Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel MAERTEN, Les ateliers de potiers en Bourgogne du Sud de l’Antiquité au XIXe siècle

Saint-Vallier, 2011, 400 p., préface de Jean Rosen. 10 € + frais de port (chez l’auteur, 37 rue Montaigne, 71230 Saint-Vallier).
Henri Gaillard de Sémainville
p. 453

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit de plusieurs dizaines d’années de recherches menées par un de ces bénévoles dont l’archéologie française peut s’honorer et dont la disparition programmée depuis les années 80 est malheureusement inéluctable… M. Maerten a eu le mérite de rassembler et de mettre en forme les résultats de ces travaux dans le cadre d’une thèse soutenue en 2003 à l’Université de Bourgogne. C’est cette étude que ce chercheur associé à l’UMR 6298 de Dijon a publiée en 2011.

2L’inventaire des sites en recense 173 répartis sur 104 communes de Saône-et-Loire, ce département de Bourgogne méridionale constituant le cadre des recherches. Pour aboutir à ce total l’auteur a mis en œuvre toutes les méthodes envisageables : recherches en archives, microtoponymie, exploitation des données de l’archéologie, prise en compte d’une bibliographie abondante et très dispersée… L’ouvrage constitue donc un bilan très complet des connaissances acquises, enrichi par de nombreuses données inédites rassemblées par l’auteur lui-même, notamment à l’occasion de ses multiples déplacements sur le terrain.

3La première partie, intitulée « Cadres et méthodologie », aborde en 98 pages la problématique, le cadre historique et géographique de l’enquête, la documentation utilisée et les données toponymiques. La deuxième (138 pages), au contenu d’un intérêt comparable, est cependant plus surprenante dans son intitulé : sous le titre « Essai de synthèse », elle traite certes des facteurs d’implantation des ateliers en général mais aussi et surtout des ateliers de potiers et de tuiliers antiques et médiévaux, parmi lesquels se détache le grand atelier de Sevrey, en Chalonnais. Quant à la troisième (91 pages), elle aborde la période allant de l’Ancien Régime à la première moitié du XIXe siècle (et même un peu au-delà, ce qui n’est pas un inconvénient), sans oublier les fabriques de grès-cérame, très actives dans la vallée de la Bourbince, et les faïenceries, à commencer par la plus connue, celle de Digoin.

4Pour compléter cette très riche information, l’auteur a pris soin de terminer son étude par près de 50 pages consacrées à la liste détaillée et imposante des sources et de la bibliographie qu’il a consultées et mises en œuvre. C’est du reste bien là le principal et grand mérite de cet ouvrage : avoir rassemblé et mis à disposition une documentation jusque-là très dispersée et difficile d’accès. M. Maerten a beau indiquer modestement dans son introduction que « cet inventaire n’a évidemment pas la prétention d’être exhaustif », il constitue une base d’un très grand intérêt pour les recherches futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Gaillard de Sémainville, « Michel MAERTEN, Les ateliers de potiers en Bourgogne du Sud de l’Antiquité au XIXe siècle », Revue archéologique de l’Est, tome 65 | 2016, 453.

Référence électronique

Henri Gaillard de Sémainville, « Michel MAERTEN, Les ateliers de potiers en Bourgogne du Sud de l’Antiquité au XIXe siècle », Revue archéologique de l’Est [En ligne], tome 65 | 2016, mis en ligne le 16 octobre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/rae/8978

Haut de page

Auteur

Henri Gaillard de Sémainville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page