Navigation – Sitemap
Notes et documents

L’exploitation des roches volcaniques et métamorphiques dans le Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur (cultures de Michelsberg et de Munzingen) : l’exemple de l’industrie taillée en rhyolite du Nideck (Bas-Rhin)

Philippe Lefranc, François Bachellerie und Jean-Louis Carzon
p. 409-424

Zusammenfassungen

Die Existenz von Steingeräten, die im Jungneolithikum in der südlichen Oberrheinebene (erste Hälfte des 4. Jahrtausends) namentlich im Niederelsass (Michelsberg und Munzingen) aus verschiedenen Vulkangesteinen oder metamorphen Gesteinen gearbeitet wurden, ist seit langem bekannt. Innerhalb dieser Industrie zeichnet sich eine Produktion von Geräten aus hellem hyperazidem Rhyolith ab, dessen Lagerstätten im Tal des Nideck-Bachs, einem Nebenfluss der Bruche im Departement Bas-Rhin lokalisiert wurden. Das neolithische Korpus aus hellem Rhyolith umfasst aktuell 47 chronologisch gut eingeordnete Artefakte aus sechs niederelsässischen Siedlungen. Rhyolith wurde vor allem im mittleren Michelsberg und bis zum Übergang jüngerer Michelsberg/Munzingen verarbeitet, anschließend in Munzingen B und C kommt die Produktion zum Erliegen. Sie ist auf Abschläge ausgerichtet, die ausgeprägt länglich sein können. Die Grundformen sind relativ heterogen und verraten vereinfachte und technisch wenig aufwendige Techniken. Diese Produktionen scheinen stark von der Morphologie der verwendeten Volumen und von den durch den Rhyolith vorgegebenen Bearbeitungsbedingungen abzuhängen. Unabhängig von ihrer Morphologie (länglich oder nicht) dienen die Abschläge hauptsächlich der Herstellung von Schabern. Die schmalsten Grundformen könnten aufgrund ihrer roh belassenen Schneide gefragt gewesen sein. Die Entwicklung einer Ausbeutung von Vulkangestein und metamorphen Gesteinen, assoziiert mit einer häufigeren Verwendung von lokalem Muschelkalkhornstein, könnte die Lösung gewesen sein, die es in dieser Region am Anfang des Jungneolithikums ermöglicht hatte, den starken Rückgang der Sileximporte guter Qualität auszugleichen.

Seitenanfang

Volltext

1Les industries lithiques taillées de la première moitié du IVe millénaires du sud de la plaine du Rhin supérieur (cultures de Michelsberg et Munzingen) n’ont jusqu’ici guère retenu l’attention des chercheurs. La raison en incombe à un corpus très réduit, en grande partie issu de sites anciennement fouillés et décourageant toute tentative de synthèse. Plusieurs fouilles récentes, portant sur de grandes surfaces, à Gougenheim « Gingsheimerfeld » et à Entzheim « Les Terres de la Chapelle » (LEFRANC et alii, 2012), « Aéroparc » (CROUTSCH et alii, 2007) et « Schwoebenfeld » (LANDOLT et alii, 2013) ont permis de confirmer que la grande rareté des artefacts en silex dans les assemblages de Basse Alsace ne relevait pas d’un quelconque biais documentaire, mais qu’elle correspondait à une lacune bien réelle. Parallèlement, ces fouilles récentes ont également permis de confirmer le développement, pour cette période, d’une industrie lithique sur roches volcaniques et métamorphiques. La découverte en 2011 d’une série d’outils en roches volcaniques sur le site Michelsberg et Munzigen de Gougenheim offre aujourd’hui l’opportunité d’aborder la question de l’économie lithique du Néolithique récent bas-alsacien par le biais de l’exploitation des matières premières non siliceuses et, plus particulièrement, de la rhyolite hyperacide claire dont les carrières ont été identifiées à la fin des années 1990 dans le vallon du Nideckbach, affluent de la rivière la Bruche (Bas-Rhin) (DETREY, REBMANN, 2004). Incidemment, l’augmentation du corpus - non négligeable à l’échelle de la région - d’artefacts réalisés dans ce matériau nous conduit à poser la question de l’attribution culturelle de l’atelier de débitage identifié sur les pentes du volcan du Nideck et aujourd’hui rattaché au Moustérien (ibid.).

Le silex, un matériau rare en Basse Alsace

2J. Lüning (1968) a été le premier à le souligner, puis tous les auteurs à sa suite, le Michelsberg de Basse Alsace se caractérise par la rareté de son outillage en roches siliceuses, image contrastant fortement avec les riches séries Michelsberg du Limbourg hollandais, de Belgique, du Bassin parisien ou du Neckar. Et en effet, à ce jour, le nombre de pièces recensées sur les sites du Néolithique récent bas-alsacien est d’à peine plus de 230 (fig. 1), soit dix fois moins que sur le seul site d’Ilsfeld, dans la vallée du Neckar, par exemple (KIESELBACH, 2008). L’exemple de Gougenheim, qui est aujourd’hui le plus grand site d’habitat fouillé dans la région, suffit à lui seul à illustrer cette carence. Sur les 110 structures bien datées de cet horizon, quinze seulement contenaient des pièces en silex. Le corpus des objets s’élève à moins de 150 pièces et encore faut-il préciser que 116 d’entre elles sont des éclats bruts inférieurs à 2 cm, originellement rassemblés dans un même contenant et potentiellement débités à partir d’un même bloc de matière première (probablement une hache en silex bartonien). Restent une trentaine d’objets répartis entre une majorité d’éclats bruts et une petite dizaine d’outils retouchés. Les quelque 80 autres pièces recensées dans les assemblages de Basse Alsace se répartissent quant à elles au sein d’une douzaine de sites différents. D’un point de vue typologique, ce corpus est un pâle reflet des riches assemblages mis au jour sur les sites voisins du Neckar, avec des armatures de flèches triangulaires à base plate, parfois à retouches bifaciales couvrantes, des grattoirs sur lame, des grattoirs circulaires ou unguiformes sur éclats, des perçoirs, des pièces bifaciales de type Flächenretuchierte Messer et des lames appointées du type Klingengeräte (ibid.).

Fig. 1. Localisation des sites du Néolithique récent de Basse Alsace ayant livré des objets en silex. Pour chaque site, le nombre d’outils en silex est indiqué entre parenthèses (DAO. P. Lefranc).

3Deux raisons principales peuvent selon nous être avancées pour tenter d’expliquer cette rareté des artefacts en silex dans les assemblages de Basse Alsace : l’absence de gîtes locaux de silex de bonne qualité et la situation périphérique de la région, qui ne semble bénéficier ni de la diffusion des silex occidentaux, exportés depuis la Belgique, le Limbourg hollandais et le Bassin parisien (BOSTYN, COLLET, 2011), ni de l’importation des matériaux orientaux en provenance du Jura souabe ou de Bavière (fig. 2).

Fig. 2. L’Alsace et les principaux réseaux d’approvisionnement en silex dans la première moitié du 4e millénaire (DAO. P. Lefranc).

4Il semble en effet exister une frontière bien marquée entre la région du Neckar, étudiée par Kieselbach (2008) et la Basse Alsace. Sur les sites de Neckargartach-Hetzenberg, Ilsfeld et Heillbronn-Klingenberg qui couvrent l’ensemble du Jungneolithikum, du Michelsberg II au Munzingen B, l’approvisionnement en silex du Muschelkalk ou du Keuper local est négligeable et représente entre 1,4 et 7,4 % du corpus. Les matériaux du Jura souabe (Jurahornstein et Bohnerhornstein), le silex en plaquette de Bavière ainsi qu’une variété provenant du nord du Ries, constituent la plus grande part des séries. Les silex bartoniens ou maastrichtiens, répandus jusqu’en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Hesse n’apparaissent qu’en très faible proportion dans la vallée du Neckar. Il n’y a guère qu’à Ilsfeld que les silex de type Rijckholt et Romigny-Lhéry atteignent des proportions pouvant être relevées (3,6 et 1,8 %) (KIESELBACH, 2008). Cette même rareté des silex de type Spiennes, Rijckholt ou Romigny-Lhéry caractérise la Basse Alsace mais leur quasi-absence n’y est pas compensée par l’importation de matériaux orientaux.

  • 1  Une grande lame retouchée mise au jour sur le site Michelsberg moyen de Marlenheim « Hofstatt » (L (...)
  • 2  Ces derniers ne sont aujourd’hui représentés que par deux lames appointées probablement façonnées (...)

5Les silex mis au jour dans les ensembles du Néolithique récent de Basse Alsace, et dont le nombre reste, on l’a vu, très faible, n’ont pas encore bénéficié d’examen microscopique. Nous pouvons cependant, après un examen macroscopique des séries les plus importantes mises au jour à Gougenheim, Entzheim « Terres de la Chapelle », Entzheim « Schwoebenfeld » et Rosheim « Mittelweg », proposer un rapide aperçu des variétés représentées. Le silex Muschelkalk local, qui affleure dans les reliefs du champ de fractures de Saverne notamment, forme plus de la moitié du corpus, suivi par les silex opaques, blancs à crèmes, provenant très probablement des étages oxfordien et kimméridgien du Jura septentrional (région de Ferrette). Le corpus est complété par de rares outils en silex, de teinte brun miel et à patine blanc-bleuté, probablement attribuables au Sénonien de Champagne ou de l’Aude (MAUVILLY, 2013). D’autres artefacts, rarement observés1, pourraient, à titre d’hypothèse qu’il conviendra de confirmer par une analyse pétrographique, être rapprochés des silex du Santonien de l’Yonne. Le silex bartonien apparaît une seule fois, sous la forme des 116 petits éclats mis au jour à Gougenheim (cf. supra). L’extrême rareté des silex maastrichtiens2, ainsi que l’absence du Plattenhornstein de Bavière et des silex du Jura souabe doit être soulignée. La situation en Haute Alsace est quant à elle très peu documentée mais l’on y observe la même carence en outillage siliceux : tout au plus peut-on souligner que le silex oxfordien et kimméridgien du Jura septentrional, géographiquement proche, forme l’essentiel de la série de Didenheim (SCHWEITZER, 1987).

6Au regard de ce rapide bilan, il semble que les réseaux de distribution mis en place au Néolithique ancien (MAUVILLY, 1997 ; ALLARD, 2005), puis moyen (JEUNESSE, MAUVILLY, 1996) n’aient pas totalement disparu au Néolithique récent comme en témoigne la présence des silex kimméridgiens et sénoniens notamment, mais le volume des échanges apparaît nettement plus réduit. Les matières premières exogènes circulent alors essentiellement sous la forme d’outils retouchés (armatures et outillage « domestique »).

7La forte baisse des importations de silex de bonne qualité serait alors compensée par une utilisation plus fréquente des silex Muschelkalk locaux, mais également par le développement d’une exploitation des roches volcaniques ou métamorphiques quasi inexistante jusque-là.

L’exploitation des roches non siliceuses au Néolithique récent

8C’est au milieu des années 1980 qu’est pour la première fois clairement identifiée une industrie lithique taillée réalisée sur roches volcaniques et métamorphiques et datée du Néolithique récent (JEUNESSE, 1984 ; JEUNESSE, SAINTY, 1987). Cependant, un retour aux publications antérieures montre que cette dernière, jusqu’alors négligée par les fouilleurs, est présente sur d’autres habitats Michelsberg de Basse Alsace anciennement étudiés, notamment à Rosheim « Sablières Maetz » (THÉVENIN et alii, 1978). Depuis, la quasi-totalité des fouilles d’habitats du Néolithique récent ont permis de mettre l’accent sur l’extrême rareté de l’outillage en silex et sur la relative fréquence d’une production sur roches volcaniques ou métamorphiques. Cette dernière est ainsi successivement signalée à Entzheim « Sablière Oesch » (SCHMITT, 1987), Dachstein (JEUNESSE, SAINTY, 1987), Rosheim « Mittelweg » (JEUNESSE, 1992), Holtzheim « Altmatt » (LEFRANC, 2001), Rosheim « Leimen » (LEFRANC et alii, 2007), Entzheim « Les Terres de la Chapelle » (LEFRANC, CHENAL, 2008), Rosheim « Rittergass » (inédit) et enfin, Gougenheim « Gingsheimerweg » (fig. 3).

Fig. 3. Sites du Néolithique récent de Basse Alsace ayant livré des artefacts en roches volcaniques et/ou métamorphiques et en calcaire siliceux.

  • 3  L’inventaire a été réalisé par J.-L Carzon. La détermination macroscopique des roches est due à J. (...)

9Un inventaire systématique3 des roches débitées sur les sites bas-alsaciens Michelsberg et Munzingen a permis d’estimer la proportion des différents matériaux utilisés (fig. 4a). Le silex est majoritaire avec un peu plus de 62 % des pièces recensées (n = 232), mais si l’on exclut du décompte les 116 esquilles en silex bartonien de Gougenheim présentées précédemment, la proportion d’objets en silex tombe à 45 % seulement. La production de supports sur roches volcaniques ou métamorphiques ne peut donc être considérée comme un phénomène marginal, mais bien comme une innovation du Néolithique récent.

Fig. 4. Proportions des différentes roches volcaniques et métamorphiques dans les assemblages lithiques de Basse Alsace, avec (a) ou sans (b) les artefacts en silex (diagrammes F. Bachellerie, P. Lefranc).

10Parmi les roches métamorphiques et volcaniques, les plus fréquemment exploitées sont les rhyolites (55 %) (fig. 4b). Précisons qu’il existe une rhyolite hyperacide claire extraite et débitée sur les flancs du volcan du Nideck (38 % des matériaux), ainsi qu’une rhyolite brune (17 % des matériaux). Viennent ensuite les roches volcano-sédimentaires comme les Grauwackes (20 %), auxquelles s’ajoutent quelques rares rhyodacites (2 %) et tufs (2 %). On note également la présence des roches sédimentaires métamorphisées comme des quartzites (4 %), des phtanites à radiolaires (5 %), des calcaires siliceux du Lias (7 %) et des schistes phtanitiques (3 %). Tous ces matériaux sont disponibles dans la vallée de la Bruche et la plupart ont probablement été collectés dans le lit de cette rivière comme on doit le déduire des éclats tirés de galets de calcaire, de phtanite, de rhyodacite, de tuf et de schistes. Il s’agit essentiellement d’éclats bruts, aux bords naturellement tranchants et n’ayant fait l’objet d’aucune mise en forme poussée (fig. 5). Ces artefacts (hors rhyolite) se retrouvent pendant toute la séquence du Néolithique récent, du Michelsberg ancien (Vendenheim « Les portes du Kochersberg », inédit) au Munzingen récent (Geispolsheim « Bruechel », JEUNESSE, SAINTY, 1987).

Fig. 5. Exemples d’artefacts en roches volcaniques et métamorphiques recueillis sur les sites du Néolithique récent de Basse Alsace. 1, 2, 5. Grauwacke ; 3, 4, 9. (galet) : quartzites ; 6. tuf phtanitique (galet) ; 7. rhyodicite (galet) ; 8. phtanite ; 10. tuf (galet) ; 11. rhyolite brune (dessins J. Sainty, nos 1 et 4 ; J.-L. Carzon, n° 5 et P. Lefranc, nos 2, 3, 6-11).

11Parce qu’il s’agit de la roche la plus documentée dans les assemblages du Néolithique récent de Basse Alsace, nous proposons de présenter plus dans le détail les modalités d’exploitation de la rhyolite hyperacide claire.

Étude de cas : l’exploitation de la rhyolite hyperacide claire

Les affleurements du vallon du Nideckbach

12La première mention d’un outil en « brèche volcanique acide de nature rhyolitique » dans un contexte daté du Néolithique récent, apparaît dans la publication consacrée à l’habitat Munzigen récent de Geispolsheim, dans le Bas-Rhin (JEUNESSE, SAINTY, 1987). La roche elle-même ainsi que ses caractères de gisement ont été présentés de manière extrêmement détaillée par Th. Rebmann (DETREY, REBMANN, 2004) ; aussi nous contenterons-nous ici d’un très bref rappel. Les venues rhyolitiques du Nideckbach appartiennent à la série volcanique du Permien du massif du Nideck (étage saxonien). Les ignimbrites rhyolitiques de teinte rougeâtre correspondent à la formation supérieure que les géologues qualifient aussi de « coulée principale » (ELLER, 1984).

13Les venues de rhyolites claires hyperacides se présentent sous forme de loupes de taille limitée insérées dans des formations volcano-sédimentaires grossières composées d’ignimbrites, de tufs et de brèches volcaniques. Cet ensemble correspond à la formation dite « inférieure » du Nideck. La venue exploitée pour le débitage forme une coulée d’environ 50 x 20 m. Deux faciès y ont été distingués (DETREY, REBMANN, 2004) : le faciès « Kleineck », de teinte claire, crème à rose - largement dominant dans la série néolithique - et le faciès « Schieferbergpfad », apparaissant en bordure des nappes de rhyolites claires, de teinte violacée à brun chocolat. L’affleurement de rhyolite se présente par endroits sous forme de blocs décimétriques fissurés, parallélépipédiques, à section grossièrement trapézoïdale et faces planes. Ces blocs diaclasés offrent des surfaces naturelles et peuvent aisément être arrachés manuellement. L’aspect très caractéristique de la roche permet de facilement l’identifier : de teinte claire, blanche, crème ou rosée, et de texture fluidale marquée, elle contient de nombreux phénocristaux et de petites enclaves de débris volcaniques.

Contextes et chronologie des exploitations

14Six habitats du Néolithique récent (ou Néolithique moyen II) ont livré des outils en rhyolite claire (fig. 6). Quatre sont localisés entre les rivières de la Bruche et de l’Ehn : il s’agit des sites de Holtzheim « Altmatt » (LEFRANC, 2001), Entzheim « Les Terres de la Chapelle » (LEFRANC, CHENAL, 2008), Geispolsheim « Bruechel » (JEUNESSE, SAINTY, 1987) et Rosheim « Maetz-Kiesgrube » et « Katharinenstein » (THÉVENIN et alii, 1978 ; THÉVENIN, 1982, 1984 ; JEUNESSE, 1984). L’exploitation de roches volcaniques ou métamorphiques y est bien représentée, mais la rhyolite claire ne constitue qu’une petite partie des matériaux utilisés ; sept outils retouchés et six petits éclats bruts seulement, proviennent de ce petit secteur géographique (fig. 6).

Fig. 6. Industrie en rhyolite découverte en contexte néolithique. 1, 5 et 6. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », grattoirs sur éclat (dessin P. Lefranc) ; 2 et 7. Rosheim « Katharinenstein », racloirs simples sur éclat (dessin J. Sainty) ; 3. Geispolsheim « Bruechel », racloir double sur éclat (dessin J. Sainty) ; 4. Holtzheim « Altmatt », racloir simple sur éclat (dessin F. Bachellerie ; (éch. 2/3).

15La mise au jour sur l’établissement de Gougenheim « Gingsheimerweg », dans l’arrière Kochersberg, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg, de trente-trois objets en rhyolite claire répartis dans vingt-trois structures du Néolithique récent, jette un nouvel éclairage sur le rôle tenu par ce matériau dans l’économie lithique régionale du nord de la Bruche. Précisons enfin, qu’un nouvel éclat a récemment été recueilli lors d’un diagnostic réalisé sur la commune de Donnenheim, à quelques kilomètres à l’est de Gougenheim, en contexte très probablement Néolithique récent (THOMAS, 2012).

Fig. 7. Chronologie du Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO. P. Lefranc).

16La chronologie du phénomène est assez bien établie (fig. 7). La plus grande partie des pièces datées proviennent de fosses attribuées à la culture de Michelsberg. Dans le cas d’assemblages peu étoffés (Gougenheim, St. 1001, 4022, 3050, fig. 8) il est difficile de trancher entre une datation au Michelsberg moyen (MKIII) ou au Michelsberg récent (MKIV), période coïncidant en Basse Alsace avec l’apparition de la composante Munzingen dans toute une série d’ensembles mixtes. La fosse 1 de Rosheim « Katharinenstein » a livré un très abondant mobilier céramique, attestant l’exploitation de la rhyolite dès l’étape moyenne du Michelsberg (JEUNESSE, 1984). C’est également le cas de la fosse 3075 de Gougenheim qui a livré, auprès d’un Beutelbecher de type Lüning 12,2 (fig. 8, n° 3), un petit vase à épaulement et col haut éversé, muni de deux éléments de préhension géminés à perforation horizontale que l’on peut identifier à une importation du groupe de Hornstaad (fig. 8, n° 1), groupe contemporain du Michelsberg moyen et bien calé en chronologie absolue aux alentours de 3900 av. n. è. (DIECKMANN, 1985, 1987 ; JEUNESSE, 1989 ; SCHLICHTHERLE, 1990). L’outillage en rhyolite étant absent des ensembles attribués au Michelsberg ancien du Rhin supérieur (MKII), à Gougenheim comme sur les autres sites régionaux, on peut pour le moment suggérer un début d’exploitation de ce matériau dans le courant de l’étape moyenne.

Fig. 8. Gougenheim « Gingsheimerweg », mobilier céramique issu de fosses ayant livré des objets en rhyolite (dessin P. Lefranc).

17Sept fosses attribuées à la transition Michelberg/Munzingen ont livré vingt-deux artefacts en rhyolite, soit plus de la moitié des objets issus de contextes bien datés. Cette étape correspond probablement au maximum de diffusion de ce matériau, au sud comme au nord de la Bruche. La fosse anciennement fouillée à Rosheim « Maetz/Kiesgrube » a livré, à côté de cinq éclats de rhyolite, un gobelet à parois inclinées et fond plat de type Munzingen et un gobelet tulipiforme à corps ovoïde et col cintré éversé (THÉVENIN, 1982, 1984) qui signe l’appartenance de l’ensemble à l’étape récente du Michelsberg. À Entzheim « Les Terres de la Chapelle », on mentionnera les structures 31 et 899 qui ont livré, en plus de trois outils en rhyolite (fig. 6, nos 1, 5 et 6), des ensembles mixtes où se côtoient des productions céramiques de tradition Michelsberg IV comme les petits gobelets tulipiformes (fig. 9, n° 10), et Munzingen, à l’image des gobelets (fig. 9, n° 11) et des vases de stockage à fond plat (fig. 9, n° 7). La fosse 3024 de Gougenheim montre le même type d’assemblage et la structure 3057 contient des formes propres à l’étape récente du Michelsberg comme la jatte carénée ornée de rangées d’impressions (fig. 10, n° 2) et la bouteille à cordon multiforé (fig. 10, n° 1) (LÜNING, 1968).

Fig. 9. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu de fosses ayant livré des objets en rhyolite (dessin P. Lefranc).

18Le Munzingen B, étape bien documentée sur les habitats de Gougenheim « Gingsheimerfeld », Geispolsheim « Bruechel » et Holtzheim « Altmatt » et « Am Schluesselberg » (KUHNLE et alii, 2000), n’a livré qu’un nombre très limité d’artefacts en rhyolite claire. On note un unique éclat retouché dans une fosse Munzingen de Holtzheim (fig. 10, nos 8-12), au milieu d’un ensemble riche de plusieurs dizaines de fosses de stockage (LEFRANC, 2001). À Geispolsheim « Bruechel », seul un fragment de racloir a été recensé (fig. 6, n° 3) et, à Gougenheim, deux fosses Munzingen B (fig. 10, nos 6-7) seulement contenaient de l’outillage en rhyolite. Enfin, cette roche est absente des ensembles de Geispolsheim « Forlen » datés du Munzingen C (LEFRANC et alii, 2011b).

Fig. 10. Gougenheim « Gingsheimerweg » et Holtzheim « Altmatt », mobilier céramique issu de fosses ayant livré des objets en rhyolite (dessin P. Lefranc).

19L’image qui ressort de ces données est donc celle d’une exploitation de la rhyolite chronologiquement centrée sur le Michelberg moyen et récent, avec, semble-t-il, une plus forte diffusion au cours de l’étape récente. À partir du Munzingen B, la rhyolite se raréfie pour, semble-t-il, disparaître totalement des assemblages au Munzingen C.

Étude typo-technologique

20Le corpus analysé se compose de 47 artefacts provenant essentiellement de six sites d’habitat (fig. 11). S’il est principalement constitué de supports bruts (n = 29, dont douze fragments), cet assemblage présente toutefois proportionnellement un nombre élevé d’outils retouchés (n = 18, soit 39 % du corpus). Cet outillage est quasi-exclusivement composé de racloirs (n = 16), auxquels s’ajoutent une encoche et un grattoir.

Fig. 11. Inventaire typo-technologique de l’industrie en rhyolite découverte en contexte néolithique.

21Les supports, bruts comme retouchés, présentent des gabarits et des morphologies très hétérogènes. Ainsi, si tous peuvent être considérés comme des éclats au sens large, sept d’entre eux (dont cinq fragments) sont clairement allongés (fig. 12), alors que parmi le reste des supports entiers, six sont plus larges que longs (fig. 13, nos 8 et 9), quatre sont légèrement plus longs que larges, et onze sont sub-quadrangulaires (fig. 13, nos 4 à 6).

22Au sein de cet échantillon, trois éclats allongés sont des supports d’entames totalement corticaux (fig. 12, n° 1), et dix-huit éclats présentent une plage naturelle (corticale ou diaclasique) qui n’excède que rarement 50 % de la face supérieure du support (n = 4). Il est important de noter qu’aucune trace de cortex alluvial n’a été observée. Les blocs de rhyolite exploités ici ne peuvent donc pas provenir des terrasses de la Bruche.

Fig. 12. Gougenheim « Gingsheimerweg », industrie en rhyolite claire. 1. Racloir double convergent sur support allongé ; 2. racloir simple sur débris ; 3 à 7. supports allongés bruts (traits : J.-L. Carzon, ombrages : F. Bachellerie ; éch. 2/3).

23D’après leur morphologie, et compte tenu de la nature des volumes exploités (plaquettes), les éclats allongés d’entame semblent avoir été détachés à partir de l’arête préexistante entre le flanc d’une plaquette et sa tranche (fig. 12). D’après les négatifs antérieurs visibles sur leur face supérieure, il semble qu’une grande partie des éclats allongés, notamment ceux présentant un pan naturel (n = 5), aient également été produits, à la suite des supports d’entame, à l’intersection entre la tranche d’une plaquette et un de ses flancs.

24Les autres éclats présentent des profils ou des sections asymétriques. Aucune normalisation morphométrique ne semble donc se dégager de cet échantillon somme toute réduit. D’après l’observation des négatifs visibles sur leurs faces supérieures, quatorze supports semblent issus d’un débitage unidirectionnel récurrent. En outre, huit éclats présentant des négatifs d’enlèvements centrés laissent supposer que le débitage puisse tourner autour du volume, probablement ici autour d’un flanc de plaquette (fig. 13, nos 2 et 6).

25L’examen des talons montre que tous les supports de l’assemblage, quelle que soit leur morphologie, ont été détachés par percussion directe à la pierre dure, selon un geste en retrait. Les talons sont essentiellement lisses (n = 14), dièdres (n = 4), ou plus rarement corticaux (n = 1), et ne témoignent d’aucune préparation au détachement.

Fig. 13. Gougenheim « Gingsheimerweg », industrie en rhyolite claire. 1. Racloir double alterne sur éclat ; 2. racloir double sur éclat ; 3. racloir inverse simple sur éclat ; 4. racloir transversal simple sur éclat ; 5, 6, 8 et 9. éclats bruts ; 7. encoche sur éclat (traits : J.-L. Carzon, ombrages : F. Bachellerie ; éch. 2/3).

26Par ailleurs, parmi les éclats non allongés, certains talons semblent être, d’après leur concavité, des négatifs d’enlèvements antérieurs. Si l’on ajoute à cette observation le fait que sur quatorze talons observables onze ont un angle d’éclatement très ouvert (supérieur à 105°), nous pouvons supposer qu’une partie au moins de ces éclats a été produite par alternance aux dépens de deux surfaces opposées (fig. 13, nos 5 et 9), les négatifs d’enlèvements précédents devenant les plans de frappe des éclats suivants.

27Comme évoqué précédemment, dix-huit éclats, dont un seul allongé, ont été retouchés aux dépens des supports les plus grands et les plus épais disponibles (fig. 14). Outre la présence d’un grattoir et d’une encoche (fig. 13, n° 7), l’outillage est essentiellement composé de racloirs simples (n = 10) ou doubles (n = 6) (fig. 12, n° 1 ; fig. 13, nos 1 à 4). Ces derniers sont systématiquement aménagés sur les bords les plus longs de leurs supports. Enfin, parallèlement à ces outils retouchés, neuf éclats laissés bruts, dont trois allongés, présentent des macro-traces d’utilisation (fig. 12, n° 6). Dès lors, et même s’il est délicat de le confirmer ici, il est possible qu’une partie des éclats, parmi les plus minces, aient été principalement recherchés pour leur tranchant brut.

Fig. 14. Dimensions des éclats supports d’outils en rhyolite claire comparées à celles des éclats bruts.

28Finalement, les supports rencontrés dans ces différentes séries néolithiques sont relativement hétérogènes et trahissent des modes opératoires simplifiés et faiblement investis techniquement. Ces productions semblent, selon toute vraisemblance, fortement conditionnées par la morphologie des volumes exploités d’une part, mais surtout par les contraintes de taillabilité imposées par la rhyolite d’autre part. Deux modes opératoires peuvent être prudemment avancés, avec d’une part un débitage d’éclats récurrent centripète, le plus souvent aux dépens de deux surfaces opposées, et d’autre part une production de supports allongés sur tranche de plaquette. Les supports produits sont alors, quelle que soit leur morphologie (allongés ou non), essentiellement destinés à être transformés en racloirs. Toutefois, il semble également probable que certains de ces supports aient été utilisés pour leurs tranchants bruts.

29D’un point de vue économique enfin, l’absence de nucléus et de petits produits de débitage, associée à une forte proportion d’outils retouchés, indique que les sites d’habitat représentés dans cet assemblage devaient recevoir, selon toute probabilité, des objets finis débités dans un autre secteur, peut-être sur les lieux mêmes d’extraction de la rhyolite.

Retour sur les séries du Nideck

30En 1997, T. Rebmann et J. Detrey ont identifié un atelier de débitage de rhyolite siliceuse claire dans le vallon du Nideckbach, au lieu-dit « Kleineck » sur la commune d’Oberhaslach (Bas-Rhin). Les vestiges lithiques récoltés lors d’un sondage (n = 148) et d’un ramassage de surface (n = 501) leur ont permis d’attribuer, sur des bases typo-technologiques, cette occupation au Paléolithique moyen (DETREY, REBMANN, 2004). Dans la publication consacrée à l’atelier, l’hypothèse d’une attribution au Néolithique est très rapidement mentionnée pour être aussitôt réfutée sur la base d’une confrontation avec les séries néolithiques disponibles à ce moment-là. La découverte récente, et sur plusieurs sites, d’artefacts en rhyolithe clairement attribués au Néolithique récent nous permet aujourd’hui de réviser cette comparaison.

31L’analyse typo-technologique des deux ensembles du Nideck a permis de mettre en évidence la coexistence de deux chaînes opératoires distinctes. La principale est destinée à produire des éclats selon un débitage récurrent centripète au sein duquel les supports sont fréquemment détachés par alternance aux dépens de deux surfaces opposées (DETREY, REBMANN, 2004)(fig. 15). La seconde consiste en une production de lames unipolaires débitées depuis un front circonscrit à l’épaisseur du nucléus (tranche de plaquette), et pouvant dans certains cas envahir la surface contiguë à cette tranche (flanc de plaquette) (ibid. p. 444)(fig. 15, nos 7 et 8). Notons également que dans les deux productions, les supports sont relativement hétérogènes et témoignent d’un très faible investissement technique. Enfin, les supports produits, qu’il s’agisse d’éclats comme de lames, sont principalement transformés en racloirs (fig. 15, nos 1 et 4) ou en encoches. Ces supports sont alors préférentiellement choisis parmi les produits de plus gros gabarit.

Fig. 15. Atelier du Nideck, industrie en rhyolite claire. 1 et 4. Racloirs simples sur éclat et sur éclat allongé ; 2. grattoir sur éclat ; 3, 5 et 6. éclats bruts plus larges que longs ; 7 et 8. lames brutes (modifié d’après DETREY, REBMANN, 2004 ; éch. 2/3).

32Au regard de ces données, force est de constater que l’ensemble des supports en rhyolite claire découverts en contexte néolithique s’insère parfaitement dans les chaînes opératoires décrites pour les séries du Nideck. Bien que l’absence de nucléus, par exemple, dans le corpus néolithique limite la comparaison, il semble néanmoins, au regard des supports produits, que les modes opératoires et la finalité fonctionnelle des deux ensembles soient relativement proches. Dès lors, compte tenu de cette proximité typo-technologique, il nous paraît plausible qu’une partie au moins des productions de l’atelier du Nideck puisse dater du Néolithique récent, entre le Michelsberg moyen et la transition Michelsberg récent/Munzingen, fourchette couvrant une durée que l’on peut estimer à un peu plus d’un siècle.

Conclusion

33Les résultats des fouilles récentes menées dans le cadre de l’archéologie préventive en Basse Alsace ont permis de montrer que, si les réseaux de distribution des matières premières siliceuses établis au Néolithique ancien et moyen n’ont pas totalement disparu au IVe millénaire, le volume des échanges semble s’être considérablement réduit. Parallèlement à ce phénomène, on remarque dans la première moitié du IVe millénaire une utilisation plus fréquente des matières premières lithiques locales, sous la forme du silex du Muschelkalk, ainsi que le développement de l’exploitation des nombreuses roches volcaniques et métamorphiques disponibles dans la vallée de la Bruche.

  • 4  Rappelons que, si l'on excepte les armatures, l'outillage retouché en silex du Néolithique récent (...)

34Ces nouvelles données conduisent nécessairement à se questionner sur l’origine de ce changement dans le mode d’approvisionnement en matières premières lithiques des groupes Michelsberg et Munzingen. Résulte-t-il seulement d’une adaptation à une situation de pénurie faisant appel aux ressources minérales localement disponibles ? Ou témoigne-t-il d’une modification des équipements lithiques liée à de nouveaux besoins fonctionnels ? Si l’existence d’intentions potentiellement communes telles que la recherche, quelle que soit la matière première utilisée, de grands tranchants bruts ou retouchés (lames appointées et retouchées en silex et racloirs sur éclats allongés en rhyolite) fait pencher vers la première hypothèse4, seule une analyse techno-fonctionnelle des vestiges lithiques en silex et en roches volcaniques et métamorphiques pourrait permettre d’apporter de vraies réponses à ces questions.

  • 5  Les fouilles les plus récentes, conduites sur des sites Munzingen dans les secteurs de Colmar ou d (...)
  • 6  Jusqu’ici seule la pélite-quartz est signalée.

35Il semble, en l’état de la documentation, que la diffusion de l’outillage taillé en rhyolite soit strictement circonscrite aux communautés Michelsberg et Munzingen de Basse Alsace. La Haute Alsace demeure en effet, d’après ce que l’on peut déduire de l’analyse du mobilier lithique du site Munzingen de Didenheim5 (SCHWEITZER, 1987) notamment, à l’écart de l’aire de distribution de ce matériau : là, l’outillage sur roches non siliceuses6 reste extrêmement discret au sein d’assemblages où dominent les silex de teinte crème d’origine jurassienne dont les gîtes sont relativement proches.

36Enfin, en Basse Alsace, la confrontation de la série issue des sites localisés au sud de la Bruche et de la série de Gougenheim est, quantitativement et qualitativement, nettement à l’avantage de cette dernière. Ce constat nous amène à poser l’hypothèse, toute provisoire, d’une éventuelle mainmise des communautés du nord du Kochersberg sur les gisements de matière première du Nideck.

Seitenanfang

Bibliografie

ALLARD P., 2005, L’industrie lithique des populations rubanées du Nord-Est de la France et de la Belgique, Rhaden/Westf., M. Leidorf, 280 p., 151 pl. (Internationale Archäologie, 86).

BOSTYN F., COLLET H., 2011, « Diffusion du silex de Spiennes et du silex bartonien du Bassin parisien dans le nord de la France et en Belgique de la fin du 5e millénaire au début du 4e millénaire BC : une première approche », in : BOSTYN F., MARTIAL E., PRAUD I. dir., Le Néolithique dans le nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère, Actes du 29e colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve d’Ascq, 2-3 oct. 2009, p. 331-348 (Revue archéologique de Picardie, n° spécial 28).

CROUTSCH C., LEPROVOST C., BOUQUIN D., ARBOGAST R.-M., PUTELAT O., ENGEL E., GERBASI F., 2007, Entzheim-Geispolsheim (Alsace, Bas-Rhin) Aéroparc (Lidl-CUS). Vol. 2 : Les occupations néolithiques, Rapport de fouille préventive, dactylographié, Pair, Sélestat, S.R.A. Alsace, Strasbourg, 298 p., 235 fig.

DETREY J., REBMANN T., 2004, « Exploitation de matière première lithique dans les marges orientales du massif vosgien au Paléolithique moyen : un gîte de rhyolites dans le vallon du Nideck (France, Bas-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, 101, n° 3, p. 425-455.

DIECKMANN B., 1985, « Die neolithischen Ufersiedlungen von Hornstaad-Hörnle am westlischen Bodensee : die Grabungskampagne 1983/1984 », in : BECKER B., BILLAMBOZ A., DIECKMANN B., KOKABI M., KROMER B., LIESE-KLEIBER H., RÖSCH M., SCHICHTHERLE H., STRAHM Ch. éd., Berichte zur Ufer- und Moorsiedlungen Südwestdeutschlands 2, Stuttgart, K. Theiss, p. 98-124 (Materialhefte zur Vor- und Frühgeschichte in Baden-Württemberg, 7).

DIECKMANN B., 1987, « Ein Bemerkenswerter Kupferfund aus der jungneolithischen Seeufersiedlung Hornstaad-Hörnle I am westlichen Bodensee », Archäologische Nachrichten aus Baden, 38/39, p. 28-37.

ELLER J.-P. von, 1984, Vosges-Alsace, Guides géologiques régionaux, Paris, éd. Masson, 182 p., 2° éd.

JEUNESSE C., 1984, Rapport de fouille de sauvetage programmé : fouilles 1984 sur l’habitat Michelsberg de Rosheim ‘Katharinenstein’, S.R.A. d’Alsace, 10 p., 10 fig.

JEUNESSE C., 1989, « La culture de Munzingen dans le cadre du ‘Jungneolithikum’ du sud-ouest de l’Europe centrale d’après les découvertes récentes des sites alsaciens de Didenheim, Haut-Rhin, et Geispolsheim, Bas-Rhin », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 5, p. 155-184.

JEUNESSE C., 1992, Rosheim « Mittelweg » (Bas-Rhin), Rapport de fouille de sauvetage programmée, Strasbourg, S.R.A. d’Alsace, 10 p., 27 pl.

JEUNESSE C., MAUVILLY M., 1996, « Une nouvelle nécropole du Néolithique moyen (culture de Grossgartach) à Rosheim (Bas-Rhin) », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 12, p. 119-140.

JEUNESSE C., SAINTY J., 1987, « Un nouvel habitat du Michelsberg récent, groupe de Munzingen, à Geispolsheim, Bas-Rhin. Seconde partie : les mobiliers », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 3, p. 88-129.

KIESELBACH, P., 2008,Metamorphose des Steins. Vom Rohmaterial zum Kulturgut : Versorgungsaspekte und technische Prozesse der Silexverarbeitung von jungneolithischen Silexinventaren aus Südwestdeutschland, Tübingen, Geowissenschaftlichen Fakultät der Eberhard-Karls-Universität, 402 p., 47 pl.

KUHNLE G., WIECHMANN A., ARBOGAST R.-M., BOËS É., CROUTSCH C, 2000, « Le site Michelsberg et Munzingen de Holtzheim, Bas-Rhin », R.A.E., t. 50-1999/2000, p. 3-51.

LANDOLT M., ABERT F., BOLLY A., LEPROVOST C. dir., 2013, Entzheim-Geispolsheim (Bas-Rhin) : Lotissement d’activités du quadrant 4. Entzheim ‘in der Klamm’ et Geispolsheim ‘Schwobenfeld’, Rapport de fouille préventive, PAIR/S.R.A. d’Alsace, 6 vol.

LEFRANC P., 2001, « L’habitat Néolithique Moyen et Récent de Holtzheim ‘Altmatt ‘/ Zone d’Activités économiques-Phase 3, Bas-Rhin : fouilles 2000 et 2001 », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace 17, p. 107-134.

LEFRANC P., CHENAL F., 2008, Entzheim Les Terres de la Chapelle 1’, Bas-Rhin : habitat du Néolithique ancien rubané et du Néolithique récent, Michelsberg et Munzingen, inhumations du Néolithique moyen, D.F.S. de fouille préventive, Inrap, S.R.A. d’Alsace, Strasbourg, 162 p.

LEFRANC P., ARBOGAST R.-M., BOËS É., 2007, « L’habitat Néolithique récent de Rosheim ‘Leimen’, Bas-Rhin », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 50, p. 11-26.

LEFRANC P., ALIX G., ARBOGAST R.-M., 2011a, « Inhumations et dépôts du Néolithique récent à Marlenheim In der Hofstatt (Bas-Rhin) », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 54, p. 29-46.

LEFRANC P., DENAIRE A., BOËS É., ARBOGAST R.-M., BILLOIN D., 2011b, « L’habitat Munzingen de Geispolsheim-Forlen et les relations entre l’Alsace et les cultures du Plateau suisse au Néolithique récent », R.A.E., t. 60-2011, p. 45-82.

LEFRANC P., ALIX G., CHENAL F., SCHNEIDER N., 2012, Entzheim, Bas-Rhin, In der Kappell Z.A. ‘Les Terres de la Chapelle 2’ : village rubané, enceinte et inhumations de la fin du 5e millénaire et habitat Michelsberg, D.F.S. de fouille préventive, Inrap, S.R.A. d’Alsace, Strasbourg, 3 vol., 391 p., 186 pl.

LÜNING J., 1968, « Die Michelsberger Kultur : ihre Funde in Zeitlicher und räumlicher Gliederung », Bericht der Römisch-Germanischen Kommission, 48, p. 1-350.

MAUVILLY M., 1997, « L’industrie lithique de la culture à céramique linéaire de Haute et Basse-Alsace : état des recherches et bilan provisoire », in : JEUNESSE C., dir., Le Néolithique danubien et ses marges entre Rhin et Seine, Actes du 22ème colloque interrégional sur le Néolithique, Strasbourg, 27-29 oct. 1995, Zimmersheim, A.P.R.A.A., p. 65-79 (3ème suppl. aux Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace).

MAUVILLY M., 2013, « L’outillage lithique taillé », in : DENAIRE A. dir., Kolbsheim ‘Vogeseblick’ : du village néolithique ancien à la position de la Bruche de 1914, vol. 1, Rapport d’archéologie préventive, Antéa-Archéologie/S.R.A. d’Alsace, Strasbourg, p. 108-110.

SCHICHTHERLE H., 1990, Siedlungsarchäologie im Alpenvorland I. Die Sondagen 1973-1978 in den Ufersiedlungen Hornstaad-Hörnle I, Stuttgart, K. Theiss, 221 p., 69 pl. (Forschungen und Berichte Vor- und Frühgeschichte aus Baden-Württemberg, 36).

SCHMITT G., 1987, « Trouvailles inédites du Néolithique récent et final », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 30, p. 35-73.

SCHNEIDER M., 1980, « Découvertes néolithiques à Dachstein 1978-1979 », Cahiers alsaciens d’Archéologie, d’Art et d’Histoire, 23, p. 27-40.

SCHWEITZER J., 1987, « Le site Michelsberg de Didenheim », Cahiers de l’Ass. pour la Promotion de la Recherche archéologique en Alsace, 3, p. 50-87.

THÉVENIN A., 1982, Sauvetage d’une fosse néolithique à Rosheim, lieu-dit ‘Kiesgrube’ (67), Rapport de fouille de sauvetage, S.R.A. d’Alsace, 2 p., 14 fig.

THÉVENIN A., 1984, « Alsace/Rosheim », Gallia Préhistoire, 27-2, p. 259-260.

THÉVENIN A., SAINTY J., POULAIN T., 1978, « Fosses et sépultures Michelsberg, sablière Maetz à Rosheim (Bas-Rhin) », Bull. de la Soc. préhistorique française, Études et travaux, 74, fasc. 2, p. 608-621.

THOMAS Y., 2012, Donnenheim ‘Gaensabwand’-Lotissement Les Oies : une implantation au Néolithique (période du Néolithique récent ?), Rapport de diagnostic, Inrap Grand Est sud, Strasbourg.

Seitenanfang

Anmerkungen

1  Une grande lame retouchée mise au jour sur le site Michelsberg moyen de Marlenheim « Hofstatt » (LEFRANC et alii, 2011a, st. 289) et un fragment de lame appointée observé hors contexte sur le site d’Obernai (fouille Clément Féliu, inédit).

2  Ces derniers ne sont aujourd’hui représentés que par deux lames appointées probablement façonnées dans un silex de type Rijckholt provenant de la structure 4001 du site d’Eckwersheim (Munzingen B, inédit), ainsi que du site d’Obernai (hors contexte, fouille Clément Féliu, inédit).

3  L’inventaire a été réalisé par J.-L Carzon. La détermination macroscopique des roches est due à J.-L Carzon et à J. Detrey.

4  Rappelons que, si l'on excepte les armatures, l'outillage retouché en silex du Néolithique récent semble dominé, à l'image des assemblages du Neckar (KIESELBACH, 2008), par les lames retouchées sur les deux bords et par les racloirs. Il est possible que ces divers outils puissent présenter des finalités fonctionnelles proches des grands racloirs sur rhyolite.

5  Les fouilles les plus récentes, conduites sur des sites Munzingen dans les secteurs de Colmar ou de Mulhouse, tendent à confirmer l’absence de cette industrie au sud de l’Ehn (communication orale, A. Denaire).

6  Jusqu’ici seule la pélite-quartz est signalée.

Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Beschriftung Fig. 1. Localisation des sites du Néolithique récent de Basse Alsace ayant livré des objets en silex. Pour chaque site, le nombre d’outils en silex est indiqué entre parenthèses (DAO. P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 184k
Beschriftung Fig. 2. L’Alsace et les principaux réseaux d’approvisionnement en silex dans la première moitié du 4e millénaire (DAO. P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 164k
Beschriftung Fig. 3. Sites du Néolithique récent de Basse Alsace ayant livré des artefacts en roches volcaniques et/ou métamorphiques et en calcaire siliceux.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 56k
Beschriftung Fig. 4. Proportions des différentes roches volcaniques et métamorphiques dans les assemblages lithiques de Basse Alsace, avec (a) ou sans (b) les artefacts en silex (diagrammes F. Bachellerie, P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 76k
Beschriftung Fig. 5. Exemples d’artefacts en roches volcaniques et métamorphiques recueillis sur les sites du Néolithique récent de Basse Alsace. 1, 2, 5. Grauwacke ; 3, 4, 9. (galet) : quartzites ; 6. tuf phtanitique (galet) ; 7. rhyodicite (galet) ; 8. phtanite ; 10. tuf (galet) ; 11. rhyolite brune (dessins J. Sainty, nos 1 et 4 ; J.-L. Carzon, n° 5 et P. Lefranc, nos 2, 3, 6-11).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 112k
Beschriftung Fig. 6. Industrie en rhyolite découverte en contexte néolithique. 1, 5 et 6. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », grattoirs sur éclat (dessin P. Lefranc) ; 2 et 7. Rosheim « Katharinenstein », racloirs simples sur éclat (dessin J. Sainty) ; 3. Geispolsheim « Bruechel », racloir double sur éclat (dessin J. Sainty) ; 4. Holtzheim « Altmatt », racloir simple sur éclat (dessin F. Bachellerie ; (éch. 2/3).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Beschriftung Fig. 7. Chronologie du Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur (DAO. P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 60k
Beschriftung Fig. 8. Gougenheim « Gingsheimerweg », mobilier céramique issu de fosses ayant livré des objets en rhyolite (dessin P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Beschriftung Fig. 9. Entzheim « Les Terres de la Chapelle », mobilier céramique issu de fosses ayant livré des objets en rhyolite (dessin P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Beschriftung Fig. 10. Gougenheim « Gingsheimerweg » et Holtzheim « Altmatt », mobilier céramique issu de fosses ayant livré des objets en rhyolite (dessin P. Lefranc).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 108k
Beschriftung Fig. 11. Inventaire typo-technologique de l’industrie en rhyolite découverte en contexte néolithique.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 84k
Beschriftung Fig. 12. Gougenheim « Gingsheimerweg », industrie en rhyolite claire. 1. Racloir double convergent sur support allongé ; 2. racloir simple sur débris ; 3 à 7. supports allongés bruts (traits : J.-L. Carzon, ombrages : F. Bachellerie ; éch. 2/3).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 120k
Beschriftung Fig. 13. Gougenheim « Gingsheimerweg », industrie en rhyolite claire. 1. Racloir double alterne sur éclat ; 2. racloir double sur éclat ; 3. racloir inverse simple sur éclat ; 4. racloir transversal simple sur éclat ; 5, 6, 8 et 9. éclats bruts ; 7. encoche sur éclat (traits : J.-L. Carzon, ombrages : F. Bachellerie ; éch. 2/3).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 196k
Beschriftung Fig. 14. Dimensions des éclats supports d’outils en rhyolite claire comparées à celles des éclats bruts.
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 60k
Beschriftung Fig. 15. Atelier du Nideck, industrie en rhyolite claire. 1 et 4. Racloirs simples sur éclat et sur éclat allongé ; 2. grattoir sur éclat ; 3, 5 et 6. éclats bruts plus larges que longs ; 7 et 8. lames brutes (modifié d’après DETREY, REBMANN, 2004 ; éch. 2/3).
URL http://journals.openedition.org/rae/docannexe/image/8642/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 223k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Philippe Lefranc, François Bachellerie und Jean-Louis Carzon, « L’exploitation des roches volcaniques et métamorphiques dans le Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur (cultures de Michelsberg et de Munzingen) : l’exemple de l’industrie taillée en rhyolite du Nideck (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est, tome 64 | 2015, 409-424.

Online-Version

Philippe Lefranc, François Bachellerie und Jean-Louis Carzon, « L’exploitation des roches volcaniques et métamorphiques dans le Néolithique récent du sud de la plaine du Rhin supérieur (cultures de Michelsberg et de Munzingen) : l’exemple de l’industrie taillée en rhyolite du Nideck (Bas-Rhin) », Revue archéologique de l’Est [Online], tome 64 | 2015, Online erschienen am: 18 November 2016, abgerufen am 13 Dezember 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/8642

Seitenanfang

Autoren

Philippe Lefranc

Institut National de Recherches d’Archéologie Préventive, UMR 7044-Archimède. Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg. philippe.lefranc@inrap.fr

Weitere Artikel des Autors

François Bachellerie

Antea Archéologie - UMR 5199 PACEA, équipe PPP, Université de Bordeaux 1, bâtiment B18, avenue des Facultés, 33405 Talence Cedex. Bachellerie.françois@gmail.com

Jean-Louis Carzon

Institut National de Recherches d’Archéologie Préventive, Centre archéologique de Strasbourg, 10 rue d’Altkirch, 67000 Strasbourg.

Seitenanfang

Urheberrechte

© Tous droits réservés

Seitenanfang