Navigation – Plan du site
Comptes rendus

ARNOLD Béat, LANGENENNEGER Fabien, 2012, Plateau de Bevaix, 8. Bevaix–Sud : plongée dans le passé, fouille subaquatique d’un village du Bronze final

Neuchâtel, Office et musée cantonal d’archéologie, 261 p. dont 65 pl., 1 CD-Rom (Archéologie neuchâteloise, 50). ISBN : 978-2-940347-53-7.
Louis Bonnamour
p. 506-507

Texte intégral

1Cet ouvrage de 261 pages et 61 planches est en outre remarquablement illustré par 208 figures, pour la plupart en couleurs. Il s’agit du 50ème volume de la collection Archéologie Neuchâteloise, dont le premier, publié en 1986 et consacré à la fouille subaquatique du village Bronze final de Cortaillod-Est, était signé… Béat Arnold.

2Connu depuis le début du XXe siècle, le site de Bevaix-Sud a été redécouvert grâce à la photographie aérienne qui avait révélé les alignements réguliers des constructions entourées d’une palissade. L’importance accrue des phénomènes d’érosion, qui ont détruit une épaisseur de sédiments pouvant atteindre localement 1 m à 1,20 m, a justifié une fouille exhaustive, échelonnée sur 4 ans entre 2004 et 2007, avec des moyens techniques et financiers considérables puisque l’opération a mobilisé l’ensemble des ressources attribuées aux fouilles cantonales pour la période considérée.

3La fouille a porté sur une superficie de 10 600 m2 et a nécessité 3278 heures de travail subaquatique à faible profondeur, il est vrai, et dans de bonnes conditions de visibilité. L’infrastructure du chantier était conséquente et comportait notamment un bateau à fond plat de 12 m de longueur, équipé d’une grue hydraulique permettant en particulier d’extraire les pieux pour étude, ainsi qu’une génératrice alimentant quatre pompes immergées faisant fonctionner « suceuses » et rideaux d’eau. L’ensemble du site a été découpé en quatre carrés de 100 m de côté et l’avancement de la fouille, à l’intérieur de carroyages, a été effectué par bandes d’une largeur de 8 m.

4Sur l’ensemble du gisement, l’érosion avait détruit la couche archéologique. Seules des zones d’empierrement, constituées de 90 000 galets, destinées à assainir le sol préalablement à la mise en place des structures d’habitat, ont été retrouvées ainsi que plusieurs accumulations de détritus (faune, céramique…), pour une part à l’extérieur de la palissade. Quant aux objets de bronze, au nombre de 453, tous de très petite taille, ils sont représentés essentiellement par des anneaux, des hameçons ainsi que des épingles ; leur poids total atteint à peine celui de deux haches à ailerons… Aucun indice témoignant d’activités métallurgiques ou céramiques n’a pu être identifié sur le site. L’ensemble de la documentation archéologique recueillie lors de la fouille a permis d’attribuer cet habitat à la phase ancienne du Hallstatt B2.

5L’étude des bois a constitué un élément primordial du travail. Outre les 400 pieux en hêtre utilisés pour confectionner la palissade protégeant la majeure partie des constructions contre la violence des vagues en périodes de hautes eaux, 2118 pieux refendus provenant de l’abattage de 1090 chênes de fort diamètre ont, après avoir été topographiés, été extraits pour être soumis à une étude minutieuse puis à une datation dendrochronologique. Grâce à ce travail systématique, il a été possible de dater la première phase d’abattage des chênes de 1011 à 1010 avant notre ère et la première phase de construction des dix premières maisons du noyau central de -1007. La palissade n’a été mise en place qu’en -1004. Constructions nouvelles, agrandissements et réparations se sont poursuivis jusqu’en -959.

6L’intérêt de ce travail, outre de nous faire connaître le plan complet d’un village de la fin de l’Âge du Bronze, est d’une part de le replacer dans le contexte des aléas climatiques qu’ont connus les rives du lac de Neuchâtel à cette époque et d’établir un parallèle avec les autres habitats voisins étudiés depuis une quarantaine d’années. Cette approche nous permet de suivre les avancées et les reculs de l’habitat littoral en fonction des niveaux du lac.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Bonnamour, « ARNOLD Béat, LANGENENNEGER Fabien, 2012, Plateau de Bevaix, 8. Bevaix–Sud : plongée dans le passé, fouille subaquatique d’un village du Bronze final », Revue archéologique de l’Est, tome 63 | 2014, 506-507.

Référence électronique

Louis Bonnamour, « ARNOLD Béat, LANGENENNEGER Fabien, 2012, Plateau de Bevaix, 8. Bevaix–Sud : plongée dans le passé, fouille subaquatique d’un village du Bronze final », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 63 | 2014, mis en ligne le 11 février 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/8183

Haut de page

Auteur

Louis Bonnamour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page