointe intacte ■ Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 24. Épannelage extrémité pour la rendre cubique. Sur chaque face, traces de reprise de travail (ext. inf. = cassure récente) ■ Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 85. Épannelage extrémité pour la rendre cubique. Sur deux faces, traces de reprise de travail. Deux extrémités sciées. Absence de perlures par endroit. Incision rectiligne suit le bord d’une des faces. Largeur des côtés du carré : 6 mm ■ Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 98. Épannelage extrémité pour la rendre cubique. Sur une face, traces de reprise de travail. Les deux extrémités sont sciées. Une incision rectiligne qui suit un des deux bords de quatre faces. Largeur des côtés du carré : 6 mm ■ Extrémité sup. époi. Lg. : 37. Sciage de l’extrémité inf. ■ Extrémité sup. époi. Lg. 86. Cassure récente à l’extrémité inf. ■ Extrémité sup. époi. Lg. : 80. Cassure ancienne à l’extrémité sup. de l’époi, sciage de l’extrémité inf. ■ Extrémité sup. époi. Lg. : 86. Épannelage extrémité pour la rendre circulaire. Les deux extrémités sciées. Diam sup : 8 à 10 mm. Essai de sciage transversal au-dessus du plan de sciage de l’époi. Pièce très patinée ■ Fragment de baguette semi-finie. Lg. : 10 à 21. Section circulaire à l’une des extrémités, carrée à l’autre■ 6 fragments pierrures. Lg. : 6 à 15. Fragments correspondant à environ 1/8 de la circonférence, sciés sur les deux faces (inf. et sup.), fendage longitudinal■ Fragment cercle pierrures. Lg. : 11. Fragment correspondant à environ 1/8 de la circonférence, scié sur les deux faces (inf. et sup.), sciage longitudinal ■ 3 fragments pierrures. Lg. : 15 à 50. Sciage transversal de part et d’autre du cercle de pierrures, 1 ex. avec fendage longitudinal ■ Fragment cercle pierrures ou de pédicule. Lg. : 32, ép. : 7. Sciage sur trois plans, transversal par rapport aux faces inf. et sup, fendage longitudinal■ Merrain B gauche et empaumure avec trois épois (chandelier). Lg. : 281. Sciage transversal deux épois postérieurs et merrain B très près de l’empaumure, époi antérieur intact, languette d’arrachement positive sur un époi postérieur ■ Os frontaux, arcades orbitaires, pédicules, cercles de pierrures, départ andouiller basilaire et merrains A. Les sutures entre les os frontaux se sont détachées, sciage sur andouillers basilaires perpendiculaire à l’axe longitudinal et sciage sur merrains en biais, avec languettes d’arrachement positives. Sciage très bas (sous l’intersection avec l’andouiller basilaire)■ Partie sup. gauche du pédicule, pierrures, départ andouiller basilaire et merrain A. Pédicule scié parallèlement aux pierrures, merrain et andouiller sciés en biais. Traces de sciage correspondant à deux essais parallèles abandonnés, juste au-dessus du cercle de pierrures ■ Plaquette rectangulaire avec semi-perforation = indéterminé ?. Lg. : 38, lg. : 8, ép. : 1. Bords droits avec une semi-perforation sur une longueur. Taille de la pièce peut convenir pour la fabrication d’un peigne de même taille que le peigne US 1236 ■ Portion merrain. Lg. : 41. Sciage aux deux extrémités, un transversal, un oblique ■ Portion merrain. Lg. : 52. Merrain porte début de pousse du surandouiller/andouiller de glace. Sciage transversal aux deux extrémités, fendage longitudinal ■ Portion merrain. Lg. : 100. Sciage transversal aux deux extrémités. Fendage en quatre endroits pour enlever deux morceaux ■ Intersection merrain et andouiller central. Lg. : 54, lg. : 44. Sciage aux deux extrémités avec languette d’arrachement positive, reste surtout l’os compact ■ Portion merrain A avec départ andouiller. Lg. : 60. Sciage transversal merrain A et andouiller. Deux traces de fendage longitudinal. Sciage du merrain B avec languettes d’arrachement négatives entamant la circonférence sup de l’andouiller central, sciage de l’andouiller central en premier ■ Intersection merrains A et B et départ andouiller central. Lg. : 60. Sciage transversal des merrains A et B avec languette positive d’arrachement sur merrain B, et l’andouiller central avec languette d’arrachement positive. deux traces de fendage longitudinal avec arrachement au niveau de l’os spongieux ■ Intersection merrains A et B et départ andouiller central. Lg. : 71. Sciage transversal des merrains avec languette positive d’arrachement sur le merrain B, andouiller scié transversalement. Fendage longitudinal sur deux plans différents ■ Intersection merrains A et B et départ andouiller central. Lg. : 60. Sciage transversal des merrains et de l’andouiller. Fendage longitudinal sur deux plans différents. Trace essai de sciage andouiller et merrain A ■ Intersection merrains A et B et départ andouiller central. Lg. : 64. Sciage transversal des merrains, andouiller cassé (ancienne). Fendage longitudinal sur deux plans différents ■ Portion merrain A et départ andouiller central. Lg. : 65. Sciage transversal du merrain A (très petite taille), départ merrain B et andouiller central avec languette d’arrachement positive sur l’andouiller. Deux traces de fendage longitudinal avec arrachement au niveau de l’os spongieux ■ Intersection merrains A/B et départ de l’andouiller central. Lg. : 58. Sciage transversal merrains A et B et de l’andouiller central. Deux essais de sciage au bord de l’andouiller central ■ Portion merrain B et de la base de l’empaumure (trochure gauche). Lg. : 103. Sciage transversal merrain B avec languette d’arrachement positive, scié en deux fois, sciage sur l’andouiller antérieur, quatre plans de sciage différents avec arrachement de la partie spongieuse, trois essais de sciage juste sous le plan de coupe de l’époi antérieur, sciage transversal sur épois postérieurs avec languettes d’arrachement positives ■ Portion époi. Lg. : 48. Sciage de l’extrémité sup. avec languette d’arrachement positive. Extrémité sup. épannelée sur deux faces, avec reprise de travail sur une face, os spongieux nettoyé ■ Portion merrain B et des épois de l’empaumure. Lg. : 185. Merrain B et épois sciés transversalement à leur base. L’un des épois postérieurs conserve une languette d’arrachement positive et une entaille de sciage destinée à rectifier le premier sciage entrepris trop bas. Languette d’arrachement positive sur l’époi antérieur et deux plans de sciage. Épannelage sur la face postérieure du segment bifurqué, les différentes passes de l’outil laissent des lamelles superposées. Traces de fendage transversal d’en moyenne 20 mm de large (13 à 31 mm = largeur de la lame ?). Empreintes fines sauf dans un cas où la matière a été écartée lors de la sortie en force de l’outil ■ 6 portions merrain ou andouiller. Lg. : 42 à 52. Sciage transversal aux deux extrémités, fendage longitudinal à l’axe de la pièce (section triangulaire) ■ 2 portions merrain ou andouiller. Lg. 64, 70. Sciage transversal aux deux extrémités, fendage longitudinal à l’axe de la pièce (section triangulaire) ■ 2 portions merrain ou andouiller. Lg. : 75 à 77. Sciage transversal à une extrémité, fendage longitudinal ■ 2 portions merrain ou andouiller. Lg. : 84 à 93. Sciage transversal aux deux extrémités. Fendage longitudinal. Trois traces de ciseau (8 à 12 mm de long) pour essai de fendage perpendiculairement à la surface, enlèvement sur les perlures (8 sur 8) ■ Portion merrain ou andouiller. Lg. : 5 à 20, diam. 39. Sciage transversal à une seule extrémité, sciage oblique à l’autre extrémité, languette d’arrachage positive sur les deux extrémités ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Barrette transversale décorée de lignes incisées formant des losanges au centre desquels se trouve un cercle pointé. Absence de trous pour les rivets et d’entailles correspondant au découpage des dents : barrette en attente de montage ? ■ Fusaïole. Diam. : 40, lg. : 11. Face plane ornée de trois cercles incisés sur le pourtour, jeux d’arc et de cercles ocellés au centre, face convexe, perforation centrale, côtés lisses et arrondis ■ Fusaïole. Diam. : 29, ép. : 6. Taillée dans le pédicule, décoré de trois cercles incisés sur le pourtour, perforation centrale ■ Plaquette rectangulaire. Lg. : 30, lg. : 15, ép. : 3. Découpe sur trois côtés, cassure 4ème côté ■ Plaquette rectangulaire. Lg. : 57, lg. : 13,5, ép. : 3. Découpe sur les quatre côtés ■ Plaquette rectangulaire. Lg. : 43,5, lg. : 16, ép. : 3. Découpe sur les quatre côtés.

117Fond de cabane 1234 ■ Déchet divers. Lg. : 20. Sans trace de travail, présence de perlures.

118Fond de cabane 1236 ■ Andouiller central. Lg. : 213. Sciage extrémités inf. et sup. 4 chutes de plaquettes. Lg. : 32 à 65, lg. : 8 à 24, ép. : 3 à 5. Sciées à une extrémité et cassées à l’autre, épannelées sur deux faces, bords droits, 1 ex. brûlé 48 copeaux 14 déchets divers, 11 ex. brûlés 27 déchets divers. Sans trace de travail, 17 ex. brûlés 22 déchets os spongieux Empaumure (trochure). Lg. : 148. Sciage à l’extrémité inf., extrémité époi antérieur cassée Empaumure. Lg. : 146. Sciage merrain et 3 épois avec languette d’arrachement positive, essai de sciage sur époi central Empaumure droite en échelle. Lg. : 343. Sciage à l’extrémité inf., épois non travaillés, 1 ex. avec cassure fraîche, brûlé Empaumure. Sciage à l’extrémité inf. et sur les épois, brûlés Époi. Lg. : 107. Sciage à l’extrémité inf. avec languette d’arrachement négative, série d’incisions parallèles vers l’extrémité inf., épannelage sur deux faces opposées forme biseautée 3 extrémités sup. andouillers ou épois (pyramide tronquée). Lg. : 97 à 128. Sciage sur l’extrémité inf. et extrémité sup. sauf 1 ex. avec cassure fraîche, épannelage sur quatre faces de l’extrémité sup., 1 ex. avec incisions parallèles aux bords, 1 ex. avec une seule incision Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 130. Sciage à l’extrémité inf., épannelage près de l’extrémité inf. et l’extrémité sup. sur quatre faces (pyramide non tronquée), à la pointe deux enlèvements opposés de matière (bec) 4 fragments pierrures. Lg. : 16 à 20. Sciage aux deux extrémités et fendage longitudinal, nombreux essais de fendage sur 1 ex., 1 ex. brûlé 3 intersection merrains A/andouiller basilaire gauches. Lg. : 47 à 62. Sciage extrémités inf., sup. et base de l’andouiller Intersection merrain A/andouiller basilaire droit. Lg. : 32. Sciage extrémités inf., sup. et base de l’andouiller Os frontaux, arcades orbitaires, pédicules, cercles de pierrures, départ andouiller basilaire et merrain A gauches. Lg. : 155. Sciage transversal andouiller et oblique merrain A Pédicule, pierrures, merrain A et andouiller basilaire droits. Lg. : 74. Sciage oblique sous le cercle de pierrures avec languette d’arrachement positive sur le merrain, transversal sur l’andouiller basilaire, pièce fendue sans réelle trace d’impact Portion andouiller ou époi. Lg. : 84. Sciage très près du merrain à l’extrémité inf., épannelage sur quatre faces 5 portions andouillers ou épois. Lg. : 38 à 127. Sciage à l’extrémité inf. sur 3 ex., pointes intactes sur 4 ex., 1 ex. cassé 25 portions merrains ou andouillers. Lg. : 21 à 65. Sciage sur au moins une extrémité, fendage longitudinal, 7 ex. brûlés 11 portions intersections merrain/andouiller. Lg. : 34 à 125. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal, départ de fendage à côté du lieu de fracture sur 2 ex. 5 portions merrains ou andouillers. Lg. : 12 à 67. Sciage aux deux extrémités sur 4 ex., 1 ex. scié à une extrémité et cassé par flexion à l’autre après dégrossissage du pourtour au couperet ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaques d’extrémité aux bords droits avec perforation, barrettes transversales décorées de lignes horizontales incisées de part et d’autre de la rangée de rivets et entaillées lors du sciage des dents, 4 rivets en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité au bord ouvragé avec une perforation en croix, obtenue par perforations successives, 1 rivet en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. 2 plaques dentées, barrettes transversales de section plano-convexe ornées de lignes incisées en chevron, 1 rivet en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Barrette transversale ornée de lignes incisées parallèles aux bords, et d’un motif composé d’arcs de cercles pointés au centre, 2 rivets en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. 2 plaques dentées, brûlées ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité, bord droit, brûlée ■ Plaquette carrée. Lg. : 18,5, ép. : 2,5 à 3. Découpe sur les quatre côtés avec, en outre, cassure sur un côté ■ Plaquette rectangulaire. Lg. : 23, lg. : 12, ép. : 3. Découpe sur trois côtés et cassure sur le 4ème côté ■ Plaquette rectangulaire. Lg. 41, lg. : 19, ép. : 3. Découpe sur trois côtés, brûlée ■ Portion d’andouiller. Lg. : 79, lg. : 22. Traces de travail, deux cercles ocellés.

119Fond de cabane 1302 ■ 16 éclats divers. Sans trace de travail, cassures récentes, 4 ex. brûlés 12 éclats divers. Sciage à l’une des extrémités et cassures récentes à l’autre ■ Indéterminé. Extrémité andouiller. Lg. : 140. Sciage à l’extrémité inf. avec languette d’arrachement positive, épannelage à l’extrémité sup. sur trois plans et sur la pointe, sillon sur l’arête entre deux surfaces planes Extrémité empaumure 3 extrémités sup. andouiller ou épois. Lg. : 38 à 51. Sans trace de travail sauf pour 1 ex. Portion merrain ou andouiller. Lg. : 46. Cassures récentes3 portions merrains ou andouillers. Lg. : 40 à 51. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal, languette positive d’arrachement ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité, bord droit, deux perforations, 2 plaques dentées, 4 fragments de barrettes transversales de section plano-convexe, décorées de trois lignes horizontales incisées au milieu.

120Fond de cabane 1305 ■ Intersection droite merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 36. Sciage extrémité inf. en deux plans, reprise de travail sous l’intersection de l’andouiller basilaire, qui entame l’andouiller, sciage transversal andouiller, oblique merrain A Plaquette. Lg. : 55, lg. : 19, ép. : 4. Deux faces lisses, bords droits, une extrémité sciée, une extrémité cassée Déchet divers. Lg. : 41. Sciage à une extrémité, cassure ancienne à l’autre 3 déchets divers. Lg. : 74. Sans trace de travail, brûlés Empaumure à double fourchette. Lg. : 320. Sciage extrémité inf. merrain B, épannelage ou claquage par le feu d’un peu d’os compact sur un des épois ? Époi. Lg. : 126. Sciage extrémité inf. avec languette d’arrachement positive Extrémité sup. andouiller ou époi (pyramide tronquée). Lg. : 86. Sciage à l’extrémité inf. et sup., épannelée en pyramide tronquée, incisions sur chacun des bords (8), sciage à 4 mm de l’extrémité sup. et reprise de travail sur trois des quatre faces (carré de 8 mm de côté) Pédicule, pierrures et andouiller basilaire. Lg. : 98. Sciage transversal extrémité sup. merrain A et andouiller avec languette d’arrachement positive, traces de dents sur merrain et andouiller, animal très vieux, andouiller basilaire petit diam. par rapport au cercle de pierrures, cercle de pierrures incomplet, merrain malformé Portion merrain. Lg. : 65. Sciage à une extrémité, fendage longitudinal Indéterminé. Lg. : 55, lg. : 20, ép. : 4 à 5. Plaquette rectangulaire découpe sur quatre cotés, neuf trous perforés en deux groupes. Certains montrent un élargissement dissymétrique.

121Fond de cabane 1306 ■ Intersection gauche merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 61. Sciage transversal andouiller et extrémité inf., oblique sur merrain et essai de sciage Empaumure gauche. Lg. : 162. Sciage sur l’extrémité inf., fendage longitudinal sur un époi, deux éclats associés Empaumure (enfourchure deux épois). Lg. : 134. Sciage à l’extrémité inf., fendage à l’intersection entre les deux épois, traces de dents sur époi Empaumure. Lg. : 96. Sciage extrémité inf. avec reprise de travail (deux plans), épois intacts Extrémité sup. époi. Lg. : 121. Sciage extrémité inf. et fendage longitudinal Extrémité sup. époi. Lg. : 120. Cassé extrémité inf. 2 déchets divers. Sans trace de travail, brûlés Copeau Merrain B et empaumure. Lg. : 190. Sciage transversal extrémité inf. empaumure, sciage extrémité sur un époi, fendage sur deux épois et sciage à leur base, épannelage sur les bords, épois postérieurs fendus Portion merrain. Lg. : 121. Sciage sur merrain B avec languette d’arrachement positive et fendage perlures, sciage et essais de fendage merrain A, deux départs andouillers, un moignon et un de diam. très fin Portion merrain A. Lg. : 82. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal, départ de surandouiller ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque dentée, 1 rivet en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité avec bord ouvragé et perforation ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité au bord ouvragé et perforation, plaques dentées, 2 barrettes transversales de section plano-convexe, ornées de trois lignes horizontales incisées au milieu.

122Fond de cabane 2001 ■ Empaumure. Lg. : 130. Sciage transversal base de l’empaumure, un époi intact, deux épois cassés à leur base Portion merrain ou andouiller. Lg. : 91. Sciage aux deux extrémités et fendage longitudinal.

123Fond de cabane 2003 ■ 5 andouillers. Lg. : 95 à 230. Sciage transversal à leur base, 1 ex. scié à son extrémité, 1 ex. épannelé, travaillé au canif et scié à son extrémité, 1 ex. avec extrémité épannelée sur deux côtés et perforés de deux trous peu profonds, et sciée obliquement ■ 12 andouillers. Lg. : 83 à 330. Non travaillés à leur extrémité. 6 ex. avec sciage transversal à la base ; 2 ex. avec sciage transversal à la base et races de rongeurs ; 1 ex. avec sciage transversal à la base et essai de sciage large de 1 mm parallèle au plan de sciage ; 1 ex. avec épannelage ; 1 ex. avec fendage longitudinal à la base ; 1 ex. avec sciage oblique à la base et traces de rongeur à l’extrémité distale. ■ 6 andouillers ou épois. Lg. : 42 à 131. Cassés à l’extrémité inf., deux extrémités sup. intactes, deux cassées et deux rongées par des animaux ■ 6 empaumures gauches avec andouiller de loup complet ou quasi-complet. Lg. : 187 à 260. Empaumures sciage transversal à l’extrémité inf. à ras embranchement ou sur le merrain B, à 60 mm et 95 mm de l’embranchement pour 2 ex. Base des épois postérieurs sciage transversal, 1 ex. cassé. 2 ex. avec extrémité sup. de l’andouiller de loup sciée. 3 ex. avec traces de rongeur. 1 ex. avec stries de sciage de 1 mm de large. 1 ex. épannelé sur une face à l’extrémité distale ■ 2 empaumures droites avec andouiller de loup complet ou quasi-complet. Lg. : 171 à 187. Empaumures sciage transversal à l’extrémité inf. à ras de l’embranchement. 1 ex. embranchement sciage transversal, 1 ex. embranchement cassé. 1 ex. rongé à l’extrémité distale, 1 ex. sciage extrémité distale ■ 38 déchets divers. 36 ex. sciés, 1 ex. brûlé, 1 ex. fendu, 1 ex. épannelé ■ 433 déchets divers. Sans traces de travail ■ 7 empaumures gauches. Lg. : 133 à 300. 1 ex. enfourchure, 4 ex. trochures en chandelier, 1 ex. empaumure à double fourchette (quatre épois), 1 ex. cassé sur sa partie postérieure (deux épois minimum). Sciage transversal à l’extrémité inf. sauf sur l’enfourchure. 2 ex. avec époi antérieur sciage transversal, 1 ex. avec époi postérieur sciage transversal et strie parallèle au sciage de 1,5 mm de large. 1 ex. avec traces de rongeur ■ 2 empaumures droites. Lg. : 145 à 198. Trochures en chandelier, sciage transversal à l’extrémité inf. ■ 3 empaumures. Lg. : 161 à 278. 2 trochures et 1 enfourchure sciage transversal à l’axe longitudinal du merrain B, à la base pour 2 ex. et à 140 mm de la base pour 1 ex. ■ 8 empaumures cassées. Lg. : 90 à 256. Sans trace de travail. 1 ex. avec un époi rongé par un petit mammifère ■ 9 épois. Lg. : 57 à 175. Sans trace de travail, cassés à l’extrémité inf. ■ 3 épois. Lg. : 71 à 140. Rongés à l’extrémité distale, 2 ex. cassés à la base, 1 ex. scié avec stries de 1 mm de large parallèles au plan de sciage ■ 2 épois. Lg. : 98 à 144. 1 ex. avec cassure à l’extrémité inf., traces de débitage non loin de la cassure et env. vingt stries de sciage à l’extrémité sup. 1 ex. avec sciage à l’extrémité inf. et épannelage sur sept pans à l’extrémité sup. ■ Fragment calotte crânienne et départ de pédicule droits. Lg. : 125. Arcade supra-orbitaire et os frontal avec départ de pédicule, sciage sur plusieurs plans du pédicule, débitage au niveau de la suture frontale ■ Fragment de calotte crânienne, pédicule, meule et merrain A droits. Sciage et fendage sur le merrain A ■ Intersection merrain/andouiller. Lg. : 179. Début de pousse du surandouiller/andouiller de glace. Sciage transversal à une extrémité, l’autre porte une cassure récente ■ 5 intersections merrain/andouiller. Lg. : 121 à 350. Merrain sciage transversal de part et d’autre de l’intersection, extrémité de l’andouiller avec cassure ancienne pour l’un et sciage pour l’autre ex., scié vers le milieu pour 3ème ex. 1 ex. avec merrain sciage transversal à chaque extrémité et andouiller. 1 ex. merrain B cassé extrémité sup. et inf. sur la jonction avec andouiller central scié à sa base ■ Intersection merrain/andouiller central droite. Lg. : 187. Merrain sciage transversal de part et d’autre de l’intersection, extrémité de l’andouiller avec traces de couperet sur le pourtour et arrachement par flexion ■ 5 intersections merrain/andouiller central gauches. Lg. : 61 à 252. Merrain sciage transversal de part et d’autre de la jonction avec l’andouiller, fendage sur la face opposée du nœud de jonction, épannelage à l’extrémité distale de 2 ex., 2 ex. cassés à l’extrémité ■ 8 intersections merrain/andouiller central droites. Lg. : 132 à 217. Merrain sciage transversal de part et d’autre de la jonction avec l’andouiller, fendage sur la face opposée du nœud de jonction, épannelage sur 2 ex., 3 ex. sciés à l’extrémité, 5 ex. avec l’andouiller intact, 1 ex. avec fendage sur l’andouiller ■ 4 intersections merrain A/andouiller basilaire droites. Lg. : 193 à 238. Sciage transversal à la base et oblique au-dessus de la base. Un andouiller scié à l’extrémité et un autre avec cassure récente, épannelage sur 1 ex., stries d’essais de sciage sur 3 ex. ■ Intersection merrain A/andouiller basilaire gauche. Lg. : 290. Sciage transversal à la base de l’intersection et oblique au-dessus. Épannelage avec traces d’outil (canif) ■ 4 intersections merrain A/andouiller basilaire gauches. Lg. : 43 à 48. Sciage transversal à la base de l’intersection et oblique au-dessus. Andouillers basilaires sciés transversalement dont un sur cinq plans ■ Intersection merrain A/andouiller basilaire droite. Lg. : 45. Sciage transversal à la base de l’intersection et oblique au-dessus. Andouiller basilaire scié transversalement ■ 6 intersections merrain/andouiller. Lg. : 45 à 88. Sciage et fendage sur 3 ex. ■ 5 intersections merrain/andouiller. Lg. : 37 à 67. Sciage et cassures récentes ■ Meule et portion pédicule. Lg. : 23, diam. : 72. Base merrain A sciée sur plusieurs plans, pédicule fendu transversalement ■ Pédicule, meule, base merrain A et départ andouiller basilaire droits. Lg. : 84. Sciage à la base du merrain A et de l’andouiller basilaire ■ 2 plaquettes rectangulaires. Lg. : 41 à 47. Épannelées sur deux faces et deux côtés, sciage sur les côtés ■ 8 plaquettes rectangulaires (déchets). Lg. : 7 à 39. Épannelées sur deux faces et deux côtés, sciées à leur extrémité ou cassées. Incisions préparatoires au sciage sur 1 ex. ■ Portion de pédicule, meule, intersection merrain A/andouiller basilaire gauche. Lg. : 38. Sciage oblique du merrain A au-dessus de l’intersection ■ Portion pédicule, meule, intersection merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 25. Sciage oblique du merrain A au-dessus de l’intersection ■ 2 portions andouillers. Lg. : 95 et 117. Fendage longitudinal sur une partie, traces de débitage ayant fait éclater une partie des perlures ■ 39 portions merrains ou andouillers. Lg. : 12 à 84. Sciage à une extrémité, cassure à l’autre extrémité ■ 9 portions merrains ou andouillers. Lg. : 23 à 58. Sciage à une extrémité, cassés à l’autre extrémité (trois cassures récentes, six cassures anciennes) et fendage longitudinal ■ 7 portions merrains ou andouillers. Lg. : 37 à 91. 4 ex. sciage aux deux extrémités, 3 ex. sciage à une extrémité, épannelage sur au moins une face ■ 14 portions merrains ou andouillers. Lg. : 24 à 134. Sciage aux deux extrémités, 1 ex. épannelé sur deux faces opposées ■ 16 portions merrains ou andouillers. Lg. : 38 à 125. Sciage aux deux extrémités et fendage longitudinal ■ Calotte crânienne avec édicules sciés à ras de leur base, pédicule gauche porte une strie de sciage de 1,5 mm de large. Débitage sur l’os frontal et traces de coup et enlèvement de matière perpendiculairement et parallèlement à la suture frontale. Présence du foramen et de l’arcade sus-orbitaire. Diam. max. pédicule 44 mm ■ Disque de matière (fusaïole ébauchée ?). Ép. : 11, diam. : 58. Incision au compas d’un cercle de 43 mm de diam sur une face polie, fendage sur la circonférence et travail au canif.

124Fond de cabane 2004 ■ Portion merrain ou andouiller. Lg. : 59. Sciage aux deux extrémités, fendage longitudinal sur deux côtés, trois fines incisions sur l’un des plans de sciage.

125Fond de cabane 2010 ■ Empaumure avec époi. Lg. : 130. Sans trace de travail, extrémité époi avec traces de dents de rongeur Portion andouiller. Lg. : 88. Sciée à une extrémité avec une strie d’essai (1,5 mm), cassée à une extrémité, entailles faites au canif ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaques d’extrémités au bord ouvragé avec perforation, 4 plaques dentées, barrettes transversales ornées de trois lignes horizontales incisées au centre et entaillées lors du sciage des dents, 6 rivets en fer.

126Fond de cabane 2246 ■ Déchet divers. Lg. : 33. Sciage extrémité, fendage longitudinal Intersection merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 158. Sciage extrémité inf. et sup. merrain, sciage au milieu andouiller avec languette d’arrachement positive, essai sciage base andouiller Portion intersection merrain/andouiller central. Lg. : 174. Sciage intersection andouiller avec pointe intacte, épannelage surface interne du merrain fendu.

127Fond de cabane 2406 ■ 2 empaumures (enfourchure). Lg. : 94, 145. Sans trace de travail ■ 2 empaumures (enfourchure). Lg. : 67, 225. Sciage à l’extrémité inf. ■ 62 déchets divers. Lg. : 72 à 124. Sans trace de travail ■ 11 déchets divers. Sciage à l’une des extrémités ■ 8 portions merrain ou andouillers. Lg. : 32 à 105. Sciage aux deux extrémités sauf 2 ex. sciage à une extrémité ■ 2 portions merrains ou andouillers. Lg. : 45, 50. Sciage aux deux extrémités pour 1 ex., sciage extrémité inf. sur 1 ex. avec languette d’arrachement ■ Intersection merrain/andouiller. L. : 65, lg. : 119. Sciage de part et d’autre, à l’extrémité sup. de l’andouiller avec languette d’arrachement positive, fendage longitudinal sur le merrain, épannelage sur l’andouiller à son extrémité sur deux faces opposées, incision préparatoire sur la section de l’extrémité sup. du merrain ■ 5 portions andouillers ou épois. Lg. : 102 à 217. Sciage à l’extrémité inf. ■ Andouiller (pyramide tronquée). Lg. : 220. Sciage à l’extrémité inf., épannelage sur quatre faces à l’extrémité sup., section carrée (7 mm) ■ Intersection merrain/andouiller. Lg. : 73. Sciage aux deux extrémités et à la base de l’andouiller ■ 2 chutes plaquettes. Lg. : 32 à 43, lg. : 22, ép. : 4. Deux faces planes, deux extrémités cassées pour 1 ex. ■ 3 ébauches plaquettes. Lg. : 52 à 67, lg. : 18 à 19, ép. : 3 à 4. Deux faces planes, bords droits, extrémités sciées ■ Portion époi. Lg. : 100. Épannelage sur une face, sciage à l’extrémité inf., sciage vers la base ■ 7 déchets os spongieux. Lg. : 20 à 67 ■ Fragment pierrure. Lg. : 14 ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaques d’extrémité au bord droit, une seule possède une perforation, 2 plaques dentées, 4 fragments de barrettes transversales ornées de cinq lignes horizontales incisées au centre, 4 rivets en fer ■ Fusaïole ébauchée. Diam. : 41, ép. : 11. Pivot de cerf scié sur les deux faces, languette d’arrachement négative.

128Fond de cabane 2432 ■ Andouiller basilaire droit. Sciage extrémité inf. en deux plans avec reprise de travail transversal, sciage oblique extrémité sup. Copeau Portion andouiller ou époi. Lg. : 82. Sciage aux deux extrémités, épannelage sur deux plans, traces de dents ? Andouiller basilaire. Lg. : 122. Sciage à la base au point d’attache, pointe intacte ■ Pendeloque conique. Lg. : 29, diam. base : 12. Fabriquée dans l’extrémité d’un andouiller ou d’un époi, décoré d’incisions et de cercles pointés.

129Fond de cabane 2656 ■ 2 déchets divers. Sciage ■ 17 déchets divers. Sans trace de travail. Lg. : 31 à 105. 4 ex. brûlés ■ Fragment empaumure. Sans trace de travail ■ 3 extrémités épois ou andouillers. Lg. : 51 à 56. Un ex. scié extrémité inf. (5 essais), 1 ex. sans trace de travail ■ Portion andouiller ou époi. Lg. : 90. Sciage à l’extrémité inf. avec languettes d’arrachement positive et négative, essai de sciage, épannelage à l’extrémité sup. deux plans opposés et pseudo encoche à la pointe ■ Copeau ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Traverse ornée de quatre lignes horizontales incisées au centre ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité au bord ouvragé et perforation, plaque dentée, traces d’oxydation due aux rivets en fer ■ Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaques d’extrémité au bord ouvragé et perforation, 4 plaques dentées, 2 barrettes transversales ornées de quatre lignes horizontales incisées au centre, 4 rivets en alliages cuivreux et 2 rivets en fer.

130Fond de cabane 3005 ■ Intersection gauche merrain A/andouiller basilaire. Lg. : 41. Sciage transversal base avec plusieurs orientations sur un seul plan, languette d’arrachement positive au centre vers l’os spongieux, sciage transversal de l’andouiller, oblique au départ merrain A Peigne rectangulaire composite à double denture. Plaque d’extrémité au bord droit et perforation, plaque dentée, barrette transversale de section plano-convexe ornée de doubles lignes incisées formant un triangle avec les lignes du bord, à l’intérieur duquel ont été tracés trois cercles ocellés. D’autres se remarquent non loin de la cassure suggérant un motif couvrant toute la barrette transversale, 2 rivets en fer.

131Fond de cabane 3006 ■ Déchet os spongieux Extrémité sup. andouiller ou époi. Lg. : 73. Pas de trace de travail 2 portions merrains. Lg. : 117, 220. Sciage à une seule extrémité pour 1 ex. Fendage ou débitage transversal à l’andouiller, deux plans de travail avec languette d’arrachement positive Portion merrain ou andouiller. Lg. : 43. Sciage aux deux extrémités Manche ébauché. Lg : 67, lg. : 16,5, ép. : 20. Une extrémité sciée, une extrémité cassée, nombreuses traces de travail encore visibles ■ Plaque indéterminée. Lg. : 39, lg. : 20, ép. : 2 à 3,5. Découpée sur les quatre côtés, ajourée.

132Fond de cabane 3236 ■ Déchet divers sans trace de travail. Lg. : 47.

133Hors stratigraphie ■ Base avec calotte crânienne, pédicule, meule et merrain A. Lg. : 155. Cassure récente, sciage à l’extrémité merrain A et base andouiller basilaire Extrémité distale andouiller ou époi. Lg. : 151. Sciage extrémité proximale 2 portions intersection merrain-andouiller. Lg. : 47, 63 Portion intersection merrain-andouiller. Lg. : 128.

Haut de page

Bibliographie

BÉAL J.-C., 1984, « Un artisanat tardif du bois de cerf à Drevant (Cher) », Bull. des Amis du Musée Saint-Vic. Saint-Amand Montrond, 12, p. 7-16.

BÉAL J.-C., 2001, « L’exploitation du bois de cerf, de la corne et de l’os », in : FAURE-BOUCHARLAT É. dir., Vivre à la campagne au Moyen Âge : l’habitat rural du Ve au XIIe s. (Bresse, Lyonnais, Dauphiné), Lyon, ALPARA, p. 166-176 (Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 21).

BILLAMBOZ A., 1979, « Les vestiges en bois de cervidés dans les gisements de l’époque holocène : essai d’identification de la ramure et de ses différentes composantes pour l’étude technologique et l’interprétation palethnographique », in : L’industrie de l’os néolithique et de l’Âge des Métaux, Paris, éd. du CNRS, p. 93-129.

CAMPS-FABRER H., 1979, L’industrie en os et bois de cervidé durant le Néolithique et l’Âge des Métaux : première réunion, Groupe de travail n° 3 sur l’industrie de l’os préhistorique, Paris, éd. du CNRS, 149 p.

CRIBELLIER C., BERTRAND I., 2008, « Un artisanat de l’Antiquité tardive dans le théâtre de l’agglomération antique de Drevant (Cher) : la production de fusaïoles et autres objets en bois de cerf », in : BERTRAND I. dir., Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ?, Montagnac, M. Mergoil, p. 3-13 (Monographies Instrumentum, 34).

DESCHLER-ERB S., 2005, « Borderline production : a late Roman antler workshop in Eastern Switzerland », in : LUIK H., CHOYKE A. M., BATEY C. E., LOUGASL. dir.,From hooves to horns, from mollusc to mammoth, manufacture and use of bone artefacts from Prehistoric Times to the Present, Proceedings of the 4th Meeting of the ICAZ Worked Bone Research Group at Tallinn, 26th-31th of August 2003, Tallinn, p. 207-214.

DESSE J., RODRIGUEZ G., 1982, « Copeaux de matière osseuse obtenus lors du façonnage de bois de cervidés », in : Industrie de l’os néolithique et de l’Âge des Métaux 2, Paris, éd. du CNRS, p. 106-112.

FRAUCIEL M., 2007, « Les habitats de Prény Tautecourt (54) (fin Ve-Xe s.) », Les cahiers du GRAHMA, 1, revue électronique, ISSN 1958-5713.

FRAUCIEL M., THUET A., 2006, « L’os et le bois de cerf », in : Cent mille ans sous les rails : archéologie de la ligne à Grande Vitesse Est européenne, Inrap/Paris, Somogy éd. d’Art, p. 104-107.

FRAUCIEL M., DECANTER F., GEBHARDT A., LEROY M., MERLUZZO P., RODET-BELARBI I., TEGEL W., WIETHOLDT J., 2011, Prény ‘Tautecourt’, ‘Frichamp’, ‘Bois Lasseau’ (54). t. 2 : L’habitat de Prény Tautecourt, fouilles TGV Est n° 88, Rapport final d’opération, Inrap.

GAZENBEEK M., BOUIN B., BRESSOUD A., DELNEF H., GEBHARDT A., LAFFITE J.-D., LEFEBVRE A., PERNOT P., PRAT B., RODET-BELARBI I., THOMASHAUSEN L., WIETHOLDT J., 2009, Mondelange (57, Moselle) ‘Parc de la Sente’, Rapport final d’opération, Inrap.

HEDINGER B., 2000, « Geweihbearbeitung im spätrömischen Wachtturm von Rheinau-Köpferplatz », Archäologie der Schweiz, 23, p. 104-114.

RODET-BELARBI I., MALLET F., 2007, « Le travail du bois de cerf à Villeparisis (Seine-et-Marne) : un dépotoir au sein d’un atelier de potiers du Bas-Empire », Revue archéologique du Centre de la France, 45-46, mis en ligne le 08 avril 2008. URL : http://racf.revues.org/index793.html.

THUET A., 2003, « Un atelier de production de peignes en bois de cerf de la fin de l’Antiquité tardive à Saint-Clair-sur-Epte (Eure) », in : RIDERI. dir., Materials of manufacture : the choice of materials in the working of bone in northern and central Europe during the first millenium A.D., Oxford, p. 25-39 (BAR, Intern. series, 1193).

VERLINDEN C., DE JANTI P., 1960, Le cerf et sa chasse, Paris, Crépin-Leblond et Cie éd., 239 p.

WERNER J., 1964, « Herkuleskeule und Donar-Amulett », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, 11, p. 176-197.

Haut de page

Notes

1  L’étude du mobilier en bois de cerf du site de Mondelange a été menée par B. Boin (Inrap) en collaboration avec I. Rodet-Belarbi, la rédaction du texte consigné dans le rapport final d’opération a été assurée par B. Boin (GAZENBEEKet alii, 2009).

2  Les cinq fragments de bois de cerf mis au jour dans le fond de cabane 1122 et les 83 fragments provenant des berges du paléo-chenal 003-III ont été éliminés de ce travail en raison de la datation donnée par le mobilier associé, qui indique une occupation respectivement du Néolithique final et de l’Âge du Bronze.

3  Une description précise des diverses pièces a été consignée dans le rapport final d’opération (GAZENBEEK et alii, 2009).

4  Leur description a été consignée dans l’inventaire situé en annexe.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site de Mondelange (DAO : A. Glad, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 2. Plan de localisation des diverses structures de la période mérovingienne mises au jour sur le site de Mondelange (DAO : S. Coquerelle, Inrap).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3. Bois de cerf mis au jour dans le fond de cabane 2003, moitié septentrionale, en cours de fouille (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 4. Tableau récapitulatif des diverses pièces en bois de cerf découvertes par structure.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 5. A. Désignation des différentes parties du bois de cerf (d’après BILLAMBOZ 1979) ; B. terminologie des différentes parties du bois de cerf (d’après BILLAMBOZ, 1979 ; VERLINDEN, DE JANTI, 1960).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 6. Débitage longitudinal d’un merrain mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 8. Traces de sciage effectué selon plusieurs plans de coupe sur une base de bois mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 10. Déchets et copeaux résultant de l’épannelage et du rabotage mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 12. Crâne dont les pédicules ont été sciés très près de la calotte crânienne, mis au jour dans le fond de cabane 2003 (photo : I. Rodet-Belarbi).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 13. Crâne et départ de la ramure mis au jour dans le fond de cabane 1232 (photo : I. Rodet-Belarbi).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 15. Seule meule entière du site mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 17. Andouillers sciés à leur extrémité proximale mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 18. Intersections entre le merrain et l’andouiller sciées, mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 19. Sciage d’une intersection d’un merrain et d’un andouiller ayant entamé ce dernier, mise au jour dans le fond de cabane 1236 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 20. Empaumure à chandelier dont l’époi antérieur et le merrain B sont sciés, mise au jour dans le fond de cabane 1232 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 22. Sciage des épois d’une empaumure avec languette positive d’arrachement mise au jour dans le fond de cabane 2003 (photo : I. Rodet-Belarbi).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 23. Andouillers sciés aux deux extrémités mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 24. Récapitulatif des traces portées par les andouillers et les épois mis au jour dans le fond de cabane 2003.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 25. Andouiller scié et évidé mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 26. Chutes de baguettes mises au jour dans le fond de cabane 1009 (a, b et c) (dessins : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 28. Chutes de plaquettes mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 29. Plaquette portant une empreinte laissée par une mèche sur ses deux faces mise au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 31. Déchets divers mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 32. Mesures des peignes rectangulaires composites les plus complets mis au jour sur le site de Mondelange ; les mesures indiquées en italique sont restituées.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 33. Peignes rectangulaires composites mis au jour dans les fonds de cabane 1200 (a et b), 1236 (c), 2010 (d), 2656 (e) et 1202 (f) (dessins : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 34. Barrettes transversales de peignes rectangulaires composites mises au jour dans les fonds de cabane 1236 (a, c), 3005 (b) (dessins : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 35. Barrette transversale de peigne rectangulaire composite mise au jour dans le fond de cabane 1009 (a) (photo : M. Gazenbeek). Plaquette décorée correspondant à un fragment de barrette transversale de peigne rectangulaire composite ou à un placage de meuble, mise au jour dans le fond de cabane 1232 (b) (dessin : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 36. Plaquettes des extrémités des peignes rectangulaires composites mises au jour dans les fonds de cabane 1202 (a), 2656 (b) et 1236 (c) (dessins : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 37. Fusaïole mise au jour dans le fond de cabane 1232 (dessin : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 39. Ébauches de fusaïoles ? mises au jour dans les fonds de cabane 1009 (a), 2003 (b) et 2406 (c) (dessins : P. Martin Ripoll, photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 40. Pendeloque mise au jour dans le fond de cabane 2432 (dessin : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 41. Plaquettes semi-finies mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 42. Bord de peigne avec une portion de la barrette centrale et du rivet en fer mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 43. Diverses pyramides tronquées taillées dans les andouillers et les épois, mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 44. Pyramide tronquée dont les quatre faces portent une incision sur chaque bord, mise au jour dans le fond de cabane 1009 (dessin : P. Martin Ripoll ; photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 45. Pyramide tronquée portant un ressaut sur chaque face de son extrémité distale, mise au jour dans le fond de cabane 1236 (dessin : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 46. Extrémité d’andouiller épannelée et incisée mise au jour dans le fond de cabane 1302 (dessin : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 47. Extrémités d’andouillers ou d’épois dont l’extrémité porte deux pans épannelés formant un biseau, mises au jour dans les fonds de cabane 1236 (a), 2656 (b) et 1009 (c, d et e) (dessins : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 48. Extrémité d’andouiller travaillée mise au jour dans le fond de cabane 1232 (dessin : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 50. Tronçon d’andouiller perforé mis au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 52. Portion de pièce circulaire ornée de gorges et d’un cercle ocellé mise au jour dans le fond de cabane 1202 (dessin : P. Martin Ripoll).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 54. Récapitulatif des décomptes entre bois de massacre et bois de mue, entre les bois droits et les bois gauches, entrant dans le calcul de l’estimation du nombre d’individus.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 55. Portion de crâne et de pédicule mise en regard avec une portion de pédicule, la meule et l’andouiller basilaire provenant de la même pièce droite, mises au jour dans le fond de cabane 1009 (photo : M. Gazenbeek).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 56. Plan du fond de cabane 1009 (plan S. Coquerelle).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 57. Récapitulatif des diverses parties des bois de cerf mises au jour dans les différentes zones du fond de cabane 1009, en nombre et en pourcentage calculé à partir de la somme des pièces découvertes dans chaque carré.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 58. Récapitulatif des sites ayant livré des bois de cerf travaillés (IVe-VIe s.).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 59. Liste des objets en os découverts sur le site de Mondelange.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8151/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Rodet-Belarbi et Michiel Gazenbeek, « L’exploitation des bois de cervidés à l’époque mérovingienne sur le site de Mondelange (Moselle) », Revue archéologique de l’Est, tome 63 | 2014, 259-300.

Référence électronique

Isabelle Rodet-Belarbi et Michiel Gazenbeek, « L’exploitation des bois de cervidés à l’époque mérovingienne sur le site de Mondelange (Moselle) », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 63 | 2014, mis en ligne le 11 février 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/8151

Haut de page

Auteurs

Isabelle Rodet-Belarbi

Archéozoologue Inrap, CEPAM, UMR 7264.

Articles du même auteur

Michiel Gazenbeek

Archéologue Inrap.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page